Flux RSS

Archives de Tag: révolution tunisienne

Mouldi Kefi, ministre tunisien des affaires étrangères dénonce les clandestins

Publié le
Le ministre tunisien des Affaires étrangères Mouldi Kefi effectue une visite en France du 9 au 11, durant laquelle il rencontrera notamment de hauts responsables du gouvernement français chargés des affaires étrangères et du commerce extérieur, a anoncé lundi le ministère français des Affaires étrangères.M. Kefi, qui est en visite en France depuis lundi à l’invitation du groupe d’amitié de l’Assemblée nationale française, s’entretiendra avec le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, le ministre chargé des Affaires européennes Laurent Wauquiez, le secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur Pierre Lellouche ainsi que le vice-président du Sénat Jean-Pierre Raffarin, a indiqué le porte-parole du Quai d’Orsay Bernard Valero lors d’un point de presse régulier. »Cette visite fait suite au déplacement d’Alain Juppé à Tunis les 20 et 21 avril 2011 et conforte la nouvelle dynamique des relations franco-tunisiennes », a ajouté le porte-parole.

Le ministre français avait effectué en avril dernier sa première visite en Tunisie depuis sa prise de fonction. Il a promis lors de sa visite une aide de 500 millions de dollars à la Tunisie de la part du gouvernement français.

 

Ce matin, interviewé sur France Inter, Mouldi Kéfi a dénoncé ces Tunisiens qui fuient la Révolution pour chercher l’Eldorado en Europe. Il a expliqué que ces « réfugiés » étaient victimes de passeurs qui leur faisaient miroiter un avenir radieux en Europe, leur volaient leur argent pour les larguer sur les côtes italiennes dans des conditions scandaleuses.

La journaliste de France inter a judicieusement demandé à Kéfi si on pouvait comparer les 150 000 Lybiens réfugiés en Tunisie aux 20 000 Tunisiens qui traversaient la Méditterrannée. Kéfi a répondu qu’il n’y avait pas photo. Les Lybiens sont de véritables réfugiés politiques qui risquent leur vie sous les bombardements de Khadafi tandis que les fuyards tunisiens ne risquent pas grand chose dans leur propre pays même s’il y a des bagarres et du chômage.

Je me demande ce qu’en pense le PS, Delanoë en tête, qui soutient les Tunisiens illégaux. Déjà que la France droite et gauche confondues, avaient tout faux sur leur appréciation de la révolution tunisienne dont ils n’ont pas su évaluer l’importance aveuglés par des années de copinage avec le dictateur Ben Ali, il est juste de remarquer que la droite essaie de rattrapper son manque de jugement tandis que la gauche s’enfonce dans sa bêtise de ne pas savoir reconnaître l’importance de cette révolution pour le peuple tunisien.

Souvenons-nous que l’UMPS a mis des semaines à reconnaîre la Révolution tunisienne et le courage du peuple à oeuvrer pour la démocratisation du pays.

Mouldi Kéfi a expliqué que les émeutes actuelles en Tunisie -notons que nos médias n’en disent mot-sont provoquées par des contre-révolutionnaires qui souhaitent perpétuer le système Ben Ali. Il ne l’a pas dit, mais il y a fort à parier que ces réactionnaires sont dirigés par les « réfugiés » amis de Ben Ali que la France a chaleureusement mais discrètement accueillis en mettant à leur disposition l’armée française.

Il faut soutenir les Tunisiens qui ont montré un courage et une intelligence admirables pour chasser Ben Ali et tenter de faire une véritable révolution, la seule parmi les révoltes arabes.

 

Delanoë invite les Tunisiens sur son « territoire ».

Publié le

Dans un vibrant communiqué officiel, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, s’offusque de l’arrestation et des menaces d’arrestation des 200 Tunisiens qui se seraient réfugiés sur le « territoire parisien ».

http://bertrand-delanoe.net/actus/mise-en-place-dun-dispositif-de-soutien-aux-immigres-tunisiens/

Onsavait que Paris était à la fois une commune et un département mais on avait plutôt l’habitude d’entendre cet esemble désigné par « Ville de Paris » ou, tout simplement « la Ville » comme dans « la politique de la Ville ». Il semblerait donc que Monsieur Delanoë adhère parfaitement à la réforme des collectivités territoriales mise en place par Sarkozy et Fillon dans un but électoraliste et afin de centraliser les décisions budgétaires au nom de la décentralisation.

La loi ayant été publiée au JO en décembre 2010, elle est à peine mise en oeuvre que le maire de Paris se l’approprie. Intéressant….http://www.courrierdesmaires.fr/juridique/essentiel-sur-la-reforme-des-collectivites-territoriales-100.html

 Revenons à nos Tunisiens. Delanoë les aime bien car, étant né lui-même en Tunisie, il y a des attaches. Lors d’un voyage en 2010, le maire de Paris assurait Ben Ali de son soutien et la Tunisie de son admiration:

« C’est un pays innovant, un pays où on investit dans la recherche et où on tente d’être dans le 21e siècle tout en gardant les traditions », a-t-il dit, relevant que  » la Tunisie de 2010 est conquérante au sens le plus pacifique du terme, c’est-à-dire de vouloir relever des défis pour se développer et avoir des entreprises compétitives ».

http://actualites.marweb.com/tunisie/culture/la-tunisie-est-non-seulement-sur-la-bonne-voie-mais-elle-reu.html

Or aujourd’hui, à peine plus d’un an plus tard, Delanoë nous implore de loger, nourrir, former, employer les immigrants tunisiens au prétexte qu’ils seraient chassés par la guerre qui aurait été déclenchée par le manque de débouchés :

Mais, sans se limiter à traiter les urgences, le devoir de notre pays et d’établir, en lien avec les autorités tunisiennes, une véritable logique de partenariat. Les jeunes diplômés tunisiens manquent de débouchés à la suite de leurs études : ce fut d’ailleurs l’une des causes directes du mouvement de janvier 2011. Aussi la France devrait-elle accueillir quelques milliers de jeunes Tunisiens, ainsi que d’ailleurs le prévoit déjà l’accord de coopération signé le 28 avril 2008 entre nos deux pays. Ces jeunes, qui pourraient ainsi débuter leur vie professionnelle en France, auraient ensuite vocation à rejoindre la Tunisie pour contribuer à son développement.

Il faudrait savoir. La Tunisie est-elle un « pays innovant » comme vous disiez en 2010 à votre ami Ben Ali ou un pays où les jeunes « manquent de débouchés » ?

La réalité, d’après de nombreux témoignages, serait que les gens qui fuient la Tunisie sont, soit des gens qui se désintéressent totalement du bien commun par égoïsme ou par ignorance (et dans ce cas, nous n’avons pas besoin de davantage de gens sans qualification), ou bien des gens qui ont coopéré avec le régime totalitaire de Ben Ali et craignent d’avoir des comptes à rendre. Dans les deux cas, les immigrés ne sont pas la fleur éduquée, solidaire, consciente et dynamique de la Tunisie.

La réalité serait aussi que tout de suite après la chute de Ben Ali, la France a acceuilli sa cour et les amis de sa cour que ses édiles de tous bords avaient fréquenté lors de leur séjour en Tunisie. Notre monarchie républicaine avait même mis à la disposition de ces « pauvres Tunisiens » une vingtaine de militaires, cantonnés à l’intérieur de l’aéroport de Roissy, pour surveiller, accueuillir, protéger et escorter les amis de Ben Ali et de son régime. Des limousines aux vitres fumées venaient en toute discrétion les chercher pour les conduire dans de grands hôtels ou palaces de la capitale. J’avais eu l’info par hasard, je l’ai communiquée au « Canard » et au « Monde » mais, à ma connaissance, personne ne l’a évoquée.

Qui peut mieux servir les Tunisiens benaliens  à des prix et des conditions défiant toute concurrence que leurs propres compatriotes benaliens ? Emigrer avec leurs propres serviteurs, à condition que ce fut possible, les eut trahis. Alors que se rendre au « marché aux esclaves » que sont les rassemblements de tunisiens clandestins est une aubaine. En prenant la défense de l’immigration tunisienne visible, Delanoë rend service à ses potes.

Je laisse la parole à deux internautes qui se sont exprimés sur le site de Delanoë  avec des propos qui reflètent la pensée de beaucoup d’internautes ici et là :

 annick dit :
27 avril 2011 à 21 h 29 min

Monsieur Delanoë,
Tous les commentaires à la suite de vos propos devraient vous faire comprendre à quel point les français en ont assez d’être plumés sans jamais avoir leur mot à dire. Ces tunisiens ont fait leur révolution, je leur dis bravo! C’était courageux et tout le monde les a soutenus. Mais alors pourquoi se sauvent-ils au moment où ils ont tout à reconstruire pour vivre un monde meilleur? Et pourquoi la France les attire tant? Et leur famille, elle va arriver quand? Car vous constatez que ce sont e jeunes hommes courageux qui arrivent pas centaines, non? SVP Monsieur le maire, arrêtez cette démagogie et ces paroles de saint qui ne vous apporteront que la haine de ceux qui en ont assez de la vie qu’on leur impose. Venez faire un tour dans les quartiers de Paris le soir pour admirer tous ces étrangers (de l’est pour beaucoup) qui dorment devant les boutiques, qui mangent, pissent, crachent sur les trottoirs et nourrissent des animaux sales comme des poux. C’est même une question d’hygiène publique, ils dorment dans les parkings et font leur besoin partout et vous voulez encore accueillir plus de misère? Donnez donc des logements à nos enfants qui n’en ont pas de décents avant de vouloir loger les immigrés clandestins. Vos propos sont inadmissibles.

Romain Schmittdit :

26 avril 2011 à 20 h 52 min

Cher Monsieur le Maire,

Il se trouve que je suis en Tunisie pour quelques jours pour des raisons professionnelles et je suis très surpris de trouver un pays tout à fait vivable pour les Tunisiens. Après la révolution, on ne voit plus de portrait de Ben Ali, l’internet ne subit plus de censure, tout se passe tout à fait normalement dans les rues, il y a une plus grande liberté de parole à la radio, dans la presse et les médias. Les gens semblent soulager et tout ou presque tout est redevenu normal (J’ai seulement vu des militaires armés devant le Carrefour Tunis).
ALORS POURQUOI CES TUNISIENS ONT ILS QUITTÉ LEUR PAYS ??? Il y a ici plus d’opportunités et plus de libertés qu’avant ! alors pourquoi ont ils un statut de réfugiés ???.
Je pense sincèrement que ces Tunisiens ont profité de la révolution pour se trouver une place en Europe et demander de l’aide alors que sont seulement des profiteurs et des lâches d’avoir abandonner leur pays. De plus, dans tous les reportages diffusés dans les médias, ils ne parlent pas correctement ou pas du tout le Français ! preuve que ces Tunisiens là n’ont pas un niveau d’études important et vous voulez leur faire débuter une vie professionnelle en France ???

Je suis donc révolté par votre communiqué car tout cela n’a aucun sens. Il y a des milliers de Français dans le besoin. Pensez d’abord à eux.

Je ne suis pas certaine que l’aide que Delanoë entend apporter aux clandestins tunisiens fasse plaisir au peuple tunisien qui se bat sur place pour réussir sa révolution, la seule révolte des pays arabes qui, à ce jour, semble avoir pris la forme d’une véritable révolution réellement démocratique. Si Delanoë a des subsides à distribuer, qu’il en fasse donc profiter les Tunisiens qui reconstruisent leur pays et non pas les lâches qui, après avoir collaboré avec la dictature risquent d’édifier en France, avec le soutien de l’UMPS, des structures pour renverser la révolution.

Je me demande comment sera accueuilli Delanoë lors de son prochain voyage à Bizerte …s’il ose;-))

%d blogueurs aiment cette page :