Flux RSS

Archives de Tag: trouble à l’ordre public

Paris XIXème. Pétition contre le marché du crack et ses conséquences

Publié le

Stop au marché au crack qui nous met en danger Place Stalingrad !

19 STOP CRACK a lancé cette pétition adressée à Préfet de police de Paris

Pétition à l’attention du Préfet de police de Paris

Adresse à la Maire de Paris, au Maire du 19ème, à la Députée de la 17ème circonscription de Paris, au Sénateur de Paris, élu du 19ème

La place Stalingrad est redevenue la chasse gardée des dealers de crack et de leurs clients.

Nous, riverains et commerçants de la place Stalingrad, déplorons que depuis plusieurs mois la situation se dégrade à un rythme inquiétant. Les consommateurs de crack, de plus en plus nombreux, prennent leurs drogues en plein jour, dans les abribus, devant les écoles, en laissant leur matériel sur la voie publique. Du matin au soir, nous devons subir leur mendicité insistante, et parfois agressive : dans la rue, dans le métro, à la terrasse des restaurants, à la sortie des commerces. Nos halls d’immeubles sont squattés, dégradés, souillés de déjections et de produits dangereux. Les dealers vendent leur marchandise en toute impunité, ils ont instauré des zones de non-droit que nous ne pouvons plus traverser. Nous sommes emplis d’appréhension à la simple idée de rentrer un peu tard chez nous. L’inquiétude est généralisée, la peur monte.

Cette situation est passée de préoccupante à franchement alarmante ces derniers jours, avec plusieurs évènements très violents qui ont eu lieu coup sur coup au début de l’avenue Jean Jaurès, qui ont entrainé pour l’un la mort d’un homme à 20h en pleine rue suite à un règlement de comptes, et pour l’autre un coup de couteau porté à un habitant qui rentrait chez lui. Ce coup de couteau, traumatisant, n’a pas eu de conséquence fatale ; et le prochain ?

Ces évènements très graves vont continuer à se multiplier si rien n’est fait. Nous déplorons qu’aucune réponse satisfaisante ne soit apportée à cette situation extrêmement critique. Nos droits élémentaires de citoyens à la tranquillité, mais au-delà à la sûreté et à la sécurité ne sont plus respectés.

Outre la poursuite et le renforcement du soutien aux associations spécialisées qui luttent contre les addictions et prennent en charge les malades que sont ces toxicomanes, nous attendons une réaction rapide, ferme et efficace des pouvoirs publics pour la sécurisation de cette zone.

Monsieur le Préfet de Police, nous refusons que vous abandonniez la Place Stalingrad aux mains des délinquants. Nous vous exhortons à tout mettre en œuvre pour empêcher les réseaux de trafiquants de prospérer, nous vous demandons d’allouer au plus vite d’avantage de moyens à l’arrestation des dealers et au rétablissement de la sécurité dans ce quartier.

Madame la Maire de Paris, Madame, Monsieur les Parlementaires, nous vous demandons de relayer cette demande avec toute la force qu’elle exige.

Signez ici https://www.change.org/p/pr%C3%A9fet-de-police-de-paris-stop-au-march%C3%A9-au-crack-qui-nous-met-en-danger-place-stalingrad?signed=true

 

Nouveau : Le maire aurait déjà réagi

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-le-retour-du-crack-electrise-la-place-de-stalingrad-31-08-2018-7871775.php

Pas de Médine Zaouiche au Bataclan ! signez la pétition

Publié le

(Je n’ai pas trouvé la source première de cette photo reprise dans de nombreux médias, j’ignore donc s’il s’agit d’un montage ou d’une pose prise par Zouiche lui-même)

Le rappeur Médine se produira à deux reprises en octobre 2018 au Bataclan, haut lieu de la tragédie meurtrière lors des attentats de Paris.

Avec cette programmation dans ce lieu très symbolique du terrorisme islamiste, on atteind le comble de l’ indécence et de la soumission.

L’artiste est en effet connu pour ses paroles particulièrement violentes au nom de l’Islam.

Si la liberté d’expression est un droit fondamental, il y a des symboles qui peuvent aussi choquer.

Ainsi, le rappeur Médine avait écrit une chanson, «Don’t laïk» (non laïque), peu après la tragédie de Charlie Hebdo en janvier 2015,  dans laquelle il tenait des propos agressifs : «Crucifions les laïcards comme à Golgotha», «si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante», «Marianne est une femen tatouée « Fuck God » sur les mamelles», «J’mets des fatwas sur la tête des cons», etc.

Le chanteur rejette d’un revers de main ces accusations en évoquant un pamphlet musical contre les djihadistes,ce qui semble très difficile à accepter au regard de son combat ultra réactionnaire et communautariste qui transpire dans la majorité de ses textes.

Et comment expliquer, autrement que par l’envie de provoquer ou de jouer sur l’ambiguité, qu’il arbore fièrement ce t-shirt « Jihad » dont il a fait un business ? Sa chanson « Jihad » auquel ce vêtement fait référence est plutôt pacifiste, mais pour qui ne la connait pas, ce t shirt est plus que choquant et agressif. 

En signant cette pétition, vous demandez donc au préfet de police de Paris et au directeur Bataclan d’interdire ce concert ou d’en annuler la programmation dans ce lieu ou des dizaines de personnes ont été lâchement assassinées. 

Alors que des familles de victime portent plainte pour non assistance à personnes en péril, inutile d’ajouter de l’indécence dans ce lieu. 

Merci de signer par respect pour les victimes et leurs familles ainsi que tous ceux qui en France ont souffert, souffrent et souffriront encore du terrorisme islamiste.

https://www.change.org/p/prefet-de-police-de-paris-malaise-non-au-rappeur-medine-qui-veut-crucifier-les-la%C3%AFcards-au-bataclan?signed=true

 

 

  • Jusqu’à présent, le gouvernement se contentait d’opposer la règle de droit à ces appels. Le premier ministre a invoqué mardi le respect « scrupuleux » de « la loi » et de la « liberté d’expression ». « On peut se fixer comme règle simple (…) de vouloir en toute matière respecter la loi. Et la loi s’agissant d’un concert (…) est très simple : elle ne permet d’interdire que lorsque la programmation causerait un trouble manifeste à l’ordre public » en cas d’« incitation à la haine raciale », a déclaré Edouard Philippe devant le Sénat.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/06/13/le-gouvernement-n-exclut-plus-d-interdire-les-concerts-de-medine_5314404_3224.html

  • « Il y a la liberté de création, mais il ne faut pas sous-estimer ce que peuvent avoir de tels propos sur des esprits fragiles, sur un certain nombre de nos jeunes », a indiqué l’ancien maire de Lyon. LCP a filmé son allocution.
SUR LE MÊME SUJET

 

Et d’évoquer une possible intervention gouvernementale pour déprogrammer le concert du rappeur : « Nous ne sommes pas maîtres de la programmation du Bataclan. Mais comme vous le savez, tout ce qui peut amener un trouble à l’ordre public peut, dans les limites de la loi, pouvoir trouver une interdiction. Nous verrons d’ici le mois d’octobre ». En outre, il a promis de lutter contre « ceux qui appellent à la haine, à la division ».

https://www.valeursactuelles.com/culture/medine-au-bataclan-gerard-collomb-evoque-lannulation-des-concerts-96326

  • Pourquoi on ne peut pas interdire le concert de Médine au Bataclan

Les lecteurs de Causeur ne sont pas d’accord avec l’auteur de l’article :

A l’auteur: Vous êtes avocat et vous ignorez que la morale est une source du droit? Revoyez vos cours de Droit avant d’écrire des sottises!Par ailleurs concernant la chanson « Bataclan » ou avez vous vu qu’il s’agisse d’un hommage? Pas une seule fois, il n’exprime la moindre empathie pour les victimes de ce drame et/ou de condamnations de leurs auteurs! Il ne fait qu’exprimer son soi disant rêve de se produire au Bataclan. On se demande bien pourquoi car cette salle était connue pour les groupes de hard rock mais pas pour le rap! On en conclut donc que ce qui l’attire au Bataclan, c’est que lui, un islamiste frère musulman vienne se produire sur le lieu même ou d’autres islamistes ont assassiné 90 personnes.Enfin, dernière chose:vous n’ignorez pas que ce n’est pas parce que des propos n’ont pas été pénalement sanctionnés qu’ils ne sont pas pénalement punissables. Donc, votre argument sur l’absence de condamnation pénale préalable de Medine n’a aucun sens.

1) « Pour ma part, il est certain que je n’irai pas aux représentations. On ne pourra pas dire que je suis un fan de rap ».C’est tout ce qui vous préoccupe ? Votre réputation d’avoir bon goût sur le plan musical ?Si vous y allez, on dira juste que vous avez des sympathies pour l’islamisme, pas que vous avez un goût de chiotte.2) Pas d’atteinte à la dignité de la personne ? Pas de « propos pénalement répréhensibles » ? Je vous conseille d’écouter ses chansons.3) Le trouble à l’ordre public venu de l’extérieur, j’espère que nous serons nombreux à le provoquer.4) « Il n’est pas sûr que les chansons polémiques soient chantées. » Ça change quoi ? Chanterait-il « Au clair de la lune », qu’il a chanté ce qu’il a chanté.5) « Bataclan » n’est en rien un « hommage à la salle parisienne meurtrie par lesattentats du 13 novembre ». Encore une fois, écoutez la « chanson » avant d’écrire n’importe quoi.6) La victimisation est son créneau ? Très bien, qu’il en ait pour son argent. Au moins, il pougnera pour une bonne raison.7) Liberté d’expression pour les islamofascistes et leurs sympathisants ? Sur le lieu-même d’un de leurs massacres ?

Outre que le fait de vouloir entraver la liberté d’expression est un délit sanctionné par l’article 431-1 du code pénal, cela reviendrait à justifier le trouble à l’ordre public face à un adversaire dont on admettrait qu’il est fondé en droit et que seule la violence pourrait lui être opposée. 

On n’admet rien Monsieur, comme cela a déjà été dit : laisserait-on un chanteur néo-nazi se produire à Ouradour ? Serait-ce une entrave à la liberté d’expression ? Par ailleurs les risques de trouble à l’ordre public sont réels : une telle provocation peut engendrer des réactions violentes.

https://www.causeur.fr/medine-bataclan-droit-dieudonne-151866

Pollution sonore : Les Buttes-Chaumont, boucan et flots de bière

Avec les beaux jours, à partir du mois de mai, le parc des Buttes-Chaumont devient une salle de concerts amplifiés à ciel ouvert. Les manifestations sonores s’enchaînent les unes aux autres au mépris de la raison d’être des parcs urbains, lieux de repos et de détente, et de la tranquillité des riverains.

La Mairie de Paris et celle du XIXème arrondissement doivent avoir des actions dans les systèmes de sonorisation et les amplificateurs puissants car le moindre évènement musical est amplifié au-delà du raisonnable? Même les doubles vitrages ne résistent pas aux trépidations, aux cris d’instruments électroniques, aux basses masturbatoires, aux guitares asthmatiques et aux discours politiques ou religieux.

Il n’y a pas de motifs objectifs à ces amplifications excessives car certaines manifestations ne dépassent pas quelques dizaines de spectateurs dans des endroits relativement restreints comme le guignol Anatole ou le kiosque à musique déplacé sur une Butte du côté Est.

Festival du film photographique, pique-nique électronique, zaskouskis, fête hindouiste se succèdent et se ressemblent en termes de décibels.

Les organisateurs de ces manifestations justifient leur présence par le fait que le XIXème est un quartier populaire unique en son genre. Or le public qui se rend à ces manifestations « populaires » ne ressemble pas du tout à celui du quartier qui a la particularité d’être très métissé, riche en familles nombreuses et retraités. Le public qui descend s’encanailler dans le XIXème est jeune et blanc en majorité. Il vient de tout Paris et même de la « campagne ».

Et on se demande qui d’autre que des jeunes bobos peut s’intéresser à des courts métrages, la plupart en langue étrangère avec des sous titres illisibles pour ceux qui sont assis à l’extrémité des pelouses. A vrai dire ils viennent là surtout pour pique niquer, picoler, faire pipi dans l’herbe et profiter de la liberté de s’encoquiner dans le parc au delà des heures d’ouverture normales. En effet, pendant la durée du concert le parc est ouvert au moins jusqu’à minuit, parfois une heure du matin.

Outre la dérogation accordée pour la musique amplifiée, ces manifestations bruyantes bénéficient de dérogations pour la vente d’alcool, la bière coule à flots. Elle est livrée par caisses entières.

Les organisateurs du Festival du court métrage Silhouette qui prétendent organiser une manifestation populaire pour un public populaire vendent de la nourriture au prix du marché et des couvertures polaires (histoire de se protéger de l’herbe humide) au coût prohibitif de 10 euros quand on peut les trouver pour 2,50 dans les bazars du quartier.

Non seulement ces manifestations polluantes sont installées pour plusieurs jours mais, programmées pour la soirée, elles commencent souvent à 15 h, au plus tard à 17h. Pendant les beaux jours, les jours et les nuits de calme aux Buttes-Chaumont se comptent sur les doigts de la main.

Le plus ironique est que placé sous le signe de la nature,du biologique,  de l’écologie et de la santé, le Festival silhouette fait fi de la pollution sonore…….

PS L’association « Vivre les Buttes-Chaumont » vient de me communiquer le document suivant :

Défense de la Qualité de vie et du repos des Riverains
et Habitants du quartier des Buttes Chaumont
Notre quartier a la chance et le bonheur de disposer d’un Parc public assurant aux riverains, aux habitants
du quartier et aux parisiens, la proximité d’un « espace vert urbain écologique » entretenu dans le respect
de la santé et de l’environnement.
Depuis trois ans, en violation du Règlement des parcs et jardins et de l’Ordre public, ce havre de paix
est perturbé par des « festivités » diverses et multiples, à l’intérieur et autour du parc, conduisant à la
dégradation du Parc domanial et du quartier, et à la dégradation de la qualité de vie, du repos et de la
santé des riverains.
Rosa Bonheur :
Cinq jours par semaine, jusqu’à minuit, les nuisances sonores d’une musique électro ont affecté le repos et
la santé des riverains. Drainés par Facebook et autres réseaux sociaux, des centaines de fêtards – buvant et
fumant – envahissent certaines allées du parc. Ce « restaurant » juge même nécessaire de rappeler
vainement – par affiche – sa clientèle à l’ordre : « Pense aux voisins, ne chante pas – Ne jette pas tes mégots dans
le parc – Ne transforme pas le parc des Buttes Chaumont en urinoir ». Après minuit éclatent les pétarades d’une
flotte de motos et de scooters garés en infraction sur le trottoir à l’entrée du parc. C’est le départ
– à nouveau cauchemardesque pour les riverains – des clients souvent en état d’ébriété…
Depuis plus d’une année, les évènements festifs se multiplient en journée comme en soirée, au sein et
autour du parc, dans un vacarme désespérant pour les habitants du quartier.
L’association des riverains « 51 Bolivar » a bataillé pour éviter la création d’un établissement festif
de 700 personnes en face du parc, avec des sorties à 4H du matin. Restons vigilants !
La mairie étudie l’ouverture du Parc des Buttes Chaumont durant la nuit. Les habitants du Quartier refusent
que ce parc devienne un lieu d’insécurité, de bruit, de trafics et de prostitution.
Le but de l’association est de s’opposer à cette dérive, de rappeler aux autorités les conséquences sur la
tranquilité et la santé des riverains, et sur la dégradation du Parc domanial et du quartier.

Riverains du parc,
habitants du quartier soucieux de vos droits et de votre qualité de vie, rejoignez-nous.
j’adhère à l’Association et verse ma cotisation annuelle de 10€ à l’ordre de :
Association Vivre les Buttes Chaumont – 76 rue de Crimée – 75019 PARIS
Nom Prénom Adresse
N° tel Courriel Date et signature
Association apolitique de Défense de l’Environnement et du Cadre de Vie
Siège social : 76, rue de Crimée – 75019 Paris
vivrelesbutteschaumont@laposte.net
Association Vivre les Buttes Chaumont

Les voiles et autres signes discriminatoires, trouble à l’ordre public, infraction à l’égalité

Publié le

La loi contre le port du niqab entrera en vigueur le 11 avril, ce qui donne l’occasion aux gens qui réfléchissent de revenir sur le port de signes religieux ostentatoires et aux politiques de l’UMP d’essayer de piquer des voix au FN.

Dans un article de Riposte laïque, Catherine Ségurane expose clairement et simplement pourquoi tous les voiles, quelle que soit leur longueur, leur couleur et la manière de les porter sont un signe discriminatoire, une stigmatisation des femmes contraire aux principes mêmes de la République française : Liberté, Egalité, Fraternité et ceux de la Déclaration des droits de l’homme : tous les citoyens naissent libres et égaux en droit …

Elle explique aussi pourquoi mettre toutes les religions dans le même sac est une manière de noyer le poisson de l’islamisation.

Contrairement à tous les gémissements actuels sur la soit-disante intolérance des Français, leur « racisme » et leur « xénophobie », les Français, à travers l’histoire, ont toujours accueuilli les étrangers, les réfugiés qui les respectaient. Des générations d’Italiens, de Portugais, d’Espagnols, de Polonais, de Grecs, de Chinois, de Vietnamiens, de Libanais, d’Africains et d’Arméniens se sont parfaitement intégrés dans la société française en conservant leurs coutumes et leurs religions pour lesquelles les Français ne les ont jamais persécutés dans l’histoire récente. Ils n’ont jamais réclamé des modifications des lois de la République.

Ce qui est nouveau dans l’histoire de la France avec les Musulmans, c’est que leur religion est un projet politique de conquête, qu’ils viennent en France réclamer ouvertement le « paiement de la dette coloniale », qu’ils insultent les Français et leur culture dans leurs chansons, qu’ils nous menacent comme les Indigènes de la République et sa porte parole Houria Bouteldja qui n’a toujours pas été condamné pour injures racistes, qu’ils « niquent la France et les Céfrans » en toute fierté et impunité.

Le problème qu’ont les Français avec l’Islam est généré par le comportement agressif, méprisant et conquérant des Musulmans qui se désignent eux-mêmes comme tels au détriment de leur nationalité française ou de leur appartenance à notre société.

Malheureusement, nos politiques et nos élites, au lieu de rappeler à ces insolents les valeurs de la société française et de la République laïque, reprennent leurs arguments à leur compte, se couchent devant leurs revendications destructrices de l’unité nationale, et se battent la coulpe tandis que le peuple subit tous les jours les incivilités, les agressions, les menaces, les insultes, les troubles à l’ordre public, les financements illégaux de mosquées, les menaces pour la laïcité et la loi de 1905, et le traitement ignoble des femmes.

Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner que le peuple se tourne vers celle qui a le courage d’appeler un chat un chat, Marine le Pen. Quand on traite de « gros cons » (Sofia Aram sur France Inter) les partisans du FN, on fait le jeu de ce même FN et non pas celui de la République.

Si les politiques et les élites écoutaient le peuple français et lui apportaient des réponses appropriées, le FN resterait embryonnaire.

 

Déjà, il faudrait se situer sur le terrain juridique adéquat, qui n’est pas celui des signes religieux mais celui  de l’ordre public et du respect des droits et libertés d’autrui.

Le premier débat sur le voile à l’école fut habilement enlisé par la bien-pensance, qui le situa sur le terrain des signes religieux et de la neutralité des services publics, ce qui nous entraîna dans un marécage dont nous ne sommes pas encore sortis aujourd’hui : signes religieux ostentatoires ou pas ostentoires ? Portés par les agents du service public ou par les usagers ? Signes musulmans, juifs ou chrétiens ? Sachant qu’il ne faut pas avoir l’air de cibler une religion plus qu’une autre, même quand ces religions n’attentent pas de la même façon à l’ordre public et aux droits et libertés d’autrui.

En réalité, la question n’est pas là. Le scandale du voile n’est pas qu’il soit plus long ou plus court ou qu’il soit porté par l’institutrice ou par l’élève. Ce scandale tient au fait que le voile affirme l’infériorité de la femme et par là même porte atteinte aux principes fondamentaux qui régissent notre République, qui a pourtant l’égalité inscrite dans sa devise. Les voiles, tous les voiles, doivent être interdits, en tous temps et en tous lieux, et sans qu’il faille pour cela s’embarquer dans des débats sur les kippas, les cornettes des religieuses, les croix plus ou moins grandes et autres impasses.

La plupart des signes religieux ne font rien d’autre qu’affirmer une appartenance religieuse, ce qui n’est pas criticable en soi (sauf pour les agents du service public dans le cadre de leurs fonctions). Tant que ces signes n’ont pas d’autres projet, pas de problème. Mais, quand le projet d’affirmation d’appartenance religieuse cache un projet politique, et que ce projet politique consiste à rétablir la subordination de la femme, il faut dénoncer l’imposture et refuser au signe en question le statut protecteur de signe religieux. Il faut le combattre et l’interdire comme on interdit les emblèmes d’autres idéologies anti-républicaines ou suprémacistes. On ne comprend pas pourquoi il serait moins grave d’affirmer l’infériorité de la femme que d’affirmer l’infériorité de tout autre groupe.

La liberté religieuse n’est pas au dessus des autres. Même la Convention européenne des droits de l’homme le reconnait en son article 9 :

« Article 9 : 1.  Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
2.  La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. »

Il est donc parfaitement possible de restreindre la liberté religieuse au nom des droits et libertés d’autrui, par exemple le droit des femmes à l’égalité.

Il est de même possible de la restreindre au nom de l’ordre et de la santé publique, par exemple pour mettre fin aux caprices dans les hopitaux.

Il n’y a qu’une seule religion, l’islam, qui pose de tels problèmes actuellement. Il n’y a donc aucun besoin d’élargir le sujet au christianisme et au judaïsme, provoquant une alliance des religions contre le projet.

S’il advient, sur un autre sujet, qu’une autre religion porte atteinte à l’ordre public ou aux droits et libertés d’autrui, on combattra cette autre religion sur le problème qu’elle posera, mais sans généraliser au delà d’elle.

Catherine Ségurane

 

http://ripostelaique.com/claude-gueant-les-usagers-des-services-publics-et-les-signes-religieux.html?

Zemmour condamné : feu vert pour le racisme anti blanc

Je n’apprécie pas souvent Eric Zemmour. C’est un sexiste triomphant, un épouvantable macho qui a donné de nombreuses occasions d’être jugé pour discrimination sexiste et diffamation de la gens féminine. Mais qui s’en soucie? les femmes ne sont pas des hommes au sens des droits de « l’homme ».

Je n’aime pas non plus les mots convenus, les facilités de style, le parti pris systématique et je considère qu’il faut peu de dignité à un individu pour accepter de jouer les boute en train d’une émission dans laquelle l’animateur a besoin de faire valoir pour se faire la part belle.

Par contre, j’estime qu’il faut beaucoup de courage pour exprimer des idées à contre courant dans le monde lisse, consensuel, opportuniste, politiquement correct des médias.

Sur ce coup, Eric Zemmour a osé dire tout haut ce que tout le monde pense parce que les citoyens sont de plus en plus nombreux à subir des incivilités, des agressions, des violences commises par des noirs ou des arabes. Même si les médias ont pris le parti de ne plus donner le nom des agresseurs pour dissimuler leur appartenance, le peuple sait que dans la plupart des cas, ils se prénomment Mohamed, Rachid ou Aziz.

J’ai été personnellement agressée physiquement ou verbalement par des noirs ou des arabes. Suis-je raciste de le dire?

Les dragues les plus collantes, les plus agressives, les plus obscènes, les plus importunes que j’ai eu à subir en tant que femme ont été le fait d’hommes noirs ou arabes. Suis-je raciste quand je décris la réalité?

J’ai vu de mes propres yeux des noirs encapuchonnés descendre en groupes constitués dans des manifestations pour casser du blanc, sans que la police intervienne. Suis-je passible de délit de racisme parce que je dis ce que je vois?

D’autres l’ont d’ailleurs filmé le 23 mars 2006 lors d’une manif anti-CPE où des dizaines de lycéens ont été tabassés et dévalisés par des hordes d’encapuchonnés :

http://www.racismeantiblanc.bizland.com/silenceselectif/bid80_02medias.htm


L’agression d’un blanc dans un bus par des « bronzés » encapuchonnés éructant des injures racistes « sale français de merde », a été filmée par le système de surveillance du bus mais censurée en France. On ne peut la voir que sur des sites étrangers.

http://www.metacafe.com/watch/2667912/agression_dun_blanc_par_des_racailles/

Le plus choquant dans la condamnation de Zemmour est le deux poids deux mesures. Le racisme anti blanc n’est jamais condamné. On attend toujours la condamnation de Houria Bouteldja, porte parole des Indigènes de la république comme on attend celle des rappeurs qui insultent les français et surtout les françaises et incitent à la violence contre la France qu’ils niquent https://laconnectrice.wordpress.com/2011/02/09/valeurs-de-fra…s-intouchables/Je récapitulais leurs incitations à la violence, au vol et au viol dans l’article ci-dessus.

Les conséquences des propos de Zemmour seront au pire politiques mais les conséquences des exhortations des Bouteldja, Booba et leurs semblables sont concrètes, quotidiennes et perceptibles par tout un chacun. L’impact des propos de Zemmour est essentiellement médiatique. D’autre part, il ne donne pas de conseils comme le font les racistes anti blancs, il ne pousse pas explicitement à l’action. Il n’y a pas de corrélation directe entre des actes racistes et les propos de Zemmour alors qu’il y en a une entre les paroles des rappeurs et celles des « djeuns » qui reprennent exactement leurs propos en frappant des blancs.

Examinons les arguments des juges tels qu’ils sont rapportés dans Libération:

SOCIÉTÉ 18/02/2011 À 14H23 (MISE À JOUR LE 19/02/2011 À 09H20)Eric Zemmour condamné pour provocation à la haine raciale

Etre chroniqueur sur RTL, I-télé, France 2 et au Figaro, n’autorise pas à légitimer les contrôles au faciès et la discrimination à l’embauche: c’est le message que le tribunal de Paris a fait passer vendredi à Eric Zemmour, en le sanctionnant pour ses propos extrêmement controversés sur les«Noirs et les Arabes».

La 17e chambre du tribunal correctionnel a condamné le journaliste à 1.000 euros d’amende avec sursis dans une affaire l’opposant au Mrap, SOS Racisme et la Licra, et à une peine identique dans un dossier initié par l’UEJF et J’accuse…

…Les propos incriminés remontent au 6 mars 2010. Dans l’émission de Thierry Ardisson «Salut les terriens», diffusée sur Canal+, il avait lâché, après une intervention sur les contrôles au faciès: «Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois? Pourquoi? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait». Décidément en grande forme, le même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs «ont le droit» de refuser des Arabes ou des Noirs.

Certaines associations se plaignaient d’une «diffamation à caractère racial», d’autres avaient attaqué en «provocation à la discrimination raciale».

«Il a dépassé les limites autorisées du droit à la liberté d’expression»

Vendredi, le tribunal a relaxé le chroniqueur des faits de diffamation. En effet, écrit-il, «malgré le caractère abrupt et sans nuance du propos, qui a pu choquer de nombreuses personnes», le passage sur les trafiquants«n’est pas diffamatoire»: Eric Zemmour «n’affirme ni ne sous-entend l’existence d’un lien de causalité avéré ou possible entre l’origine ou la couleur de peau et une surreprésentativité prétendue parmi les trafiquants».

En revanche, le tribunal a considéré que le polémiste avait bien incité à la discrimination raciale car, «par cette phrase catégorique et péremptoire, il justifie directement et clairement les contrôles, aussi arbitraires que systématiques, envers certaines catégories de population».

Ces controles « au facies » sont justifiés par la police elle-même et le Ministère de l’intérieur, préfets de police compris, pour la bonne raison qu’ils sont en prise directe avec la réalité de la délinquance et qu’ils faudrait qu’ils soient aveugles pour ne pas voir la couleur de peau des gens qu’ils interpellent en flagrant délit.

Si certains contrôles peuvent être considérés comme réellement arbitraires et systématiques, dans la mesure où la police a pour consignes d’effectuer des contrôles aléatoires, il lui faut bien des critères de choix ou alors elle contrôle systématiquement tout le monde sans parti pris. Contrôler tout le monde est matériellement impossible et si cela l’était, alors nous ne serions plus en France, nous ne serions plus dans un pays démocratique mais dans une dictature et un état policier, à l’image de ceux qui, dans le monde arabe, sont actuellement en mauvaise posture.

Concernant ses propos sur la discrimination à l’embauche, les magistrats ont jugé que le prévenu ne pouvait «légitimer une pratique illégale, en la présentant comme licite.» En d’autres termes, écrivent-ils, Eric Zemmour a «dépassé les limites autorisées du droit à la liberté d’expression» et ce d’autant plus que c’est «un professionnel des médias et de l’expression (…) qui revendique la maîtrise des mots et de leur portée».

La discrimination à l’embauche existe pour les femmes, sans que personne ne s’en émeuve. Les femmes, ces poules pondeuses qui risquent de tomber en cloque et feraient mieux de s’occuper de leurs moutards. Un consensus général tient cette discrimination pour normale

Un patron a le droit de choisir ses employés dans une marge raisonnable qui respecte le droit du travail. Il a le droit de ne pas employer des gens qui vont réclamer du halal à la cantine, des WC à la turque, une salle de prière et des pauses 5 fois par jour pour prier, des espaces de repos séparés pour hommes et femmes et le droit de ne pas serrer la main des clients quand ils ne sont pas de même sexe ainsi que celui de porter le voile ou la djellaba.

«Consternation» de Mariani (UMP)

Le secrétaire d’Etat aux Transports, Thierry Mariani, a exprimé sa«consternation». Aussi conseiller politique à l’UMP, il déplore «que les professionnels de l’antiracisme préfèrent se constituer partie civile, plutôt que d’assumer un débat public à la loyale» et redoute qu’une «gauche morale durablement discréditée» cherche «à imposer un climat permanent de chasse aux sorcières»…

…Il n’y a pas de lieu dans la société française où les propos racistes peuvent se tenir impunément», lui répondait le conseil de SOS Racisme, Me Patrick Klugman, soutenu par l’avocat du Mrap, Me Pierre Mairat, qui saluait «une victoire de la République», tandis que la Licra s’est «félicitée»de la décision. Selon eux, Eric Zemmour ne pourra plus proférer de telles paroles «sans savoir que ce qu’il dit est un délit et non une opinion»…

Malheureusement, il y a bien des lieux où les propos racistes peuvent se tenir impunément, comme les plateaux TV où passent Houria Bouteldja et Dieudonné, les salles où se produisent les rappeurs racistes, les librairies qui vendent « Nique la France » et les disques des rappeurs racistes.

On peut se dénommer « nique ta mère », on peut tenir les propos les plus misogynes, les plus machistes sans que nos droits de l’hommiste ne s’en offusquent. Mais le sexisme n’est pas un délit puisque lors du vote de la loi anti raciste, les sénateurs et députés ont refusé de l’inclure dans la loi. Deux poids, deux mesures.

On peut aussi chanter que les flics sont des porcs, en toute liberté, sachant que ces propos sont une incitation à la haine qui a des conséquence tangibles lors des interventions de police: tirs, caillassage, lancers de cocktails molotov, agressions, incendie de commissariats et de voitures de police.

%d blogueurs aiment cette page :