Flux RSS

Archives de Catégorie: Humour

#Jemarhele24 contre les violences sexistes et sexuelles

CHANGEMENT SUR ORDRE DU PRÉFET LE RASSEMBLERA AURA LIEU A OPERA ET NON MADELEINE

https://www.change.org/p/nous-marcherons-le-24-novembre-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles/u/23636611?cs_tk=AWuSn292xCFMAz5M9lsA763AgrJvR4CmKDf_-H-HEw%3D%3D&utm_campaign=6b3d9d290c444a609d1c205e75f3fb93&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

19 NOV. 2018 — 

Ce matin, sur France Inter et dans Médiapart, 250 personnalités appellent à marcher samedi 24 novembre !

Angèle, Clarika, Marie Darrieussecq, Cyril Dion, David Foenkinos, Imany, Guillaume Meurice, Nilusi Nissanka, Helena Noguerra, Catherine Ringer, Muriel Robin, Anne Roumanoff, Olivia Ruiz, Karin Viard ou encore Martin Winckler disent #JeMarcheLe24.

Et vous ? Vous marchez le 24 ? Dites-le !

Partagez le visuel ci-dessus avec #JeMarcheLe24.

Dites-le sur Facebook : https://bit.ly/2DwFliE
Dites-le sur Twitter : https://bit.ly/2BfG2LF
Dites-le sur Linkedin : https://bit.ly/2Bho1fV
Dites le sur Instagram : https://www.instagram.com/p/BqWe_b9gNel

RDV Samedi 24 novembre, à 14h, à Paris, Place de la Madeleine.

Rejoignez l’événement Facebook :https://www.facebook.com/events/248356775880794/

Retrouvez la carte de France des marches :http://bit.ly/cartenoustoutes

Vous êtes à Paris jeudi soir ? On organise une soirée Pancartes, slogans et confection de foulards pour la marche ! Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/bWwqa2

A bientôt,

L’équipe de #NousToutes

Nous marcherons le 24 novembre contre les violences sexistes et sexuelles

Nous nous appelons Laura, Leïla, Geneviève, Pauline, Myé, Madeline, Fatima, Marion, Lorna, Gisèle.

Le 24 novembre, nous marcherons pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles.

Nous sommes des millions de femmes et d’enfants à avoir subi et à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous pourrissent la vie.

Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Dans l’espace public, au travail, à la maison, nous exigeons de vivre en liberté, sans injures, ni menaces, sans sifflements ni harcèlement, sans persécution ni agressions, sans viols, sans blessures, sans exploitation de nos corps, sans mutilations, sans meurtres.

Aucune d’entre nous ne doit cumuler les violences car elle cumule les discriminations. Nous exigeons que les enfants soient protégés de ces violences.

Nous voulons montrer notre force, notre nombre et notre détermination.

Nous voulons affirmer haut et fort notre solidarité avec les victimes.

Nous voulons en finir avec l’impunité des agresseurs.

Nous exigeons des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l’action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités : éducation dès le plus jeune âge, formation obligatoire des professionnel.le.s, application de l’ordonnance de protection, augmentation des moyens pour accueillir les femmes victimes…

Nous allons marcher pour montrer notre nombre, notre force et notre détermination. Victimes de violences, nous ne sommes pas seules. Nous ne serons plus jamais seules.

Après #MeToo, devenons #NousToutes.

RDV le 24 novembre.

– Rejoignez l’événement Facebook de la marche :https://www.facebook.com/events/248356775880794/

– Pour nous aider à financer cette marche historique, participez à la campagne de crowdfunding (tous les dons sont les bienvenus) : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-24-novembre-marchons-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles

* * * *

Je m’appelle Pauline et le 24 novembre, je marcherai. Parce que j’ai été victime d’une agression sexuelle avec tentative de viol, et aujourd’hui avec #NousToutes je deviens une battante.

Je m’appelle Marion et le 24 novembre, je marcherai. Parce que je refuse de voir ma fille grandir dans une société inégalitaire.

Je m’appelle Laura et le 24 novembre, je marcherai. Parce que descendre dans la rue et occuper l’espace public a encore aujourd’hui le pouvoir de provoquer un changement radical dans notre société.

Je m’appelle Malvina et le 24 novembre, je marcherai. Parce que lutter contre les violences m’a toujours tenu à cœur et aujourd’hui je veux que #NousToutes disions STOP.

> Vous voulez ajouter votre témoignages ? Cliquez ici : https://formdivers.typeform.com/to/Hybn8T

Humour. #pasdevague

 

Aucun texte alternatif disponible.

Humour. Perles du bac 2018

Publié le

 

 

Humour. Ce qui arrive quand les Français arrêtent de se plaindre

Publié le
LES BLOGS https://www.huffingtonpost.fr/xavier-delucq/voici-le-resultat-quand-les-francais-arretent-de-se-plaindre_a_23551646/

05/10/2018 09:21 CEST | Actualisé 05/10/2018 09:21 CEST

Voici le résultat quand les Français arrêtent de se plaindre

En visite à Colombey les Deux Églises, le Président annonce qu’il voudrait que les Français se plaignent moins.

En visite à Colombey les Deux Églises, le Président annonce qu’il voudrait que les Français se plaignent moins. Ce serait effectivement la solution aux problèmes d’Emmanuel Macron mais les Français ont peut-être des raisons de se plaindre.

DELUCQ

Humour et ironie. Emmanuel Macron et le doigt de déshonneur

Publié le

J’ai apprécié l’article de Marie Delarue à propos de la photo ci-dessous. LC

Résultat de recherche d'images pour "macron à saint martin"

http://www.lesoir.be/181533/article/2018-09-30/emmanuel-macron-dedramatise-une-photo-controversee-avec-un-jeune-saint-martin

C’est étrange à dire et à écrire, mais ce lundi matin, c’est moi qui ai honte. Honte de vivre dans un pays où la lâcheté, la bêtise, la veulerie, le mensonge, la trouille sans doute, font que nos « élites » sont prêtes à accepter n’importe quoi et, pire encore, à le justifier.

Macron veut jouer les potos, donne des claques qu’il croit viriles dans le dos des jeunes « en devenir », balance des ouesh ouesh dans les cages d’escalier, colle sa chemise blanche à la sueur âcre des corps bodybuildés en zonzon… Et puis, embarqué par l’émoi qui le chatouille, grisé par tant de mâle audace, le Président pose, gringalet tout sourire entre deux jeunes gens très bien sous tous rapports. L’un met les doigts en fourche. L’autre fait un doigt d’honneur. Explicite. Orienté. Il n’y a pas à s’y tromper : il désigne, sans doute possible, monsieur Emmanuel Macron, président en exercice de la République française.

Ah, les braves petits. La bonne blague. Ils sont très fiers, les p’tits jeunes de Saint-Martin. Ont aussitôt mis le cliché en ligne. La Martinique a ses héros, viva Zapata !

Allez savoir pourquoi, il y a des gens que cela indigne. Des esprits chagrins, assurément, qui ne comprennent rien à l’enthousiasme de la jeunesse ultramarine. Marine Le Pen, par exemple, qui a tweeté ce commentaire : « On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C’est impardonnable ! » Ou encore Robert Ménard : « Il ne reste quasiment rien. Que des lambeaux de dignité qui se perdent dans la nuit de la vulgarité. Le costume de Président est devenu bien trop large. »

Et que croyez-vous qu’il arriva ? C’est Le Pen qu’on accusa. Pour commencer.

Marlène Schiappa, dont la finesse est le plus sûr rempart présidentiel, y est allée aussitôt de sa tirade (sur RTL) : « Les commentaires de Marine Le Pen n’ont aucun intérêt. Elle est leader d’un grand parti raciste, d’extrême droite. Ce qui la choque, ce n’est pas que le Président pose à côté d’un jeune, c’est la couleur de peau de ce jeune. Soyons très clairs. »

Ce qui est très clair, aveuglant même, c’est l’imbécillité de ce commentaire. L’analyse au ras du gazogène, la reductio ad hitlerum qui, chez Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, sert en tout et pour tout de réflexion. C’est pourquoi, au cas où l’on n’aurait pas bien saisi, elle enfonce le clou de girofle : « À chaque fois que le Président pose avec des personnes de couleur noire, Marine Le Pen s’offusque. Donc, cela n’a pas grand intérêt. »

Je vais me répéter et j’en suis désolée : j’ai honte. Honte pour mon pays. Honte de voir que des jeunes à peine sortis de prison sont félicités comme des héros, honte qu’on feigne d’ignorer leur geste obscène adressé au Président pour vouer aux gémonies ceux qui le dénoncent.

À l’inverse de son ministre, Macron n’est pas idiot. Il est juste comme un chien fou qui s’émoustille et s’ébroue, tout à la fête d’avoir de nouveaux potes. Pense qu’il va se faire un « meilleur ami » dans l’escalier H de la Tour B2 comme un premier de la classe, bien dressé, file son portable aux racketteurs sans même qu’ils le demandent. Syndrome de Stockholm, quand tu nous tiens…

« J’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises (sic), parce que bien souvent, parce que c’est un enfant de la République, il n’a pas choisi l’endroit où il est né », a justifié le Président lors du point presse. « On ne tirera rien des discours de haine. Marine Le Pen n’est pas avec le peuple. Marine Le Pen, c’est l’extrême droite, et l’extrême droite, ce n’est pas le peuple. Je suis président de la République et je ne laisserai à personne le peuple », a-t-il ajouté.

Eh, Emmanuel, regarde bien la photo avec tes nouveaux potes : t’as vu ce qu’il te dit, le peuple ?

Marie Delarue http://www.bvoltaire.fr/emmanuel-macron-et-le-doigt-de-deshonneur/

Sahra Wagenknecht, à la gauche de la gauche allemande, une politique à observer

Sahra Wagenknecht est une économiste allemande du mouvement de gauche Die Linke (proche de La France insoumise) qui vient de créer le mouvement Aufstehen (Debout) lequel regroupe des partisans de Die Linke, des Verts, du centre et de la droite (CDU, CSU, AFD…). Belle et charismatique, cette femme politique a rallié 100 000 adhérents en l’espace d’un mois sans doute parce qu’elle allie l’idéologie traditionnelle de la gauche au nationalisme défensif contre l’insécurité sociale provoquée par une immigration pléthorique. Elle défend clairement le droit d’asile mais s’oppose à l’immigration économique qui porte atteinte aux droits des travailleurs allemands. Elle défend le principe de la préférence nationale pour l’emploi, le rôle de Poutine et les acquis du socialisme.

Sahra Wagenknecht illustre une tendance européenne à l’union des différentes tendances politiques pour faire face à la déstabilisation sociale, culturelle et économique induite par la mondialisation, l’immigration de masse non contrôlée et la colère populaire qui en résulte.

L’article ci-dessous publié par le journal La Croix résume à peu près tout ce que l’on sait actuellement de cette actrice politique telle que nous la présentent quelques médias français.

L.C.

Sahra Wagenknecht veut rassembler la gauche allemande

La leader du mouvement « Aufstehen » (Debout) entend aussi attirer des électeurs du parti populiste de droite.

Sahra Wagenknecht.


Sahra Wagenknecht. / Tobias Schwarz/AFP

Sahra Wagenknecht n’est pas connue pour son côté fédérateur. Celle que l’on surnomme souvent en France la « Mélenchon allemande », car elle représente la gauche de la gauche, divise régulièrement l’opinion publique et sa propre formation, le parti de gauche radicale Die Linke.

Pourtant, c’est bien le rassemblement que prône cette économiste de 49 ans, en lançant officiellement, le 4 septembre, un nouveau mouvement, baptisé Debout, (« Aufstehen » en allemand) dans le but de « créer une majorité parlementaire » en « faisant pression » sur les partis écologiste et social-démocrate, avec un agenda résolument social. Sahra Wagenknecht dit s’inspirer de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et de Podemos en Espagne.

Parler aux « gens en colère »

Pour y parvenir, elle souhaite renouer le contact avec les électeurs de gauche devenus abstentionnistes et avec ceux attirés par le parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). « L’Allemagne change, dans une direction qui déplaît à beaucoup » avec « la montée des inégalités sociales, de la haine et du racisme », constate-t-elle. Coprésidente du groupe parlementaire de Die Linke, elle estime que « la majorité des électeurs de l’AfD sont des gens en colère, qui se sentent laissés pour compte et non écoutés par les partis traditionnels… Ce ne sont pas tous des néo-nazis ! » affirme-t-elle.

Reconquérir les électeurs de l’AfD, le pari tombe à pic alors que l’Allemagne observe avec stupeur, depuis une semaine, la mobilisation de l’extrême droite dans la ville de Chemnitz et, depuis 2015, le succès croissant de l’AfD. Ce parti a fait son entrée en trombe au Bundestag en 2017 et monte encore dans les intentions de vote. Sahra Wagenknecht parviendra-t-elle à limiter cette ascension ?

La classe politique sceptique

Si le but est louable, le scepticisme est grand au sein de la classe politique. « Le problème est Sarah Wagenknecht elle-même, estime le politologue Klaus Schroeder. Elle divise plus qu’elle ne rassemble. »

Cette charismatique députée, née d’un père iranien qu’elle n’a pas connu et d’une mère allemande, et élevée par ses grands-parents à Jena (ex-RDA), connue pour ses discours enflammés, choque avec ses prises de position sur les migrants. Flirte-t-elle avec les idées de l’extrême droite ? C’est ce que lui reprochent certains de ses camarades.

Si elle soutient l’accueil des réfugiés de guerre et la nécessité de les aider à s’intégrer, elle refuse un accueil illimité des migrants économiques qui, selon elle, « font pression sur les petits salaires », sur les logements sociaux, les écoles et les crèches. Elle juge que l’arrivée de centaines de milliers de migrants, depuis 2015, a renforcé une crise sociale déjà en cours.

Dans le sillage d’Oskar Lafontaine

En minorité dans son propre parti, Sahra Wagenknecht prône une limitation de l’immigration économique et s’est fait huer en juin en déclarant que « des frontières ouvertes n’aident en rien les gens qui meurent de faim en Afrique ».

Pour Klaus Schoeder de l’Université libre de Berlin, l’influence de son mari, Oskar Lafontaine, ancien ministre social-démocrate devenu cofondateur du parti Die Linke, est de taille. « Lafontaine plaide depuis des années pour que les chômeurs allemands aient la priorité sur les emplois, avant les étrangers, et il estime que le changement social ne peut se faire que dans un cadre national », explique ce chercheur.

Charismatique mais polémique, Sahra Wagenknecht a en tout cas déjà réussi une chose : susciter en un mois l’intérêt de 100 000 personnes, inscrites en tant que membres de ce nouveau mouvement.

Delphine Nerbollier (à Berlin)

Humour. La France de 2035 par les Inconnus

Publié le

 

Prophétie ou parodie de l’extrême droite ? Ki lo sa ?

En tous cas, un tel sketch serait aujourd’hui interdit pour racisme et ce ne serait pas la faute aux méchantes féministes qui font de la peine aux néo-machiste 😉

%d blogueurs aiment cette page :