Flux RSS

Archives de Tag: Présidentielles 2012

Le vote féministe

Publié le

Je publie in extenso l’article de mon amie Anne Zelensky dont je partage l’expérience, les constats et les idées.

Pourquoi je ne vote plus… à gauche

Posted on 20 avril 2012 by Anne Zelensky - Article du nº 247http://ripostelaique.com/pourquoi-je-ne-vote-plus-a-gauche.html

Dans cette déclaration, je ne vote plus à gauche, il y a la réponse à deux questions : celle du vote et celle du vote pour la gauche.
La question du vote. J’appartiens à la génération 68, pas celle du devant de la scène, des gauchistes et autres interdits d’interdire. Sans entrer dans les détails, je fais partie des invisibles de 68, cette bande non identifiée d’idéalistes qui voulaient dur comme fer « changer la vie ».De ce creuset est sorti entre autres, le mouvement féministe, le seul qui ait réussi à la changer un peu, la vie. Or le vote n’avait pas la côte dans cette bande. Pour moi, « Elections, piège à côns », c’était une évidence. . J’ai toujours eu un grand recul par rapport à la politique telle qu’elle se pratique avec son inévitable rituel : le vote. Le vote est lié à une forme de démocratie, la représentative, qui ne correspond plus depuis longtemps à l’état des esprits. Forme dépassée et frelatée qui représente surtout les intérêts de la clique aux manettes. J’ai voté pour la première fois aux législatives de 68 et j’ai voté pour moi, puisque je me présentais in extremis comme suppléante du candidat FGDS à Nogent sur Marne. Après je ne me souviens plus, c’est vous dire. Je sais qu’en 81 j’ai voté pour Mitterrand, sous la pression de mes proches. J’étais embrigadée dans le « vote utile » Par routine. J’étais féministe donc à gauche. Réflexe de Pavlov : l’égalité et la liberté sont censées être de ce côté-là. Je connaissais cependant les relations turbulentes qu’avaient toujours entretenues dans le passé les groupes féministes et la gauche. Mais au moins, il y avait des relations. Tandis qu’avec la droite…Mais l’histoire a apporté un bémol à cette certitude. C’est sous Giscard que nous avons mené nos grandes actions féministes, dans les années 70, sans jamais encourir la moindre interpellation, c’est une femme de droite, Simone Veil, qui est montée au créneau pour défendre la loi sur l’avortement, c’est la même femme qui nous a débloqué les premiers deniers pour ouvrir notre refuge de femmes battues. Par contre, je l’ai déjà raconté, c’est dans mon camp, de gauche et féministe que je me heurtais aux pires empêchements de faire ce que j’avais à faire. Il m’a fallu attendre le Ministère des droits de la femme dans les années 80, avec Yvette Roudy, pour voir mes projets soutenus.
Durant toutes ces années de collaboration avec les femmes de gauche, surtout dans les associations , je me suis forgée mon opinion, à partir de l’expérience. Et elle a démenti sérieusement la théorie. Je me suis aperçue que beaucoup de gens de gauche n’étaient pas à la hauteur de leurs idées, mais qu’ils faisaient tout pour se le masquer. Deux constats : dans ce milieu là, ce n’était pas la pertinence ou l’efficacité d’une pensée ou d’une action, mais son alignement sur la bonne théorie. Celle-ci a deux volets : 1- on ne pactise pas avec le Système, forcément bourge et pourri. 2 –on ne fait pas ce qu’on dit. Autrement dit purisme et incohérence. Gare à ceux et celles qui se salissaient les mains, en les mettant à la pâte ! Etonnante quand même cette coïncidence entre les amateurs de pureté – pureté de la race, pureté des idées, ça peut mener au choix au camp de la mort ou au goulag. J’ai vite compris que cette exigence de « pureté » était le paravent commode à une certaine impuissance. Ce qu’on ne peut pas faire, on ne supporte pas que l’autre le fasse. Depuis des décennies, j’ai essuyé les anathèmes pour déviance par rapport à la ligne : hier c’était « réformiste » et « collabo », quand je fondais en 1974 avec Beauvoir la LIgue du droit des femmes, pensez donc, une association avec statuts , bureau et le toutime légal. Pas tolérable dans un mouvement hors la loi. Je me souviens encore d’un papier incendiaire de Christiane Rochefort, l’auteur de « Le repos du guerrier », contre moi, qu’elle taxait de stalinienne parce que j’avais ouvert un compte bancaire pour mon association féministe. Le soupçon régnait déjà. Dans cette gauche là vous êtes soupçonnée du pire dès que vous levez le sourcil. La même Rochefort ne digérait pas de s’être fait avoir par le vrai stalinisme au PC, dont elle avait été adhérente et dupe pendant des années.
Aujourd’hui, ma « déviance » me coûte une exclusion de fait. J’en rappelle quelques épisodes : annulations en cascade d’événements où j’étais invitée : un séminaire d’études sur le féminisme ; un débat organisé à Toulouse par les femmes du PS en mars 2011. Tout ça au motif que je suis intervenue lors des assises sur l’islamisation de la France fin 2010. Comment avais je pu figurer aux côtés des Identitaires ? Seule comptait cette intolérable « compromission », peu importait pourquoi. Tout récemment encore, me voila sommée de donner ma démission de présidente d’honneur de Flora Tristan , le refuge de femmes battues fondé par Annie Sugier et que j’ai porté à bout de bras pendant des années. Pourquoi ? Parce que « mes positions extrêmes sur l’islam » sont incompatibles avec mes engagements. Mais quel tribunal décide de la cohérence de mes engagements ? Même présidente honoraire, je suis sanctionnée pour « mauvaise pensée ». A quand le procès post mortem ? Il faut préciser que l’actuelle présidente de SOS femmes est Francine Bavay , élue des Verts. Ces tenant/es intransigeants de la liberté d’expression, se feraient damner pour qu’on publie Sade ou Genêt, mais sont les pires censeurs que j’ai connus. La question taboue du moment c’est la critique de l’islam.
Alors j’ai fait les frais douloureux sur le terrain, de l’incohérence et de la malhonnêteté de bon nombre de gens de gauche . « Je ne fais pas ce que je dis, mais je te dis ce que tu dois faire », telle est leur devise . L’incohérence est leur pain quotidien. Vous me direz nous sommes tous coincés là dedans. Mais on peut faire un effort pour ajuster idée et pratique. Encore ne faut il pas se bercer d’illusions , sur l’homme et sur soi. A gauche on a tendance à rêver l’ homme tel qu’il: devrait être, mais l’ennui est que ces gens là se prennent pour cet homme là, sans bouger le petit doigt pour en approcher. Changer le monde, oui, se changer, non. Ils se croient du bon côté par grâce divine, comme les jansénistes croyaient qu’il y avait des élus de dieu. C’est là mon point de rupture principal avec la gauche telle qu’elle se pratique : son aveuglement sur elle et les hommes, et partant son incohérence fondamentale. La gauche ne peut pas briguer le pouvoir, c’est antinomique avec ses fondamentaux. Elle est alors dans un dilemme insoluble. Voila pourquoi elle a tant de mal avec les gens qui en exercent. Le pouvoir se nourrit de hiérarchie et de soumission – tout le contraire de l’égalité. Le pouvoir condamne à être esclave de son ambition et du jugement des autres- tout le contraire de la liberté- Le pouvoir est la négation de la fraternité, puisqu’il est fait du mépris et de l’asservissement des autres.
Je ne veux donc plus voter pour des gens qui ne pourront pas faire autrement que les autres, mais qui sont obligés de croire le contraire pour y aller. Il y a deux hommes de gauche qui ont essaye de résoudre le dilemme entre exercice du pouvoir et appartenance à une vraie gauche : Pierre Mendès France qui a exercé le pouvoir un an et Jacques Delors qui a refuse la présidence de la république, parce qu’il ne pouvait rien faire. Vous aurez compris pour quoi je ne vote plus …à gauche. Je ne crois plus à ce vote là et je ne crois pas à cette gauche là.

Anne Zelensky

Riposte laIque déteste Ségolène Royal

Publié le

J’apprécie beaucoup Riposte laïque qui est ce qu’il y a de plus intelligent dans ce qui reste de la gauche française. Toutefois, n’étant ni idolâtre, ni suiveuse, ni moutonnière, ni soumise, je ne suis pas toujours d’accord avec ses articles.

Nous avons en particulier deux points de divergence : L’Europe et Ségolène Royal.

Moi j’étais favorable au projet de traité constitutionnel parce que je m’étais donné la peine de le lire entièrement et que je n’y avais pas trouvé le diable tueur de nations et de peuples. Au contraire, j’y avais trouvé un cadre protecteur et surtout, des possibilités de recours. Encore faudrait-il que nos députés européens participent activement aux assemblées et ne fassent pas acte de présence comme notre chère Rachida Dati. Pour avoir participé à un groupe de travail de la CE je peux vous assurer que les Français n’y allaient que pour grenouiller et déguster des petits fours tandis  que les Allemands, les Portugais, les Grecs, les Britanniques bossaient comme des dingues avec un sérieux indiscutable et remarquable.

Mon deuxième point de divergence avec Riposte laïque est Ségolène Royal. Toute considération sur les professionnels de la politique mise à part, dans cette catégorie que je n’apprécie guère, je trouve que c’est la meilleure, la plus proche des préoccupations quotidiennes des Français, la plus sympathique, la plus intelligente et la plus authentique.

Je peux témoigner de sa spontanéité et de son humanité parce que, pour me faire une opinion par moi-même j’ai assisté à deux de ses meetings. Elle y était simple, accessible, chaleureuse, connaissait parfaitement ses dossiers, spontanée, ne bafouillait pas et avait un sens de la répartie sans faille. Je donnerai deux petits exemples qui m’ont amusée.

Les militants socialistes étant invités à commencer les questions, l’un d’eux s’approche d’elle : "Ségolène, je voudrais d’abord te dire que tu es très belle à la TV mais que tu l’es encore plus en réalité". Elle lui répond du tac au tac : "Vous n’êtes pas mal non plus".

Une dame veut poser une question. L’animateur s’interpose: "Vous pourrez la poser quand les militants auront fini de poser les leurs". A la fin du meeting, soit plus d’une heure après que cette dame ait fini d’intervenir, Ségolène l’interpelle : "Madame, quelle était votre question". La dame intimidée répond qu’elle n’a plus rien à demander. Ségolène insiste avec humour : "Après le respect obligatoire de l’ordre du jour, il est obligatoire de poser votre question". Je ne me souviens pas exactement de la phrase mais c’était à peu près ça et tout le monde a bien ri.

A noter aussi la qualité des publics qui assistaient à ces meetings: des gens de tous âges et toutes origines, parfois venus en famille, sympathiques, ouverts, chaleureux et sociables.

Au Zénith qui comprend 60 000 places (ou 6000 ?) je peux assurer que la salle était presque pleine mais ce n’est pas ce qu’a dit la presse qui a focalisé sur son ensemble tunique pantalon bleu pervenche.

Contrairement à ce qu’avance Christine Tasin dans RL, Ségolène s’est emparée du drapeau tricolore depuis longtemps. Déjà au Zénith, en septembre 2008, le drapeau français flottait au vent climatisé, au milieu des drapeaux des provinces françaises : Languedoc, Normandie, Bretagne, Aquitaine,etc.

Pour argumenter contre Ségo, RL cite in extenso, une déclaration du directeur du cours d’art dramatique Florent racontant qu’elle avait refusé d’y inscrire son fils car l’établissement se trouvait dans le quartier "populaire" du 19ème au lieu du 4ème comme elle le pensait. Histoire de prouver que la bourgeoise snobe le peuple dont le PS serait, ou devrait être,  le représentant légitime.

http://ripostelaique.com/segolene-royal-lopportuniste-redecouvre-le-drapeau-francais%e2%80%a6-apres-5-ans-de-silence-miracle-des-presidentielles.html

Je remarque en premier lieu que Ségolène Royal politique et personne publique par définition très occupée, prend la peine d’accompagner son fils pour l’inscrire dans un cours d’art dramatique. Où était le papa pendant ce temps-là ? Connaissez-vous beaucoup d’hommes politiques qui accompagnent leurs enfants à l’école? Qui plus est, en dehors des caméras ?

Ensuite, reprocher à la candidate de ne pas vouloir envoyer son fils dans un quartier "populaire" c’est ignorer les contraintes de sécurité des personnes publiques et de leur famille et surtout faire semblant de ne pas savoir ce qu’il y a derrière "populaire".

Moi, le sais car j’habite dans le 19ème depuis 30 ans.

Incivilités, agressions, trafic de drogue, recel, cambriolages, bandes orgaisées et, affrontements entre communautés, islamisation, antisémitisme, dégradation des lieux publics, rues et trottoirs souillés et jonchés de détritus, etc.

Presque tous les gens que je connais , y compris moi-même ont été agressés ou cambriolés au moins une fois. Dernièrement c’était ma voisine à laquelle on a volé sa carte bleue et retiré de l’argent avec car, vraisemblablement elle avait été observée faisant ses courses et suivie. Un cas similaire lui a été signalé à peu près à la même époque. Ma boulangère vient d’être cambriolée, sa boutique mise à sac, le fond de caisse envolé. Je viens d’être prise à parti par deux jeunes noires et j’ai été sauvée par l’intervention d’un riverain alerté par leurs braillements d’insultes. Bref, dans mon voisinage, tout le monde a quelque chose de pas très agréable à raconter.

Le 19 ème est l’arrondissement de Paris le plus pauvre en termes d’UC (unité de consommation) et environné de proches banlieues encore plus pauvres comme Bobigny, Aubervilliers, Pantin.

60% des logements sociaux de la capitale sont concentrés dans le 19ème (tous bailleurs sociaux publics et privés confondus).

Le cours Florent, avenue Jean-Jaures, est tout proche de la place de Stalingrad connue pour son traffic de drogue et environnée de cités.

Alors imaginez le fils de Ségolène Royal dans cet environnement "populaire". Une cible, une proie potentielle. Qu’auriez vous fait dans son cas ? Engagé un garde du corps pour votre enfant afin qu’il puisse circuler en sécurité dans l’arrondissement? Imaginez la réaction des amateurs de quartiers "populaires", Ségo aurait encore tout faux comme quand elle a osé dire publiquement qu’elle avait été cambriolée par deux fois.

Quant au cours Florent, vous pensez qu’il a comme Karmitz et d’autres entrepreneurs choisi un arrondissement "populaire" par engagement politique? Que nenni, c’est tout simplement parce que du fait de l’insécurité qui y règne le prix au M2 du foncier est l’un des moins chers de la capitale intra muros.

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Tout est fait pour discréditer, ridiculiser, humilier, éliminer Ségolène Royal. Tenez, encore une qualification qu’on lui donne ridiculement: elle est autoritaire. Connaissez-vous beaucoup de politiques qui se soient faits une place au soleil sans autorité ? Et quand de surcroît on est une femme vous pensez qu’on peut se faire une place dans ce milieu machiste sans surjouer l’autorité ?

Certes, je ne suis pas une idolâtre de Ségolène Royal mais dans la famille politique, c’est sa carte que je demande;-)

Mitterrand : rien à cirer !

Publié le

J’ai horreur de l’idolâtrie et, de toutes façons, j’avais horreur de cet hypocrite confit en dévotion de lui-même, de ses manipulations, de sa manière vicieuse et s’exprimer en parlant lentement d’un air inspiré pour contraindre les gens à attendre la suite de son discours fumeux. J’ai détesté apprendre qu’il était bigame aux frais de la République, qu’il a rendu malheureux des gens qui s’étaient sacrifiés pour lui comme François de Grossouvre ou Pierre Bérégovoy, qu’il avait collaboré et reçu l’ordre de la Francisque des mains de Philippe Pétain, qu’il avait été un terrible ministre de l’intérieur sous Guy Mollet ordonnant à l’armée française de torturer et tuer les résistants algériens, qu’il avait caché et soutenu le criminel de guerre antisémite René Bousquet, etc.

Pour moi, Mitterrrand était un sale type et s’il était aux affaires aujourd’hui, il ferait comme Sarkozy. Beaucoup de baratin, de foutage de gueule, de l’argent pour les riches et du mépris pour les pauvres.

Je trouve regrettable qu’il ait viré Rocard et Edith Cresson qu’il avait envoyée au casse gueule pour prouver que les femmes n’étaient pas capables de gouverner.

Mais j’ai voté pour lui en 1981 et en 1988 parce qu’il représentait la gauche et que je n’avais pas le choix. A cette époque, la gauche avait encore des tripes et de l’allure, le dialogue social avait quelque réalité.

Oui, j’ai été contente en 1981 quand la gauche est venue, enfin, au pouvoir et je me souviens de la joie naïve et spontanée de Jospin à l’annonce des résultats. C’est la seule fois où  je l’ai trouvé sympathique.

Je reconnais à Mitterrand d’avoir été un bon comédien pour interpréter le rôle de Président de notre monarchie républicaine qui a pris avec lui plus de la monarchie que de la République.

Grâce à Mitterrand j’ai découvert l’existence du RPR -PS, devenu aujourd’hui l’UMPS. grâce à lui, j’ai compris qu’on ne pouvait faire confiance à aucun politique, que c’était un sale job qui reposait sur le mensonge et la manipulation et exigeait de diviser pour régner. J’ai aussi appris que les gens de gauche n’étaient pas meilleurs que les gens de droite et qu’on pouvait trouver des bonnes et des mauvaises pratiques chez les uns comme chez les autres, que les divisions politiques visaient à tromper le peuple, à le gruger, pour favoriser toujours la même classe bourgeoise cynique et égoïste qui fraternisait derrière son dos et envoyait au casse-pipe les idéalistes.

Aujourd’hui, grâce à Internet, presque tout le monde peut s’exprimer et se rassembler par affinité, les révoltes  arabes l’ont prouvé même si elles n’ont pas débouché sur une révolution démocratique, à l’exception semble-t-il de la Tunisie.

Si les Français le voulaient, ils pourraient lâcher tous les partis qui les abusent et faire pression sur ces mendiants de voix qui ne pensent qu’à se faire élire et réélire dans leur propre et unique intérêt indifférents au bien commun..

En 2007 j’ai voté pour Ségolène Royal parce que, quoique politicienne professionnelle, c’est la plus proche des réalités politiques et qu’elle est la seule à se préoccuper sincèrement de l’éducation qui est le socle d’une société harmonieuse. Dommage qu’elle n’ait pas quitté le PS pour rassembler ces foules qui l’appréciaient.

En 2012, je ne voterai pas car j’ai la chance de vivre dans un pays encore démocratique mais où le système politique n’a aucun sens. L’abstention est devenue auourd’hui la plus haute expression du civisme.

Je ne voterai pas pour Sarkozy

Publié le

Sarkozy est le président le plus vulgaire que nous ayons jamais eu en France. Une honte pour la France !

Sans manières, cynique, prétentieux, menteur, grossier, vaniteux, incompétent, malhonnête,  mais…gentil disent ses amis qui partageraient avec lui des soirées particulières dont l’intérêt et de se tenir mutuellement par la barbichette.

Nos résidents n’ont jamais été des saints. On n’arrive pas à ce poste sans magouiller, tricher, truquer, intriguer, dissimuler ni manigancer. On doit écraser les pieds de ses rivaux, fomenter des coups pas, désinformer et baratiner.

Sarkozy n’aurait été rien sans sa bande de copains, tous plus riches que riches, détenteurs de fortunes plus ou moins bien acquises, patrons de presse et d’industrie. Sarko était le candidat des riches qui savaient que cette marionnette inculte et ridicule protégerait leurs intérêts; défendraient leurs prérogatives, les exonérerait de taxes, d’impôts, de charges sociales, de mesures dérogatives pour enfreindre légalement les lois.

Il a mis dans sa poche les Bolloré, Dassault, Lagardère, et même le Pape malgré ses deux divorces. A ce propos, cet homme grossier a bien de la chance. malheureux d’avoir perdu sa Cécilia en affichant un chagrin inconsolable …qu’elle se soit désintéressée de son élection, il ne lui a fallu que quelques mois pour retomber amoureux fou de Carla. On raconte au Figaro que le mariage fut arrangé en toute hâte par la mère de la belle, une amie de longue date de Nicolas. On a assisté à l’étalage de la vie sentimentale du président grâce au service de communication efficace de pratiquement tous les magazines de France tous aux mains de ses copains à l’exception de Marianne et du Canard.

Avec l’ancien Ministre de l’intérieur, la délinquance et la criminalité ont cru, la justice s’est ralentie et les abcès de fixation de la délinquance se sont multipliés. Tant qu’ils sont là, ils ne sont pas ailleurs, disait un flic. Effectivement, les délinquants et criminels ne sont pas à Neuilly, Levallois-Perret, Saint-Tropez ou à Megève.

Le pouvoir d’achat n’a cessé de diminuer, les prisons de se remplir, les taxes de croître, le taux de chômage grimper, les agriculteurs de se suicider, les petites et moyennes entreprises de fermer, le dialogue social pourrir, les classes et les professeurs se réduire, la recherche voyant ses plus brillants cerveaux partir à l’étranger, le coût de la santé augmenter tandis que de plus en plus de Français renonçaient aux soins faute de pouvoir se payer des mutuelles qui devenaient de plus en plus chères tandis que la sécu déremboursait de plus belle.

Emploi, revenus, santé, éducation, logement sont des préoccupations trop triviales pour intéresser le président des riches et des flambeurs.

Les Français auraient pu faire la révolution mais grâce à l’aide de ses acolytes des médias, Sarko leur a offert surtout des jeux, des distractions, des rêves. La Française des jeux a connu une croissance exponentielle lançant sans arrêt de nouveux attrappe-nigauds et ça marche si bien qu’elle va lancer un deuxième Euromillions/semaine. Les plus pauvres s’amassent dans les PMU où ils claquent leur RSA faute d’espérer gagner des revenus   à leurs compétences professionnelles.

Je ne voterai pas pour Karchozy.

Je ne voterai pas pour Marine Le Pen

Publié le

Ah ce qu’elle était mignonne notre petite Marine fronto-nationale.

C’est vrai qu’elle pose de bonnes questions mais, comme l’avait dit Laurent Fabius, elle y apporte des réponses inacceptables, surtout quand on est femme et humaniste.

Gracieuse, déterminée, courageuse, la petite Marine est devenue grande, s’est émancipée de la tutelle de son papa mais pas de celle du Front national et c’est là que le bât blesse.

Le programme du Front n’est pas acceptable mais je doute que nombre des Français ne l’aient lu. Les intentions de vote aux présidentielles qui font état de la bonne position de Marine en vue de la présidence, ne reflètent pas le sentiment réel des Français qui n’entendent que le buzz fait pas les médias autour des problèmes qui les affectent dans leur vie quotidienne. Je suis certaine que s’ils avaient la moindre idée des mesures prônées par le Front national, ils ne seraient pas aussi fans de Marine.

Sofia Arham, qui est d’origine maghrébine et qui serait peut-être sumpathisante des "Indigènes de la République, dont la porte-parole, Houria Bouteldja, doit passer le 26 mai en correctionnelle pour racisme, a traité les électeurs du Front national de "gros cons", une qualification digne des cours de récréation.

Non, les électeurs du Front national ne sont pas plus de "gros cons" que les électeurs de Sarkozy ou de ceux de Besancenot ou du PS. Ils ne savent pas à quel saint se vouer pour améliorer leur pouvoir d’achat, trouver des emplois et exercer leur liberté de circulation en toute sécurité. Les agressions contre les personnes, de préférence contre les femmes, ont augmenté de 13% malgré les promesses de Karcho de nettoyer les banlieues au karcher. Ministre de l’intérieur puis président de la République, il a poussé des coups de gueules, fait son cinéma mais rien résolu. Au contraire, on a l’impression qu’il ne fait rien à dessein afin de monter certains français contre les autres et diviser pour régner.

Le front national prône la préférence nationale sans tenir compte de la liberté de circulation et d’implantation des individus. La solution n’est pas de supprimer l’immigration mais de l’organiser. Tout étranger entrant sur notre territoire devrait signer un contrat dans lequel il serait stipulé l’obligation de respecter les lois de la République, l’obligation de respecter les usages et les coutumes française en dehors de chez soi et l’obligation d’apprendre la langue française et les compétences requises pour obtenir un emploi dans nos secteurs déficitaires, sans que cet apport de main d’oeuvre ne permette de faire du dumping social au détriment des titulaires.

Un tribunal spécial serait chargé d’évaluer le respect de ce contrat et de décider l’expulser le contrevenant vers son pays d’origine ou la destination de son choix.

Ce serait donnant, donnant. Vous nous respectez, on vous respecte et au bout d’un certain temps, si le contrat est respecté;  les étrangers seraient autorisés à voter et avoir les mêmes droits que les Français.

Dans le même temps, la France devrait réclamer aux pays d’émigration le remboursement des aides sociales accordées à leurs ressortissants. Par exemple, l’Algérie est riche et il n’est pas normal qu’elle envoie explicitement son peuple en France au nom du "paiement de la dette coloniale", qu’elle ne construise pas les infrastructures indispensables au bien-être de son peuple tandis que ses dirigeants thésaurisent les revenus du pétrole et du gaz que, par ailleurs la France achète. Ainsi la France contribue au maintien de la dictature algérienne et soigne les plaies de son peuple maltraité. Elle paie deux fois.

Le Front national ne se prononce pas contre l’avortement mais pour l’adoption des enfants non désirés, ce qui revient au même. De nombreux organismes catholiques "provie" ou anti avortement, incitent les jeunes filles à porter leur enfant et l’abandonner ensuite, une autre forme de mère porteuse. Ce faisant, elles dédouanent le géniteur de ses responsabilités, obèrent l’avenir de l’enfant abandonné et celui de la femme, souvent très jeune, 16 ans, handicapée par la grossesse pour suivre ses études sereinement, parfois rejetée par son entourage et traumatisée à vie par la culpabilité d’abandonner son bébé.

Si le Front national participe à la défense du foetus, par contre  il se prononce pour la peine de mort, un châtiment archaïque parce que vengeur qui a prouvé qu’il n’était ni préventif du crime, ni dissuasif. La vie d’un adulte pourrait être supprimée mais non celle d’un être pas encore né.

La défense du foetus complète l"incitation au retour à la maison pour les femmes. Il est paradoxal de voir qu’une femme indépendante et très active puisse soutenir le projet de confiner les femmes à la maison pour servir le mari, s’occuper des enfants et faire la femme de ménage, la cuisinière l’infirmière, le repos du guerrier, etc.

Considérant que la France est l’un des pays d’Europe qui comprend le taux e plus élevé de femmes actives à plein temps, le projet du FN va totalement à l’encontre des choix de vie des femmes françaises.

Le retour au franc. Il coûterait plus cher que le passage à l’euro car il faudrait revoir toutes nos finances, battre monnaie, communiquer, informer, former et imprimer tous les formulaires administratifs, revoir tous nos programmes informatiques. De plus, il impliquerait des frais de taux de change ave  les paus européens qui ont choisi l’euro. Le commerce extérieur en p^tirait au niveau des importations qui sont favorisées avec un euro fort pour la zone dollar.

Prôner le retour à l’euro est irréaliste mais flatte la conviction populaire qui croit que l’euro est responsable de la baisse du pouvoir d’achat. Si c’était vrai,on se demande comment les riches seraient devenus plus riches. L’euro n’est pour rien dans la financiarisation de l’économie qui est la vraie responsable de nos déboires et de la marche chaotique de nos entreprises, de leur faillite et de leur fermeture. Demandons aux patrons du CAC40 si l’euro nuit à leurs profits.

Le Front national est véritablement raciste, antisémite, ségrégationniste, sexiste, rétrograde  et économiquement incompétent.

Je ne voterai donc pas pour l’égérie du Front national même si je la trouve courageuse, intelligente et plutôt sympathique.

Je ne voterai pas pour DSK

Publié le

On ne prête qu’aux riches.

A-t-on déjà vu un président de la République n’ayant pas de fortune personnelle ?

Ministre de l’économie et des finances, directeur du FMI, ouaaaahhhhh. Cette proximité avec l’argent fait de DSK un être compétent et respectable. Même l’histoire de la Porsche ne le dessert pas. Ca fait bling bling et les gens qui triment pour des clopinettes adorent rêver en regardant les paillettes des riches scintiller au firmament de leur misère et, surtout, de leur envie de consommer tout ce avec quoi on les assomme à grand renfort de publicité.

Mais qu’a-t-il donc fait DSK pour inspirer autant d’amour ?

En tant que Ministre des finances, il a bénéficié d’une période faste. Aurait-il fait mieux que Sarko pendant la crise ? Rien n’est moins sûr.

Qu’a-t-il fait de grandiose au FMI ? Il a peut-être sauvé la Grèce, le Portugal, la Pologne mais cela n’aurait jamais été possible sans l’assentiment du G20.

Il parait qu’il a entrepris une réforme unique et exceptionnelle du FMI, la même que celle voulue par Sarko, taxer les produits financiers. Il faut toutefois noter que non seulement cette réforme n’est pas encore passée, que DSK est trop occupé à se taire sur ses projets de candidature en 2012 et, surtout, qu’il n’est pas seul à décider.

Toutes ces ôpinions favorables ne sont fondées que sur des légendes urbaines et des préjugés aveuglement favorables.

On a fait tout un foin, justifié, pour tous nos responsables qui ont passé leurs vacances qui en Egypte, qui en Lybie, qui en Tunisie. On a oublié que DSK a vanté les mérites de Khadafi et de Ben Ali auxquels il a rendu des visites officielles. Pardonné DSK parce qu’il serait le plus grand économiste que la planète eut jamais connu? Voyons voir si on lui attribuera le prix Nobel de l’économie.

Il y a aussi quelque chose de révoltant dans ce personnage, son machisme. Le fait d’avoir transformé la brillante Anne sinclair en toutou de garde de son matou, de ne pas l’avoir soutenue et enouragée à poursuivre sa carrière, ne plaide pas en sa faveur.

Bref, DSK n’aura pas mon vote.

 

Delanoë invite les Tunisiens sur son "territoire".

Publié le

Dans un vibrant communiqué officiel, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, s’offusque de l’arrestation et des menaces d’arrestation des 200 Tunisiens qui se seraient réfugiés sur le "territoire parisien".

http://bertrand-delanoe.net/actus/mise-en-place-dun-dispositif-de-soutien-aux-immigres-tunisiens/

Onsavait que Paris était à la fois une commune et un département mais on avait plutôt l’habitude d’entendre cet esemble désigné par "Ville de Paris" ou, tout simplement "la Ville" comme dans "la politique de la Ville". Il semblerait donc que Monsieur Delanoë adhère parfaitement à la réforme des collectivités territoriales mise en place par Sarkozy et Fillon dans un but électoraliste et afin de centraliser les décisions budgétaires au nom de la décentralisation.

La loi ayant été publiée au JO en décembre 2010, elle est à peine mise en oeuvre que le maire de Paris se l’approprie. Intéressant….http://www.courrierdesmaires.fr/juridique/essentiel-sur-la-reforme-des-collectivites-territoriales-100.html

 Revenons à nos Tunisiens. Delanoë les aime bien car, étant né lui-même en Tunisie, il y a des attaches. Lors d’un voyage en 2010, le maire de Paris assurait Ben Ali de son soutien et la Tunisie de son admiration:

"C’est un pays innovant, un pays où on investit dans la recherche et où on tente d’être dans le 21e siècle tout en gardant les traditions", a-t-il dit, relevant que " la Tunisie de 2010 est conquérante au sens le plus pacifique du terme, c’est-à-dire de vouloir relever des défis pour se développer et avoir des entreprises compétitives".

http://actualites.marweb.com/tunisie/culture/la-tunisie-est-non-seulement-sur-la-bonne-voie-mais-elle-reu.html

Or aujourd’hui, à peine plus d’un an plus tard, Delanoë nous implore de loger, nourrir, former, employer les immigrants tunisiens au prétexte qu’ils seraient chassés par la guerre qui aurait été déclenchée par le manque de débouchés :

Mais, sans se limiter à traiter les urgences, le devoir de notre pays et d’établir, en lien avec les autorités tunisiennes, une véritable logique de partenariat. Les jeunes diplômés tunisiens manquent de débouchés à la suite de leurs études : ce fut d’ailleurs l’une des causes directes du mouvement de janvier 2011. Aussi la France devrait-elle accueillir quelques milliers de jeunes Tunisiens, ainsi que d’ailleurs le prévoit déjà l’accord de coopération signé le 28 avril 2008 entre nos deux pays. Ces jeunes, qui pourraient ainsi débuter leur vie professionnelle en France, auraient ensuite vocation à rejoindre la Tunisie pour contribuer à son développement.

Il faudrait savoir. La Tunisie est-elle un "pays innovant" comme vous disiez en 2010 à votre ami Ben Ali ou un pays où les jeunes "manquent de débouchés" ?

La réalité, d’après de nombreux témoignages, serait que les gens qui fuient la Tunisie sont, soit des gens qui se désintéressent totalement du bien commun par égoïsme ou par ignorance (et dans ce cas, nous n’avons pas besoin de davantage de gens sans qualification), ou bien des gens qui ont coopéré avec le régime totalitaire de Ben Ali et craignent d’avoir des comptes à rendre. Dans les deux cas, les immigrés ne sont pas la fleur éduquée, solidaire, consciente et dynamique de la Tunisie.

La réalité serait aussi que tout de suite après la chute de Ben Ali, la France a acceuilli sa cour et les amis de sa cour que ses édiles de tous bords avaient fréquenté lors de leur séjour en Tunisie. Notre monarchie républicaine avait même mis à la disposition de ces "pauvres Tunisiens" une vingtaine de militaires, cantonnés à l’intérieur de l’aéroport de Roissy, pour surveiller, accueuillir, protéger et escorter les amis de Ben Ali et de son régime. Des limousines aux vitres fumées venaient en toute discrétion les chercher pour les conduire dans de grands hôtels ou palaces de la capitale. J’avais eu l’info par hasard, je l’ai communiquée au "Canard" et au "Monde" mais, à ma connaissance, personne ne l’a évoquée.

Qui peut mieux servir les Tunisiens benaliens  à des prix et des conditions défiant toute concurrence que leurs propres compatriotes benaliens ? Emigrer avec leurs propres serviteurs, à condition que ce fut possible, les eut trahis. Alors que se rendre au "marché aux esclaves" que sont les rassemblements de tunisiens clandestins est une aubaine. En prenant la défense de l’immigration tunisienne visible, Delanoë rend service à ses potes.

Je laisse la parole à deux internautes qui se sont exprimés sur le site de Delanoë  avec des propos qui reflètent la pensée de beaucoup d’internautes ici et là :

 annick dit :
27 avril 2011 à 21 h 29 min

Monsieur Delanoë,
Tous les commentaires à la suite de vos propos devraient vous faire comprendre à quel point les français en ont assez d’être plumés sans jamais avoir leur mot à dire. Ces tunisiens ont fait leur révolution, je leur dis bravo! C’était courageux et tout le monde les a soutenus. Mais alors pourquoi se sauvent-ils au moment où ils ont tout à reconstruire pour vivre un monde meilleur? Et pourquoi la France les attire tant? Et leur famille, elle va arriver quand? Car vous constatez que ce sont e jeunes hommes courageux qui arrivent pas centaines, non? SVP Monsieur le maire, arrêtez cette démagogie et ces paroles de saint qui ne vous apporteront que la haine de ceux qui en ont assez de la vie qu’on leur impose. Venez faire un tour dans les quartiers de Paris le soir pour admirer tous ces étrangers (de l’est pour beaucoup) qui dorment devant les boutiques, qui mangent, pissent, crachent sur les trottoirs et nourrissent des animaux sales comme des poux. C’est même une question d’hygiène publique, ils dorment dans les parkings et font leur besoin partout et vous voulez encore accueillir plus de misère? Donnez donc des logements à nos enfants qui n’en ont pas de décents avant de vouloir loger les immigrés clandestins. Vos propos sont inadmissibles.

Romain Schmittdit :

26 avril 2011 à 20 h 52 min

Cher Monsieur le Maire,

Il se trouve que je suis en Tunisie pour quelques jours pour des raisons professionnelles et je suis très surpris de trouver un pays tout à fait vivable pour les Tunisiens. Après la révolution, on ne voit plus de portrait de Ben Ali, l’internet ne subit plus de censure, tout se passe tout à fait normalement dans les rues, il y a une plus grande liberté de parole à la radio, dans la presse et les médias. Les gens semblent soulager et tout ou presque tout est redevenu normal (J’ai seulement vu des militaires armés devant le Carrefour Tunis).
ALORS POURQUOI CES TUNISIENS ONT ILS QUITTÉ LEUR PAYS ??? Il y a ici plus d’opportunités et plus de libertés qu’avant ! alors pourquoi ont ils un statut de réfugiés ???.
Je pense sincèrement que ces Tunisiens ont profité de la révolution pour se trouver une place en Europe et demander de l’aide alors que sont seulement des profiteurs et des lâches d’avoir abandonner leur pays. De plus, dans tous les reportages diffusés dans les médias, ils ne parlent pas correctement ou pas du tout le Français ! preuve que ces Tunisiens là n’ont pas un niveau d’études important et vous voulez leur faire débuter une vie professionnelle en France ???

Je suis donc révolté par votre communiqué car tout cela n’a aucun sens. Il y a des milliers de Français dans le besoin. Pensez d’abord à eux.

Je ne suis pas certaine que l’aide que Delanoë entend apporter aux clandestins tunisiens fasse plaisir au peuple tunisien qui se bat sur place pour réussir sa révolution, la seule révolte des pays arabes qui, à ce jour, semble avoir pris la forme d’une véritable révolution réellement démocratique. Si Delanoë a des subsides à distribuer, qu’il en fasse donc profiter les Tunisiens qui reconstruisent leur pays et non pas les lâches qui, après avoir collaboré avec la dictature risquent d’édifier en France, avec le soutien de l’UMPS, des structures pour renverser la révolution.

Je me demande comment sera accueuilli Delanoë lors de son prochain voyage à Bizerte …s’il ose;-))

Loi contre la burqa : son application expliquée par Henri Guaino

Publié le

Pédagogie de la loi selon Henri Guaino

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=rhozet_4v_20110411_53_11042011081707_F2

"La loi porte atteinte à ma liberté" soutient une belphégor

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=rhozet_4v_20110411_53_11042011081707_F2

 

Les politiques et les syndicats de police disent qu’il sera difficile d’appliquer la loi contre le port de la burqa et de tout ce qui masque le visage. D’autres disent que cette loi ne réglera rien car elle ne concerne que quelques centaines de femmes ou quelques milliers selon d’autres.

Les belphégors crient haut et fort qu’elles ne se laisseront pas faire, que la loi est anticonstitutionnelle, qu’elle constitue une grave atteinte à leur liberté.

Les policiers se sentent bien seuls, surtout lorsqu’ils auront à verbaliser dans des quartiers majoritairement musulmans où ils font déjà l’objet d’une grande hostilité et de toutes sortes d’agressions violentes.

Les "jeunes" du PS recrutent

Publié le

Après les "jeunes" de Sos racisme

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/24/sos-racisme-se-lance-dans-les-presidentielles/, voici que l’AFEV http://www.afev.fr/se met au boulot en publiant les résultats de son sondage sur la jeunesse dont la conclusion est, bien sûr, que si elle donne une mauvaise image d’elle-même c’est la faute aux médias qui ne parlent pas des jeunes méritants mais uniquement des voyous.

http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/04/03/limage-des-jeunes-le-poids-des-medias/#xtor=RSS-3208

Le programme du PS qui vient d’être porté à notre connaissance fait la part belle aux jeunes en proposant entre autres, de rétablir les emplois jeunes. Ce n’était pas une mauvaise idée. Ceux qui y ont participé, notamment dans les établissements scolaires, étaient globalement satisfaits d’avoir un petit boulot sympa. Les enseignants y trouvaient également leur compte et parfois les élèves aussi.

Le PS, en vue des élections de 2012, va tenter de séduire les jeunes. Une cible effectivement délaissée par l’UMP, tout comme les classes moyennes. C’est donc parti, le PS lance ses organisations de jeunesse satellitaires dans la bataille pour les présidentielles.

http://www.20minutes.fr/article/699731/politique-ps-programme-2012-retablit-emplois-jeunes-plafonne-salaire-patrons-

Toutes les religions s’emmêlent dans l’islamofolie

Publié le

Si l’athée que je suis prétendait défendre et imposer un dogme de non croyance, elle jugerait hérétiques les dignitaires religieux qui d’une seule voix viennent de s’élever contre la "stigmatisation" des musulmans à travers les propose de Marine le Pen et les projets de débat sur la laïcité et l’islam.

Comment les Chrétiens et les Juifs qui sont persécutés et interdits de culte dans les pays musulmans peuvent ils défendre l’invasion musulmane qui se déverse sur la France depuis une quinzaine d’années, grignotant petit à petit les us et coutumes françaises, les budgets publics, les usages, les lois, l’économie et la finance? Comment peuvent-ils prendre le parti d’à peine un dixième de la population de France contre la liberté et les intérêts de 9 dixième?

Les Musulmans ont enfoncé la porte de la tolérance pour imposer l’intégrisme religieux au moment même où l’intégrisme religieux touche toutes les religions. Quelle aubaine ces boute-en-train de Musulmans. Ils font tout le boulot pour les catholiques intégristes, les Juifs intégristes, les protestants évangéliques et toutes les sectes qui fleurissent pour apporter des réponses aux craintes et angoisses légitimes de populations inquiètes par des changements sociétaux et économiques importants et globaux. Dieu a toujours été un refuge sécurisant pour les âmes inquiètes qui se sentaient impuissantes devant les drames personnels et plus généraux.

On prie Dieu pour s’assurer un meilleur destin et on se soumet à sa volonté quand tout va mal car "Dieu l’a voulu". C’est rassurant.

Grâce à des mouvements comme les évangélistes, le Renouveau charismatique, le bouddhisme, les Témoins de Jéhovah, l’Armée du salut, les Journées mondiales de la jeunesse en présence du Pape, la Scientologie, l’écolo-ethico-durablo attitude stricte, les chamanes, les Loubavitch, le Salafisme, le zen, l’Opus Dei, la Franc-maçonnerie, l’anti-sionisme et la neuro-linguistique, il y a des sectes pour tous les goûts et tous les fanatismes. Une belle occasion pour les hiérarchies religieuses les plus installées et les plus anciennes de se donner un coup de jeune, de rallier des ouailles manipulables et soumises et, bien sûr d’engraisser leurs caisses. Car c’est surtout cela qui intéresse nos papes, curés, pasteurs, rabbins, gourous et imams, glâner le maximum d’argent grâce à une refonte de la loi de 1905 pour pouvoir donner des coups de canifs dans la séparation des Eglises et de l’Etat et financer leurs cultes et leurs prédicateurs par la même occasion. La religion rend ses chefs riches.

Toutes ces religions qui voudraient imposer leur morale liberticide sont en réalité des plus immorales dans leur soudain intérêt pour le respect des autres religions et pour la laïcité. Le désintérêt, la probité, le respect et l’amour du prochain, le partage des richesses et du savoir, c’est bon pour la plèbe et les pauvres ouailles qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Il y a longtemps que les Eglises de tous bords se sont accomodées de la loi de 1905 grâce à d’habiles montage entre le culturel, l’éducatif et le culturel. Mais ça ne suffit pas, il leur en faut encore et encore, convertir plus pour gagner plus, casser la laïcité pour remplir les tirelires.

L’Ici, l’Institut des cultures de l’Islam http://www.paris.fr/ici/institut-des-cultures-d-islam/p8711 est la parfaite allégorie de la destruction de la laïcité au nom du respect des cultes.

On fait venir des gens de toute la région parisienne et de la France pour prier par centaines dans les rues, le trouble à l’ordre public n’est pas sanctionné au prétexte que les pauvres musulmans n’ont pas de mosquée (Pourtant Boubakeur dit que sa mosquée de 2 000 places est vide et les deux mosquées de la Goutte d’Or sont également vides), on dit que la "deuxième religion de France" (5 millions de musulmans pour 45 millions de catholiques et 15 millions d’athées et autres) n’a pas son institut culturel (L’institut du Monde arabe ne montre absolument rien sur l’Islam ?) et on entreprend aux frais du contribuable (qui manque de logements et d’emplois) la construction d’un ensemble pharaonique qui permettra de toucher des dessous de table pour financer la campagne présidentielle du PS qui fermera les yeux sur les infractions au financement des partis de l’UMP. Cela permet aussi à Sarkozy de passer un accord avec Poutine pour le grand chantier d’un institut russe culturel et cultuel, avec des dessous de table en perspective pour financer sa campagne électorale.

Alors on ne voit pas pourquoi toutes les autres religions ne seraient pas de la fête, ne profiteraient pas des largesses forcées des contribuables pour réclamer leur part du gâteau. Et comme tout ce beau monde se tient par la barbichette, il n’y aura que "les gros cons" d’ extrême droite, les "ayatollah laïques" et les "putains d’athées" pour crier dans le désert du bien commun.

Voici la tribune de nos doctes directeurs de conscience, tous des hommes, comme par hasard. Quand les religions ne respectent pas la" moitié du ciel", on peut avoir des doutes sur leur souci du bien commun.
29-03-2011  

«N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons»

Tribune de la conférence des responsables de culte en France 

« La Conférence des responsables de culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du bouddhisme, des Églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), de l’islam et du judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous paraît capital, pendant cette période préélectorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation.

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan. Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée est significative dans notre société française. Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la “laïcité à la française” et ses évolutions depuis plus d’un siècle ont permis.

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d’un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et de celles des cultes que nous représentons. Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d’opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès.

L’accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu’être préjudiciables. Nous en sommes conscients. Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l’essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations, voire des améliorations du cadre juridique et réglementaire de l’expression et de la vie des cultes en France. Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? Ce ne sont ni les débats ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années ? Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs de la Commission présidée par le professeur Jean-Pierre Machelon qui ont donné lieu à un rapport sur “Les relations des cultes avec les pouvoirs publics” remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte en France, dont celui du “support institutionnel” de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du “Groupe juridique inter-cultes” qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du rapport Machelon au sein du ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux, les différents aspects liés au “support institutionnel de l’exercice du culte en France”. Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue. Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française de la laïcité. Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain.

Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! Le devoir de ceux qui sont “en responsabilité” consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous. N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons. Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence. La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société. »

Cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, avec Mgr Laurent Ulrich, vice-président de la Conférence des évêques de France
Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, avec le pasteur Laurent Schlumberger, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France
Métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France
Grand rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, avec le rabbin Moshé Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France
Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, avecAnouar Kbibech, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France

A Lire aussi

N° spécial "Islamisation" sur Riposte laïque :

http://ripostelaique.com/un-numero-special-islamisation-et-une-conference-de-presse-le-lundi-4-mars-a-paris.html

L’avis de Fanny Truchelut (condamnée pour avoir refusé à une militante voilée l’accès aux parties communes de son gîte) sur le débat sur la laïcité

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=31:debat-sur-la-laicite&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

Athéisme, tout savoir

http://atheisme.free.fr/index.html

On a le droit de prier dans la rue mais pas d’afficher que Dieu n’existe pas:

http://www.lefigaro.fr/international/2009/01/12/01003-20090112ARTFIG00291-emoi-autour-d-un-slogan-athee-sur-les-bus-anglais-.php

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 195 followers

%d bloggers like this: