Flux RSS

Archives de Catégorie: islamisation

islamisation de la France impérialisme musulman djihad

Le meurtre de Sarah Halimi, preuve que les juifs ne sont pas tout-puissants

Publié le

 

Désolée pour la mise en page, je me retrouve avec des colonnes que je n’ai pas demandées et je ne parviens pas à les supprimer ;-(((

Dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 avril 2017, Sarah Lucy Halimi était retrouvée inerte au pied de son immeuble dans le 11ème arrondissement.

Elle avait été poussée du 3ème étage par son voisin afro musulman qui la harcelait régulièrement. Informée, la Police n’y avait pas mis fin. Il s’est introduit dans son appartement, l’a entraînée sur le balcon et l’a poussée aux cris de Allah Akbar.

Si les juifs étaient aussi puissants que de nombreuses personnes le prétendent obsessionnellement, sarah Halimi, une doctoresse de 66 ans, juive orthodoxe, n’aurait pas été torturée et assassinée par son voisin musulman qui la harcelait depuis des années.

Si les juifs étaient aussi influents que certains l’affirment, leur bras soit-disant si long, aurait ramené la Police et la Justice aux réalités antisémites que subissait Sarah Halimi et sa famille depuis des années dans leur propre immeuble et serait intervenues pour y mettre un terme.

Si les « milices juives » étaient aussi féroces qu’il se prétend, elles auraient terrorisé par la violence qu’on leur attribue les voisins afro musulmans antisémites de Sarah Halimi.

Si les juifs étaient « partout », ils auraient été aussi présents dans la police pour protéger leurs coreligionnaires d’agressions antisémites. Les policiers du quartier avaient été sollicités plusieurs fois mais n’ont rien fait et le jour même de la défenestration de Sarah Halimi ils restaient au pied de l’immeuble et ne sont pas intervenus sur les lieux du crime.

Si le lobby juif existait et exerçait sa toute puissance sur les dirigeants et les médias, Sarah Halimi n’aurait pas été martyrisée et défenestrée et les médias auraient unanimement relaté cet effroyable drame au lieu de rester mutiques.

Si la communauté juive était aussi massive, unie et influente qu’on le dit, les participants à la marche blanche en hommage à Sarah Halimi n’auraient pas été caillassés et insultés par des antisémites haineux certains de leur impunité.

 

On reparle du meurtre antisémite musulman de Sarah Halimi

Grâce à l’action de certains intellectuels juifs ou non, on reparle abondamment de l’assassinat, parce que juive, de Sarah Halimi le 4 avril dernier. La famille, les proches et des citoyens demandent que justice soit faite pour cette doctoresse dévouée qui n’avait d’autre défaut que celui d’être juive.

J’avais été informée de ce drame dès le lendemain en écoutant Radio J où s’exprimaient des rabbins. J’avais tout de suite écrit un article stupéfaite par cette barbarie antisémite. Au vu de quelques détails significatifs -un afro musulman et sa famille qui harcelaient Sarah Halimi, une juive orthodoxe, des plaintes déposées sans suite- mais je peux comprendre que des responsables de la Police et de la Justice ne se prononcent pas tout de suite pour se donner le temps de trouver des preuves irréfutables du caractère antisémite de l’agression. Le problème est que depuis le mois d’avril ces preuves irréfutables-dont des enregistrements- n’ont pas été prises en considération et que le caractère antisémite de l’assassinat n’a pas été retenu.

Vous pourrez lire ci-dessous des articles qui détaillent l’affaire avec toutes les informations qui ont été collectées depuis près de trois mois.

Pour en savoir plus

Entre les deux tours de l’élection présidentielle, Emmanuel Macrons’est rendu à Oradour-sur-Glane pour honorer, non sans arrière-pensées, la mémoire du massacre abominable commis, il y a 73 ans, par une colonne infernale de SS. Le martyre du village de Haute-Vienne, gravé dans nos mémoires, reste l’une des images les plus fortes de la barbarie crue, dure, aveugle. Quelques jours plus tôt, le 4 avril, une femme juive de 65 ans était torturée et assassinée, en plein Paris. Ce « fait divers », dont la presse n’a guère parlé, suscite la réaction de plusieurs intellectuels français dont le communiqué, digne et ferme, dénonce l’inaction de la police et le profil du tueur : un musulman….

COMITE DE SOUTIEN

VÉRITÉ  ET  JUSTICE  POUR  SARAH  HALIMI

CONTACT : Richard C. ABITBOL

TEL : +33. (0)1.53.45.54.89

FAX : +33. (0)1.53.45.54.55

E-MAIL : MAILTO:PRESSE@CJFAI.COM

POUR PARUTION IMMÉDIATE

9:00 H, 29 MAI 2017

Dans la nuit du 4 avril 2017, Madame Sarah Halimi Attal (z ‘’l), une femme juive orthodoxe de 65 ans, médecin et directrice de crèche, a été surprise dans son sommeil chez elle au  26 rue Vaucouleurs, dans un modeste immeuble du XIème arrondissement de Paris ! Elle a été atrocement torturée pendant plus d’une heure et assassinée dans des conditions particulièrement abominables. Son agresseur, Kobili T., un « islamiste radical », a assassiné Sarah Halimi parce qu’elle était juive. Durant plusieurs semaines, il l’avait importunée et harcelée avec des injures antisémites avant de l’agresser et de la tuer. Introduit chez la victime par le balcon, il s’est acharné avec une violence inouïe sur sa victime, provoquant une vingtaine de fractures au corps et au visage, avant de la défenestrer, agonisante, du troisième étage. Le récit des violences et des actes de barbarie qu’a subi la victime sont tout simplement le reflet d’une haine indescriptible et donc insupportables à décrire !

Après son acte abominable, Kobili T. a été neutralisé et interné en psychiatrie sans même avoir été entendu ! L’abominable criminel antisémite était immédiatement devenu un simple dément !

Pendant le long calvaire de Madame Sarah Halimi Attal (z ‘’l), la police, qui avait été immédiatement prévenue par les voisins, était arrivée sur place et s’était installée tant sur le palier qu’au bas de l’immeuble. Ce sont ainsi 18 policiers qui, arrivés sur place, se sont installés en spectateurs et n’ont pas cru bon d’intervenir tout au long du terrible calvaire de la sexagénaire, et ce, pour des raisons obscures et incompréhensibles,  !

De surcroît, malgré le fait qu’une trentaine de mains courantes ont été déposées au commissariat pour signaler les agissements du suspect, malgré le fait qu’il a été constaté que le suspect s’était radicalisé, malgré le fait que Sarah Halimi était reconnue dans l’immeuble comme une personne de confession juive, et que de nombreux accrochages avaient eu lieu dans les mois précédant l’attaque avec la famille du suspect, malgré le fait que pendant sa séance de torture, le suspect traitera sa victime de « Sheitan » [Satan, en arabe], criant une dizaine de fois « Allah Akbar », malgré le fait que le meurtrier alternait « incantations du Coran » et salves de coups lorsque sa victime reprenait connaissance, malgré tous ces éléments le procureur de la République ouvre, le 14 avril (10 jours après les faits !) une information judiciaire pour « homicide volontaire » et ne daigne pas, comme cela paraissait évident, inculper Kobili T. pour  « assassinat avec les circonstances aggravantes que constituent les actes de barbarie et le motif antisémite ».

Mais, dans cette affaire, le fait le plus grave, reste que la police, alertée par les voisins qui entendaient « les pleurs, les cris et les hurlements de douleur de madame Halimi »,  a pu rester les bras croisées pendant plus d’une heure avant d’intervenir, après le drame !

Interpellés par de tels agissements de nos forces de l’ordre, qui nous avaient habitué à plus de témérité, nous nous attendions à des réponses claires aux questions que nous nous posions ! Mais que nenni !Nous avons reçu des réponses les plus  floues et qui semblaient traduire un véritable malaise.

Et cependant, malgré ce qui apparaît comme un grave dysfonctionnement de la chaîne de commandement, ni le ministère de l’intérieur, ni le ministère public n’ont saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Enfin, ce terrible drame a pu se dérouler en plein Paris sans que personne, aucun media (seul en entrefilet dans Le Parisien a évoqué le drame avec des propos flous et sans aucune référence à la motivation antisémite), aucun responsable politique (à l’exception notable de Marine Le Pen qui l’évoque lors d’une interview au Figaro avec Yves Thréard !), ni aucun responsable (le mot prend ici tout son sens !) de la communauté juive dite organisée ne relate, ne se soient émus outre mesure de l’affaire, ni même ne l’évoque. L’Omerta est totale ! Il a fallu près de deux mois avant que la presse ne commence à y faire allusion !

Quant à la communauté juive dite organisée, il a fallu attendre le le 7 avril, soit trois jours après les faits, avant qu’elle se targue d’un communiqué à l’eau tiède où elle écrit « rien ne permet de retenir le caractère antisémite et rien ne permet de l’exclure. L’enquête se poursuit et toutes les pistes sont ouvertes … Toutefois nous faisons pleine confiance aux hommes et femmes qui œuvrent à cette enquête…L’enquête ne peut se faire sur les réseaux sociaux, le mélange d’informations provenant de témoins directs avec des récits « revisités » par des commentateurs, le mélange d’informations vérifiées et avérées avec des informations supposées, imaginaires, voulues ou encore déniées créent une confusion qui dessert la recherche de la vérité. »

En un mot, circulez, il n’y a rien à voir ! Et ce, en profonde opposition avec l’énorme émotion qui avait envahi les consciences et le cœur du peuple juif de France !

Cependant, l’émotion fut telle que la communauté juive dite organisée s’est vu obligée d’organiser une marche blanche, tout en rappelant qu’il ne fallait pas céder au complotisme (peut-être l’aspect antisémite de l’affaire) qui se répandait sur les réseaux sociaux, et alors même que cette marche s’est  terminée sous les quolibets antisémites du voisinage de madame Halimi! Preuve, s’il en fallait, de la nature antisémite de l’affaire  !

Ainsi, après avoir passé sous silence les divers actes antisémites qui se sont produits depuis février, après la chape de plomb, il serait donc interdit d’évoquer la piste antisémite dans l’enquête en cours, et ce, pour le fallacieux prétexte de ne pas favoriser « une certaine candidate » pendant la campagne présidentielle qui battait son plein !

Ce qui nous mène à cette terrible constatation :  afin d’éviter un antisémitisme putatif et virtuel on devrait camoufler un antisémitisme qui, lui, était bel et bien réel !

C’est ainsi que de ce crime antisémite, il ne fut pas question pendant toute la campagne présidentielle.

Mais où étaient donc ces journalistes, si friands d’investigations, ceux qu’on a vu si zélés dans l’« affaire Théo » ? Ont-ils été encouragés par l’attitude timorée et prudente des responsables de la communauté juive dite organisée, qui les aurait induites à se taire et à se conformer aux appels à la prudence de Monsieur le procureur ? Ils ne nous avaient pas habitué à une telle discipline !

De même, où étaient donc les artistes et les étudiants (FIDEL, UNEF, UEJF…) qui s’étaient si promptement mobilisés dans l’« affaire Théo » ou contre la candidate du Front National ? Où étaient-ils pendant ce lynchage antisémite au cœur de Paris ? Où était Madame Hidalgo et ses éclairages nocturnes auxquels elle nous avait habitués ? Ce crime de sang, d’une violence inouï, à Paris, ne méritait-il pas un éclairage rouge sang de la Tour Eiffel ou de la Mairie de Paris ? Où étaient-elles  toutes ces bonnes conscience de circonstance ? Elles  étaient, tout simplement,  aux abonnés absents !

Pour toutes ces raisons et au vu des éléments en notre disposition, il nous est apparu nécessaire d’obtenir les éclaircissements face à tous ces dysfonctionnements.

C’est dans ce but que nous avons créé, au sein de la Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël, un comité de soutien ad hoc afin d’obtenir les réponses adéquates.

Notre action et notre engagement nous le devons :

♦ A la mémoire et à la famille de la victime

♦ A la communauté juive de France, dans la tourmente depuis plus de 15 ans

♦ A la République et à la Démocratie Française qui méritent mieux que ces dysfonctionnements

Dans ces conditions, nous, signataires de ce présent appel, nous appelons les autorités policières, judiciaires et politiques à agir dès aujourd’hui pour que:

  1. Soit reconnue immédiatement la circonstance aggravante d’antisémitisme
    2. Soit reconnue la circonstance aggravante de séquestration, d’actes de torture et de barbarie
    3. Soit procédé à la requalification de ce crime (qualifié aujourd’hui d’« homicide volontaire ») en assassinat avec les circonstances aggravantes ci-dessus citées.
    4. Soit saisie immédiatement l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour que soient connus les raisons du grave dysfonctionnement de la chaîne de commandement (éventuellement, en incluant les responsabilités politiques) qui ont amené la police à ne pas intervenir durant le calvaire de Madame Sarah Halim (z’’l) et ne pas avoir porté secours à une personne en danger, et ce, malgré leur présence massive sur place.
    5. L’on éclaircisse les raisons de l’Omerta des médias face à cette terrible tragédie
COMITE DE SOUTIEN« VÉRITÉ ET JUSTICE POUR SARAH HALIMI »
Fonction Nom Courriel
Président Guy Attal guyattal@yahoo.fr
Vice-Présidents Sammy Ghozlan
Evelyne Gougenheim
Attachée de Presse Sabrina Scetbon sabrina.scetbon@cjfai.com
Responsables Régionaux déjà affectés
Bouches du Rhône :           Gilles Dahan
Hauts de France :               Claude Kleczewski
Lorraine :                           Claude Boccara
Normandie :                       Laurence Nguyen
Occitanie :                         Albert Ankri
Périgord :                           André Added
Provence Côte d’Azur :        Gérald Lévy

Pendant le ramadan, cracher ses glaviots est fréquent

Publié le

Pendant le ramadan, des musulmans crachent partout dedans et dehors au mépris de la loi, de la politesse et de l’hygiène.

Pendant le ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam, il est interdit d’avaler quoi que ce soit de liquide et de solide du lever du soleil au coucher du soleil. En conséquence, les musulmans encombrés par des mucosités, des glaires ou de la salive crachent pour ne pas rompre le jeûne.

J’en ai été alertée cette année par une gardienne d’immeuble exaspérée d’avoir dû nettoyer jusqu’au plafond de l’ascenseur le gros crachat d’un livreur.

  • Pourquoi le crachat est-il interdit en France ? parce qu’il peut être porteur de toutes sortes de microbes, y compris le bacille de Koch (tuberculose), la coqueluche ou le virus du sida s’il contient du sang. L’interdiction du crachat est une mesure de protection de la santé publique.

Ces projections de salive peuvent être vecteur de maladies. On marche dessus et on le ramène à la maison. Les poussettes roulent dessus, quand les parents les prennent à pleine main pour les plier, les germes se propagent. Il y a une recrudescence de certaines maladies disparues en France comme la coqueluche ou la tuberculose. Il faut vraiment faire attention à ces bouillons de culture en puissance que sont les crachats. »,  Arielle François (Alliance centriste), adjointe au maire de Compiègne déléguée à l’écologie,http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/cracher-dans-les-lieux-publics-est-128788

  • Pourquoi les musulmans crachent-ils encore davantage pendant le ramadan?

Dans les médias, de nombreux musulmans posent la question de savoir s’ils ont le droit d’avaler leur production buccale pendant le ramadan, preuve que les consignes ne sont pas très claires. Toutefois, ceux qui lisent les réponses apprennent qu’ils peuvent avaler leur production de glaires sans craindre de rompre le jeûne. On le constate souvent, des musulmans ne connaissent pas les règles de leur religion d’autant plus qu’elle comprends différentes sectes avec des rituels distincts comme les Chiites et les Sunnites. Ils apprennent le coran par cœur sans le comprendre et s’adressent éventuellement à des imams auto déclarés qui n’en savent guère plus qu’eux.

Toutefois, influencés par des croyances contraires, du fait de l’importance du crachat dans l’islam, nombre de musulmans se croient obligés de cracher au point que cette habitude a contaminé les non musulmans originaires des mêmes pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient.

Pour tout bon musulman, le mois de Ramadan rime forcement avec de nouveaux comportements. Parmi ceux-ci, il y en qui sont déplorables voire dégueulasses comme, le fait de cracher à gauche et à droite en prenant le Ramadan. «Sereeti» par ci, «pacc» et «teuf»* par là, le quotidien de nombre de Sénégalais est pollué et infesté par les crachats que distribuent des jeûneurs à longueur de journée dans la rue, dans la maison, bref partout où ils sentent le besoin. Car, dans la mémoire collective de Sénégalais, pour accomplir un jeûne irréprochable, le musulman a toujours besoin de «cracher» pour ne pas avaler sa salive et «rompre» du coup volontairement son jeûne. Or, avaler par moment sa propre salive n’entame en rien le jeûne…. C’est pourquoi, le docteur Diénaba Sané appelle les populations à une auto-éducation afin de rendre notre environnement sain et vivable en limitant les risques de propagations de certaines maladies comme la tuberculose qui est considérée comme une «maladie de pauvreté». Elle se répand surtout dans les milieux où sévissent souvent la malnutrition, des mauvaises conditions sanitaires, un surpeuplement et un manque de suivi médical.

  • Le crachat de Mahomet aurait eu des vertus médicinales dont la liste est longue.
  • Le crachat a une portée symbolique d’affirmation de soi et a été adopté par une certaine jeunesse qui crache abondamment dans l’espace public. L’exemple leur en aurait été donné par des footballeurs. Lire ici

J’ai essayé de comprendre les tenants et aboutissants du bon crachat et du crachat maléfiques en Islamie mais les informations, les citations, les interprétations et les références sont tellement nombreuses, variées et contradictoires que j’ai renoncé à aller plus loin. Une seule réalité s’impose, des musulmans expectorent beaucoup de crachats pendant le ramadan, c’est dégoûtant et interdit par la loi. Pourtant, malheur au pauvre pandore qui s’aventurerait à la faire respecter, l’oumma islamiya fondrait sur lui comme un seul homme, il serait découpé en pièces ou, s’il se défendait, il serait accusé de violences policières devant un tribunal impuissant « par souci d’apaisement ».

La Connectrice

Pour en savoir plus

Cet article de 2008 donne des explications à la multiplication des crachats qui seraient irrecevables aujourd’hui pour cause d’incorrection politique :

. ..Sous la double férule de la bienséance et de l’hygiène publique, le mollard est alors en sérieux déclin, menacé d’extinction.

Il va renaître de ses cendres dans le courant des années 70, profitant de deux phénomènes de société majeurs. En premier lieu, l’essor des retransmissions télévisées d’événements sportifs. « Les sportifs sont des cracheurs automatiques, écrit Martin Monestier. Cette famille regroupe les très nombreux cracheurs qui glaviotent inconsciemment, de façon mécanique. (…) Les adolescents, à vouloir trop s’identifier à eux, en adoptent les belles manies. » A l’occasion d’un seul match de football de Ligue 1 , des comptages ont permis de recenser pas moins de 150 crachats, assure-t-il. Le deuxième facteur expliquant le retour du crachat sur le devant de la scène résiderait dans le brassage de populations qui s’opère depuis quelques décennies. Les migrants, explique-t-il, ont importé dans leur pays d’adoption cette habitude, parfaitement acceptée dans d’autres régions du monde…le crachat reste un grand tabou des sociétés modernes, indissociable de sa mauvaise réputation : sa résurrection coïncide en effet avec le retour dans les pays développés de la tuberculose, dont plusieurs milliers de nouveaux cas apparaissent chaque année en France.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/11/le-crachat-au-banc-des-accuses_1129582_3224.html#zOcsSs4QoDeVJSs7.99

…cette loi, modifiée en 1992, existe depuis un décret pris par le gouvernement Vichy le 22 mars 1942. Dans l’alinéa 8 de l’article 74 de ce décret, on peut lire qu’il est « interdit à toute personne de cracher ailleurs que dans des crachoirs disposés à cet effet ».

Article synthétique sur le crachat à travers les âges et les civilisations. Les commentaires apportent aussi un complément d’information.

Rachid Nekkaz se baignera en burkini à Cannes ce vendredi

Publié le

Nouveau au 27/05/2017

Rachid Nekkaz a entraîné ses nièces pour une baignade en burkini. Arrivées voilées, les femmes et leur mentor ont immédiatement été arrêtées par la police, embarquées dans un fourgon et conduites au poste de police.

http://www.nicematin.com/faits-de-societe/le-minute-par-minute-de-loperation-avortee-en-burkini-sur-les-plages-du-festival-de-cannes-140663

_____________________________

Burkini 15

Source dessin

Personne ne peut nous empêcher de nous baigner (en burkini). a déclaré aux médiasl ‘islamiste Rachid Nekkaz né en France de parents algériens, communautariste et falsificateur des droits et libertés des femmes au nom de notre République qu’il conspue.

On remarquera le nous royal  utilisé par Nekkaz et nous en concluons qu’il a l’intention de se baigner en burkini avec ses femmes et nous nous réjouissons à la perspective de voir le milliardaire patauger dans l’eau emballé dans sa digne pudeur islamiste, sous les caméras des paparazzi.

Polémique « Burkini »

Source image  Cherchez Rachid….

«Le Festival de Cannes, le plus grand événement cinématographique mondial, est un lieu magique. C’est le moment idéal pour fêter ensemble cette liberté retrouvée dans la ville qui a été la première à interdire le burkini, le 28 juillet 2016», indique Rachid Nekkaz dans un communiqué.

Rachid Nekkaz est ce milliardaire franco-algérien qui paie les amendes des femmes interpellées pour le port de la burqua ou du niqab-voile intégral.

« Toutes en burkini sur les plages du Festival« , vendredi de 14 heures à 16 heures.

Des musulmanes cornaquées par Rachid Nekkaz et quelques barbus entendaient manifester à Cannes pour le port du burkini en profitant de la présence des médias pour le festival du cinéma, en se baignant en burkini. La manifestation a été interdite par la préfecture au titre de l’Etat d’urgence.

La manifestation prévoyait le bain collectif d’une douzaine de femmes revêtues d’un burkini bleu blanc rouge, sur une plage de Cannes.

Une manifestation pour « célébrer la décision du Conseil d’Etat du 26 août 2016, qui permet à n’importe quelle femme de s’habiller en burkini », indique le millionnaire algérien au quotidien Nice Matin. « Cannes avait été la première commune à l’interdire. » http://www.public.fr/Dossiers/Public-Buzz/Les-news-qui-buzzent/Public-Buzz-Un-millionnaire-algerien-lance-l-operation-Toutes-en-burkini-au-festival-de-Cannes-1384208

Public Buzz : Un millionnaire algérien lance l'opération "Toutes en burkini" au festival de Cannes

Sur cette photo, les rouages de la manifestation annoncée sont algériens … comme Nekkaz qui s’est présentée sans succès aux présidentielles algériennes en 2014.

La Connectrice ( qui se baignait à poil selon son bon vouloir et n’importe où dans les années 70 et qui ne pourrait pas aujourd’hui en faire autant sous peine d’être agressée )

PS Ce matin sur SudRadio, Laurence Marchand-Taillade proposait en réponse à l’initiative de Nekkaz d’inviter les femmes algériennes de se baigner à poil en Algérie au nom de la liberté 😉

 

Pour en savoir plus

« ON IRA SIMPLEMENT SE BAIGNER »

Les manifestations sont désormais bannies sur l’ensemble du front de mer cannois, de son extrémité ouest, délimitée par le boulevard Leader, jusqu’au boulevard Eugène-Gazanaire, à l’autre bout de la ville. Ce qui n’est pas le cas dans l’arrêté initial datant du 25 avril. La nouvelle interdiction concerne 44 artères cannoises de plus.

Voilà qui ne laisse en réalité aucun répit, du moins légal, à Rachid Nekkaz. Le milliardaire algérien qui se présente comme « le plus républicain des républicains » annonce du coup qu’il « annule » sa manifestation en ajoutant toutefois: « Dans ces conditions nous nous contenterons d’aller nous baigner comme n’importe quels Cannois. » En burkini? « Vous verrez bien », s’amuse Nekkaz qui ne semble pas prêt à abdiquer si facilement.

« Parce que cette décision est pitoyable et discriminatoire, assène-t-il. La preuve c’est que cet après-midi [mercredi] le collectif anti-corrida manifestait devant le Martinez pour protester contre Almodóvar. Et personne ne leur a rien dit. C’est du deux poids, deux mesures. Ça n’honore pas la République française qui est plus grande que ça. En fait la France fait exactement la même chose que l’Algérie, que j’appelle le régime des 40 voleurs, et qui a modifié sa constitution spécialement pour moi en interdisant à toute personne ayant résidé à l’étranger d’être candidate aux élections. »

Rachid Nekkaz, qui n’en est pas à sa première provocation, avait brigué la présidence de l’Algérie en 2013 après avoir tenté sa chance à l’Élysée en 2007.

 

Chasser les Français-les blancs- du quartier Pajol en harcelant les femmes

Publié le

http://www.yzgeneration.com/la-chapelle-pajol-agressions-femmes/

A la suite des manifestations et témoignages de femmes vivant entre le Xème et XVIIIème arrondissements de Paris, dans le quartier Pajol/La Chapelle, les langues se délient et de nombreux témoignages confirment l’article du journal Le Parisien.

Ainsi, une mère de famille confiait à l’institutrice de ses enfants qu’elle avait été agressée par deux gamins de moins de 10 ans en rentrant chez elle. Elle jurait de déménager au plus vite malgré le bel appartement pas cher qu’elle louait dans cet ensemble écologique très agréable conçu selon les meilleures normes de l’habitat contemporain.

Le rêve

ZAC PAJOL

http://www.parisetudiant.com/etudiant/sortie/zac-pajol-paris.html

La réalité

La Chapelle-Pajol : un quartier parisien où les femmes sont en danger

http://www.atlantico.fr/pepites/chapelle-pajol-quartier-parisien-ou-femmes-sont-en-danger-3055038.html

Je ne vais pas revenir sur les attroupements d’hommes désœuvrés dans le quartier, les immondices qu’ils génèrent y compris l’urine puante, sur les rixes entre bandes rivales, sur les harcèlements verbaux et physiques accompagnés de crachats, sur l’occupation de l’espace public par des mâles, uniquement des mâles qui dissuadent les femmes d’user librement de ces espaces et des commerces les jouxtant. Depuis la semaine dernière de nombreux médias ont diffusé des témoignages accablants.

Bien entendu, des voix, de femmes mais aussi d’hommes, se sont élevées contre ces témoignages assurant qu’il faisait bon vivre dans ce quartier écologique, qu’elles n’avaient pas de problème et que tout allait bien Madame la Marquise. Le maire s’y est mis lui aussi avec une nuance : oui, je sais il y a quelques problèmes mais nous mettons tout en oeuvre pour y remédier et ma femme n’est pas dérangée dans ses allers et venues puisque nous habitons dans le quartier, etc. etc.

Le quartier de la Goutte d’Or et ses environs est occupé depuis des décades par une population très majoritairement arabo-musulmane et afro-musulmane. Elle s’y était installée parce que les logements qui tombaient en ruine y étaient loués de petits prix par des marchands de sommeil que personne ne se serait avisé de dénoncer par crainte de représailles. Ces populations aux petits moyens ont développé au cours des décades des commerces parallèles avec la délinquance classique qui les accompagne (surveillance, racket, prosélytisme, trafics en tous genre, prostitution, lieu d’asile pour les criminels, etc. ). Quand les urbanistes ont rénové le quartier les populations habituelles ont exercé leur droit au relogement sur place tandis que les autorités faisaient semblant de favoriser la mixité sociale en attirant de jeunes bobos épris de technologie écologique. Aucune personne honnête ne refusera de constater que ça ne marche pas car ce territoire a été conquis de longue date par une communauté qui non seulement n’a pas l’intention de lâcher prise mais, encouragée par l’islam salafiste et l’Etat islamique (entre autres tout ce qui tient de l’islam revival) a bien l’intention d’étendre son califat sur toute l’Europe.

Vous avez compris, alors que nos dirigeants nous enjoignent de cultiver le vivre ensemble, la mixité sociale et le métissage, l’oumma islamiya nous chasse de ses quartiers en s’attaquant aux femmes, enjeu éternel des affrontements mâles.

On parie que dans quelques années les beaux immeuble écologiques de Pajol seront vidés de leur population blanche et que ce quartier retrouvera son charme délétère avec une population musulmane exponentielle vidant l’ICI de sa part culturelle au profit de sa partie cultuelle ?

La Connectrice

Pour en savoir plus

Des femmes descendent dans la rue à La Chapelle-Pajol à Paris pour dénoncer le harcèlement de rue

Une pétition contre l’insécurité de ce quartier du 18e arrondissement de la capitale a réuni des milliers de signatures en deux jours.

20/05/2017 18:41 CEST | Actualisé 20/05/2017 18:43 CEST

Anonymat, dénonciation et sécurité

Publié le

De nombreux internautes utilisent des pseudos pour protéger leur anonymat soit pour de bonnes raisons, soit pour de mauvaises raisons parfois très malveillantes.

L'auteur d'une lettre coup de gueule anti-taxis est menacé de mort sur Facebook http://t.co/MXDP8dJsVi

Source image

Ecrire ou témoigner dans l’anonymat comme respecter l’anonymat de personnes l’ayant choisi visent souvent à se protéger comme protéger ses proches pour des motifs personnels, professionnels ou stratégiques ou encore ménager son intégrité physique. Ces motifs sont tout à fait respectables et doivent être respectés. Par contre, se dissimuler derrière l’anonymat pour nuire, insulter, menacer, commettre des crimes ou des délits est totalement inacceptable. Dénoncer l’anonymat malveillant est l’affaire de la police et de la Justice.

Dans le texte ci-dessous, Elisseievna, une camarade féministe , explique comment des personnes malveillantes ont dénoncé l’anonymat d’une camarade féministe sans son consentement. Derrière cette délation se dissimule une position politique en faveur de l’islamophilie, cette camarade écrivant souvent sur la dramatique islamisation de la France particulièrement dangereuse pour les femmes.

Elisseievna est une militante féministe historique courageuse qui se bat contre l’islamisation de la France et la progression de l’application de la charia qui traite les femmes comme des sous-hommes et qui représente actuellement une grave menace contre les droits des femmes encourageant les hommes -musulmans ou non- à renforcer ces comportement sexistes et machistes qu’ils avaient commencé à remettre en cause pour plus d’échange et d’égalité entre femmes et hommes. Comme Elisseievna et d’autres, j’ai l’impression que, sous l’influence de l’islam, nous avons fait un énorme pas en arrière et que ce n’est pas fini. De nombreux signes attestent de la régression de notre condition, le dernier étant le remplacement d’un Ministère des droits des femmes promis par Emmanuel Macron par un secrétariat d’Etat à l’égalité entre hommes et femmes (notez la priorité) confié à une femme qui n’est pas connue pour son féminisme, bien au contraire.

La Connectrice (qui reste anonyme pour des motifs de protection)

Délation féministe et leurs soutiens féministes et juifs.

L’anonymat dans le mouvement de libération des femmes depuis 1970

Dans le mouvement féministe de nombreuses féministes ont utilisé des pseudonymes pour écrire, tout en militant sous leur nom d’état civil dans le mouvement.

Nombre de textes n’étaient pas signés, comme s’ils étaient des textes collectifs.

Ainsi l’écrivain(e) Christiane Rochefort fut elle l’auteure réelle de nombreux textes « anonymes ».

Ainsi les rédactrices de la Revue de l’Anef (https://www.anef.org/tag/lanef-publie/ ), dirigée par Françoise Picq, demandaient-elles aux féministes intervenantes dans l’assistance des « Journées de l’Anef » (https://www.anef.org/category/publications/les-journees-de-lanef/) , si elles souhaitaient ou pas que leur nom figurent comme auteures de leurs interventions orales au cours de ces journées. Si elles ne le souhaitaient pas, leurs propos figuraient avec juste l’indication « une intervenante ».

Ainsi, le numéro de la revue Partisan de 1970 intitulé «  Féminisme année zéro », a été, comme l’ont relaté dans leurs ouvrages, tant Anne Zélensky que Marie-Jo Bonnet, composé d’articles signé uniquement par des prénoms ou des pseudonymes.

Ainsi, comme l’a ensuite expliqué Anne Zélensky dans son autobiographie, son livre « Histoires du MLF » a été rédigé en 1977 avec Annie Sugier, sous leurs noms de plume de l’époque, « Anne Tristan » et « Anne Pisan ». Simone de Beauvoir a préfacé l’ouvrage et n’a jamais révélé qui étaient les auteures, aussi longtemps que celles-ci ont souhaité maintenir la discrétion sur le fait qu’elles étaient rédactrices de cet ouvrage, vis-à-vis du public.

Ainsi comme l’a écrit Liliane Kandel  (  https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2008-1-page-117.htm ), elle écrivait sous le nom de « Rose prudence » ses chroniques sur « sexisme ordinaire » tandis que Catherine Deudon utilisait le pseudonyme de « Catherine Crachat ». Catherine Deudon a elle-même fourni une biographie à un site universitaire mentionnant cet usage, d’où l’on peut déduire qu’elle est d’accord depuis pour le révéler.

Abjection de la dénonciation de l’anonymat

Il est évident qu’il est infâme de révéler publiquement le nom d’une copine militante qui est l’auteure de textes, qu’elle ne souhaite divulguer que sous un pseudonyme.

Je considère la délation d’auteurs écrivant sur l’islam, à fortiori lorsqu’ils sont juifs, comme une aide à l’assassinat potentiel. Le nom d’une personne permet souvent de connaître ses autres coordonnées, et donc de savoir où la trouver pour la tuer.

J’estime abject tout soutien apporté à cette action.

Fiammetta Venner a jugé utile de révéler le nom d’une féministe écrivant sur l’islam sous pseudonyme. Qui milite évidemment sous son nom d’état civil comme toutes les féministes.

En justice elle a invoqué la nécessité d’informer le public.  Elle a osé prétendre que la féministe en cause tiendrait sous son nom des propos politiques opposés à ceux de ses articles.  Mais la Cour n’a pas visiblement considéré qu’il y aurait la preuve de propos contradictoires ou de sens politique opposé qui auraient été tenus par la féministe ainsi outée. Elle n’a pas tenu compte de cet argument.

La délation ainsi produite a été retirée. Ce qui est le minimum.

Mais Fiammetta n’a ni produit d’excuses, ni dédommagé sa victime pour tout le tort subi, alors qu’il est évident dans les circonstances actuelles que ce préjudice d’angoisse est évident. Au contraire, elle a soutenu qu’il n’y avait pas de préjudice du fait de sa révélation. Et les personnes qui l’ont soutenu ont, par ce soutien, à l’évidence, entériné cette affirmation.

Tout ceci est abject.

La moindre des choses seraient que ceux et celles qui ont participé à ces dégueulasseries, Fiammetta et ceux et celles qui l’ont soutenue dans ce procès, affirment clairement, qu’après réflexion, elles et ils estiment maintenant ceci :

« Etant donné les circonstances actuelles, étant donné les menaces pesant sur les juifs et sur les opposants à la loi islamique, en aucun cas et sous aucun prétexte, il ne faut révéler le nom de personnes écrivant des propos critiques contre la doctrine de l’islam. »

Fiammetta Venner a été soutenu dans ce procès par : Catherine Deudon, Michael Ghnassia, Liliane Kandel, Patrick Klugman, Claudie Lesselier, Françoise Picq, Nadja Ringart, Nathalie Szuchendler.

Je ne vois pas comment l’on peut être juif, censé obéir au commandement : « Tu t’inquièteras du danger pour autrui », et apporter son soutien à une action dont je ne vois pas comment on peut penser qu’elle ne serait pas une mise en danger de MORT,

Je ne vois pas comment l’on peut se prétendre féministe, c’est-à-dire soucieuse de lutter contre la violence, et commettre un tel acte ou le soutenir, alors que je ne vois pas comment l’on peut soutenir qu’il ne facilite pas l’action éventuelle de tueurs de juifs et de tueurs d’opposants à la charia.

Je ne vois pas quelle autre motivation peuvent avoir celles et ceux qui le commettent ou le soutiennent qu’une envie de voir tuer, que le goût du sang.

J’attends de ces personnes qu’elles fassent clairement à titre d’excuse minimum, et pour que cette conduite ne se reproduise plus, la déclaration citée plus haut, à savoir :

« Etant donné les circonstances actuelles, étant donné les menaces pesant sur les juifs et sur les opposants à la loi islamique, en aucun cas et sous aucun prétexte, il ne faut révéler le nom de personnes écrivant des propos critiques contre la doctrine de l’islam. »

Elisseievna

Pour en savoir plus

  • Le blog féministe et anti totalitaire d’Elisseievna

http://elisseievna.blogspot.fr/

  • Risques encourus par les critiques de l’islam comme Charlie-Hebdo

Dossier islamisme : Marianne porte plainte pour "menaces de mort"

Source image

Le directeur de l’hebdomadaire a porté plainte contre X pour des menaces de mort réitérées suite au reportage réalisé sur « les complices de l’islamisme ». La semaine dernière, l’hebdomadaire Marianne publiait un dossier spécial sur « les complices de l’islamisme« , à savoir les « alliés objectifs, compagnons de route, idiots utiles » qui permettent de faire le jeu d’un islam radical. Un reportage qui n’a visiblement pas plu à tout le monde, notamment sur les réseaux sociaux où des internautes s’en sont pris frontalement à l’hebdomadaire, parfois en des termes répréhensibles. Ainsi de ce tweet : « A quand le mitraillage de la rédaction de Marianne ? », qui, en plus d’un appel au meurtre, rappelle froidement l’attentat de janvier contre le journal satirique Charlie Hebdo. C’est pour ce genre d’appel au meurtre que le directeur de Marianne a indiqué dans un communiqué, jeudi, avoir déposé plainte contre X pour des « menaces de mort réitérées » sur les réseaux sociaux.

« Des centaines d’insultes raciste et antisémite »

La plainte a été déposée mardi et a pu être consultée par l’AFP. « Dès le samedi 23 mai, le patron de la rédaction Joseph Macé-Scaron a été alerté que des menaces de mort étaient proférées à l’encontre du journal sur les réseaux sociaux, à savoir Twitter et Facebook », est-il écrit. L’hebdomadaire dit aussi avoir reçu des « centaines d’insultes à caractère raciste et antisémite ».

Femmes menacées dans le fief socialiste islamisé du XVIIIème,

Publié le

Les femmes ne sont pas harcelées que dans le XVIIIème, c’est partout dans Paris. Les autorités socialistes et de droite s’en moquent depuis des décades et la société dans son ensemble nourrit la culture du viol. Les femmes sont toujours délaissées au profit de l’Autre, par essence un homme migrant qui lui même est responsable d’atrocités sur les femmes de son propre pays. https://laconnectrice.wordpress.com/2016/11/12/migrants-gynecideurs-ils-abandonnent-ces-pays-ou-les-femmes-sont-excisees-violees-et-exploitees-a-leur-profit/

Les femmes du XVIIIème arrondissement de Paris ont bien raison de manifester contre l’occupation de leur territoire par des mâles violents, brutaux, inéduqués, menaçants, trafiquants, délinquants et criminels. Soutenons les en signant leur pétition

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-les-femmes-esp%C3%A8ce-en-voie-de-disparition-au-coeur-de-paris

___________________________________________________

http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/20/des-femmes-descendent-dans-la-rue-a-la-chapelle-pajol-a-paris_a_22100769/?utm_hp_ref=fr-homepage

Des femmes descendent dans la rue à La Chapelle-Pajol à Paris pour dénoncer le harcèlement de rue

Une pétition contre l’insécurité de ce quartier du 18e arrondissement de la capitale a réuni des milliers de signatures en deux jours.

20/05/2017 18:41 CEST | Actualisé il y a 15 heures

AFP
Une vue de la Place de la Chapelle à Paris (photo d’illustration).

PARIS – « On va sortir des chaises, on va s’installer ». Des habitantes du quartier La Chapelle-Pajol, dans le 18e arrondissement de Paris, entendent manifester ce samedi 20 mai, à partir de 19 heures, pour réinvestir l’espace public « devant chez (elles) », ont-elles confié à BFMTV. Elles dénoncent l’insécurité croissante et le harcèlement de rue dont elles sont victimes.

 

Les associations « SOS La Chapelle » et « Demain La Chapelle » ont initié le mouvement de grogne en lançant vendredi une pétition en ligne pour alerter les autorités. Intitulée « Les femmes, espèce en voie de disparition au cœur de Paris », elle dénonce les « insultes », les « vols à la tire », les « crachats », « l’odeur entêtante d’urine », les « trafics » qui rythment la vie dans ce quartier du nord-est parisien.

 

« Dès 16 heures, des dizaines d’hommes de 15 à 22 ans squattent mon hall d’immeuble pour dealer et je dois baisser les yeux: c’est devenu invivable », confie ainsi Laurence au Parisien. « Ma fille de 17 ans est continuellement harcelée, poursuit Nadia. Maintenant, quand elle sort du métro, elle fait semblant de téléphoner pour éviter d’être abordée ou ne pas affronter les regards insistants ».

  Paris propose un plan d’action

Signée par plus de 12.000 personnes en 48 heures, la pétition a su attirer l’attention. La ville de Paris et la préfecture de police ont reconnu vendredi « un sentiment d’insécurité » pour les femmes dans le quartier Pajol, et dit y avoir déployé « un dispositif dédié » pour remédier à ce « harcèlement de rue ».

 « Le quartier de Pajol fait partie des zones prioritaires. Des situations de harcèlement de rue à l’égard des femmes y ont été constatées. Si les femmes ne sont pas ‘interdites’ de circuler, il existe bel et bien un fort sentiment d’insécurité », dit un communiqué de la mairie.

Le plan d’action proposé par la ville se traduira « à court terme, par une augmentation importante des contrôles de police, tout au long de la journée », et à moyen terme, par « des actions de sensibilisation à l’attention des commerçants et des acteurs locaux pour qu’ils contribuent à prévenir et à alerter sur tout acte troublant l’ordre public ».

Par ailleurs, la Ville de Paris et la mairie d’arrondissement vont « initier une marche exploratoire dans le quartier », avec des riveraines, pour mettre en oeuvre des propositions.

@Paris @prefpolice @EricLejoindre Nous étudierons à cette occasion la possibilité de créer un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) dédié à .

@Paris @prefpolice @EricLejoindre Avec @prefpolice, notre volonté est claire : dès les prochains jours, de premiers résultats doivent être visibles.

Des contre-manifestants dénoncent « une manipulation raciste »

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse s’est même rendue vendredi après-midi à un rassemblement de femmes pour « écouter le témoignage poignant des habitants de la Place de la Chapelle », a-t-elle annoncé sur Twitter. « J’en appelle au Président de la République! #insécurité », a-t-elle ajouté.

Je suis venue écouter le témoignage poignant des habitants de la . J’en appelle au President de la République! https://twitter.com/pierreliscia/status/865505560401072128 

  •  
  •  
 

Des contre-manifestants se sont par ailleurs invités au rassemblement parisien vendredi après-midi pour dénoncer « une manipulation raciste », selon les témoignages rapportés par Le Parisien. Parmi eux, des militants engagés auprès des migrants installés dans le quartier, qui lisent entre les lignes de la pétition une stigmatisation de certaines populations.

Des habitants de la , venus dénoncer l’insécurité et le des femmes, traités de racistes par des militants

« Bravo le fascisme de gauche ! » Des riverains de la agacés d’être traités de racistes pour avoir dénoncé le

Lire aussi :

Pour la journée des femmes, les affiches et les slogans des manifs rivalisent d’humour

BLOG. À 15h40, un monde sans femmes

Cette campagne va vous faire changer de regard sur les femmes dans la pub

Paris XIXème/16ème circonscription, Mounir Mahjoubi affrontera Jean-Christophe Cambadélis

Publié le

Nouveau au 19/05/2017

Nommé secrétaire d’Etat au numérique dans le 1er gouvernement Macron/Philippe; Mounir Mahjoubi s’est engagé à démissionner de son poste s’il n’était pas élu aux prochaines législatives http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-secretaire-d-etat-charge-du-numerique-mounir-mahjoubi-s-engage-a-demissionner-en-cas-de-defaite-aux-legislatives-945619.html

Résultat de recherche d'images pour "mounir mahjoubi caricature"

https://pasidupes.blogspot.fr/

La République En Marche a investi le franco-marocain Mounir Mahjoubi pour le représenter face à Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire général du PS élu député en 2012.

mounir-mahjoubi

Source image http://www.numerama.com/politique/257209-legislatives-qui-sont-les-candidats-en-marche-de-la-tech-des-sciences-et-du-numerique.html

Mounir Mahjoubi n’est pas vraiment nouveau en politique car, même s’il n’a jamais été élu, il fréquente les chefs socialistes depuis longtemps.

Il avait été appelé par François Hollande pour présider le Conseil national du numérique. Il en avait démissionné en janvier dernier pour mettre ses connaissances et son expérience au service d’Emmanuel Macron.

Syndicaliste à 17 ans, adhérent PS à 18, proche de Ségolène Royal à 22, diplômé de Sciences po à 25, co fondateur d’une entreprise écolo bobo à 26, acteur de la campagne présidentielle de François Hollande à 28 ans, directeur d’une entreprise du numérique et créateur d’une start up pour les grands groupes à 29 et 32 ans et enfin à 33 ans responsable du numérique pour la campagne de Macron inscrit sur la liste des candidats aux législatives du parti la République en marche. Beau parcours pour un novice en politique, Monsieur Mahjoubi !  Si tous les candidats de la République en marche sont aussi inexpérimentés que vous, nous sommes encore devant un effet Canada dry : ils ont l’air nouveau, ils en ont l’apparence mais ils ne le sont pas car leur carrière et leur réseau et son efficacité éblouissante nous disent qu’ils sont parfaitement au fait de la politique.

Le parcours de Mounir Mahjoubi est assez spectaculaire, comme celui de Macron d’ailleurs. Je l’ai reconstitué d’après sa fiche wikipédia :

Âgé actuellement de 33 ans, né en 1984, Mounir Mahjoubi est un jeune entrepreneur aux dents longues qui a fait son chemin dans le politiquement correct et l’air du temps écologique et numérique.
A 16 ans, le jeune Mounir devient délégué syndical CFDT chez Club Internet où il travaille à mi-temps.
A 18 ans, il prend sa carte au PS.
En 2006, misant sur la victoire de Ségolène Royal il participe à la création du mouvement Ségosphère
En 2009, il obtient un master en finance et stratégie à l’Institut d’études politiques de Paris9. (Sciences-po)
En 2010  il co-fonde la société Equanum (détenant la marque commerciale « La Ruche qui dit Oui ») qui développe et met à la disposition des agriculteurs-producteurs et des artisans une plate-forme Internet dévolue à la vente en circuit court de leur production agricole alimentaire et agroalimentaire. Il quitte la direction de l’entreprise en 2012 pour rejoindre la campagne de François Hollande 13.au travers de sa communication numérique10.
En 2012, il soutient François Hollande dans sa campagne présidentielle,
De 2013 à 2016, il est le Directeur Général Adjoint de la société BETC Digital14.
En septembre 2016, il crée la société French Bureau,3 un start-up studio dédié aux grands groupes qui vise à les accompagner dans leur démarche d’innovation.
En janvier 2017, il quitte le CNNum pour rejoindre la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, dont il dit s’occuper essentiellement de sa campagne numérique11.
Le 6 avril 2017 il est investi en tant que candidat de la 16e circonscription de Paris pour les élections législatives sous l’étiquette La République en Marche12.

Mounir Mahjoubi a de fortes chances d’être élu député de la 16ème circonscription de Paris parce qu’il est proche de notre nouveau président et de l’ancien, parce qu’il est jeune et que sa carrière dans le numérique et l’écologique est remarquable, parce qu’il a un carnet d’adresse impressionnant, parce qu’il est marocain comme NVB, El Khomri et que les Français aiment beaucoup le Maroc avec son roi, ses riads, ses éphèbes et son shit et que l’oumma islamiya importante dans la 16ème circonscription serait ravie d’avoir son oreille.

Mahjoubi est déjà désigné par les médias comme futur ministre du numérique et on ne doute pas que ce jeune homme ambitieux qui prétend mettre de l’amour en politique ne fasse une très belle carrière. A suivre.

La Connectrice

Pour en savoir plus

-Il bosse chez Bolloré et à la carte du PS. Ne cherchez pas l’erreur, y en a pas.

-Il a le curriculum vitae et la tête pour faire une carrière macronique. Le numérique sert de cache-misère à Hollande et Valls pour faire oublier une société en panne d’idées économiques et surtout sociales.

-Brillant parcours pour ce brillant entrepreneur, qui si l’on en croit ce portrait fasciné n’a aucun défaut.

Il est partout, surfe sur la vague et même crée ses propres vagues.

En plus il est dans les quotas

Le jeune homme souriant veut un « internet pour les gens »

Mais pas PAR « les gens », la grosse masse n’étant pas en mesure de lui apporter ce que le fils de Hollande permet en matière de réseau.

D’ailleurs s’il cherche un apparte à Paris il pourra contacte le fils de Fabius.

« Les gens » sont en fait ses clients, ses utilisateurs, ceux qui feront sa fortune subventionnée, en espérant qu’il y en aura encore suffisamment qui ont un boulot, mais qu’il confiera à une entité offshore, comme tout républicain de valeur, loin des gens, aka les veaux, les losers de la vie réelle.

Une étude sur l’impact écologique des serveurs du geek et de ses milliers de clones ?

Sinon le nouveau chouchou des tocards, (des nouvelles de l’ancien jeune au nœud papillon en une de l’Obs ?) a sa carte dans le parti en place pour encore 2 ans (putain 2 ans)

Si quelqu’un peut m’aider à pointer dans l’interview de ce socialiste sur un site proche du parti socialiste une quelconque référence à une valeur de « gauche » ?

 

 

  • Interview de Mahjoubi sur le numérique

http://www.numerama.com/politique/247491-fichier-tes-privacy-shield-vote-electronique-entretien-avec-mounir-mahjoubi-candidat-en-marche.html

  • Le futur député c’est moi. Mounir mange des merguez (pas des saucisses de Toulouse ou de Bratwurst) dans le 19ème pour célébrer la victoire de Macron

http://www.leparisien.fr/elections/legislatives/legislatives-la-campagne-d-en-marche-au-pas-de-course-09-05-2017-6930858.php

  • Il va falloir s’habituer à voir de nouveaux visages… Ce soir dans « Quotidien », un jeune homme de 33 ans qui a eu un grand rôle dans la campagne d’Emmanuel Macron et qui se présente aux législatives à Paris…Mounir Mahjoubi, on va beaucoup entendre parler de lui, il a été le directeur de la campagne numérique d’Emmanuel Macron et désormais candidat aux législatives, il a été l’invité politique de Patrick Cohen ce matin sur France-Inter et celui de « Quotidien ce soir »…C’est ce qui s’appelle passer de l’ombre à la lumière en l’espace de 24 heures ! Yann Barthès

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/candidat-aux-legislatives-parti-marche-l-interview-de-mounir-mahjoubi-un-candidat-mode.html

 

 

%d blogueurs aiment cette page :