Flux RSS

Archives de Tag: relativisme culturel

Violences conjugales Maroc : « Celui qui ne tabasse pas sa femme n’est pas un homme. »

Résultat de recherche d'images pour "dessin violences conjugales islam"

https://desterel.wordpress.com/2009/11/27/journee-de-la-femme-battue/

A l’heure du « Grenelle des violences conjugales », Boulevard Voltaire publie  un article « féministe » pour la défense des femmes marocaines dans leur pays et dans les pays d’immigration dont la France. Il ne faut pas le dire mais les mâles des pays musulmans sont arrivés avec dans leur besace les traditions machistes de leur pays d’origine. Non seulement ils maltraitent leurs femmes quand elles sont venues avec eux (généralement ils les laissent au pays) mais ils maltraitent toutes les femmes et même parfois maman. Il y aurait une recrudescence des violences d’ados envers leur mère. Chut, faut pas le dire.

Bien sûr, des bons français de souche d’origine chrétienne maltraitent aussi leur compagne mais ils savent que c’est mal et que c’est un délit ou un crime sanctionné par la loi. Mais quand ces bons français voient et entendent que de nouveaux arrivants de culture musulmane maltraitent les femmes (coups, viols, harcèlements, insultes, discriminations et assassinats), qu’ils constatent que les sanctions sont faibles « par souci d’apaisement », ils se disent à raison qu’ils auraient tort de se gêner. Tout être humain déchaîne ses pulsions par effet d’entraînement lorsque ses semblables lèvent un tabou.

L’islamisation de la France comprend le djihad civilisationnel, la remise en question de nos usages et de nôtre culture le plus souvent avec la complicité des autochtones. On se souviendra de l‘affaire Yacine Chaouat, cet assistant parlementaire de la mairie du XIXème, un tunisien homosexuel dont le père avait décidé de lui donner une épouse. Chaouat la battait et l’attachait à un radiateur pour la contrôler. La justice passa et Yacine fut promu par le PS à l’intégration (!) jusqu’à ce que ses parrains maires d’arrondissement et de Paris soient contraints de le démissionner. Entre temps, le courageux élu qui avait dénoncé l’affaire fut renvoyé. Mais en 2017, Chaouat était soupçonné d’apologie du terrorisme https://www.lepoint.fr/justice/l-assistant-parlementaire-soupconne-d-apologie-du-terrorisme-repond-24-02-2017-2107135_2386.php  mais l’enquête a été classée sans suite http://www.leparisien.fr/politique/apologie-du-terrorisme-l-enquete-sur-un-assistant-parlementaire-ps-classee-sans-suite-11-04-2017-6845712.php

Quel rapport me direz-vous avec les violences conjugales ? Tout simplement parce que le cogneur Chaouat aux moeurs islamistes est protégé par le lobby gay, l’appareil PS et forcément par Macron Gay friendly. Il est bien de faire un Grenelle contre les violences conjugales mais sans l’adhésion totale des pouvoirs à ce combat, les femmes risquent d’être encore battues et torturées mentalement jusqu’à la fin de l’humanité.

Résultat de recherche d'images pour "dessin violences conjugales islam"

https://www.marianne.net/societe/islamisme-et-terrorisme-ceux-qui-ne-veulent-pas-voir

La Connectrice

 

Un chanteur marocain conseille aux hommes de tabasser leur femme !

Vous connaissez peut-être le proverbe arabe « Bats ta femme tous les matins ; si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait ». S’il ne figure pas expressément dans le Coran, on ne peut nier que, dans beaucoup de pays où domine la religion musulmane, les femmes semblent être considérées comme des êtres inférieurs. Dernier exemple, les propos d’un chanteur marocain, lors d’une émission télévisée, le 29 juin 2019 : « Celui qui ne tabasse pas sa femme n’est pas un homme. » 

Ils ont provoqué une vague d’indignation dans les milieux éclairés. Mais, curieusement, en France, on n’en a guère parlé, jusqu’à ces derniers jours où les réseaux sociaux rappellent ces paroles, pour le moins machistes, de l’artiste. En relation avec l’ouverture du Grenelle des violences conjugales ?

Ce chanteur semble prendre plaisir à de telles « provocations », terme inapproprié, tant ces propos lui paraissent naturels. Non seulement il a ajouté qu’« au Maroc, cela est normal, chacun peut faire ce qu’il veut de sa femme, la frapper, la tuer », mais il s’est vanté d’avoir trompé la vigilance de la police espagnole qui l’avait placé en garde à vue pour avoir mis son précepte en application sur sa propre femme.

En 2018, le Maroc a bien adopté (au bout de cinq ans, ce qui prouve qu’il y avait des résistances) une loi pour lutter contre les violences faites aux femmes, avec, notamment, la création d’une infraction de harcèlement sexuel, mais la nouvelle loi ne prend pas en compte le viol conjugal.Selon une étude du journal La Croix du 19 mai 2019, au Maroc, la majorité des femmes sont victimes de violences. Une enquête du ministère de la Famille, publiée le mardi 14 mai, précise que 54,4 % des Marocaines ont « subi une violence (physique, sexuelle, psychologique, économique, électronique) » en 2018. La responsable d’une association féministe confiait alors : « Nous avions de grandes ambitions au moment de l’élaboration de cette loi. Elle a été une grande déception. »Apparemment, la condition des femmes au Maroc ne semble pas émouvoir les élites qui nous dirigent. Elles ne rechignent pas à faire preuve d’ingérence dans les pays qui ne respectent pas les droits de l’homme, souvent pour des raisons politiques, mais restent muettes sur ce point. Comme si elles partageaient la maxime de Pascal sur la relativité de la justice : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà » ! D’aucun diront que, tant que cela se passe dans d’autres pays, cela ne nous concerne pas.

Le problème, c’est que beaucoup de ressortissants de ces pays viennent en France, ou y sont déjà installés, et ne semblent pas toujours prêts à renoncer à certains usages inscrits dans leur culture. Du reste, nos gouvernants sont plus prompts à défendre des usages qui nous sont étrangers, pour ne pas être accusés de discrimination, qu’à défendre les valeurs de notre civilisation occidentale. Voyez comme ils sont indulgents avec des pratiques comme le port du voile ou les prières de rue ! Soit pour des raisons électorales, soit (ce qui est pire) qu’ils ne croient plus aux valeurs sur lesquelles la France s’est fondée, qui ont, jusqu’à ces dernières années, maintenu sa cohésion.

Il ne s’agit pas de mettre en cause les autorités marocaines, qui font ce qu’elles peuvent dans un pays marqué par des traditions ancestrales. Mais les pays occidentaux, à commencer par la France, ne devraient pas tomber dans le relativisme culturel qui les conduit inéluctablement au déclin.

Philippe Kerlouan

Écrivain

Excision : l’indulgence de la justice française soulève l’indignation populaire

Publié le

Le couple d’origine guinéenne avait excisé ses quatre filles. Pourtant, les services sociaux avaient été alertés suite à l’excision des deux premières …

Pour avoir tranquillement recommencé, il faut croire que la réprimande ne les a pas impressionnés, de même que la légèreté de leur condamnation ne les dissuadera pas plus de recommancer et ne dissuadera pas les autres candidats à l’excision de leurs filles.

REgardez les réactions des internautes sur le site d’information de yahoo. *Elles témoignent de leur indignation, de leur dégoût et de leur lassitude d’observer le laxisme de la justice quand il s’agit des immigrés et du relativisme culturel.

Certaines sont très violentes et je les reproduis telles quelles au cas où elle disparaitraient du site yahoo infos.http://fr.news.yahoo.com/proc%C3%A8s-lexcision-6-8-ans-prison-ferme-requis-112421615.html

Je crains que les législatives ne réservent quelques surprises au gouvernement Ayrault qui continue à prendre des mesures favorables à l’immigration …LC

 

Au procès de l’excision, les parents condamnés à 2 ans et 18 mois ferme

AFPPar Par Tupac POINTU | AFP – il y a 12 heures http://fr.news.yahoo.com/proc%C3%A8s-lexcision-6-8-ans-prison-ferme-requis-112421615.html

Le couple d’origine guinéenne, jugé depuis mardi devant les assises de la Nièvre pour l’excision de leurs quatre filles âgées de 11 à 20 ans, a été condamné vendredi à 2 ans de prison ferme pour le père et 18 mois ferme pour la mère.

Six et huit ans de prison ferme avaient été requis par l’avocat général à l’encontre de ces parents poursuivis pour « complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant » et qui encouraient 20 ans de réclusion.

Reconnus coupables, ils ont écopé des peines de 5 ans de prison, dont 3 ans avec sursis, pour le père, et de 4 ans, dont 30 mois avec sursis, pour la mère.

A l’énoncé du verdict, les quatre filles ont fondu en larmes au point de couvrir la voix du président du tribunal alors qu’il terminait de lire le verdict.

« La cour estime que les examens médicaux démontrent que les quatre filles ont été victimes d’une excision plus ou moins complète (…) et donc d’une mutilation », a-t-il poursuivi en détaillant les motivations de la décision.

Les parents « seront convoqués par le juge d’application des peines qui verra en fonction des éléments familiaux dans quelle mesure la peine peut être aménagée. Il n’est pas certain que monsieur et madame aillent en prison », a précisé le président.

Me Linda Weil-Curiel, avocate de la Commission pour l’abolition des mutilations sexuelles (Cams), qui s’est constituée partie civile, a déclaré que cette décision était « très équilibrée ». « Ce procès doit être le dernier ! », a-t-elle clamé à l’audience.

De son côté, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé dans un communiqué que cette décision venait rappeler « que les lois de la République protègent la liberté et la dignité des femmes ».

« En France, plusieurs dizaines de milliers de femmes sont aujourd’hui victimes de ce crime grave contre lequel il convient de s’élever avec la plus grande fermeté », a-t-elle précisé.

– « L’excision ne va pas s’arrêter avec ce procès. » –

« J’avais sollicité une peine qui soit acceptable, je crois que la cour m’a entendu et a compris la situation de la famille dans sa globalité », a jugé l’avocat des parents, Me Guillaume Valat, à l’issue de l’audience.

Un peu plus tôt, il avait plaidé pour que les parents ne soient pas « exclus de la société », soulignant que les deux mineures des quatre filles seraient placées dans un foyer si leurs parents étaient condamnés.

« Si je ne suis pas l’avocat de l’excision, vous n’êtes pas les juges de l’excision », avait-il également dit. « L’excision ne va pas s’arrêter avec ce procès. »

Durant son réquisitoire, l’avocat général Axel Schneider avait estimé qu' »une condamnation qui ne serait pas assortie d’une peine ferme » n’aurait « aucun sens ».

Reconnaissant qu’il était « très difficile » de se prononcer sur une peine, le représentant du ministère public avait néanmoins relevé le caractère « historique » de ce procès.

« Au nom de quoi les parents ont pu s’approprier une partie de leurs enfants? », s’est demandé l’avocate des deux cadettes de 11 et 13 ans, Me Nathalie Bouvier-Longeville. Les deux aînées de 18 et 20 ans n’ont pas renouvelé leur constitution de partie civile à leur majorité.

« Ca paraît insupportable que des parents aimants aient pu faire ça. Car ce sont des parents aimants, pas des monstres », a-t-elle ajouté, pointant du doigt le « conflit de loyauté » auquel étaient confrontées leurs filles.

Mardi, les deux aînées avaient défendu leurs parents, la plus âgée disant même « ne pas comprendre pourquoi (ils) se retrouvaient au tribunal ».

Assises en rang au fond de la salle, elles ont suivi attentivement le dernier jour du procès. Très remontées en sortant, elles se sont brièvement accrochées avec les photographes et caméramen.

Entre deux sanglots, la mère a dit à l’audience regretter ce qui s’était passé. « Aujourd’hui, je serais moins passive. L’excision ce n’est pas bien », a-t-elle poursuivi.

« Ce qui m’importe plus que tout c’est l’état de ma famille. Plus que ma propre maladie. Je m’excuse pour ce qui s’est passé », a dit de son côté le père, ancien marabout victime d’un accident vasculaire cérébral en 2003.

Le couple dispose d’un délai de 10 jours pour faire appel.

116 commentaires

Guéant a raison, la France était plus civilisée il y a 30 ans qu’aujourd’hui

Hou ! le vilain Guéant ! Il a osé dire qu’il préférait sa civilisation à d’autres ! Abject ont répondu les gens de gôche. Il se lepénise titre Libé. http://www.liberation.fr/politiques/01012387973-lepenisation-de-gueant-toutes-les-civilisations-ne-se-valent-pas

Précisément, voilà les propos tenus par le ministre de l’Intérieur : «Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique». «En tout état de cause, nous devons protéger notrecivilisation», a conclu Guéant.

Je ne vois pas ce qu’il y a de répréhensible dans cette affirmation. Oui, je me sens plus civilisée qu’une mère qui fait exciser ses filles ou un père qui marie sa petite fille de 11 ans avec un cousin de 50 ans. Je me sens plus civilisée que ces bons musulmans qui ont violé en réunion Cécilia Gueye après l’avoir saoulée à mort et qui n’en éprouvent aucun remord allant même jusqu’à justifier leurs actes. Je me sens plus civilisée qu’un type qui paye une femme pour éjaculer. Je me sens plus civilisée qu’un marchand d’armes. Je me sens plus civilisée qu’un Poutine ou un Bachar el Hassad. Et ma civilisation, je la dois à ma culture française héritée du Siècle des lumières et de la Révolution de 1789.

Et si notre civilisation n’était pas meilleure que celle de nombre de pays d’Afrique et d’Asie, leurs ressortissants ne se presseraient pas à nos portes et ne risqueraient pas la mort pour immigrer chez nous avec ou sans papiers.

Alors bien sûr, comme le montrent mes exemples, il y a en France des gens qui n’ont pas intégré les valeurs de notre civilisation et qui se moquent des valeurs que notre histoire nous enseigne. Liberté, égalité, fraternité, laïcité sont des notions abstraites, voire ignorées, pour beaucoup qui préfèrent noyer le poisson de nos valeurs dans le concept de multiculturalisme ou de relativisme culturel.

Si toutes les cultures et les civilisations se valaient, je ne vois pas pourquoi nos ancêtres seraient morts pour la démocratie, pourquoi ils auraient fait la révolution, pourquoi ils se seraient battus pour l’indépendance de la France, pourquoi ils auraient manifesté et mené de dures grèves pour obtenir des acquis sociaux.

Parce que ce que le monde nous envie et ce pourquoi tant de gens rêvent de vivre en France, nous ne l’avons pas obtenu sans efforts. La sécurité sociale, la protection des travailleurs, la liberté d’expression, l’école pour toutes et tous, le droit de vote des femmes, les congés payés, les congés maternité, les allocations familiales, la planification des naissances, le logement social, l’abolition de l’esclavage et j’en passe, tout cela a été obtenu par l’engagement des citoyennes et des citoyens, souvent au péril de leur vie.

Alors parce que tous ces acquis ne formeraient pas à eux tous une civilisation meilleure que d’autres, il faudrait les abandonner au profit d’autres civilisations qui seraient aussi bonnes ? Car si on pense que toutes les civilisations se valent, qu’il n’y en a pas de meilleures que d’autres on se demande pourquoi on devrait défendre la nôtre. Laissons donc sombrer sans moufter la sécurité sociale, le droit du travail, le droit de vote, la liberté d’expression, la laïcité, renvoyons les femmes à la maison pour pondre de la force de travail et de la chair à canon, supprimons les infrastructures publiques et oublions définitivement la démocratie.

C’est précisément parce que nos dirigeants, de droite comme de gauche, ont oublié les valeurs essentielles de notre civilisation que le pays va à vau l’eau. Toutes les institutions qui ont fait la grandeur et la douceur de la France sont minées par les spéculateurs de tous bords. Depuis plusieurs décennies nos politiques nous embrouillent en ramenant les valeurs au plus petit commun dénominateur, à savoir chacun pour soi et après moi le déluge.

Quelles que soient les intentions de Guéant, provocation ou manipulation, ce qui importe le plus c’est le sens de son message. En tant que Ministre de l’Intérieur on peut supposer qu’il est bien informé des pressions qui sont faites sur notre civilisations pour la ramener à l’âge de pierre.

Mais à voir et entendre le combat de coqs que la déclaration de Guéant a suscité http://news.google.fr/news/story?hl=fr&cp=7&gs_id=q&xhr=t&q=civilisation&gs_upl=&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.,cf.osb&biw=1680&bih=949&um=1&ie=UTF-8&ncl=dLMEdGimIwpHawMaT6o9pBnBuhXRM&ei=tBQvT5KHKZP38QOWquXqDg&sa=X&oi=news_result&ct=more-results&resnum=3&sqi=2&ved=0CEwQqgIwAg,  on se demande si ces volatiles ne sont pas tombés sur la tête. Chacun y va de ses exemples sur la grandeur de la civilisation arabe, la civilisation inca, la civilisation grecque, la romaine, la celte, la sumérienne, la gothique, la quantique et la tutti frutti. Ces coqs cherchent avant tout à démontrer que toutes les civilisations se valent et que toutes ont donné des choses bonnes et moins bonnes. Hou! hou! les mecs, on parle de la réalité d’aujourd’hui, éventuellement de l’Histoire qui l’a façonnée et de ce que nous avons jugé bon de garder. Quittez vos bouquins et regardez ce qui se passe autour de vous.

Rejeter la question de la civilisation posée par Guéant au prétexte qu’elle serait typiquement lepéniste est une démonstration supplémentaire, s’il en fallait, de la malhonnêteté de nos politiques et de leur volonté impérieuse de déni des réalités parce qu »ils ne savent pas les gérer et que dans leurs grandes et moins grandes écoles ils ont appris à ignorer avec art et persévérance tout ce qui les dérange.

Curieusement le politiquement correct aujourd’hui consiste à poser des tabous sur tout ce qui gêne parce que tout simplement la société a changé et qu’il serait nécessaire d’élaborer de nouvelles philosophies en s’appuyant sur des valeurs universelles pour penser le monde tel qu’il est.

Civilisation, race, origine, sexe, place, localisation, handicap, etc. Les maîtres à penser autoproclamés sèment la terreur en désignant du doigt au tribunal avec fureur toutes celles et ceux qui ne pensent pas correctement. Il faut penser droit et quand ce n’est pas le cas on va rechercher dans la jurisprudence les coups les plus tordus pour arranger le droit à sa façon. Ce sont les mêmes qui hurlent sans distinction contre Hadopi et les rappels aux droits, au droit, aux principes républicains et à la légalité.

Nouveau le 6 février :

«J’ai tenu des propos de bon sens, des propos d’évidence pour rappeler que toutes les civilisations ne se valent pas au regard des valeurs humanistes qui sont les nôtres», persiste-t-il ce lundi matin dans «Le Figaro», indiquant au passage qu’il ne s’attendait pas à ce que ses déclarations soulèvent cette polémique.

Quant à l’utilisation du terme «civilisation», regrettée par Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, Claude Guéant l’«assume» : «La civilisation a une définition dans la langue française. C’est un ensemble de caractéristiques qui forment un groupe humain: l’histoire, la culture, un héritage intellectuel et moral. Et c’est bien cela dont je veux parler.»

%d blogueurs aiment cette page :