Flux RSS

Archives de Tag: trottoirs

Paris foutoir. Les voies sur berge offertes aux vélos, pas aux piétons

http://www.leparisien.fr/paris-75005/paris-un-arrete-municipal-rend-les-voies-sur-berge-aux-pietons-18-10-2016-6224478.php

Cette photo publiée dans Le Parisien de ce jour prouve la réalité de l’arrêté municipal rendant officiellement les voies sur berge aux piétons. La réalité est qu’elle est offerte aux vélos comme tous les trottoirs de Paris.

La Mairie de Paris se moque ouvertement des piétons dont l’espace est grignoté inexorablement par les cyclistes, les motos, les trottinettes, skates, rollers, les roues électriques (gyroroues, monocycles ou monoroues) et tout ce qui roule.

Non seulement la Ville de Paris a dessiné des pistes cyclables sur les trottoirs mais elle autorise les cyclistes à griller les feux rouges, comme s’ils ne le faisaient pas auparavant. Des pistes cyclables ont été crées entre les arrêts de bus et les trottoirs obligeant les passagers quittant le bus à risquer être renversés par des vélos qui eux se protègent par des casques et des gilet fluorescents comme si ces vélophiles étaient  plus faibles, plus fragiles et plus menacés que les piétons parmi lesquels figure un bon nombre de personnes âgées et d’enfants.

2-img_1431

Rue Manin, mon trottoir, une promenade conçue par l’architecte de la mairie du 19ème, Davioud, a été confisqué au profit des vélos.

Le cycliste parisien roule sur les pistes cyclables à contresens, la nuit sans lumière, traverse les places piétonnes à toute vitesse, frôle les piétons qui sursautent plusieurs fois par jour et devraient remercier les écologistes qui favorisent ainsi les maladies cardiaques et entretiennent le stress.

4-img_0693

La place de la mairie du 19ème est toujours traversée par des cyclistes, des scooters, des motos sans que les gardiens ou les policiers n’interviennent. Par contre, le jour où j’ai mis plus d’une seconde pour ramasser les crottes de ma chienne, les vigiles sont arrivés illico …

3-img_1162

Ce cycliste, comme beaucoup d’autres, roule à contresens, les piétons doivent surveiller à droite, à gauche, devant et derrière car les vélos ne font pas de bruit sauf quand le conducteur sonne et insulte le piéton qui lui gâche sont plaisir. De plus, la nuit, nombre de vélos circulent sans phare.

Sûr de son droit à et de son impunité, le cycliste insulte, jure et maudit les pauvres piétons qui eux ne peuvent pas se hasarder sur les pistes cyclables. Cette inégalité ne dérange pas les pourfendeurs de l’égalité et du vivre ensemble. Moi d’abord et je vous emmerde est leur motto. La Ville de Paris libère ainsi la méchanceté, l’égoïsme, l’incivilité, la brutalité et la grossièreté. Pour le piéton, le cycliste est aussi sauvage que l’automobiliste l’est pour le cycliste. Qu’importe, le bobo à vélo est le dieu de l’Hôtel de ville et mérite tous les égards.

Méprisé par la mairie de Paris, le piéton ne peut que subir, personne ne le respecte ni ne le protège, les autorités modifiant les règlements au profit de la circulation cyclistes, ce qui le met sciemment en danger.

Rue Meynadier se trouve un petit bistro tranquille abrité par les frondaisons des chicots du Canada. On aime y flâner en terrasse. Hé bien, la Ville de Paris n’a rien trouvé de mieux qu’installer un parking vélo/moto juste en face de cette terrasse. Non seulement ce parking gâche le paysage mais il réduit l’espace de circulation piétons au point qu’il est difficile de passer, d’autant plus quand on est chargée.

1-img_1427

Bêtise de la Ville de Paris ou sanction pour le bistro, sa clientèle et les piétons ? Jugez de l’espace restant pour circuler entre le parking à vélo et les chaises de la terrasse- et ici elles sont vides, alors quand elles sont occupées …

Côté automobilistes, ce n’est pas mieux. J’ai vu des conducteurs griller des feux rouges ou ne pas respecter le passage piéton sous les nez des flics qui ne mouftaient pas. Quelle différence avec la province où les automobilistes s’arrêtent systématiquement et de bonne grâce pour céder le passage aux piétons !

Les imbéciles égoïstes me répondront que je n’ai qu’à aller habiter en province, ce à quoi je rétorque que les vélodromes sont faits pour eux et qu’ils n’ont qu’à aller y rouler puisque les piétons les dérangent. Et après de tels échanges, nous sommes bien avancés et il ne reste plus qu’aux piétons à se faire justice eux-mêmes en semant des clous sur les pistes cyclables et en crevant les roues des vélos. Merci pour le vivre ensemble, Madame Hidalgo !

La Connectrice, piétonne parisienne

 

 

MISERES DE LA PIETONNE PARISIENNE

Marcher dans Paris a toujours été une galère pour la piétonne que je suis : vélos et 2 roues circulant sur les trottoirs, voitures, vélos et motos garés sur les trottoirs, voitures ne respectant pas les passages piétons lorsqu’elles prennent un virage, vélos grillant les feux rouges, voitures traversant les trottoirs pour se garer dans leur immeuble, voitures garées sur les passages piétons, rollers et skate boards rivalisant de vitesse, terrasses de café, etc.

Avec Vélib, la situation s’est encore dégradée. Certes, c’est une initiative géniale mais ça a multiplié par 100 les comportement inciviques des cyclistes, d’une part parce qu’ils étaient déjà inciviques mais aussi parce que maintenant, ils ont le droit de circuler sur des pistes cyclables aménagées sans le moindre respect pour les piétons qu’ils engueulent lorsqu’ils ils ont l’impudence de circuler sur leurs nouveaux territoires.

Parlons en de ces nouveaux territoires pris sur le domaine piétonnier :

-pistes cyclables dessinées au milieu des rares larges trottoirs où les piétons pouvaient déambuler à leur guise. Exemple la rue Manin entre la mairie et la rue de Crimée.
Mais ce n’est que le début, j’ai entendu récemment un politique raconter à la radio que le plan vélo n’était pas terminé, qu’il y avait encore des améliorations à faire, en particulier en utilisant l’espace des trottoirs !….Si, si, je l’ai entendu de mes oreilles !

-Pistes cyclables à peine repérables physiquement (granit gris et macadam anthracite, c’est joli mais illisible) entre un arrêt de bus et un trottoir. Exemple la descente du 48 à Jaurès

-Pistes cyclables à deux sens le long du quai de la Loire entre la rue et le quai sans stop obligatoire pour le cycliste au niveau des passages piétons ou de l’accès aux passerelles qui franchissent le canal

-Pistes cyclables dessinées sur la place de Stalingrad là où passent des centaines de piétons à l’itinéraire aléatoire

-Et partout, obligation pour le piéton passant du passage piétonnier au morceau de trottoir qui lui reste accessible, de franchir une piste cyclable au risque de se faire renverser par un cycliste qui exerce ses droits en roulant sur SA piste.

Exemple mercredi 10 octobre : je descends vers 18 h du bus 48 à Jaurès. Le trottoir et la place de Stalingrad sont bondés de piétons. Sur l’avenue, le feu est au rouge pour les bagnoles et des hordes de piétons traversent. Un cycliste fou équipé d’un siège pour bébé vide fonce en branlant sa sonnette fendant la foule affolée avec la maestria du citoyen écolo politiquement correct.

Pourtant, outre que le vélo incivique est une nuisance insupportable pour la liberté de circulation du piéton, on oublie que le vélo peut tuer. Jacqueline Delubac, ex épouse de Sacha Guitry, fut tuée avenue Montaigne par un cycliste. Il y a sans doute d’autres cas.

Les cyclistes se plaignent des voitures, des bus et des deux roues, se complaignant du danger mortel qu’il représentent pour eux mais ils n’ont pas la moindre pensée et encore moins le moindre respect pour les piétons que leur comportement incivique menace et de l’atteinte intolérable qu’ils portent à leur liberté de circulation.

J’ai entendu des cyclistes d’avant Velib dirent que le manque de civisme des cyclistes était uniquement le fait des Vélib qui ne savaient pas se servir d’un bicyclette ! Quelle mauvaise foi.
Vélib, c’est très bien mais on ne lâche pas des milliers de cyclistes dans la nature sans éducation, sans protéger et respecter la liberté de déambulation des piétons.

J’ajouterai pour faire pleurer dans les chaumières que les piétons, c’est tout le monde mais surtout les enfants et les personnes âgées souvent accompagnées de chiens.

Les démagogues qui ont ouvert la voie aux vélos ont oublié que les piétons votent aussi ……..

%d blogueurs aiment cette page :