Flux RSS

Archives de Tag: violences sexistes

Revue de presse au 23 septembre 2018

 

Sélection subjective d’articles récents sur des sujets brûlants. LC

Islamisation et conséquences

Dictature du politiquement correct islamophile

https://www.gatestoneinstitute.org/12975/killing-free-speech

https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2340763-20180921-paris-premiere-mise-demeure-csa-apres-propos-tenus-eric-zemmour

http://www.bvoltaire.fr/urgent-petition-pour-la-liberte-dexpression-deric-zemmour/?mc_cid=61a9673103&mc_eid=cc0cd27bf4

Médine ne profanera pas les mémoire des victimes du Bataclan mais appellera à la haine au Zénith

https://ripostelaique.com/medine-au-bataclan-la-france-a-gagne-une-bataille-mais-elle-na-pas-gagne-la-guerre.html

Dictature du sexe anal (pratique musulmane pour ne pas déflorer avant le mariage)

https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/18/les-joies-du-sex-toy-et-autres-pratiques-sexuelles-la-bd-qui-repond-a-vos-questions-sur-le-sexe-anal_a_23530753/

L’allaitement prolongé des petits garçons exploite leur violence potentielle

pratique musulmane courante chez les mères de garçons qui se « rattrapent » de leur infériorisation culturelle et cultuelle en cultivant une relation incestuelle pour s’aliéner le porteur du phallus. Sucer le pénis du BB pour le « calmer », l’allaiter indéfiniment, l’élever comme un roi, lui donner des armes en plastiques dès le berceau, exacerber son narcissisme au point qu’il se croit roi et ne supporte pas la frustration. D’où sa violence pour rompre le cordon infernal, lorsqu’il se rend compte qu’il n’est roi que de maman, et son aliénation : toutes des putes sauf maman.

https://www.huffingtonpost.fr/lucie-cox/non-allaiter-un-enfant-de-quatre-ans-n-est-ni-bizarre-ni-anormal_a_23523544/

Violences dans les transports

https://www.20minutes.fr/societe/2341187-20180922-ratp-violences-contre-agents-voyageurs-augmente-24-2017

Laïcité. Fête de Noël remise en question

https://www.20minutes.fr/societe/2340831-20180921-bouches-rhone-ecole-annule-animations-autour-noel-puis-modifie-decision

Politique islamophile de Macron

https://fr.gatestoneinstitute.org/12932/macron-partition-france

https://fr.gatestoneinstitute.org/12923/macron-ascension-chute

Dans quelques années les judéo-chrétiens blancs seront minoritaires en France

https://ripostelaique.com/la-bombe-demographique-qui-va-tuer-la-france-les-vrais-chiffres.html

https://fr.gatestoneinstitute.org/9991/islam-demographie-france

Après la provocation d’une employée voilée la crêche laïque Baby loup de nouveau sur la sellette

https://www.ufal.org/laicite/baby-loup-erreurs-et-non-dits-juridiquescomment-les-ennemis-des-associations-laiques-exultent/

Défense des femmes harcelées, battues, violées, discriminées, etc.

https://www.20minutes.fr/high-tech/2341219-20180922-whyididntreport-victimes-agressions-sexuelles-repondent-tweet-donald-trump

 

http://www.lepoint.fr/societe/les-violences-sexuelles-faites-aux-femmes-explosent-06-09-2018-2249151_23.php

PMA et GPA au mépris des femmes

https://collectif-corp.com/2018/08/29/pour-le-respect-des-femmes-et-des-enfants-abolir-la-maternite-de-substitution-2/

La manif pour tous se mobilise le mardi 25 septembre

http://www.lamanifpourtous.fr/actualites/venez-reagir-mardi-25-septembre-droit-de-lenfant-pma-pere/

Le 6 octobre manifestation contre les violences conjugales https://www.facebook.com/events/927106840822923/

Féminismes

Collectif variable de femmes DJ : les Vagins enchantés

https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2339499-20180922-rennes-vagins-enchantes-collectif-met-filles-derriere-platines

 

L’excision. Le dernier documentaire de Mireille Darc ce soir sur France2

Le sur 

L’excision : le plaisir interdit, le dernier combat de Mireille Darc

Par  Blaise de Chabalier Publié le 
FRANCE 2/ 22H55 – Dans ce documentaire, la comédienne décédée offre une écoute inédite aux victimes.

«J’ai voulu aller à la rencontre de ces femmes, dire leur douleur, laisser la souffrance et la violence s’exprimer.» L’excision: le plaisir interdit , documentaire inédit et poignant, le dernier réalisé par Mireille Darc, décédée le 28 août dernier, évoque une violence inouïe faite aux femmes. De sa voix douce mais déterminée, elle dit vouloir «comprendre, et puis dire non. Non à cette pratique qui met en danger la vie des femmes. Non à cette pratique, parce qu’aujourd’hui une petite fille est excisée toutes les quatre minutes dans le monde.»

Les chiffres donnent le tournis: deux cents millions de femmes sont mutilées à travers la planète. En France, elles sont soixante mille à avoir été excisées, parfois dans l’Hexagone, même si cette pratique est un crime en droit français. Le plus souvent, c’est à l’occasion de vacances dans leur pays d’origine (Égypte, Soudan, Éthiopie, Somalie, Mali, Guinée), que ces fillettes, parfois même des adolescentes, sont «coupées». Au nom d’une tradition barbare qui n’a en réalité rien à voir avec la religion. Une tradition qui correspond à une volonté masculine de contrôle des femmes. «C’est toute la société qui demande aux mères de préparer leurs filles aux critères du mariage. Or l’excision est un critère important puisque les hommes refusent de se marier avec une femme non mutilée, jugée impure», dit Serena, une Égyptienne vivant en France. Elle est la seule de sa famille, depuis dix générations, à ne pas avoir subi l’ablation du clitoris. «Mon père s’y est opposé», glisse-t-elle.

Halimata, Fanta, Sérénade ou encore Diaryata, toutes témoignent de leur traumatisme. Mondialement reconnu, le docteur Foldès, chirurgien français sait «réparer» ces femmes et leur offre une lueur d’espoir.

Programme

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/l-excision-le-plaisir-interdit-le-dernier-combat-de-mireille-darc_bc274a50-d428-11e7-8428-569ae9712d9b/

Vous avez besoin d’aide ?

  • L’institut en santé génésique est devenu Women Safe pour poursuivre son travail parrainé par Florence Foresti

Communiqué de presse :

http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2010143/CPWomenSafeInstitut1.pdf

  • Missions, engagement et contact pour Women Safe

http://www.women-safe.org/association/connaitre-women-safe-institut-sante-genesique.html

Women Safe est un centre opérationnel pilote de prise en charge des femmes victimes de violences, unique par son mode opérationnel global.

Les modalités d’accueil assurent la confidentialité, la gratuité, l’égalité d’accès et de traitement pour toutes les victimes.

Éveiller les consciences et prendre en charge les victimes

Habituellement, les violences faites aux femmes sont traitées de façon spécifique et trop ciblée.

Plus inquiétant : les professionnels ne travaillent pas de concert, les services sociaux sont généralement distincts des réponses juridiques, et la médecine est absente.

Women-Safe propose une approche radicalement différente qui repose sur des principes essentiels :

  • Un seul lieu de prise en charge, réunissant médecine et justice, basé dans l’enceinte d’un centre hospitalier ;
  • Une organisation pluridisciplinaire (infirmières, psychologues, médecins, juristes, avocats), représente l’ensemble des actions psycho-sociales, juridiques et médicales, de l’accueil à la prise en charge de la femme victime de violences, jusqu’à la résolution de la situation ;
  • Une prise en charge de tous les types de violences (physiques, sexuelles, psychologiques, économiques, rituelles…), quelle qu’en soit l’origine ;
  • Women Safe a protocolisé avec les Urgences Adultes du centre hospitalier de proximité et le dispositif de prise en charge chirurgicale, ainsi qu’avec le Parquet et le Barreau de Versailles ;
  • La formation et l’information de l’ensemble des professionnels de santé, du social, de la justice, des élus,  des institutions et de la société civile, à la prise en charge des femmes victimes, quel que soit le type de violences : de la prévention et du dépistage au traitement et au suivi.

Revue de presse

Contact Women Safe

Women Safe numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences : 01 39 10 85 35. 20 rue Armagis 78110 Saint-Germain-en-Laye Vous rendre à l'institut...

Standard Women Safe : 01 39 10 85 35

Violences femmes info : 3919 

 

Viols à Nuit debout. Coup de gueule féministe

Publié le

Coup de gueule

13012601_1061940230532195_3046612268257126966_n

Légende : voici ce qu’est le féminisme             Voici ce que la société pense du féminisme

Par ce qu’il y en a MARRE, que l’on se fasse SANS CESSE remettre en question, qu’on nous dise de nous calmer par ce qu’on explique, qu’on ai tort quoi que l’on fasse, qu’on soit qualifées de sectaires, d’hystériques, de harpies, de folles, de sales féministes, de féminazies, de régime totalitaire.

 

On me dit que des féministes se sont glissées sur la place… ?

Vous pouvez rester…

Le sketch s’arrête là.

Si j’osais filer le pastiche desprogiens, je vous dirais qu’on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, et que là justement, je n’ai plus envie de rire avec vous. Du tout.

Le spectacle grotesque de vos incohérences politiques acculant à la désertion des camarades par dizaines me cisaille les zygomatiques, voyez-vous.

Quand je vois des mecs prendre la parole en AG se gargarisant de leur propre progressisme en exhortant au respect des « droits de l’Homme » tout en rechignant à utiliser l’expression « droits humains », pourtant adoptée par la plupart des pays du globe depuis belle lurette, je pouffe à peine.

Quand un mec de la coordination me coupe la parole pour m’expliquer doctement que notre rôle est avant tout de faire de la PE-DA-GO-GIE, je ne trouve ça qu’à moitié désopilant. Je n’ai pas envie de rire, parce qu’en tant que prof et membre fondatrice d’une compagnie de théâtre d’éducation populaire, je suis bien placée pour savoir que la pédagogie, c’est du travail, c’est un métier, que j’ai certes choisi et que j’aime, mais qui n’en est pas moins éreintant, saturé d’heures supp’ invisibles et non-rémunérées. Vos injonctions à la pédagogie reviennent à nous refuser le droit légitime de prendre des RTT ou ne serait-ce même que des fucking pauses, à nous qui nous cognons déjà des doubles voire des triples journées de travail, vous savez, ce fameux travail dont les conditions sont désormais tellement exécrables que nous en sommes venu.e.s à lancer… oh wait, ce même mouvement dont vous vous réclamez ! Que la sombre ironie de la chose vous échappeassombrit couramment la jovialité monacale de cette mine réjouie dont je déplore en passant, mesdames et messieurs les jurés, de… Ah oui, au temps pour moi, j’avais dit que je ne touchais plus à Desproges.

Quand notre rôle structurel à la Nuit debout ou nos réunions non-mixtes sont remises en question par des membres actifs du mouvement, quand on persifle en coulisses « mauvaise graine, gangrène, tu gênes », je ne suis pas franchement saisie d’hilarité. Je n’ai pas envie de rire car ces tergiversations sont autant de tapes fraternelles dans le dos des braillards qui nous embrouillent pendant les réus non-mixtes et des complices silencieux qui les applaudissent des yeux, autant de feux verts à ceux qui, ne venant à la Nuit debout que pour (nous) coucher, louchent, touchent, violent.

Oui, violent.

Et ce n’est qu’à demi-bouche que je m’esclaffe quand une femme est victime de viol sur la place de la République.

Et c’est à gorge ployée que je ris quand cette même femme dénonce en AG ce dont elle a été victime et que le débat qui s’ensuit se focalise sur « la mauvaise image que cela pourrait donner du mouvement », ne valant alors pas mieux que ce mec qui, entre deux hématomes, musèle sa compagne d’un atomique « crie moins fort, les voisins vont t’entendre ! », pas mieux que ce président de la République qui, feignant de découvrir que ses soldats violent à tour de bras dans les ex-colonies, ne se soucie que d’éviter à « l’image de la patrie » d’être maculée de scandale, oui, dans ces moments-là, vous ne valez pas mieux que ça.

N’étions-nous pourtant pas tou.te.s d’accord à la base pour dire que #onvautmieuxqueça1 ?

Quand, pour lutter contre ces violences sexistes, certains membres actifs du mouvement se contentent d’une initiative que ne manquerait probablement pas de saluer la police Hongroise2, à savoir aller conseiller aux meufs de ne pas trop boire et de ne pas rester seules pour « éviter de se faire violer », c’est jaune que je ris, jaune comme la couleur de ceux qui trahissent leur cause.

Tant qu’on y est, on devrait suggérer aux meufs qui veulent vraiment « éviter de se faire violer » d’organiser des Nuits debout à deux ou trois copines, dans leur chambre de bonne, autour d’une tisane drainante et de yaourts allégés ! Cela aurait tout de même le mérite de lever le doute sur les véritables intentions de celles qui continueraient de fréquenter la place de la République, ces pétasses bonnes qu’à se faire culbuter entre deux pissotières auraient au moins la décence de ne plus nous casser l’ambiance en AG avec des jérémiades de gonzesses.

La culture du viol, c’est un peu votre perpétuelle « loi El Khomri » à vous, les hommes cis hétéros.

Vous pensez toujours que ce sont nos réus non-mixtes ou les dénonciations de vos violences qui nous divisent, qui fragilisent le mouvement ? Que nous ne sommes que des nuisances sorores de la Nuit debout ?

Est-ce vraiment ce que vous pensez ?

Ou serait-ce qu’en vérité, vous nous préférez gisantes qu’agissantes, à genoux – votre gland nous giclant à la glotte – que debout, à vos côtés ?

Je n’ai pas de meilleurs mots que la bloggeuse Crêpe Georgette pour décrire le bâillon de mauvaise foi et d’égocentrisme qui se déploie quasi systématiquement lorsqu’une femme parle de violences sexistes dans un espace mixte, y compris militant : « […] Ce qui devient le plus important n’est pas le fait de trouver un moyen de mettre fin aux agressions et au viol mais de ne pas blesser les hommes qui écoutent. Cet homme n’a pas eu de parole de soutien ou de réconfort face à ces femmes, il n’a pas souhaité en savoir plus sur la place des femmes dans l’espace public, comment elles le vivent et comment les hommes les y accueillent. Il a juste eu besoin qu’on lui dise qu’il était gentil.”3

La plupart d’entre vous l’êtes, gentils, et j’en viens de plus en plus à me demander si ce n’est pas justement là tout le problème. Vous êtes gentils, mais pourtant vous nous coupez la parole en AG, vous êtes gentils mais pourtant vous débarquez à 2h du mat’ chez une fille qui vous plaît pour « lui faire une surprise », vous êtes gentils mais pourtant vous recommandez aux meufs de surveiller leur consommation d’alcool tout en tendant une énième 8-6 à votre pote déjà lourdingue à jeun, vous êtes gentils mais pourtant vous faites des plaisanteries sur nos tenues vestimentaires réactivant notre peur de n’être jamais rien d’autre que de la chair à chibre, vous êtes gentils mais pourtant vous n’aimez pas trop qu’on vous dise « non », c’est vrai, après tout si c’est demandé gentiment, je suis gentil j’ai dit allez steuplait avant de trépaner son sexe résigné

Honnêtement, auriez-vous l’audace de prendre la parole dans la foulée d’un témoignage de licenciement abusif pour rappeler que « tous les patrons ne sont pas comme ça » ? Parce que vous, quand vous venez à la Nuit debout, vous êtes là pour demander plus de patrons gentils peut-être ? Non. Parce que là, vous êtes du côté de la barrière qui a intérêtà voir qu’il s’agit d’un problème systémique, qui a intérêt à concevoir plus qu’un label récompensant les oppresseurs pour leurs louables efforts de gentillesse, qui a intérêt à se doter d’outils théoriques et pratiques émancipateurs, transformateurs, radicaux.

Alors, puisque vous vous fichez de nos témoignages comme d’une guigne, peut-être qu’un peu d’histoire vous donnera matière à réflexion :

« À la fin du XVe siècle, une contre-révolution était […] en route à tous les niveaux de la vie politique et sociale. Tout d’abord, les autorités politiques s’employèrent à assimiler les travailleurs masculins les plus jeunes et les plus rebelles, au moyen d’une politique sexuelle qui leur procurait du sexe gratuit, et déplaçait le conflit de classe sur le conflit avec les femmes prolétaires. […] les résultats furent dévastateurs pour tous les travailleurs, car le viol de femmes pauvres soutenu par l’État sapait la solidarité de classe qui avait été conquise dans la lutte antiféodale. Il n’est pas surprenant que les autorités aient considéré les troubles générés par une telle politique (les bagarres, la présence de bandes de jeunes rôdant dans les rues la nuit à la recherche d’une aventure et perturbant la tranquillité publique) comme un moindre prix à payer en échange de la diminution des tensions sociales, obnubilées par leur peur des insurrections urbaines et par l’idée que les pauvres, s’ils prenaient le dessus, prendraient leurs femmes et les mettraient en commun.»4

Alors, puisque vous vous fichez de nos témoignages comme d’une guigne, peut-être qu’une citation certifiée Einstein vous donnera matière à réflexion :

 «On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré ».

Alors, si vous croyez un tant soit peu qu’il est temps pour ce vieux monde malade d’abdiquer, cessez donc de lutter contre nous, mais avec nous, car c’est ensemble, debout, que nous en viendrons à bout.

4 Federici Silvia, Caliban et la sorcière – Femmes, corps et accumulation primitive, pp.102-103.

Merci pour Laura, pour ce merveilleux texte !

Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes répondra à vos questions jeudi 4 février de 15h à 16h.

Afficher l'image d'origine

Source image

Le lobby européen des femmes a le mérite d’exister d’autant plus que, dès les années 70 des féministes connues comme Yvette Roudy (élue députée européenne en 1979) ou Geneviève Fraisse  (députée au parlement européen de 1999 à 2004) avaient déclaré : c’est maintenant au niveau de l’Europe que se joue l’amélioration de la condition des femmes.

La coordination du Lobby européen des Femmes (CLEF) agit au niveau des institutions nationales et européennes afin de contribuer à transformer ou créer des lois favorables à l’égalité femmes/hommes.

La Connectrice

Afficher l'image d'origine

Source image

Ce que prévoit la loi

Un décret en Conseil d’État détermine, après avis des organisations d’employeurs et de salariés représentatives au niveau national, la liste des emplois et des activités professionnelles pour l’exercice desquels l’appartenance à l’un ou l’autre sexe constitue la condition déterminante. Cette liste est révisée périodiquement.

Les dispositions de l’article L.1132-1 du Code du travail s’opposent à toute forme de discrimination en matière de rémunération des salariés et l’article R 3222-1 interdit l’établissement des éléments composant la rémunération selon des normes différentes pour les hommes et les femmes.

Afficher l'image d'origine

Source image

mvz5mzp

Source image https://lagazettedu107.wordpress.com/2015/03/08/le-8-mars-la-difference-salariale-entre-hommes-et-femmes/

Source http://www.touteleurope.eu/evenements/2012-2016-eu-talk-les-chats-mensuels-de-toute-l-europe.html

2012-2016 – EU-Talk : les chats mensuels de Toute l’Europe

Chaque mois Toute l’Europe invite un expert pour dialoguer en direct sur un sujet d’actualité européenne !

Toute l’Europe propose à ses internautes des échanges nourris avec des personnalités de haut niveau sur des sujets brûlants : l’Europe pour quoi faire, faut-il sortir de l’euro, vers quelle Europe allons-nous, etc.

Posez vos questions, échangez, dialoguez !

EU-Talk n° 23 avec Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes

Après les agressions de Cologne, Touteleurope.eu revient sur les violences faites aux femmes. Comment définit-on la violence à l’égard des femmes ? Quelles actions mène le Lobby Européen des Femmes à l’échelle de l’UE pour lutter contre ces violences ? Constate-t-on des avancées ?

Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes répondra à vos questions jeudi 4 février de 15h à 16h.

Après avoir effectué des études en journalisme et communications sociales (ULB), ainsi qu’en relations internationales (USA), Viviane Teitelbaum a été journaliste pendant 12 ans. Elle a publié plusieurs livres et a collaboré à divers ouvrages collectifs. Engagée pendant plus de 20 ans dans la vie associative, elle a milité sans relâche et avec passion pour les droits des femmes et la démocratie, et contre l’extrême-droite, l’intolérance, l’antisémitisme, le racisme et toute forme d’exclusion. Depuis février 2010, elle préside le Conseil des Femmes Francophones de Belgique et devient deux ans plus tard présidente du Lobby Européen des Femmes, la plus grande organisation d’associations de femmes en Europe. Par ailleurs, elle est députée au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale depuis 2004  et échevine – adjointe au maire –  à Ixelles (Bruxelles) depuis 2012.

Posez vos questions dès maintenant !

  1. Nom / PseudoOBLIGATOIRE
  2. Email
  3. Votre questionOBLIGATOIRE

Lire aussi

  • Stratégie du Conseil de l’Europe 2014-2017 pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Toute demande de reproduction ou de traduction de tout ou d’une partie de ce document doit être adressée à la Direction de la communication (F 67075 Strasbourg ou publishing@coe.int). Toute autre correspondance relative à ce document doit être adressée à la Direction générale de la démocratie

www.coe.int

  • La convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes

https://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/equality/02_GenderEqualityProgramme/Strat%C3%A9gie%20du%20Conseil%20de%20l’Europe%20pour%20l’%C3%A9galit%C3%A9%20entre%20les%20femmes%20et%20les%20hommes%202014-2017.pdf

CommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=0900001680462533

Préambule

Les Etats membres du Conseil de l’Europe et les autres signataires de la présente Convention, Rappelant la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (STE n° 5, 1950) et ses Protocoles, la Charte sociale européenne (STE n° 35, 1961, révisée en 1996, STE n° 163), la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (STCE n° 197, 2005) et la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels (STCE n° 201, 2007);

Rappelant les recommandations suivantes du Comité des Ministres aux Etats membres du Conseil de l’Europe : la Recommandation Rec(2002)5 sur la protection des femmes contre la violence, la Recommandation CM/Rec(2007)17 sur les normes et mécanismes d’égalité entre les femmes et les hommes, la Recommandation CM/Rec(2010)10 sur le rôle des femmes et des hommes dans la prévention et la résolution des conflits et la consolidation de la paix, et les autres recommandations pertinentes;

Tenant compte du volume croissant de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme qui établit des normes importantes en matière de violence à l’égard des femmes; Ayant à l’esprit le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1966), la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (« CEDEF », 1979) et son Protocole facultatif (1999) ainsi que la Recommandation générale n° 19 du Comité de la CEDEF sur la violence à l’égard des femmes, la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (1989) et ses Protocoles facultatifs (2000) et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (2006); Ayant à l’esprit le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (2002);

Rappelant les principes de base du droit humanitaire international, et en particulier la Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre (1949) et ses Protocoles additionnels I et II (1977);

Condamnant toutes les formes de violence à l’égard des femmes et de violence domestique;

Reconnaissant que la réalisation de jure et de facto de l’égalité entre les femmes et les hommes est un élément clé dans la prévention de la violence à l’égard des femmes;

Reconnaissant que la violence à l’égard des femmes est une manifestation des rapports de force historiquement inégaux entre les femmes et les hommes ayant conduit à la domination et à la discrimination des femmes par les hommes, privant ainsi les femmes de leur pleine émancipation; 6

Reconnaissant que la nature structurelle de la violence à l’égard des femmes est fondée sur le genre, et que la violence à l’égard des femmes est un des mécanismes sociaux cruciaux par lesquels les femmes sont maintenues dans une position de subordination par rapport aux hommes;

Reconnaissant avec une profonde préoccupation que les femmes et les filles sont souvent exposées à des formes graves de violence telles que la violence domestique, le harcèlement sexuel, le viol, le mariage forcé, les crimes commis au nom du prétendu « honneur » et les mutilations génitales, lesquelles constituent une violation grave des droits humains des femmes et des filles et un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes;

Reconnaissant les violations constantes des droits de l’homme en situation de conflits armés affectant la population civile, et en particulier les femmes, sous la forme de viols et de violences sexuelles généralisés ou systématiques et la potentialité d’une augmentation de la violence fondée sur le genre aussi bien pendant qu’après les conflits;

Reconnaissant que les femmes et les filles sont exposées à un risque plus élevé de violence fondée sur le genre que ne le sont les hommes;

Reconnaissant que la violence domestique affecte les femmes de manière disproportionnée et que les hommes peuvent également être victimes de violence domestique;

Reconnaissant que les enfants sont des victimes de la violence domestique, y compris en tant que témoins de violence au sein de la famille; Aspirant à créer une Europe libre de violence à l’égard des femmes et de violence domestique, Sont convenus de ce qui suit :

Suite ici

  • Statuts de la coordination du Lobby européen des femmes

http://www.clef-femmes.fr/index.php?option=com_flexicontent&view=items&cid=37&id=49&Itemid=61CLEF

Communiqués de presse 2015

Communiqués de presse 2014

 

8 mars 2015. Par solidarité avec les femmes, les hommes turcs et Afghans se déguisent en jupe ou burqa

Publié le
  • Small march comes ahead of International Women's Day on 8 March

Sources The Independent et http://www.themuslimtimes.org/2015/03/countries/afghanistan/international-womens-day-2015-afghan-men-wear-burqas-to-campaign-for-womens-rights

Male Afghan women's rights activist pose for media as they wear burqas

Source http://www.telegraph.co.uk/journalists/radhika-sanghani/

Des hommes afghans ont défilé dans les rues de Kaboul habillés d’une burqa, jeudi 5 mars, sous le regard médusé des passants. A trois jours de la journée de la femme, ils souhaitent ainsi afficher leur solidarité avec les femmes portant ce vêtement. Imposée à la fin des années 1990 et encore largement portée dans le pays, la burqa est un symbole du régime taliban et constitue à leurs yeux un résidu de leur système répressif. Leur action rappelle celle des Turcs, qui à la fin du mois de février ont enfilé des jupes en soutien au droit des femmes.

Samedi, plusieurs Turcs ont laissé leurs pantalons au placard et ont adopté la jupe. Une forme de protestation osée et originale pour dénoncer les violences faites aux femmes, notamment le viol et le meurtre d’Ozgecan Aslan. Le crime perpétré à l’égard de cette jeune femme de 20 ans a ému la Turquie et soulevé de nombreuses mobilisations.

Le corps d’Ozgelan Aslan avait été retrouvé sans vie dans une rivière dans le sud du pays le vendredi 13 février. Depuis, la jeune femme est devenue un symbole des violences faites aux femmes en Turquie. Des milliers de Turques ont défilé le week-end du 14 et du 15 février. La mobilisation s’est prolongéesur les réseaux sociaux avec le hashtag #sendeanlat comme cri de ralliement.

Ce week-end, la colère n’est pas retombée. De nouvelles manifestations ont eu lieu samedi à Istanbul. Un groupe d’hommes a participé à la mobilisation en étant vêtus de courtes jupes. Ali Erkazan, le représentant du groupe d’hommes vêtus de mini- jupes explique ce geste au micro d’AP :

Nous demandons, en tant qu’hommes démocrates et intellectuels, la liberté pour les femmes, la liberté d’expression, et des droits égaux pour les femmes et les hommes. La récente augmentation du nombre de meurtres de femmes est attribuée au comportement des femmes. Le fait de penser que les ‘femmes portant des mini-jupes méritent d’être violées’ est dégoûtant.

Maïna Fauliot-Marjany (@MainaFauliot)

Violences envers les femmes. Journée d’information mardi 25 novembre 2014

VIOLENCES
FEMMES INFO
Appelez le 3919

 

  • Carte de France des initiatives de lutte contre les violences sexistes

carte-manif-25-nov-2014

http://femmes.gouv.fr/category/lutte-violence/

La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre 2014 est l’occasion pour l’ensemble des acteurs de réaffirmer l’importance d’une mobilisation contre les violences faites aux femmes.

Retrouvez sur cette carte, l’ensemble des manifestations organisées à cette occasion sur les territoires.

A toutes fins utiles, vous trouverez l’ensemble des manifestations locales ainsi que les actions menées par les réseaux de la FNSF, du CNIDFF et de Femmes solidaires :

Actions nationales CNIDFF
Actions nationales FNSF
Actions nationales Femmes Solidaires

Les violences conjugales

 

La violence conjugale est, dans une relation privée ou privilégiée, une atteinte volontaire à l’intégrité de l’autre, une emprise, un conditionnement dont il est difficile de sortir lorsqu’on en est une des victimes.

La violence conjugale bénéficie du secret du privé

Ceci permet aux auteurs d’asseoir leur contrôle dans l’impunité. Elle constitue la forme la plus fréquente de violence envers les femmes. Elle fait partie de l’héritage patriarcal qui est caractérisé par le déséquilibre des rapports de pouvoir entre les sexes dans nos sociétés.

La violence masculine

La violence masculine à l’égard des femmes a un coût social et économique dont l’ampleur est encore trop méconnue. Les conséquences de cette violence qui s’exerce encore en toute impunité sont multiples pour nos sociétés. La violence conjugale est une question qui ne doit pas être considérée comme une affaire privée. L’usage de cette violence est un obstacle à l’égalité entre les hommes et les femmes, aux droits fondamentaux des femmes. 

  • L’horreur en chiffres

http://madame.lefigaro.fr/societe/violences-faites-aux-femmes-lhorreur-en-chiffres-211114-82737

1- Une femme sur trois a déjà été victime de violences dans le monde

L’Organisation mondiale de la Santé a rappelé la semaine dernière dans la revue médicale The Lancet que près de 35% des femmes et filles sont exposées à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours de leur vie. Dans certains pays comme l’Ouganda ou les Samoa, ce sont près de sept femmes sur dix qui ont été victimes d’abus, d’après l’ONU Femmes. 

2- En France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint

Près de 216 000 femmes, âgées de 18 à 75 ans, sont soumises à la violence physique et/ou sexuelle de leur ancien et actuel conjoint, qu’il soit mari, concubin, pacsé, petit-ami… La majorité reste muette, pour protéger leurs enfants, leur réputation ou leur vie, par crainte des représailles. Souvent, ces hommes violents possèdent également une emprise psychologique très forte qui plonge leur victime, isolée, dans un climat de peur permanent. Seules 16% d’entre elles déposent plainte, selon les chiffres du gouvernement. 

….

  • Le site Soslesmamans recueille les témoignages des femmes victimes de violences

http://www.soslesmamans.com/topic1/index.html

  • Une série d’articles sur les violences envers les femmes en France et dans le monde

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-fleau-des-violences-conjugales_1189658.html

Violences conjugales: « Sur le long terme, la baisse se confirme »

Une étude publiée ce mercredi souligne une baisse de 16% des violences conjugales sur un an. La réaction de Françoise Brié, porte-parole de la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), qui regroupe les associations féministes engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

660 000 femmes victimes de violences conjugales

663 000 femmes et 280 000 hommes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur ménage sur deux ans, selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

Discrimination universelle des femmes. Excision féminicide

Dossier réalisé par Cristine GMD à consulter avec les images et les videos sur son site http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/excision-feminicide.html

Excision féminicide

« Votre sourire, votre dédain me diront qu’est-ce que sauver l’homme ? Ce n’est pas le mutiler et c’est lui donner sa chance de justice qu’il est le seul à concevoir » Lettre à un ami allemand,
(Malheureusement, ni la mutilation symbolique des femmes, ni même les tortures de mutilation des petites filles ne lui venaient alors à l’esprit)
« Trente millions de fillettes ou d’adolescentes …risquent encore d’en être victimes dans les dix prochaines années, selon l’Unicef. » Voir étude comparative 2012 plus bas-

Toutes les couches de la population perpètrent cette torture sur petites filles, copte (descendante par la langue des anciens Egyptiens de culte orthodoxe – 6 à 10% de la population estimée à 84 millions) et arabe musulmane… avec la bénédiction des institutions – « Après l’opération pratiquée à l’insu d’Inayate, Dounia explose face à la vieille femme : « Tu croyais la protéger en faisant ça mais tu l’as égorgée, tu l’as éteinte ! Sa cuisine sera toujours froide, sur n’importe quel feu ». Jocelyne Saab a aussi choisi de terminer son film sur un chiffre, peu connu : « Selon Amnesty International et le PNUD, 97% des Egyptiennes sont excisées ». Une phrase qu’elle est obligée d’enlever pour sortir son film en Egypte. » http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42824.asp

Dès lors qu’un rituel quelconque s’aviserait d’amputer le gland des petits garçons pour les marier et leur éviter la prétentaine, sans ronds de jambe aucuns, ce masculicide serait interdit et de lourdes sanctions à la clef. En France, le mot ne figure même pas dans le Code pénal d’excision féminicide ou de féminicide excisionnel… Exigeons GEL immédiat de tout don aux pays qui voilent, violent et excisent en toute tolérance petites filles et femmes. http://www.crashdebug.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7026%3Ala-france-accorde-a-l-egypte-une-subvention-non-remboursable-d-une-valeur-de-300-000-000-dans-le-cadre-de-l-extension-du-metro-du-caire&catid=90%3Aca-sest-dit-par-la&Itemid=54

Quand va-t-on convoquer un tribunal pénal international ? Pas assez de victimes, trop de survivantes ? Le féminicide excisionnel ravage les petites filles et on n’en a cure ? A quand tous les féminicides, y compris celui-là, pas moins nombreux ou graves que les pratiques génocidaires dans le Code pénal ?

EUROPE – Pourtant, environ 60 000 habitantes excisées et le danger qui plane sur 40 à 50 000 petites filles. L’Institut pour l’égalité des sexes européen EIGE s’alarme du risque sur 180 000 fillettes, et selon l’OMS, 500 000 excisées habitant l’Europe. Des Etats-Unis, de prétendus intellectuels, anthropologues pour certains, osent prôner l’hygiène de l’excision. Autodétermination à la torture et au servage pour les femmes, quel avenir sombre veulent-ils donc inventer pour nos petites filles ? Quel respect devoir à ces criminels qui préconisent  la torture d’excision féminicide sur petites filles !

Ignorance, déséquilibre, instrumentalisation par l’activisme queer qui veut justifier la croyance en l’avènement du sexe neutre (prothèse de la vieille croyance dans le troisième) d’annihilation du sexe féminin, de rendre courantes les mutilations sexuelles des trans en liberté de désir et de choix mariés aux libertariens qui nous enfoncent dans la gorge bien profond la liberté individuelle s’asseyant sur l’égalité des sexes ? http://www.sbs.com.au/news/article/1737516/Women-with-FGM-can-have-healthy-sex-lives-expert-s

Revenons au patriarcat cristallisé et leurs mâles champions de l’excision féminicide -Pour mémoire 83 000 000/2 d’Egyptiennes pour lesquelles l’on sait tout cela dans le détail depuis le scandale de 97 : « 91,8 % des Egyptiennes ont été excisées (source : Planning familial). Plus de 1 million d’excision (3600 par jour – source : ministère de la Santé) sont exécutées chaque année. 85 % sont faites par des matrones et par des « barbiers chirurgiens ». 1 300 petites filles décèdent chaque année avant l’âge de dix ans à la suite d’une excision pratiquée hors de l’hôpital. 25 % des stérilités, 35 % des inflammations chroniques chez les femmes ont pour origine l’excision. 85 % des problèmes de l’appareil génital féminin seraint le résultat d’erreurs commises par les non médecins (source : Association égyptienne des obstétriciens). » http://spark.pagesperso-orange.fr/excision.html

« CHIR. Action d’enlever, à l’aide d’un instrument tranchant (un fragment d’organe malade, des tissus nécrosés, une tumeur généralement peu volumineuse). Excision d’une plaie, d’une verrue, d’un panaris excision au bistouri; faire une excision. Chirurgiens plastiques, spécialistes de l’excision du double menton (Morand, New-York,1930, p. 215). La thérapeutique consiste à obturer l’orifice de la carie après excision du tissu mortifié (QuilletMéd.1965, p. 178). » http://www.cnrtl.fr/definition/excision

  • Biologie des organes sexuels féminins
Il existe manifestement un grave déficit en simple connaissance anatomique et il est donc vital de clairement afficher l’anatomie toute simple du corps humain de sexe féminin car pour des raisons absconses ces croquis sont retirés de sous les yeux malgré leur évidente utilité et alors que, par ailleurs, sont laissées en vue des photographies d’exhibitions de servage sexuel sur milles plateformes nétiques-
En première illustration, la démonstration médicale et anatomique en 3 D de l’organe massacré de la petite fille :
Description anatomique des organes internes et externes du sexe féminin
Illustration 1 – Conférence audiovisuelle du Dr Odile BUISSON
Hormis la différence anatomique, comparer les deux avec pour but de les mettre au même niveau de mutilation se révèle injuste et dangereux pour les filles victimes de cette mutilation de « déféminisation » et stérilisation (semi réversibles), maîtrisées, contrôlées par la hiérarchie patriarcale. Les femmes, toutes depuis des générations, convaincues de gré ou de force qu’en cas de refus de se plier au rituel ne trouveraient pas leur place dans la société, ainsi que leurs filles. Plus que symbolique, plus que castration partielle.

Peut-on ajouter foi à un interview de femme médecin égyptienne embauchée du fait du manque de formation au Yémen, au courant des « bonnes » méthodes « fignolant » au fil métallique selon leur « spécialité [qui] s‘appelle l’ablation « harem » de plus en plus recherchée (février  2007) !? Certes des références précises et fiables seraient nécessaires mais sachant que l’OMS connait les chiffres et soutient la médicalisation des excisions par des doctoresses afin d’éviter les septicémies et pratiques traditionnelles moins hygiéniques, que la traite des blanches et les harems ne sont pas non plus des découvertes de la dernière pluie… http://instinctdesurvie.blogspot.fr/2006/12/de-lexcision-et-de-la-traite-des.html

En France, sont notables par relativisme culturel et absence totale de féminisme les condamnations ridicules à la limite de l’invite à la récidive élude les responsabilités, toujours fondées sur l’antienne du statut social, la culpabilité et le paternalisme ?  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/excision-feminicide-la-chaine-nevers.html

Nous allons donc continuer à parler ici du féminicide de l’excision du clitoris. Il n’est pas trop tôt qu’enfin l’on intensifie non seulement la parole mais le droit contre les féminicides excisionnels. En parler, on ne fait que cela depuis des siècles. En décembre 2012, l’ONU rappelle qu’il s’agit d’un crime et met sur pied la Journée Internationale contre l’excision – Enfin interdit par expression claire et sans détour – Il ne manque plus que le féminicide et son sale type excision soit mis en Code pénal- Plus perpétré que les tortures génocidaires ! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/12/mgf-feminicide-dexcision-bannirarchivenu.html
Hérodote (484-424 avant notre ère), Strabon (vers 25 av.n.e.) relatèrent et surtout les momies témoignent ! En Egypte, pendant la « sixième dynastie (2340 -2180 ANE -avant notre ère-), comme si cela était une justification. Malheureusement, comme on le voit ici, certains font tout pour garder les racines de cette coutume vivantes par des justifications oiseuses..

Encore au XIXème, ces mutilations féminicides faisaient l’objet de monographies de voyageurs. Duhousset Emile, Les huis-clos de l’ethnographie : Moeurs orientales, Londres : impr. particulière de la Société d’anthropologie et d’ethnologie comparées 1878  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719939q/f2.image

 

« L’OMS définit l’excision comme l’ablation du clitoris et ou les lèvres ou toute intervention sur le sexe féminin pour les buts non thérapeutiques. Elle est restée pratiquée dans les régions du Haut Nil, où les momies infibulées et /ou excisées ont été retrouvées. Cette pratique s’est étendue à l’Afrique orientale [17 ; 18 ; 27]. » « Les momies qui ont montré que l’excision était pratiquée en Egypte du temps des pharaons XVIème siècle avant Jésus Christ confirmant que l’excision se pratiquait dans la zone qui correspond au foyer de la première néolithisation occidentale, à savoir l’Egypte, l’Ethiopie, la Syrie et la Perse. C’est d’ailleurs la technique constatée qui a été à l’origine de ‘‘l’excision pharaonique » Issa Keita, Thèse de médecine, Bamako, 2008 http://www.keneya.net/fmpos/theses/2008/med/pdf/08M347.pdf
Il n’y a pourtant plus de pharaons… le régime a changé, et pourtant les femmes sont toujours réduites à néant ! « [Selon une étude du ministère égyptien de la Santé, réalisée en 2009, 91% des femmes âgées de 15 à 49 ans seraient excisées] » mais les petites filles sont toujours violées et mutilées en série ! http://blog.slateafrique.com/femmes-afrique/2012/01/23/30-ans-dexistence-du-gams-loccasion-de-dresser-un-bilan/
Les Egyptiennes ont grand mal à se sortir de cette situation de torture constante – 96 % de femmes excisées, ce n’est rien ? http://dailynewsegypt.com/2012/11/15/the-battle-against-female-genital-mutilation/
Suffisamment d’entraves sont mises aux femmes et au féminisme – Il est temps que le monde entier se débarrasse des tentations résectionnelles et résiduelles. A suivre Marie Bonaparte, dont pourtant son appréhension de la distance entre meat urinaire et clitoris officier en frigidité le lui fit déplacer trois fois par des opérations en clinique suisse, coachée par Sigmund Freud lui-même persuadé que le clitoris constituant un « pénis vestigial » (il reste curieux que ce médecin n’ait jamais vu ou réalisé que l’urètre ne passe jamais par le clitoris et un meat ne pourra jamais le couronner) – C’est donc du pipeau de comparer un seul instant pénis et clitoris. Et ce n’est pas de crier à la symbolique phallique qui fera rentrer les choses dans l’ordre… « Les hommes se sentent menacés par ce qui aurait une apparence phallique chez la femme, c’est pourquoi ils insistent pour que le clitoris soit enlevé » Marie Bonaparte, Notes sur l’excision, Revue française de psychanalyse XII, 1946 http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Bonaparte
Puis part encore plus loin en sa justification, c’est dramatique de lire cela et de ne voir personne crier au scandale !?« l’occasion d’examiner beaucoup de femmes excisées en Égypte et qui conclut dans La sexualité de la femmeen 1951, que cette mutilation est parfaitement justifiée « puisqu’elle parfait la féminisation en supprimant un reliquat inutile du phallus ». » (sic !) (Ibid. p. 97) » http://unevingtaine.blogspot.fr/2010/08/femmes-et-liberation.html

Négligé, renié le clitoris, nous sommes vaginalisées au point de crier au clitoridisme « Marie Bonaparte en conclut que le dommage était vraiment minime, et que l’« opération » avait l’avantage d’empêcher les femmes de succomber au « clitoridisme ». Une maladie imaginaire dont seraient atteintes les vilaines « clitoridiennes ». Celles qui sont d’enragées masturbatrices et/ou des lesbiennes plus ou moins bien refoulées, alors que la femme adulte normale se doit d’être une pure « vaginale », renonçant aux prétentions viriloïdes, revendicatives, du clitoris. » suivant religieusement en cela « Freud de traiter hardiment le clitoris d’organe masculin, mais avorté, inabouti : c’est « le prototype de l’organe inférieur », citation textuelle de la conclusion de son article sur le fétichisme paru en 1927″ https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/19/le-drame-de-lexcision-par-louisiane-dore-miloch/

Waris Dirie témoigne et supplie
Ce n’est déjà pas joli joli de persécuter un adulte pour raison politique mais persécuter systématiquement les filles de moins de 15 ans pour raison sexiste, qu’est-ce donc ? Et mettons tout de suite les choses d’équerre, cette amputation déféminisante, torture, se trouve précédé d’un féminicide agravé de viol en réunion par personnes ayant ascendant.Ce qui se pourrait aller jusqu’à être traduit en inceste non prohibé. « Affaire de femmes », loin de là, puisque les « pères d’églises » très divers (manisme, animisme, islam, chrétiens… ) tolèrent, tout autant que les chefs traditionnels, sorciers et guérisseurs – Quel homme s’y oppose ? Dîtes-le nous donc.  http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=20247&Cr=mutilations&Cr1=
  • Pas encore à la Cour Pénale Internationale pour incitation à la mutilation des filles ? 
Non seulement, il faut juger les Etats qui perpètrent par procuration l’excision féminicide, ou Mutilations Génitales Féminines (MGF ou Female Genital Mutilation FGM) mais aussi tout individu qui en fasse publicité, continuant à oser énoncer publiquement qu’elle relève de l’esthétique et du traitement médical.http://www.mosaiquefm.net/fr/index/a/ActuDetail/Element/18228-habib-ellouze-l-excision-des-filles-est-une-operation-esthetique
L’Organisation Mondiale de la Santé qui se contente de compter le nombre de fillettes torturées doit répondre de sa responsabilité de laisser perpétrer en toute connaissance de cause cette torture féminicide subie par 120 000 000 de femmes vivantes à ce jour et ne comptabilisant même pas les quelques 5 % d’infantes et de jeunes accouchées décédées de l’excision féminicide, doublement féminicidées.
Ci-dessous, des moyens de droits à faire valoir contre ceux tant en Tunisie qu’ailleurs qui veulent rendre polygamie et excision légales ! On peut y rajouter des articles du Protocole de Maputo.  http://www.dreuz.info/2013/03/tunisie-instauration-de-la-polygamie-et-lexcision-des-femmes/
Tableau des droits bafoués par les féminicides excsionnels, ) calquer comme un gant pour tout féminicide
p. 33 http://www.eige.europa.eu/sites/default/files/EIGE-Report-FGM-in-the-EU-and-Croatia.pdf
L’UNICEF en 2005 évaluait que la « convention sociale néfaste » de « l’excision/mutilation génitale féminine (E/MGF) » touchait trois millions de petites filles (à l’année, je suppose, une paille…). Les fact sheets se suivent et se ressemblent. http://www.unicef.ch/sites/default/files/documents/unicef_fs_mutilation_sexuelles_feminines_2012_2.pdf
Dans le rapport UNICEF 2011, jamais le mot de viol sur mineure n’est utilisé, ni de castration partielle, ni « de déféminisation », ni de féminicides, ni de torture, ni de pédocriminalité, ni d’inceste. Pourtant, qu’est ce d’autre donc d’autre que du FEMINICIDE pédocriminel, pur et simple ?. A savoir que le viol parfois nommé par certains « meurtre psychique », d’autant plus sur des enfants) : p. 41 « Mutilation génitale féminine/excision La prévalence de la mutilation génitale féminine/ excision (MGF/E), bien qu’en déclin, est toujours très répandue dans 29 pays. Plus de 70 millions de filles et de femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi une mutilation génitale féminine/excision (MGF/E), généralement à l’aube de leur puberté. Les MGF/E sont extrêmement dangereuses, …. Elles peuvent entraîner des problèmes à long terme et accroître le risque de complications pendant l’accouchement, tant pour la mère que pour l’enfant. Elles nuisent également au développement sexuel, normal et sain des jeunes filles. ….Mais les progrès sont lents et des millions de filles continuent d’être menacées par cette pratique. » http://www.unicef.org/french/sowc2011

L’Unicef, lundi 22 juillet 2013 – « établie à partir des études réalisées au cours des vingt dernières années dans les vingt-neuf pays les plus touchés par ces pratiques. Au niveau planétaire, l’estimation avoisinerait 140 millions de femmes et fillettes, selon l’agence des Nations unies consacrée aux droits de l’enfant.« 
Pendant paix, guerres, famines, misère, crises, les fêtes, rituels, opérations d’excisions féminicides et autres féminicides continuent ! Au XXème siècle, environ 150 000 000 femmes mutilées x 3 cohortes = 450 000 000–  Bien sur, il faut souligner les avancées en chirurgie réparatrice remarquables qui peuvent restituer l’orgasme à environ moitié des opérées mais qui, cependant, ne viendront jamais à bout de centaines de millions d’excisions féminicides. Et puis tout de même être obligés de réparer ce que d’autres sagouins criminels détruisent et laissent à l’état de moignon… http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(12)60400-0/fulltext
« Pour soutenir nos amies africaines dans l’abandon de l’excision, l’association Marche en Corps organise deux marches : La première, du 8 mars au 7 avril 2013 entre Quimperlé (Bretagne, France), ville jumelle de Nara (située dans la zone sahélienne du Mali) et Angers, ville jumelle de Bamako. »  http://marcheencorps.wordpress.com/
Nous sommes loin de la prévision d’éradication en 2015 de cette torture sur petites filles, tendant à les déféminiser, forme subtile, si l’on peut dire, de castration et de contrôle et la Belgique constate les blessures – Résultats de SPF Santé publique d’étude de prévalence de juin 2010 par l’Institut de médecine tropicale : 6.220 femmes (très probablement) excisées et 1.975 fillettes qui risquent l’excision, dont moitié dans la région de Bruxelles-
CEUX qui APPELLENT à l’EXCISION se révèlent trop NOMBREUX – Et si l’on si prend un par un, cela peut durer… car pourquoi la demande ne serait adressée qu’à l’Indonésie parmi la trentaine de pays qui tolère de fait ou de droit le « féminicide excisionnel » ? http://asie-info.fr/2012/12/27/lonu-demande-a-lindonesie-de-ne-plus-tolerer-lexcision-515325.html
Mieux, des conseils de phallocrates avoués prétendent en Indonésie que torturer une petite fille en lui enlevant partie de son sexe fait partie des « droits humains garantis par la Constitution » ! Indonésie : le Conseil des Oulemas déclare que l’excision est recommandée, et que cette mutilation barbare fait partie des « droits humains garantis par la Constitution ». http://www.asianews.it/news-en/Indonesian-Ulema-in-favour-of-female-circumcision:-a-human-right-26948.html
Me Borchra Belhaj Hmida par son dossier de dépôt de plainte, contre le prédicateur égyptien et associations l’invitant, pour incitation à la haine et la violence, avec le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme de Tunisie avec toute la Tunisie qui clame ce 15 février 2012 son opposition à l’Excision / Mutilation Génitale Féminine qui n’est pas une opération esthétique comme l’on ose encore le prétendre  : http://www.leaders.com.tn/article/les-partis-d-opposition-et-la-societe-civile-unanimes-pour-condamner-les-propos-de-ghenim-sur-l-excision?id=7709
Surtout que des personnes au sein même des organisations des droits de l’Homme promeuvent la torture contre les petites filles car, à nouveau et toujours, obligées de reparler de ceux qui prônent ouvertement le crime de l’excision féminicide- Encore un médecin de la mort ! Et sur Internet sa propagande prétendant qu’il n’y aurait pas de mal à exciser une enfant, au contraire ! http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-is-a-crime-stop-this-doctor/
Ainsi la proportion microscopique de condamnation de l’excision féminicide par la société humaine et ses tribunaux reste redoutable. Ne reste de commun entre les deux rituels opératoires que l’atteinte à l’intégrité du corps sans consentement de l’intéressé du fait de décision prise par les parents, sous la pression de l’entourage. Ce qui ne suffit absolument en rien à poster en même catégorie les rituels d’excision et de circoncision, religieux ou coutumiers. Axe rhétorique de la neutralité des corps, prétendu épicène ? Alors que l’on sait que justement sur le point de protéger des féminicides, ses victimes et plaignantes, les lois restent indigentes, absentes, semi muettes, aveugles à constater le nombre effarant de féminicides excisionnels de sexisme systémique.  Il n’est qu’à voir qu’il suffirait de licencier un pédiatre qui croit à l' »honneur » de la mutilation sexuelle féminicide, se réclamant de vénérer  » l’honneur » phallocentrique (au sens strict) de coutumes patriarcales criminelles, pour le dédouaner ? Que ferait-on si c’était sur un pénis ? http://www.desertflowerfoundation.org/en/achievement-fgm-supporting-pediatrician-fired/
Moins importante parfois que l’intactivisme qui fait florès pour combattre la circoncision qu’il lui est bien pratique de classer comme l’excision féminicide- Malheureusement à négliger la gravité de cette dernière, l’intactivisme se révèle et montre tout son hominisme peu humaniste en toutes conséquences.
Ou que d’autres médecins opèrent criminellement aux Royaume-Uni pour déféminiser par excision dans la plus parfaite tolérance : Against FMG femicide in UK http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N23969 (cf. Britain’s 100,000 mutilated women Mazher Mahmood and Eleanor Mills 22/04/12 http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/)
Encore à mi-mai 2012, la Fondation du Désert appelle à arrêter les médecins criminels de torture féminicide pédocriminelle au Etats Unis : http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-scandal-in-the-us/
  • Rappelons que, en 2000 aux EUA selon recensement  hospitalier, 227 887 en risque FGM/excision – Seules 20 sur 50 états répriment la torture de mutilation génitale de déféminisation féminicide sur petites filles –http://theahafoundation.org/pdf/FGMLAWSFINA.pdf
Osera-t-on nous dire que les médecins partent aussi du bon sentiment qu’il vaut mieux mutiler d’une partie de leur sexe les bébées sous scialytique comme aux Philippines ? Les pages du sexe féminin complet auraient-elles été arrachées des manuels de médecine et de leurs serments ? Des gouttes de sang dans l’océan – L’on tente de mettre en place des rites d’abandon de l’excision qui reste en contradiction avec les rites de passage d’initiation à l’âge adulte et à la soumission aux classes d’âges plus et au sommet aux hommes puisque les populations d’éleveurs de bétail fonctionnent sous un régime patriarcale phallocrate fort de pouvoir exclusivement masculin- Et des que les hommes auront envie que cela recommence, cela recommencera car cela sert à calmer et civiliser les femmes, à les « tenir » http://www.epochtimes.fr/front/12/10/23/n3507307.htm
Mais avant de basculer dans le sujet féminicide de l’excision, introduction sommaire sur l’introcision féminicide :« Introcision : Cette forme de mutilation est pratiquée par les aborigènes Pitta-Patta d’Australie : Lorsqu’une fillette atteint la puberté, l’ensemble de la tribu (des deux sexes) se réunit. L’officiant, un homme âgé, élargit l’orifice vaginal en le déchirant vers le bas à l’aide de trois doigts attachés par une ficelle d’opossum. Dans d’autres régions, le périnée est déchiré à l’aide d’une lame en pierre. Cette opération est généralement suivie d’actes sexuels, sous la contrainte, avec de nombreux jeunes hommes. L’introcision est également pratiquée au Pérou, notamment chez les Conibos, branche des indiens Panos dans le Nord-Est du pays : dès qu’une fillette atteint sa maturité, elle est droguée et soumise à des mutilations devant son groupe. L’opération est pratiquée par une femme âgée, à l’aide d’une lame en bambou. Elle consiste à découper l’hymen à l’entrée du vagin et à le séparer des lèvres, tout en exposant le clitoris. Des herbes médicinales sont ensuite appliquées avant d’introduire dans le vagin un objet légèrement humecté, en forme de verge, fabriqué en terre cuite. » http://www.ipu.org/wmn-f/fgm-what.htm
  • Ce n’est pas une coupure, « cutting« , c’est une EXCISION. Ce n’est pas une circoncision « circumcision », c’est une EXCISION, torture, mutilation, amputation, viol sur infante.
Une coutume prépubertaire, en avant-propos aux rites de passage, consiste en quelques mois à allonger les nymphes externes ou grandes lèvres et le capuchon du clitoris en tirant dessus au moyen de bâtonnets de ricin, notamment. En Afrique australe et orientale, ce « tablier hottentot » serre en fait principalement au plaisir masculin ainsi que les scarifications sur leurs cuisses (lomué). Ce qui explique notamment le succès de l’exhibition de cirque et la prostitution dont fût victime la Vénus hottentote à Londres puis Paris jusqu’en 1815. Les aborigènes envahis vers le XVIème par les Zulus, guerriers et pasteurs, qui depuis les tenaient fréquemment en esclavage- Les langues zulus comportent des cliques de ces appropriations des femmes khoï -Me référant à mes propres terrains en Haute Zambézie à partir de 1991-
Ainsi, jusqu’aux rumeurs qui ont la peau dure, surtout lorsqu’elles sont racistes : « le capuchon clitoridien ou prépuce », ce « repli, peu développé chez les occidentales est beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision (chez les abyssins notamment) » dixit une urologue un tant soit peu attardée scientifiquement parlant de ce qu’elle avait constaté sur ses patientes (manifestement sans avoir su leur poser les questions adéquates) et copiant tel quel en référence « repli préputial est relativement peu développé dans nos races européennes. Chez certains peuples de l’Asie et de l’Afrique, il atteint une longueur beaucoup plus considérable et l’on sait que quelques-uns d’entre eux, notamment les Abyssins pratiquent la circoncision chez la femme aussi bien que chez l’homme. » « Vulve », in P. Brenot (dir.), Dictionnaire de la sexualité humaine, L’esprit du temps, 2004, p. 702 & L. Testut, Traité d’anatomie humaine, t. 4 (« Appareil de la digestion – Appareil uro-génital – Embryologie »), Paris, Octave Doin éditeur, 1905, p. 778
Aff. Brigitte Mauroy c/ Antoine Fischetti et Charlie Hebdo http://charlieenchaine.free.fr/?Les-cinq-arguments-de-Charlie
Egalement tolérée sous ce terme idiot et révoltant, du fait de la bénédiction donnée au XVIe siècle pour faciliter l’évangélisation. http://labrique.net/numeros/nouvelle-rubrique/article/proces-brigitte-mauroy-contre 
Liberticide et dignicide, de plus, gravement, criminellement discriminatoire. Vous devez savoir que l’excision féminicide excise le clitoris, tranche son capuchon de peau et les lèvres génitales, nymphes, parfois de femmes jeunes accouchées. Ainsi, utiliser un mot pour un autre se révèle négationnisme de la torture du féminicide excisionnel et doit être condamné en tant que tel.
Sexes féminin et masculin – Vue de profil
L’excision du clitoris (5 figure de gauche, sexe féminin) sans comparaison possible
à la circoncision du prépuce (6 figure à droite, sexe masculin) protégeant le gland (5 à droite)
Il n’y a pas de débat possible : 8 000 terminaisons nerveuses en partie externe du clitoris (6 000 au gland du pénis)- Les deux restent incomparables pour encore une autre raison : les petits garçons ne sont circoncis, bien que ce soit évidemment du fait de leur sexe masculin, ni par sexisme, ni par misandrie, ni pour les garder fidèles, ni les « civiliser ». Ne s’agissant alors ni de torture, ni de castration partielle et n’empêche pas de jouir normalement de leur sexualité et de leur vie d’homme.
La circoncision ne représente donc aucune caractéristique de « masculicide » puisque pas de contrôle patriarcal phallocrate viriarque pesant sur les bénéficiaires statutaires. Seule la peau du prépuce masculin est coupée à la circoncision et absolument pas excisé son pénis. Alors que l’excision reste l’expression de la domination, de la maîtrise et du contrôle des filles en toutes leurs dimensions, en supprimant toutes leurs chances d’équilibre et de liberté. D’avoir entendu sur le terrain, les effets de l’emploi à tort (-turant et tuant) et pernicieux de la circoncision pour les petites filles, que l’on ose faire passer pour opération esthétique ! Combien de personnes se dépêchent d’aller exciser les filles parce que ce serait égalitaire et que ce n’est pas si grave que cela ; se référant fièrement à leur propre circoncision, qui fût une si belle fête ! L’expression « circoncision féminine » devra être strictement interdite et mis en demeure de retirer de tout document officiel, et de tout document circulant en media et Internet. Ce terme impropre va à rebours, annihile les campagnes de sensibilisation, et se ligue contre les femmes qui luttent
Ce terme fautif de circoncision féminine tentant de masquer l’excision féminicide et de la faire passer pour de l’hygiène ou de l’esthétique grippe toute velléité de s’en défaire car

– favorise la thèse d’opération d’égalité abusivement mais ce à quoi croient beaucoup de populations,
– fragilisant ainsi jusqu’à ruiner les efforts des campagnes de sensibilisation de maintes associations
– met en péril les décisions d’abandon du rituel criminel de 6 000 communautés répertoriées à ce jour.
Rituels de passage connus de tout temps http://www.icl-fi.org/francais/oldsite/excision.htm Quoi de nouveau depuis ? Beaucoup mais encore pas assez ! http://www.icl-fi.org/english/womendrev/oldsite/FGM.HTM Il y a onze ans, ce qui se disait et vous pouvez ajouter en commentaires pour faire le point, vos données des villages qui ont abandonné cette convention sociale de coutume contraire au Droit en commentaires http://susaufeminicides.blogspot.com/2012/02/violences-femincides-et-abandon-de.html?showComment=1329402625435#c721646435021594514
  • Séquelles de l’extrême violence du « féminicide excisionnel »
(dessin gracieux de Carlos Latuff)
A propos de l’excision du clitoris (étant un clitoris, ce n’est ni un gland, ni un pénis et les quatre lèvres génitales, nymphes n’étant pas un prépuce, qui n’est pas non plus un vagin- Seul le prépuce pourrait éventuellement et uniquement être comparable au capuchon du clitoris, dit aussi prépuce clitoridien – soyons claires !)
PURE TORTURE de MUTILATION SEXOSPECIFIQUE UNILATERALE de castration partielle de « déféminisation » des petites filles et des jeunes accouchées, dont les éléments anatomiques disent que l’excision est incomparable à la bénigne opération de circoncision :
« Les Conséquences des MGF/E préjudiciables pour la santé sont : non cicatrisation ; formation d’abcès ; kystes ; croissance excessive des tissus cicatriciels ; infections urinaires ; rapports sexuels douloureux ; prédisposition renforcée au VIH/SIDA, à l’hépatite et à d’autres maladies transmissibles par le sang ; infections de l’appareil reproducteur ; pelvipéritonites ; stérilité ; règles douloureuses ; obstacle urinaire chronique/ calculs vésicaux ; incontinence urinaire (fistules) ; arrêt de progression du travail ; risque accru d’hémorragie et d’infection pendant l’accouchement. »  Source : UIP-IPU / CIAF-IAC – Il est estimé que les décès dus à ces féminicides portent sur 5 à 15 % de petites filles mutilées. Et précisément http://nenehawa.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1486%3Ales-consequences-sanitaires-ignorees-des-mutulations-geneitales&catid=44%3Asoc&Itemid=63
Prévalence  – Légende Vert pâle – Sans / Vert très clair – Rare ou limité à des enclaves de minorité ethnique / Vert clair – 11-25 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert moyen – 26-50 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert foncé – Plus de la moitié des femmes ont eu le sexe excisé / Gris – Sans données http://womanstats.org/data/images/infibmap_correct2011.jpg
APPEL à l’action contre les tortures féminicides aggravées – De la mise en danger d’autrui et de mineures, d’incitation à la violence, à la haine, à la torture des filles et jeunes femmes
a – Qui va enfin solliciter la Cour Pénale Internationale concernant l’incitation à la torture féminicide par « criminel en temps de paix » et demande d’un tribunal pénal international sur les féminicides (tortures des viols féminicides, féminicides excisionnels jusqu’à la mort) qui relèvent du Traité de Rome art. 7 et de la Convention UN génocides et autres textes des Nations Unies ?
b – Certains condamnent mais tellement d’autres criminels appellent au crime du féminicide excisionnel Les seconds sont beaucoup plus nombreux. « Wejdi Ghenim, le défenseur de l’excision enflamme la coupole d’El Menzah« . A noter qu’il va contre une condamnations religieuse des mutilations féminicides http://susaufeminicides.blogspot.com/2006/11/condamnation-du-feminicide-excisionnel.html
c – Action positive notable de la part des Gynécologues sans Frontières et de cliniques en France qui restaurent partiellement le clitoris, sans pour cela que soient annulées les séquelles personnelles et sociales de l’excision féminicide. Attention – A noter que la secte Clitoraid.Raël.Clonaid, afin de concurrencer toutes les d’implantations chrétiennes en Afrique et se faire adopter par les autres croyances, tente de s’engouffrer dans la brèche médicale et lever des fonds pour ses cliniques, profitant de l’esprit syncrétique très développé en Afrique. En 2009, le docteur Pierre Foldès « Ce n’est pas aux Raëliens de prendre une telle initiative. L’influence religieuse ou sectaire est néfaste, surtout sur le sujet des mutilations. Ce projet de clinique ne doit pas être soutenu, car les motivations ne sont pas claires et servent des objectifs qui ne sont pas la simple santé des femmes. Une telle structure doit dans l’idéal reposer sur le système de santé officiel et respecter la pyramide de soins. » http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090806173135/
Stopper toutes incitations à la prévention du SIDA par l’excision sur la Toile www (appelée fallacieusement circoncision) & d’incitation JE RELANCE APPEL : Faites retirer, interdire et poursuivre les sites Internet -et forums d’appel à « circoncision féminine », cette expression devant être immédiatement interdite pour toutes les mutilations génitales MGF/FMG- et les cinq vidéos de l’américain qui s’en fait l’apôtre (minois de bébées qui défilent sur YT Top 5 reasons…) ?!! Je me refuse à mettre ce lien criminel ici, la vidéo (/watch?v=9r46b-Lm25s) figure dans un groupe FB féminicide et androcides
Alors, où sont les Anonymous sur ce coup-là ? Je croyais qu’ils s’intéressaient à combattre la pédocriminalité ? Où sont ceux qui devraient porter cela devant la Cour Pénale Internationale ? Le pénal n’est réservé qu’aux guerres et, en tant de paix, l’on peut massacrer les petites filles ?
Quand donc les enfants ne verront plus les tortures féminicides des filles et des femmes, en particulier, et deviendront porteurs d’une culture de paix que les femmes respectées et non mutilées pourront enfin inculquer sans ambivalence. Les filles ne sont pas sales et leur sexe n’a pas à être « nettoyé » par des papas abusifs.
Il parait si normal que pour le bonheur du mari, l’on tripote, triture et déforme l’organe sexuel et de plaisir de la petite fille que la seule Mutilation Génitale Féminine non castratrice du « tablier hottentot » d’élongation des lèvres génitales jusqu’à huit/dix centimètres -FGM de 4ème type- de son malheur de pouvoir stimuler le désir, que celle-ci n’est pas même considérée violence sexuelle. Comme les autres MGF, participant des rites de passage d’initiation sexuelle, de soumission aux hommes (convoités époux), et à la classe d’âge des anciens. http://www.irb-cisr.gc.ca:8080/RIR_RDI/RIR_RDI.aspx?id=453956&l=f ;  http://www.irb-cisr.gc.ca/
Multiple agression du féminicide excisionnel – Le principe commun à toutes les atteintes à l’intégrité se résumant à « l’on peut opérer lorsqu’il y a une raison médicale sérieuse et importante« . Le patient est censé donner son consentement. Le Code pénal réprouve l’atteinte à l’intégrité, la violence, la mutilation attentant aux fonctions de reproduction. Cela au départ pensé pour la castration masculine, très dissuasif pourquoi cela ne l’est plus dans le cas des filles ?
Malheureusement, comme déjà signalé la carte ci-dessous est incomplète et les féminicides excisionnels sont bien confirmés en Colombie (Emberas), au Pérou, en Indonésie, au Pakistan, en Inde et jusqu’à l’extrémité du continent par les Vendas SAR http://africlaw.com/2012/06/07/female-genital-mutilation-in-south-africa/
Excision – carte source Wikipedia – incomplète
– Mutilations sexuelles et droit à l’intégrité physique de l’enfant en Afrique : l’exemple du Cameroun, Thérèse Atangana-Malongué, 2005, Docteur en droit – Lutter contre les mutilations génitales féminines http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_1_mutilationsgenitalesfeminines.pdf Céline Verbrouck Bruxelles
Experte judiciaire sur féminicides, excisionnel, de viol, mariages forcés, etc. – http://www.lightfoot-klein.com/
En Colombie :
Quelques mots d’une autre mutilation féminicide qui a tué des femmes et grand nombre d’autres avec de graves séquelles. La contraception drastique des stérilisations par ligature des trompes : 300 000 femmes péruviennes stérilisées (double peine, femme et Quechua) et 10% d’hommes indiens Quechua vasectomisés http://lamouette.blog.lemonde.fr/2011/06/07/quand-le-perou-pratiquait-des-sterilisations-massives-avec-la-benediction-du-fmi/
 NOIRES DOULEURS, elles témoignent : http://www.lesecransdusocial.gouv.fr/spip.php?article410
Dans le monde, quelque 228 excisions féminicides d’enfants et de jeunes accouchées à l’heure ! La « castration féminine partielle féminicide excisionnelle » peut-elle se comparer à la circoncision ? NON. Je le reprécise car j’ai été en butte par d’aucuns d’obédience psy-chôse qui ont voulu m’obliger à croire et accréditer que ce serait de même acabit. Ce mot, fer de lance de la « théorie égalitariste de la circoncision » mine les campagnes de terrain contre les excisions féminicides car il permet de croire aux pratiquants que les deux opérations seraient comparables, bénignes, festives ! S’il vous plait, faîtes savoir à tous vos amis anglophones et anglicistes de bannir sans retour concernant ce féminicide de la Mutilation Génitale Féminine, le mot étranger (anglais) et trompeur de circoncision.
La danse contre l’excision féminicide
Sweden – Les victimes survivantes de la torture féminicide des excisions MFG demandent raison et excuses de l’exhibition d’un gâteau figurant l’excision féminicide par une négresse aux anneaux couchée grandeur nature. Où sont les Droits de l’Homme et le Statut de Rome, la Suède ne connait pas ? Que dirait-on si l’on faisait de même pour figurer une victime des tortures de la Guerre Mondiale ? Quelqu’un oserait-il seulement ? Soutien aux survivantes qui s’époumonnent à demander des excuses qui tardent à venir – Trop aimables, elles devraient demander la Cour Pénale Internationale pour ces crimes  http://www.change.org/petitions/fgm-racist-cake-all-survivors-of-fgm-want-is-a-true-apology-that-is-all-we-ask
A quand l’interdiction des féminicides en Droit, afin que je puisse supprimer la gazette des pétitions contre les féminicides excisionnels avec tous les autres ?! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/05/feminicidesgazette-des-petitions.html
Prologue de cet article dans un échange et des informations supplémentaires sur les rituels de mutilations sexuelles et la castration androcide  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/mutilation-sexuelle-feminicide.html
Source autorisée sous condition de citation fidèle et de la source précise- de contexte, avec auteur version, date, blog « Thémis – Haro sur les fémincides et androcides dans le monde » http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d’usage du logotype montage photographique « Eradication des féminicides – Larmes de sang » CGMD ©Tous droits réservés international
Publié il y a 1st January 2012 par 
%d blogueurs aiment cette page :