Flux RSS

Archives de Tag: racisme

Émeutes en Afrique du Sud. Noirs sud-africains contre noirs étrangers. Je suis Zoulou !

Publié le
Depuis environ trois semaines, Johannesburg, Durban et d’autres villes sud-africaines sont le théâtre de violents affrontements entre la population noire sud-africaine et la population noire émigrée du Mali, du Zimbabwe, Mozambique, Ethiopie, Somalie et Malawi, Les manifestants accusent les immigrés de voler leurs emplois.
Les marxistes pourront se réjouir puisque les noirs se battent entre eux pour protéger leur emploi et c’est bien sûr la faute aux colons blancs qui créent le chômage du peuple et l’incitent à se battre contre leurs semblables étrangers pour avoir la paix.
Les affrontements ont déjà fait près d’une dizaine de morts et une trentaine d’arrestations. La police a demandé des renforts pour juguler ces émeutes qui se sont répandues dans de nombreuses agglomérations du pays, en particulier dans les townships. Cinq camps de réfugiés ont du être installés pour les étrangers et les ONG les espèrent très provisoires.
Les commerces des noirs étrangers sont systématiquement pillés et brûlés, leurs propriétaires sont menacés, certains ont été lynchés et brûlés vifs et déjà les pays voisins organisent le rapatriement de leurs ressortissants.
L’Afrique du Sud a déjà connu des émeutes xénophobes pour des raisons identiques en 2008 qui avaient fait 62 morts. Ces motifs sont essentiellement économiques, communautaristes et culturels du fait de l’apprentissage de la culture de la violence pendant l’apartheid. De plus, les Sud-africains se considèrent supérieurs aux autres Africains. Selon le journal « Libération »  Les causes de ces violences peuvent bien sûr être envisagées : malgré ses immenses ressources et les promesses formulées à la fin de l’apartheid, la redistribution des richesses est restée un mirage et une large majorité de Noirs continue de vivre dans une précarité déshumanisante (le taux officiel du chômage est de 25% mais il est en réalité bien plus élevé). Et bien sûr, comme souvent, les foules hostiles qui ont attaqué les commerces des «étrangers» ont été plus qu’encouragées par les discours incendiaires de certains leaders. La surenchère a commencé fin mars. C’est d’abord Goodwill Zwelithini, le roi des Zoulous et donc la plus haute autorité traditionnelle de la province de Durban, qui a soudain appelé les étrangers à plier bagage et à quitter le pays. Quelques jours plus tard, Edward Zuma, le fils du Président, se lâche à son tour en jugeant les ressortissants africains«dangereux» car «certains viennent armés et contribuent aux problèmes de drogue».
Après les lynchages intervenus à Durban, le roi des Zoulous a déclaré que ses propos «avaient été mal interprétés» et la famille royale a dénoncé les actes de violences. Le Président, lui, a été plus lent à réagir, même si jeudi, devant le Parlement, Jacob Zuma a fini par condamner clairement ces attaques.
… Le mal est néanmoins bien plus profond. Dans une tribune aussi virulente qu’éclairante postée jeudi sur Facebook, le chercheur d’origine camerounaise Achille Mbembe, professeur à l’université de Wits à Johannesburg, rappelle le harcèlement administratif de plus en plus pressant auxquels sont soumis les immigrés (même ses étudiants) et s’inquiète de l’émergence d’un «national chauvinisme» érigé en idéologie qui rejette notamment toute «dette» de l’Afrique du Sud vis-à-vis des autres pays africains. Pourtant, au cours des années sombres de l’apartheid, les pays voisins ont payé au prix fort l’accueil des exilés du mouvement de libération sud-africain, en étant la cible constante d’attentats et de tentatives de déstabilisation de la part du régime raciste.
Et même des Etats africains plus lointains ont contribué à l’effort de solidarité avec le mouvement anti-apartheid. La haine raciale actuelle, en occultant ce passé, pose en réalité la question de l’identité du pays le plus austral du continent, souligne aussi Achille Mbembe : «Quand on parle de l’Afrique du Sud, que signifie le mot Afrique ?» interroge-t-il. Jeudi, une marche contre la xénophobie a été organisée à Durban. Mais la veille, d’autres africains étrangers étaient menacés à Johannesburg…
Officiellement, l’Afrique du Sud hébergerait deux millions d’immigrants légaux et un nombre inconnu d’immigrants clandestins, soit au moins trois millions d’étrangers pour 53 millions d’habitants. Le pourcentages est faible au regard de l’ensemble mais il faut considérer que ces populations immigrées sont d’autant plus visibles qu’elles sont massivement regroupées dans les banlieues misérables de Johannesburg et Durban.
Le caractère évidemment xénophobe de ces émeutes entre noirs, que Libération contre toute logique attribue à  la  « haine raciale » donne néanmoins à réfléchir sur les émeutes xénophobes en Italie qui sont qualifiées de « racistes » ou « raciales » parce qu’elles opposent la population italienne très majoritairement blanche aux immigrés africains, dont des migrants rescapés des naufrages en Méditerranée, qui pillent leurs petites richesses et créent de l’insécurité.
De même on peut faire un rapprochement avec la lutte contre l’islamisation de la France qui est qualifiée de raciste, islamophobe, fasciste alors qu’elle reflète la crise économique (montant inflationniste des aides sociales, l’insécurité (2/3 des prisonniers sont musulmans selon Jack Lang), mise en péril du système de santé avec la CMU et l’AME qui creusent le trou de la sécu, concurrence sur le coût du travail, remise en question de notre histoire et de notre culture, conflits inter religieux exacerbés, etc.)
Nous devrions donc pouvoir être assimilés aux noirs Sud-africains qui se révoltent pour défendre leur pain quotidien. Nous ne sommes pas tous « Charlie » mais désormais nous patriotes laïques et féministes, nous serons tous » Zoulous ».
Pour en savoir plus
  • L’information dans Le Parisien
  • L’information dans « Libération »
  • Les vidéos de la BBC en anglais
  • Xénophobie en Afrique du Sud au cours du temps

Justice. « Nique la France » relaxé. Nique l’Algérie, nique le Qatar, nique l’Arabie saoudite, nique la Palestine ! Faut plus se géner.

Publié le

Le procès du rappeur et du « sociologue » qui niquent la France s’est soldé par une relaxe en harmonie avec la relaxe de leur égérie, Houria Bouteldja qui avait menacé les sous-chiens que nous sommes.

Heureuse d’apprendre que notre justice protège la liberté d’expression, je peux donc nique le Qatar, l’Algérie (dont sont issus Bouteldja et ses copains), l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Palestine sans risquer d’être convoquée devant la tristement célèbre 17ème chambre correctionnel. Génial, faut pas se gêner ! J’imagine que je peux également traiter ces gens de sous-français, de sous-morpions ou de sous-hommes sans risquer de condamnation.

Bien entendu, je ne niquerai pas le prophète saw car c’est une personne et non pas un pays. Restons dans les limites de l’interprétation de la loi.

Je dois dire que les mettre en accusation pour « racisme anti-blanc » était comme se tirer une balle dans le pied, le « racisme anti-blanc » n’existant pas officiellement en France, ce que les défenseurs se sont fait une joie de démontrer dans les termes du Boboland. Et d’ailleurs, les races n’existant plus dans notre constitution, on se demande pourquoi des associations anti-racistes existent encore et comment elles peuvent être subventionnées. Il n’y a que les victimes du racisme anti-blanc pour témoigner de sa réalité et on sait avec quel respect on les traite. J’ai personnellement été insultée plusieurs fois en tant que « blanche » forcément « salope », on m’a même craché à la figure pour cette raison mais c’est moi qui suis raciste …

Je vous invite à lire et relire le texte de Renaud Camus d’après « les habits neufs de l’empereur » de Hans Andersen. Il peint la culture du déni dont ce jugement est une parfaite illustration.

La Connectrice

http://www.bfmtv.com/societe/racisme-anti-blanc-les-auteurs-de-nique-la-france-relaxes-870255.html

Un rappeur et un sociologue avaient publié en 2010 un livre et un CD au titre commun, Nique la France. Accusés de racisme anti-blanc par une association, ils ont été relaxés ce jeudi. La justice a rejeté, de facto, le concept de « Français de souche ».

Islamisation. Prison pour Charles de Gaulle

propos rapportés par Philippe De Gaulle dans “De Gaulle mon père”. Plon 2003, tome 1 page 433

Autres citations

*”C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Qu’on ne se raconte pas d’histoires! Les musulmans, vous êtes allé les voir? Vous les avez regardés, avec leurs turbans et leurs djellabas? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri même si ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante?

Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux Mosquées!” Charles De Gaulle

Propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était de Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1 page 52

 

 

*”Nous avons fondé notre colonisation, depuis les débuts, sur le principe de l’assimilation. On a prétendu faire des nègres de bons Français. On leur a fait réciter : Nos ancêtres les Gaulois ; ce n’était pas très malin” Charles De Gaulle

propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était De Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1 page 54

 

 

*”C’est beau, l’égalité mais ce n’est pas à notre portée. Vouloir que toutes les populations d’outre-mer jouissent des mêmes droits sociaux que les métropolitains, d’un niveau de vie égal, ça voudrait dire que le nôtre serait abaissé de moitié. Qui y est prêt? Alors, puisque nous ne pouvons pas leur offrir l’égalité, il vaut mieux leur donner la liberté! Bye bye, vous nous coûtez trop cher!” Charles De Gaulle

propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était De Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1, page 55

 

 

*”On peut intégrer des individus; et encore dans une certaine mesure seulement. On n’intègre pas des peuples, avec leur passé, leurs traditions, leurs souvenirs communs de batailles gagnées ou perdues, leurs héros. Vous croyez qu’entre les pieds-noirs et les Arabes, ce sera jamais le cas? Vous croyez qu’ils ont le sentiment d’une patrie commune, capable de surmonter toutes les divisions de races, de classes, de religions? Vous croyez qu’ils ont vraiment la volonté de vivre ensemble?

L’intégration c’est une entourloupe pour permettre que les musulmans, qui sont majoritaires en Algérie à dix contre un, se retrouvent minoritaires dans la République française à un contre cinq. C’est un tour de passe-passe puéril! On s’imagine qu’on pourra prendre les Algériens avec cet attrape-couillons?

Avez-vous songé que les Arabes se multiplieront par cinq puis par dix, pendant que la population française restera presque stationnaire? Il y aurait deux cents, puis quatre cents députés arabes à Paris? Vous voyez un président arabe à l’Elysée?” Charles De Gaulle

propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était De Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1 page 56

 

 

*”De Gaulle ne souhaite pas la solution de l’Algérie française qui ferait des autochtones des Français à part entière. Etant donné les lois d’aide à la famille et le taux élevé de fécondité des Algériens, ils dépasseraient rapidement la population métropolitaine, ce qui ne les empêcheraient pas de nous cracher à la face une fois leur développement acquis” Amiral François Flohic (ancien aide de camp du Général De Gaulle) dans “Souvenirs d’Outre-Gaulle” Plon 1979, page 44

QUELQUES EXTRAITS DES CITATIONS DE DE GAULLE
(Recueilli par Sivéra)

De Gaulle politiquement incorrect.
Rivarol 7 juillet 2006

Sunday 16 July 2006 : Pour fêter dignement le 16e anniversaire de la loi FabiusGayssot-Rocard adoptée le 13 juillet 1990, voici un petit florilège de citations de De Gaulle qui, si cette loi avait, existé à l’époque, auraient expédié le général-président devant la XVIIe Correctionnelle. « Les communistes russes sont des traîtres à la race blanche. Un jour, ils redeviendront solidaires de l’Europe. » (Cité par J .R. Tournoux, La Tragédie du Général, Plon, p 365).

Juin 1944 : De Gaulle n’est rejoint que par une troupe hétéroclite. «Encore un juif… », soupire-t-il, quand on lui annonce le ralliement de Georges Boris, ancien secrétaire de Loewenstein et ex-directeur de la Lumière, conseiller financier (cité par J.-R. Tournoux, Pétain et De Gaulle. Plon 1964).

« Je n’aime pas les youpins. »(Cité par André Le Troquer, La parole à Le Troquer, La Table Ronde 1962).

Au député UNR Raymond Dronne, ancien héros de la libération de Paris et favorable à l’Algérie française: « Voulez-vous être bougnoulisés ? Voyons, Dronne! Donneriez-vous votre fille à marier à un b@#*+*#@» (Cité dans Le petit De Gaulle illustré. Ed. Le Crapouillot, 1967, et par J .R. Tournoux, La Tragédie du Général, op. cit.).

A un autre député UNR, Léon Delbecque, également partisan de l’Algérie française:
«
Et puis, Delbecque, vous nous voyez mélangés à des Musulmans? Ce sont des gens différents de nous. Vous nous voyez mariant nos filles avec des Arabes?» (La Tragédie du Général, op. cit.)

Au général Koenig: «Evidemment, lorsque la monarchie ou l’empire réunissait à la France l’Alsace, la Lorraine, la Franche-Comté, le Roussillon, la Savoie, le pays de Gex ou le Comté de Nice, on restait entre Blancs, entre Européens, entre chrétiens … Si vous allez dans un douar, vous rencontrerez tout juste un ancien sergent de tirailleurs, parlant mal le français (…) Tous ces bicots se chamaillent. Ils aiment les fusils, ils aiment s’en servir. Ils ont la manie de la fantasia » (La Tragédie du Général, op. cit.).

« Au soir des accords d’Evian, en mars 1962 : Alors. Joxe, vous avez bientôt fini avec vos bicots? » (Cité dans Le Petit De Gaulle illustré, op.cit.)

« Les Arabes, ce n’est rien. Jamais on n’a vu des Arabes construire des routes, des barrages, des usines»« Ce sont d’habiles politiques. Ils sont habiles comme des mendiant » (La Tragédie du Général, op. cit.)

« Qu’est-ce que les Arabes ? Les Arabes sont un peuple qui, depuis les jours de Mahomet, n’ont jamais réussi à constituer un Etat … Avez-vous vu une digue construite par les Arabes ? Nulle part. Cela n’existe pas. Les Arabes disent qu’ils ont inventé l’algèbre et construit d’énormes mosquées. Mais ce fut entièrement l’œuvre des esclaves chrétiens qu’ils avaient capturés … Ce ne furent pas les Arabes eux-mêmes … Ils ne peuvent rien faire seuls» (cité par Cyrus Sulzberger, ancien directeur du New York Times, dans Les Derniers des géants, Ed.Albin Michel, 1972).

« Des Français, ces gens-là! Avec leurs turbans et leurs djellabas!» (Cité par A. Peyrefitte. C’était De Gaulle. EdGallimard, 2000)

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont les Arabes, les Français sont les Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisons l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées!»(Cité par Benjamin Stora, Le Transfert d’une mémoire, Ed. La découverte, 1999).

« Vous savez cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux: il y a des nègres à l’Elysée, tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites inviter à déjeuner. Je suis entouré de nègres, ici. … Et puis tout cela n’a aucune espèce d’intérêt ! Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous m’entendez ? Plus une audience avant deux mois. Ce n’est pas tellement en raison du temps que, cela me prend, bien que ce soit déjà fort ennuyeux, mais cela fait très mauvais effet à l’extérieur: on ne voit que dès nègres, tous les jours, à l’Elysée. Et puis je vous assure que c’est sans intérêt» (Entretien avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968 ; cité dans ses Mémoires, tome 2 : Le Général en mai. Journal de l’Élysée. 1968-1969, éd. Fayard/Jeune Afrique).

« Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous imposer ses mœurs» (dans De Gaulle, mon père, par Philippe De Gaulle, éd., Plon).

«Le régime fasciste permet aux pouvoirs publics de tirer des ressources existantes, sans ressource ni ménagement, tout ce qu’elles peuvent donner. L’impérieuse subordination des intérêts particuliers à ceux de l’Etat, la discipline exigée et obtenue de tous, la coordination personnelle du Duce, enfin cette sorte d’exaltation latente entretenue dans le peuple par le fascisme pour tout ce qui concerne la Patrie, favorisent à l’extrême les mesures de Défense Nationale. » (Charles De Gaulle, La Mobilisation économique à l’étranger, Revue militaire française, 1er janvier 1934).

—==oOo==—

Quand on pense que, pour beaucoup moins que cela, on débaptise écoles ou rues dédiées à de méchants “racistes”, la LICRA, le MRAP et SOS-Racisme ne devraient-ils pas unir leurs forces et leur voix pour obtenir que la place de l’Etoile et l’aéroport de Roissy et autres (multiples) lieux prestigieux ne portent plus le nom de l’infâme antisémite, discriminateur et xénophobe que fut De Gaulle ?

Rivarol 7 juillet 2006

Racisme arabe anti-noirs. Ratonnades à Tanger

Une fois de plus, des Arabes ont agressé des Africains à Tanger vendredi 29 août, dans le quartier de Boukhalef à la sortie de Tanger où vivent de nombreux Africains qui cherchent à rejoindre l’Espagne et l’Europe en général. La plupart sont sans papiers. Il y aurait environ 30 000 noirs sans papiers sur le territoire marocain, la plupart stationnés à Boukhalef.

Au cours de cette descente, un Sénégalais a été égorgé et 14 immigrants ont été gravement blessés.

Les descentes dans les quartiers où vivent les Noirs sont monnaie courante et ne sont que partiellement justifiées par les désagréments causés par la présence de milliers d’immigrants en attente de pouvoir gagner l’Europe. En général, les Arabes considèrent les Noirs comme des êtres inférieurs tout juste bons à être leurs esclaves.

Selon Naiwu Osahon, du mouvement Pan africain, « les africains sont traités comme la crasse de l’humanité » dans le monde arabe. Selon lui, la politique arabe depuis le 7è siècle n’a été que « élimination, déplacement, séparation, marginalisation et suppression » des noirs africains. On pourrait dire qu’elle se poursuit encore à ce jour. Les noirs africains qui travaillent en Egypte, en Algérie et en Libye racontent comment ils sont ridiculisés publiquement et physiquement agressés par les arabes.http://www.jpic-jp.org/opt/46-fr.html

Les Musulmans qui sont si prompts à envahir nos rues pour demander justice pour les Palestiniens sont aux abonnés absents quand les noirs sont sauvagement attaqués, tués, discriminés et ostracisés. Pour les Arabes, les Noirs ne sont pas de vrais Musulmans.

Pourtant, il s’agit là d’un véritable racisme qui perdure depuis des siècles. On sait que ce sont les Arabes qui ont « inventé » l’esclavage et la traite des noirs et qu’ils ont été particulièrement cruels avec eux puisqu’ils les ont castrés afin qu’il n’aient pas de descendance. C’est là toute la différence avec les Etats-Unis d’Amérique qui comprennent aujourd’hui une importante communauté noire descendante des esclaves alors qu’il n’y a pratiquement pas de noirs descendants d’esclaves dans les pays musulmans qui ont pratiqué leur génocide. Malgré ces évidences historiques, des gens comme Dieudonné et ses semblables continuent d’accuser les Juifs et les blancs dans leur ensemble d’être responsables de la traite des Noirs.

La traite orientale a été la plus longue et la plus régulière des trois traites, ce qui explique qu’elle ait globalement été la plus importante en nombre d’individus asservis : 17 millions de noirs selon l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, du viie siècle à 192014.http://fr.wikipedia.org/wiki/Traites_n%C3%A9gri%C3%A8res

On aimerait bien que le « justicier » Dieudonné s’exprime sur les persécutions des Noirs par les Arabes, notamment par les Marocains à Tanger.

Pour être juste, il est nécessaire d’ajouter que les Noirs sont souvent racistes vis à vis des arabes et, surtout vis-à-vis des Blancs comme on peut le constater dans la vie quotidienne.

La Connectrice

Konaté (pseudonyme) travaille pour l’association espagnole Caminando Fronteras, qui fournit une aide humanitaire aux migrants à Tanger. Il prenait un thé dans le quartier quand les violences ont éclaté.

On m’a dit qu’il fallait que je parte car j’étais noir. Pourtant, j’ai un travail, j’ai mes papiers. Mais ces soirées-là, où ça chauffe, il n’y a aucune distinction. Ce ne sont rien d’autre que des scènes de justice populaire : les assaillants accusent les Noirs d’être des squatteurs, des alcooliques, à l’origine de problèmes d’insécurité dans le quartier [RFI évoque des expéditions commanditées par des promoteurs immobiliers pour pousser au départ les migrants squatteurs NDLR]. Comme ils estiment que les autorités ne prennent pas suffisamment le problème au sérieux, ils ont décidé de les chasser eux-mêmes. Ils font l’amalgame entre « Noir-sans-papier-insécurité », alors qu’il y a beaucoup d’habitants en situation régulière à Boukhalef, qui payent leur loyer.

Ce sont des groupes organisés avec un chef qui donne des ordres. Ils sortent le plus souvent le vendredi, après la prière du soir, et visent à la tête, ce qui laisse penser qu’ils veulent blesser mortellement. Ils entonnent des chants racistes en arabe tels que « on ne veut plus voir ces singes ici « ou « c’est notre guerre sainte ! « .
Le plus grave, c’est que cela se passe souvent sous l’œil des policiers qui n’interviennent pas. Vendredi, le Sénégalais a été tué à quelques mètres du commissariat de Boukhalef. Des personnes dont on a détruit les appartements ou qui ont été blessées ont attendu des heures pour déposer plainte. Tout est fait pour dissuader les Noirs africains de rester ici. 

En réaction à ces attaques, une centaine de Noirs africains ont défilé dans les rues de Tanger pour dénoncer les violences dont ils sont régulièrement victimes, avant d’être dispersés par la police. Ces épisodes haineux se sont multipliés ces six derniers mois. Il y a quinze jours, dans le même quartier, quatre personnes avaient été blessées à l’arme blanche dans une attaque similaire.

http://guineeinformation.fr/index.php/insolite-people/item/1244-a-tanger-des-noirs-africains-attaques-a-la-machette-un-senegalais-egorge-quelques-jours-apres-la-lapidation-d-un-joueur-camerounais-que-cherchent-encore-les-africains-chez-les-arabes

Pour en savoir plus

Sur le côté de la route de Fnideq à Ksar Sghir, dans le nord du Maroc, six jeunes hommes sont assis, les mains tendues dans un geste suppliant.

“Attention, ces Noirs pourraient vous manger”, nous lance sous forme de mise en garde un Marocain vendeur de jus dans la ville frontalière de Fnideq. Ils pourraient quoi ? “Oui, vraiment”, répond-il. “Ils sont capables de tout”. Les chauffeurs de taxi en attente de clients sur la place poussiéreuse manifestent peu d’enthousiasme lorsqu’il est question d’aller visiter ces Africains qui campent dans la forêt. “N’y allez pas, c’est dangereux”.

“Les Arabes détestent les Noirs. Et cela ne date pas d’aujourd’hui, c’est dans leur sang », déclare Aboubakr, un jeune ressortissant du Sénégal qui espère éventuellement rallier l’Europe. Il a passé près d’un an à Rabat, la capitale du Maroc, avant d’arriver dans ce campement près de la frontière espagnole et ses expériences là-bas lui font ressentir de l’amertume.

“Certains de mes amis ont été attaqués au couteau. Les bandits nous prennent pour cible parce qu’ils savent que nous ne pouvons pas aller à la police, même si nous sommes dépouillés et blessés. Étant sans papiers, nous serons plutôt arrêtés. Les Noirs n’ont aucun droit ici”.

– See more at: http://maliactu.net/les-arabes-detestent-les-noirs/#sthash.x8atV1lj.dpuf

  • Le grand tabou. Le racisme arabe.

Rebecca Tinsley
Journaliste et activiste des droits humains.
Huffington Post, le 9 Septembre, 2011. http://www.jpic-jp.org/opt/46-fr.html

…Rien de cela n’est arrivé au hasard. Déjà en 2000 il y avait eu des émeutes sanglantes contre les immigrés en Libye. Ni non plus y a t-il une chose inhabituelle dans l’attitude libyenne. Le racisme arabe envers les noirs africains est monnaie courante même s’il demeure un sujet tabou. Pour le lauréat du prix Nobel de littérature, Wole Soyinka, le manque de volonté de confronter le racisme arabe trouve ses racines dans le rôle que les Arabes ont joué dans les commerces des esclaves. Il écrit: « Les Arabes et l’Islam sont coupables d’une brutalité culturelle et spirituelle envers le continent ».

L’Intellectuel éthiopien Mekuria Bulcha estime que les esclavagistes aient vendu 17 millions d’Africains au Moyen Orient et en Asie entre le 6è et le 20è siècle. Et pourtant il y a une résistance presque totale de la part des intellectuels à examiner le rôle central des arabes dans l’esclavage passé et présent.

Selon Naiwu Osahon, du mouvement Pan africain, « les africains sont traités comme la crasse de l’humanité » dans le monde arabe. Selon lui, la politique arabe depuis le 7è siècle n’a été que « élimination, déplacement, séparation, marginalisation et suppression » des noirs africains. On pourrait dire qu’elle se poursuit encore à ce jour. Les noirs africains qui travaillent en Egypte, en Algérie et en Libye racontent comment ils sont ridiculisés publiquement et physiquement agressés par les arabes.

L’écrivain egyptien Mona Eltahawy raconte d’avoir vu une fille soudanaise violentée et tourmentée sur le métro du Caire et conclut : « Nous sommes des racistes en Egypte et pourtant nous nous obstinons à le nier ». Elle emplie son observation pour affirmer que le monde arabe ignore la souffrance du Darfour parce que les victimes sont des noirs. « Nous payons attention seulement quand c’est l’Amérique et Israël à se mal comporter ».

La Ligue Arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique ont à maintes reprises refusé de censurer le régime totalitaire du Soudan pour tuer ses propres citoyens noirs africains, même quand les victimes sont des musulmans. Leurs conférences se place du côté plus sûr en condamnant d’une manière routinière Israël pour sa manière de traiter les palestiniens.

On peut bien dire que les leaders arabes et musulmans refusent de critiquer les leurs parce qu’ils perçoivent -en utilisant un mot mal inspiré de Bush- une croisade orchestrée par les Etats Unis d’Amérique contre eux. On reconnait moins le syndrome par lequel ils s’enfoncent dans leur propre victimisation et plaintes persistantes en ignorant les atrocités et les violations des droits humains envers les minorités dans leurs propres pays.

Mais il y a une autre raison pour l’indifférence arabe à la souffrance au Darfour et Somalie. Ces victimes sont « le faux type de musulman », c’est-à-dire, ce sont des noirs africains et non des arabes.

Au début des années 1900, Winston Churchill était écoeuré de voir comme les militaires arabes soudanais utilisaient les noirs nubiens pour leurs exercices de tir. Rien n’a changé, sauf que maintenant on tire sur eux dès les hélicoptères qui planent au dessus des Monts Nouba où se sont refugiés des civils noirs africains.

Dans le Soudan moderne c’est une pratique courante pour les soudanais qui se définissent à eux mêmes arabes, d’appeler ouvertement les soudanais noirs « abid », esclaves; ignorant même le fait qu’il y a eu mariages mixtes depuis plusieurs années. L’intellectuel Canadien Salim Mansur affirme: « Les noirs sont vus par les arabes come racialement inférieurs et la violence arabe contre les noirs a une longue et turbulente histoire ».

Toute tentative de faire face au racisme arabe persistant est dominée par les appels à la solidarité arabo-africaine contre les néo-colonialistes de l’Occident. Selon les mots de l’intellectuel nigérian Moses Ebe Ochonu, qui vit aux U.S. A., « les leaders noirs africains se donnent de la peine pour plaire et pour protéger les intérêts des arabes nord africains ».

 …

La traite arabe commence en 652, vingt ans après la mort de Mahomet, lorsque le général arabe Abdallah ben Sayd impose aux chrétiens de Nubie (les habitants de la vallée supérieure du Nil) la livraison de 360 esclaves par an. La convention, très formelle, se traduit par un traité (bakht) entre l’émir et le roi de Nubie Khalidurat.

La traite ne va cesser dès lors de s’amplifier. Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d’individus le nombre d’Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XXe siècle. C’est à peu près autant que la traite européenne à travers l’océan Atlantique, du XVIe siècle au XIXe siècle.

Le trafic suit d’abord les routes transsahariennes. Des caravanes vendent, à Tombouctou par exemple, des chevaux, du sel et des produits manufacturés. Elles en repartent l’année suivante avec de l’or, de l’ivoire, de l’ébène et… des esclaves pour gagner le Maroc, l’Algérie, l’Égypte et, au-delà, le Moyen-Orient. Au XIXe siècle se développe aussi la traite maritime entre le port de Zanzibar (aujourd’hui en Tanzanie) et les côtes de la mer Rouge et du Golfe persique.

Le sort de ces esclaves, razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes, est dramatique. Après l’éprouvant voyage à travers le désert, les hommes et les garçons sont systématiquement castrés avant leur mise sur le marché, au prix d’une mortalité effrayante, ce qui fait dire à l’anthropologue et économiste Tidiane N’Diyae :«Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d’Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s’est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi – et dans une large mesure- une véritable entreprise programmée de ce que l’on pourrait qualifier d' »extinction ethnique par castration »» (*).

Racisme.  » j’te nique ta race … J’veux savoir c’que c’est que de prendre ta place »

Publié le

Certaines populations françaises de papiers incitent régulièrement, quotidiennement et avec succès. Ce sont les djeuns pour la plupart logés avec l’argent du contribuable dans ce qu’on appelle pudiquement les « cités » ou les « quartiers ». Ces ensembles de logements sociaux sont devenus des zones de non droit, des refuges pour trafiquants de drogue et d’armes, des propriétés de l’oumma islamiya dont les membres gèrent par le nombre et la terreur.

Dans ces territoires perdus de la République règne l’idéologie de la haine véhiculée par les chanteurs de rap, de hip pop qui y connaissent un immense succès parce qu’ils nivellent les insurgés par le bas. Il est toujours plus facile de haïr que d’aimer, de détruire que de construire, de hurler que de parler, de s’émouvoir que de raisonner.

J’apprends donc ce matin qu’un vomi de rappeur a été visualisé 12 millions de fois sur l’Internet et je ne vous en donnerai pas le lien pour ne pas en faire de la publicité mais je vous en livre les paroles ci dessous.

En France, il est licite et recommandé tout en étant recommandable d’insulter et de menacer les représentants de la loi républicaine, d’insulter et de menacer les femmes et d’insulter et de menacer les hommes blancs. On comprends que tous les ennemis de la République et de ses valeurs ne se gênent pas pour menacer et insulter toutes celles et ceux qui ne leur ressemblent pas et qui ne partagent pas leur haine vis-à-vis de la civilisation des koufars qui les nourrissent, les logent et les protègent.

D’une certaine façons, ils ont raison, l’homme blanc manque de c…s et comme les Les singes [qui]viennent de sortir du zoo ne connaissent que la loi du plus fort, ils frapperont toujours plus violemment que notre police et notre armées réunies. On ne voit pas ce qui, à ce jour pourrait arrêter l’insurrection musulmane. L’oumma islamiya a déjà gagné en France qui héberge a elle seule 66% des terroristes musulmans.

Ah, comme il était doux le temps où Brel traitait les bourgeois de « cochons » et Brassens imaginait le viol d’un juge par un gorille. ..

La Connectrice

  •  » Je n’ai aucune peine, j’te nique ta race

Dans les veines, je n’ai que de la glace
J’veux savoir c’que c’est que de prendre ta place
J’m’entraîne à sourire devant ma glace
La capitale dans le barillet
Tout arrive de Colombie akhé
J’rappe sale tellement avarié
Que même ces putains de rats attrapent la diarrhée
J’encule Brandon et Dylan
Si les pédés crament au napalm, j’veux la palme
J’m’en bat les couilles de qui rend l’âme
J’trempe mes cookies dans tes larmes.

(refrain)

Les singes viennent de sortir du zoo
Armés comme à l’époque du Clos ( Clos-Saint-Lazare est la plus grande cité de Stains (93) réputée pour être une zone de non droit, où se déroulent trafics d’héroïne et règlements de compte à l’arme à feu.  Depuis une vingtaine d’années, on ne compte plus les morts pour le monopole du marché de la drogue. NDLC).

L’ange de la mort dans la peau
Ton cadavre derrière quelques plots
Le sang est plus épais que l’eau
Armés comme à l’époque du Clos
Les singes viennent de sortir du zoo

Traqué mais pas domestiqué
Ma vocation te braquer et te voir me l’astiquer
J’te met en location, t’es maqué, j’vais devoir te niquer
T’es en rotation, t’es claqué, faudra m’expliquer
Dans le calbut, du surplus de quelques barrettes
Ta mère la sale pute, il est trop tard pour chialer
C’est pas parce que tu joues pas que le jeu s’arrête
Ca sent la sueur au labo, des trackers sous l’capot
Cent plombs dans tous les bracos
Viser en plein cœur tous ces raclos
J’suis un de ces nègres qui persistent, et les ténèbres s’éclaircissent

(refrain)

Y’a que les ficelles de tes strings qui te soutiennent
J’te baise et les draps s’en souviennent
Gros bras pour que Kadiatou vienne
Me fasse un riz au gras ou tiebou dien
La chambre est assez grande pour plusieurs chiennes
Le torse est assez large pour plusieurs chaînes
Dans le monde des blancs, les billets sont mauves
Chez nous, l’animal dominant est un noir chauve
Quelques grammes par jour dans l’pif
Les hommes mentent mais pas les chiffres
Le nom d’un mort tatoué sur la peau
Les singes viennent de sortir du zoo.

Source paroles http://rapgenius.com/tags/rap-francais

Une convertie voilée provoque une émeute à Trappes ce vendredi soir

Vendredi soir, après la prière musulmane des agents de police ont tenté de verbaliser une convertie à l’islam qui, en infraction avec la loi, portait un voile dissimulant son visage. Le compagnon de la jeune femme a violemment pris à parti les forces de l’ordre au prétexte de propos racistes. On ne dit pas de quelle race il s’agissait à moins qu’on ne considère les musulmans comme une race. Pourtant, officiellement, les races n’existent pas. Les petits enfants ne doivent plus rien comprendre. L’homme en question a tenté d’étrangler un policier.

Comme d’habitude dans ce genre d’intervention, un attroupement hostile aux policiers s’est formé et le jeune homme a été interpellé et placé en garde à vue. Près de 250 personnes ont assiégé le commissariat de police en criant des injures, brûlant des poubelles et détruisant des abribus. Cette démonstration de force a appelé une réponse policière avec  tirs de flash balls et renfort de forces de l’ordre.

Les émeutiers ont clairement exprimé leur mépris des lois françaises et républicaines et celui de l’Etat de droit. Ce fait coutumier ne semble pas mériter de réponse appropriée de la part d’un gouvernement qui a abandonné la population de France à la terreur, à la loi de la jungle et à des coutumes féroces venues d’un autre âge. Une telle impuissance rend le front national de plus en plus sympathique. Merci aux Musulmans.

Article et commentaires de référence : http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-echauffourees-devant-le-commissariat-de-trappes-19-07-2013-2994027.php

Nouveau ce samedi matin

L’émeute a duré toute la nuit. On peut voir des vidéos des barrages de feux. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/19/rassemblement-violent-devant-le-commissariat-de-trappes_3450392_3224.html

le Site Al Kranz , voix du djihad, au prétexte de lutte contre l’islamophobie, relate la nuit d’émeute à sa manière http://www.al-kanz.org/2013/07/19/trappes/

Selon les différentes sources, il est dit qu’il y avait de 200 à 400 « jeunes du quartier ». On sait ce que ça veut dire mais le plus intéressant est que la pauvre femme-mère voilée a eu le courage, malgré l’effroyable traumatisme qu’elle a subi au point de mobiliser des centaines de personnes, elle a dont eu le CRAN d’écrire son témoignage sur un site dédié à l’islamophobie. Une fois que le policier en a fini avec ma mère, il vient vers moi et fait de grands gestes devant mon visage en me tenant un langage agressif. Apeurée, je lui ai demandé de se taire. Il m’a alors attrapée par le voile au niveau de la tête et traînée avec une force monstrueuse, avant de me plaquer sur le capot de la voiture en me criant : « C’est à moi que tu parles ? C’est à moi que tu parles, hein ? »http://www.al-kanz.org/2013/07/20/trappes-temoignage/ Notons que la scène de la voilée plaquée sur le capot de la voiture évoque fortement  un fantasme porno de viol.

On remarquera aussi que ce témoignage ressemble étrangement à tous ceux qu’on a pu lire émanant d’autres femmes voilées d’un niqab dont l’interpellation a été suivie par des émeutes, comme à Argenteuil ou Marseille. La rapidité avec laquelle les émeutiers se rassemblent en nombre, la rapidité avec laquelle l’information -biaisée- est diffusée, la rapidité avec laquelle le « témoignage » des victimes est mise en ligne permet d’imaginer qu’il y a derrière tout cela une organisation de fait qui repose essentiellement sur le principe absolu de l’oumma, la communauté musulmane.

J’ai personnellement pu tester, à mes dépens, le fonctionnement de l’oumma. Chaque fois que je m’élève contre le comportement inapproprié d’un musulman, je me vois immédiatement entourée par plusieurs musulmans -surgis de nulle part- qui prennent son parti d’office sans savoir de quoi il retourne. Il apparaît clairement qu’un musulman a toujours raison aux yeux des autres musulmans, même lorsqu’il fait brûler une jeune femme comme Sohane. On se souvient de l’indignation des copains et de la mère du criminel criant dans les couloirs du tribunal de Bobigny après sa condamnation « la justice française c’est de la merde’, « c’est ça la justice française ». Pas étonnant quand on apprend qu’une norvégienne violée à Dubaï a été condamnée et emprisonnée ! Un Musulman a toujours raison, « les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République » entend-on régulièrement.

Le traitement réservée à la Norvégienne violée à Dubaï qui a osé porter plainte contre un croyant est un exemple de ce que la charia et la justice musulmanes nous réservent.

Sa famille n’a même pas été mise au courant. Mais ses employeurs savaient. La norvégienne Martha Deborah Dalelv, 24 ans, originaire de Tonsberg (Norvège), a été emprisonnée à Dubaï (Emirats arabes unis) après avoir porté plainte pour viol. En plus d’être condamnée à seize mois de prison, elle est immédiatement renvoyée par la franchise dubaïote de l’entreprise pour laquelle elle travaillait, THE One Total Home Experience. http://www.rue89.com/2013/07/19/violee-voyage-daffaire-a-dubai-est-immediatement-viree-employeur-norvegien-244381

Nous avons bien compris, un état musulman peut commettre toutes les horreurs possibles, il sera toujours honoré . La police française ose faire respecter la loi française, elle sera menacée, décrédibilisée et castrée.

En France, les Musulmans ont gagné la guerre des berceaux, la guerre de la Justice, la guerre de la police, la guerre des logements sociaux, la guerre du territoire dans leurs banlieues qu’ils ont eux même pourries à des fins de conquête, la guerre de la culture, la guerre de religion et la guerre politique. Ils sont forts ces musulmans, eux au moins, ils savent se faire respecter…par la terreur;-((((

Nouveau au 20 juillet

Voici ce que je découvre sur un site incitant à l’antisémitisme et à la haine de tout ce qui n’est pas islamiquement correct. On notera que ce site qui incite à la haine ne fait l’objet d’aucune plainte, à ma connaissance.

DEPUIS 2011 SARKOLLANDE APPELLE AU DJIHAD EN SYRIE…ENTENDUS PAR LES VOYOUS ISLAMISTES FRANCAIS PARTIS SOUTENIR AL NUSRA …EFFET BOOMERANG ASSURE…NE VENEZ PAS VOUS PLAINDRE APRES S’ILS PASSENT LA REPUBLIQUE A LA TRAPPES http://www.planetenonviolence.org/

Les islamistes adorent ce genre de site belliqueux qui encourage la haine du Français et de tout ce qui est différent d’eux. C’est avec ces arguments haineux qu’ils bourrent le crâne d’illettrés pressés d’en découdre pour se défouler car ils ne savent rien faire d’autre, leur religion les prive des outils de la pensée. L’allusion à l’émeute de Trappes est claire.

Finalement, il ne s’agit plus d’émeute mais d’insurrection.

Lundi 22 juillet

Monsieur Valls s’est fendu d’un discours de fermeté ce matin à Trappes mais en fin d’après-midi on apprenait que les hommes appréhendés avaient tous été relâchés y compris celui qui avait été condamné à 6 mois de prison ferme. Yahya, un jeune homme sans emploi de 19 ans, a été condamné à une peine de six mois ferme. Il est ressorti libre du tribunal correctionnel, où il était poursuivi pour rébellion et jets de projectiles sur des policiers vendredi soir à Trappes. Le tribunal avait requis à son encontre neuf mois de prison ferme avec mandat de dépôt.
 Le jeune homme devrait être convoqué devant un juge dans le cadre d’un aménagement de peine, a précisé la présidente à l’audience. Dans le passé, il avait fait l’objet d’un rappel à la loi pour escroquerie et été condamné à 400 euros d’amende pour une simple infraction routière. http://www.leparisien.fr/yvelines-78/violences-a-trappes-un-jeune-homme-condamne-a-6-mois-ferme-deux-autres-relaxes-22-07-2013-2999847.php

La justice politique de notre pays n’a pas été aussi indulgente avec Nicolas et Estéban qui croupit toujours en prison.

Devant une telle mansuétude vis-à-vis des insurgés, on peut s’attendre à ce que ce mois de ramadan soit aussi chaud que la canicule.

Lundi 3 juin à Paris, Pour la parole libre, contre le harcèlement judiciaire

Publié le

Halte au harcèlement judiciaire contre la parole libre, le lundi 3 juin, à 15 heures 15, à Paris, au Café du Pont Neuf, avec Robert Ménard, Christine Tasin et Maître Karim Ouchikh.

Source : http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/ils-veulent-vraiment-nous-tuer,24964

Ils veulent vraiment nous tuer !

censure_1

Ils sont trop forts. Dans le pays de Voltaire et des droits de l’homme, ils ont réussi, en quarante ans, à mettre en place un dispositif sacrément efficace pour nous faire taire.

Ils ont d’abord perverti l’esprit libéral de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 en y introduisant au forceps les lois Pleven-Gayssot-Taubira.

Ils nous ont collé des associations dites antiracistes, qu’ils ont gavées de subventions. Et ils leur ont permis d’ester en justice contre tout citoyen qui oserait émettre une opinion jugée illégale par les nouveaux maîtres censeurs.

L’arme secrète : l’article 24, alinéa 8, entré en fonction le 31 décembre 2004. Il précise que « ceux qui auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement ».

Grâce à cet article : tribunal pour Pierre Cassen et Pascal Hilout, qui estiment que l’islam n’est pas vraiment une religion d’amour, de tolérance et de paix. Tribunal pour Éric Zemmour, qui affirme que la majorité des trafiquants sont noirs ou arabes. Tribunal pour Brigitte Bardot, qui s’émeut de la souffrance animale, lors de l’égorgement rituel du mouton. Tribunal pour Fanny Truchelut, qui ose demander à deux femmes, dans un gîte, de retirer leur voile dans les parties communes.

Comme si cela ne suffisait pas, ils nous ont collé des juges à la neutralité surprenante, comme on a pu le voir lors de l’affaire du mur des cons. Ces magistrats pèsent 30 % aux élections professionnelles et se permettent d’insulter tous ceux qui ne partagent pas leur vision de la société, souvent basée sur l’inversion des valeurs.

Comme si cela ne suffisait pas, on a même vu un hebdomadaire (Le Nouvel Observateur), par la plume de Guillaume Weill-Raynal – frère jumeau de Clément -, demander ouvertement au garde des Sceaux de poursuivre Christine Tasin et Robert Ménard, suite à un article de la première publié par le deuxième sur Boulevard Voltaire.

Comme si cela ne suffisait pas, l’Organisation de la conférence islamique (OCI) et ses satellites français multiplient les pressions pour réintroduire le délit de blasphème, en assimilant toute critique de l’islam à du racisme.

Le scénario est donc à présent parfaitement au point pour museler la liberté d’expression de la presse, Internet ou autre.

Première étape : suite à un article, les associations musulmanes protestent. Deuxième étape : une association « antiraciste » dépose plainte. Troisième étape : un procureur, qui peut être membre du Syndicat de la magistrature, ou complaisant avec ses thèses, instruit la plainte. Quatrième étape : les autres associations « antiracistes », sans avoir un centime à débourser, se portent partie civile, et demandent de lourdes indemnités. Cinquième étape : la 17e chambre correctionnelle, qui juge les affaires de presse, condamne souvent lourdement les prévenus. Si vous souhaitez une sixième étape, il vous faut alors faire appel, et cela n’est pas gratuit.

Comme si cela ne suffisait pas encore, nous avons entendu la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, et la sénatrice Esther Benbassa, exiger « d’encadrer » la liberté d’expression sur Internet.

C’est dans ce contexte aujourd’hui que Riposte laïque – et d’autres – est victime d’un véritable harcèlement juridique, avec pas moins de cinq contributeurs poursuivis, suite à des plaintes souvent grotesques, mais instruites, et donc coûteuses. Ils veulent vraiment nous tuer.

Estimant que cela commence à faire beaucoup, nous avons décidé de tenir une conférence de presse, sur la question du harcèlement judiciaire contre la parole libre, le lundi 3 juin, à 15 heures 15, à Paris, au Café du Pont Neuf, avec Robert Ménard, Christine Tasin et Maître Karim Ouchikh.

Espérons que ceux qui ont pour mission d’informer nos compatriotes seront au rendez-vous.

Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque

 

%d blogueurs aiment cette page :