Flux RSS

Archives de Catégorie: islamisation

islamisation de la France impérialisme musulman djihad

Le frère du chauffard de Blagnac « adepte d’un islam rigoriste »

Tiens, tiens, comme c’est curieux. Le schizophrène qui a foncé en voiture sur trois étudiantes chinoises à Blagnac et les a grièvement blessées n’avait pas de nom. Mais on apprend que son grand frère de 32 ans aurait agressé son colocataire et l’aurait menacé avec un couteau en l’accusant d’avoir balancé son frérot aux flics. Placé en garde à vue, il sera jugé demain en comparution immédiate. A suivre.

Les autorités relayés par les médias soumis nous avaient expliqué en long et en large que le chauffard était un malade mental et que son crime n’avait rien de terroriste.

Maintenant, on sait quel est l’origine du malade mental …mais ça n’a rien à voir avec l’islam ni avec les appels insistants de Daech aux attentats do it yourself…ben voyons !

Encore une mère qui va aller pleurer misère parce que ses bons garçons de fils ont été injustement interpellés…et les voisins de même origine et religion qui diront qu’ils étaient de gentils garçons serviables et sans histoires. Collomb confirmera : ils n’étaient pas fichés S, autrement dit il n’y pouvait rien. En ce jour de commémoration des massacres du 13 novembre 2015, il y a vraiment de quoi pleurer de chagrin et de rage.

La Connectrice

http://www.20minutes.fr/faits_divers/2168255-20171113-blagnac-frere-chauffard-fonce-etudiants-interpelle-violences

Il aurait accusé son colocataire d’« avoir balancé » son frère aux policiers

Dans la nuit de vendredi à samedi, il l’aurait menacé avec un couteau et frappé. Son audition par la police suite aux exactions de son frère ne serait pas étrangère à cette bagarre, il aurait accusé son colocataire de « l’avoir balancé aux flics ».

L’homme serait adepte d’un islam rigoriste. Les policiers ont trouvé chez lui une somme importante d’argent. Placé en garde à vue puis déféré devant un juge, il fera l’objet d’une comparution immédiate ce mardi 14 novembre devant le tribunal correctionnel de Toulouse.

 

 

13 novembre 2015-13 novembre 2017. Commémorer c’est bien mais agir c’est mieux

 

11-IMG_3177

Mon hommage aux victimes du 13 novembre et de leur famille

Quelles leçons avons nous tiré des attentats islamo terroristes du 13 novembre 2015 ? Pas de mesures de sécurité efficaces au vu des attentats qui ont continué à tuer, blesser et traumatiser. Certes la liste des fichiers S s’est alourdie et quelques dizaines de projets terroristes ont été supprimés dans l’œuf, les gouvernants nous ont promis de prendre des dispositions sécuritaires, des éléments de l’organisation de l’état d’urgence ont été intégrés dans le droit commun mais cela suffit-il ?

Il semble que de nombreux français tiennent une position islamophile contre ceux qui osent nommer l’ennemi et qu’ils qualifient d’islamophobes en se bouchant les yeux, les oreilles, le nez (propos nauséabonds !) et l‘intelligence. Les éducateurs sont confrontés à des propos haineux et un refus revendiqué et justifié de « faire comme le français » parce que les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République et que l’oumma islamiya rejette celui qui fait comme le kouffar, ce mécréant maudit 5 fois par jour dans les prières musulmanes. Quand admettra-t-on que le musulman est totalement responsable de l’hostilité qu’il suscite et de son échec économique, social et culturel ?

Les responsables irresponsables ne veulent toujours pas savoir et admettre que l’islam interdit l’intégration et, au contraire encourage la conquête des pays non musulmans à ceci près que lorsque le musulman met un pied sur une terre, elle devient automatiquement musulmane. La France est donc musulmane. Malgré ces évidences des Français continuent à battre leur coulpe au nom de leurs crimes contre l’humanité (dixit Macron en Algérie à propos de la colonisation), à reprocher aux français leur racisme, leur discriminations et leur xénophobie. Ils ne veulent pas reconnaître le fait que tous les pays musulmans sont de féroces dictatures et que même ceux, comme la Turquie qui sont officiellement laïques sont des théocraties appliquant la charia et menant le djihad guerrier, économique et civilisationnel.

Dans la réalité, l’Etat a déversé depuis des années des milliards au titre de la Politique de la Ville pour aider les quartiers en difficulté, quartiers souvent zones de non droit, régie par la charia et son cortège de menaces. Personne n’admet que les quartiers sont un tonneau des Danaïdes et qu’il n’y aura jamais assez d’argent pour améliorer la situation de leurs habitants parce que des musulmans s’y opposent par tous les moyens.

Pire encore, les bâtiments publics (écoles, bibliothèques, mairies, commissariat, maisons de la culture, maisons des jeunes, etc. )  sont systématiquement pillés et détruit lors d’insurrections massives qui n’ont d’autre but que d’asseoir le rapport de force favorable aux musulmans et leurs soutiens.

Le 13 novembre 2015, une belle jeune fille intelligente et pleine de promesses de réussite a été tué dans les attentats. Lamia était une amie de mon fils. Elle était d’origine égyptienne et nous avions bavardé de l’islamisation de la France, selon mes observations. Très contrariée par mes propos, elle a mis brutalement fin à la conversation …comme beaucoup de jeunes love and peace, y compris mes enfants. Je pense à Lamia avec tristesse.

Les défenseurs de l’islam évoquent des musulmans modérés mais je ne vois toujours pas les musulmans modérés s’insurger haut et fort en manifestant massivement contre les attentats musulmans.

Alors, en ce 13 novembre, je suis triste pour ces jeunes vies privées d’avenir, pour les blessés traumatisés à vie, pour leur famille plongée dans la douleur sans fin, pour nos valeurs submergées par l’islamisation sans merci de nôtre civilisation, pour l’avenir incertain de mes petites filles et pour l’humanité tout entière.

J’ai ressorti mon drapeau français acheté après le 13 novembre 2015 et il flotte au vent glacial de cette  journée d’hiver ensoleillée.

La Connectrice

Lire aussi

http://ripostelaique.com/je-noublierai-jamais-ce-que-jai-vu-il-y-a-2-ans-au-bataclan.html

Extraits

Nous avions publié dans un premier temps la photo avec un carré blanc au milieu. Mais à la demande de l’auteur de l’article, qui a perdu beaucoup d’amis et voisins ce soir là, nous publions la vraie photo du carnage du Bataclan, pour que nos compatriotes voient de quoi sont capables les islamistes.

...Notre première déception est apparue face à l’attitude des médias et des nombreux journalistes qui se pressaient devant le Bataclan. Seuls les passants et les voisins du quartier qui tenaient un discours politiquement corrects retenaient l’attention des journalistes. A l’inverse, tous les témoignages dénonçant le caractère islamique de cet attentat étaient rejetés par les médias, témoignages qui provenaient pourtant de témoins directs de la tragédie ou de proches de victimes. ..

Au sein de notre association de victimes, nous étions réunis en groupes de parole pour évoquer nos traumatismes après les attentats. A notre grand étonnement, la psychologue désignée par l’association pour animer ces groupes de parole était de confession musulmane et il fut impossible de prononcer le mot « islam » au cours de nos échanges. ..

…Doit-on rappeler que ces soldats de Daesh sont les commanditaires de l’attentat du Bataclan et qu’ils ont sur les mains le sang des 130 victimes du 13 novembre 2015 ? La France va donc accueillir sur son territoire des ennemis de notre République, des assassins qui ont servi l’idéologie criminelle de l’Etat Islamique. Pour quelles raisons nos dirigeants n’ont-ils pas consulté préalablement les survivants et les proches des victimes des attentats avant de se prononcer sur le sort de ces djihadistes ? Faudra-t-il verser des allocations familiales à ces familles avec l’argent du contribuable français, notamment avec l’argent des proches des victimes du Bataclan qui payent leurs impôts comme chaque citoyen français ? Est-on réellement à l’abri d’un nouvel attentat sanglant par ces djihadistes de retour en France ? Autant de questions restées en suspens et pour lesquelles nos hommes politiques n’apportent aucune réponse. Ce qui est certain, c’est que chaque djihadiste qui foulera le sol français est une insulte à la mémoire des morts du Bataclan et de toutes les victimes des attentats islamiques commis en France.

 

Un père et ses fils enlèvent séquestrent et torturent leur fille et sœur ! C’est ça la France ????

Il faut croire que les autorités gouvernementales, policières et judiciaires n’envoient pas des signaux fermes aux familles et aux hommes qui importent en France des coutumes que nous avons mis des siècles à combattre au nom de la République, de la démocratie, de la liberté et de l’égalité réelle entre femmes et hommes.

Comment est-il possible que dans la France de 2017 des hommes imprégnés d’une culture opposée au respect des femmes puissent mener à leur guise une lutte contre leur liberté et leur légitime émancipation de cultures archaïques exigeant leur soumission par tous les moyens, fussent-ils violents voire létaux ?

Les politiques de tous bords ont beau jeu de tenir des discours sur la liberté, la démocratie, l’égalité des citoyennes et citoyens qui naissent égaux en droit, les lois et les droits. Dans la réalité, ces beaux principes ne sont pas respectés car, pour régner, il faut diviser et qu’importe si les femmes de tous âges sont les victimes de ce double discours dissimulant de noirs desseins cyniques, égoïstes et égocentriques.

La condition des femmes et le respect que leur porte la société est l’indicateur de l’intelligence humaniste et du degré de civilisation de la dite société. L’actuelle régression de la condition des femmes est l’expression de la médiocrité globale de notre société et de ses responsables irresponsables.

La Connectrice

http://www.midilibre.fr/2017/11/10/nimes-17-ans-enlevee-et-torturee-par-sa-famille,1586065.php

Nîmes : 17 ans, enlevée et torturée par sa famille

Le procureur Maurel a requis la prison pour les suspects.

Une enquête éclair a permis de résoudre un rapt familial qui a eu lieu à Nîmes le lundi 6 novembre. La jeune fille a ensuite été séquestrée plusieurs jours à Saint-Chaptes. 

Enlevée devant son lycée car sa famille la soupçonnait de fréquenter un adolescent. C’est le scénario qui a conduit la police de Nîmes à lancer un vaste dispositif de recherche pour retrouver une jeune fille de 17 ans. La scène se passe devant le lycée Philippe-Lamour à Nîmes. Des témoins aperçoivent la jeune femme embarquée de force dans un véhicule.

 

Sur le moment, une altercation serait même intervenue avec des personnes qui auraient tenté de s’interposer. Mais la jeune femme est tout de même emmenée contre son gré dans la voiture. D’ailleurs à cet instant, un éducateur qui s’occupait de l’adolescente a été frappé. Ce dernier était chargé d’assurer un suivi de cette jeune fille. “Elle était placée sous protection judiciaire pour des motifs liés à des violences paternelles”, précise une source judiciaire.

Alerte déclenchée

Lundi, dans les instants qui suivent l’enlèvement, l’alerte est immédiatement donnée. La police, appelée sur les lieux, déclenche rapidement une opération de grande envergure. “À cet égard, je salue la compétence et l’engagement exceptionnels des policiers de la Sûreté départementale du Gard”, souligne Éric Maurel, le procureur de la République de Nîmes.

Très vite, les recherches appuyées “par des moyens technologiques de très haut niveau” permettent de localiser des suspects. Dans un premier temps, le père de la jeune fille est placé en garde à vue au commissariat de Nîmes. Il sera déféré mercredi et mis en examen pour les violences commises sur l’éducateur et sa participation à l’enlèvement en bande organisée.

Par ailleurs, la police de Nîmes a poursuivi son enquête qui semble mettre en relief des violences perpétrées par le père. Lequel ne supporterait pas que sa fille puisse avoir une liaison. La suite de l’enquête, aidée par les gendarmes du Gard, permet de localiser le lieu où la fille est détenue.

Attachée sur une chaise

Elle est retenue dans une maison située dans un village situé dans le secteur de Saint-Chaptes. Ainsi, policiers et gendarmes bouclent le secteur et, finalement, rentrent dans le local de détention. Ils découvrent la jeune fille attachée sur une chaise, visage tuméfié et dans l’impossibilité de faire ses besoins. “La malheureuse se serait même uriné dessus”, constate un proche de l’enquête. En outre, elle n’aurait pas été nourrie (ou très peu) pendant plusieurs jours.

Nez fracturé

Dans la foulée, ses deux frères sont interpellés et placés en garde à vue. Ils sont suspectés d’avoir participé à l’enlèvement et d’avoir frappé leur sœur pendant ces trois jours. “Elle a le visage marqué par les coups et présente une fracture du nez”, ajoutait-on vendredi soir au parquet de Nîmes. Au terme de leur garde à vue, les deux frères ont fait l’objet d’un transfert au tribunal de grande instance de Nîmes.

 

Le parquet a demandé leur mise en examen pour enlèvement en bande organisée et actes de torture et de barbarie, a indiqué le procureur Maurel. Le magistrat a également requis le placement en détention des deux frères. Vendredi soir, le juge des libertés et de la détention devait examiner le sort de ces tortionnaires présumés.

WALEED AL-HUSSEINI : Je souhaite que d’autres femmes sortent du silence

Selon vous, Tariq Ramadan est un cas isolé ou s’inscrit-il dans une généralisation de ce genre de pratiques ?

Ce n’est pas un cas isolé, comme je l’ai dit plus haut. Il y a beaucoup d’histoires qui nous renseignent sur la façon dont les prédicateurs exploitent la femme. Des enseignants du Coran à l’école, des imams à la mosquée, pour ne parler que de ceux-là, ont eu des comportements similaires à Tariq Ramadan. Les preuves sont nombreuses dans la presse. À ces agressions s’ajoutent aussi les mariages provisoires et les mariages de jouissance autorisés par les religieux. C’est une sorte de prostitution maquillée par les fatwas. Donc, les femmes sont agressées de plusieurs façons et sont généralement soumises à l’homme, de surcroît à l’homme de religion. Je souhaite que d’autres femmes sortent du silence et dénoncent ces agressions, non seulement celles commises par Tariq Ramadan, mais toutes les agressions. Je souhaite qu’elles surmontent la peur que font régner les disciples de ces religieux et qui les contraignent à se murer dans le silence. http://www.bvoltaire.com/ny-a-rien-de-surprenant-laffaire-tariq-ramadan-nest-cas-isole/?mc_cid=938eaadd8f&mc_eid=cc0cd27bf4

 

Face à l’islamisme nous répétons nos erreurs passées face au nazisme

Publié le

Mutatis mutandis, face au totalitarisme islamiste, les islamo-gauchistes complaisants et les foules européennes sidérées par les attentats et les horreurs de Daesh, reproduisent le même type d’attitude irresponsable que leurs aînés face au nazisme. Négation ou sous-évaluation de la menace, minimisation des attaques, compassion et incantations pacifistes bêlantes, voire victimisation des auteurs d’attentats ayant prétendument subi les humiliations non plus du traité de Versailles mais de la colonisation, de l’exclusion, de la stigmatisation, et bien sûr de «l’islamophobie».

Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l’Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016

Après chaque attentat, ce sont les mêmes scènes de pleurs et de prières œcuméniques, bougies, fleurs et peluches étalées sur le bitume, minute de silence pour les victimes, appels à la paix et au «vivre ensemble». Cherche-t-on à détourner les futurs candidats djihadistes de leurs funestes projets en les convertissant au peace and love? Aussi absurde que de tenter de trouver une thérapie psychiatrique miracle pour tous ces «déséquilibrés», ces «malades mentaux» que seraient les terroristes! Certes pour planifier l’assassinat de milliers d’inconnus qui ne leur ont pas fait d’autre offense que de vivre hors des règles rigoristes de leur islam, faut-il que ces islamistes soient fous. Comme présentaient des profils psychopathes grand nombre d’hiérarques et d’exécuteurs nazis. Mais combien de milliers d’autres SS, soldats de la Wermarch «ordinaires» et simples civils allemands ont-ils participé de cette «folie collective»? Pourtant ce n’est pas par la cure psy que l’on a vaincu le nazisme agresseur, mais par les armes et la résistance intellectuelle.

Lorsqu’en septembre 1936 Léon Blum décida d’augmenter le budget de la Défense (14 milliards supplémentaires au lieu des 9 demandés par l’état-major) et qu’il rappela plusieurs classes de réservistes en réponse à la militarisation de la Rhénanie par Hitler, il déclencha les insultes des pacifistes et notamment du PCF qui le traita de «fauteur de guerre». Alors qu’il réagissait (bien en deçà de ce qu’il jugeait nécessaire au demeurant) à la menace nazie, ses détracteurs l’accusaient d’agressivité, de provocation et de bellicisme. On sait ce qu’il advint des pacifistes hantés par le souvenir de la guerre de 14-18 qui refusèrent de comprendre la nature du totalitarisme hitlérien au nom de l’amitié entre les peuples: nombre d’entre eux sombrant dans la collaboration, ils connurent le déshonneur et un second conflit mondial qui dépassa le précédent dans l’horreur.

Face au totalitarisme islamiste, les islamo-gauchistes complaisants reproduisent le même type d’attitude irresponsable que leurs aînés face au nazisme.

Mutatis mutandis, face au totalitarisme islamiste, les islamo-gauchistes complaisants et les foules européennes sidérées par les attentats et les horreurs de Daesh, reproduisent le même type d’attitude irresponsable que leurs aînés face au nazisme. Négation ou sous-évaluation de la menace, minimisation des attaques, compassion et incantations pacifistes bêlantes, voire victimisation des auteurs d’attentats ayant prétendument subi les humiliations non plus du traité de Versailles mais de la colonisation, de l’exclusion, de la stigmatisation, et bien sûr de «l’islamophobie».

Tout comme les mouvements fascistes en leur temps de crise, les phénomènes d’islamisation et de «radicalisation» djihadiste des banlieues françaises et européennes, s’alimentent certes du chômage, de la perte de repères, de la demande de protection et de lien… Mais il est tout aussi indéniable qu’il existe une stratégie de conquête de l’islamisme qui passe autant par un entrisme au sein des sociétés occidentales que par des actions violentes. La mouvance politique islamiste travaille à tous les niveaux: social, idéologique, religieux, politique, terroriste, guerrier, en occident après avoir progressé au Maghreb et au Moyen-Orient, puis en Afrique et en Asie. Dans cette entreprise de conquête, la lutte idéologique est aussi importante que la terreur des actes. Les islamistes développent donc un discours prosélyte et de propagande de type victimaire: comme tous les génocidaires, ils présentent leurs cibles comme des agresseurs.

Comme jadis, les mots sont détournés de leur sens, les argumentations prennent la forme de syllogismes ou de théories complotistes, les attaques ad hominem se font menaçantes. Le terrorisme verbal recouvre et légitime la terreur en acte, dans la grande tradition stalinienne qualifiant ses victimes de «vipères lubriques» et de «sociaux-traitres», mais en moins imagé au demeurant pour ce qui concerne les «idiots utiles» de l’islamisme, tandis que les prédicateurs et les combattants du djihad continuent quant à eux de traiter de chiens, de singes et bien sûr de porcs, leurs ennemis: juifs, mécréants, femmes impudiques, apostats, artistes impies, athées, chrétiens, homosexuels, démocrates, libertins, humanistes, féministes, et bien d’autres encore.

Les erreurs tactiques et les mensonges passés des Occidentaux au Moyen-Orient ne sont pas à l’origine de l’offensive islamiste actuelle.

Ne confondons alors pas les causes et les effets. Les erreurs tactiques et les mensonges passés des Occidentaux au Moyen-Orient ne sont pas à l’origine de l’offensive islamiste actuelle même s’ils sont utilisés, instrumentalisés par le djihadisme qui inverse toujours la charge de la preuve en présentant leur guerre sainte d’expansion comme une réaction, une réponse à l’action des «croisés» occidentaux. Car il existe bien une offensive islamiste en occident, en Europe et en France notamment. Cette offensive a été théorisée en 2005 par le troisième djihadisme comme l’appelle Gilles Kepel, à travers l’«Appel à la résistance islamiste mondiale» d’Abu Musab Al-Suri. Il s’agit d’un phénomène foncièrement religieux utilisant la lutte armée et non pas d’une entreprise révolutionnaire instrumentalisant la religion: c’est l’islam qui se remet en marche pour combattre et gagner le monde après une phase historique de replis face aux pouvoirs coloniaux puis aux premiers gouvernements nationalistes indépendants, avant d’investir ceux-ci et de s’allier à eux contre les éléments démocratiques endogènes.

Non seulement nos sociétés sécularisées ont du mal à imaginer la force de la pensée religieuse qui anime le totalitarisme islamiste, mais également, une pensée rationaliste étroite et les tenants d’une idéologie de gauche simpliste ont toujours du mal à assimiler la notion de totalitarisme. La gémellité du bolchevisme et du fascisme analysée très tôt par Marcel Mauss a été refoulée par l’hégémonie communiste. Puis l’antifascisme et ses avatars tardifs jusque dans les années 60 ont entravé la diffusion de la pensée d’Hanna Arendt vulgarisée tardivement par les «nouveaux philosophes» dans les années 70. Enfin, la dérive d’un antiracisme érigé en dogme intangible à partir des années 90 a contrecarré la prise de conscience de l’émergence d’un totalitarisme de troisième type, l’islamisme. Et le clivage a réapparu entre «les deux gauches» autour de la thématique islamiste car le phénomène politique de l’islamisme ouvre de nouvelles perspectives aux orphelins du bolchevisme, ce vieux mouvement politico-mystique de la religion séculière communiste.

Comme par le passé, une certaine gauche qui s’affirme radicale, est prête à verser dans la collaboration. Son pacifisme d’idiots utiles promeut en effet un désarmement tant idéologique que militaire, laissant la voie libre à l’expansion de la domination islamiste. Foin de naïveté, de complaisance à l’égard des coupables et de commémorations compassionnelles passives en attendant «pacifiquement» la prochaine attaque de l’ennemi. La réponse au nouveau totalitarisme passe par le réarmement tant idéologique que militaire.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/08/25/31003-20170825ARTFIG00269-face-a-l-islamisme-certains-reproduisent-les-erreurs-de-leurs-aines-face-au-nazisme.php

Lire aussi

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/10/04/31003-20171004ARTFIG00118-renee-fregosi-osons-defendre-la-civilisation-occidentale.php

…Menée dans 22 pays européens, cette nouvelle étude montre notamment, que pour une grande majorité des personnes interrogées, l’islam représente un danger pour leur pays (57% en France, 63% en Allemagne, autour de 70% en Europe de l’est).

Quant à l’immigration, elle est jugée négative pour environ 60% des Européens, toutes catégories d’âges confondus et sans relation avec la situation économique particulière de chaque pays.

Mais face aux chiffres, les mécanismes de déni du réel et de retournement de la charge de la preuve joueront sans doute à nouveau dans les milieux du politiquement correct, comme c’est le cas depuis au moins une vingtaine d’années lorsqu’on aborde les questions de l’islamisme, de l’antisémitisme, de la culture française, européenne ou occidentale…

 

Culture du viol. Affaire Rousseau/Angot. La victime a toujours tort.

Publié le

Christine Angot est un écrivain (elle ne se veut pas écrivainE) qui prend son travail littéraire pour une vérité universelle.

Sandrine Rousseau est une politique qui voudrait changer le monde, en particulier la condition des femmes. Elle vient de sortir un livre dans lequel elle raconte sa difficulté de se faire entendre après avoir été agressée par Denis Baupin.

Mises en présence sur les plateau de ONPC (On n’est pas couché) les deux femmes se sont affrontées jusqu’à la crise de nerfs pour Angot et les larmes pour Rousseau. L’agressivité méchante et égocentrique d’Angot, appuyée par Yann Moix, a choqué de nombreux téléspectateurs qui ont protesté auprès du CSA. L’affaire continue à faire grand bruit et des journalistes y vont de leur plume aiguisée au prétexte de faire la part des choses. Claude Askolovitch s’est particulièrement distingué dans son désir de botter en touche par un article indécent en faveur de Christine Angot.

Mon opinion de femme, ayant été traquée de puis son enfance par toutes sortes d’hommes de tous âges, toutes origines ethniques, toutes religions et toutes situations sociales, est que la culture du viol s’est renforcée dans la société française par l’arrivée en masse de cultures qui méprisent la femme et cherchent à la neutraliser en la ramenant à son rôle de procréatrice et de défouloir dédié aux fantasmes et exigences sexuels du mâle.

Christine Angot peut « se débrouiller avec ça » en triturant les mots en tant qu’écrivain, la démarche de Sandrine Rousseau qui voudrait non seulement parler mais que la parole des femmes agressées sexuellement soit entendue à des fins de thérapie mais aussi de réflexion pour toute la société afin de cesser de traiter les femmes comme des proies à la disposition du premier mâle venu. Bien entendu, je comprends la démarche et l’intention de Sandrine Rousseau et je la soutiens.

De plus, je dois ajouter que l’égocentrisme narcissique, sur un  sujet aussi dramatique, de Christine Angot, me dégoûte, au même titre que le soutien de Moix, la passivité coupable de Laurent Ruquier et des autres invités. Christine Angot fait partie de ces femmes fières de déclarer MOI JE ne suis pas féministe, MOI JE me débrouille, MOI JE ne suis pas concernée. Ce disant, ces femmes oublient que sans les luttes féministes elle en seraient encore à demande l’autorisation du père, frère, cousin, mari, patron, préfet pour voyager, découvrir, étudier, travailler, choisir leur compagnon, ouvrir un compte en banque, voter, porter le pantalon, hériter, disposer de sa fortune personnelle et de son salaire, etc.

Après plusieurs jours de polémique, j’ai trouvé intéressant le point de vue des NouvellesNews que je vous invite à découvrir.

La Connectrice

 

Sandrine Rousseau, deux victimes d’agression sexuelle KO sur un ring télévisuel. Des questions culpabilisantes. De quoi doucher les velléités de dénonciation.

http://www.lesnouvellesnews.fr/concours-de-victimes-et-a-la-fin-omerta-qui-gagne/

Indicibles violences, invisibilisation des femmes et de leurs combats : le spectacle de l’émission « On n’est pas couché » résume ce qui désespère Sandrine Rousseau. Marlène Schiappa demande au CSA de réagir.

http://www.lesnouvellesnews.fr/angot-rousseau-les-medias-et-le-combat-contre-les-violences-sexuelles/

 

 

Antisémitisme. agressions à Livry-Gargan et Garges-les Gonesses

L’antisémitisme islamique est une réalité récurrente que nos médias nationaux, toujours prêts à donner des leçons droitdel’hommistes , se gardent bien de mettre à la une. Mieux, la plupart n’en parlent même pas et laissent les organes juifs seuls en traiter comme si les français de confession juive étaient moins français que ceux qui les agressent.

Depuis des années que l’antisémitisme reprend du poil de la bête immonde sous l’influence de l’islamisation de la France, les responsables irresponsables aveuglés par les pétrodollars laissent faire.

A la veille du nouvel an juif, Rosh Hashana, on peut craindre que des terroristes profitent de la fête pour commettre des attentats contre les Juifs en fête.

New Year's dinner Rosh Hashanah

Des pommes et du miel pour que l’année à venir soit aussi douce

Vendredi 8 septembre 2017 à Livry-Gargan

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/09/11/01016-20170911ARTFIG00336-famille-agressee-a-livry-gargan-la-communaute-juive-s-alarme.php

Une enquête a été ouverte pour séquestration, vol et extorsion en réunion avec violences, après l’agression, tôt vendredi matin, à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), d’un militant associatif juif, de sa femme et de leur fils. «Selon les premiers éléments, la motivation de cet acte lâche semble directement liée à la religion des victimes», a dénoncé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Encore traumatisé après des coups à la tête, Roger Pinto, 78 ans, président de l’association «de défense du peuple juif et de l’État d’Israël» Siona et ancien vice-président du Crif, n’a qu’une demande: «Il faut que ça cesse!»…

…Les agresseurs, poursuit-il, sont «trois Noirs: deux d’une vingtaine d’années, et celui qui semblait être leur chef, plus âgé, le visage masqué par un foulard». Seul ce «chef» s’exprime, en tutoyant ses victimes: «Où caches-tu tes bijoux, ton argent?», demande-t-il à Mireille Pinto. «Nous savons que les Juifs ont beaucoup d’argent, scande-t-il encore. Si vous ne nous donnez pas ce qu’on demande, on vous tue.»…

Dimanche 17 septembre 2017 à Garges-les-Gonesses

http://www.leparisien.fr/garges-les-gonesse-95140/garges-les-gonesse-plusieurs-fideles-de-la-synagogue-pris-a-partie-18-09-2017-7269687.php

Il est environ 16h30 ce dimanche lorsque des fidèles de confession juive sont verbalement agressés devant la synagogue de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), dans la rue Jean-Baptiste-Corot. « Allahou akbar, nique les juifs » ont crié une vingtaine d’individus âgés de quinze ans et plus…

Communiqué du BNVCA -Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme-

19/09/2017 

Le BNVCA condamne l’agression commise contre des fidèles de la communauté juive de Garges les Gonesses commise le 17/09/17 
Le BNVCA condamne la nouvelle agression antisémite commise le dimanche 17 septembre 2017, vers 16h30, par une horde de jeunes gens décrits d’origine nord africaine, âgés d’environ 15 ans, qui ont agressé verbalement des membres de la synagogue de Garges les Gonesses (95) au cri de « Alla ouakbah, on va vous égorger ». Constatant que l’un des agresseurs possède une bombe lacrymogène et qu’un autre tente d’escalader le mur de la synagogue, les victimes font immédiatement appel à la police. Les auteurs ont pris la fuite. Selon le président de cette communauté, les attaques des fidèles et de ce lieu de culte sont récurrentes. Plusieurs plaintes ont été déposées. La synagogue reste un site particulièrement vulnérable car elle est entourée de tours d’immeubles, dans une cité réputée sensible. Le BNVCA salue l’intervention rapide des forces de l’ordre et demande une surveillance accrue de cette synagogue notamment durant les fêtes solennelles du Jour de l’An Juif et du jour du Grand Pardon (Yom Kippour). Le BNVCA demande au Préfet du Val d’Oise d’intervenir auprès du maire de Garges, afin qu’il accède à la demande des dirigeants de la communauté juive de Garges, et fasse élaguer les arbres qui masquent la visibilité aux caméras de vidéo surveillance installées pour prévenir les incidents. Le BNVCA ressent un « ras le bol » que lui expriment la plupart des citoyens juifs, qui en ont assez d’être ainsi terrorisés depuis près de 18 ans, et de subir ce nouvel antisémitisme qui persiste et ne faiblit pas malgré toutes les mesures engagées.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :