Flux RSS

Archives de Tag: USA

Cancer du sein. De magnifiques tatouages pour embellir les cicatrices et retrouver sa féminité

Le cancer du sein touche de nombreuses femmes dans le monde occidental. Il aurait des origines génétiques et environnementales. Responsables, les perturbateurs endocriniens qui polluent la terre, l’eau, l’air parce que leur utilisation est générale et qu’on en trouve dans pratiquement tous les produits de l’alimentation, de la pharmacie, de l’habillement, de l’équipement de la maison et des loisirs.

Que sont les perturbateurs endocriniens ?

Emballages, barquettes, boites, canettes et boites de conserve, produits alimentaires, médicaments, boissons, cosmétiques, plastiques, vernis colles et peintures, mobilier, jouets, produits ménagers, insecticides, vêtements,  …http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/arguments/01-que-sont-les-perturbateurs-endocriniens

Sur les perturbateurs endocriniens lire https://laconnectrice.wordpress.com/2015/04/27/gros-nenes-et-petites-couilles-les-perturbateurs-endocriniens-transforment-le-genre-humain-a-son-insu/

Ce qui est toutefois rassurant est que la médecine maîtrise le sujet et qu’elle sait guérir la majorité des cancers du sein, tous différents, grâce à des techniques expérimentées. Malheureusement, nous n’en réchappons pas indemnes et il nous est nécessaire de nous en remettre psychologiquement et physiquement.Plusieurs outils sont à notre disposition pour nous reconstruire. L’un de ces outils est le tatouage artistique développé en particulier aux USA.

Les femmes qui ont eu recours au tatouage témoignent de leur satisfaction et de leur plaisir d’avoir retrouvé leur féminité. Bien entendu, toutes les femmes ne partagent pas cet avis et certaines se résignent aux traces laissées par les interventions chirurgicales et radio.

On verra dans les images qui suivent que le choix du tatouage est une affaire très personnelle.

La Connectrice

Source de images et des informations sur le tatouage http://mic.com/articles/126810/these-are-the-artists-empowering-breast-cancer-survivors-with-beautiful-tattoos

Cliquez sur ce lien pour admirer une dizaine d’oeuvres d’artistes motivées par la guérison psychologique de femmes ayant subi une radiothérapie, une tumerectomie ou une mastectomie.

These Are the Artists Empowering Breast Cancer Survivors With Beautiful Tattoos

C’est être capable de se regarder dans le miroir en se disant « J’ai retrouvé toute ma féminité ».

These Are the Artists Empowering Breast Cancer Survivors With Beautiful Tattoos

These Are the Artists Empowering Breast Cancer Survivors With Beautiful Tattoos

That includes Holly Feneht of Santa Clarita, California, whose work with 25-year-old breast cancer survivor Nikki Black went viral just this week.

Feneht said she first became aware of post-mastectomy tattooing a little over two years ago. She had had close friends and family members diagnosed with breast cancer, so when someone mentioned the idea of covering up scars with tattoos, she jumped at the opportunity. 

A gauche la tatoueuse Holly Feneht de Santa Clarita, Californi dont le travail sur Nikki Blach, rescapée du cancer de 25 ans vient de faire le tour du net.

Feneht s’est intéressée au tatouage post-mastectomie il y a environ deux ans parce qu’elle était entourée d’amies proches et de membres de sa famille atteintes du cancer du sein. Lorsque quelqu’un suggéra que l’on pouvait couvrir les cicatrices avec des tatouages, elle sauta sur l’opportunité.

Holly Feneht a créé « The gilded Lily« , un centre de tatouage paramédical.

L’histoire complète de la comédienne Nikki Black soutenue par la communauté des artistes a fait le buzz. Son cancer a été diagnostiqué à 23 ans alors qu’elle se produisait en one woman show.

In coping with her diagnosis, Black turned to art, makeup, and photography as a form of therapy and expression. She would draw designs on her head and had photographs taken as a way of dictating how her body would look.

Nikki Black pendant sa chimiothérapie, elle trompe son angoisse en dessinant sur son crane chauve.

Her treatment for the disease was a double mastectomy, followed by chemotherapy. She said dealing with treatment was Black is now in remission, and will have to undergo treament and monitoring for the next five years. She wrote in an XO Jane article about how getting the tattoos has been a positive process:

Avant le tatouage et après

http://www.buzzfeed.com/javiermoreno/this-breast-cancer-survivor-got-floral-tattoos-on-her-breast#.iwD5Rk1Bvg

Lire aussi le témoignage de Nikki Black sur son cancer http://www.xojane.com/issues/post-mastectomy-tattoos-are-helping-me-reclaim-my-identity

Holly Fedhet et Amy Black ainsi que d’autres tatoueuses se sont spécialisées dans le tatouage 3D de l’aréole et du mamelon, une solution plus réaliste que la greffe qui prend difficilement.

1

6

Source images http://nope2bc.com/tag/breast-reconstruction/page/2/

Impérialisme russe . Liste des sites et pages Facebook Françaises pro-russes et soutenant « Novorossia »

Publié le

Nous avons déjà publié l’article consacré aux français qui s’affichaient avec les troupes pro-russes dans le Donbass.

Aujourd’hui, notre site a reçu de plus amples informations que nous partageons avec nos lecteurs.

C’est une longue liste de sites, pages et personnalités soutenant le régime de Poutine et l’idée de la Novorossia, une sorte de la V ème colonne de Poutine en France et dans les pays francophones.Cette liste est publiée à titre d’information.

https://www.facebook.com/unite.continentale

Unité continentale soutenue et défendue par Alain Benajam, comme étant « une organisation de (je cite) nos jeunes volontaires qui appartenaient à la troisième voie  »

Unité continental a du plomb dans l’aile et c’est tant mieux !

Le côté psychopathe de 2 d’entre eux a pris le dessus

Une enquête de commandement et une instruction judiciare ont été déclenchées par les autorités russes et pro-russes pour faire le point sur les agissements criminels de Victor Lenta et Nikola Perovic (article ci-dessous)

https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/02/22/37025/

Sur le terrain,  9 français :

Guillaume Lenormand https://www.facebook.com/guillaume.lnormand?fref=ts

Nicola Peroviћ https://www.facebook.com/frederic.delahas?fref=tl_fr_box

Victor Alfonso Lenta https://www.facebook.com/victordiazdevivar

Mika Mma https://www.facebook.com/mickael.takahashi

Renaud Pyrenees https://www.facebook.com/renaud.delagarde

Golio Ducoin https://www.facebook.com/profile.php?id=100001595776844&fref=ufi

Guillaume Lextradé dit « little doc » (infirmier sur le terrain)  https://www.facebook.com/guillaume.lextrade.5?fref=pb&hc_location=friends_tab&pnref=friends.all

Erwan Castel https://www.facebook.com/erwan.castel.98?fref=ts

Et une certaine « Cécile » (son pseudo) qui est infirmière

info sur site propag./http://novorossia.today/les-volontaires-francais-et-bresiliens-se-battent-contre-la-junte-fasciste-de-kiev/

https://www.youtube.com/watch?v=_0B3uk9KRY4&feature=youtu.be

– communiqué d’Unité Continentale

 Appel à manifestation – Soutenue par le collectif France-Russie, Réseau Voltaire et Comité Valmy.

Appel aux dons et soutien à la lutte du Donbass: sur le site Dobrovolec.org

Guillaume Lenormand rabatteur de Fonds et de volontaires pour l’Unité Continentale

https://www.facebook.com/guillaume.lnormand

– Il tient le blog Rouge-Noir 76

http://rougenoir76.over-blog.com/ sur lequel il recrute des volontaires pour aller dans le Dombass.

Il est relayé par le site de Rébellion

(organisation socialiste révolutionnaire européenne, dans lequel il partage ces articles

http://rebellion.hautetfort.com/archive/2014/05/07/tribune-libre-eurasisme-une-arme-de-guerre-contre-le-mondial-5364332.html

+ page Facebook « Rouge-Noir » 76

https://www.facebook.com/pages/Rouge-Noir-76/423689107716757?ref=stream

Rouge & Noir 76

Page de relais d’infos, d’analyses et de relais socialiste révolutionnaire, nationaliste, solidariste et eurasiste. (De Guillaume Lenormand)

Section Pyrénées (Extrême droite)

https://www.facebook.com/sectionpyrenees

https://www.facebook.com/renaud.delagarde?fref=nf

Renaud Delagarde / activiste du groupe Section Pyrénées en lien avec le groupe comité Rouge Brun , parti rejoindre le front https://www.facebook.com/groups/476382362437565/

Svetlana Kissileva https://www.facebook.com/svitlana.kysilyova Coordinatrice de l’aide française avec

Alain Benajam https://www.facebook.com/alain.benajam?fref=grp_mmbr_list

https://www.facebook.com/voltairenetbenajam

et André Michel Chanclu https://www.facebook.com/andre.chanclu?fref=ts

https://www.facebook.com/andre.chanclu?fref=nf

André Le NovoRussophile  qui est en fait André Chanclu fondateur du Collectif France-Russie et du Comité France-Donbass

Novopole »

https://www.facebook.com/novopole.org/info?tab=overview

Svetlana Kissileva, présidente de Novopole, André Chanclu et Alain Benajam, secrétaires et adjoints sont les représentants officiels des (je cite) « Etats indépendants de la Novorossia en France »

info/http://novorossia.today/dejeuner-de-l-association-novopole-une-famille-s-est-creee/#prettyPhoto

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2013/02/05/andre-chanclu-nous-presente-novopole.html 

Synthèse Nationale Site de André Chanclu

https://www.facebook.com/brigadescontinentales?ref=profile – autre page d’ »Unité continentale »

Les Brigades Continentales (Page d’information sur l’action des (« abrutis ») volontaires Français)

http://liguefrancilienne.com/2014/09/06/donb

La ligue Francilienne  Réseau des identitaires

VOIR ARTICLE :-  » Est de l’Ukraine & Alliance des rouges-bruns d’Europe » (pour  + d’infos sur unité continental et Lenormand)

https://www.facebook.com/notes/agn%C3%A8s-lecomte/est-de-lukraine-alliance-des-rouges-bruns-deurope-/849582155066858

 https://www.facebook.com/iv.bataj 

Iv Bataj proche de Douguine

https://www.facebook.com/thomas.casteran.3?fref=nf_fr

Thomas Castéran

 https://www.facebook.com/olgadaric?fref=ufi# 

Daric Olga membre de Noworossiya-Info

https://www.facebook.com/yuliya.chernushenko

Yuliya Chernushenko rabateuse des finances pour la page Aide Humanitaire au Sud-Est de l’Ukraine

https://www.facebook.com/profile.php?id=100004928673126&fref=nf

Anton  Davidchenko militant actif à Odessa

https://www.facebook.com/pierre.piccinin 

Pierre Piccinin da Prata  » reporter-militant Pro-russe et pro-Syrie de Bachar »

https://www.facebook.com/geostrategy?fref=nf

Claude Rainaudi gère la page InfoBeez  (stratégie militaire)http://infobeez.com/2014/09/07/flash-ops-lennemi-chasse-de-telmanovo-nos-liaisons-nord-sud-retablies-situation-confuse-a-marioupol/

https://www.facebook.com/laurence.guillon.10 

Laurence Guillon ancienne institutrice à lycée français de Moscou, soutien actif et relais de financement pro-russe

https://www.facebook.com/ernest.makarov?fref=ts 

Ernest Makarov  un bon facho de base, les idées qui vont avec…

https://www.facebook.com/david.revel.3?fref=ufi

David Revel activiste proche d’Alain Benajam et (Aide Humanitaire au Sud-Est de l’Ukraine)

http://www.les-crises.fr/ukraine/

Site de Olivier Berruyer un bon petit soldat ! Propagande 100% Russie de Poutine, écrit également sur le blog vineyardsaker.fr  (voir + bas)

https://www.facebook.com/pages/Allain-Jules/168839727077?sk=timeline

Allain Jules se dit journaliste… (si c’est le cas, journaliste « à charge » !)

On retrouve sur son site un lien vers le « réseau Voltaire »

Site d’Allain Jules

http://allainjules.com/2014/07/25/printemps-russe-ukraine-donbass-video-officielle-des-brigades-internationales/

Alexandre Sivov y dévoile la video officielle des Brigades Internationales, (proches du parti l’Autre Russie) qui opèrent pour la plupart dans la région de Lougansk au sein du bataillon Zaria (« l’Aube »)

A la fin de la vidéo, il lance un appel pour s’inscrire dans les Brigades internationales ou de faire des dons aux miliciens des Brigades Internationales.

https://www.facebook.com/beaur.fabrice

Fabrice Beaur (Фабрис Бэор) activiste novorossia (il vit entre Europe et Russie).

Membre dirigeant « Parti Communautaire National-européen » (PCN)

 Président-Fondateur du « Mouvement International pour la Démocratie Directe » (MIDD) voir + bas,

section francophone du « Mouvement des Comités Révolutionnaires » (MCR, Libye) en 1995.

– Cofondateur de la revue « La Cause Des Peuples » (LCDP)

Rédacteur en chef des multiples publications du Groupe de presse du PCN

et du MEDD,revues, journaux, newsletters et bulletins,

notamment : DEMOCRATIE DIRECTE, LYBIAN NEWS & FACTS, NEFAST’FOOD, AL BA’ATH AL-IRAQI,

FREE SLOBO, NATION-EUROPE, LA NATION EUROPEENNE, PCN-INFOS,

…et Directeur du Département technique et informatique des « Editions Machiavel ».

Proche de Luc Michel et administrateur de tous sites de propagande PCN-NPC

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel?ref=profile

Luc Michel est un militant politique belge,

ancien membre du mouvement néo-nazi FANE et fondateur du PCN-NCP en 1984. 

Réseaux Eurasie et Afrique 

Intervenant à INTERNATIONAL CONFERENCE « RUSSIA – NOVOROSSIYA – UKRAINE (à Yalta Août 2014)

Luc MICHEL faisait parti de la « fameuse » Mission d’Observation internationale pour le (pseudo) Référendum du 16 mars en Crimée à Simféropol.

Il sévit aussi dans le groupe propagandiste « La Cause des Peuples – The Peoples’ Cause – PCN-NCP »

https://www.facebook.com/groups/LCDP.TPC.PCN.NCP/

EUROPÄISCHER WIDERSTAND – RESISTANCE EUROPEENNE

https://www.facebook.com/groups/europaischer.widerstand/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

ou l’on retrouve encore Luc Michel et Fabrice Beaur

https://www.facebook.com/PCN.NCP.org?fref=pb&hc_location=profile_browser 

PCN-NCP / Parti Communautaire National-européen 

extrait de leur page

 » Il n’a échappé à personne que les dirigeants des républiques du Donbass ont des idées proches de celles que le PCN développe depuis 30 ans 

et notre Organisation Communautariste Transnationale depuis 50 ans. 

Ce qui n’est pas étonnant puisque nous sommes à l’origine de la réactivation en 1986 

de l’Eurasisme, la grande idée de tous les patriotes de la Grande-Europe de Vladivostok à Reykjavík (capitale Moscou) … »

https://www.facebook.com/pcn.courant.leniniste.europeen

PCN – Courant Léniniste Européen – une variante du parti ci-dessus (on ratisse large !)

mais toujours la même propagande Novorossia

Euro Pro Poutine

https://www.facebook.com/pages/Euro-Pro-Poutine/170457709760088?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/BaronEvola?ref=profile 

Julius Evola – citations

https://www.facebook.com/francesoutienpoutine?ref=profile

Soutien français à Vladimir Poutine

Base de données conflit Ukrainien

https://www.facebook.com/baseinfou?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/lcdp.tpc 

LA CAUSE DES PEUPLES /  THE PEOPLES’ CAUSE (autre variante) relais propagande NOVOROSSIYA,

Anti-américanisme de base, anti-sémitisme… Soutien de Bachar al Assad, Poutine  et autres« démocrates ! » (humour)  

 https://www.facebook.com/midd.rcm/info

Midd-Rcm / Movement for International Direct Democracy  

(toujours ce Luc Michel et encore page relais propagande NOVOROSSIYA)

https://www.facebook.com/the.jamahiriyan.resistance.network

THE JAMAHIRIYAN NETWORK : MEDD-RCM – ELAC – ALAC 

Site « Aidons le sud Est de l’Ukraine »

http://www.help-russians-ukraine.org/2014/08/largent-collect%C3%A9-par-nos-b%C3%A9n%C3%A9voles-re%C3%A7u-%C3%A0-donetsk-%D0%B4%D0%B5%D0%BD%D0%B5%D0%B6%D0%BD%D1%8B%D0%B5-%D1%81%D1%80%D0%B5%D0%B4%D1%81%D1%82%D0%B2%D0%B0-%D1%81%D0%BE%D0%B1%D1%80%D0%B0%D0%BD%D0%BD%D1%8B%D0%B5-%D0%BD%D0%B0%D1%88%D0%B8%D0%BC%D0%B8-%D0%B4%D0%BE.html

/appel aux dons, en rapport avec la Page Noworossiya-Info et Svetlana Kissileva

PRO RUSSES ( UKRAINE )

https://www.facebook.com/groups/260410007479262/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

admin :Alfredo Tol

https://www.facebook.com/alfredotolen?fref=grp_mmbr_list

PRO Russes

https://www.facebook.com/pages/PRO-Russes/260515970794929?fref=pb&hc_location=profile_browser

Français opposés à la guerre US-UE vs Russie

https://www.facebook.com/FRANCAISpourLApaixAVEClesRUSSES?fref=pb&hc_location=profile_browser

Ukraine, la neutralité de la Suisse en jeu

https://www.facebook.com/pages/Ukraine-la-neutralit%C3%A9-de-la-Suisse-en-jeu/289589881221930?fref=pb&hc_location=profile_browser

Ukraine en direct

https://www.facebook.com/groups/260143324161941/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

en partenariat avec Alain Benajam

https://www.facebook.com/aidedonbassannecy/info 

VOSTOK-l’entraide et solidarité sans frontières et sans politique 

 Page facebook créée récemment comme étant une action humanitaire non politique

…en lien direct avec (European Front) 

 http://europeanfront.info/

site (European Front) :

Propagande « humanitaire » hébergé en Allemagne…

transfert de fonds pour le bataillon humanitaire « nouvelle Russie »,

dont les comptes bancaires sont en Russie…

et relayé par http://vk.com/battalion_novorossia

page VK (bataillon « nouvelle Russie »)

Éternelle Russie https://www.facebook.com/groups/404733486361367/

Ukraine : Contre la réhabilitation des nazis.

https://www.facebook.com/pages/Ukraine-Contre-la-r%C3%A9habilitation-des-nazis/1435984889947544?fref=pb&hc_location=profile_browser

Anti Maydan Ukraine

https://www.facebook.com/antievromaydan?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/groups/antimaidan.france/

Antimaidan France

anti-maidan.com

https://www.facebook.com/antimaidancom?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/antimaydan.france?ref=profile

AntiMaydan  l  Disons NON au fascisme

et leur site internet 

http://vk.com/antimaydan_french hébergé en Fédération de Russie

https://www.facebook.com/antimaidaninternacionalbrigadeseuropa?ref=profile

Antimaidan International Brigades Europa

Antimajdan.Europe

https://www.facebook.com/groups/Antimajdan.Evropa/

administré entre autre par Luc Michel et Fabrice Beaur

Alexandr Dugin (groupe)

https://www.facebook.com/groups/262431180450314/

groupe administré par Alexandre Douguine

https://www.facebook.com/alexandr.dugin?fref=grp_mmbr_list

et Natella Speranskaja

https://www.facebook.com/natella.speranskaja?fref=grp_mmbr_list

https://www.facebook.com/EurasianArtistsAssociation

Eurasian Artists Association relais de propagande de Douguine

http://evrazia.org/article/1880

Eurasia – Paroles de Douguine  (site de Douguine)

Eurosibérie https://www.facebook.com/eurosiberie

ils se définissent ainsi : « Nationaliste, paneuropéen et révolutionnaire,

Eurosibérie est destiné à promouvoir la réunification des peuples de la vieille Europe… »

https://www.facebook.com/groups/306455999487634/  Groupe Fermé ;-)

Eurasia

https://www.facebook.com/multipolarresistancefront?ref=profile

Multipolar Resistance Front  page de soutien Eurasie, Syrie, FN etc…

https://www.facebook.com/donetskrepub?ref=profile

Narodowe Republiki Doniecka i Ługańska (page de soutien, polonaise)

http://en.voicesevas.ru/

Voice of Sevastopol (info en Anglais sur les actions militaires russes du front Ukrainien)

impossible de géolocaliser l’adresse IP (?!)

https://www.facebook.com/groups/defenserussieliberte/

Défense Russie Liberté

https://www.facebook.com/groups/europeanfront/

Européan Front

Soutien francophone à la République de Novorossia

https://www.facebook.com/pages/Soutien-francophone-%C3%A0-la-R%C3%A9publique-de-Novorossia/810841938976778?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/pages/Support-Antifasciste-%C3%A0-la-Novorossiya/538171819662719?fref=photo

Support Antifasciste à la Novorossiya se dit 100%bolcheviques

NOVOROSSIA VISION

http://novorossia.vision/fr/

http://fr.novorosinform.org/

« L »agence de Nouvelles de Novorossia » site d’informations/propagandes Novorossia

(Adresse IP Fédération de Russie)

leur page facebook:https://www.facebook.com/pages/%D0%90%D0%B3%D0%B5%D0%BD%D1%82%D1%81%D1%82%D0%B2%D0%BE-%D0%9D%D0%BE%D0%B2%D0%BE%D1%80%D0%BE%D1%81%D1%81%D0%B8%D1%8F/1505320053014419

https://www.facebook.com/groups/315061001983496/

Groupe Noworossiya-Info

Groupe crée par l’Agence d’Information la Novorossia pour informer le publique francophone

de ce qui se passe aujourd’hui à la Novorossia (Donbass – Sud-Est de l’Ukraine).

https://www.facebook.com/svitlana.kysilyova?fref=nf

Svetlana Kissileva administratrice de la page Noworossiya-Info

Noworossiya-Info

https://www.facebook.com/groups/315061001983496/

Svetlana Kissileva (administratrice du groupe ci-dessus)

https://www.facebook.com/svetlana.kissi/groups?pnref=lhc

Ukraine / Novorussie – Operations (military operations analysis group)

https://www.facebook.com/groups/ukraine.resistance/

administrateur du groupe : Claude Rainaudi

https://www.facebook.com/geostrategy?fref=grp_mmbr_list

Responsable du blog INFOBEEZ 

http://infobeez.com/

Euro Pro Poutine

https://www.facebook.com/pages/Euro-Pro-Poutine/170457709760088?ref=profile

Soutien francophone à la République de Novorossia

https://www.facebook.com/pages/Soutien-francophone-%C3%A0-la-R%C3%A9publique-de-Novorossia/810841938976778?fref=pb&hc_location=profile_browser

Brigade Antifasciste pour la Novorossia

https://www.facebook.com/brigade.antifasciste.novorossia?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/novopress.france?ref=profile 

Novopress Officiel

 https://www.facebook.com/groups/novorossiaquebec/ 

Amitié Québec Novorossia

https://www.facebook.com/pages/Soutient-aux-pro-russes-en-Ukraine/501758343285509?ref=profile

Soutient aux pro-russes en Ukraine

https://www.facebook.com/Aidehumanitairesudestukraine?ref=profile

Aide Humanitaire au Sud-Est de l’Ukraine…qui finance l’achat de gilets par balle

des casques pare-balles de l’OTAN, des détecteur de mines, des lunettes de vision nocturne,

des jumelles, des étuis et des lunettes pare-éclats etc… Très humanitaire !

СВОИХ НЕ БРОСАЕМ! ON NE LAISSE PAS TOMBER LES SIENS!

https://www.facebook.com/groups/748221765215063/members/

Veronica Vero (administratrice de ce groupe dit humanitaire) 

https://www.facebook.com/veronica.novitskiy?fref=grp_mmbr_list

https://www.facebook.com/FRANCAISpourLApaixAVEClesRUSSES?ref=profile

Français opposés à la guerre US-UE vs Russie

 https://www.facebook.com/pages/BERKUT-Ukraine/574477605978934?ref=profile 

BERKUT – Ukraine (en anglais)

https://www.facebook.com/events/311234455720237/?source=71

Soutien aux patriotes du Donbass

Les Français pour la liberté du Donbass

https://www.facebook.com/francedonbass?fref=pb&hc_location=profile_browser

https://www.facebook.com/groups/21fevrier2015.ukraine/

SOUTIEN à la paix au DONBASS »

 https://www.facebook.com/groups/soutien.donbass/

Soutien au Dombass

 https://www.facebook.com/DonbassRevolution?ref=profile 

Donbass Revolution

https://www.facebook.com/groups/497831487029105/

Comité France Dombass

Le Comité France Donbass c’est cinq organisations françaises :

Le Réseau Voltaire, le Comité anti impérialiste, La Voix de la Libye,

Le Rassemblement pour la Syrie et le Collectif France Russie.

https://www.facebook.com/SolidarityDonbass?ref=profile

Solidarité Donbass

https://www.facebook.com/pages/Agir-pour-Donbass/610002712432216?ref=profile

Agir pour Donbass

 https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass?ref=profile

Soutien à la république populaire du Donbass

SOUTIEN A LA RÉBELLION DU DONBASS

https://www.facebook.com/groups/soutien.donbass/ 

http://alawata-rebellion.blogspot.fr/2015/02/le-detonateur-nemtsov.html

Erwan Castel administrateur du groupe SOUTIEN A LA RÉBELLION DU DONBASS  

(Parti dans Dombass, mi février, rejoindre les volontaires terroristes français)

https://www.facebook.com/erwan.castel.98

et se dit ami de Bertrand du Donbass (Bertrand Rivière) également administrateur du Groupe (blog plus bas sur la page)

Autre page ou l’on retrouve les infos d’Erwan Castel:

Chevaucher avec les Cosaques – Езда с казаками

https://www.facebook.com/groups/389580050273/

Belgique  contre la guerre en Ukraine (groupe privé francophone)

https://www.facebook.com/groups/BelgiquecontrelaguerreenUkraine/

https://www.facebook.com/pages/Infos-et-analyses-dissidentes/101582246577280?ref=profile

Infos et analyses dissidentes

http://openrevolt.info/

Open Révolt site de propagande basé aux USA

https://www.facebook.com/southfrontfra?ref=stream

Le Front Sud infos en direct du Front Sud en Ukraine.

https://www.facebook.com/pages/Ukraine-Contre-la-r%C3%A9habilitation-des-nazis/1435984889947544?ref=profile 

Ukraine : Contre la réhabilitation des nazis.

https://www.facebook.com/groups/231556153703254/

Initiative Populaire pour le Rattachement de la France à la Russie

 

https://www.facebook.com/ReferendumFranceRussie?ref=profile 

Référendum pour le rattachement de la France à la Fédération de Russie

 https://www.facebook.com/pages/Coalition-Franco-Russe-%D0%9A%D0%BE%D0%B0%D0%BB%D0%B8%D1%86%D0%B8%D1%8F-%D0%A4%D1%80%D0%B0%D0%BD%D1%86%D0%B8%D1%8F-%D0%A0%D0%BE%D1%81%D1%81%D0%B8%D1%8F/294946343966137?ref=profile 

Coalition Franco Russe // Коалиция Франция-Россия

Les amis occidentaux de  Vladimir POUTINE (groupe d’extrème droite belge)

https://www.facebook.com/groups/548818478551030/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

Philippe Duquenne administrateur et fondateur du parti radical Belge 

« Nouvelle Wallonie Alternative »

https://www.facebook.com/duquenne.philippe?fref=grp_mmbr_list

Club Vladimir Poutine

https://www.facebook.com/groups/204113143132019/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

diffuse bcp d’articles de Luc Michel entre autre….

https://www.facebook.com/groups/181525125380582/

Les amis européens de Rossiya Segodnya soutien aux pro-russes.

http://lecollectiffrancerussie.blogspot.fr/search?updated-min=2008-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2009-01-01T00:00:00-08:00&max-results=1

Le Collectif France-Russie dont le responsable est André Chanclu

http://vk.com/nodcontact

Appel à Rejoindre l’armée Novorossia  et appel aux dons, de toutes les régions du pays d’Ukraine et des autres pays

Page facebook Varyag volunteer Regiment

Soutien  du régiment des volontaires du DPR – « Varyag » gérant toutes les questions de Sécurité (saboteurs et pillards)

et qui condamne les interpellés soit à creuser des tranchés ou purement et simplement condamne à la peine de mort…

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vol-mh17-au-dessus-d-un-nid-de-154753

(article de Camus qui écrit aussi pour le comité Valmy, clairement propagandiste pro-russe)

http://frudialogue.wordpress.com/2014/07/16/arreter-la-guerre-en-ukraine-sauver-nos-enfants-11-juillet-action-a-paris/

(blog France-Russie-Ukraine: dialogue) dont l’un des membres est Jacques Maillard (Comité Valmy)

sont actifs dans les rassemblements organisés par le Comité citoyen pour la paix en Ukraine 

 http://www.scoop.it/t/koter-info-lln-wsl

La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL en Belgique …

Richement et étonnement documentée en propagande pro-russe

L’Université catholique de Louvain (UCL) est une université belge francophone.

Suite à la scission de l’Université catholique de Louvain en deux entités juridiquement indépendantes (1968),

l’université francophone s’est implantée dans sa majeure partie à Louvain-la-Neuve (Brabant wallon) depuis 1972

et à Woluwe-Saint-Lambert pour la faculté de médecine, l’université néerlandophone demeurant à Louvain,

sous le nom de Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven).

Sputnik France (média de propagande russe pur jus)

https://www.facebook.com/LaVoixdelaRussie?fref=pb&hc_location=profile_browser

http://fr.sputniknews.com/

Les amis français de SPUTNIKNEWS

https://www.facebook.com/groups/784024075018733/

André Michel Chanclu (administrateur du groupe « Les amis français de SPUTNIKNEWS »)

https://www.facebook.com/andre.chanclu?fref=grp_mmbr_list

http://www.vineyardsaker.fr/

« The vineyard of the Saker  »  LE SAKER FRANCOPHONE version française

( lien avec le site » KOTER Info « qui reprend les articles de « The Saker »)

(extrait) OUI, LA CAUSE DU DONBASS ET DE L’UKRAINE NOUS SOUCIE. 

Et plus que cela : nous tremblons chaque jour pour la Novorossia ; 

la colère nous étreint en contemplant les exactions qui s’y commettent, les mensonges de nos « politiques » qui les absolvent si même ils ne les encouragent pas. 

Un autre petit exploit, étant donné que la Novorossia n’existe pas, pas pour nos médias, pas pour nos dirigeants, mais seulement l’est de l’Ukraine, où sévissent, nous explique-t-on, des séparatistes acharnés et mal intentionnés à l’égard de l’Europe. 

Et étant donné aussi qu’il ne se passe presque rien là-bas (je dis presque parce qu’à en croire nos journaux, nos radios, nos chaînes de télévision, ce serait simplement Poutine, en nouvel Hitler, qui intriguerait avec fourberie pour infliger à la pauvre Ukraine et au monde une agression injustifiée et une domination russe tyrannique).

C’est d’abord pour cela que le site-miroir en langue française a été voulu, que nous avons choisi d’y contribuer bénévolement : 

pour offrir une information qui manque ; un son de cloche différent ; pour démentir les mensonges dont on abreuve nos compatriotes.

Et c’est aussi pour cela que nous nous réjouissons de la naissance de ce site russophone

Et de la possibilité qui nous est (enfin !) offerte de vous assurer, malgré les efforts déployés par ceux qui nous gouvernent (et par leurs maîtres, encore plus à l’ouest), malgré tous ceux qui s’évertuent à tenter d’instaurer et de consolider entre nous et vous une inimitié qui n’a pas de raison d’être, que non seulement nous ne sommes pas contre la Russie ou contre les Russes, mais que nous avons au contraire bien compris que votre véritable ennemi est aussi notre ennemi. 

A cet ennemi, nous refusons de nous associer. 

Et nous n’acceptons pas cette situation de mensonge et d’antagonisme qu’il cherche à imposer.

Nos institutions et bien d’autres choses encore, malheureusement, sont sous son contrôle. 

Mais nos esprits ne le sont pas. Et, plus que tout, nos cœurs non plus !

 Le collectif des éditeurs de  et vineyardsaker.ru

La maîtresse d’œuvre de l’entreprise est l’astronome Claude Roddier, épouse de l’astronome François Roddier,

et à l’origine de la reprise du Blog américain  » The vineyard of the saker  » pour traduire ces articles en Français

Après avoir enseigné pendant 18 ans la physique à l’Université de Nice,ils sont partis travailler aux États-Unis 4 ans à Tucson (Arizona)

et 12 ans à Honolulu (Hawaii).

Ils ont participé au développement de l’instrumentation optique des grands télescopes. À la fin de l’année 2000, retraite et retour en France.

LE SAKER FRANCOPHONE

Leurs auteurs de référence  de  The vineyard of the saker  » version française : 

Olivier Berruyer, Actuaire, il est membre du conseil d’administration de l’Institut des actuaires,

administrateur de la profession, il soutient les créateurs du parti politique « Nouvelle Donne »,

issu du » Collectif Roosevelt,  » il fonde en 2011 l’association DiaCrisis  

– Blog les-crises.fr

https://www.facebook.com/pages/Blog-Les-Crisesfr/118123311617759

 Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, de nationalité belge,

il a enseigné dans les universités de Bruxelles, Cambridge, Paris-VIII et de Californie à Irvine.

Il a également été fonctionnaire des Nations-unies, participant à des projets de développement en Afrique. 

Il anime son blog pauljorion.com 

http://www.pauljorion.com/blog/ 

 Philippe Grasset Journaliste indépendant, lancement de de defensa (Lettre d’Analyse) 1985,

formation de la société éditrice Euredit SPRL

Lancement de Context en 1994,

du site http://dedefensa.org/ en 1999.

Bertrand Gaideclin, Pas de pédigré pour ce « pseudo »

qui se fait aussi appeler Bertrand Rivière et/ou Bertrand du Dombass

il reprend des infos + militaire du front du Dombass dans son Blog

« Bertrand du Dombass-Le Blogue Noir de Brocéliande « .

 Site hébergé à Mountain View, USA comme le site source « The Saker » 

il dit  venir d’un coin reculé d’une colonie impériale. : France,

descriptif ressemblant à celui de « The Saker » ou l’on trouve « vivant actuellement dans la patrie impériale »

https://www.facebook.com/profile.php?id=100007496292346&fref=photo

Jean Paul Baquiast historien et homme politique français Parti radical de gauche (PRG),

secrétaire général de l’Union des républicains radicaux (U2R).

Dirige le blog www.europesolidaire.eu

  leur BLOG SOURCE

 http://vineyardsaker.blogspot.fr/

 » The vineyard of the saker  » (hébergé à Mountain view aux Etats Unis) créé en mai 2007

un site qui se dit d’Analyse géo-politique démontrant une expertise particulière sur la Russie et le Moyen-Orient

Dont l’auteur pro-Poutine (anonyme ?) est considéré comme LA SOURCE d’information la plus fiable sur la situation de l’Ukraine

par un grand nombre de sites d’Extrême droite et pro-novorossia.

Certains spéculent sur son identité, (il serait Russe, ancien militaire, pro-Poutine ?)

il se décrit ainsi «Je suis un ‘ étranger en situation régulière »vivant actuellement dans la patrie impériale » A « site Google Blogspot.

Vraisemblablement «  The vineyard of the saker » se décline en +sieurs sites traduisant ainsi ces textes

En France (hébergé en France)

http://lesakerfrancophone.net/les-us-veulent-armer-les-forces-ukrainiennes-a-qui-cela-profiterait-il-reellement/

Russie (hébergé en France),

Allemagne (hébergé en France)

Océanie (hébergé en Iceland)

et Anglais  (hébergé aux USA).

C’est très déroutant cette source unique reprise par tous… à se demander si c’est un individu ou plutôt un état qui distille ainsi sa propagande, car TRÈS informer et TRÈS désinformant… ET pas de prise pour le démasquer… ? J’opterais pour des services de renseignements Russes (mais cela n’engage que moi…)

http://www.legrandsoir.info/_the-saker_.html

LE GRAND SOIR 

Site hébergé à Vernier en Suisse, traduction des textes de « The Saker »

http://arktogeja.blogspot.fr/2014/08/we-must-drive-out-merchants-from-temple.html

Blog de Boris Nad Boris Nad. Auteur serbe, représentant du Mouvement eurasien,

leader quatrième théoricien politique et ami de révolte ouverte 

comme « The vineyard of the saker  » (hébergé à Mountain view aux Etats Unis) ? Étrange coïncidence…

http://french.ruvr.ru/2014_07_18/Ukraine-Manifestation-de-soutien-aux-patriotes-du-Donbass-a-Paris-ce-19-juillet-7392/

(Article dans la voix de la Russie ci dessous)

Voici ce que l’on peut lire dans la « Voix de la Russie » du 18 juillet 2014… véritable appel à faire le djihad en Ukraine !! :

« Le Réseau Voltaire soutient l’action d’Unité Continentale, qui est engagée physiquement dans le Donbass par l’engagement

de certains de ses membres comme volontaires français avec l’armée des ukrainiens russophones et auprès d’Igor Strelkov,

le ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk.

Les Français ne se limitent plus seulement à manifester dans la rue pour dénoncer la guerre et l’action du gouvernement de Kiev,

qui mène une politique fasciste et d’extermination sur les populations du Donbass.

Ces Français s’engagent aussi militairement et vont dans le Donbass prendre les armes.

Ces Français qui soutiennent les ukrainiens russophones ne peuvent plus supporter de voir sans rien faire le massacre des civils ukrainiens russophones, sous la menace d’un génocide mis en place par le président actuel Piotr Porochenko.

Dénonçant le silence des médias, du gouvernement français et de l’Union européenne qui en plus soutiennent le gouvernement fasciste de Kiev,

ils vont combattre dans le Donbass.

http/: 4pt.su/en/node/1184The Fourth Political Theory-beyond left and right but against the center

 ON RETROUVE EGALEMENT CETTE PROPAGANDE « NOVOROSSIA  » SUR LES SITES CONSPIRATIONNISTES, 

dont vous pouvez retrouver une liste alphabétique non exhaustive en bas de l’article sur « l’Extrême DROITE ET CONSPIRATIONNISTES »

https://www.facebook.com/notes/agn%C3%A8s-lecomte/information-sur-les-outils-de-propagande-de-lextr%C3%AAme-droite-et-conspirationniste/765759083449166

En particulier Réseau International

https://www.facebook.com/reseauinternational

http://reseauinternational.net/

Voltaire Network

https://www.facebook.com/groups/voltairenet/

http://www.voltairenet.org/

Pas mal d’articles de Breiz Atao ( site nationaliste breton/extrême droite)

http://breizatao.com/2015/03/01/lopposant-russe-nemtsov-etait-le-descendant-du-commanditaire-juif-de-lassassinat-du-tsar/

STOP AUX GUERRES AMERICAINES

https://www.facebook.com/groups/1447764632143743/admins/?memberView=admins-default&order=default&member_query=

Comité pour une Nouvelle Résistance (CNR)

https://www.facebook.com/groups/803570529679771/members/

RUSSEUROPE / Blog de Jacques Sapir

http://russeurope.hypotheses.org/3509

HISTOIRE ET SOCIÉTÉ

https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/02/28/le-clown-de-kiev-vend-la-meche/

Veille sur le nouvel ordre mondial

https://www.facebook.com/groups/133598960003241/members/

NEWS 360X ( MEDIA TRÈS A DROITE…encore un !)

http://news360x.fr/

http://www.agoravox.tv/auteur/news360x

https://www.facebook.com/News360x

Ré-information dissidente

https://www.facebook.com/reinformationdissidente

http://re-informationdissidente.over-blog.com/

NATION PRESSE INFO (Très actif et relayé, Extrême droite)

Bon nombre d’articles sont signés JACQUES FRERE ( Sapir ? à vérifier)

http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-emeutes-chaos-et-rationnement-de-la-nourriture-a-kiev

Souveraineté de l’Ukraine. La Russie se moque du memorandum de Budapest

 J’ai reçu d’un lecteur,  Pascal TRAN-HUU, ce rappel du memorandum de Budapest signé en 1994 par Les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Un engagement qui ne prévoyait pas de sanctions en cas de transgression, ce dont Poutine profite avec l’arrogance qu’on lui connaît. Ce n’est pas un hasard si la Chine a insisté sur le respect de la souveraineté de l’Ukraine. Malheureusement ses engagements avec la Russie l’empêchent de s’engager plus avant.
La Connectrice

De Versailles à Budapest: va-t-on encore mourir pour Dantzig ?

L’article 87 du Traité de Versailles (1919) dispose que « L’Allemagne reconnaît, comme l’ont déjà fait les puissances alliées et associées, la complète indépendance de la Pologne et renonce, en faveur de la Pologne, à tous droits et titres sur les territoires limités par la mer Baltique, la frontière orientale d’Allemagne déterminée comme il est dit à l’article 27 de la partie II (Frontières d’Allemagne) du présent traité, jusqu’à un point situé à 2 kilomètres environ à l’est de Lorzendorf, puis une ligne allant rejoindre l’angle aigu que la limite nord de la Haute Silésie forme à environ 3 kilomètres nord-ouest de Simmenau, puis la limite de la Haute Silésie jusqu’à sa rencontre avec l’ancienne frontière entre l’Allemagne et la Russie, puis cette frontière jusqu’au point où elle traverse le cours du Niemen, ensuite la frontière nord de la Prusse orientale, telle qu’elle est déterminée à l’article 28 de la partie II précitée. » et l’article 88 précise qu’un plébiscite décidera du sort de la Haute-Silésie et que « L’Allemagne déclare dès à présent renoncer en faveur de la Pologne à tous droits et titres sur la partie de la Haute Silésie située au-delà de la ligne frontière fixée, en conséquence du plébiscite, par les principales puissances alliées et associées. ». En 1940, l’incident de Gleiwitz sera l’un des éléments déclencheur de la 2e Guerre mondiale à cause de l’invasion de la Pologne par les Allemands.

En échange de son adhésion au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et de la destruction de l’arsenal nucléaire placé sur son territoire par les Soviétiques, Kiev avait obtenu l’engagement des cosignataires à reconnaître et respecter l’intégrité, la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine. Le Point n°1 du Mémorandum de Budapest (1994) dispose que « Les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, réaffirment leur engagement envers l’Ukraine, en conformité avec les principes de l’Acte final de la CSCE, de respecter l’indépendance et la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine . » (« The United States of America, the Russian Federation, and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, reaffirm their commitment to Ukraine, in accordance with the principles of the CSCE Final Act, to respect the Independence and Sovereignty and the existing borders of Ukraine. »)

Le Point n°2 dispose, lui, que « La Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis réaffirment leur obligation de s’abstenir de la menace ou de l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance de l’Ukraine, et qu’aucune de leurs armes ne sera jamais utilisée contre l’Ukraine, sauf en cas de légitime défense ou en conformité avec la charte des Nations unies. »  (« The United States of America, the Russian Federation, and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, reaffirm their obligation to refrain from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of Ukraine, and that none of their weapons will ever be used against Ukraine except in self-defense or otherwise in accordance with the Charter of the United Nations. »). En 2014, la Russie annexe la Crimée et serait directement impliquée dans l’est de l’Ukraine.

Doit-on y voir un parallèle avec ce qui s’est passé il y a 75 ans ? Il faut souligner que le Mémorandum ne comporte aucune sanction ou mesure contraignante en cas de violation du texte par l’un de ses pays. Il donne, éventuellement, aux signataires une justification pour agir, mais il n’oblige aucun des pays à mener une quelconque action en Ukraine. Enfin, il vaut mieux le lire comme ça…

Pascal TRAN-HUU

Arbres des Buttes-chaumont. L’ oranger des Osages, Maclura pomifera

Publié le

05-IMG_1122

04-IMG_111801-IMG_1113

Le parc des Buttes-Chaumont abrite quelques orangers des Osages (Maclura pomifera), notamment au niveau du pavillon Puebla. L’un deux vient d’être coupé et sa chute a entraîné celle de ses fruits qui se sont répandus en abondance et j’ai eu le plaisir d’en glaner quelques-uns. Ils étaient intacts contrairement à ceux qui tombent naturellement et éclatent au sol.

J’avais depuis longtemps repéré ces fruits étranges lorsque j’eu la surprise de retrouver les mêmes lors d’un voyage au pays des Osages au bord du Mississipi. Je découvris à cette occasion qu’ils étaient vendus sur le marché fermier local comme moyen d’éloigner les insectes.

Il est probable que les graines du Maclura pomifera aient été importées par nos naturalistes au même titre que les graines de platane, de noyer d’Amérique, de cèdre, d’araucaria (« Désespoir des singes »), de sophora, de ginkgo et de tous ces arbres exotiques dont les paysagistes ont aimé peupler parc et jardins depuis des siècles.

Nous avons donc la chance d’avoir dans ce parc parisien un arbre historique aux vertus éprouvées mais méconnues par la plupart d’entre-nous. Je vous invite à le découvrir.

La Connectrice

09-IMG_1136

Ma récolte

10-IMG_1144

Un arbre qui fait partie de l’histoire écologique de l’Amérique

 Les Indiens utilisaient le bois de l’oranger des Osages pour fabriquer des arcs d’où son nom « bois d’arc » donné par les premiers colons français, transposé phonétiquement en « bodark ».

L’oranger des Osages fut utilisé aux XIXème siècle par les éleveurs et cultivateurs américains comme bois de haie et clôture jusqu’à l’invention du fil barbelé. En effet les branches sont pourvues d’épines longues, épaisses et dures. Les arbres étaient plantés serrés et en poussant les branches s’imbriquaient jusqu’à former une palissade hermétique aux animaux mais aussi au vent. La croissance de l’oranger des Osages est plutôt rapide, de 1 à 2 mètres/an.

Le bois est dur et très résistant, il ne pourrit pas et reste insensible à la plupart des maladies.. Le Bodark était taillé en piquets, résistait aux termites et à la pourriture pouvant durer plus de 100 ans s’il n’était pas détruit par les incendies.

Suite à plusieurs années de catastrophes écologiques, son exploitation fut relancée par le président Roosevelt en 1934 en tant que coupe-vent pour limiter les tempêtes de poussière (dust bowl), modifier le climat et prévenir l’érosion des sols dans la région des Grandes plaines où des milliers de fermiers avaient été ruinés et forcés d’émigrer vers d’autres états. En 1942, on comptait 30,233 barrières coupe-vent avec au total 220 millions d’arbres sur 29,900 km. Les haies de Bodark morcelaient le paysage à la manière de notre bocage normand et pour les mêmes raisons écologiques. Aux USA comme en France la destruction de ces haies pour faciliter la circulation des machines agricoles et favoriser la culture intensive a provoqué le retour de catastrophes écologiques comme les inondations, l’assèchement des sols et l’érosion.

La solidité du bois et sa résistance à la pourriture ont fait leur preuve dans la construction de fondations, le pavement des sols et même la construction d’un navire. Son exploitation semble difficile à cause de sa dureté. J’ai lu sur un forum des échanges entre bûcherons amateurs et professionnels sur le type de scie à utiliser pour le couper.

Aujourd’hui, l’oranger des Osages n’est plus aussi répandu mais des amateurs en recherchent des graines pour le replanter et un site spécialisé prodigue des conseils et favorise les échanges de graines.http://hedgeapple.com/

07-IMG_1126

06-IMG_1124

08-IMG_1129

osage orange.jpg (21 K)

Source image http://www.gpnc.org/osage.htm

Les épines. Source image http://windyacresnaturalfarm.blogspot.fr/2010/10/bodark-tree.html

 Les fruits

  • Le fruit n’est pas comestible en principe, seuls les écureuils le grignotent pour en extraire les graines. http://plants.usda.gov/factsheet/pdf/fs_mapo.pdf  On peut suivre les écureuils à la trace à cause du « carnage » qu’ils font des fausses oranges pour en extraire les graines.
  • Toutefois certaines personnes disent que les graines sont délicieuses si on les lave soigneusement pour les débarrasser du liquide caoutchouteux qui les enrobe. On raconte aussi que les animaux préhistoriques en étaient friands et qu’ils ont contribué à disperser les graines au cours de leurs déplacements. J’ai lu sur un forum qu’un homme avait vu son cancer lymphatique ne plus évoluer en ingérant de l’orange des Osages selon une préparation précise. http://hedgeapple.com/guestbook.html/
  • Traditionnellement, la fausse orange est placée dans les maisons pour chasser les insectes, en particulier mouches, cafards et araignées et aussi les souris. On peut lire de nombreux témoignages sur l’effet pesticide de l’orange des Osages bien que celui-ci soit contesté ailleurs et que les autorités aient exigé le retrait de la publicité d’un site Internet qui vendait ces fruits comme répulsif  http://hedgeapple.com/guestbook.html/
  • A l’époque de la plantation intense de haies et clôtures d’arbres, à l’automne, les fruits étaient ramassés et humidifiés afin qu’ils pourrissent et que l’on puisse en recueillir les graines qui étaient vendues 45 dollars le seau pour planter de nouvelles haies.

 

02-IMG_1115

03-IMG_1117

Le bois et les racines

  • L’écorce était utilisée par les Indiens pour taner les peaux. Ils utilisaient les racines pour teindre des supports en jaune
  • Les Sioux et la tribu des Osages utilisaient les branches pour confectionner des arcs, selon les pionniers français du « bois d’arc » qui a donné le nom « Bodark » l’une des appellations communes du Maclura pomifera en Amérique. Un homme d’affaire de Saint-Louis, Pierre Chouteau, avait fait porter à Thomas Jefferson un échantillon de l’arbre.
  • Les Branches étaient coupées tous les 8 à 10 ans pour tailler des piquets ou même des pavés pour les sols avant que le béton ne soit inventé. http://amarillo.com/stories/042009/new_trew1.shtml (noter qu’on peut voir des pavés de bois sous les arches d’entrée du château de Versailles mais j’ignore de quel bois ils sont faits.)
  • piliers de fondation
  • meubles
  • objets

 

 

DSC_0175

Cet oranger des Osages veillait depuis plus de 150 ans sur le palais de Justice de Chattanooga lorsqu’il fut terrassé en 2012 par une tempête. Mis aux enchères, le tronc devrait servir à fabriquer des meubles.http://www.nooga-wood.com/blog/?author=1

  • L’habitat de l’Oranger des Osages

Maclura pomifera range map.png

 

Source carte http://en.wikipedia.org/wiki/Maclura_pomifera

L’oranger des Osages serait natif du bassin de la Rivière rouge (Red river) un affluent du Mississipi. Son existence est attestée aux temps préhistoriques où il aurait nourrit des dinosaures et des équidés ancêtres du cheval. L’oranger des Osages a été repéré en particulier dans l’Oklahoma, le Texas, l’Illinois, le Missouri, l’Arkansas et la Virginie.

Fiche technique

Nom savant Maclura pomifera

Maclura pomifera is named in honor of William Maclure (1763-1840), a Scottish-born American geologist and educational reformer. President of the American Academy of Natural Sciences of Philadelphia for 22 years. Maclure made major contributions to his field, including the first true geological map of any part of North America, and was a strong advocate of universal education, especially for women.

Différentes appellations communes

Selon les régions, l’oranger des Osages porte un nom différent :  Hedge Ball, Horse Apple, Green Brains, Monkey Balls or Mock Orange. In Texas, they call them Horse Apples, L’arbre lui-même est nommé de plusieurs termes :  Osage Orange (most popular) and Bodark (French) and Maclura pomifera (scientific name)Thorny Maclura Pomifera  ou bodark (bois d’arc), . Naturalist, Jim Mason has posted a very professional page about Osage Orange. Il semble que « Bodark » soit le plus utilisé parce que c’est un mot court facile à prononcer dans cette déformation du nom français « Bois d’arc ».

Composants

La plante contient des Osajin and pomiferin are flavonoid pigments present in the wood and fruit, comprising about 10% of the fruit’s dry weight. The plant also contains the flavonol morin.

Famille des Moraceae

La plante n’a rien à voir avec l’orange, elle appartient à la famille des Moraceae qui se caractérisent par la présence d’un sève blanche caoutchouteuse. La famille des Moraceae comprend le figuier, le banyan, l’arbre à pain et le mûrier.

Artisanat contemporain

Vase et bol sculpté dans du Bodark du Texas http://www.prairiesend.com/turnings/vases.asp

Pour en savoir plus

USA et la Recherche mercantile. Les lobbies sont morts, vive les think tanks

Aux Etats-unis, à la différence de la France, les Lobbies sont des groupes d’influence parfaitement organisés et réglementés. Ils ont pignon sur rue et font partie de la vie politique américaine dans laquelle ils occupent une place de choix à l’ombre du Capitole.

Depuis quelques années, les lobbies sont complétés par ou  appuient des groupes de recherche, des think tanks qui, sous couvert de références et sérieux universitaire, tentent d’influencer la politique américaine. Ces organismes sont financés par des Etats étrangers qui leur demandent, études à l’appui, de convaincre les politiciens et législateurs d’adopter des mesures en faveur de leurs stratégies.

Depuis 2011, plus de 64 gouvernements étrangers, des entités gouvernementales ou des officiels étrangers ont contribué financièrement au fonctionnement de 28  organisations  majeures de recherche basées aux Etats-Unis pour un total estimé au minimum à $92 million en quatre ans. Parmi ces pays, on trouve le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Chine, le Japon, la Norvège, l’Allemagne et même la France. On se reportera à l‘article du NYT ci-dessous pour connaître les détails de ces contributions.

D’après le New York Times, les gouvernants commencent à s’inquiéter de l’importance des think tanks et posent la question de leur légalité au regard de l’ingérence des Etats étrangers dans la politique américaine. Josephe Sandler, avocat et expert en lobbies américains pour les gouvernements étrangers estime que les accords entre ces pays et les think tanks ouvrent une toute nouvelle fenêtre sur  l’achat d’influence à Washington, un cas qui n’avait pas encore été étudié. » ..Avec un cabinet d’avocats ou une entreprise de lobbying, on s’attend à une plaidoirie pour la défense d’intérêts particuliers mais les Thinks tanks sont recouverts d’une patine de neutralité académique et d’objectivité alors qu’elle est compromise. »

Pour certains juristes, les relations étroites entre les think tanks basés aux USA et des gouvernements étrangers pourrait violer le Foreign Agents Registration Act, une loi fédérale de 1938

Certains pays travaillent directement avec les think tanks et établissent les contrats qui définissent le spectre  et la direction de la recherche. D’autres donnent de l’argent aux think tanks et ensite payent des équipes de consultants et de conseils en relations publiques pour pousser les think tanks à promouvoir les objectifs du pays qui finance.

Et en France ?

L’autonomie de la science est la capacité de la communauté scientifique à produire ses propres règles de fonctionnement et à déterminer elle-même ses priorités de recherche, et la façon dont ses recherches doivent être menées puis évaluées, et cela indépendamment des considérations économiques, politiques ou idéologiques. Il s’agit d’un principe apparu avec ce que l’on appelle la modernité.

Cette autonomie, défendue par les scientifiques et justifiée par nombre de sociologues et de philosophes par des considérations épistémologiques, se heurte aujourd’hui à diverses volontés politiques et économiques enjoignant les communautés scientifiques à répondre à des impératifs extra-scientifiques. Elle est également l’objet de critiques émanant de certains courants de la sociologie des sciences. Enfin, elle est au cœur de nombreux débats publics, en particulier autour des questions d’éthique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Autonomie_de_la_science

Rien ne nous dit qu’en France la Recherche universitaire n’est pas payée par des gouvernements étrangers pour justifier des décisions politiques. On sait déjà que nos organismes de recherche, gérés et financés par le gouvernement en place au titre du Service Public, alimentent les arguments en faveur de décisions politiques désapprouvées par le peuple : mariage pour tous, PMA et GPA, gestion de l’immigration, gestion de la contrainte pénale et laxisme vis à vis de la délinquance, aide sociale, etc.

Nous savons que les penseurs « politiquement corrects » sont invités dans des cercles d’élite comme « Le Siècle » ou Bilderberg  pour diffuser leurs idées aux décideurs de toutes tendances politiques et secteurs d’activité afin de niveler les modes de pensée et les prises de décisions à travers le monde. Les gouvernants et hauts fonctionnaires sont également friands de ces rencontres.

Conclusion. Il faut se méfier des rapports de recherche

Il est plus qu’indispensable de comprendre l’économie d’un organisme pour juger de l’intérêt de ses études et rapports de recherche.

Par exemple, quand les officiels prétendent s’appuyer sur des études sérieuses pour affirmer que l’immigration est une chance pour la France parce qu’elle rapporte plus qu’elle ne coûte, il convient de regarder de près les auteurs et la méthodologie de ces « études sérieuses ».

Il est à déplorer que la plupart des médias se contentent de répéter les communiqués de presse des fournisseurs d »études sérieuses » sans nous informer sur leur financement, leur commanditaire  et , surtout sur leur sphère d’influence.

Je crois que nous vivons toujours en fonction d’un idéal qui voudrait que la recherche soit systématiquement, objective, sérieuse, indépendante et rigoureuse. Malheureusement les chercheurs sont des humains qui doivent gagner leur vie et son confrontés à la dure réalité du financement qui détermine l’objet de la recherche.

Pour l’utilisateur des rapports de recherche il est fondamental de croiser les méthodes et conclusions de ces travaux et de les recouper autant que possible. Heureusement, nous avons l’Internet pour y parvenir.

La Connectrice

Les Think tanks américains les plus influents, des noms à retenir

Which think tanks are the most influential? Several rankings are done every year on think tanks in the United States and the rest of the world. It is hard to make an objective ranking of which are the qualitatively best and most influential think tanks. An annual study by the University Of Pennsylvania, The Global Go-To Think Tanks Report, presents the following list of the most influential U.S. think tanks for 2011. This list is somewhat subjective as it is based on interviews and peer recommendation, but it is included here because it lists some of the most important think tanks in the US. The think tanks in bold receive support from the Norwegian Ministry of Foreign Affairs:

1. Brookings Institution 2. Council on Foreign Relations (CFR) 3. Carnegie Endowment for International Peace 4. Center for Strategic and International Studies (CSIS) 5. RAND Corporation 6. Cato Institute 7. Heritage Foundation 8. Woodrow Wilson International Center for Scholars 9. Peterson Institute for International Economics 10. American Enterprise Institute for Public Policy Research (AEI) 11. Center for American Progress 12. National Bureau of Economic Research 13. Pew Research Center 14. Hoover Institution 15. Atlantic Council of the United States 16. United States Institute for Peace2 17. Open Society Institute New York (OSI) 18. Human Rights Watch 19. Center for International Development, Harvard University 20. Center for Global Development 21. Urban Institute 22. Center for a New American Security 23. German Marshall Fund of the United States 24. James A. Baker III Institute for Public Policy, Rice University3 25. Belfer Center for Science and International Affairs, John F. Kennedy School of Government, Harvard University 26. New America Foundation 27. Earth Institute, Columbia University 28. World Resources Institute 29. Carnegie Council for Ethics in International Affairs 30. Hudson Institute 31. Center on Budget and Policy Priorities 32. International Food Policy Research Institute 33. Foreign Policy Research Institute 34. Freedom House 35. Pew Center on Global Climate Change 36. Resources for the Future 37. Stimson Center, FNA Henry Stimson Center 38. Inter-American Dialogue

L’Article intégral du New York Times

Photo

 

Borge Brende, the foreign minister of Norway, in June at the Brookings Institution in Washington. CreditStephen Crowley/The New York Times

WASHINGTON — The agreement signed last year by the Norway Ministry of Foreign Affairs was explicit: For $5 million, Norway’s partner in Washington would push top officials at the White House, at the Treasury Department and in Congress to double spending on a United States foreign aid program.

But the recipient of the cash was not one of the many Beltway lobbying firms that work every year on behalf of foreign governments.

It was the Center for Global Development, a nonprofit research organization, or think tank, one of many such groups in Washington that lawmakers, government officials and the news media have long relied on to provide independent policy analysis and scholarship.

More than a dozen prominent Washington research groups have received tens of millions of dollars from foreign governments in recent years while pushing United States government officials to adopt policies that often reflect the donors’ priorities, an investigation by The New York Times has found.

The money is increasingly transforming the once-staid think-tank world into a muscular arm of foreign governments’ lobbying in Washington. And it has set off troubling questions about intellectual freedom: Some scholars say they have been pressured to reach conclusions friendly to the government financing the research.

The think tanks do not disclose the terms of the agreements they have reached with foreign governments. And they have not registered with the United States government as representatives of the donor countries, an omission that appears, in some cases, to be a violation of federal law, according to several legal specialists who examined the agreements at the request of The Times.

As a result, policy makers who rely on think tanks are often unaware of the role of foreign governments in funding the research.

Joseph Sandler, a lawyer and expert on the statute that governs Americans lobbying for foreign governments, said the arrangements between the countries and think tanks “opened a whole new window into an aspect of the influence-buying in Washington that has not previously been exposed.”

“It is particularly egregious because with a law firm or lobbying firm, you expect them to be an advocate,” Mr. Sandler added. “Think tanks have this patina of academic neutrality and objectivity, and that is being compromised.”

The arrangements involve Washington’s most influential think tanks, including the Brookings Institution, the Center for Strategic and International Studies, and the Atlantic Council. Each is a major recipient of overseas funds, producing policy papers, hosting forums and organizing private briefings for senior United States government officials that typically align with the foreign governments’ agendas.

Most of the money comes from countries in Europe, the Middle East and elsewhere in Asia, particularly the oil-producing nations of the United Arab Emirates, Qatar and Norway, and takes many forms. The United Arab Emirates, a major supporter of the Center for Strategic and International Studies, quietly provided a donation of more than $1 million to help build the center’s gleaming new glass and steel headquarters not far from the White House. Qatar, the small but wealthy Middle East nation, agreed last year to make a $14.8 million, four-year donation to Brookings, which has helped fund a Brookings affiliate in Qatar and a project on United States relations with the Islamic world.

“If a member of Congress is using the Brookings reports, they should be aware — they are not getting the full story,” said Saleem Ali, who served as a visiting fellow at the Brookings Doha Center in Qatar and who said he had been told during his job interview that he could not take positions critical of the Qatari government in papers. “They may not be getting a false story, but they are not getting the full story.”

In interviews, top executives at the think tanks strongly defended the arrangements, saying the money never compromised the integrity of their organizations’ research. Where their scholars’ views overlapped with those of donors, they said, was coincidence.

“Our business is to influence policy with scholarly, independent research, based on objective criteria, and to be policy-relevant, we need to engage policy makers,” said Martin S. Indyk, vice president and director of the Foreign Policy Program at Brookings, one of the oldest and most prestigious think tanks in Washington.

“Our currency is our credibility,” said Frederick Kempe, chief executive of the Atlantic Council, a fast-growing research center that focuses mainly on international affairs and has accepted donations from at least 25 countries since 2008. “Most of the governments that come to us, they understand we are not lobbyists. We are a different entity, and they work with us for totally different purposes.”

In their contracts and internal documents, however, foreign governments are often explicit about what they expect from the research groups they finance.

“In Washington, it is difficult for a small country to gain access to powerful politicians, bureaucrats and experts,” states an internal reportcommissioned by the Norwegian Foreign Affairs Ministry assessing its grant making. “Funding powerful think tanks is one way to gain such access, and some think tanks in Washington are openly conveying that they can service only those foreign governments that provide funding.”

The think tanks’ reliance on funds from overseas is driven, in part, by intensifying competition within the field: The number of policy groups has multiplied in recent years, while research grants from the United States government have dwindled.

Foreign officials describe these relationships as pivotal to winning influence on the cluttered Washington stage, where hundreds of nations jockey for attention from the United States government. The arrangements vary: Some countries work directly with think tanks, drawing contracts that define the scope and direction of research. Others donate money to the think tanks, and then pay teams of lobbyists and public relations consultants to push the think tanks to promote the country’s agenda.

Photo

 

Michele Dunne resigned as the head of the Atlantic Council’s center for the Middle East after calling for the suspension of military aid to Egypt in 2013.CreditGlobal Development Network

“Japan is not necessarily the most interesting subject around the world,” said Masato Otaka, a spokesman for the Japanese Embassy, when asked why Japan donates heavily to American research groups. “We’ve been experiencing some slower growth in the economy. I think our presence is less felt than before.”

After questions from The Times, some of the research groups agreed to provide limited additional information about their relationships with countries overseas. Among them was the Center for Strategic and International Studies, whose research agenda focuses mostly on foreign policy; it agreed last month to release a list of 13 foreign government donors, from Germany to China, though the organization declined to disclose details of its contracts with those nations or actual donation amounts.

In an interview, John J. Hamre, president and chief executive of the center, acknowledged that the organization’s scholars at times advocate causes with the Obama administration and Congress on the topics that donor governments have funded them to study. But Mr. Hamre stressed that he did not view it as lobbying — and said his group is most certainly not a foreign agent.

“I don’t represent anybody,” Mr. Hamre, a former deputy secretary of defense, said. “I never go into the government to say, ‘I really want to talk to you about Morocco or about United Arab Emirates or Japan.’ I have conversations about these places all the time with everybody, and I am never there representing them as a lobbyist to their interests.”

Several legal experts who reviewed the documents, however, said the tightening relationships between United States think tanks and their overseas sponsors could violate the Foreign Agents Registration Act, the 1938 federal law that sought to combat a Nazi propaganda campaign in the United States. The law requires groups that are paid by foreign governments with the intention of influencing public policy to register as “foreign agents” with the Justice Department.

“I am surprised, quite frankly, at how explicit the relationship is between money paid, papers published and policy makers and politicians influenced,” said Amos Jones, a Washington lawyer who has specialized in the foreign agents act, after reviewing transactions between the Norway government and Brookings, the Center for Global Development and other groups.

At least one of the research groups conceded that it may in fact be violating the federal law.

“Yikes,” said Todd Moss, the chief operating officer at the Center for Global Development, after being shown dozens of pages of emails between his organization and the government of Norway, which detail how his group would lobby the White House and Congress on behalf of the Norway government. “We will absolutely seek counsel on this.”

The line between scholarly research and lobbying can sometimes be hard to discern.

Last year, Japan began an effort to persuade American officials to accelerate negotiations over a free-trade agreement known as the Trans-Pacific Partnership, one of Japan’s top priorities. The country already had lobbyists on retainer, from the Washington firm of Akin Gump, but decided to embark on a broader campaign.

Akin Gump lobbyists approached several influential members of Congress and their staffs, including aides to Representative Charles Boustany Jr., Republican of Louisiana, and Representative Dave Reichert, Republican of Washington, seeking help in establishing a congressional caucus devoted to the partnership, lobbying records show. After those discussions, in October 2013, the lawmakers established just such a group, the Friends of the Trans-Pacific Partnership.

To bolster the new group’s credibility, Japanese officials sought validation from outside the halls of Congress. Within weeks, they received it from the Center for Strategic and International Studies, to which Japan has been a longtime donor. The center will not say how much money the government has given — or for what exactly — but an examination of its relationship with a state-funded entity called the Japan External Trade Organization provides a glimpse.

In the past four years, the organization has given the center at least $1.1 million for “research and consulting” to promote trade and direct investment between Japan and the United States. The center also housesvisiting scholars from within the Japanese government, including Hiroshi Waguri, an executive in the Ministry of Defense, as well as Shinichi Isobe, an executive from the trade organization.

GRAPHIC

Foreign Government Contributions to Nine Think Tanks

Foreign governments and state-controlled or state-financed entities have paid tens of millions of dollars to dozens of American think tanks in recent years, according to a New York Times investigation.

 

OPEN GRAPHIC

In early December, the center held an event featuring Mr. Boustany and Mr. Reichert, who spoke about the importance of the trade agreement and the steps they were taking to pressure the White House to complete it. In addition, at a Senate Foreign Relations Committee hearing later that month, Matthew P. Goodman, a scholar at the center, testified in favor of the agreement, his language driving home the very message Japan’s lobbyists and their congressional allies were seeking to convey.

The agreement was critical to “success not only for the administration’s regional economic policy but arguably for the entire Asia rebalancing strategy,” Mr. Goodman said.

Mr. Hamre, the center’s president, acknowledged that his organization’s researchers were pushing for the trade deal (it remains pending). But he said their advocacy was rooted in a belief that the agreement was good for the United States economy and the country’s standing in Asia.

Andrew Schwartz, a spokesman for the center, said that language in the agreements the organization signs with foreign governments gives its scholars final say over the policy positions they take — although he acknowledged those provisions have not been included in all such documents.

“If we put actual money in, we want to have a good result for that money — as it is an investment,” he said.

Qatar and the United Arab Emirates — two nations that host large United States military bases and view a continued American military presence as central to their own national security — have been especially aggressive in their giving to think tanks. The two Persian Gulf monarchies are also engaged in a battle with each other to shape Western opinion, with Qatar arguing that Muslim Brotherhood-style political Islam is the Arab world’s best hope for democracy, and the United Arab Emirates seeking to persuade United States policy makers that the Brotherhood is a dangerous threat to the region’s stability.

The United Arab Emirates, which has become a major supporter of the Center for Strategic and International Studies over the past decade, turned to the think tank in 2007 after an uproar in Congress about the nation’s plan to purchase control of terminals in several United States ports. After lawmakers questioned whether the purchase would be a national security threat to the United States, and the deal was scuttled, the oil-rich nation sought to remake its image in Washington, Mr. Hamre said.

The nation paid the research organization to sponsor a lecture series “to examine the strategic importance” of the gulf region and “identify opportunities for constructive U.S. engagement.” It also paid the center to organize annual trips to the gulf region during which dozens of national security experts from the United States would get private briefings from government officials there.

These and other events gave the United Arab Emirates’ senior diplomats an important platform to press their case. At a round table in Washington in March 2013, Yousef Al Otaiba, the ambassador to the United States, pressed Gen. Martin E. Dempsey, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, about whether the United States would remain committed to his country given budget reductions in Washington.

Mr. Dempsey’s reply was quickly posted on the Facebook page of the United Arab Emirates Embassy: The country, he assured Mr. Al Otaiba and others in the crowd, was one of America’s “most credible and capable allies, especially in the gulf region.”

Access to Power

Small countries are finding that they can gain big clout by teaming up with American research organizations. Perhaps the best example is Norway.

As one of the world’s top oil producers, a member of NATO and a player in peace negotiations in spots around the globe, Norway has an interest in a broad range of United States policies.

The country has committed at least $24 million to an array of Washington think tanks over the past four years, according to a tally by The Times, transforming these nonprofits into a powerful but largely hidden arm of the Norway Foreign Affairs Ministry. Documents obtained under that country’s unusually broad open records laws reveal that American research groups, after receiving money from Norway, have advocated in Washington for enhancing Norway’s role in NATO, promoted its plans to expand oil drillingin the Arctic and pushed its climate change agenda.

Photo

 
John J. Hamre, the president of the Center for Strategic and International Studies, said that he did not view as lobbying his scholars’ advocacy on topics foreign donors have funded them to study.CreditDrew Angerer for The New York Times

Norway is a major funder of forest protection efforts around the world. But while many environmentalists applaud the country’s lobbying for forest protection, some have attacked the programs as self-interested: Slowing deforestation could buy more time for Norway’s oil companies to continue selling fossil fuels on the global market even as Norway and other countries push for new carbon reduction policies. Oilwatch International, an environmental advocacy group, calls forest protection a “scheme whereby polluters use forests and land as supposed sponges for their pollution.”

Kare R. Aas, Norway’s ambassador to the United States, rejected this criticism as ridiculous. As a country whose territory extends into the Arctic, he said, Norway would be among the nations most affected by global warming.

“We want to maintain sustainable living conditions in the North,” Mr. Aas said.

But Norway’s agreement imposed very specific demands on the Center for Global Development. The research organization, in return for Norway’s money, was not simply asked to publish reports on combating climate change. The project documents ask the think tank to persuade Washington officials to double United States spending on global forest protection efforts to $500 million a year.

“Target group: U.S. policy makers,” a progress report reads.

The grant is already paying dividends. The center, crediting the Norwegian government’s funding, helped arrange a November 2013 meeting with Treasury Department officials. Scholars there also succeeded in having language from their Norway-funded research included in a deforestation report prepared by a White House advisory commission, according to an April progress report.

Norway has also funded Arctic research at the Center for Strategic and International Studies, at a time when the country was seeking to expand its oil drilling in the Arctic region.

Mr. Hamre, of the center, said he was invited to Norway about five years ago and given a presentation on the Arctic Circle, known in Norway as the “High North.”

“What the hell is the High North?” he said in an interview, recalling that he was not familiar with the topic until then.

But Norway’s government soon began sending checks to the center for a research program on Arctic policy. By 2009, after the new Norway-supported Arctic program was up and running, it brought Norway officials together with a key member of Congress to discuss the country’s “energy aspirations for the region.”

In a March 2013 report, scholars from the center urged the Obama administration to increase its military presence in the Arctic Circle, to protect energy exploration efforts there and to increase the passage of cargo ships through the region — the exact moves Norway has been advocating.

Brookings organized another event in April 2013, in which one of Norway’s top officials on Arctic issues was seated next to the State Department’s senior official on the topic and reiterated the country’s priorities for expanding oil exploration in the Arctic.

William J. Antholis, the managing director at Brookings, said that if his scholars help Norway pursue its foreign policy agenda in Washington, it is only because their rigorous, independent research led them to this position. “The scholars are their own agents,” he said. “They are not agents of these foreign governments.”

Photo

 
A drilling rig in the Barents Sea in 2012. Norway, which as a top oil producer has an interest in United States policy, has committed at least $24 million to Washington think tanks in recent years. CreditHarald Pettersen/Statoil, via Scanpix, via Associated Press

But three lawyers who specialize in the law governing Americans’ activities on behalf of foreign governments said that the Center for Global Development and Brookings, in particular, appeared to have taken actions that merited registration as foreign agents of Norway. The activities by the Center for Strategic and International Studies and the Atlantic Council, they added, at least raised questions.

“The Department of Justice needs to be looking at this,” said Joshua Rosenstein, a lawyer at Sandler Reiff.

Ona Dosunmu, Brookings’s general counsel, examining the same documents, said she remained convinced that was a misreading of the law.

Norway, at least, is grateful for the work Brookings has done. During a speech at Brookings in June, Norway’s foreign minister, Borge Brende, noted that his country’s relationship with the think tank “has been mutually beneficial for moving a lot of important topics.” Just before the speech, in fact, Norway signed an agreement to contribute an additional $4 million to the group.

Limits on Scholars

The tens of millions in donations from foreign interests come with certain expectations, researchers at the organizations said in interviews. Sometimes the foreign donors move aggressively to stifle views contrary to their own.

Michele Dunne served for nearly two decades as a specialist in Middle Eastern affairs at the State Department, including stints in Cairo and Jerusalem, and on the White House National Security Council. In 2011, she was a natural choice to become the founding director of the Atlantic Council’s Rafik Hariri Center for the Middle East, named after the former prime minister of Lebanon, who was assassinated in 2005.

The center was created with a generous donation from Bahaa Hariri, his eldest son, and with the support of the rest of the Hariri family, which has remained active in politics and business in the Middle East. Another son of the former prime minister served as Lebanon’s prime minister from 2009 to 2011.

But by the summer of 2013, when Egypt’s military forcibly removed the country’s democratically elected president, Mohamed Morsi, Ms. Dunne soon realized there were limits to her independence. After she signed a petition and testified before a Senate Foreign Relations Committee urging the United States to suspend military aid to Egypt, calling Mr. Morsi’s ouster a “military coup,” Bahaa Hariri called the Atlantic Council to complain, executives with direct knowledge of the events said.

Ms. Dunne declined to comment on the matter. But four months after the call, Ms. Dunne left the Atlantic Council.

In an interview, Mr. Kempe said he had never taken any action on behalf of Mr. Hariri to try to modify positions that Ms. Dunne or her colleagues took. Ms. Dunne left, he said, in part because she wanted to focus on research, not managing others, as she was doing at the Atlantic Council.

“Differences she may have had with colleagues, management or donors on Middle Eastern issues — inevitable in such a fraught environment where opinions vary widely — don’t touch our fierce defense of individual experts’ intellectual independence,” Mr. Kempe said.

Ms. Dunne was replaced by Francis J. Ricciardone Jr., who served as United States ambassador to Egypt during the rule of Hosni Mubarak, the longtime Egyptian military and political leader forced out of power at the beginning of the Arab Spring. Mr. Ricciardone, a career foreign service officer, had earlier been criticized by conservatives and human rights activists for being too deferential to the Mubarak government.

Scholars at other Washington think tanks, who were granted anonymity to detail confidential internal discussions, described similar experiences that had a chilling effect on their research and ability to make public statements that might offend current or future foreign sponsors. At Brookings, for example, a donor with apparent ties to the Turkish government suspended its support after a scholar there made critical statements about the country, sending a message, one scholar there said.

“It is the self-censorship that really affects us over time,” the scholar said. “But the fund-raising environment is very difficult at the moment, and Brookings keeps growing and it has to support itself.”

The sensitivities are especially important when it comes to the Qatari government — the single biggest foreign donor to Brookings.

Brookings executives cited strict internal policies that they said ensure their scholars’ work is “not influenced by the views of our funders,” in Qatar or in Washington. They also pointed to several reports published at the Brookings Doha Center in recent years that, for example, questioned the Qatari government’s efforts to revamp its education system or criticized the role it has played in supporting militants in Syria.

But in 2012, when a revised agreement was signed between Brookings and the Qatari government, the Qatar Ministry of Foreign Affairs itself praisedthe agreement on its website, announcing that “the center will assume its role in reflecting the bright image of Qatar in the international media, especially the American ones.” Brookings officials also acknowledged that they have regular meetings with Qatari government officials about the center’s activities and budget, and that the former Qatar prime minister sits on the center’s advisory board.

Mr. Ali, who served as one of the first visiting fellows at the Brookings Doha Center after it opened in 2009, said such a policy, though unwritten, was clear.

“There was a no-go zone when it came to criticizing the Qatari government,” said Mr. Ali, who is now a professor at the University of Queensland in Australia. “It was unsettling for the academics there. But it was the price we had to pay.”

Syrie : Al-Assad dictateurs sanguinaires depuis 1967. Pourquoi maintenant les humanistes se réveillent ?

Pourquoi la France et l’Amérique sont-elles soudainement prises d’une indignation humanitaire  incomparable alors que la famille Al-Assad fait régner la terreur en Syrie et dans le monde depuis que le père, Hafez Al-Assad fut nommé ministre de la Défense après la guerre des six jours, en 1967.

De 1970 à 1980, le tyran sanguinaire ne cessa de faire régner la terreur sur les Syriens, sur ses voisins libanais et sur le monde entier. En 1980, il assurait ses arrières en signant un traité d’amitié et de coopération avec le pouvoir soviétique. En 1973, la Syrie s’était unie à l’Egypte pour attaquer Israël au moment du Kippour, le grand pardon, principale fête juive. L’initiative s’était soldée par un échec catastrophique pour l’économie et la démographie du pays. En 1975, Al-Assad se refaisait une santé sur le dos du Liban, semant la terreur et occupant son voisin. Aujourd’hui, près de 20% de la population du Liban est constituée de Syriens dont les farouches djihadistes du Hezbollah.

La présence d’armes chimiques a été identifiée depuis longtemps sur le territoire syrien où les Al-Assad père et fils les ont expérimentées. Les stocks auraient été en partie dévalisées par les insurgés avec l’aide des officiers qui ont opté pour la rébellion. On ne sait plus trop, dans le désordre de cette guerre civile qui dure depuis deux ans, qui les a utilisés.

Poutine peut faire le malin en demandant qu’on lui apporte des preuves de l’utilisation PAR Bachar Al-Assad du bombardement de gaz neurotoxique à Ghuta et ailleurs le 21 aôut car si la présence de gaz sarin semble indiscutable, on n’a aucune preuve -à ce jour- de l’identité de ceux qui ont balancé les obus sur ces populations de la banlieue de Damas.

Hafez- Al-Assad  puis son fils Bachar ont hébergé, entrainé et protégé tous les terroristes de la terre sur le territoire syrien et au Liban. Il ont accueilli les terroristes palestiniens, Al Quaida, le Hezbollah et tous ceux qui veulent en découdre avec les sionistes et le grand Satan américain, les occidentaux dégénérés, l’ensemble des mécréants maudits du monde, les Wahabites corrompus, toutes les monarchies décadentes du golfe

Alors ma question est la suivante : pourquoi après tant d’années de dictature sanguinaire, de crimes terroristes, de complots, d’enlèvements, d’assassinats et de cruautés en tous genres les Américains, la France et leurs alliées éprouveraient-ils un élan d’indignation ad nauseum au point de risquer de déclencher une troisième guerre mondiale ?

On parle d’un exercice militaire combiné israélo-américain se déroule en Méditerranée orientale au moment du G20 alors que la Russie et les USA sont en froid depuis l’affaire Snowden. et ont envie de se montrer les dents en relevant leurs babines guerrières.

Le véritable objectif serait l’Iran qui réaffirme régulièrement sont intention de rayer Israël de la carte et qu’on soupçonne toujours de s’être doté de l’arme nucléaire.

Il y aurait aussi un projet de gazoduc qui traverserait la Syrie du côté de Homs pour alimenter Israël et l’Europe avec le gaz qatari

Il pourrait aussi s’agir de déposer au nom de la sécurité des frontières d’Israël et du Liban quelques troupes occidentales dans la région.

Finir le job commencé en Irak en intervenant par la frontière syrienne ?

Sauver le Liban de l’occupation syrienne ?

Mais tout cela ne me dit toujours pas pourquoi maintenant ?

A moins que, tout simplement les syriens n’aient décidé de célébrer à leur manière le 43ème anniversaire de la guerre du kippour ? Kippour, c’est samedi 14 septembre …

Parabole sur le refus d’insertion : Tapez 3 pour la langue arabe dans le Michigan, USA

Publié le

J’ai demandé à une amie de bien vouloir traduire de l’anglais ce récent article de la féministe américaine Phyllis Chessler qui rappelle que la nation américaine s’est construite avec le désir d’insertion de ses immigrants, lequel commence avec l’apprentissage de la langue anglaise. Elle déplore que l’état du Michigan propose un service en langue arabe alors que la population musulmane ne représente qu’une infime partie de la démographie de cet état. Elle compare cet « accommodement » -dé-raisonnable- avec tous ceux qu’accordent les pays européens et exprime son inquiétude, en particulier pour les femmes. Son regard sur notre soumission à l’Islam est implacable. http://www.phyllis-chesler.com/1132/dial-three-for-arabic-for-public-assistance-in

Phyllis Chessler est une féministe historique qui a publié de nombreux ouvrages sur différents aspects de la question des femmes depuis plus de 40 ans. Ces dernières années, islamisation oblige, elle a particulièrement étudié la condition des femmes en terre d’Islam et s’est engagée contre les crimes d’honneur.

Juive et amie d’Israël, Phyllis Chessler a récemment défendu le droit des femmes pratiquantes à pouvoir prier devant le mur des lamentations. http://www.leparisien.fr/international/mur-des-lamentations-300-femmes-empechees-de-prier-par-des-ultra-orthodoxes-08-07-2013-2965099.php

« Tapez trois pour la langue arabe » lorsqu’on appelle un service public, dans le Michigan, par Phyllis Chesler

Dans la première partie du texte, Phyllis Chesler s’attache à décrire les premières vagues d’immigration aux USA. Elle rappelle que les migrants sont venus principalement de toute l’Europe même si, comme elle le souligne, les Chinois et les Japonais étaient représentés, dans une moindre proportion.

 En plus de ces informations concernant l’origine géographique des migrants, Phyllis Chesler décrit les différentes étapes, difficultés et épreuves que devaient traverser ces populations : «La plupart d’entre eux étaient pauvres, illettrés  traumatisés et incapables de parler anglais. Ils devaient passer un examen médical et étaient renvoyés chez eux lorsque les résultats n’étaient pas satisfaisants. Ils devaient également fournir un garant pour trouver un logement et du travail. Après tout cela et si ils travaillaient dur (six voir sept jours par semaine), ils pouvaient aspirer à la nationalité américaine, qu’ils ont obtenue »  Elle souligne par ailleurs que pour les migrants, le fait que leurs enfants recevaient une éducation américaine était considéré comme une grande chance.

 Elle s’attache ensuite à rappeler que les immigrés ont pu conserver leur religions et leurs coutumes car : « Les USA avaient été fondés sur le principe du respect de toutes les religions, ce qui signifiait la séparation du religieux et de l’Etat ». Elle remarque que les immigrés souhaitaient s’assimiler et qu’ils ne sollicitaient pas le gouvernement pour obtenir de l’aide, préférant se tourner vers des associations caritatives, avec « dignité et fierté face à l’adversité ». .

Ensuite, Phyllis Chesler rentre plus avant dans le problème de la langue. Les premiers migrants n’exigeant pas des institutions américaines qu’elles s’adaptent à leur langue maternelle. Alors que « le débat concernant les avantages et les inconvénients d’une éducation bilingue reste ouvert », Phyllis Chesler dresse la liste des arguments des deux parties. Elle rappelle l’importance de la population hispanique aux USA (16% de la population) et le fait que beaucoup de services sont donc disponibles en espagnol, ce qui semble logique (ndlt).

Phyllis Chesler souligne alors le fait que 2,7 millions de musulmans (natifs, convertis ou immigrants) vivent aux USA (Source : The Prew Research Center) soit moins de 1% de la population américaine pour ce qui concerne les musulmans originaires du Moyen Orient, du sud et du centre de l’Asie et de l’Afrique du Nord. Or, la ligne téléphonique du service public du Michigan est disponible en arabe et ce en tant que 3ème choix derrière l’anglais et l’espagnol, ce qui semble moins logique (ndlt) : « Cela est intéressant puisque les personnes qui parlent uniquement l’arabe ne représentent qu’un faible pourcentage de la population américaine ». Phyllis Chesler explique en quoi les personnes concernées sont très certainement musulmanes car le Michigan est un point d’ancrage pour les musulmans dont le nombre, rappelle-t-elle ne cesse d’augmenter dans une vingtaine d’Etats.

Dans la dernière partie du texte, Phyllis Chesler expose ses réflexions, ses inquiétudes et aussi le regard sans concession qu’elle, américaine, porte sur la situation en Europe. Je vous laisse cette partie in extenso tant elle me parait importante et enrichissante :

Le fait de soulever ces questions fait -il de moi une Islamophobe ? Je ne pense pas. Je m’interroge sur la volonté et l’habilité d’une culture tribale à se moderniser et s’assimiler aux valeurs occidentales si ils persistent à parler et écouter les informations uniquement dans leur langue maternelle. Je suis inquiète à propos de ces américains convertis au Djihad parce que leur modèle reste l’oumma et non les USA, pays adoptif.

Je suis inquiète pour ces filles et ces femmes qui ne souhaitent peut être pas se voiler, qui veulent s’habiller selon les codes modernes, avoir des amis qui ne parlent pas uniquement l’arabe, faire des études et, choisir leur mari. Je suis inquiète du fait qu’elles pourraient être victime d’un crime d’honneur sur le sol américain pour avoir désiré toutes ces choses, comme celles qui l’ont été en Europe où la population musulmane a atteint un point de non retour.

Je suis encore plus inquiète du fait que les jeunes filles et les femmes musulmanes ne parlant que l’arabe risquent de ne pas avoir ce genre d’aspiration, pas même aux USA, si elles restent encerclées uniquement par des mots, idées et coutumes arabes.

Je milite pour que l’asile politique soit accordé aux musulmans et ex-musulmans dissidents et aux femmes, plus largement, aux individus qui sont victimes de persécutions pouvant aller jusqu’au meurtre commis par leurs pairs parce qu’ils ont osé critiquer ou quitter leur culture. Aussi, j’ai fourni des déclarations écrites sous serment pour le compte de femmes musulmanes tentant d’échapper à la menace d’un crime d’honneur. Je les accueille eux, je n’accueille pas leurs persécuteurs – homme ou femme.

Je m’inquiète que cela s’avère imprudent voire peut être destructeur si, comme l’Europe, les USA accueillent ceux qui veulent vivre au crochet du gouvernement, sans aucune intention de s’assimiler et de mener une vie productive ; ceux qui refusent de parler notre langage, dans tous les sens du terme.

Au nom de la tolérance et du politiquement correct, les européens toujours aussi racistes mais qui se sentent coupables, ont permis à une population de seconde classe, parasitaire, qui ne souhaite pas devenir « européenne », de prospérer. Les Etats Unis ne devraient pas répéter l’erreur tragique de l’Europe et j’aimerais espérer que la majorité des musulmans aux USA ne soient pas occupés à voiler leurs femmes, exciser leurs filles, s’engager secrètement dans une relation polygame ou, forcer leurs enfants à se marier avec le premier cousin du bled rustre et sans éducation. 

Mais, j’ai bien peur que ce soit précisémment ce qui est en train de se produire

Article original en anglais

« Give me your tired and your poor, your huddled masses yearning to breathe free. »
%d blogueurs aiment cette page :