Flux RSS

Archives de Tag: sexualité

Excision minimaliste « pour respecter la tradition culturelle » !

     Dans un avis contentieux rendu sur demande de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), le Conseil d’Etat vient apporter une nouvelle pierre dans le jardin du contentieux de l’asile touchant les fillettes menacées d’excision et de leurs parents. Refusant l’extension de l’unité de famille, principe général de droit applicable aux réfugiés, aux parents des jeunes filles pourtant protégées au titre de l’article 1A2 de la Convention de Genève, la Haute juridiction administrative va transférer la question du séjour des parents pourtant en charge de leur enfant mineure vers le droit commun des étrangers. Cette timidité jurisprudentielle illustre la méfiance du juge vis-à-vis de cette catégorie de réfugiées dont le risque de persécution trouve son motif dans l’appartenance à un certain groupe social en vertu d’arrêts de principe rendus par le Conseil d’Etat en décembre 2012 et qui concernent essentiellement des fillettes nées en France.

Excisions « minimalistes » : polémique aux Etats-Unis autour de la prise de position de deux gynécologues de Cleveland

23.02.2016
Deux gynécologues américains viennent de relancer de manière inattendue la polémique sur les excisions. Dans un récent article, les Drs Kavita Shah Arora et Allan J. Jacobs soutiennent que des excisions « minimalistes » permettant de respecter les traditions culturelles sans mettre en danger la santé des femmes, devraient être tolérées. « Nous ne disons pas que les interventions sur les organes génitaux de la femmes sont souhaitables, mais plutôt que certaines interventions devraient être tolérées par des sociétés libérales », écrivent les deux auteurs dans une revue spécialisée, le Journal of Medical Ethics.

Plutôt que de parler de mutilation génitale, ils préconisent d’utiliser le terme d' »altération génitale » pour décrire les différents procédés d’excision et les risques qui leur sont associés. Pour les deux spécialistes de Cleveland (États-Unis), deux types d’excisions pourraient être tolérées : celles qui n’ont aucun effet durable sur l’apparence ou le fonctionnement des organes génitaux ou celles qui modifient « légèrement » leur apparence, sans avoir d’effet durable sur la capacité de reproduction ou sur l’épanouissement sexuel des femmes. Toutes les excisions aboutissant à perturber la sexualité et le déroulement de la grossesse ou de l’accouchement doivent en revanche être interdits, selon eux.

Leur prise de position a suscité d’ores et déjà de très vives réactions. Ainsi du Pr Ruth Mackin du College de médecine Albert Einstein de New York, pour lequel « une tradition culturelle destinée à contrôler les femmes, même dans sa forme la moins nocive, doit être abandonnée ». Même réticences exprimées par Brian D. Earp qui redoute que l’autorisation d’excisions « minimalistes » aboutisse à un « fiasco », en multipliant les problèmes légaux, réglementaires, médicaux et sexuels.  Et, alors que les deux gynécologues de Cleveland comparent ces interventions « minimalistes » sur les femmes à la circoncision masculine qui est légale dans le monde occidental, ce chercheur américain en bioéthique préconise d’ailleurs une « attitude moins tolérante » face à la circoncision, soulignant que les enfants des deux sexes « ne doivent pas avoir leurs organes sexuels endommagés ou retirés avant qu’ils ne soient en âge de comprendre et de donner leur accord à ce type d’intervention ».

(avec AFP)

– See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2016/02/23/excisions-minimalistes-polemique-aux-etats-unis-autour-de-la-prise-de-position-de-deux-gynecologues-de-cleveland_289381?ecmp=NL_infodujour_20160223&nlToken=R5c1kcVn_rk9AoFqgx8E_njQVTHcLjmtKFRQ33QS2kFYRYnIJSjiJ282nePMtCNoSv_MHiwSQlQgAgA%3D#utm_source=gene&utm_medium=newsletter&utm_term=&utm_content=20160223&utm_campaign=NL_infodujour

Sexualité. Les mâles sont-ils tous détraqués ?

Publié le

https://www.contrepoints.org/2012/08/24/94913-harcelement-sexuel-desormais-tout-est-harcelement

En France, une femme est violée toutes les 7 mn et 30% des détenus seraient condamnés pour délits ou crimes sexuels.La majorité des victimes sont des femmes mais quelques hommes et des enfants des deux sexes sont concernés.

Il règne en France un climat délétère dans lequel le harcèlement sexuel concerne tous les hommes de toutes les catégories sociales et économiques.

la tribune fourmille d’anecdotes édifiantes. Y sont rapportées les remarques inconvenantes «d’un parlementaire qui déplore que nous portions un col roulé et pas un décolleté» ou d’«un conseiller ministériel qui demande, au retour des vacances, si nous sommes bronzée vraiment partout». Mais également, celle d’«un ami du président qui juge les journalistes d’autant plus intéressantes qu’elles ont un bon tour de poitrine». «Dans une usine visitée au pas de course, c’est un ministre qui s’amuse de nous voir porter des chasubles bleues réglementaires et glisse que ce serait mieux si vous n’aviez rien en dessous», peut-on encore lire.

Il y a aussi «les textos – classiques, récurrents, insistants», les invitations à se «voir le soir, hors des lieux et des horaires du pouvoir» et «les avances (qui) ne s’arrêteront qu’avec la menace d’une main courante pour harcèlement».

http:  www come4news com images users 1041 HarcelW%20copie jpg Abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel

http://www.come4news.com/abrogation-de-la-loi-sur-le-harcelement-sexuel-158146

  • Soupçonné d’avoir violé quatre jeunes filles, un directeur de centre équestre de l’Eure a été écroué. Il avait déjà été condamné en 2007 et figurait sur le fichier des délinquants sexuels.http://www.leparisien.fr/faits-divers/eure-un-directeur-de-centre-equestre-recidiviste-accuse-de-viols-04-05-2015-4745431.php
  • Le 20 avril dernier, une dame de 94 ans était violée à son domicile par un cambrioleur http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/04/21/biarritz-une-femme-de-94-ans-violee-a-son-domicile-l-agresseur-en-fuite
  • Samedi soir, le groupe d’amis s’est rendu à Étreillers pour une soirée privée à la salle des fêtes. Vers 21h30, la jeune femme de 20 ans est sortie fumer une cigarette lorsqu’une voiture blanche avec deux hommes à bord s’est arrêtée à son niveau. Les deux individus ont alors forcé la victime à monter dans leur voiture avant de démarrer. Le véhicule a roulé pendant environ 1h30 dans les villages alentours avant de revenir à Étreillers où les agresseurs ont redéposé la jeune femme non loin de la salle des fêtes…  Les deux suspects auraient environ 25 ans et l’autoradio de la voiture de couleur blanche diffusait de la musique rap à un volume sonore élevé, ce qui a pu attirer l’attention sur son passage.http://www.aisnenouvelle.fr/region/etreillers-deux-hommes-recherches-apres-un-viol-ia16b108n211685
  • entretiens donnés par des enfants qui témoignent de viols commis par des militaires en Centrafrique. Quatorze soldats français sont visés par ce rapport de l’ONU. 6 enfants de 8 à 13 ans témoignent dans un rapport de l’Onu : Sur les six enfants qui témoignent, quatre ont été victimes de violences sexuelles. Les deux autres rapportent des abus subis par leurs copains. Chaque fois, la version est presque semblable. Des militaires leur demandent une fellation en échange de nourriture. Les petites victimes donnent aussi des descriptions précises ou des caractéristiques physiques de leurs agresseurs présumés.http://www.metronews.fr/info/viols-presumes-en-centrafrique-le-recit-choc-des-enfants-devant-l-onu/moec!zTW84ArhtndM/

  • le bellâtre aux allures de top-modèle proposait à ses partenaires un rapport sexuel dans l’obscurité, et les yeux bandés. Un subterfuge en vérité. Car une fois l’étreinte terminée, ce n’est pas le beau et mystérieux Anthony, 37 ans, que découvraient ces dames, mais Michel*, un petit homme dégarni et bedonnant de 68 ans.Son stratagème, le sexagénaire en usait depuis 2009 au moins. Des rencontres « piquantes » avec des femmes « excitées » par son « scénario », soutient ce divorcé. Des « viols par surprise » pour le parquet de Nice, qui a ordonné son placement en garde à vue le 17 mars, avant qu’un juge d’instruction ne le mette en examen…

    Après recoupements, il est établi qu’il était en contact avec 342 femmes dans toute la France, dont 143 dans son département, et possédait des photos intimes de 200 femmes différentes,http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-faux-play-boy-du-web-etait-un-sexagenaire-04-05-2015-4744097.php

L’homme français dans le métro d’après une enquête chinoise http://french.people.com.cn/VieSociale/7941287.html

  • Patrick Sébastien a fait chanter au public « une petite pipe avant d’aller au lit » à une heure de grande écoute samedi soir, dans son émission «Les années bonheur» sur France 2. Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la Famille a réagi : «Je pense que ceux qui ont la responsabilité et la chance d’animer une émission doivent aussi se comporter dans le respect des familles. C’est une question d’abord de respect des enfants, parce que je trouve ça limite incestueux que de faire chanter ça dans une famille à 20h50. Or la lutte contre l’inceste et la pédophilie est une de mes priorités»,a réagi ce lundi Laurence Rossignol sur RTL.

Sur le net, une majorité d’internautes s’est exprimée contre l’indécence de l’animateur qui n’en est pas à son coup d’essai. Il s’est étalé maintes fois sur son amour des prostituées et affirme clairement son opposition à l’éradication de la prostitution et à la pénalisation des clients.« Les mêmes qui interdisent et qui veulent faire passer les clients des prostituées pour des délinquants sont les mêmes qui cautionnent la France à genoux qui suce le Qatar. »

En savoir plus : http://www.gentside.com/patrick-s%E9bastien/patrick-sebastien-dans-c-a-vous-039-039-la-classe-politique-je-la-trouve-indigne-039-039_art61235.html
Copyright © Gentside

http://www.leparisien.fr/tv/videos-patrick-sebastien-une-petite-pipe-qui-cree-l-emoi-04-05-2015-4744211.php

Patrick Sébastien se justifie en évoquant une grivoiserie innocente et compare sa chanson au « Zizi » de Pierre Perret ou aux gauloiseries de Georges Brassens dont il est loin d’avoir le talent. Sur la forme et le fond, Patrick Sébastien insulte ces poètes et musiciens que sont Brassens et Perret. Sur le fond, il montre son ignorance des engagements de ces deux auteurs qui ont eu le courage et l’esprit de braver l’hypocrisie de la morale de leur époque. Il n’y a rien d’obscène dans « le zizi » de Pierre Perret et les obscénités de Brassens sont le reflet de son engagement anticlérical dans les années 50 à 60..

Aujourd’hui, la pornographie étant généralisée et accessible à tous les enfants dès leur plus jeune âge-à 11 ans, ils auraient tous vu un film porno,-il n’y a aucun courage à sortir la pornographie de ses limites horaires théoriques. Or la pornographie véhicule une image dégradée et humiliante de la femme, contribuant ainsi à la sexualité détraquée des hommes, la discrimination des femmes et le sexisme en général. Il suffit de lire ci-dessus les paroles des hommes politiques à l’égard des femmes journalistes pour y retrouver ce conditionnement pornographique.

Naturellement, l’exhibitionnisme sexuel de Patrick Bastien est celui d’un homme qui s’adresse aux hommes et aux petit garçons en devenir d’homme.Habitué à la fréquentation des prostituées et des clubs de libertinage (partouzes)comme le 41 Chez Denise l’homme est imbibé, imprégné, obsédé par son sexe

Si encore il avait fait chanter au public « un petit cunnilingus avant d’aller dormir », on aurait pu le trouver courageux et féministe mais Patrick Sébastien incarne le gros macho franchouillard vénérant son phallus qui l’a porté au sommet du cercle des animateurs sexistes sans cervelle.

Le commerce du corps des femmes : GPA (mères porteuses) et prostitution

Publié le

 


Voici des titres récents et des plus anciens en rappel du site Sisyphe sur le thème de l’instrumentation du corps et de la sexualité des femmes.
GESTATION POUR AUTRUI, MÈRES PORTEUSES ET PATRIARCAT
* «Mères porteuses – gestation pour autrui», par Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles
http://sisyphe.org/spip.php?article4749
* «Le remboursement des mères porteuses? Du délire!»,
par Céline Lafontaine, professeure de sociologie à l’Université de Montréal
http://sisyphe.org/spip.php?article4748
* «La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses»,
par Pascale Camirand, éthicienne et féministe
http://sisyphe.org/spip.php?article4443
* «La maternité de substitution, une industrie grandissante»,
par Kajsa Ekis Ekman
http://sisyphe.org/spip.php?article4419
* «La légalisation de la gestation pour autrui», par Ana Pak, féministe laïque
http://sisyphe.org/spip.php?article185
* «Québec – Commentaires sur la réglementation entourant la procréation,
par le Conseil du statut de la femme du Québec (2010)
http://sisyphe.org/spip.php?article3596
* «L’éthique de la parole donnée : condition de l’engendrement de l’être et du savoir», par Louise Vandelac, sociologue, UQAM
http://sisyphe.org/spip.php?article217
PROSTITUTION ET TRAITE DES PERSONNES
* «Feuilleton – La disparue du Mouton Noir – Épisode 16. Comment Geneviève devient Marilyn», par Élaine Audet
Prostitution – Quand réalité et fiction se rejoignent
http://sisyphe.org/spip.php?article4751
* «Traite de personnes à Ottawa: au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel», par Derek Spalding, Ottawa Citizen
http://sisyphe.org/spip.php?article4746
* «Réponse au manifeste des 343 « salauds ». Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix», par Dimitri Guérin, étudiant
http://sisyphe.org/spip.php?article4747
* «Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau», par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes
http://sisyphe.org/spip.php?article4750
* «Services sexuels pour les handicapés: la pitié dangereuse», par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes
http://sisyphe.org/spip.php?article3873
 
* Consultez quotidiennement le Fil de presse de Sisyphe:
Sisyphe.org: http://sisyphe.org
Sur Facebook: https://www.facebook.com/sitesisyphe
Les éditions Sisyphe: http://sisyphe.org/editions/
Courriel de Sisyphe: sisyphe.info@videotron.ca
--

Ejaculation précoce : 20 à 30% des hommes sont concernés

Tout le monde peut voir en ce moment une publicité montrant des allumettes qui s’enflamment rapidement pour s’éteindre aussi rapidement afin d’ illustrer le mécanisme de l’éjaculation précoce qui affecterait près d’un homme sur trois, une maladie qui déstabilise profondément la sexualité des couples. Les femmes sont frustrées et se croient obligées de jouer les mamans, les infirmières et les psys pour consoler leur petit chéri tout penaud et mortifié. Les hommes sont mortifiés et honteux.

Contrairement à ce que les discours dominants veulent nous faire croire, la sexualité heureuse n’est pas simple, autant pour les hommes que pour les femmes. Malgré l’invasion de la pornographie qui impose des modèles de sexualité réducteurs et nocifs pour tout le monde, nous éprouvons de la difficulté à parler de ce domaine très intime lorsque ça ne se passe pas comme on peut le voir dans les films, le lire dans les romans ou l’entendre dans les médias. Chaque cas est particulier parce que chaque individu est unique. Il importe donc de se recentrer sur sa personnalité profonde et de ne pas tenter, forcément vainement, de vouloir se conformer à des modèles imposés par la société de consommation.

Il n’y a rien de plus beau et de plus exaltant que de rechercher en toutes bienveillance, dans l’écoute et l’échange, ce qui est la plus agréable pour le couple, en dehors des modèles et des diktats des pornographies et des sexologues auto proclamés.

L’éjaculation précoce se soigne

On comprend qu’un homme affecté par l’éjaculation précoce ait du mal à en parler et on ne peut le lui reprocher dans une société où la performance sexuelle masculine est érigée en obligation.

Que les hommes se rassurent, ils sont entre un sur cinq et un sur trois à en être atteints et cela n’a rien d’étonnant quand on sait à quel point l’être humain est sensible et sa psychologie complexe. L’éjaculation précoce pourrait être considérée comme une manifestation de la fragilité de la personne humaine, il n’y a pas de honte à avoir.

Par contre, l’homme qui ne veut pas admettre son problème et qui en rejette la faute sur sa compagne ou la société aurait des raisons d’avoir honte de son comportement irresponsable. La honte ne serait pas d’être éjaculateur précoce mais de ne rien faire pour se soigner.

Beaucoup de solutions sont proposées aux hommes atteints d’éjaculation précoce à condition qu’ils veuillent bien admettre qu’ils ont un problème et que cela peut se soigner. Malheureusement, la plupart d’entre eux ont honte de reconnaître que leur virilité est bancale. Certains se cachent égoïstement derrière une pudeur excessive sans se soucier des torts qu’ils causent à leur compagne. Par exemple, il n’est pas rare que ces hommes développent une jalousie morbide persuadés que leur amoureuse ira chercher ailleurs de meilleures performances sexuelles.

Les conséquences psychologiques, comportementales et relationnelles de ce déni sont graves pour le couple dont la frustration peut déboucher sur de l’agressivité mal contrôlée.

Aujourd’hui, plusieurs possibilités de traitement sont disponibles qui sont adaptées à chaque situation. Outre les techniques mécaniques de contrôle et les psychothérapies, un médicament, la dapoxétine vient de recevoir sont autorisation de mise sur le marché (AMM) en France, ce qui est à l’origine de la publicité cachée que l’on peut voir dans les médias.

A savoir sur les symptômes, les causes et les traitements de l’éjaculation précoce

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=ejaculation-precoce

Une campagne publicitaire qui cache les laboratoires Menarini

Je trouve proprement malhonnête (sic) et scandaleux que cette publicité pour le Proligy des laboratoires pharmaceutiques Menarini se fasse passer pour une information officielle et je trouve étonnant que le CSA puisse laisser passer une telle tromperie. Sous le couvert d’information sur l’éjaculation précoce, les hommes concernés et leurs compagnes sont invités à visiter un site dans lequel le sexologue de la République, Sylvain Mimoun fait un discours soit-disant explicatif sur cette maladie qui affecte autant d’hommes. Je me demande combien le sexologue médiatique a été payé par les laboratoires Menarini.

Je suis indignée par cette exploitation éhontée de la misère humaine. Il est certain que de nombreux hommes vont se précipiter sur le site indiqué dans la publicité et qu’ils vont se faire prescrire du Proligy ou rechercher de la dapoxétine  sur Internet. Or, ce médicament est contesté par la revue médicale Prescrire et ils’agit d’un antidépresseur qui peut avoir de nombreux inconvénients s’il est prescrit sans accompagnement thérapeutique et pris sans les  précautions d’usage pour les antidépresseurs. On sait que les antidépresseurs peuvent aussi provoquer des troubles de la sexualité, qu’ils sont incompatibles avec l’alcool, la conduite et toute activité nécessitant de la vigilance.

Le Priligy est un antidépresseur

Le Priligy est le nom commercial de la molécule dapoxétine.

La dapoxétine fait partie de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRSS). Elle est commercialisée sous le nom de Priligy® pour le traitement de l’éjaculation précoce chez les hommes de 18 à 64 ans, depuis la fin du mois de mars 2013 en France comme dans 25 pays Priligy – EMA Europe.http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=ejaculation-precoce-sites-d-interet

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-priligy-ejaculation-precoce-plus-dangereux-quutile-46640/

Le Priligy plus dangereux qu’efficace contre l’éjaculation précoce ?

La revue Prescrire dénonce une balance bénéfices-risques défavorable. Ce médicament « apporte peu de progrès notables », estiment ses rédacteurs. Il « expose aux effets indésirables des ISRS, dont des troubles digestifs et neuropsychiques, des syndromes sérotoninergiques et des troubles de l’humeur », poursuivent-ils. Selon eux, « les autorités de santé de l’Union européenne auraient mieux fait de refuser [cette] AMM ».http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-priligy-ejaculation-precoce-plus-dangereux-quutile-46640/

Que faire en cas d’éjaculation précoce ?

Messieurs, n’ayez pas honte d’en parler à votre médecin traitant et de lui demander de prescrire des analyses pour s’assurer qu’il n’y a pas de causes organiques ou physiologiques à votre problème. En fonction du résultat de ces analyses, il vous orientera vers un traitement adapté à votre cas personnel. N’oubliez pas que vous êtes unique et que ce qui convient aux autres ne vous convient pas forcément.

Rappel des traitements possibles ici http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=ejaculation-precoce

Boostez-la, freinez-le : peine à jouir contre éjaculateurs précoces

La dernière pub de « Durex orgasmique » a de quoi laisser pantois. La vidéo montre un disque qui va trop lentement marqué du symbole femelle et un disque qui va trop vite marqué du sigle mâle. Le « dispositif médical » de Durex promet de remédier à la chose.

Quelle vulgarité et quelle bêtise ! Alors comme ça, les femmes seraient des peines à jouir et les hommes des éjaculateurs précoces ? Voilà qui ramène le plaisir sexuel à bien peu de choses mais nous avons l’habitude de cette mécanisation du coït grâce à la vulgarisation d’une sexologie de bazar calquée sur les modèles pornographiques qui la ramènent à une génitalisation masturbatoire essentiellement phallique. Le pénis, sa bandaison et son éjaculation sont toujours au centre du débats et de tristes ébats.

Avec un tel modèle de relations entre femmes et hommes, il ne faut pas s’étonner de la recherche permanente de partenaires, le nomadisme sexuel, pour mettre la clef phallus dans le maximum de serrures vaginales, anales, buccales, une obsession frustrante qui conduit les pratiquants à la dépression, une spécificité française. Les nomades sexuels oublient facilement qu’autour d’un pénis ou d’un vagin, il y a une personne et que l’être humain ne serait pas humain s’il ne possédait l’aptitude à communiquer. Attention, il ne s’agit pas de communication telle qu’elle a été phagocytée par les nouvelles technologies de communication. Il s’agit de véritable échange fondé sur le respect d’autrui, de la curiosité d’autrui, de l’intérêt pour autrui et de la bienveillance profonde et universelle, jusqu’à l’amour de l’autre.

Dépouiller les pratiques sexuelles de toute notion d’affect ne peut conduire qu’au suicide  virtuel ( autosabotage de sa vie, conduites à risques dont l’alcool et les drogues chez les jeunes en particulier) ou réel. Le totalitarisme idéologique des vieux cochons capitalistes voudrait faire oublier que l’être humain est sensible, sentimental et affectivement fragile.

La nuit, les ondes de nombreuses stations radio bruissent de témoignages impudiques qui parlent essentiellement de la mécanique du sexe. On détaille l’utilisation de son machin, des trucs qu’il convient de faire pour améliorer son fonctionnement, des combines susceptibles d’amener la partenaire à subir les fantasmes  de l’homme immature et si on n’y parle pas franchement de viol, ça y ressemble beaucoup. L’homme voudrait toujours le faire et si la femme ne veut pas c’est qu’il ne sait pas y faire. Animateur et auditeurs vont gentiment le guider pour y parvenir.

Il faut avoir une piètre idée des relations hommes/femmes pour s’imaginer que les femmes seraient plus heureuses que ça aille plus vite et que les hommes ne sont pas capables de faire durer leur propre plaisir et celui de leur chérie. Euh, pardon, dans ces modèles de relation intime, il n’y a pas de chéri ou de chérie, on ne s’attend pas à ce que des machines génitales éprouvent des sentiments.

La partouze, réseau occulte des puissants ?

Publié le

On entend souvent parler de réseaux occultes qui rassembleraient les gens de pouvoir, leur donnant les moyens d’unir leurs forces pour continuer à dominer et contrôler les petits.

On cite le lobby des Francs-maçons, le lobby juif. On parle du Siècle, de cercles franco-anglais. On évoque les Illuminati, Bilderberg. On démasque l’influence de l’Opus Dei, de l’Ordre de Malte.

Il semble que les puissants, comme les parents, se disputent devant les enfants/peuple mais font l’amour quand la porte de la chambre est close. Malgré les apparences, on subodore des ententes, des contrats verbaux, des échanges d’information, des partages de territoires, des alliances solides, des marchés gagnant/gagnant et donnant/donnant.

Dernièrement, entendant parler d’anodin « libertinage » à propos de DSK, je me suis souvenue de tous ces témoignages d’hommes friands de sexage collectif. Me prenant pour une idiote ou voulant m’émoustiller, ils m’ont fait des confidences qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’une sourde.

Je précise que personnellement, je n’ai aucune expérience de terrain mais je crois à la sincérité des confidences que j’ai reçues.

J’ai appris que le libertinage était aux puissants ce que la partouze est au peuple.

La partouze c’est l’échangisme organisé ou pas, entre copains ou en famille dans son HLM ou dans une boîte de province ou de banlieue. On boit de la bière, on met un film porno et on rigole bien fort.

Ou alors, on se rend à une adresse connue. Un buffet campagnard vous attend avec pâté de campagne et saucisson, vin rouge à volonté. Puis on pioche dans la corbeille à préservatifs et on descend ou on monte dans un espace sombre où on peut regarder, participer de préférence en couple, un morceau de saucisson coincé entre les dents mais le marteau piqueur habillé.

La partouze, c’est aussi la rencontre quasi familiale organisée par un patron de médecine et ses internes qui, grâce à leur participation enthousiaste, hériteront de la trilogie si recherchée clinique/professeur chef de service/enseignant-chercheur.

Le libertinage, ce n’est pas la partouze populaire. Beurkk! C’est une rencontre entre couples, organisée soigneusement autour de plats raffinés, de vins et de champagnes millésimés éclairés par des chandeliers baroques, éventuellement sous des lambris dorés chez des particuliers ou dans des endroits extraordinaires.

On se retrouve à Vienne dans les loges fermées de l’opéra où on jouit doublement de la musique et des corps. On file dans un hôtel de luxe à Nez-York (le Sofitel, peut être ?) et on y rencontre des puissants de toute la planète pour un divertissement raffiné entre gens très bien dans une ambiance recueillie et très concentrée.

Un libertin autoproclamé m’a ainsi raconté que l’intérêt de ces rencontres était de percer à jour la psychologie des participants. L’expression de la sexualité révélerait la véritable personnalité de chacune et chacun et, par la suite, dans les « affaires sérieuses » de prévoir et de contrôler ses réactions. Ce même libertin m’a dit dans la foulée : « Sarkozy est très gentil, c’est un ami ». Qu’auriez-vous conclu à ma place ?

Les séances de libertinage seraient réservées au gratin du gratin. Y participeraient des présidents de la République, des hauts fonctionnaires, des célébrités du show business, des énarques, des avocats de renom, des propriétaires et responsables de médias, des chirurgiens réputés, des politiques émérites et des hommes d’affaires du Cac 40… N’oublions pas les rencontres homosexuelles libertines qui n’ont rien à voir avec ce qui se pratique dans les toilettes des gares ou les back rooms des cafés du Marais.

Outre les ragots et les tuyaux qu’on échange autour d’un verre entre les ébats, ces réunions ont surtout l’intérêt de resserrer les liens, au sens propre et figuré, mais surtout de se tenir par la barbichette. Je te tiens, tu me tiens. Ainsi, les ententes contre nature, les magouilles, les fraudes, les accords et les marchandages resteront ignorés du peuple qui trime, paie des impôts, peine à s’assurer des retraites décentes et donner à ses enfants les chances d’un avenir meilleur.

Dans ces divertissements, les femmes serviraient d’appât. Elles doivent être jeunes, belles, sexy, affriolantes et bien décorées grâce à leurs bijoux bling bling, leurs vêtements et sous vêtements haute couture et leurs jambes sans fin mises en valeur par des escarpins à fines aiguilles recouverts en peau de serpent.

Je n’ai fait qu’entendre des confidences mais je suppose que « tout le monde sait mais respecte l’omerta ».

Femmes et dysfonctionnements sexuels

Publié le
 
Le site québécois « Passeport santé » est ma principale référence pour la santé en général, y compris la diététique et l’information sur les traitements et les maladies ainsi que la biologie. Le site est très éclectique, traite de toutes les formes de médecine et ne pousse pas à la consommation de traitements, y compris la chirurgie. De plus, ce site offre une garantie de sérieux grâce à la présence de médecins contributeurs.
 
Comme je voulais en savoir plus sur la dopamine, un neurotransmetteur du plaisir, j’ai fait une recherche et hje suis tombée sur cet article « La disfonction sexuelle chez les femmes : un sujet tabou. J’ai tellement lu de bêtises sur la question que j’ai lu l’article avec intérêt. Je vous le livre donc avec mes commentaires au fil de sa lecture.
http://blogue.passeportsante.net/johanneblais/2009/12/
 
 
 

Blogue de Dre Johanne Blais

Archives – décembre 2009

14 décembre 2009

La dysfonction sexuelle chez les femmes: un sujet tabou

Depuis plusieurs années, on parle beaucoup de la dysfonction sexuelle chez l’homme et on a vu arriver plusieurs produits pour redonner de la vigueur sexuelle à nos hommes. On voit d’ailleurs de nombreuses publicités, parfois très cocasses, concernant la dysfonction érectile.

Je reçois tous les jours dans mes spams de la pub pour le viagra et surtout pour agrandir le pénis « enlarge your penis »…Je reçois également des propositions de rencontres « chaudes », pour hommes toujours. Rien pour améliorer la sexualité des femmes.

Du côté des femmes, le sujet de la dysfonction sexuelle est rarement abordé parce qu’il est mal compris et donc plus ou moins bien traité. Selon la Dre Nathalie Gamache, gynécologue à Ottawa, « il existe une composante génétique dans l’intérêt pour la sexualité à savoir qu’environ 25 % des femmes accordent beaucoup d’importance à leur sexualité, 50 % y accordent une importance modérée et 35 % préféreraient lire le journal en prenant du thé ».

Je doute que ce soit « génétique ». Dans toutes les sociétés, les hommes sont encouragés à exercer et pratiquer la sexualité quand les femmes sont incitées à réserver leur virginité à leur seul époux. Elles sont surveillées, épiées, enfermées, controlées pour ne pas succomber à leur désir sexuel. Dans de nombreuses sociétés, elles sont excisées pour supprimer leur désir sexuel au profit de la famille, faire des enfants, s’occuper de la maison, s’occuper des parents âgés y compris les beaux-parents et nourrir tout le monde, y compris en travaillant dans les champs. Un infirmier sénégalais m’a dit  » on sait que les femmes sont portées sur le sexe, alors on leur enlève le clitoris et après, c’est fini, elles ne pensent plus qu’à la maison et leur mari ». Autentique! Rappelons qu’en Egypte, plus de 80% des femmes, musulmanes et chrétiennes, sont excisées.

Saviez-vous que près de 1 femme ménopausée sur 2 signale une baisse de désir sexuel? Cette baisse du désir peut être attribuable à de multiples facteurs biologiques, physiques, psychologiques, culturels, avec en plus probablement une composante génétique, tel que mentionné précédemment.

La diminution du désir sexuel, c’est-à-dire le déclenchement du désir, ce chatouillis particulier qui se manifeste au niveau du sexe mais aussi à la pointe des seins, au sommet du crâne, dans la poitrine ou dans n’importe quelle autre partie du crops, est une réalité chez les femmes mais aussi chez les hommes. L’excitation sexuelle peut survenir dans de nombreuses circonstances qui n’ont pas toujours pour objet une autre personne. Une émotion esthétique peut aussi déclencher une excitation de même que l’alcool et certaines drogues provoquent une excitation sexuelle, une envie de « baiser » en soi. Une amie m’a raconté qu’alors qu’elle se trouvait faire des recherches à la British Library de Londres, un lieu historique magnifique, elle fut envahie par une excitation extrême au point qu’elle s’enferma dans les toilettes pour se masturber.

Dans l’intérêt de sa vie sociale, qui implique des relations respectueuses et harmonieuses avec autrui, l’individu apprend à contrôler sa sexualité soit en se masturbant, soit en la sublimant dans le sport, la création artistique ou toutes sortes d’autres activités.

Il y a problème quand l’individu ne sait pas contrôler ses élans sexuels et qu’il les impose sous la contrainte violente ou psychologique à d’autres personnes. Malheureusement, beaucoup d’hommes sont encouragés par la société à exercer leur sexualité à tous prix, sans tenir compte du désir des partenaires. Trop d’hommes pensent qu’ils sont régis par leur hormone mâle, la testostérone, qu’elle est irrépréssible, incontrolable, que c’est une fatalité et que leurs besoins sexuels doivent être satisfaits. C’est actuellement le coeur du débat sur la pénalisation du client des prostitués, en France.

 

Ainsi, on sait que l’oestrogène et la progestérone libèrent des neurotransmetteurs (ocytocine et dopamine) qui entrent en jeu dans le désir et la réponse au désir chez les femmes. Mais il faut aussi se rappeler qu’il y a des différences biologiques dans la réponse sexuelle chez la femme et chez l’homme, dont on doit tenir compte.

Les neurobiologistes disent qu’il y a très peu de différences entre le cerveau de la femme et celui de l’homme anatomiquement parlant. La différence est induite par une quantité de testostérone, hormone mâle, plus importante chez l’homme mais surtout par la dopamine, neurotransmetteur du plaisir et indicateur de la satisfaction. Or le stress chez l’enfant peut engendrer un déséquilibre de l’action de la dopamine qui va laisser des cicatrices dans le cerveau. C’est, entre autres, l’une des causes de l’addiction aux drogues. L’influence de l’acquis prédomine sur l’inné, à la fois biologiquement, psychologiquement et sociologiquement. Les différences éducatives attribuées aux petites filles d’une part et aux petits garçons d’autre part, sont plus déterminantes dans leur comportement futur que leurs différences sexuelles.

.http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/lateteaucarre/index.php?id=103352

Des douleurs durant les relations sexuelles, des problèmes liés aux voies urinaires, de l’anorgasmie, peu ou pas de préliminaires peuvent engendrer des problèmes de dysfonctionnement sexuel. À cela peut s’ajouter une mauvaise perception de l’image de soi, un niveau de stress trop élevé au travail ou à la maison, un manque de sommeil, certains médicaments, ou encore un manque de communication dans le couple, etc. Tous ces éléments doivent être pris en compte.

Quand les hommes lancent aux femmes qu’elles sont des « mal baisées », ils oublient trop souvent qu’ils en sont responsables. Le comportement du partenaire pendant l’acte sexuel est déterminant pour la qualité des relations et l’épanouissement de la sexualité de l’un comme de l’autre. Malheureusement, de part leur conditionnement, les hommes confondent souvent éjaculation avec plaisir, pénétration avec amour alors que, le plus souvent, la femme s’implique totalement dans l’acte sexuel, coeur, âme et toutes parties du corps confondues, même sans contrat de mariage ou d’engagement durable.

Trop de femmes ont été forcées, contraintes, violées, malmenées, maltraitées pour pouvoir s’abandonner sans réticence et en toute confiance à leurs ébats.

Conditionnés pour être des coqs de basse-cour, « Rentrez vos poules, je sors mon coq », disait une mère à ses voisines en parlant de son fils et de leurs filles..les hommes sont aussi des victimes car ils passent à côté de toutes sortes de plaisir et de jouissances profondes en se focalisant sur le protocole social bandaison-pénétration-éjaculation. Ils auraient tout à gagner en posant leur épée et en se servant de leurs mains nues et de tous leurs sens pour communiquer avec les femmes.

Et cette fameuse testostérone que les hommes ont en beaucoup plus grande quantité que les femmes, est-ce que cela pourrait jouer un rôle? Les avis sont partagés. Certains spécialistes affirment que la testostérone déclenche le désir sexuel aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, une faible dose de testostérone aiderait certaines femmes.

D’autres experts suggèrent que tout traitement expérimental par la testostérone devrait être fait par des cliniciens expérimentés et n’est pas recommandé pour toutes les femmes ayant un trouble du désir sexuel. Spécifions qu’il n’existe actuellement au Québec et au Canada aucune préparation de testostérone destinée spécifiquement aux femmes.

Mais avant tout, mesdames, si vous ressentez un problème de dysfonction sexuelle et que cela diminue votre qualité de vie (source de détresse, anxiété…), discutez-en avec votre partenaire et parlez-en aussi à votre médecin de famille. Il n’y a pas d’âge pour avoir une santé sexuelle satisfaisante.

Références

Dewailly Marine, Dodin Sylvie. Baisse du désir sexuel – la ménopause a le dos large! Le médecin du Québec, volume 44, numéro 12, décembre 2009, pp 59-64.

%d blogueurs aiment cette page :