Flux RSS

Archives de Tag: rap

Pas de Médine Zaouiche au Bataclan ! signez la pétition

Publié le

(Je n’ai pas trouvé la source première de cette photo reprise dans de nombreux médias, j’ignore donc s’il s’agit d’un montage ou d’une pose prise par Zouiche lui-même)

Le rappeur Médine se produira à deux reprises en octobre 2018 au Bataclan, haut lieu de la tragédie meurtrière lors des attentats de Paris.

Avec cette programmation dans ce lieu très symbolique du terrorisme islamiste, on atteind le comble de l’ indécence et de la soumission.

L’artiste est en effet connu pour ses paroles particulièrement violentes au nom de l’Islam.

Si la liberté d’expression est un droit fondamental, il y a des symboles qui peuvent aussi choquer.

Ainsi, le rappeur Médine avait écrit une chanson, «Don’t laïk» (non laïque), peu après la tragédie de Charlie Hebdo en janvier 2015,  dans laquelle il tenait des propos agressifs : «Crucifions les laïcards comme à Golgotha», «si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante», «Marianne est une femen tatouée « Fuck God » sur les mamelles», «J’mets des fatwas sur la tête des cons», etc.

Le chanteur rejette d’un revers de main ces accusations en évoquant un pamphlet musical contre les djihadistes,ce qui semble très difficile à accepter au regard de son combat ultra réactionnaire et communautariste qui transpire dans la majorité de ses textes.

Et comment expliquer, autrement que par l’envie de provoquer ou de jouer sur l’ambiguité, qu’il arbore fièrement ce t-shirt « Jihad » dont il a fait un business ? Sa chanson « Jihad » auquel ce vêtement fait référence est plutôt pacifiste, mais pour qui ne la connait pas, ce t shirt est plus que choquant et agressif. 

En signant cette pétition, vous demandez donc au préfet de police de Paris et au directeur Bataclan d’interdire ce concert ou d’en annuler la programmation dans ce lieu ou des dizaines de personnes ont été lâchement assassinées. 

Alors que des familles de victime portent plainte pour non assistance à personnes en péril, inutile d’ajouter de l’indécence dans ce lieu. 

Merci de signer par respect pour les victimes et leurs familles ainsi que tous ceux qui en France ont souffert, souffrent et souffriront encore du terrorisme islamiste.

https://www.change.org/p/prefet-de-police-de-paris-malaise-non-au-rappeur-medine-qui-veut-crucifier-les-la%C3%AFcards-au-bataclan?signed=true

 

 

  • Jusqu’à présent, le gouvernement se contentait d’opposer la règle de droit à ces appels. Le premier ministre a invoqué mardi le respect « scrupuleux » de « la loi » et de la « liberté d’expression ». « On peut se fixer comme règle simple (…) de vouloir en toute matière respecter la loi. Et la loi s’agissant d’un concert (…) est très simple : elle ne permet d’interdire que lorsque la programmation causerait un trouble manifeste à l’ordre public » en cas d’« incitation à la haine raciale », a déclaré Edouard Philippe devant le Sénat.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/06/13/le-gouvernement-n-exclut-plus-d-interdire-les-concerts-de-medine_5314404_3224.html

  • « Il y a la liberté de création, mais il ne faut pas sous-estimer ce que peuvent avoir de tels propos sur des esprits fragiles, sur un certain nombre de nos jeunes », a indiqué l’ancien maire de Lyon. LCP a filmé son allocution.
SUR LE MÊME SUJET

 

Et d’évoquer une possible intervention gouvernementale pour déprogrammer le concert du rappeur : « Nous ne sommes pas maîtres de la programmation du Bataclan. Mais comme vous le savez, tout ce qui peut amener un trouble à l’ordre public peut, dans les limites de la loi, pouvoir trouver une interdiction. Nous verrons d’ici le mois d’octobre ». En outre, il a promis de lutter contre « ceux qui appellent à la haine, à la division ».

https://www.valeursactuelles.com/culture/medine-au-bataclan-gerard-collomb-evoque-lannulation-des-concerts-96326

  • Pourquoi on ne peut pas interdire le concert de Médine au Bataclan

Les lecteurs de Causeur ne sont pas d’accord avec l’auteur de l’article :

A l’auteur: Vous êtes avocat et vous ignorez que la morale est une source du droit? Revoyez vos cours de Droit avant d’écrire des sottises!Par ailleurs concernant la chanson « Bataclan » ou avez vous vu qu’il s’agisse d’un hommage? Pas une seule fois, il n’exprime la moindre empathie pour les victimes de ce drame et/ou de condamnations de leurs auteurs! Il ne fait qu’exprimer son soi disant rêve de se produire au Bataclan. On se demande bien pourquoi car cette salle était connue pour les groupes de hard rock mais pas pour le rap! On en conclut donc que ce qui l’attire au Bataclan, c’est que lui, un islamiste frère musulman vienne se produire sur le lieu même ou d’autres islamistes ont assassiné 90 personnes.Enfin, dernière chose:vous n’ignorez pas que ce n’est pas parce que des propos n’ont pas été pénalement sanctionnés qu’ils ne sont pas pénalement punissables. Donc, votre argument sur l’absence de condamnation pénale préalable de Medine n’a aucun sens.

1) « Pour ma part, il est certain que je n’irai pas aux représentations. On ne pourra pas dire que je suis un fan de rap ».C’est tout ce qui vous préoccupe ? Votre réputation d’avoir bon goût sur le plan musical ?Si vous y allez, on dira juste que vous avez des sympathies pour l’islamisme, pas que vous avez un goût de chiotte.2) Pas d’atteinte à la dignité de la personne ? Pas de « propos pénalement répréhensibles » ? Je vous conseille d’écouter ses chansons.3) Le trouble à l’ordre public venu de l’extérieur, j’espère que nous serons nombreux à le provoquer.4) « Il n’est pas sûr que les chansons polémiques soient chantées. » Ça change quoi ? Chanterait-il « Au clair de la lune », qu’il a chanté ce qu’il a chanté.5) « Bataclan » n’est en rien un « hommage à la salle parisienne meurtrie par lesattentats du 13 novembre ». Encore une fois, écoutez la « chanson » avant d’écrire n’importe quoi.6) La victimisation est son créneau ? Très bien, qu’il en ait pour son argent. Au moins, il pougnera pour une bonne raison.7) Liberté d’expression pour les islamofascistes et leurs sympathisants ? Sur le lieu-même d’un de leurs massacres ?

Outre que le fait de vouloir entraver la liberté d’expression est un délit sanctionné par l’article 431-1 du code pénal, cela reviendrait à justifier le trouble à l’ordre public face à un adversaire dont on admettrait qu’il est fondé en droit et que seule la violence pourrait lui être opposée. 

On n’admet rien Monsieur, comme cela a déjà été dit : laisserait-on un chanteur néo-nazi se produire à Ouradour ? Serait-ce une entrave à la liberté d’expression ? Par ailleurs les risques de trouble à l’ordre public sont réels : une telle provocation peut engendrer des réactions violentes.

https://www.causeur.fr/medine-bataclan-droit-dieudonne-151866

Orelsan, spermato purulent, revient …

Orelsan avait défrayé la chronique avec des textes ignobles qui insultaient les femmes et encourageaient leur tabassage.

https://laconnectrice.wordpress.com/2009/03/31/rap-orelsan-spermato-purulent/

Il est entre autres l’inventeur de l’expression « marie-trintigner », battre une femme à mort.

Il revient aujourd’hui sur les scènes avec un nouvel album que tous les médias promeuvent sans vague à l’âme. Il paraît qu’il s’est amendé. Rien n’est moins sûr dans la mesure où il se vante de s’être fait connaitre grâce à la publicité que les féministes lui ont faite en critiquant ses chansons obscènes et inacceptables, même s’il précise que c’était de la mauvaise pub.

Les qualités de parolier et de musicien d’Orelsan sont plus que médiocres et je lui souhaite un échec aussi douloureux que les conséquences de ses incitations à la violence envers les femmes.

Mastah Dinguerie et les bandes de filles

Publié le

Des Mastah Dinguerie interpellées à la foire du trône par la police pour avoir provoqué des rixes

Au début de la semaine, le Parisien publiait une enquête sur les Mastah Dinguerie et les bandes de filles.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/plongee-dans-l-univers-violent-des-bandes-de-filles-09-05-2011-1441210.php

http://www.leparisien.fr/faits-divers/au-coeur-des-mastah-dinguerie-terreurs-a-15-ans-09-05-2011-1441246.php

On le dit depuis un certain temps, des filles violentes se rassemblent, font des coups, organisent des vols, des tabassages et toutes sortes d’incivilités. En France, c’est un phénomène assez récent qui s’inscrit dans le communautarisme, l’islamisation, le décrochage scolaire, la marginalisation des jeunes, le refus de s’insérer dans la société française, la persécution des filles par les garçons, les paroles violentes des chansons des rappeurs et le besoin de s’affirmer dans des cités et des quartiers où il est difficile de se faire respecter.

http://www.replay-tv.fr/revoir-programme/27306-m6-replay-zone-interdite-bandes-de-filles-la-nouvelle-violence-au-feminin

http://www.dailymotion.com/video/xeuiw9_bandes-de-filles-machos-wesh-wesh-l_news

Ajoutons à tout cela le climat délétère créé par nos gouvernants, la dévalorisation de l’école et des enseignants et certains modèles de comportements véhiculés par la télévision, le cinéma, les jeux vidéos et les chansons des rappeurs.

Les jeunes filles violentes sont souvent issues de familles nombreuses monoparentales. La mère a parfois eu des enfants avec plusieurs hommes qui ont disparu. Elle doit se battre pour travailler, nourrir la famille, s’occuper des enfants. Elle est souvent analphabète ou illettrée. Pas question de surveiller les devoirs des enfants et pas le temps d’assister aux réunions de parents d’élèves. Débordées, elle confie aux filles aînées, dès leur plus jeune âge, la charge de surveiller les plus petits. l’atmosphère domestique est souvent houleuse entre les garçons qui veulent faire la loi et contrôler leurs soeurs d’une part et, d’autre part entre les demi-frères et soeurs.  La première violence que connaissent les filles et souvent celle de leur mère et ensuite celle de leurs frères.

J’ignore si, en privée, les mères africaines manifestent de la tendresse à leurs enfants mais en public, à la différence des mères caucasiennes qui embrassent, caressent, discutent avec leurs petits, les mères africaines semblent froides, indifférentes et dures.

Je me souviens d’un scène pénible dans le bus. Face à moi était assise une adorable petite fille noire de 3 ou 4 ans qui babillait, souriait, regardait tout autour d’elle. Elle n’était pas agitée mais vivante et curieuse. régulièrement interpellait celle qui semblait être sa mère. Assise à côté d’elle, celle-ci demeurait hiératique, de répondait ni ne regardait sa fille. De l’autre côté du couloir, une blanche se penchait vers son petit garçon de deux ans, lui parlait, caressait ses cheveux, remettait ses vêtements en place avec un sourire attendri. J’ai éprouvé de la peine pour la petite fille, je ne comprenais pas comment on pouvait résister à son charme et en quittant le bus, je lui ai dit qu’elle était très mignonne.

Complétons avec les rêves de l’argent facile avec les modèles des copains trafiquants de drogue, les footballeux, le président bling bling et les publicités omniprésentes de la Française des jeux et du PMU.

« Elles sont en majorité nées de parents originaires d’Afrique subsaharienne, viennent de quartiers sensibles et ont souvent pour point commun d’être déscolarisées et en rupture avec leurs parents. »

La revendication de leurs origines est toujours explicite. Ces jeunes filles accolent régulièrement à leur surnom l’indicatif téléphonique du pays de leurs parents : Ashley 237 (Cameroun), Cokine 225 (Côte d’Ivoire) ou bien encore Sukaly 222 (Mauritanie). Leur allure souvent très excentrique est également un signe de ralliement » (extrait du Parisien, voir le lien plus haut)

Violence exercée contre les filles noires : le couteau de l’exciseuse

Réflexions sur les causes de la violence des filles

Le regard en arrière vers une mère épanouie est forte n’est déjà plus possible pour la nouvelle génération, car ses mères ne sont que des victimes ayant perdu toute fierté, comment pourraient-elles servir de modèle ?. Les très jeunes filles absorbent vite la violence, j’ai pu le mesurer dans un centre social : des jeunes filles (pré ados) nous présentaient un exercice de théâtre d’improvisation ; la moitié des éléments qui en ressortaient avaient à voir avec un : la violence ; deux : la domination masculine (notamment le viol) et trois : l’individualisme et le mépris pour les « faibles ». Ce qui ne doit pas faire oublier que les premières victimes de cette violence en sont les principales actriceshttp://www.politique-jeunesse.com/articles/bandesdefilles/index.php

L’absence de père

La baston, les sensations fortes, l’adrénaline, Périne aussi aime ça. A 13 ans, elle est la benjamine du groupe. Une crevette de 1,60 mètre au grand sourire bagué. Une gamine. Elle s’est déjà fait pincer par une vendeuse alors qu’elle tentait de voler. Maintenant, elle fait ­attention et connaît tous les trucs pour ne pas être repérée dans les magasins. Elle refile ce qu’elle chaparde à sa copine Line, 16 ans. A Vaulx-en-Velin, elle vit seule avec sa mère et ne veut plus avoir de contacts avec son père.

Il a refait sa vie, a eu cinq autres enfants, et ­Périne n’a pas vu ses demi-frères et demi-sœurs depuis deux ans. Sa vraie tribu, ce sont ses amies. Toutes plus âgées qu’elle, elles font office de grandes sœurs de substitution. Périne leur voue une admiration totale. Grâce à sa bande, elle a déjà une réputation bien établie au collège. Cette petite terreur sait se faire respecter. Par la force. Elle tape sur tout ce qui bouge, sauf les filles voilées, question d’honneur. On ne frappe pas une fille qui a choisi le « droit chemin ».

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Les-bandes-de-filles-occupent-la-rue-222855/

J’ai personnellement remarqué que les filles, surtout les noires, devenaient particulièrement agressives, insolentes et insultantes. J’ai plusieurs fois fait l’objet de leur haine. La semaine dernière, un groupe de 3 noires, en me croisant me dit « Tu as une chienne, c’est que tu es une chienne ». Et comme je réagissais, l’une d’elle s’est rapprochée de moi en hurlant dans un sabir incompréhensible et en me fixant avec un air menaçant. Je n’ai du mon salut qu’à des riverains qui leur ont demandé d’aller hurler ailleurs.

Une autre fois, j’ai vu dans un supermarché et surtout entendu deux adolescentes noires qui rigolaient fort en remplissant un caddie de biscuits et de confiseries, faisant tomber sans les ramasser plusieurs paquets. Arrivées à la caisse, elles ont laissé le caissier scanner tous les articles et lorsqu’il a annoncé l’addition, elles ont répondu qu’elles n’avaient pas d’argent et sont sorties en se bidonnant. Pauvre caissier….annuler la facture, ramasser tous les articles et plus tard devoir les remettre en rayon. J’ai trouvé le « jeu » ignoble.

Je faisais déjà attention parce que j’ai été agressée et giflée par des ados noirs qui ont tenté de voler mon sac, d’autres qui m’ont lancé des projectiles et poursuivie parce que ma chienne s’était approchée d’eux, maintenant je fais attention lorsque je vois des ados filles. Je change carrément de trottoir. Dommage pour moi, dommage pour elles surtout . Plus tard elles que les blancs sont racistes et se plaindront d’être discriminées. Et il y aura des bobos qui les défendront parce qu’ils ne les croisent jamais dans leurs quartiers « sympas » loin des cités de logements sociaux.

C’est pour moi  du racisme que de défendre la violence et les incivilités des bandes de filles car c’est une manière de se désintéresser de leur sort et de les abandonner à la désocialisation, de les bannir à jamais de place dans notre société.

Filles violentes impliquée dans des faits divers

http://www.leparisien.fr/paris-75/piege-sur-le-web-par-une-adolescente-il-subit-une-nuit-de-violences-13-05-2011-1448348.php        

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/lynchage-de-noisy-le-sec-9-mineurs-et-un-majeur-deferes-devant-la-justice-06-04-2011-1396309.php                                                                                                                                   

RAP: ORELSAN SPERMATO PURULENT

Publié le

SOS SEXISME proteste contre les textes du (F)rappeur ORELSAN.

Comme je n’avais jamais entendu parler de ce machin, je suis allée « écouter » ses oeuvres: « Sale pute » et « Suce ma bite pour la Saint Valentin ».
Non seulement je n’ai pas pu écouter ces dégueulis jusqu’au bout mais j’en ai encore la nausée
C’est ignoble et pousse-au-crime. Et quand il vomit « Je vais te marie-trintigner » on mesure toute la portée de la leçon donnée par la « justice » à Bernard Cantat, l’assassin de Marie Trintignant et le soutien qu’il a reçu de sa femme et de ses amis. Berk !
Le communiqué de Sos sexisme est plus que juste et bienvenu et il aurait pu être encore plus virulent. Il n’y a pas de mots pour qualifier les propos de ce vérolé de Orelsan.

Pour avoir une idée des réactions et un dossier assez complet de la question, allez voir mon article sur Agoravox et les commentaires (335) qu’il a suscités :

A propos des-rappages « Sale pute » et « Suce ma bite à la Saint Valentin »

Imaginez un rappage qui s’intitulerait « Sale mac » et « Suce ma chatte à la Saint Valentin » où l’auteure gueulerait qu’elle va « Ilan halimiser » son mac (Ilan Halimi a été torturé à mort parce qu’il était juif). Un texte où une rappeuse écrirait « je vais te larder le cul avec un couteau pointu parce que tu m’as pas vue » ou « Orelsan, spermato purulent ».
Ce texte n’existe pas mais les titres des « chansons » sont réels et je n’ai fait que transposer certaines de leurs paroles.

Imaginez un groupe qui se nommerait « Nique ton père ».

Imaginez la famille de Simone qui irait protester au tribunal contre sa condamnation injuste pour avoir dépecé son amant ou celle d’Elisabeth Cons-Boutboul qui ferait un sit-in devant le palais de justice pour crier à l’erreur judiciaire parce qu’elle a été condamnée pour avoir fait tuer son gendre (Je fais allusion à l’assassin de Sohane brûlée vive et à Amer Butt, l’agresseur de Chahrazad dont les familles et les amis se sont indignés de la condamnation des criminels).

Imaginez que le procès Papon n’ait pas eu lieu pour ne pas lui faire de publicité et que les criminels ne soient pas jugés afin de ne pas servir d’exemple.(Je fais allusion aux propos de ceux qui pensent que Orelsan est un mauvais rappeur qui ne mérite pas qu’on lui fasse de la pub)

Imaginez qu’on rende hommage à l’Assemblée Nationale à une députée qui se serait suicidée après avoir battu et tué son compagnon (Référence à Jean-Marie Demange, député UMP de Thionville qui a tué sa compagne après l’avoir battue et s’est suicidé en novembre 2008).

Imaginez une femme qui aurait assommé son ami, l’aurait abandonné sans soins, l’aurait laissé mourir et aurait reçu le soutien inconditionnel de ses amis pendant 4 petites années de prison (je fais allusion à Bernard Cantat, l’assassin de Marie Trintignant).

J’imagine et je ne fais qu’inverser des situations réelles vis-à-vis desquelles les réactions du public et des pouvoir publics sont plus que faibles, pour cause de banalité du sexisme.

Le rappeur Orelsan chante en toute liberté « Sale pute » et « Suce ma bite pour la Saint-Valentin » où il insulte, menace de « marie trintigner » sa « pute ». Il ne suffit pas de dire que c’est un mauvais rappeur et que nous ne devons pas en parler pour ne pas lui faire de la pub. Ce mec est un irresponsable et un pousse au crime dans une société qui méprise, discrimine, exploite, écarte, tue et viole ses femmes en continuant à penser qu’ « elles l’ont cherché » et que les injustices diverses dont elles sont victimes sont de leur responsabilité, voire de leur incapacité.
Ce type, avec sa diarrhée de haine autorise implicitement les jeunes gens qui ont déjà du mal à contrôler leur violence, à se laisser aller à battre, violer et tuer les femmes.

Le drame est que la plupart des jeunes ont tendance à relativiser le phénomène. Les jeunes filles exprimant leur dégoût pour ces vieilles féministes ringardes qui voient du sexisme -quel mot obscène !- là où il n’y en a pas et les jeunes gens qui croient que parce qu’ils les baisent sans être mariés, elles ont atteint le sommet de l’égalité.

La discrimination des femmes dans les études, l’éducation, les professions et la politique va de paire avec la violence sexiste, les propos inconsidérés du pape qui dit que l’avortement est plus grave que le viol, l’image des femmes dans les médias et la publicité, les blagues sur les blondes, la conviction populaire qu’une femme qui couche est une femme facile et que si elle se fait violer, c’est qu’elle l’a cherché. Tout cela concourt à déterminer la place des femmes dans la société et tous ces élements produisent une pensée cohérente et discriminatoire, la pensée sexiste.

Je pense que cette affaire ne doit pas trainer pour précisément limiter la publicité mais que le rappeur doit être inculpé rapidement pour trouble à l’ordre public et incitation au meurtre, qu’il soit condamné à des travaux d’intérêt public dans les services d’urgence qui accueillent les femmes battues et violées, les morgues où on lave le cadavre des femmes victimes de violence conjugale.

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=54019&id_forum=2067974&var_mode=recalcul#commentaire2067974

Communiqué de SOS SEXISME

(Docteure Michèle Dayras – 30 mars 2009)

Quand la Haine des femmes explose dans le rap…

On connaissait la peur ancestrale que les hommes avaient des femmes procréatrices de vie.

On savait la haine diffusée par le patriarcat via les monothéismes, depuis 6000 ans.

Mais on passait sous silence « la guerre des sexes » au pays qui a inventé « l’amour courtois » et la « galanterie ».

 

Les féministes pensaient que la mixité scolaire conduirait à la disparition des rapports de domination et à une meilleure compréhension entre les sexes. C’était sans prendre en compte le rôle néfaste de la Toile avec ses sites pornographiques qu’aucun gouvernement n’a osé supprimer au nom de la liberté d’expression (!) et parce que les hommes en sont de friands consommateurs (43% d’Internet).

 

La révolution cybernétique a délié la parole misogyne et libéré les actes sexistes, sans frein et sans contrôle. La pornographie et le rapp ont constitué la forme nouvelle d’éducation sexuelle des jeunes générations. Ils modèlent l’esprit des garçons en banalisant leur violence et constituent un puissant ferment de rupture entre les sexes, d’incitation à la haine sexiste et sexuelle, invitation à toutes les formes de bestialité et de barbarie à l’égard des femmes.

 

Dans notre monde moderne, la violence des hommes croit de jour en jour et commence de plus en plus jeune. Les tueries de Montréal et de Winnenden ciblaient les femmes. Il est vrai que les sanctions dérisoires contre les tueurs de femmes sont loin d’être dissuasives: Bertrand Cantat, 4 ans de prison!

 

Les chansons du rappeur Orelsan sont un exemple criant des dérives actuelles de notre société. « Sale pute » et « Suce ma bite pour la Saint-Valentin », d’une violence insoutenable, suintent la haine envers les femmes et sont de véritables appels au meurtre, passibles de sanctions pénales.

 

Que fait notre gouvernement qui a attribué à la lutte contre les violences faites aux femmes, le label de « Campagne d’intérêt général » pour 2009?

Il est vrai que l’Etat ne s’était pas mobilisé contre le rappeur états-unien Eminem, quand il a donné des concerts en France. Sa chanson culte expliquait pourtant comment tuer sa femme, lentement mais sûrement, pour en jouir au maximum… S’il s’était agi de détailler la manière d’humilier, de violer ou de mettre à mort un arabe, un noir ou un juif, on aurait interdit d’entrée ce rappeur ou fait annuler ses représentations, mais la dignité ou la mort des femmes… qui s’en soucie ? C’est pour cela qu’il n’existe toujours pas de Loi anti-sexiste !

 

SOS SEXISME demande aux instances politiques d’intervenir d’urgence pour interdire le spectacle du rappeur Orelsan au « Printemps de Bourges » financé par les fonds publics.

%d blogueurs aiment cette page :