Flux RSS

Voile à Sciences PO, décapitation de femmes non voilées ailleurs

Publié le

Cette semaine, des élèves de Sciences Po soutenues par des syndicats étudiants célébraient le Hijab Day en prétendant que le voile n’était qu’un bout de tissu et que les femmes avaient le droit de s’habiller comme elles le souhaitent.

Non seulement ces arguments sont de grossiers mensonges mais ils témoignent de la médiocrité de ces étudiants, de leur manque de culture générale et de leur inaptitude à réfléchir.

Il faut être très ignorant pour affirmer que le voile est un tissu comme un autre ou alors naïf, ce qui revient quasiment au même et surtout hypocrite pour faire comme si ce tissu n’était pas l’étendard du djihad, la guerre sainte que doit mener tout musulman, à savoir la conquête du monde non musulman, à commencer par l’instrumentalisation des femmes et leur soumission.

Ce faisant, ces étudiants de Sciences PO scient la branche sur laquelle ils sont perchés car leur bêtise dévalorise le diplôme de l’IEP, autrefois prestigieux,  et j’imagine déjà qu’ils pleurnicheront de ne pouvoir le faire valoir auprès d’employeurs à la recherche de têtes bien faites. Ils accuseront alors la société française d’être raciste, discriminatoire et islamophobe s’ils rejoignent la cohorte des bac+5 au chômage. Ils sèmeront alors le chaos, l’une des stratégies du djihad.

Le plus grave est le mépris et l’absence de solidarité avec toutes les femmes qui, de par le monde, refusent de se soumettre au voile et le paient par la persécution et la décapitation.

Etudiantes et étudiants de Sciences Po, c’est cela que vous voulez pour vos petites sœurs et vos filles ?

Ces filles voilées, peuvent-elles aspirer à l’égalité ? Peuvent-elles se considérer Hommes, au même titre que les hommes, quand un chiffon leur rappelle qu’elles ne sont qu’objet de désir masculin ? La majorité sexuelle atteinte, peuvent-elles disposer librement de leur corps quand l’apartheid textile leur a longtemps miroité qu’elles ne sont que pêché ? La réponse est doublement négative. »Ihchim », « ghatti », « ostor », un riche vocabulaire pour les culpabiliser d’une faute dont elles n’ont pas encore conscience. Et quelle faute ? Etre des femmes en devenir. Un objet potentiel de désir et donc de pêché, de hram, de délit..Il n’y a pas d’attitude plus perverse que de sexualiser le corps d’une enfant en la voilant, au même titre que la prostitution infantile. Voiler une fille, c’est l’élever au rang de femme. C’est faire d’elle un être trop tôt sexué, un être sexuel qui n’en a pas encore la nature. Ceux qui arborent fièrement leurs enfants voilées offrent au regard des plus vicieux les lolitas musulmanes. Au bonheur des pédophiles en puissance, des Nabokov aux aguets, la plume poétique en moins. Ces parents là, commettent un crime à l’encontre de l’enfance.

.https://nawaat.org/portail/2011/11/08/voile-pour-enfants-crime-des-parents/

Mensonges

1-Prétendre que le voile n’est qu’un bout de tissu

Le voile, foulard, hijab, tchador, quel que soit son nom est l’étendard de l’islam. Seules les femmes musulmanes le portent. Cette manifestation ostentatoire de l’islam est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, ce qui permet à la « féministe » Ismahane Chouder de se plaindre des discriminations dont sont victimes 80% de ses sœurs. Soit Ismahane est stupide soit elle est malhonnête : On ne pet prétendre discriminer les femmes non musulmanes et se plaindre de leur réaction. Le voile rappelle aux françaises les temps sombres où elles n’avaient aucun droit, même pas celui de s’habiller en pantalon. Une femme « en cheveux » était forcément une femme de mauvaise vie, une prostituée, une cocotte, une pute. C’est exactement ce que pensent les hommes musulmans des femmes occidentales et c’est pourquoi il les harcèlent, les violent et/ou les égorgent.

Si ces dames musulmanes veulent faire fi de l’histoire des françaises tout en profitant des droits qu’elles ont durement conquis, tant pis pour elles. Le foulard est une provocation pour les femmes libres, indépendantes, autonomes et responsables. En refusant d’assumer leurs responsabilités, les voilées démontrent qu’elles sont infantiles et aussi irresponsables que le dit leur charia. Ce faisant elles donnent raison aux françaises qui interprètent le foulard comme un symbole d’impuissance, illettrisme et de soumission.

Manipulatrices, parfois elles revendiquent le droit de s’habiller comme elles veulent et parfois elles le revendiquent au nom de l’islam. Ensuite, elles se plaignent d’être victimes d’islamophobie. Elles osent se présenter comme victimes alors qu’elles ignorent consciemment les véritables victimes qui sont battues, fouettées, violées, lapidées et décapitées dans les pays musulmans.

2-Prétendre que le voile protège la pudeur

1-IMG_1395

La pudeur musulmane : on se couvre les cheveux mais on montre ses fesses, ses cuisses et ses pieds nus sur hauts talons …Photo prise en mai 2015 place de la mairie du XIXème

Nombre de femmes en foulard portent des jeans serrés qui laissent deviner leur string ou leur culotte et moulent leurs fesses. Elles sont soigneusement maquillées pour faire ressortir leur regard et leurs lèvres; elles marchent pieds dénudés souvent avec des chaussures à talons; Avec la mode du hijab soutenue par les grands couturiers, elles arborent des foulards et des bandeaux aux couleurs vives qui n’ont rien de discret …En définitive, elles font tout pour attirer le regard avec ostentation ce qui, en Europe, ne peut être qualifié de pudeur.

Je ne suis pas la seule à avoir observé cette incohérence, voici ce qu’écrit le journaliste Rachel Kihel dans le « Quotidien d’Algérie » pour défendre la morale du voile… Je croise souvent des femmes voilées. Elles sont très pointilleuses pour couvrir leurs cheveux. Mais comble de l’ironie, rien de plus. Cohérence Zéro. Elles ont une compréhension très restreinte du voile islamique qu’elles ont limité au port du foulard. Quelle aberration!  Elles l’ont interprété à leur goût. Elles exhibent généreusement leurs formes. Des robes moulantes qui font tourner les têtes, des talons à aiguilles qui annoncent leur arrivée à des dizaines de mètres à la ronde, du maquillage digne des défilés de mode et un mélange de couleurs très attirant. On est loin de la femme voilée modèle de discrétion. En un mot, elles veulent paraître sexy et elles le sont. Voilées et Sexy. Quelle belle combinaison! Le ridicule ne tue pas…

Origine du mouvement Hijab Day

Hijab’s Day a été théoriquement fondé par Nazma Khan, une musulmane bangladaise arrivée à l’age de onze ans aux USA où elle a souffert de moqueries et a été discriminée par ses camarades de classe parce qu’elle portait le hijab. Au regard de son expérience, elle prétend que la seule manière de mettre fin à cette discrimination est de demander à nos soeurs d’expérimenter le port du hijab par elles-mêmes. » I figured the only way to end discrimination is if we ask our fellow sisters to experience hijab themselves »  C’est comme si les naturistes demandaient aux textiles de se mettre à poil pour expérimenter les moqueries et le voyeurisme dont ils sont victimes.

Ces arguments sont d’une mauvaise foi absolue dans la mesure où ils font fi de la culture de la société dans laquelle s’ancrent les musulmanes en imposant leurs coutumes et leurs croyances. C’est d’autant plus malhonnête qu’il n’y a aucune réciprocité dans les pays musulmans qui imposent leurs coutumes et lois religieuses à tous les non musulmans.

Il est clair que la revendication de la » liberté » de porter le voile poursuit un but impérialiste au profit de l’Islam, c’est un élément fort du djihad…

Dans le même temps l’écrivaine bangladaise Talisma Nasreen faisait l’objet de deux fatwah réclamant sa décapitation et était obligée de fuir son pays pour sauvegarder sa vie parce qu’elle avait eu le courage de critiquer l’islam et, en particulier, la condition qu’il fait subir aux femmes : infériorisation, mépris, crimes d’honneur, discriminations, mariages forcés, nez coupés. femmes vitriolées ou brûlées, haine à mort des musulmans vis-à-vis des hindouistes, etc.

Le mouvement Hijab’s Day est soutenu par des personnalités musulmanes en majorité mais aussi par des non musulmanes comme Miss Univers 2013….

Tragédies  ignorées par Sciences PO

Des migrants syriens et irakiens se sont affrontés avec des migrants afghans qui voulaient imposer à une jeune fille syrienne de porter le voile dans un camps pour réfugiés situé à Leopoldsburg (nord-est de la Belgique.

La plaignante a déclaré avoir été autorisée à porter le jean mais avoir été battue parce qu’ils étaient trop près du corps. Son refus de porter le voile lui a valu d’autres coups pendant plus d’une année. Après s’être enfuie avec ses deux enfants, la femme a porté plainte contre son mari.

Elle avait un peu plus de 16 ans, un âge où on croque la vie à pleines dents, où l’insouciance des aléas du quotidien le dispute aux rêves les plus fous. Un âge, enfin, où la témérité autorise toutes les lubies. Katia Bengana, jeune d’El-Kseur, près de Béjaïa, assassinée il y a 18 ans par des islamistes dans la commune de Meftah, à une cinquantaine de km dans la banlieue est d’Alger, restera pour longtemps comme l’icône, le repère, la voie de ces jeunes filles qui ont refusé de céder au diktat de la vague verte qui a déferlé sur les rivages du pays au début des années 1990. Elle fait figure désormais de ces femmes courages, ces résistantes, ces martyres qui ont refusé d’obtempérer à la régression, en refusant de porter le voile islamique. “Plutôt mourir que porter le hijab !”, aurait-elle confié à sa sœur.

...L’un des hommes armés aiguise son couteau sur une pierre et, sans le moindre état d’âme, égorge la jeune fille sous le regard des autres passagers terrifiés. Il leur dira en substance qu’elle servira d’exemple à toutes celles qui fréquentent les universités et qui vont au travail sans être voilées…

C’est à Paris, capitale de la France laïque, héritière des siècles des Lumières et de la République, promoteur des droits de l’ Homme et de l’ égalité des droits entre les femmes et les hommes qu’une initiative dite ’Hidjab day’ est lancée. Initiative mondiale lancée en 2013 par un réseau qui réussit parfaitement son marketing politique en Europe. La preuve est là sous nos yeux : c est précisément à Sciences Po Paris , prestigieuse école où la raison est enseignée pour éclairer l esprit que l action démarre !..

Des femmes voilées passent devant un panneau d'affichage qui comporte un verset du Coran exhortant les femmes à porter le voile intégral, dans la province de Raqqa.
Des femmes voilées passent devant un panneau d’affichage qui comporte un verset du Coran exhortant les femmes à porter le voile intégral, dans la province de Raqqa.Reuters

Des femmes de tout âge ont raconté au «Guardian» leur quotidien dans les villes irakiennes et syriennes contrôlées par Daech : code vestimentaire ultra-stricte ; déplacements rigoureusement contrôlés ; et place dans la société bien délimitée…et les punitions sévères en cas de non-respect de ces règles. Dans les zones contrôlées par le groupe Etat islamique (EI), les femmes doivent porter des voiles noirs doublés, de larges robes dessinées par l’EI -depuis qu’il a été jugé que certaines abayas révélaient trop les courbes féminines- ainsi que des gants. Elle doivent aussi être accompagnées par un tuteur de sexe masculin, appelé «mahram», ont raconté des résidentes de Mossoul (Irak), Raqqa et Deir el-Zour (Syrie) au «Guardian» par téléphone ou Skype. L’une d’entre elles, Sama Maher, âgée de 20 ans, a confié avoir été arrêtée plusieurs fois par la Hisbah, la police religieuse garante de l’application de la Charia, la loi coranique. Et pour cause : elle est issue d’une fratrie de 5 sœurs, et n’a donc pas d’homme, dans son entourage, susceptible de la chaperonner dans ses déplacements. Ce qui l’a conduit à arrêter ses études à l’université d’Alep.

 «La Hisbah frappe sur la tête avec un bâton les femmes qui ne portent pas de voile intégral», a encore relaté Maha Saleh, 36 ans, au quotidien britannique. Les maris peuvent également être punis. «Au début, certaines femmes médecins ont refusé de porter le voile et ont fait grève en restant à la maison. Mais la Hisbah est venue les chercher en ambulances et les a conduites de force à l’hôpital», a-t-elle poursuivi. Une mère de famille a de son côté été réprimandée pour ne pas avoir voilé ses filles de six et sept ans à l’école. Les petites doivent revêtir l’abaya à partir de leur troisième année à l’école, et le voile intégral à partir de la quatrième. En principe, les femmes ne sont plus assujetties à cette obligation au-delà de 45 ans, mais une habitante de Mossoul a rapporté que les taxis rechignaient à la transporter de la sorte, de crainte d’être arrêtés. Si une femme se trouve être la dernière passagère d’un bus, elle doit en descendre, n’ayant pas le droit de rester seule avec le chauffeur.

L’échec du modèle occidental

Ces témoignages corroborent les informations récemment publiées dans le «manifeste» de Daech, visant à «clarifier les réalités de la vie et l’existence bénie des femmes dans l’État islamique». Ce document, intitulé «Les femmes et l’État islamique, manifeste et étude de cas», a été diffusé le 23 janvier par la brigade al-Khansa, milice féminine du groupe islamiste, et traduit par la fondation Quilliam, un think tank britannique qui lutte contre l’extrémisme. Il indique que les filles peuvent être mariées dès l’âge de neuf ans –alors qu’il est conseillé aux garçons de le faire vers l’âge de 20 ans-, et que les femmes ne doivent quitter la maison que dans des circonstances bien précises. Notamment pour étudier l’arabe coranique (surtout de sept à neuf ans), la religion (jusqu’à quinze ans) et l’apprentissage des tâches ménagères et maternelles. Ensuite si elle devient médecin ou enseignante pour filles. Ou encore si une «fatwa déclare qu’elle doit se battre» pour le jihad en cas de déficit masculin.

Pour appuyer cette idée, le texte invoque «le modèle adopté par les infidèles en Occident (ayant) échoué dès l’instant où les femmes se sont émancipées.» Elles doivent vivre «cachées et voilées». Leur principal rôle est de fonder une famille et de s’en occuper. «Tout comme les hommes, les femmes ont été créées pour peupler la terre, lit-on. Cependant, par la volonté d’Allah, elles sont faites par Adam et pour Adam. Le créateur a décidé qu’il n’y avait pas de plus grande tâche pour elles que d’être l’épouse d’un homme».

*Bébés et fillettes soumises au voile en Tunisie 

après «l’exciseur», voilà donc le «voileur». C’en est trop !

Résistance

Le tissu de Jeanne Cherhal …la femme cachée sous le tissu….

International Day NO VEIL 2016 All Over Print Shirt

 

  • Juillet 2013 Amina Sbouï, Femen tunsienne refuse le voile devant ses juges

  • 19/09/2013 Soudan Elle risque le fouet pour avoir enlevé son voile. 

    Une Soudanaise, arrêtée pour avoir dévoilé ses cheveux, se dit aujourd’hui prête à risquer la flagellation pour défendre son droit à refuser de porter le voile. Elle devra faire face à la justice le 19 septembre prochain alors que s’ouvrira son procès.

    «Ils veulent que nous devenions comme les femmes des talibans», dénonce Amira Osmane Hamed à l’Agence France Presse.

    La loi soudanaise indique que ses cheveux, tout comme ceux de toutes les femmes, doivent être dissimulés sous un hijab.

    Or, la femme de 35 ans refuse catégoriquement d’en porter un, s’exposant ainsi à un châtiment de fouet si la cour la déclare coupable. Elle sera jugée en vertu de l’article 152 du Code pénal soudanais qui interdit toute tenue «indécente», une formulation des plus floues qui laisse les femmes à la merci du harcèlement policier.

  • 10 mars 2014 Féministes à poil contre soumises à voile

    Sept femmes iraniennes, tunisiennes, iraniennes… ont manifesté nues devant la pyramide du Louvre à Paris contre « l’oppression de l’islam sur la femme » et par solidarité avec les« femmes lapidées, tuées, obligée de porter la burqa ou le voile ».

  • Journée mondiale des femmes sans voile, 10 juillet de chaque année

Afficher l'image d'origine

Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d’être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire. Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu’ils voudraient nous imposer.

Riches de nos expériences passées, nous sommes en mesure de leur résister mais qu’en est-il des jeunes filles mineures qui subissent quotidiennement ces pressions et y cèdent ?
Elles ignorent peut-être que le voile n’est qu’un des aspects du patriarcat dont la polygamie, l’inégalité dans l’héritage, la répudiation, le divorce sur décision unilatérale du mari, etc. afin d’imposer la soumission des femmes…

http://www.margueritessansfrontieres.org/#!manifeste-pour-la-presse/ce22

  • La princesse Lala Salma épouse de Mohamed VI refuse de porter le voile au Qatar: Message fort adressé aux intégristes http://t.co/QfyKUWBOaW

La princesse Lala Salma épouse de Mohamed VI refuse de porter le voile au Qatar: Message fort adressé aux intégristes http://t.co/QfyKUWBOaW

 

Egypte-foulard-1

 

Egypte-foulard-3b

 

  • Malhonnêteté intellectuelle :

Vice-présidente de la Commission Islam et Laïcité, Ismahane Chouder est également membre du Collectif des féministes pour l’égalité.

http://oummatv.tv/musulmane-repond-rossignol-plantu

Disons tout de suite que musulmane féministe est un oxymore, c’est à dire que les deux termes de la locution sont contradictoires. On ne peut pas se revendiquer à la fois d’une religion qui infériorise les femmes et d’une philosophie qui pense leur émancipation. « féministes pour l’égalité » est un pléonasme car les féministes sont pas essence pour l’égalité des sexes mais préciser « féministes pour l’égalité » témoigne de la perversité de ceux et celles qui s’en revendiquent car il instille l’idée, courante chez les machos et les misogynes, que les féministes veulent castrer, dominer les hommes et devenir calife à la place du calife, comme Iznogoud.

Ismahane Chouder est une bonne oratrice qui donne l’illusion de tenir des propos intelligents parce qu’elle parle un français correct, fluide et maniant rapidement des concepts chers aux anti impérialistes, anti colonialistes, anti capitalistes et, comme Tarik Ramadan, elles reprend à son compte les idéaux républicains pour mieux les vider de leur sens. eureusement pour les francophones, Ismahane est très laide sans charisme pour communiquer son charabia alors que, malheureusement pour les anglophones, non seulemnt Nazma Khan est jolie mais son foulard fleuri la met en valeur …

Khan, Nazma - Copy

Nazma Khan

Ismahane Chouder

Ismahane Chouder

Lire aussi

Nadia Ould-Kaci. Je suis une 100 % Beurette du 93, née à Saint-Denis, grandie à La Courneuve. J’habite Aubervilliers depuis quarante ans. Ma mère est arrivée de Kabylie, analphabète et non voilée. Elle en a 92 aujourd’hui et me demande toujours : « Mais quel avenir elles se préparent, toutes ces filles qui se voilent ? » …Depuis trois ans, le voile s’est répandu dans des proportions inquiétantes. Il tend à devenir la norme : dans notre ville, on le met même aux petites filles. Les Maghrébines qui ne le portent pas entendent des insultes du genre : « Tu fais honte à Dieu ! » »

La honte, la vraie, contre laquelle elle se bat avec toutes les femmes du collectif, c’est ce linceul dont on commence à recouvrir les fillettes. Les photos sont éloquentes. « Nous demandons aux députés, aux sénateurs et aux sénatrices l’interdiction du voile pour les mineures. Au moins ça ! » martèle Nadia Benmissi, autre cheville ouvrière du mouvement. Les réponses sont décourageantes. « On est coincées ! » hasarde une élue. Par qui, par quoi ? Les « d’origine », elles, n’ont pas froid aux yeux. « Tant de femmes nous disent qu’on a raison mais qu’elles ont peur… » Dans sa « Convention citoyenne des musulmans pour le vivre-ensemble » de juin 2014, le Conseil français du culte musulman y va fort : il installe carrément la règle du voile pour les Françaises musulmanes alors que la « prescription coranique » ne mentionne nulle part l’obligation de se couvrir les cheveux. « Votre prise de position représente une régression qui banalise les répressions que subissent les femmes non voilées, s’insurge le collectif dans sa lettre au CFCM. Nous nous inquiétons de votre affirmation qui sacralise le port du voile et par là même cautionne l’action des fondamentalistes, source, dans notre pays, de troubles à l’ordre public. Votre crispation est un anachronisme dangereux pour nous tous. »Les pieux rédacteurs de la « convention » n’ont jamais daigné répondre. Leur rappeler que la première action des djihadistes, en Irak, en Syrie, au Mali, au Nigeria, quand ils s’emparent d’une ville, consiste à voiler intégralement les femmes pour leur interdire ensuite la totalité de la vie, fait tellement désordre…

Cette mascarade est bien apparue comme une propagande pour la banalisation d’un signe, certes religieux, mais avant tout stigmatisant pour la femme et manifestant sa mise à l’écart dans les sociétés patriarcales. Peut-on plaisanter de tout ? Ca dépend au détriment de qui ! Il y a plus que de « l’impudeur » à oublier que pour des millions de femmes, le port du voile est une obligation, sous peine des pires châtiments. Où à ne pas comprendre que chez nous, bien des femmes et des filles, dans certains quartiers, n’ont pas le choix si elles veulent avoir la paix !

  • http://www.siawi.org/article11394.html

    SOUVENIR DAY : Amel Zanoune assassinée pour avoir refusé de porter le voile …

    vendredi 22 avril 2016 , par siawi3

    Source : siawi, 22.04.2016

    par Zazi Sadou

    22.04.2016, 10:58

    Amel Zenoune jeune étudiante en droit quitte Alger dans un bus de l’université pour rentrer chez elle à Sidi Moussa, environ une heure avant la rupture du jeune. En ce dimanche 26 janvier 1997 , 17ème jour du ramadan, sur le chemin le bus est arrêté par ce que les algériens appelleront  » un faux barrage  » pour le distinguer des barrages de contrôle assuré par les militaires .

    L embuscade est mise en place par des terroristes du Groupe Islamiste armé GIA au lieu dit Benedja commune de Bentalha de triste mémoire pour avoir subit un des massacres les plus terrifiants des années 90.

    Les passagers du bus tremblent de peur et voient leur dernière heure arrivée. Mais les terroristes ne semblent pas se soucier d’eux. Une seule personne les intéresse : Amel Zenoune. On lui intime l’ordre de descendre du bus et la jeune fille s’exécute avec courage.

    L’un des hommes armés aiguise son couteau sur une pierre et, sans le moindre état d’âme, égorge la jeune fille sous le regard des autres passagers terrifiés. Il leur dira en substance qu’elle servira d’exemple à toutes celles qui fréquentent les universités et qui vont au travail sans être voilées. Un message terrifiant pour celles qui refusent d abdiquer à leur ordre moral inique.

    Elle avait tout juste 22 ans.

    Elle devait servir de modèle pour terrifier toutes les femmes et jeunes filles qui en Algerie , résistaient au diktat du FIS , Front Islamique du Salut et ses différents bras armés.

    Dans d’ autres contrées du Monde , en terre d islam , des millions de femmes à l ’ image d Amel Zanoune continuent de résister, par tous les moyens à l intégrisme islamiste et son ambition démesurée de soumettre les femmes et les sociétés à leur projet théocratique moyenâgeux .

    C’est à Paris, capitale de la France laïque, héritière des siècles des Lumières et de la République, promoteur des droits de l’ Homme et de l’ égalité des droits entre les femmes et les hommes qu’une initiative dite ’Hidjab day’ est lancée. Initiative mondiale lancée en 2013 par un réseau qui réussit parfaitement son marketing politique en Europe. La preuve est là sous nos yeux : c est précisément à Sciences Po Paris , prestigieuse école où la raison est enseignée pour éclairer l esprit que l action démarre !

    Quelque soit les motivations des jeunes étudiantes  » solidaires » qui se sont mobilisées pour  » soutenir leurs copines voilées » , qu’elles n’ oublient pas que des centaines de milliers – non des millions – de femmes musulmanes occupent l’ espace public tête nue dans leurs pays au péril de leur vie. Résister par tous les moyens pour dire leur aspiration à être libres et insoumises à l ordre moral qui veut les cacher parce qu’objet sexuel !Combien d entre elles ont payé par le viol et la mort le tribut de  » butin de guerre » ?

    Que ces jeunes étudiantes, sûrement laïques et émancipées n’ oublient pas que ce combat autour du  » voile » cache avant tout l ambition de forces politico religieuses violentes , déterminées à conquérir le monde pour transformer « le citoyen  » en communauté de simples croyants soumis à un ordre totalitaire où les femmes sont appelées à se cacher , s’ effacer, obéir , disparaître …

    Que toutes les jeunes filles voilées à qui les prêcheurs et « dealers de paradis  » courtisent par un faux discours de tolérance et de bienveillance fassent l’ effort d’ interroger cette pratique imposée hors contexte et qui est à des années lumières de l’ islam le plus lumineux qu’elles pensent représenter ! Lisez IBN SINA , IBN ROCHD , Mohamed ARKOUN , Fatima MERNISSI pour porter un autre esprit de l islam que celui qui s affiche en uniforme.

    Par cette expression qui ne fera surement pas l’ unanimité , je crie ma rage de militante féministe algérienne ayant vécu comme des centaines de milliers de mes concitoyennes l ordre intégriste en marche. Sans la résistance des femmes et tous les citoyens acquis à l idée de la démocratie dans son sens plein d humanité le visage de l Algérie aurait été radicalement transformé.

    Certes la France n’ est ni l’ Algérie, ni la Tunisie, ni l Irak, ni l’ Égypte. Seulement n’ oublions pas le credo unique des mouvements conquérants, intégristes d’ extrême droite. Quelque soit l’ habit sous lequel ils se présentent les premières victimes sont d’ abord les femmes. C est la leçon de notre histoire quotidienne.

    Porter le voile est-ce une question de Liberté garantie par l’ exercice de la démocratie ? Je ne le pense pas. La bataille « du voile » est l’ expression la plus visible de la volonté des intégristes de soumettre les femmes. L’ évocation des principes de démocratie et de liberté sont seulement le moyen d y arriver …

    N’ oublions pas le sacrifice d’ Amel l’ étudiante , de Rachida l’ agronome , de Khadidja la vétérinaire , de Lila l’ enseignante , de Rabéa mère au foyer et de cette très longue liste de résistantes …— 

    My new email address is <mahl.dzair@gmail.com>; the old address <mahl@wanadoo.fr> will be invalid in a shortwhile. Please start using the new one now.
    .
  • Manifeste 2015 des Marguerites sans frontière pour la journée mondiale des femmes contre le voile

http://www.margueritessansfrontieres.org/#!manifeste-pour-la-presse/ce22

On verra sur ce site la liste de toutes les associations et groupes qui soutiennent la journée contre le voile et se mobilise pour qu’il ne soit pas imposé aux petites filles et aux femmes.

"

  1. Je viens de lire tous les articles sur le voile , ils sont formidables !!

    Et j’ai également adoré le coup de gueule du début !!

    Bravo Alice !!
    Roselyne

    J'aime

    Répondre
    • laconnectrice

      Merci Roselyne
      J’ai bossé pour les écrire et tu as bossé pour tous les lire! Bravo pour cette réciprocité 😉
      Donnes-moi des nouvelles de tes « aventures »

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :