Flux RSS

Archives de Tag: viols collectifs

Protéger nos enfants de la pornographie. Pétition

Adressée à candidats élection présidentielle

Protéger nos enfants de la pornographie.

L’accès libre aux images pornographiques, souvent d’une violence extrême, est possible depuis plusieurs années sans aucune restriction pour les mineurs. Certains enfants, parfois de moins de 11 ans, développent une véritable addiction à ces images et en consomment deux à trois heures par jour. Leur vision de la sexualité est dès lors faussée avec la possibilité de conséquences durables sur les relations entre hommes et femmes.

 Dans leur grande majorité, ces sites pornographiques montrent un mode de relation sexuelle où les femmes subissent violences et situations dégradantes. Lorsque l’on tape « gang bang »  dans la barre de recherche, s’affiche une liste impressionnante de vidéos de viols collectifs en consultation libre et gratuite. Ceci participe de ce qu’on appelle la culture du viol, et on ne peut nier la dangerosité de ces images pour des enfants encore incapables d’un recul critique, avec en particulier des conséquences sur les violences faites aux femmes. Ces images sont faites par des adultes pour les adultes et pas pour les enfants, réservons les aux adultes.  Si on accepte cette diffusion libre, la protection des mineurs est alors de fait un vain mot.

 Aujourd’hui, les fournisseurs d’accès Internet ont le devoir de ne plus diffuser ces images sans restriction d’accès. Il est possible d’interdire l’accès des mineurs aux sites pornographiques, comme la loi l’exige, en demandant, avant la première image, un numéro de carte bancaire (cartes réservées aux majeurs). Le risque d’amendes importantes et la menace de fermeture d’un fournisseur d’accès en cas de récidive seraient sûrement suffisamment dissuasifs.

Nous demandons que les candidats à la présidence de la République prennent position sur ce sujet.

Cette pétition sera remise à:

  • candidats élection présidentielle

Lire la lettre de pétition

College National des Gynecologues Obstétriciens Français a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 45 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.

Viol Maroc. Procès des violeurs et tortionnaires de la jeune Khadija Souidi

Que ce soit au Maroc ou ailleurs, le viol est un crime atroce indigne de l’humanité. Le viol est souvent associé au meurtre ou au suicide de la victime. La petite Khadija âgée de 16 ans avait été violée par 8 hommes qui l’avaient de surcroît torturée et avaient filmé leurs crimes. Laissés en liberté, ils étaient revenus menacer la jeune fille de diffuser la vidéo sur Internet si elle témoignait. De honte, de douleur et d’impuissance, elle s’était suicidée en s’arrosant d’essence. 22 associations marocaines se sont unies pour demander que justice soit rendue à la martyre. Le procès en appel se tiendra le 20 septembre à la cour pénale de Marrakech.

LC

Maroc : le suicide de Khadija Souidi, violée et torturée, relance le débat sur l’impunité de ses agresseurs

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/09/09/768×0/4995212_6_f627_khadija-souidi-16-ans-a-ete-violee-par_1c376004dbf28aa4eed918380ad0a0b3.jpg

Khadija Souidi, 16 ans, a été violée par huit hommes, puis torturée. Ses agresseurs remis en liberté la menacent de publier la vidéo de son martyr : la jeune Marocaine s’immolera par le feu 30 juillet 2016.

Ce samedi 30 juillet, quand elle verse sur sa tête l’essence et s’immole par le feu en pleine rue, Khadija Souidi veut mettre fin au cauchemar qu’elle endure depuis près d’une année. Par son geste, elle envoie aussi un message à safamille et à ses voisins de Ben Guerir, ville aride située à 70 km au nord de Marrakech. Le message a été reçu, mais Khadija n’est plus là pour le constater.

Lire aussi :   La superstar marocaine Saad Lamjarred passible de 25 ans de prison aux Etats-Unis pour viol

Fin 2015, la jeune Marocaine de 16 ans est enlevée par huit hommes. Ils la conduisent à l’extérieur de Ben Guerir avant de la violer, tour à tour, et de la torturer. Les violeurs sont rapidement arrêtés, mais ils ressortiront libres d’unprocès bâclé. Ils retournent alors voir Khadija et la menacent : si elle continue à raconter son histoire, ils diffuseront sur Internet les images du viol collectif, qu’ils ont crânement filmé avec leur téléphone portable. Pour Khadija, cette menace est l’humiliation de trop. A bout, désespérée, son calvaire nié par les autorités, la Marocaine s’immole ce jour d’été et succombe à ses blessures le lendemain dans un hôpital de Marrakech.

« Trop tard pour Khadija »

« C’est ce chantage qui a poussé Khadija au suicide », affirme Omar Arbib. Le représentant de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Marrakech, qui a eu accès aux documents de l’enquête, explique que les analysesont révélé « des traces d’agression à l’arme blanche, des marques de fouet et autres atrocités commises sur son corps ».

Lors du procès de ses agresseurs, Khadija Souidi, orpheline de père et issue d’un milieu très défavorisé, n’a pas eu la possibilité d’être assistée par un avocat. « Je n’avais pas les moyens », a confié sa mère à l’association. Terrorisée, la veuve a retiré de l’école ses deux filles cadettes. Khadija, mineure, n’a pas été auditionnée en présence d’un tuteur, comme le préconise pourtant la loi marocaine. « Le viol a été constaté à l’hôpital, mais le tribunal de Ben Guerir n’a pas pris en compte l’expertise médicale, ni demandé la saisie du téléphone portable sur lequel le viol a été filmé », s’indigne Omar Arbib.

Au Maroc, l’affaire a suscité une très vive émotion. Des centaines de tweets ont accompagné le hashtag #ripkhadijasouidi (rip : pour rest in peace, « paix à son âme ») et plusieurs manifestations ont eu lieu devant le tribunal de Ben Guerir après l’annonce du décès de Khadija.

Grâce à la mobilisation de 22 associations marocaines réunies dans le collectif Printemps de dignité qui se sont constituées partie civile dans l’affaire, le parquet a finalement décidé de rouvrir l’enquête début août. Dans la foulée, un procès en appel a débuté le 29 août à Ben Guerir à l’encontre de neuf personnes poursuivies pour « chantage », « exploitation », « menaces envers une mineure » et « non-assistance à personne en danger ». Le neuvième homme est soupçonné d’avoir participé au chantage à la vidéo après le viol.

Lire aussi :   Prostitution à Marrakech : « Ici, c’est Vice City »

Le collectif est également parvenu à faire ouvrir un second procès en appel, cette fois à la cour pénale de Marrakech, plus compétente en matière de crimes sur mineurs. Un des agresseurs y a déjà été condamné à la peine maximale de vingt ans de prison. Pour rendre son verdict concernant les autres prévenus, le tribunal attend l’expertise du téléphone portable sur lequel le viol a été filmé. Le procès de Marrakech a donc été ajourné au 20 septembre. « Nous espérons qu’ils seront tous condamnés à la peine maximale, lâche Omar Arbib. Même si c’est trop tard pour Khadija. »

Pour le collectif Printemps de dignité, cette relance des procédures judiciaire ne suffit pas. « A-t-on besoin d’en arriver là pour obtenir justice ?, s’interroge le responsable de l’AMDH. Il faudrait légiférer, imposer des peines plus sévères et, surtout, interdire aux agresseurs d’approcher à nouveau des enfants. » Au Maroc, le viol sur une personne majeure est sanctionné par cinq à dix ans de prison et par dix à vingt ans sur une personne mineure.

L’écho d’Amina Filali

Au Maroc, l’affaire Khadija Souidi fait écho à celle d’Amina Filali. En 2012, cette jeune Marocaine de 15 ans avait mis fin à ses jours après avoir été forcée d’épouser son violeur. Ce dernier avait réussi à échapper à une condamnation en vertu d’une loi permettant à un homme coupable de viol sur mineure d’échapper à la prison s’il épouse sa victime. L’article 475 du Code pénal, fortement décrié par la société civile après le suicide de l’adolescente, a été finalement abrogé deux ans plus tard.

Lire aussi : Le suicide qui bouleverse la société marocaine

« Ces dernières années, la justice marocaine est devenue plus ferme au sujet des sanctions et la conscience sociale est plus éveillée sur la pédophilie. C’est une bonne avancée », juge Najat Anwar, présidente de l’association Touche pas à mon enfant. Pourtant, les juges n’appliquent pas toujours les sanctions. « Ce qui pose problème, ce sont surtout les appréciations de certains magistrats qui permettent aux agresseurs d’échapper à la loi », regrette Mme Anwar.

Sur le terrain, en effet, le combat est loin d’être gagné. Même si elles obtiennent la condamnation de leurs agresseurs, les victimes ne reçoivent aucun soutien psychologique ni d’aide à la réintégration sociale, dans un pays où les agressions sexuelles restent un tabou. Les associations ont créé des cellules d’accompagnement pour les victimes, mais se retrouvent dépassées. « Khadija n’est pas le seul cas d’abus sur mineurs. Et nous avons de plus en plus de cas de viols collectifs », déplore Omar Arbib. En particulier à Marrakech, devenu l’épicentre du tourisme sexuel, et des viols sur mineurs.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/09/khadija-souidi-16-ans-violee-torturee-et-poussee-au-desespoir-par-la-justice-marocaine_4995213_3212.html#5d34Azwo5l5cLXGH.99

Taharruch, le jeu du viol, un apport de l’islam à l’Europe

Taharrush: The Rape Culture Being Imported Into The West

http://www.truthandaction.org/taharrush-rape-culture-imported-west/

Les viols collectifs sont une tradition de l’islam, en particulier dans les guerres de conquête, le jeu du viol, le Taharruch qui a fait sa première apparition mondiale pendant la révolution égyptienne sur la place Tahrir en juin 2013.

Il s’agit d’encercler une femme dans la foule. Le premier cercle la viole, le second regarde et prend des images, le troisième empêche d’éventuels sauveteurs de protéger la victime.

Le Taharruch gamea s’est également illustré à Tunis et a connu son apogée médiatique début janvier 2016 avec les viols collectifs sur la place de la gare de Cologne. L’information a tardé à se diffuser parce que pour les responsables irresponsables l’essentiel n’était pas de protéger et défendre les femmes mais de protéger et défendre les migrants.

La révélation des viols de Cologne a entraîné celle des viols collectifs commis l’été dernier en Suède et ceux de Hambourg, Stuttgart et d’autres villes européennes.

Mais, à ma connaissance personne n’a encore fait le rapprochement avec les « tournantes » des banlieues françaises qui sont une version évidente du Taharruch.

Taharruch gamea, un terme contesté

Selon un article du Huffingtonpost, le terme « taharruch » aurait été forgé par les occidentaux pour montrer un aspect de la culture arabe particulièrement odieux. Pourtant, on lira ci-dessous les commentaires de femmes arabes font le lien entre le harcèlement sexuel public et le taharoch.

Je n’ai pas trouvé d’article sérieux précisant les origines du terme qui connaît certaines variantes selon les auteurs : taharrush jama’i (also called taharrus gamea), taharosh, Attaharrouch al jinsi

attention تحرش taharrush veut dire provocation
signifie aussi : quand tu pousse quelqu’un à faire du mal

تحرش =Harcèlement.
Attaharrouch al jinsi : le harcèlement sexuel.

Gamai (c’est le jamai mais avec l’accent égyptien) = en groupe (ou en réunion en langage juridique) = جماعي

13 janvier 2016 14:00

Sinon, je me permet de rappeler certains fait historiques…

En Irak, Al Qaeda avait des unités spéciales chargées de kidnapper les gens.

Et ils avaient des unités spéciales chargées de violer les jeunes filles. Devant une caméra pour demander une rançon aux familles.

Le sexe, le viol, les armes chimiques, les voiture kamikazes etc etc… Ce sont des armes. Elles ont un effet indirect.

Faire exploser un kamikaze dans une foule. Ca tue des civils. Militairement… Ca ne sert à RIEN DU TOUT. Par contre, politiquement… Ca sert. Et comme le politique contrôle le militaire… Ca devient utile militairement.

Donc, une arme, a un effet direct. Et un effet indirect.

Si tu étais l’état Islamique. Tu peux envoyer des groupes d’hommes avec comme mission de faire dess scandales et de faire peur aux non musulmans.

Automatiquement, ils vont faire un lien direct entre Islam et viols, et entre Islam et musulmans. Et résultat… Ils vont se refermer contre les musulmans chez eux.

Résultat indirect supplémentaire, racisme, chômage, humiliations, désintégration des populations immigrées etc etc…

L’environnement idéal pour faire pousser une nouvelle génération de terroristes.

Et soyons clairs. La culture arabe, a une forte capacité à produire du violeur violent.

Ils sont éduqués par des sites et des programmes arabes et egyptiens. Où les femmes sont diabolisées par des penseurs arabes. Et ils ont dans l’autre fenetre sur leur ordinateur, la pornographie d’internet où on voit des femmes occidentales maltraitées et traitées comme des objets.

Ils ne vont PAS développer une image positive de la femme ou de la femme Occidentale.

Et ben ca va donner ce genre de comportements.

Et pour « rigoler »… Une petite vidéo où les « réfugiés » parlent de leurs frustrations sexuelles… Pathétique…

Nos ennemis ADORENT ce genre de choses. Des vérités en plus…

Modifié 1 fois. Dernière modification le 13/01/16 14:01 par LeMask.

Lire aussi

...Ce phénomène d’agressions sexuelles de masse n’était pas prévisible», lit-on dans le rapport, qui pointe du doigt la délinquance nord-africaine. La police souligne néanmoins la similitude avec un «modus operandi connu dans les pays arabes comme «taharrush gamea», le harcèlement sexuel des femmes dans les foules».

Sur les dix-neuf suspects dans le viseur de la police, une dizaine était connue pour des faits de délinquance, l’un d’eux pour agression sexuelle. Sept sont de nationalité marocaine, trois sont Algériens, un Libyen, un Tunisien et un «Nord-Africain» figurent dans la liste, avec un Iranien, un Syrien, un Somalien, un Turc, un Albanais et un de nationalité inconnue. Dix sont demandeurs d’asile. Le plus âgé à 32 ans et le plus jeune 16

…La journaliste américaine Lana Logan, qui couvrait les manifestations de la place Tahrir pour le réseau CBS en 2011, a été la première victime occidentale de cette forme de viol:
Video 1

Reportage complet : http://www.cbsnews.com/news/lara-logan-breaks-silence-on-cairo-assault/1/

***

Le «taharrush» peut aller du harcèlement sexuel jusqu’au viol. Robert Solé, égyptien, ancien rédacteur en chef du journal Le Monde, aborde ce sujet dans un article intitulé Le harcèlement, la onzième plaie d’Égypte paru dans Le Monde en 2013 :

Toutes les compatriotes de Ghada Abdel Aal ont été victimes du taharosh («harcèlement sexuel»). «C’est l’une des raisons pour lesquelles je me suis provisoirement exilée, affirme Dailia Hassan, qui organise des festivals culturels en France. A Alexandrie, un trajet quotidien à pied de vingt minutes pour aller à mon travail était devenu un enfer.«Riche ou pauvre, aucune Egyptienne n’échappe aux agressions verbales ou aux gestes déplacés. Rien ne retient les harceleurs : ni l’âge, ni la bague au doigt, ni le voile. Un adolescent pris sur le fait à Alexandrie et questionné sur son attitude a répondu de façon significative : «Si je ne poursuivais pas les femmes, mes copains me prendraient pour un homosexuel.» Et Dieu sait si l’homosexualité reste infamante en Egypte… […]

Le taharosh a pris une autre dimension avec des agressions collectives différentes des «tournantes» en France : il ne s’agit pas de quelques violeurs qui, à tour de rôle, abusent de leur victime, mais de dizaines, voire de centaines d’hommes, qui se jettent sur une ou plusieurs femmes, souvent lors d’une manifestation, pour arracher leurs vêtements, les toucher, les pénétrer avec leurs doigts, les battre ou les blesser. Plusieurs agressions de ce genre avaient été signalées ces dernières années lors de fêtes religieuses. En 2006, des jeunes femmes avaient été attaquées par une meute d’inconnus, en plein centre du Caire, sans que la police n’intervienne. […]

Dans ses Chroniques de la révolution égyptienne (Actes Sud, 2011), l’écrivain Alaa El-Aswany explique : «Les wahhabites ne voient en la femme qu’un réceptacle sexuel, un instrument de tentation ou un moyen d’avoir des enfants. Ce qui les préoccupe le plus, c’est de recouvrir le corps de la femme et de l’isoler autant que possible de la fréquentation de la société, pour repousser le mal qui peut venir de sa séduction.» La femme qui est perçue uniquement comme un corps, source de tentation, devient ainsi un butin sexuel. […]

«Le harcèlement est un rapport de pouvoir, une manière de signifier que la rue appartient aux hommes», affirme Evine Naga, une militante féministe qui a créé en Egypte une société développant… les énergies nouvelles. (…) Elle dénonce «un pouvoir islamiste, obscurantiste, qui, sous prétexte de charia et de traditions, veut emmurer les femmes et anéantir la révolution.»

***

Les imams français Nader Abou Anas, Rachid Houdeyfa et Mehdi Kabir, invités à s’adresser aux musulmans du Québec par le Collectif 1ndépendance en 2012 et 2013, véhiculent cette même image dégradante de la femme, qui doit rester emmurée sous peine d’être agressée et de porter atteinte à l’honneur des hommes de sa famille :

Video 2

En Égypte, des femmes et des hommes ont décidé de ne pas se laisser intimider par les agressions sur la Place Tahrir. Ils ont lancé la campagne OpAntiSH contre les agressions et le harcèlement sexuels. Cette vidéo  montre comment ils interviennent pour secourir les femmes encerclées par des bandes de harceleurs/agresseurs (activez les sous-titrée en français) :https://youtu.be/KZyo74ESr2s

 

Silence, des musulmans violent des femmes

Qui a dit que « lesféministes » ne défendaient pas les femmes violées, instrumentalisées et persécutées par les musulmans ? Lisez cet article écrit par Ana Pak, exilée iranienne en France , féministe laïque http://sisyphe.org/spip.php?auteur1034

La Connectrice

Silence des musulmans violent les femmes.

En 2011 sur la place Tahrir au Caire, les intégristes d’allah violaient les femmes qui avaient osé sortir et manifester. Cela sous le regard du monde qui était rivé sur la « révolution » égyptienne.

En 2012 en Iran, les soldats d’allah arrêtaient et violaient collectivement les femmes qui participaient aux fêtes dans les maisons (puisqu’à l’extérieur il n’y a aucun lieu de fête1).

Le 19 mars 2015, en plein centre de Kaboul des adulateurs d’allah ont lynché et brûlé Farkhondeh Malek Zadeh, une jeune femme de 27 ans, parce qu’elle avait refusé de répondre à un mollah.

Le 22 février 2015 au Nigeria une fillette de 7 ans était rembourrée d’explosif par des militants d’allah et envoyée sur le marché dans le but de tuer des centaines de personnes.

Aucun de ces faits ne sont des actes isolés et rares. C’est parce que ce sont des pratiques extrêmement courantes qu’elles finissent par nous parvenir malgré le voile de silence avec lequel la plupart des médias et politiciens tentent de masquer les actes barbares commis par millions d’hommes musulmans.

Depuis des mois, les frontières de l’Union Européenne sont grandes ouvertes.

Depuis des mois, aidés par des passeurs organisés et soutenus internationalement, des centaines de milliers mâles musulmans en rêve de conquête font l’assaut de l’occident2.

Depuis plusieurs mois des sites internet en plusieurs langues encouragent et facilitent l’acheminement des mâles venant du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Bras ouverts, les bus et les trains affrétés gratuitement par les États de l’U.E. les transportent avec grand confort où ils le souhaitent. A un assaut généralisé répond un accueil généreux. Il semble que les autorités et les décideurs de l’Union Européenne n’ont qu’un but : accroître la population musulmane. A défaut de pouvoir faire rentrer la Turquie musulmane dans l’U.E., ils le font en ouvrant les frontières aux masses musulmanes. On dirait qu’en Europe on est en manque de mâles et qu’il faut absolument en importer et en priorité des musulmans !

Ni de la part de ces hommes qui viennent en masse, ni de la part de leur accueillants qui se soumettre à leurs invités, il n’y a aucune volonté d’intégration. Comment peut-on parler d’intégration de milliers d’individus dans un pays comme la France déjà marqué par le fléau du chômage, traumatisée et meurtrie par les massacres commis au nom d’allah et dont les valeurs et la laïcité sont sans cesse grignotées par la propagande d’un islam vindicatif ?

Ces hommes qui arrivent ici comptent imposer leur point de vu sur les mœurs, la vie en société, les rapports femme-homme… Les travailleurs sociaux se soumettent à leurs exigences archaïques : on ne leur parle ni de la laïcité, ni du respect des droits des femmes. En revanche, on leur indique leurs droits devenus systématiques et immédiats depuis avril 2015 : allocation d’environ 330€ par mois, hébergement et repas gratuit, accompagnement dans les démarches administratives. Une association de femmes turques avait fait un film utilisé lors de la signature du contrat d’accueil et d’intégration des immigrés. Dans ce film on présentait les valeurs de la République Française. Or sous la présidence de Sarkozy les valeurs de laïcité et de droits des femmes ont été supprimés sous prétexte de ne pas choquer les musulmans3.

Hier, pour empêcher les femmes de se révolter, ils les violaient sur la place public en Égypte4. Pour empêcher les femmes d’aller aux fêtes en Iran ils les violaient collectivement. Ils lynchaient les femmes à Kaboul et transformaient les petites filles en bombe humaine au Nigeria, au Pakistan, en Afghanistan…

Aujourd’hui ils violent, tabassent et volent les femmes sur les places publiques européennes  : Allemagne (Hambourg /Hamburg, Berlin, Bielefeld, Düsseldorf, Cologne /Köln, Francfort /Frankfurt-am-Main, Stuttgart…), Autriche (Vienne /Wien, Salzburg), Suisse (Zurich…), Suède (Stockholm…), Finlande (Helsinski…) parce qu’elles participent à la fête du Nouvel An 2016. Il s’agit d’une « action organisée et coordonnée »5 dans des dizaines de villes par des milliers d’ hommes migrants. Des criminels du groupe État islamique ont envoyé des emails en arabe, allemand, anglais et italien pour ordonner à leurs sympathisants présents en Europe de « Molestez et agressez la femme blanche, utilisez-la comme vous le voulez » !6 Les violeurs sont des musulmans de nationalités marocaine, algérienne, tunisienne, iranienne, irakienne, syrienne, de Serbie… En Allemagne en particulier il y a eu des viols sur des petites filles. Il faut savoir que ces viols ont commencé avant le Nouvel An7 et continuent. Ils sont devenus massifs le 31 décembre 2015. Le mode opératoire de ces violeurs consiste à « encercler, toucher, agresser sexuellement et dépouiller la victime »8, cela rappelle la manière dont procédaient les violeurs place Tahrir. Ces violences ont duré toute la nuit9 sans que la police n’ait une réelle volonté de stopper ces violeurs. Avaient-ils peur de les arrêter ou minimisaient-ils la gravité du crime de viol ? Si les boutiques avaient été massivement braquées, la police aurait tiré sur les voleurs. Comment se fait-il que les violeurs jouissent d’un traitement de faveur ? La police, les média et les partis politiques ont tendance à étouffer ces crimes, soi-disant pour lutter contre le racisme. En quoi protéger les violeurs lutteraient contre le racisme ? Sacrifient-ils les femmes pour acheter la paix sociale avec les violeurs islamistes ? Ils n’auront ni la paix ni l’honneur. Faire silence sur ces violeurs leur donne un passe-droit pour commettre d’autres crimes.

Demain au centre des grandes villes d’Europe, ils lyncheront les femmes qui refuseront de se voiler et de se soumettre à n’importe quel mollah ou mâle. Demain en Europe, ils exploseront des petites filles pour faire tuer les gens sur les marchés. Nous les femmes iraniennes nous avons fuit les violences des islamistes. Quelle ironie de retrouver les mêmes, impunies, en Europe !

Les autorités de l’U.E. ont ruiné la Grèce et désavoué les origines10 grecques de l’Europe. En cédant aux attaques contre la laïcité et les droits des femmes, les États de l’U.E. islamisent à grand pas les sociétés européennes. Des hommes politiques tel que Hollande et Sarkozy commercent encore et toujours avec les régimes les plus pourris, dangereux, misogynes et islamistes tels l’Arabie Saoudite et l’Iran. Encore aujourd’hui notre cher ex-président Sarkozy donne des conférences et adule le Qatar !

L’islamisation commence toujours par la violence et les viols contre les femmes, le reste suit. Faire silence ou nier ces viols de masse, en rejeter la responsabilité sur les femmes, cela revient à accepter le viol massif des femmes et l’islamisation de la société qui va de pair.

Certains en Europe pensent que le Front National et l’extrême-droite peuvent nous sauver de cette islamisation. Malheureusement la misogynie, l’antisémitisme, la haine de la laïcité et de la démocratie de ces partis en font des alliées sûrs des mâles musulmans. Les partis de gauche et de droite, au nom du misérabilisme, du relativisme culturel ou pour acheter des voix électorales ont œuvré à l’islamisation des sociétés libres et démocratiques en soutenant la plupart des revendications islamistes au mépris des luttes des femmes qui veulent s’en émanciper. Si ces « pauvres immigrés musulmans » avaient volé votre paquet de cigarettes, vous réfugieriez-vous encore dans le silence ?

Il est tard et peut-être trop tard mais il faut tout de même faire le minimum pour protéger l’Europe de ces assaillants :

_ Fermer les frontières de l’Union Européenne aux hommes.

_ Mettre dehors tous les mâles qui sont venus depuis un an sur le sol européen.

_ Offrir l’asile aux femmes cibles des violences des mâles musulmans et aux minorités persécutées (Yazidis en Syrie…)

_ N’offrir l’asile qu’aux hommes capables de démontrer qu’ils sont en danger parce que dans leur pays ils refusaient de se comporter en mâle musulman et luttaient contre les islamistes.

_ Fermeture de toutes les librairies islamistes dont les livres justifient et encouragent les violences et viols contre les femmes, la pédocriminalité11, le meurtre des non-musulmans, des homosexuel-lle-s, des juifs et des apostats.

_ Fermeture de toutes les mosquées n’ayant pas réformé l’islam pour le rendre compatible avec la démocratie laïque et l’égalité femme-homme.

Sinon :

L’Europe humaniste est morte, vive l’Europe musulmane !

10 janvier 2016 Ana PAK

2 Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident, livre de Djemila Benhabib

3Association ELELE des femmes d’origine turque (qui œuvrait pour la laïcité et droits des femmes) est disparue faute de subvention en 2010, lorsque Sarkozy a décidé de développer le communautarisme.

4Voir article

5d’après le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas

7En 2014 et 2015 une centaine de migrants ont agressé des femmes dans un festival de musique à Stockholm. La police ne l’a révélé qu’en janvier 2016.http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2581344/2016/01/11/La-police-suedoise-reconnait-avoir-cache-une-vague-d-agressions-sexuelles.dhtml

10Suppression des langues grecques et latines n’est qu’un début. Bientôt ils diront que dans une société majoritairement musulmane il faut apprendre l’arabe et le coran, comme cela a été fait en Iran.

11Pédocriminalité par le mariage des fillettes dès 9 ans

Humour. Les migrants ont une vision différente de la femme occidentale que les Européens

vision-differente-de-la-femme

Source 

Le viol est une arme de conquête de l’Occident

En France, on n’a pas le droit de dire que la majorité des violeurs est musulmane et que le viol fait partie de la stratégie de conquête du monde occidental.

Dans d’autres pays comme la Suède, on ose le dire.

La Connectrice

LE VIOL

Arme de l’invasion Musulmane

Recrudescence des viols racistes commis par les musulmans occidentaux.

 http://www.pvr-zone.ca/viols_musulman.htm

En Australie, en Norvège, en Suède et dans d’autres pays occidentaux, il y a une recrudescence de crimes racistes ignorés par les autorités : les musulmans violent les femmes occidentales pour des raisons ethniques. Nous le savons, car les violeurs expliquent eux-mêmes leurs motivations.

 Lors de l’épidémie de viols collectifs à Sydney entre 1998 et 2002, un certain nombre d’adolescentes australiennes ont subi de nombreuses agressions sexuelles qualifiées d’ethniques par leurs auteurs. Les jeunes victimes étaient traitées de « salopes » et de « porcs australiens », tout en étant pourchassées et agressées.

 À la Cour suprême australienne, un violeur pakistanais a déclaré que ses victimes n’avaient aucun droit de refuser étant donné qu’elles ne portaient pas le foulard.

Plus tôt dans l’année, les Australiens ont été indignés par les propos du Sheik libanais Faiz Mohammed. Celui-ci a déclaré lors d’une conférence à Sydney que les victimes de viols l’avaient bien cherché, car en s’habillant de façon indécente, elles invitaient les hommes à les violer.

 Quelques mois plus tôt, à Copenhague, le mufti et haut dignitaire islamique, Shahid Mehdi a suscitait l’indignation quand, comme son homologue en Australie, il a expliqué que les femmes qui ne portaient pas le foulard islamique demandaient à être violées.

 En 2004, le Telegraph de Londres rapportait que selon le Sheik Yusaf al-Qaradawi, les femmes violées habillées de façon indécente devaient être punies. Il a ajouté : « pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite ».

 En Norvège et en Suède, le journaliste Fjordman parle d’une épidémie de viol.

Selon l’inspecteur Gunnar Larsen, le lien entre l’augmentation régulière des viols et l’appartenance ethnique est claire et indubitable.

 Deux viols sur trois commis à Oslo sont le fruit des immigrés musulmans et 80% des victimes sont des femmes norvégiennes.

En Suède, selon Ali Dashti, « Les viols collectifs, habituellement faisant participer les mâles immigrés musulmans et les filles suédoises indigènes, sont devenus banals. Il y a quelques semaines, cinq Kurdes ont brutalement violé une Suédoise de 13 ans. »

 En France, Samira Bellil est sortie de son silence – après avoir supporté des années des viols collectifs répétés dans des cités majoritairement habitées par des musulmans – et a écrit un livre, « Dans l’enfer des tournantes ». Décrivant comment le viol collectif est effréné dans les banlieues, elle a expliqué au Time que « n’importe quelle fille du quartier qui fume, emploie du maquillage ou porte des vêtements attrayants est une putain. »

 Malheureusement, les femmes occidentales ne sont pas les seules victimes de cette épidémie. En Indonésie, en 1998, les groupes de droits de l’homme ont rapporté le témoignage de plus de 100 femmes chinoises violées pendant les émeutes qui ont précédé la chute du Président Suharto. Bon nombre des violeurs ont dit : « vous devez être violées, parce que vous êtes chinoises et non musulmanes. »

 La Solidarité chrétienne internationale a rapporté qu’en avril 2005, une fillette pakistanaise de 9 ans a été violée, battue avec une batte de cricket, pendu au plafond par les pieds, menottée, a eu des cuillérées de piment versé dans la bouche et à maintes reprises frappées, par ses voisins musulmans.

Ils lui ont dit qu’ils se vengeaient des bombardements américains sur les enfants irakiens et qu’ils le faisaient parce qu’elle était « infidèle et chrétienne ».

 Au Soudan – où les musulmans arabes abattent les musulmans noirs et les Soudanais chrétiens dans un génocide continu – l’ancien esclave soudanais et maintenant activiste des droits de l’homme Simon Deng explique qu’il était témoin des filles et des femmes violées et que le régime arabe de Khartoum envoie ses soldats pour commettre ces crimes. Dans d’autres rapports, des femmes qui sont capturées par des forces gouvernementales sont interrogées : « êtes-vous chrétienne ou musulmanes ? » et celles qui répondent chrétiennes, sont violées, et leurs seins coupés.

 Ce phénomène de violences sexuelles islamiques contre des femmes non-musulmanes occidentales devrait être traité comme une épidémie pressante, violente, répressive. Au lieu de cela, les journalistes, les intellectuels, et les politiciens l’ignorent, le rationalisent, ou diabolisent ceux qui osent en parler.

Keysar Trad, vice-président de l’association musulmane libanaise australienne a indiqué que les viols collectifs étaient un crime « honteux » mais se plaignait que l’appartenance ethnique des violeurs ait été rapportée.

 La journaliste Miranda Devine a rapporté que pendant les procès pour viols, toutes les références quant à l’appartenance ethnique des agresseurs avaient été supprimées des dépositions des victimes parce que les procureurs et les avocats voulaient négocier pour réduire la gravité des charges. Ainsi, quand la juge Megan Latham a déclaré : « il n’y a aucune preuve devant moi qui montre que ces délits ont une connotation raciste », tout le monde l’a crue.

 Priest rapporta comment, dans une région à dominance musulmane de Sydney, deux policiers ont arrêté une voiture contenant 3 hommes du Moyen-Orient recherchés pour vol. Pendant que les policiers les fouillaient, les 3 hommes les ont menacés physiquement et ont déclaré qu’ils allaient les traquer, les capturer, les tuer et ensuite violer leurs petites amies. Comme les policiers demandaient des renforts, les 3 hommes ont utilisé leurs téléphones portables pour appeler leurs complices, et en très peu de temps, 20 moyen-orientaux sont arrivés sur les lieux. Ils ont frappé, malmené les policiers et endommagé les véhicules de police ; les policiers se sont repliés, mais le gang les a suivis au commissariat de police. Ils ont intimidé le personnel, endommagé le matériel et ont pris le commissariat en otage. Une fois le gang parti et les policiers remis de leurs émotions, aucune action de police n’a été menée contre ces individus. Selon Priest, pour la population locale, le message qui résulte de cette histoire est clair : « les Libanais (gang musulman) ont pris le contrôle de la ville. »

 

En France, dans les banlieues, où le viol collectif est communément appelé « tournantes », les victimes savent que la police ne les protégera pas. Selon Samira Bellil, si elles se plaignent, elles savent qu’elles ou leur famille seront menacées.

 Néanmoins, les femmes musulmanes dans les banlieues françaises luttent contre le viol collectif et la passivité de la police. Elles ont créé un mouvement disant : « nous ne sommes ni putes ni soumises. » Elles se battent contre la violence présente dans les banlieues et contre leur culture qui ferme les yeux sur ça.

 Dans la plupart des procès français, les violeurs musulmans déclarent qu’ils ne croient pas qu’ils ont commis un crime. Et dans un parallèle effrayant avec les violeurs en Australie, ils disent que la victime doit se blâmer elle-même et l’accuse d’être une « salope » ou une « putain. »

 Selon le Guardian, pendant les émeutes françaises récentes, un prince saoudien avec des parts à News Corporation a revendiqué à une conférence à Dubaï qu’il avait téléphoné à Rupert Murdoch et s’était plaint au sujet des nouvelles de Fox News décrivant les perturbations en tant qu’ « émeutes musulmanes. » Dans la demi-heure qui a suivi, le terme a été changé en « émeutes civiles. »

 

Le traducteur suédois, Ali Dashti, a déclaré que quand une jeune femme de 22 ans s’est récemment fait violer par 3 hommes, ceux-ci ne lui ont dit qu’une seule chose : « pute ». Selon Dashti, des histoires semblables sont relatées chaque semaine dans les journaux suédois. Et le politiquement correct « prend grand soin de ne pas mentionner les origines ethniques des auteurs de ces crimes ».

 À Malmö, la troisième lus grande ville de Suède, la police a admis qu’elle ne commande plus la ville. « Elle est efficacement dirigée par les troupes violentes des immigrés musulmans » Le personnel d’ambulance est régulièrement attaqué et refuse maintenant d’aider jusqu’à ce qu’une escorte de police arrive. La police a trop peur pour investir des parties de la ville sans protection.

 Début 2005, les journaux norvégiens ont signalé qu’Oslo avait enregistré le nombre le plus élevé de cas de viols depuis 1 an. Cependant, Fjordman explique que les statistiques officielles ne contenaient aucune donnée concernant « la surreprésentation des immigrés dans les auteurs de viols », et les médias demeurent étrangement silencieux.

 Le professeur d’Oslo d’anthropologie, Unni Wikan, a dit que les femmes norvégiennes doivent prendre la responsabilité du fait que les hommes musulmans trouvent leur façon de s’habiller provocatrice. Et puisque ces hommes croient que les femmes sont responsables du viol, les femmes doivent s’adapter à la société multiculturelle !!!!

 La BBC a fait un documentaire programmé en 2004, avant que la police en Grande-Bretagne ait averti qu’il pourrait augmenter la tension raciale. « Dans ces circonstances exceptionnelles… À Channel 4, l’animateur responsable a accédé à la demande de la police… ». Le documentaire qui devait montrer comment les Pakistanais et d’autres hommes musulmans ont sexuellement maltraité des jeunes filles anglaises blanches aussi jeunes que 11 ans n’a jamais passé à l’antenne.

 

Le nombre de viols commis par des hommes musulmans contre des femmes dans la dernière décennie est tellement haut qu’il ne peut pas être regardé autrement qu’un comportement culturellement implicite. Il est manifestement renforcé et encouragé par les chefs religieux musulmans qui blâment les victimes et excusent les violeurs.

 En trois décennies d’immigration dans les pays occidentaux, l’Islam a causé des bouleversements et des ravages sociaux dans chacun de ses pays d’accueil. Aucun autre programme d’immigration n’a rencontré les problèmes de non-assimilation et d’ambiguïté religieuse.

 Partout dans le Monde, les musulmans sont en conflit avec leurs voisins.

Mark Steyn a même déclaré récemment : « chaque conflit semble avoir pour origine une personne nommée Mohammed ».

 En juillet 2005, le Sheik de Melbourne, Mohammad Omran a raconté dans Sixty Minutes : « …nous estimons avoir plus de droits que vous, car nous avons choisi de vivre en Australie, contrairement à vous »…

 Dans la même interview, le Sheik Khalid Yasin avertissait : « un musulman ne peut pas avoir d’ami non-musulman ; un non-musulman peut être votre collègue, mais en aucun cas votre ami. Ils ne sont pas vos amis parce qu’ils ne comprennent pas vos principes religieux et ils ne le peuvent pas étant donné qu’ils ne comprennent pas votre foi ».

 Malgré les discours répétés des dignitaires islamiques, et des témoignages de l’importance des crimes islamiques, les Occidentaux continuent bêtement et stupidement à croire en une réelle intégration et au relativisme moral.

 En Australie, les Libanais chrétiens s’intègrent et deviennent une part respectable de la communauté. D’ailleurs, le premier ministre australien est un Libanais chrétien, tout comme le gouverneur de New South Wales. En revanche, les Libanais musulmans se heurtent à de sérieux problèmes, car ils refusent d’accepter notre droit à vivre notre mode de vie. Rien ne peut démontrer clairement que ce n’est pas un problème de race, mais de culture.

 

Sharon Lapkin

 

————————————————————-

Viols

 Un rapport de police publié en avril 2011 révélait qu’à Oslo, 100 % des viols avec violence commis en 2010 l’ont été par des immigrés non occidentaux et que 9 victimes sur 10 sont des Norvégiennes de souche. En 2011, la situation s’est aggravée… 

Le nombre des viols a explosé en Norvège. Le taux est six fois plus élevé qu’à New York et atteint des records jamais égalés. Deux viols sur trois sont commis par des immigrés d’origine extra-européenne, selon les sources policières. En 2001, un professeur d’anthropologie, Unni Wikan, avait déclaré que « les femmes norvégiennes devaient prendre leur part de responsabilité » car les musulmans les trouvaient habillées de manière provocante. La conclusion de ce « professeur » n’était pas que les musulmans devaient s’adapter aux normes occidentales, mais l’exact opposé : les femmes norvégiennes doivent réaliser qu’elles vivent dans une société multiculturelle et adapter leur comportement…

 *En Suède, selon le Conseil pour la prévention de la criminalité, il existe une probabilité 4 fois plus élevée que le violeur soit né à l’étranger plutôt qu’en Suède. Les personnes originaires d’Algérie, de Libye, du Maroc et de Tunisie sont prédominantes parmi les violeurs potentiels. Anne Christine Hjem, avocate, qui a enquêté sur les crimes violents pour le Tribunal de Svea, rapporte que 85% des violeurs condamnés étaient nés à l’étranger ou de parents étrangers.

 Certains immigrés musulmans l’admettent ouvertement : « Ça n’est pas aussi grave de violer une Suédoise que de violer une fille arabe » déclare ouvertement Hamid, résident en Suède. « Elles ne sont probablement pas vierges de toute façon ». Alors que la fille arabe aura des problèmes avec sa famille. Ce sera une source de honte pour elle. C’est important qu’elle reste vierge jusqu’au mariage. C’est presque trop facile de se taper une Suédoise. Beaucoup de garçons immigrés ont des copines suédoises quand ils sont ados. Mais quand ils se marient, ils prennent une femme convenable, de leur culture, et qui est vierge. Et c’est ce que je vais faire. Je n’ai pas beaucoup de respect pour les Suédoises. Elles se font sauter sans arrêt.

 

Au Danemark, où la situation est également catastrophique, un Mufti de Copenhague avait déclenché l’indignation publique en déclarant publiquement que les femmes qui refusaient de porter le voile étaient « des candidates au viol ».

 Le nombre de viols commis par des immigrés musulmans dans les pays scandinaves est tellement élevé qu’il est difficile d’y voir des actes isolés et individuels. Cela ressemble plus à une attitude guerrière : Mohamed lui-même violait ses esclaves et cela est parfaitement autorisé par la Sunna et le Coran. Si l’on considère que beaucoup d’immigrés musulmans en Europe se voient comme une armée conquérante et que les femmes européennes font partie du butin, cela prend tout son sens et est parfaitement en accord avec la loi islamique.

%d blogueurs aiment cette page :