Flux RSS

Archives de Tag: vivre ensemble

Humour et burqini

Publié le
Editoriaux – Immigration et diversité – Politique – 29 juin 2019

Burkini : Anne Hidalgo ne parvient pas à noyer le poisson par Jany Leroy

La gauche a résolu le problème du burkini dans les piscines : il y a plus important en France. Sujet suivant, s’il vous plaît. Le porc dans les cantines ? Il y a plus important. Et puis ? Les prières de rue ? Il y a plus grave. Et puis ? Je dois mettre une djellaba et voiler ma femme ? Mais bien entendu. Si je ne veux pas, vous me coupez la tête ? Mais je vous comprends. Puis-je vous offrir un sabre ?

Alors qu’elle recevait son ami Sadiq Khan, maire de Londres, sous la halle Freyssinet, rebaptisée « Station F, incubateur de start-up », Anne Hidalgo s’est livrée à un exercice de relativisation de toute beauté à propos du maillot de bain islamique intégral fermé à double tour devant huissier.

L’aspect dérisoire de l’affaire fut confirmé devant Sadiq en ces termes : « Il y a d’autres choses beaucoup plus importantes en France. » Alors que l’assistance l’attendait sur la canicule, le réchauffement des trottinettes et bien d’autres sujets brûlants, le maire de Paris s’en fut désigner les thèmes capitaux sur lesquels se concentrer énormément : « Je pense que notamment autour de l’éducation, autour de la cohésion sociale, autour du vivre ensemble… » Premier bug sous la halle dédiée aux start-up du numérique. Le disque dur d’Anne Hidalgo ne voit aucun rapport entre l’irruption d’islamistes dans une piscine et le « vivre ensemble ». Faute d’informaticien présent dans la salle pour rechercher l’origine de la panne, madame Bisounours continua à dérouler son argumentaire : « Autour du vivre ensemble, autour du droit des femmes, il y a encore beaucoup de choses à faire, avant de se jeter tête baissée dans un sujet qui ne laissera que des fractures. »

Sous le verbiage, la plage. Ses burkinis et ses absences de fractures pour les utilisatrices. Après tout, les autres ne sont-elles pas impudiques ? L’invocation du dérisoire est le prétexte pour ne pas prendre position. Mue, sans doute, par une volonté de rester sur le thème aquatique, Anne Hidalgo s’évertue à noyer le poisson. Mais entre deux plongées, l’animal confie ce que tout le monde avait déjà deviné. Madame le maire est pour l’autorisation du burkini dans les piscines. Sinon, fracture ! Crac ! Et qui c’est qui va plâtrer ? Eh ben, c’est la gauche. Toujours de permanence aux urgences du vivre ensemble. Alors, merci bien.

Aux piscines contraintes à des mesures d’hygiène, la gauche préfère la nage en eaux troubles. Bermuda interdit : pas fracture. Burkini : patatras ! Et bon courage au personnel pour justifier ce règlement ubuesque. L’utilisateur s’efforcera d’expliquer qu’il porte un bermuda islamique. Que son épouse ne tolère pas qu’il montre ses jambes au-dessus du genou.

Zineb El Rhazoui rappelle que « burqini » doit s’écrire avec un Q et non un K, car le mot vient de « burqa » et non de « bikini ». Il était impossible de trouver une lettre plus adaptée au niveau de la revendication.

USA. La musique adoucit les moeurs

Nous n’avons pas d’équivalent en France et c’est fort regrettable : Noirs et blanc faisant de la musique dans la joie sans se jeter à la figure esclavage, colonisation, discrimination…

Trump ne pourra jamais défaire ce vivre ensemble.

Oui, les gens de toutes origines ne sont pas partout en paix en Amérique mais les exemples comme celui-ci sont légion.

Faites la musique, pas la guerre !

 

Since U Been Gone – Aretha Franklin – Style Soul Kelly Clarkson Cover ft. Mykal Kilgore

Ajoutée le 6 oct. 2016

**Download the song on our Brand NEW album « 33 Resolutions Per Minute: http://smarturl.it/pmj33
Get PMJ’s « Essentials »: http://www.shoppmj.com
Get tix to see PMJ on tour: http://www.pmjtour.com
The amazing Mykal Kilgore (from « My Heart Will Go On ») returns for another phenomenal PMJ performance in our Aretha Franklin – style soul remake of Kelly Clarkson’s « Since U Been Gone. »

The Band:
Mykal Kilgore – lead vocals
http://www.facebook.com/mykalkilgore
http://www.instagram.com/mykalkilgore
Vince Cannady – backup vocals
Jeniffer Williams – backup vocals
Jonathan Richards – bass
http://www.instagram.com/jonathanrich…
Conrad Bauer – guitar
Danny Janklow – sax
http://www.dannyjanklow.com
Lasim Richards – trombone
Aaron McLendon – drums
http://www.instagram.com/amacdrums
Scott Bradlee – piano
http://www.instagram.com/scottbradlee
http://www.twitter.com/scottbradlee
http://www.facebook.com/scottbradleem…
Peri / Snap: @scottbradlee

Paris, budget « participatif ». Pas de projet pour les seniors ni pour leurs chiens

Si la mairie de Paris déploie toute son énergie pour accueillir les Jeux Olympiques, on ne peut pas dire qu’il en soit de même pour les chiens. Pourtant on avait de quoi être confiant puisqu’Anne Hidalgo s’était engagée noir sur blanc à créer des parcs canins dans les différents arrondissements. Le temps passe et on ne voit toujours rien venir. La mairie fait la sourde oreille, sans compter les projets canins déposés dans le cadre du budget participatif qui ont tous reçu une fin de non recevoir. Y compris celui de « Mon chien, ma ville » sous prétexte que « notre projet n’ait pas d’impact durable sur le patrimoine de la collectivité ». Nos pattes en tombent ! Les chiens lien social devant l’univers, ont tout pour collaborer au mieux vivre d’une ville. Il suffit d’un minimum de bonne volonté et de bons sens. La création de parcs canins ne va pas plomber le budget municipal. Ah ! Si Paris pouvait s’inspirer d’autres capitales, ou d’autres villes comme Montpellier, Toulouse, les 200 000 chiens et maîtres n’auront plus l’impression d’être les mal aimés de la capitale.http://www.monchienmaville.com/

La mairie de Paris soumet au vote des projets devant être financés par le budget participatif.

Comme toujours avec la dictature PS sont soumis au « vote » des décisions déjà prises entre direction et militants. Mais pour pouvoir prétendre que les décisions sont prises en concertation avec la population parisienne, conformément à l’idéologie socialiste, il est nécessaire que les gogos votent, un simulacre écœurant de démocratie.

Et pourtant, les propriétaires de chiens participent abondamment à l’économie nationale et locale puisque la nourriture animale est taxée à 20% de TVA. L’alimentation animale industrielle pèse 3 milliards, faites le calcul de TVA. Nombre de petites gens, parmi elles de nombreuses retraitées isolées, se saignent pour nourrir leurs compagnons à quatre pattes, sans compter les frais de vétérinaire, accessoires et produits d’entretien. Le rapport Vautrin avait évalué le chiffre d’affaires de la filière canine à 5,6 milliards en 2008 et malgré cette somme conséquente, le parti socialiste qui se prétend épris de justice, ne donne rien en retour, au contraire, il prend encore plus puisque désormais, au titre des « incivilités » Mme Hidalgo a décidé de sanctionner la « divagation animale », c’est à dire les chiens non tenus en laisse, par une amende de 68 euros. Et qui sanctionnent les inspecteurs de la salubrité ? en priorité les petites vieilles trop faibles pour tenir leur gentil toutou en laisse, trop faibles pour courir, les agresser ou protester.

Les petites vieilles, les petits vieux et tous les retraités parisiens sont constamment mis en danger par la politique jeuniste et festive de Mme Hidalgo et ses mignons, un héritage du sieur Delanoë qui garde ses bureaux à l’Hotel de Ville pour tirer les ficelles.

Les passages piétons ne sont pas respectés par les automobilistes lorsqu’ils tournent, que le piétons marche avec une canne ou qu’il soit chargé. Les cyclistes qui se permettaient de griller les feux rouges sont encouragés maintenant à le faire par des panneaux ad hoc.

Les trottoirs sont devenus la voie privilégiées des cyclistes et de tout ce qui roule. Certains trottoirs se sont vus amputés par une piste cyclables matérialisée par des bandes blanches que les vélomanes empruntent à contre-sens insultant les piétons qui se trouvent sur leur passage. Drôles d’écologistes qui se targuent de respecter la planète mais sont prêts à bousculer, insulter et renverser les piétons qui osent marcher sur « leur » trottoir. L’être humain est-il, à leur petit cœur rabougri, moins respectable que la Terre ?

Comme dirait Philippe Muray, Festivus Festivus, Paris c’est la fête obligatoire, la liberté d’emmerder autrui sans vergogne, une conception très particulière du « Vivre ensemble ».

La Connectrice

Pour en savoir plus

*Les chiffres du rapport Vautrin sur la filière canine

La première chose qui frappe lorsqu’on veut procéder à l’analyse de la filière canine est l’indigence générale de données chiffrées, précises, fiables et actualisées dans la plupart des segments du secteur.

Il faut donc se contenter des estimations croisées fournies par les divers organismes intervenant dans la filière pour approcher une réalité globale qui s’articule autour de six grandes données :

– un foyer sur deux possède un chien ou un chat ;

– le nombre de chiens détenus par les foyers français est d’environ 8 millions en 2006 ;

– le chiffre d’affaires total généré par la filière, toutes activités confondues, de l’élevage aux soins, à l’alimentation et à l’équipement s’élève à un peu moins de quatre milliards d’euros ;

– le coût moyen d’un chien est de 950 euros à l’achat, auxquels s’ajoutent 650 euros d’entretien annuel ;

– le nombre de personnes employées par la filière dans ses diverses composantes est estimé à environ 27 000 ;

– celui des bénévoles militants est de l’ordre de 10 000.

La Société centrale canine (SCC), dont nous reparlerons, fournit de son côté des chiffres plus récents et plus élevés en englobant tout le secteur des animaux de compagnie. Elle estime, pour 2007, à près de 65 000 le nombre des emplois, directs et indirects qu’il génère, tous métiers confondus, et qui se répartissent ainsi :

– 13 500 vétérinaires praticiens ;

– 12 000 auxiliaires vétérinaires ;

– 5 000 éleveurs ;

– 6 000 personnes employées dans l’industrie alimentaire ;

– 4 000 dans l’industrie pharmaceutique ;

– 3 000 dans le commerce de détail ;

– 1 000 dans les services administratifs liés au secteur ;

– 20 000 emplois indirects.

De la même façon, elle apprécie le chiffre d’affaires correspondant, à hauteur de 5,6 milliards d’euros, dont :

– 3 milliards pour l’alimentation industrielle (l’alimentation familiale ou artisanale ne fait pas l’objet de chiffrages) ;

– 900 millions pour les accessoires et le toilettage ;

– 700 millions pour les soins vétérinaires ;

– 600 millions pour la pharmacie ;

– 400 millions pour les ventes d’animaux ;

– 45 millions d’assurances. La Chambre syndicale des fabricants d’aliments pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers (FACCO) a constaté, au cours des dernières années, une stagnation puis une diminution de la population de chiens en France, assorties d’une évolution parallèle des dépenses qui leur sont consacrées. Alors que, jusque-là et aussi loin que remonte la mémoire, la progression était continue. En 2000 on comptait neuf millions de chiens, soit une diminution de plus de 10 % en six ans. En revanche, le nombre de chats a continué de croître, dépassant maintenant les dix millions de sujets.

Toujours selon la FACCO, les volumes marchands de produits alimentaires pour animaux ont diminué également de 10 % au cours de la même période. Une esquisse d’explication a été fournie par un sondage commandé à la SOFRES qui fait ressortir, de 2003 à 2006, une augmentation de 57 à 61,5 % et de 65 à 70 % des deux motifs invoqués suivants :

– avec l’âge, il devient plus difficile de s’occuper d’animaux ;

– avoir un animal coûte cher.

Il est certain que les menaces sur le pouvoir d’achat ont un impact négatif sur les dépenses affectées à l’achat et à l’entretien des animaux de compagnie. Toutefois la SPA n’a pas observé d’augmentation récente du nombre des abandons, environ 60 000 par an. Elle a constaté, en revanche, un accroissement des demandes de secours qui lui sont adressées pour obtenir une aide alimentaire et vétérinaire, à laquelle l’association consacre chaque année environ trois millions d’euros.

 

*Homo Festivus Festivus, Paris c’est la fête, règne de l’infantilisation et de la médiocrité

Bertrand Delanoë, artificier de la vie festive

Philippe Muray ne s’y est pas trompé dans le portrait qu’il consacre à l’Homo festivus festivus. Vecteur de médiocrité festive ou figure allégorique de la post-histoire, Festivus festivus transfigure l’homme moyen en égérie du ridicule. Festivus festivus incarne le digne descendant de son prédécesseur Festivus ; on le rencontre au détour d’une rue comme dans les locaux de la mairie de Paris. De la même façon que l’Homo sapiens sapiens sait qu’il sait, Festivus festivus « festive qu’il festive ». Certes, Festivus festoyait déjà dans sa lutte contre l’ordre établi – et contre le Mal tout entier – qu’il devait définitivement écarter pour promouvoir son droit à la fête. Le soixante-huitard a accouché de Festivus festivus et lui a légué en héritage les clefs de l’après-histoire (de l’île aux enfants), et les vêtements bigarrés de l’ « après-dernier homme ». Après la fin de l’homme historique il n’y a plus que célébration : célébration de la célébration.

le fantasme du péril jaune plus effrayant que la réalité du péril vert ?

source http://ripostelaique.com/je-nai-jamais-ete-agressee-insultee-harcelee-par-un-asiatique.html

L’assassinat du couturier, père de famille de 49 ans, Zhang Chaolin, à Aubervilliers au soir du 7 août, a fait descendre dans les rues des milliers d’asiatiques aux cris de liberté égalité fraternité sécurité pour dénoncer le racisme anti asiatique. Zhang et son ami avaient été agressés par trois djeuns de 15 à 19 ans et devait s’éteindre après un coma de 5 jours le 12 août. Ils se sont à nouveau rassemblés place de la République le dimanche 4 septembre. Trois représentants des autorités avaient fait le déplacement, Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, ou encore Valérie Pécresse présidente LR du conseil régional d’île-de-France. Toutefois, sans doute soucieux de ne pas déranger les chinois ou effrayés par le péril jaune, très peu de caucasiens, d’arabes et d’africains s’étaient joints au défilé.

«Zhang Chaolin était venu en France chercher une vie meilleure, la liberté, l’égalité, la fraternité, lance, en chinois, à la tribune, un porte-parole de l’association des Chinois résidant en France. Il a trouvé la violence et l’insécurité. Ces voyous ont détruit notre confiance en la France: faisons entendre notre voix!»

Source:http://francais-express.com/actualite/france/-18689-a-paris-la-communaute-chinoise-crie-sa-colere/

 

 figarofr: La communauté chinoise, qui a manifesté dimanche à Paris, dénonce les agressions croissantes dont ses ressortissants sont victimes.

Ils sont où les caucasiens, les arabes et les noirs du vivre ensemble ? Elles sont où les associations droitsdel’hommistes ?

© Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGAROLa communauté chinoise, qui a manifesté dimanche à Paris, dénonce les agressions croissantes dont ses ressortissants sont victimes.

 Dimanche 4 septembre, plusieurs milliers d’asiatiques manifestaient pour demander à l’Etat de garantir leur sécurité suite aux agressions dont ils sont régulièrement victimes,  le comble ayant été atteint avec l’assassinat de Chaolin Zhang le vendredi 12 août à Aubervilliers. Trois djeuns de 15 à 19 ans (l’omerta des médias sur le nom et l’origine des criminels permet de tout supposer…) l’avaient brutalement bousculé et le plus âgé entraîné aux sports de combat avait balancé son pied dans le larynx  du courageux Zhang alors qu’il tentait d’empêcher ces djeuns de voler la sacoche de l’ami qui l’accompagnait. Le père de famille aurait été tardivement pris en charge par l’hôpital et devait tomber dans un coma dont il ne se réveilla pas.

Le drame n’a guère ému les associations droitsdel’hommistes qui pourtant sont sur les dents lorsqu’il s’agit de dénoncer l’islamophobie, le contrôle au facies, le voile, le burkini ainsi que la violence policière et la justice qui prétendent arrêter et  sanctionner crimes et délits commis par des musulmans qui affirment que les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République..

Dans cette manifestation, les asiatiques ont dut se sentir bien seuls (malgré leur nombre) puisque très peu de caucasiens, a fortiori d’arabes et d’africains étaient venus en masse pour les soutenir. Croyez-vous que l’absence de Caucasiens, d’arabes ou d’Africain sera déplorée ? Non bien sûr, il se trouvera des gens pour désigner les manifestants en disant : vous voyez, les chinois restent entre eux, ces communautaristes !

Et pourtant ces  communautaristes asiatiques arboraient de nombreux drapeaux français

Tous les asiatiques sont chinois et riches

Les asiatiques, toutes origines confondues en « chinois » par des Français ignorants et racistes (pour une fois la qualification raciste s’applique à bon escient) ne font pas la différence entre Chinois, Japonais, Vietnamiens, Cambodgiens, Coréens ou Laotiens sont souvent la cible de bandits musulmans, en particulier des afro-musulmans, dont le racisme et les préjugés les poussent à agresser des « chinois » forcément riches et bourrés de liquidités. Le mécanisme est identique à celui qui avait conduit à la séquestration et aux tortures du riche Ilan Halimi parce que juif . L’analogie entre le racisme anti chinois et le racisme antijuif est souvent évoquée par les victimes.

Les  Chinois  de Belleville, de Pantin, d’Aubervilliers et d’ailleurs se plaignent depuis quelques décennies des agressions ciblées, donc racistes, auprès des mairies et des commissariats qui cultivent leur impuissance à les protéger occupés qu’ils sont à protéger les damnés de la terre, les migrants et les musulmans victimes d’islamophobie. A seulement Aubervilliers, des asiatiques auraient déposé 110 plaintes depuis le début de l’année, le sommet de l’iceberg des agressions car la plupart des victimes ne portent pas plainte par crainte  d’humiliations, représailles, par honte ou parce qu’ils sont clandestins.

Je suis régulièrement choquée par le discours de français sur les « niakoués » ou les « chinetoques » qu’ils accusent de tout acheter, tout envahir alors qu’ils sont beaucoup plus indulgents pour les musulmans qui commettent des attentats, sèment la terreur, commettent des incivilités, pillent nos services sociaux, envahissent les logements sociaux, nous insultent et nous menacent, subventionnent les terroristes et achètent le foncier parisien ainsi sue les fleurons de l’hôtellerie française.

Origines du péril jaune, cette sinophobie universelle ?

alternative textuelle

On notera sur cette image que le dangereux chinois s’en prend à une caucasienne pour inciter les hommes occidentaux à la guerre https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9ril_jaune#/media/File:YellowTerror.jpg

 

On retrouve mention du péril jaune dans les interprétations des écrits ésotériques de Nostradamus publiés en 1555, de soit-disant prédictions encore crues. En 1895, l’empereur Guillaume II utilise le  péril jaune  pour désigner l’Extrême-Orient qui selon lui menace la civilisation occidentale En 1901 l’économiste Edmond Théry alerte sur une guerre économique avec la Chine et le Japon 

Source http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75427r

Cette méfiance vis-à-vis de l’Extrême-Orient sera renforcée par l’alliance de l’Allemagne avec le Japon et par la guerre du Vietnam . Puis viendra le réveil de la Chine et sa formidable capacité à produire à bas coût pour inonder le monde de ses produits. C’est oublier que les donneurs d’ordre sont occidentaux et que leurs cahiers des charges exigent des industriels chinois des prix extrêmement bas avec les conséquences que l’on sait sur la qualité du made in China. Pratiquement tous les industriels occidentaux font pression sur les producteurs chinois pour réduire les prix à des niveaux ridicules et ils en ont pour leur argent, les consommateurs aussi. De leur côté, les consommateurs sont ravis d’acquérir un T-shirt pour deux euros ou une théière en fonte pour 30 euros quand la théière japonaise authentique en coûte 100.

 Ignorance de la culture chinoise 

La civilisation chinoise est remarquable de tous temps dans l’ingénierie et la transformation des matières, savoir-faire inégalés qu’elle a su transmettre de génération en génération  . Ce savoir-faire technique, industriel et artisanal est réduit dans le monde occidental à l’art de la copie. ( La question importante de la contrefaçon qui permet de décrédibiliser toute l’économie chinoise n’est pas l’objet de cet article.)

Le mode de pensée chinois n’est pas étranger à la capacité d’adaptation et de rebondissement du peuple chinois. Le syncrétisme philosophico-religieux du Taoïsme, du Bouddhisme et du Confucianisme qui est partagé par la grande majorité du peuple peut expliquer pourquoi les ressortissants chinois savent si bien s’intégrer et s’adapter aux pays d’accueil. De même leur habileté à s’insérer dans une autre culture tout en conservant leurs traditions est un exemple à suivre pour tous les immigrés non européens.

Chinois et juifs victimes des mêmes préjugés

Les qualités des immigrés chinois, au lieu de susciter l’admiration, provoquent jalousie et hostilité . On entend souvent dire que les niakoués sont partout, qu’ils achètent tout et ainsi, on retombe sur le mythe du  péril jaune  que personne n’avait oublié depuis le XVIème siècle.

On remarquera que les asiatiques sont aussi stigmatisés et détestés que les juifs alors que les premiers comme les seconds s’insèrent, s’intègrent, s’assimilent respectant les lois de la République et les us et coutumes des Français dont ils partagent sinon la nationalité, le respect de la France. Non seulement ils ne font pas de prosélytisme religieux mais ils entretiennent dans la paix leurs culture et religion d’origine.

Oui, la Chine investit à l’étranger et on connait son intérêt pour les vins français mais font-ils plus et moins bien que les musulmans qui achètent notre patrimoine hôtelier de luxe, nos clubs sportifs, nos commerces de luxe, nos casinos et subventionnent mosquées, salles de prières et attentats

Gastronomie, vin et philosophie sont communs aux français et aux chinois

L’hostilité et le racisme anti chinois sont renforcés par l’ignorance et les préjugés que des Français ont de leurs traditions alors que nous avons un point commun non négligeable : rester des heures à table pour refaire le monde en rigolant, en buvant et en savourant des mets gourmands. La Chine étant immense en dimension et démographie, selon leur origine géographique, tous les Chinois ne sont pas faciles en particulier les paysans qui sont durs au labeur, austères et peu éduqués. Il y a aussi des pandas mal léchés chez les chinois.

Je n’ai jamais été agressée, insultée, harcelée par un asiatique. A Paris, j’apprécie particulièrement la bonhomie des commerçants que je côtoie, leur honnêteté et leur gentillesse parce que je les mets en confiance en étant polie et respectueuse et qu’il m’arrive de prendre leur défense face à des clients grossiers et agressifs. C’est aussi simple que ça le véritable  vivre ensemble  et les Chinois et autres asiatiques me le rendent bien en m’offrant qui des fleurs en bonus, qui un rabais, qui un service sur mesure ou une démonstration d’honnêteté inouïe comme ce buraliste qui ne me connaissait pas avait gardé pendant 15 jours la recharge que j’avais oubliée à la caisse…

Alice Braitberg

Pour en savoir plus

http://francais-express.com/actualite/france/-18689-a-paris-la-communaute-chinoise-crie-sa-colere/

http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/La-colere-des-elus-d-origine-asiatique-contre-le-racisme-anti-asiatique-806863

…Le politiquement correct autorise aujourd’hui encore à rire des Asiatiques en France, de leur physique, de leur peau, de leurs yeux bridés, de leur accent. On rit encore de leurs habitudes, de leurs coutumes, de leur travail, de leur famille, de leur hygiène, de leur commerce, de leurs vêtements. Malheureusement, derrière l’humour, qu’il soit amical ou malveillant, se cache bien souvent une forme de condescendance voire de mépris. Il n’y a pas de racisme, nous dit encore le politiquement correct, puisque ces gentils Asiatiques ne boudent pas, ne remuent ni ciel ni terre! Circulez, il n’y a rien à voir!…

http://www.causeur.fr/asiatiques-chinois-chaolin-zhang-39649.html/

…étonnamment ou pas, l’on chercherait vainement les réactions habituelles des indignés professionnels, leurs commentaires outrés sur le racisme quotidien envers les personnes d’origines asiatiques, une communauté pourtant aussi présente que d’autres. Chaolin Zhang n’aura pas son portrait géant sur la façade de l’Hôtel de ville de Paris, il n’aura pas le droit à une « marche blanche » des associations « citoyennes », et encore moins à un déplacement de François Hollande ou Bernard Cazeneuve ou autres puces ministrables pour affirmer avec gravité : “Plus jamais ça !”

http://www.liberation.fr/france/2016/09/01/des-questions-sur-l-hospitalisation-de-chaolin-zhang_1476583

 

Le Corse Arnaud Seassari en colère contre les musulmans et affaire SISCO

Publié le

 

Arnaud menace les musulmans. les Corses ne se laisseront pas faire.

Lire sur cette vidéo http://ripostelaique.com/corse-arnaud-ne-sera-poursuivi-contrairement-a-pascal-pierre-christine.html

Témoignages sur les affrontements de Sisco et manifestations des Corses en colère

Marwan Muhamad, responsable du collectif contre l’islamophobie répète que la loi n’interdit pas de s’habiller comme on le souhaite et fustige l’intolérance des français.

« Vivre ensemble c’est faire une démarche active de sa part pour aller vers l’autre… » La journaliste aurait du lui demander pourquoi c’est à sens unique, du koufar vers le musulman mais surtout pas du musulman vers le koufar !

Il ne vient pas à l’idée de la journaliste de lui rappeler que la « pudeur » des musulmanes est une insulte à la liberté durement conquise des française de s’habiller comme elles le souhaitent. Il y a encore 100 ans les femmes et les hommes devaient respecter des codes vestimentaires en fonction de leur sexe, de leur statut familial, de leur statut social et de la fonction sociale; Par exemple, chaque profession avait son habit de travail : bleu pour l’ouvrier, velours noir pour le charpentier, blanc et noir pour le gatçon de café, etc. Les femmes devaient demander une autorisation préfectorale pour porter le pantalon et une femme en cheveux, sans chapeau ni foulard, était une femme « de mauvaise vie ».

Autre question qui eut du être évoqué, le vêtement musulman des femmes établit une discrimination entre les femmes respectables et les salopes. Une femmes non voilée ou non burkinisée est violable aux yeux du mâle musulman, pour ne pas citer le cas de Sohane brûlée vive pour ne pas s’être voilée ,avoir refusé  le harcèlement létigime d’un musulman qu’elle avait « provoqué » par son comportement libéré

Amitié entre espèces différentes

Publié le

Les animaux donnent l’exemple.

Le Sriracha Tiger Zoo en Thaïlande s’est spécialisé dans les amitiés entre espèces. Une tigresse orpheline a été nourrie par une truie et des porcelets orphelins ont été nourris par une tigresse. http://www.pattayamail.com/510/features.shtml#hd2

Les porcelets sont habillés de simili tigre non pas pour tromper la tigresse mais pour rendre le spectacle encore plus étonnant et amusant aux yeux des visiteurs.

On ne sait pas ce qu’il advint de porcelets lorsqu’ils furent sevrés.

Tout un site consacré à l’amitié (apparente) entre espèces animales différentes. Un exemple à suivre …

Vivre ensemble : la politesse du Beur nourri au sein de la CAF

Publié le

Hier, je marchais tranquillement dans une allée du parc en fumant une cigarette, lorsque j’entendis trois djeuns Beurs, deux garçons et une fille, assis sur un banc qui chantaient et scandaient une chanson orientale avec bonne humeur.

Lorsque je parvins à leur niveau, une cigarette à la main, j’entendis « Hé madame, madame, s’il vous plait madame, Madame, cigarette madame, madame, madame hé madame …salope! » Habituée à ce genre d’interpellation grossière, je passai mon chemin tranquillement, sans un regard et sans un mot. Il n’empêche qu’intérieurement je bouillais devant tant d’impolitesse hardie, arrogante, intrusive et irrespectueuse.

Personne ne semble avoir appris à ces djeuns les règles de politesse,  à commencer par le respect qu’ils doivent aux adultes, l’humilité quand on est en position de demande, la discrétion vis-à-vis des inconnus et, tout simplement la gentillesse.

Ils seraient venus gentiment vers moi en commençant par me saluer, je leur aurais peut-être donné une cigarette si mon paquet était plein mais je ne leur aurais pas tendu mon paquet car, comme cela m’est déjà arrivé, ils l’auraient arraché de mes mains et se seraient enfuis en rigolant heureux et fier d’avoir « baisé la gouer ». « Nique la France et les Français, surtout les Françaises ».

Mon éducation m’avait enseigné la générosité, le partage et la confiance. Dois-je remercier les immigrés et leur descendance de m’avoir appris par la force et l’exemple que je vivais dans une jungle que l’idéologie du politiquement correct renforçait chaque jour davantage ? Non, je n’ai pas été préparée à vivre entourée de prédateurs dans un monde grossier, hostile et méchant. Comme beaucoup de Français, je ne me sens plus chez moi et, pour la première fois de ma vie, je songe à émigrer …

Ces djeuns qui ont été nourris avec les allocations de la CAF, logés dans les immeubles sociaux  dont les parents ont été exonérés d’impôts et ont bénéficié d’aides substantielles pour payer la cantine, les voyages scolaires, les centres aérés et les vacances, ces djeuns-là dont on a bourré le crâne avec la revendication de la dette coloniale et le mépris du Français ( cf le drame de l’A13, Mohamed Laidouni a été battu à mort parcequ’il voulait faire un constat « comme les Français »), ces jeunes pensent que tout leur est du sans contre partie.

http://www.metrofrance.com/info/proces-de-l-a13-huit-jeunes-condamnes-a-des-peines-de-5-a-20-de-prison/mmds!dfcZGHli6F3wQ/

Souvent, ces jeunes n’ont jamais vu leurs parents travailler car, lorsqu’ils sont nés, le père était déjà à la retraite ou au chômage. Il avait été chercher sa jeune épouse au bled, parfois en ayant déjà une ou deux autres au bled avec des moutards en déshérence, comme le père de Mohamed Mérah qui aurait au total entre la France et l’Algérie, une dizaine d’enfants qu’il aurait confiés aux bons soins de la CAF. On a vu ce que ça donne …

Ces jeunes beurs pensent que la France et les Français leur doivent tout, même une cigarette, sans avoir à faire le moindre effort, sans avoir à respecter les règles élémentaires de politesse. Ils exigent et quand ils ne sont pas satisfaits, ils insultent, ils cognent, ils pillent. C’est ce qui est déjà arrivé à des personnes qui leur avaient refusé une cigarette.

Alors le « vivre ensemble », au lieu de l’exiger des Français qui respectent leurs propres lois et usages en les persécutant tout azimut (crèche Babyloup, par exemple) c’est des bénéficiaires de la CAF qu’il faudrait l’exiger. Donnant, donnant. La réciprocité fait partie de ce fameux « vivre ensemble ».

Marche silencieuse dimanche 25 mars à Bastille

Publié le
   
Je ne suis pas complètement d’accord avec les organisations à l’initiative de cette marche car je trouve qu’elles se réveillent trop tard. On aurait aimé les entendre plus tôt s’insurger contre le racisme anti blanc et l’impérialisme musulman. Mais qui pourrait rejeter une marche silencieuse en hommage aux victimes d’un attentat raciste et antisémite ?
J’espère que de nombreux Musulmans participeront à cette marche pour témoigner de leur envie de vivre ensemble dans la France républicaine avec toutes les Françaises et les Français.
Communiqué
La Paix Maintenant participera à la marche silencieuse  à laquelle appellent  la Licra, SOS-Racisme et l’Uejf.  Elle partage les valeurs qui ont motivé cette initiative. Ses membres et sympathisants se rencontrent à 14h45 place de la Bastille


La République unie contre le racisme, l’antisémitisme et le terrorisme !

Marche silencieuse dimanche 25 Mars
Bastille-Nation


La France vient d’être frappée au cœur par des actes de terrorisme islamiste marqués du sceau du racisme et de l’antisémitisme, qui ont entraîné la mort de sept enfants de la République.

Ces actes de barbarie, qui visent à insuffler la peur et le chaos, tentent de mettre à mal le vivre ensemble dans notre société et d’éprouver notre attachement aux valeurs républicaines. 

Bien loin de la tentation du repli et de la haine, bien loin de la peur à laquelle certains voudraient nous voir céder, bien loin de l’amalgame entre islam et terrorisme, la réaction de la société française doit être unitaire, ferme et fraternelle.

C’est pourquoi nous appelons à une marche silencieuse ce dimanche 25 mars, qui partira à 15h de la place  de la Bastille. pour marcher vers la place de la Nation

À cette occasion, nous invitons tous les citoyens, quelles que soient leur confession, leurs opinions politiques, leurs origines ou leur couleur de peau, à venir exprimer leur dégoût de la haine raciste et antisémite ainsi que leur attachement aux valeurs de la République dans lesquelles se trouve inclus le respect pour chacun de sa dignité d’être humain.

Mineurs délinquants : que faire ?

J’ai assisté l’autre soir à une séance consternante de « Mots croisés » dés-animée par l’impuissant Yves Calvi http://mots-croises.france2.fr/. Chaque invité y défendait son bout de gras. Il n’y a pas eu de débat mais seulement des disputes entre représentants de corporations ou de programme. Une insulte de plus à l’intelligence des Français et les chances d’amélioration de notre société.

Observations sur le comportement des jeunes : danse du ventre et main aux couilles

Rachida Dati a affirmé que la délinquance des mineurs était en progression et je veux bien la croire sur la base de mon expérience personnelle. La plupart des jeunes que je rencontre sont impolis, arrogants, agressifs, insolents, pervers, menteurs et grossiers. Ils ne s’excusent jamais, ont toujours raison et utilisent des arguments du genre « j’ai bien le droit de … », « tu couches avec ta chienne… », « tu as une chienne, tu es une chienne… » , sale blanche raciste, etc.

J’ai été également plusieurs fois confrontée à un comportement dont j’ignore l’origine. Demandant poliment et gentiment à un ado ou un jeune de cesser ses nuisances, celui-ci se lance dans une sorte de danse du ventre, la main aux couilles, agitant les mains en l’air tout en me lançant des invectives un sourire satisfait aux lèvres. Provocation évidente, satisfaction de narguer une adulte et mépris de la femme sont affirmés à la fois par la gestuelle et par les paroles vulgaires et agressives.

Lorsque les enfants sortent par groupes des collèges et lycées voisins, les gentillesses fusent entre eux ou à l’égard des passants : « Nique ta mère… », « Je vais te niquer », « Tu m’as traité … », tout cela baragouiné dans une langue qui ne ressemble pas au français même si elle en use des mots. Ils crient, bousculent sans jamais s’excuser et se déplacent en hordes sauvages.

Les bousculades sont courantes. Les petits groupes ou les individus ne connaissent ni usages ni politesse . On s’engouffre dans les bus par la porte du milieu en empêchant qu’elle se referme pour obliger le conducteur à attendre les copains qui montent sur le marchepied, baragouinent qu’ils viendront plus tard et s’en vont sans souci des passagers qu’ils ont retardés au profit de leur amusement égoïste et encore moins du conducteur qui est de fait leur larbin. S’ils sont assis dans le bus, ils ne se lèvent jamais pour céder la place à une personne âgée ou chargée. Lorsqu’ils « gardent » la porte, ils ne s’effacent pas pour laisser descendre les voyageurs et ne proposent jamais leur aide aux personnes âgées qui peinent à sortir avec leur caddy ou en s’appuyant sur leur canne. Il faut dire qu’ils sont très occupés à rigoler entre eux à voix haute, crier dans leur portable. Tant pis pour les voyageurs qui lisent ou qui ont besoin de calme. D’ailleurs il est rare que ces personnes s’expriment tant elles craignent de recevoir des insultes, éventuellement des coups et aussi parce qu’elles savent que les « jeunes » n’entendront pas leur remarque.

Souvent, adossés au mur, les plus grands vous interpellent pour une cigarette. Lorsque vous refusez, les insultes et les menaces pleuvent.

En dehors des heures de classes, la plupart de ces enfants trainent en bande. Ils vont faire les cent coups dans le parc, parfois se castagnent avec d’autres groupes et vont éventuellement boire de la bière et fumer du shit dans les endroits peu fréquentés. Les gardiens du parc ont maille à partir avec de nombreux comportements inciviques, en particulier l’intrusion d’excités à scooter. Un gardien antillais qui tentait de chasser les intrus s’est entendu insulté par des cris de singe.

J’ai vu en jour dans un supermarché deux gamins jouer à « j’emmerde le caissier ». La fille et le garçon ont rempli à ras bord  un caddy  de sucreries et de biscuits, ils les ont fait scanner à la caisse et à l’annonce de la facture ont annoncé au caissier en rigolant aux éclats qu’ils ne prenaient pas la marchandise….Le pauvre caissier a du aller chercher un panier, ramasser toute la marchandise et annuler le ticket tandis que les clients patientaient dans une file qui ne cessait de s’allonger.

Lorsque les plus jeunes sont accompagnés de leur parents, ceux-ci leur donnent toujours raison et justifient tous leurs comportements inciviques en insultant la victime. L’insulte la plus usitée est « raciste ! ». Dans le bus, ces parents-là ne donnent jamais l’exemple à leurs enfants en parlant à voix basse, un baissant leur musique, en laissant leur place aux personnes âgées ou chargées ou handicapées, et encore moins en aidant à descendre ou monter dans le véhicule une personne objectivement en difficulté.

Les plus jeunes enfants traînent dans les rues, les placettes, les bords du canal ou le parc dès l’âge de 5 ans, sous la surveillance des « grands » de 8-10 ans. A partir de 12-13 ans, ils sont plus mobiles et font des « plans ». C’est à cet âge qu’ils vont commencer à repérer, dealer, à voler, à receler sous la houlette des plus grands de 17-18 ans. Comme me l’avait confié un gamin de 16 ans passant en conseil de discipline pour vol d’ordinateur au lysée : j’ai toujours vu ça depuis que je suis tout petit. Les enfants qui traînent sont surtout des garçons obsédés par le sexe. Ils ne parlent que de cela entre eux et visionnent de la pornographie à foison; Ce n’est pas l’offre qui manque sur les étranges lucarnes, même aux heures de grande écoute sur les chaines de la TNT. L’éducation sexuelle des enfants se fait pour la plupart en visionnant des films pornos dans lesquels l’image et le rôle de la femme sont particulièrement dégradés. Souvent dans le même temps, leurs parents vont se liguer contre les cours d’éducation sexuelle à l’école et les cours de biologie. Les enfants apprennent ainsi très tôt à jouir de la transgression institutionnalisée. Ils apprennent l’hypocrisie, le mensonge, la manipulation, le mépris de l’autre, l’égoïsme, le ccynisme, le double langage et j’en passe.

Selon un dernier sondage, les Français jugent les jeunes « égoïstes » . http://www.20minutes.fr/ledirect/829068/sondage-jeunesse-jugee-egoiste-confrontee-aussi-plus-difficultes

Schizophrénie à l’école qui enseigne mais n’éduque pas

A l’école, la schizophrénie est de règle. On y enseigne, on n’éduque pas. Ne pas confondre transmission des savoirs et respect de la discipline. Et pourtant, la personne chargée de faire respecter les règles scolaires se nomme « conseiller d’éducation ». Les profs disent qu’ils sont là pour enseigner et que l’éducation est de la responsabilité de la famille. Une séparation arbitraire et absurde car l’enfant passe plus de temps à l’école qu’avec ses parents et qu’il est difficile dans la réalité de séparer les deux. Aucun individu ne possède un cerveau exclusivement réservé à l’acquisition des connaissance et un autre cerveau dévolu à la gestion de ses comportements en société.

Des professeurs de politesse

La politesse n’est pas plus innée que la physique ou les mathématiques. Si elle s’apprend, c’est donc qu’elle s’enseigne. L’enseignement étant à la charge des enseignants et des professeurs, l’enseignement de la politesse devrait être donné par des professeurs à l’école, à partir de la maternelle. Ainsi se mettraient d’accord les tenants de l’éducation à la maison et de l’enseignement à l’école.

Les parents ne sont pas plus compétents en politesse qu’en physique ou en mathématiques et on ne voit pas comment ignorant eux-mêmes les usages de la politesse ils pourraient la transmettre à leurs enfants. Il suffit de voir comment se comporte la majorité des gens pour comprendre que la politesse est la grande oubliée des concepts du « vivre ensemble », du « politiquement correct », du droit-de-l’hommisme, de « l’action citoyenne », du « respect de la planète » et de toutes ces belles notions détournées au profit économique et politique des uns et des autres.

Dans les transports en commun, la RATP fait des efforts de rappel de politesse mais ce ne peut que conaincre les conaincus et laisser indifférents celles et ceux qui ne possèdent pas le minimum de connaissances des usages de la politesse. Par exemple, qui sait qu’on laisse toujours sortir avant de rentrer ? que ce soit dans un immeuble, un magasin, une salle de classe, un hall public, un appartement privé, une salle de bains, un bus, un train ou un métro. Qui respecte cet usage dont la logique est évidente ? Si peu de gens que la RATP s’est fendue d’un affichage dans le métro, lequel reste lettre morte. Il suffit de  prendre les transports en commun pour s’en rendre compte.

La politesse c’est donner la priorité aux gens qui montent sur ceux qui descendent d’un escalier ou d’une rue inclinée, c’est laisser le côté immeuble aux enfants, aux personnes âgées, handicapées ou chargées, c’est s’excuser quand par inadvertance on bouscule un passant, c’est descendre d’un trottoir étroit pour laisser la priorité à des personnes plus fragiles, c’est éviter de circuler à biccylcette, moto, scooter, roller, planche à roulette, trottinette sur les trottoirs ou, si on est obligé de le faire, donner la priorité aux piétons, c’est dire bonjour quand on pénètre un magasin ou un espace clos et au revoir quand on en sort, c’est dire merci quand on reçoit quelque chose, ne serait-ce qu’un ticket de caisse, c’est regarder en face un interlocuteur quel qu’il soit, c’est chercher à être plus positif que négatif dans ses propos, c’est parler sans crier, c’est éviter de répondre au téléphone lorsqu’on est en conversation avec quelqu’un en face à face, etc. Toutes ces petites choses ont pour objectif de faciliter et de rendre plus agréables les relations avec autrui. Les Américains qui sont un peuple composé de multiples nationalités et cultures peuvent donner des leçons de politesse aux Français qui se moquent de leur formalisme. Il est pourtant évident qu’un tel melting pot ne fonctionnerait pas en tant que nation s’il n’avait adopté un consensus dans lequel la politesse tient une grande place avec le respect de la loi et l’omniprésence du drapeau national.

Privilégier la prévention à la punition

La prévention du crime et du délit est essentielle. Quand le mal est fait, on peut toujours punir, on ne réparera jamais le préjudice subi par les victimes, a fortiori quand elles ont été assassinées. C’est là que l’école doit jouer son rôle à plein dans la mesure où presque tous les enfants passent par elle. L’école pourrait, si elle le voulait, lisser l’éducation des enfants en la ramenant à un dénominateur commun de sociabilité. Or non seulement l’école échoue trop souvent à transmettre aux enfants les enseignements de base comme la lecture, l’écriture et l’arithmétique mais elle refuse de les éduquer au prétexte qu’on ne s’immiscie pas dans les affaires familiales et que l’éducation est l’affaire des parents. Avec de tels principes, l’école est la première victime de cet anachronisme incohérent Les profs sont chahutés quand ils ne sont pas insultés et agressés et les élèves sortent de la scolarité avec d’énormes carences et un deficit d’adaptation sociale et de connaissances qui les empêche de s’insérer dans la société et de se construire un avenir digne de ce nom.

La France attache trop d’importance aux diplômes et pas assez aux comptétences et potentiels des individus, certes, mais ceci n’explique pas tout. Un jeune super diplômé qui ne maitrise pas correctement le français écrit et parlé, qui ignore les usages élémentaires de la politesse, qui ne sait pas organiser son travail, qui ignore le fonctionnement de l’économie, de la socité et de l’entreprise, aura peu de chances de se faire embaucher de manière durable car il ne possède pas toute sles qualités requises pour faire un bon collaborateur. De même la formation des dirigeants politiques et industriels qui cultivent des visions à court terme et sont extrêmement égocentriques leur donne rarement la capacité de partager avec des jeunes, mêmes les mieux formés et éduqués, le travail et la richesse induite par celui-ci.

Les mauvais exemples viennent de haut

Car tout dirigeants qu’ils soient, les patrons politiques et économiques manquent drastiquement de politesse. Quand le président de la République française répond « Casse-toi pauvre con », on est consterné. Quand Jean-Paul Guerlain associe les noirs à la paresse, on se demande s’il a été à l’école. Quand on voit l’Assemblée nationale rendre hommage à un député qui s’est suicidé après avoir assassiné sa compagne qu’il cognait régulièrement, on cauchemarde. Quand on apprend que des curés, des éducateurs ou des enseignants sont pédophiles, on désespère. Quand un futur président de la République assume sa pratique de l’usage de la prostitution et qu’il est soutenu par tout ce que la France compte d’intellectuels et de politiques, on se dit que la France est un grand bordel. Quand on entend que la femme la plus riche de France, une certaine Liliane, cache son magot à l’étranger http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/11/21/nouvelles-revelations-dans-l-affaire-bettencourt_1606842_3224.html,on se demande comment on pourra apprendre l’honnêteté, la solidarité et le sens du bien commun aux enfants.

On va peut-être me dire que tromper le fisc n’a rien à voir avec la politesse. Ce n’est pas mon avis car la politesse indique le respect inconditionnel parce que formel. On est poli avec tout le monde ou on ne l’est avec personne. Soit on respecte l’humanité entière, tout le vivant, soit on ne respecte rien ni personne. Il ne peut y avoir de demie mesure dans la politesse car c’est une attitude existentielle.

Quelles punitions pour les criminels ?

Un criminel doit obligatoirement être mis hors d’état de nuire par sa mise à l’écart de la société. Il ne lui donne pas le choix et on ne va pas le plaindre. Sa surveillance s’impose donc mais comment l’exercer?

Les prisons font la preuve de leur échec. La prison n’empêche pas la récidive au point que les représentants du Syndicat de la magistrature ont souvent à la bouche l’accusation qui tue « Vous voulez les enfermer à vie ? » C’est ce que répétait un certain Bonduelle sur le plateau d’Yves Calvi. Oubliées les victimes. L’accusé reste au centre des débats : on doit lui donner la chance de se réinsérer, les condamnation à vie transforment les détenus en fauves, etc. Et puis on nous raconte que les récidives sont rares. Peut-être pour les crimes de sang mais en matière de délinquance, les policiers sont les premiers à se plaindre de devoir interpeller à répétititon les mêmes individus.

La prison a donc une fonction essentielle, pour ne pas dire unique, protéger la société des individus dangereux. Et là on retrouve l’un des points d’achoppement du débat actuel. Comment savoir si un individu est dangereux. Comment évalue-t-on sa dangerosité ? Dans « Mots croisés », Georges Fenech donnait l’exemple des bonnes pratiques d’autres pays sans réussir à convaincre le psychiatre de service qui semblait penser que le système français était tout à fait satisfaisant. Pourtant, non seulement ce système dans sa meilleure expression avait échoué à déterminér la dangerosité de l’assassin d’Agnès mais il avait émis un avis opposé à celui des copains de Matthieu qui déclaraient qu’ils savaient qu’il recommencerait. On a déjà entendu cela dans d’autres affaires quand une victime précédente est persuadée de la dangerosité de son agresseur mais que les représentants des institutions émettent un avis contraire. C’est tout de même troublant. Ainsi une parole n’aurait d’importance que si elle est étiquetée et reconnue comme « valable ». Dis moi d’où tu parles et je te dirai si tu as raison. C’est là une attitude trop fréquente dans la société française, une attitude qui illustre le dicton : « on ne prête qu’aux riches ». Les Institutionnels semblent être plus soucieux de faire valoir leur vérité que de prendre en compte la réalité. A ce ropos le faux débat de « Mots croisés était un bon exemple de ce fonctionnement délétère. Chaque honorable invité préchait pour sa paroisse. Chacun prenait tour à tour la parole pour vanter son action en tant que ministre pour Rachida Dati et Elisabeth Guigou, en temps de medecin chef psychiatre pour le psychiatre, en tant que magistrat pour Bonduelle, etc.

Il ressort de mes observations qu’il y a un très mauvais esprit chez nos responsables. Encore une fois le souci du bien commun est absent. Chacun, chacune prêche sans vergogne pour sa paroisse. On n’est pas sortis de l’auberge…

Une fois le criminel mis à l’écart, que va-t-on en faire ?

Pour les jeunes, il existe quelques centres d’éducation surveillée ou de rééducation, quel que soit le nom qu’on leur donne. Non seulement il n’y en aurait pas assez mais leurs résultats ne seraient pas probants. Le père Guy Gilbert http://www.guygilbert.net/fr/accueil.html qui oeuvre depuis des décennies pour la rééducation (le rattrappage, la réinsertion, la réhabilitation, comme on voudra les appeler…) des jeunes a sûrement une idée sur la question. Il faudrait le lui demander s’il est encore alerte.http://www.bergerie-faucon.org/index.asp Sauf que les moyens mis en oeuvre par le prêtre sont difficilement réalisables à grande échelle. La bergerie du Faucon accueille 7 jeunes pour un encadrement équivalent plus le personnel nécessaire au fonctionnement du centre. En 35 ans, l’association a accueilli 400 jeunes ce qui est une goutte d’eau dans la mer de la délinquance. Les jeunes sont suivis à leur sortie de la bergerie mais que sont devenus les 200 éducateurs formés par l’association ?

Personnellement, je suis favorable aux Tig (travaux d’intérêt généra)l. Je pense que c’est la meilleure manière de remettre un délinquant sur les rails, à condition que l’affaire soit correctement menée ce qui ne semble pas le cas aujourd’hui faute, comme toujours, de moyens.

Ce n’est pas qu’une question de moyens, c’est aussi une question de mentalités. Quand on sait comment les stagiaires sont malmenés, abandonnés, exploités dans les entreprises alors qu’ils ne sont ni délinquants ni criminels on peut imaginer comment ces derniers seront mal traités.

Les adultes n’ont pas le droit de maltraiter les jeunes par leur cynisme, leur désinvolture, leur dilettantisme ou leur ignorance. Et pourtant, c’est trop souvent ce qui se passe. Je me base pour l’affirmer sur mes expériences et observations personnelles ainsi que sur des témoignages lus ou recueillis personnellement. Certes, il y a des exceptions mais ce n’est pas l’objet de mon propos. Les exceptions n’ont que la valeur de démontrer qu’il est possible de traiter les jeunes correctement et que certaines entreprises le font. Le management à la française est une catastrophe reconnue développée récemment dans The Economist  http://www.slate.fr/lien/46573/management-france-travail-entreprises-economist.

Ramadan à l’Hôtel de ville le 24 aôut, Jacques Myard s’insurge tardivement

Publié le

Dans un courrier adressé au Ministre de l’intérieur, Claude Guéant, le député UMP Jacques Myard  demande qu’il soit mit fin à une manifestation qui « favorise une religion » et va à l’encontre des principes de laïcité. Il souligne que le « buffet oriental » proposé par Delanoë obéit au principe religieux de l’Iftar (rupture du jeûne au coucher du soleil) et qu’il est choquant au regard des non musulmans.

Jacques Myard précise en outre qu’une telle manifestation est susceptible de porter atteinte à l’ordre public. « Ce communautarisme électoral est très dangereux pour l’ordre public et l’équilibre de notre société »… C’est un mauvais coup contre le vouloir vivre ensemble de notre République » http://www.jacques-myard.org/pages/lettregueant.pdf

Certes, voilà une bonne initiative qui reflète l’opinion de nombre de Français mais on peut se demander si elle ne vient pas un peu tard à 6 jours de la manifestation (courrier daté du 18 août). Pourquoi monsieur Myard a-t-il tant attendu (le ramadan a l’hôtel de Ville a été annoncé il y a plus d’un mois) pour protester contre l’initiative anti républicaine, anti constitutionnelle et anti laïque de Delanoë? Pour qu’il soit trop tard pour l’annuler tout en faisant « quand même » entendre sa voix ????

On se demande à quel jeu jouent ces gamins qui sont tous les deux dans la même équipe UMP?

Guéant aurait pu interdire les prières de rue illégales, il ne l’a pas fait. Guéant aurait pu interdire à Delanoë de dépenser des deniers publics et d’utiliser un édifice public au profit du seul Islam. Il s’en est abstenu. Guéant aurait pu mettre le holà aux deniers publics investis à hauteur de plusieurs millions dans l’ensemble cultuel/culturel en construction dans le XIIIème (l’ICI http://www.paris.fr/ici/institut-des-cultures-d-islam/presentation/p8712)

L’explication de l’immobilisme de notre Ministre de l’intérieur était implicitement donnée par Marouane, un jeune financier musulman interviewé ce matin par la dhimmi Chloé Leprince sur France Info.

Marouane expliquait que ni le PS ni l’UMP n’avaient sa préférence, qu’aucun des deux ne défendait clairement les intérêts des musulmans qui, d’ailleurs ne votaient pas. Toutefois il avait changé d’avis et avait commencé à voter pour les candidats les plus favorables à l’Islam. Pour lui, la solution était l’action des groupes de pression musulmans qui donneraient leurs voix à la gauche ou à la droite selon les faveurs qu’elles leur accorderaient.

Bien entendu, le politiquement correct musulman et dhimmi n’est pas « lobby » (groupe de pression en anglais). Chacun sait qu’il n’existe au monde qu’un seul lobby, le « lobbyjuif » (j’ironise). Ce n’est pas la journaliste dhimmi Chloé Leprince qui relèverait ce type de contradiction ou qui avancerait que les lobbies musulmans existent depuis belle lurette.Les prières de rue qui durent depuis des années sont l’exemple extrême de l’action lobbyiste musulmane. De même assimiler dans le discours des médias l’islamophobie au racisme est une résultante du lobbyisme musulman. La finance islamique imposée comme norme en France (Europlace, universités, banques) sous la pression des fonds souverains du Golfe en est un autre exemple.

L’émission de France info nous a révélé une perle : Marouane parle de l’islamophobie et donne l’exemple suivant: Nadia (habillée en mini jupe précise Marouane-la mini  jupe est une obsession chez les musulmans versus voiles et burqas-) apporte des gâteaux orientaux, tout le monde au bureau est content. Puis Nadia demande un moment pour prier, ses collègues sont choqués. Pour Marouane, ce qui est choquant, c’est que les collègues non musulmans de Nadia soient choqués du fait qu’elle demande à prier sur le lieu de travail. Et Chloé Leprince d’insister sur le fait que Marouane est un musulman intégré on ne peut plus. Il est financier, marié avec une algérienne a des enfants et vit dans le XVIème arrondissement de Paris.

Comme toujours dans nos médias, on ne demande jamais aux musulmans ce qu’ils pensent de notre culture, de notre histoire ou de nos traditions. On ne leur demande jamais ce que « s’intégrer » dans notre pays veut dire pour eux. On ne les interroge jamais sur la christianophobie, la discrimination sexiste, le racisme anti blanc, la revendication de la « dette coloniale », les inscriptions christianophobes dans les églises et leur profanation, leur antisémitisme et l’agression des juifs ou la revendication de certains « les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République ».

Les médias ne connaissent qu’un point de vue, celui des « pauvres » musulmans victimes d’intolérance, de « racisme » (sic), de discrimination qui entraîne le chômage et la misère, le communautarisme, la sur représentation des musulmans dans les prisons et dans les agressions sexuelles, les trafics de drogue et d’armes, le recel, le vol de voitures, etc.

Pourquoi tant de favoritisme, d’aveuglement et de soumission à l’islamisation de la France?

%d blogueurs aiment cette page :