Flux RSS

Archives de Tag: sécurité

L’institut pour la Justice interroge les candidats sur sécurité, prisons, victimes et Justice

Publié le

Je trouve dommage que personne ne propose d’alternative à la prison comme le bannissement/exil, le bagne/travaux forcés, une forme sérieuse des travaux d’intérêt général, une amélioration du bracelet électronique, etc.

On le sait, la prison est souvent l’école du crime. Par exemple de nombreux terroristes se sont radicalisés en prison, de petits délinquants sont devenus braqueurs, des prisonniers agressent ou violent des codétenus, les prisonniers sortent enragés et la prison n’empêche pas la récidive.

L’institut pour la Justice a interrogé les candidats à l’élection présidentielle sur le sujet de la sécurité. Pour l’instant, seul Nicolas Dupont-Aignan a répondu. A suivre.

LC

Les candidats à l’élection présidentielle le sont désormais officiellement.

Leurs programmes sont achevés, publiés, diffusés. Avec mon équipe nous les avons décortiqués pour y trouver les réponses à toutes nos demandes en matière de justice et de sécurité.

Certains expliquent :

Que l’on doit lutter contre la délinquance en légalisant le cannabis, cette drogue qui fait des ravages chez nos jeunes les plus vulnérables.

D’autres veulent construire 15 000, 16 000, 40 000 places de prison. La majorité des candidats ne veulent en construire aucune, je dois vous l’écrire, cela m’inquiète.

Certains s’intéressent au sort des victimes et d’autres un peu moins… Je ne peux m’empêcher de penser aux parents d’un petit garçon sauvagement assassiné qui nous écrivent régulièrement.

Mais qui parle vraiment du terrorisme et de l’atroce menace qu’il fait planer ?

Ne comptez pas sur les médias, qui ont vraisemblablement mieux à faire, pour vous expliquer sans parti pris les propositions de chacun.

Mais, nous l’avons fait.

Et nous avons même contacté tous les candidats pour leur proposer de nous détailler leur programme justice et sécurité.

Le premier à avoir répondu est Nicolas Dupont-Aignan, qui a enregistré un entretien vidéo avec nous.

 

Paris XIXème. Des jeunes célèbrent Pourim

Publié le

IMG_1687-001

Aujourd’hui, la jeunesse juive du XIXème célèbre Pourim, la fête d’Esther sur la place de la mairie et dans le parc des Buttes-Chaumont.

Ils sont âgés de 14 à 17 ans, ils sont joyeux, malicieux et font exploser des pétards. Ils crient, ils se taquinent et s’aident mutuellement à enfiler des combinaisons de panda, lion, tigre, coq, diablotins, princesse Esther, squelette, banane, ange ou autres. J’ai vu une schtroumpfette, des sorcières et des monstres aux yeux de loup.

Ils ont gentiment accepté que je les photographie en me demandant toutefois ce que je comptais faire de leurs images.

https://player.ina.fr/player/embed/I00018564/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1

https://youtu.be/_stS2OuIM0M

A la demande de riverains ou de représentants de la mairie, trois motards ont été dépêchés sur les lieux. Normal, les pétards sont interdits sur le voie publique et, d’ailleurs, les jeunes obtempéreront sans problème.

Ce qui me gène, c’est que nous subissons, nous riverains du parc, toutes sortes de bruits dérangeants en permanence et que je n’ai jamais vu de motards dépêchés dans le parc ou à la mairie en d’autres circonstances : pétards dans le parc dont certains ont mis le feu au site des « Pirates du XIXème, mariages ethniques avec pétards, pétarades de motos, vrombissement des moteurs de grosses cylindrées louées pour l’occasion, klaxons, tambours et trompettes. Des manifestations bruyantes qui peuvent durer toute la journée, chaque cortège prenant son temps et succession de fournées de mariages ethniques qui permettent aux édiles de se vanter d’avoir le plus grand nombre de mariages dans Paris. Au contraire, lorsque je me plains de ces nuisances sonores, les policiers me répondent « c’est une tolérance ».

IMG_1676-001Je trouve donc la présence de ces motards particulièrement injuste et inappropriée et je me demande si la sécurité de ces jeunes est assurée. En effet, j’ai eu l’occasion de voir une horde de musulmans fondre sur des familles qui pique-niquaient à l’occasion de Chavouot, une autre fête juive célébrée au début de l’été.

Il me semblerait juste qu’au lieu d’être interrompus dans leurs réjouissances ces jeunes du XIXème bénéficient d’une protection policière lors de leurs rassemblements.

Mais je ne vous cache pas que, dans le XIXème, le sentiment antisémite est très fort, au moins aussi fort que l’asiatiphobie. Par contre, l’islamophilie fait l’unanimité malgré les déboires de toutes sortes impliquant des musulmans. Contradiction patente avec le fait que tous les lieux juifs du quartier son gardés par des parachutistes, famas prêt à tirer.

La Connectrice

IMG_1663

IMG_1664

IMG_1666

IMG_1667

J’ai surtout bavardé avec Shirel qui faisait son charleston. Une jeune fille très attachante.

IMG_1669

IMG_1670

IMG_1671

IMG_1672

Très réussies, les collégiennes, costume et attitude compris

IMG_1673

IMG_1674

IMG_1675

IMG_1676

Ces garçons sont ceux qui ont fait le plus d’efforts pour se grimer et se déguiser. Dommage, je ne les ai pas photographiés en pied. Ils avaient des pantalons argentés. Ils sont quand même plus mignons que les frères Bogdanov …

IMG_1679

IMG_1680

IMG_1681

IMG_1682

IMG_1683

Elle voulait que je photographie ses croutes immondes et me dégoûter …

IMG_1684

Le maquillage le plus réussi pour la mariée de Franckenstein

IMG_1685

IMG_1686

IMG_1687

IMG_1688

IMG_1691

Dans l’ensemble, comme pour cette schtroumpfette, les filles avaient montré plus de créativité que les garçons. Celle ci était accompagnée par deux sorcières qui ne souhaitaient pas que je publie leur photo pour ne pas désobéir à leurs parents. Si elles changent d’avis, qu’elles m’écrivent en privé.

Une solution simple pour se débarrasser des terroristes : le bagne

Publié le

Le débat sur la déchéance de nationalité fait rage en France, histoire de savoir s’il faut sanctionner les terroristes un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout. En effet, nos chers terroristes courent d’énormes risques à être déchus de leur nationalité, les pauvres chéris des socialistes et de leurs émules qui n’ont rien de socialiste.

Nos aïeux étaient plus pragmatiques, ils envoyaient au bagne de Cayenne (chez Taubira) toutes celles et ceux qui avaient trahi la nation française et puis aussi quelques autres indésirables dont la société se débarrassait très arbitrairement, ce qui n’est pas bien, j’en conviens.

Aujourd’hui avec toutes les règles et lois de protection du peuple et de ses ennemis, le bagne pourrait être réhabilité afin de permettre à la population française de vivre en paix dans cette sécurité qui permet le progrès de la civilisation.

Les bagnardes et les bagnards travailleraient pour payer leur pension, ils seraient ainsi occupés suffisamment pour ne pas ruminer leur vengeance et fomenter de nouveaux crimes et attentats. Le rendement serait gratifié ce qui couperait l’envie à certains de réclamer une pause pour prier cinq fois par jour. Avec leur cagnotte, les bagnard pourraient cantiner et ainsi faire marché le commerce local.

Le bagne procurerait des emplois à tous ces guyanais qui en sont dépourvus du fait de la colonisation française et du racisme de la France, de la mondialisation, de la néo-colonisation et du pillage des richesses naturelles du pays …(je suis ironique en rapportant ces idées reçues)

Mme Taubira, avez-vous pensé à assurer un meilleur niveau de vie à votre peuple de Guyane ?

Si le gouvernement ne propose pas le bagne c’est tout simplement parce qu’ils n’a pas envie de trouver une solution efficace à l’insécurité:

-le débat sur la déchéance de nationalité occupe les esprits pour leur faire oublier chômage, inégalité croissantes et insécurité

-le débat divise le peuple et sème le chaos dans les esprits pour la joie des djihadistes

-Mettre le peuple en danger permanent de terrorisme garantit sa soumission aux dirigeants en place

-Le faux débat permet aux politiques de faire leur campagne en vue des présidentielles dans les médias

-Les femmes étant aux premières loges de l’insécurité, le danger permanent permet de leur rabattre le caquet, de les renvoyer à la maison et de faire cesser ces débats futiles sur l’égalité, la parité, le plafond de verre, la discrimination sexiste, l’inégalité salariale, leur petite retraite et la lutte contre le viol, les agressions et harcèlement sexuels.

Le bagne, une solution trop simple et trop efficace pour être mise en oeuvre

La Connectrice

Non à la suppression de la rétention de sûreté. Pétition

Tout le monde n’a pas les moyens de sortir protégé par une petite dizaine de gardes du corps comme Madame Taubira, notre ministre de la Justice qui, par son mépris des victimes et sa tendre indulgence pour les délinquants et criminels nous jette en pâture à ceux-ci.
C’est pourquoi j’ai signé sans hésitation la pétition lancée par l’Institut pour la justice contre la suppression de la rétention de sûreté, ce cadeau infâme fait aux criminels.
Signez aussi cette pétition qui a déjà recueilli près de 80 000 signatures.
La Connectrice

Pétition à l’attention du Président de la République et du Premier ministre

Monsieur le Président de la République et monsieur le Premier ministre,

En tant que citoyen de notre pays, je vous demande de bien vouloir me protéger ainsi que mes proches et ma famille. La sécurité est au fondement de notre société, c’est même un droit naturel de l’Homme.

Votre garde des Sceaux s’est engagé à supprimer la rétention de sûreté, alors même que c’est un dispositif très encadré qui permet de protéger la société des criminels les plus dangereux présentant un risque élevé de récidive.

Je vous demande de ne pas supprimer la rétention de sûreté car il est de votre devoir de nous protéger et de lutter efficacement contre la récidive.

J’attends de vous que vous agissiez avec responsabilité, courage et fermeté.

Respectueusement.

Légitime défense expliquée par Maître de Montbrial, avocat spécialiste

L’institut pour la Justice met en ligne une vidéo dans laquelle Maître Thibault de Montbrial, avocat spécialisé dans les affaires de légitime défense explique la psychologie des victimes de braquage en s’appuyant sur des cas précis. Une explication claire et argumentée qui rappelle que la sécurité individuelle est la base de toute société équilibrée, que les personnes délèguent à la Police cette sécurité et qu’ils reprennent la délégation lorsque la police est absente.

http://www.institutpourlajustice.org/publications/decryptage/maitre-thibault-montbrial-legitime-defense-105900.html

Dans « Enquête exclusive », M6 diffusait dimanche soir 22 septembre (replay ici http://www.m6replay.fr/#/enquete-exclusive/11315396-bastille-belleville-fetes-et-tensions-au-c-ur-de-paris) un sujet sur Belleville dans lequel on voyait des commerçants victimes de braquage dont une bijoutière et une pharmacienne. Filmés par des vidéos de surveillance, ces cas illustrent parfaitement les propos de Maïtre de Montbrial sur la terreur subie par les victimes. Rediffusion du sujet le 29 septembre à 23 h sur M6. Voir les braquages à 43 mn

Par ailleurs, l’Institut pour la Justice appelle à la signature d’une pétition contre les projets de Christiane Taubirahttp://www.institutpourlajustice.org/actions/petitions/non-aux-projets-fous-de-christiane-taubira-275552.html

Christiane Taubira doit présenter début octobre un projet de réforme pénale particulièrement dangereux qui prévoit :

 
la fin des révocations automatiques des peines de prison avec sursis. En clair, même si vous êtes récidiviste après avoir déjà été condamné à une peine de prison avec sursis, vous ne serez plus envoyé en prison
la fin de l’obligation, pour un juge, d’un texte expliquant les motivations ayant conduit à la non-incarcération d’un récidiviste condamné
la suppression des peines plancher contre les récidivistes
la fin des peines de prison purgée jusqu’à leur fin et des milliers de libération de détenus avec la mise en place d’un examen automatique de la situation d’un détenu, au deux tiers de sa peine, pour prévoir une libération couplée au refus des « sorties sèches ».
 
Ces mesures sont dangereuses et vont entraîner une hausse de la criminalité et du nombre de victimes.
 
Nous devons empêcher que ces projets fous n’aboutissent.
 
Signez la pétition de l’Institut pour la Justice en cliquant ici.

– See more at: http://www.institutpourlajustice.org/actions/petitions/non-aux-projets-fous-de-christiane-taubira-275552.html#sthash.eJfWCT3N.dpuf

Attention aux faux ramoneurs, ils reviennent avec le printemps

Publié le

images

Le faux ramoneur se présentera plutôt avec un seul hérisson en nylon, manche télescopique sur l’épaule comme sur cette image alors qu’un véritable ramoneur sera muni d’un hérisson en métal, d’un boulet de ramonage, d’une corde, d’une échelle, d’un seau et d’une pelle.

habillage_ramonage_3

Hérisson et boulets professionnels, source http://ramonage.comprendrechoisir.com/comprendre/materiel-ramonage

Ramoneur au travail sur les toits http://www.leblogsecurite.com/

6a00d8341c6c8b53ef017d3d836ca5970c-200wi

SAM@LAO@P01@CHEMINEES.jpg

Ramonage de la partie intérieure de la cheminée, le ramoneur n’est pas venu avec un simple hérisson en plastique sur l’épaule http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/pour-les-cheminees-et-conduits-de-fumee-decrassage-obligatoire-avant-lhiver

Les faux ramoneurs sont de retour avec le printemps. Ils sonnent à toutes les portes déguisés en habit de travail, un classeur sous le bras pour faire sérieux et un  hérisson à la main pour faire professionnel.

Il leur est facile d’impressionner les gens parce que le ramonage est obligatoire, qu’il est encadré par la loi et qu’il est nécessaire pour éliminer les risques d’incendie et d’asphyxie. Les faux ramoneurs ne manquent pas d’arguments pour impressionner leurs futures victimes, ce qui expliquent que leur nombre ne cesse de croître et d’embellir.

Ils sont particulièrement persuasifs auprès des personnes fragiles et agressifs si vous refusez leurs services.

Le faux ramoneur est aussi faux qu’un faux agent EDF, un faux postier, un faux éboueur et toute personne qui porte un uniforme ou une carte destinée à tromper les citoyens pour pénétrer chez eux afin de les piller par vol ou par escroquerie. Ce délit est catalogué par la loi en tant que  vols à la fausse qualité, c’est-à-dire, avec usurpation d’identité

Exemples de méfaits de faux ramoneurs

En tapant « faux ramoneurs » dans le moteur de recherche, on trouve 67 400 résultats et le récit de faits divers répartis dans toute la France.

  • Toulouse Décembre 2011 http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/21/1220622-attention-de-faux-ramoneurs-font-du-demarchage-a-domicile.html
  • 5 oct. 2012 – Quarante plaintes à Paris, Toulouse, Marseille et surtout Avignon. L’entreprise Etoile Ramonage a sévi partout http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/2004404/les-faux-ramoneurs-avignonnais-sevissaient-dans-tout-le-pays.html
  • Abbeville, janvier 2013 http://www.lejournaldabbeville.fr/2013/01/19/abbeville-attention-aux-faux-ramoneurs/
  • Paris 2010 http://www.leparisien.fr/abo-essonne/les-faux-ramoneurs-ont-escroque-145-personnes-agees-11-03-2010-843700.php Ils arrivaient à convaincre des personnes âgées de réaliser chez elles des ramonages non nécessaires et repartaient en plus avec des chèques et espèces volés. La troisième division de la police judiciaire de Paris enquête en ce moment sur quatre Essonniens soupçonnés d’avoir escroqué ou volé 145 personnes âgées en Seine-et-Marne, entre janvier 2005 et juin 2007. Les quatre complices avaient été interpellés le 17 février dans un camp de gens du voyage à Brétigny-sur-Orge. Tous appartenaient à l’entreprise CJ, située à Melun (Seine-et-Marne), spécialisée dans le ramonage. L’enquête a montré que les salariés de cette entreprise se présentaient chez leurs victimes et insistaient sur la nécessité de ramoner leur cheminée.Un préjudice de plusieurs millions d’euros Les devis étaient exorbitants et les prestations quasi inexistantes. Mais en plus, les ramoneurs subtilisaient chèques et espèces. D’autres faits de même nature ont été commis en 2007 à Paris par la même équipe. En 2009, deux anciens employés de l’entreprise, interpellés, avaient mis en cause leurs patrons qui « les formaient et les obligeaient à agir ainsi en échange de contreparties financières ». Des propos confirmés par d’autres membres du personnel. Le 17 février, ce sont finalement les deux patrons, ainsi que deux autres employés, âgés de 28 à 55 ans, qui ont été interpellés dans le camp de voyage à Brétigny. Un véritable coup de filet. Plus de 200 policiers et un hélicoptère avaient été mobilisés à l’aube. Depuis, tous les prévenus ont été remis en liberté, le temps de l’enquête. De nombreux documents comptables et autres traces écrites des escroqueries ont été saisies sur place. Par contre, aucun chèque ou objets volés n’ont été retrouvés, ce qui s’expliquerait par le temps écoulé depuis les faits. Le préjudice total pourrait s’établir à plusieurs millions d’euros.Le Parisien
  • Une locataire vient d’écrire à sa propriétaire pour l’informer d’une tentative d’intrusion par des « ramoneurs » :
Je viens porter à votre connaissance un incident qui vient de se produire.
Alors que je rentrais dans l’immeuble, je vis deux individus qui attendaient devant la loge. Ils avaient un hérisson de ramoneur et étaient en habit de travail.Le plus grand portait un classeur sous le bras, l’autre tenait un hérisson à la main. Ils me demandèrent le code de la porte vitrée. Je demandais où ils allaient
Ramoneur-là-haut
Moi-chez qui ?
R-nous avons des clients réguliers
Moi-leur noms
R-il y en a tellement, nous ne nous en souvenons pas
Moi- Je suis surprise, l’immeuble est ramoné par la maison B. depuis plus de 30 ans
R-B., celui qui passe à la télé ? hé bien si vous lui faites confiance à celui-là.  Il vous ramone bien ? (ricanements)
Moi- depuis 30 ans, il donne toute satisfaction
R-parce qu’il vous ramone bien, c »est sûr
Moi- sortez ou j’appelle la police
etc.
R-Raciste,vous êtes  grosse 
Pour moi, ils étaient blancs, je n’avais rien dit de personnel. La grossièreté confirmait que j’avais affaire à des délinquants.
Ils ne voulaient pas sortir de l’immeuble, j’ai dit que j’appelais la police
R-Appelez la police, nous venons d’être contrôlés
J’ai ouvert la porte en les invitant à sortir, ce qu’ils ont fait non sans difficulté et j’ai appelé la police en les suivant pour voir où ils allaient. Ils  essayaient déjà d’entrer dans un autre immeuble sur la place. La police est venue sur place peu de temps après et m’a rappelée, car elle ne les voyait pas et partait à leur recherche.J’ai cru devoir m’excuser de tant de méfiance en alléguant l’insécurité du quartier et la fonctionnaire m’a répondu « ça ne va pas s’arranger, vous avez raison de nous alerter ».

Comment se protéger ?

La préfecture de police de Paris a édité un guide à l’attention des séniors mais il peut être utile à tout le monde  http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Prevention/Protegez-vous/Seniors

Comment vous protéger d’un vol à la fausse qualité ?

Les vols à la fausse qualité, c’est-à-dire, avec usurpation d’identité, se multiplient. En se faisant passer pour des professionnels (agents EDF, ramoneurs, postiers, plombiers, voire policiers), des escrocs abusent ainsi de votre crédulité pour s’introduire chez vous et voler vos objets de valeur et vos liquidités.

Ce type d’infraction est gravement puni par une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende (Art. 311.4 alinéa 5 du Code Pénal).

Quelques conseils pour vous protéger :

  • si la personne se présente à l’interphone ou à votre porte, utilisez systématiquement l’entrebâilleur et le judas et exigez la carte professionnelle et l’ordre de mission (ou le justificatif de passage). En cas de refus, ne laissez pas entrer la personne ;
  • si vous êtes avisé du passage d’une personne par téléphone, par courrier ou par voie d’affichage dans le hall de votre immeuble, vérifiez la venue de cette personne auprès de l’organisme d’origine, votre bailleur, votre syndic, votre concierge ou vos voisins ;
  • si vous souhaitez effectuer un contre-appel, utilisez les numéros de téléphone que vous avez en votre possession (figurant généralement sur les avis d’échéance ou les factures) et non pas ceux donnés par la personne qui se présente ou vous appelle.

Dans tous les cas :

  • quelle que soit la profession de celui qui se présente chez vous, vous ne devez en aucun cas le laisser entrer si vous avez le moindre doute ;
  • proposez un autre rendez-vous à la personne afin de procéder aux vérifications nécessaires ;
  • ne laissez entrer personne chez vous après 18 heures ;
  • si vous faites entrer une personne chez vous, essayez de solliciter la présence d’un voisin. Ne quittez pas l’individu, accompagnez-le dans tous ses déplacements à l’intérieur de votre domicile ;
  • ne divulguez en aucun cas l’endroit où vous cachez vos bijoux, votre argent ou tout autre objet de valeur.

Si vous êtes âgés de 65 ans et plus et avez récemment été victimes d’une infraction sur la voie publique ou à votre domicile, vous pouvez vous inscrire auprès de votre commissariat pour bénéficier de l’opération «tranquillité seniors».
Cette inscription vous permettra d’être contacté pour bénéficier de conseils de prévention personnalisés. Si nécessaire, une visite à votre domicile pourra éventuellement être effectuée.

Si vous avez le moindre doute, appelez sans hésiter votre commissariat d’arrondissement ou, en cas d’urgence, le 17-Police secours.

Numéros utiles :
Police secours : le «17» ou le «112» depuis un portable
Sapeurs-pompiers : le «18»
Samu : «15»
SOS médecins : 01 41 07 77 77 / 0 820 33 24 24
Urgences médicales de Paris : 01 53 94 94 94

  Autres conseils de sécurité à l’adresse des séniors et de tout le monde

Seniors Conseils pour votre sécurité

seniors

Seniors de plus de 60 ans, la préfecture de police a créé ce guide afin de vous apporter quelques conseils pratiques de prévention contre d’éventuelles agressions dont vous pourriez être victimes lors de vos déplacements ou chez vous (vol par ruse, cambriolage ou accident de la route).

Protégez-vous dans la rue

Comment vous protéger d’un vol à l’arraché ou à la tire (pickpocket) ?

  • Portez votre sac en bandoulière côté façade d’immeuble ;
  • si un agresseur tente d’arracher votre sac, ne résistez pas, surtout si ce dernier est à scooter ou à rollers, vous risqueriez d’être traîné et gravement blessé ;
  • optez pour un sac de petit volume et orientez son ouverture vers vous. Emportez le minimum d’argent liquide (préférez les billets de petite et moyenne coupure) ;
  • soyez particulièrement vigilant en cas de mouvements de foule (heure de pointe dans le métro, entrée et sortie de grands magasins, etc.), moments d’action privilégiés par les pickpockets ;
  • évitez de placer les valeurs que vous détenez dans les poches latérales ou arrière de vos vêtements, préférez les poches intérieures munies de fermetures.

  Comment vous protéger d’une agression ?

  • Si vous avez l’impression qu’un individu vous suit, n’hésitez pas à vous réfugier chez le commerçant le plus proche ;
  • en cas d’agression, appelez au secours et criez aussi fort que vous pouvez afin de faire fuir votre agresseur. Notez son signalement (âge, taille, corpulence, type physique, coupe et couleur de cheveux, tenue vestimentaire ou signes particuliers), sans vous focaliser sur un détail comme la couleur d’un vêtement, car votre agresseur pourrait s’en débarrasser une fois le fait commis. Si vos agresseurs sont véhiculés, relevez les caractéristiques de leur voiture ou deux-roues (couleur, type, marque, direction de la fuite, immatriculation, etc.).

 Comment vous protéger d’un vol au distributeur de billet ?

  • Évitez d’effectuer vos retraits d’argent à date et à heure fixes ;
  • limitez le montant des sommes d’argent que vous retirez ;
  • au moment du retrait, ne vous laissez pas distraire par un ou plusieurs individus, vous pourriez être victime d’un vol par ruse (ex. : un premier voleur détourne votre attention, laissant le temps au deuxième de lire discrètement votre code confidentiel par-dessus votre épaule et de subtiliser votre carte) ;
  • vous devez toujours récupérer vos tickets de retrait et d’achat ;
  • si vous êtes en difficulté devant un distributeur, suivez les instructions de la machine ou demandez de l’aide à l’agence bancaire. Surtout, ne communiquez jamais votre code à une personne proposant son aide ;
  • si votre carte est avalée, patientez quelques instants pour être sûr qu’elle ne ressort pas, puis signalez-le immédiatement à votre établissement bancaire ;
  • faites-vous accompagner par une personne de confiance pour vos opérations financières ou téléphonez à : ALLO PARIS SECURITE : 01 42 76 77 77(24h/24), un service gratuit d’accompagnement pour les seniors, mis en place par la Mairie de Paris, pour vos opérations de change, de retrait ou de dépôt d’argent.

 Protégez-vous à votre domicile

Comment vous protéger des cambriolages ?

  • Équipez votre porte d’entrée d’un système de fermeture fiable type viseur optique (judas) ou d’un entrebâilleur ;

  • si vous habitez au rez-de-chaussée, faites installer des barreaux et des volets à vos fenêtres ;
  • en cas d’absence, ne laissez pas vos clés sous votre paillasson ou dans votre boîte aux lettres, confiez-les à une personne de confiance ou à votre gardien ;
  • si vous êtes absent pendant une longue période, faites ouvrir vos volets régulièrement par un voisin et faites relever votre courrier ou faites-le suivre par la Poste sur votre lieu de villégiature.

En juillet et en août, vous pouvez également bénéficier de l’« Opération Tranquillité Vacances » : sur simple demande, votre commissariat d’arrondissement organisera des tournées de surveillance régulières à votre domicile pendant votre absence.

  • Placez vos bijoux en lieu sûr et faites expertiser si nécessaire vos objets de valeur pour votre assurance. Vous pouvez les photographier et noter leur numéro de série. Conservez précieusement les factures d’achat, les garanties, les certificats d’authenticité, relevés d’expertise ou l’inventaire notarié (si c’est un héritage) et tout autre justificatif dans un lieu sûr ;

 

  • si vous avez perdu vos clés, faites changer les serrures ;
  • si vous vivez seul, indiquez votre nom complet et seulement l’initiale de votre prénom sur votre boîte aux lettres sans préciser « Monsieur » ou « Madame ».

 

Echec de l’intégration : flâneries sous surveillance

Publié le

Ah, comme il faisait beau aujourd’hui le long du canal de l’Ourcq. Hommes et femmes offraient leur peau au soleil déjà chaud mais pas encore brûlant. Torse nu, des hommes se doraient la pilule sur le quai, au plus près de l’eau verdâtre. Des femmes entortillées de chiffons de la tête aux pieds semblaient réjouies tandis que l’homme qui les accompagnait profitait lui aussi des caresses du soleil sur sa peau.

Nous avons pris place à la cafétéria du MK2 pour bavarder et profiter de la lumière et de ses reflets sur le canal. Un grand noir se tenait à l’entrée de la cafétéria. Etonnée, je lui demandai s’il montait la garde et comme il aquiescait, je m’interrogeai à haute voix « Il y a vraiment des gens qui cherchent des histoires ici? ». Il me répondit « Oui, hélas! ».

Mon amie et moi étions sidérées. Depuis des années que nous habitons dans le quartier, nous n’avions jamais pensé qu’un jour nous devrions prendre un pot sous surveillance. Dans quel monde vivons nous pour que prendre un verre au soleil implique des risques pour notre sécurité?

Que la cafétéria du cinéma de Marin Karmitz nécessite une surveillance ne manquera pas de faire sourire quand on sait que ce charmant monsieur fut un maoïste convaincu et dévoué à « La cause du peuple ». Il a d’ailleurs réalisé entre autres le film « Camarades » qui relate une grève d’usine.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Marin Karmitz à une mondanité du Nouvel Obs peu de temps après qu’il eu créé sa première salle au bord du canal. Je lui avais demandé s’il avait eu des difficultés pour trouver un emplacement dans l’arrondissement et il m’avait répondu que le maire RPR de l’époque, Bulté, avait été des plus aimables et l’avait gentiment accompagné dans sa recherche. Puis je lui fis remarquer que tout près, place de Stalingrad, il y avait un important traffic de drogue, qu’un peu plus loin, places des Fêtes, c’était kif-kif et qu’il y avait une certaine délinquance dans la multitude de logements sociaux qui cernaient le canal et ses environs. Je lui demandais s’il n’avait pas rencontré de problèmes et il me répondit que son équipe intégrait « les jeunes du quartier » et que son cinéma, les spectateurs et ses employés les cotoyaient en bonne intelligence.

C’est pourquoi je fus très surprise ce samedi de constater que l’intégration des « jeunes du quartier » pronée et souhaité par l’ancien maoïste, avait fait long feu au point d’embaucher un gardien pour protéger les clients et la bonne marche du commerce.

Le MK2 n’est d’ailleurs pas le seul à embaucher des plantons de sécurité. De nos jours, pratiquement tous les magasins et les super marchés, la mairie et les banques, sont équipés de vigiles.

Personnellement, je suis choquée, non par la méthode mais par ce qu’elle révèle de menaces contre ma liberté de mouvement.

%d blogueurs aiment cette page :