Flux RSS

Archives de Catégorie: laïcité

Spinoza lut la Bible et la laïcité fut

La liberté de penser n’est pas incompatible avec les croyances religieuses mais elle est inacceptable pour les institutions religieuses qui censurent toute opinion divergente de leur doxa.

Dans cette analyse, René Chiche explique comment, au contraire, Spinoza apporta un éclairage sur la compatibilité entre la croyance et la liberté de raisonner, argument qui devrait conduire plus tard à la philosophie de la laïcité. Pourtant en son temps, Spinoza, juif né à Amsterdam d’origine portugais fut rejeté par la communauté juive par l’équivalent de l’excommunication chez les catholiques  Le ac, Baruch Spinoza a 23 ans et est frappé par un herem (he. חרם) – terme que l’on peut traduire par excommunication, bannissement et anathème – qui le bannit et le maudit pour cause d’hérésie, de façon particulièrement violente21 et, chose rare, définitive. Le document est signé par le rabbin Isaac Aboab da Fonseca.

Pour saisir le dilemme des juifs instruits face à la philosophie de Spinoza et l’interdiction de ses œuvres, on peut lire le roman autobiographique savoureux de David Tulman Va-t’en. On y suit le voyage initiatique à travers la Hongrie du début du 20ème siècle du fils d’un rabbin miraculeux qui méprise tant le matériel que son épouse est obligée de servir en cachette dans une misérable auberge pour faire bouillir la marmite. David Tulman raconte ses doutes et ses questionnements. Il poursuivra son existence à Paris en tant que rabbin libéral, preuve spinozienne que l’on peut conserver sa foi tout en étant critique des institutions religieuses.

https://youtu.be/RAT-EDDD9PEhttps://youtu.be/RAT-EDDD9PE

Cantorial festival at The Portuguese Synagogue. Amsterdam. 1990. Part 1.

Debout depuis le 17ème siècle, la vieille synagogue du d’Amsterdam a conservé une forte tradition musicale et une vitalité qui ne sont peut-être pas sans rapport avec Spinoza, l’enfant du pays. Dans la vidéo ci-dessus, la synagogue est illuminée de 1 000 bougies comme avant l’électrification, et brille de tout son faste pour un public dense où femmes et hommes sont traditionnellement séparés.

Les trois cantors interprètent Tumbalalaïka, une chanson magnifique chanson du répertoire classique yiddish, dialogue à la manière talmudique entre un jeune garçon et une jeune fille.

Recorded live in Amsterdams historic, 17th Century, Portuguese Synagogue, the concert features three of the worlds greatest cantors in a program of inspiring Jewish secular and religious song. Performing with a 46 piece orchestra and 16 voice choir are Alberto Mizrahi of the renowned Anshe Emet Synagogue, Chicago, Naftali Herstik of Great Synagogue Jerusalem and Benzion Miller of Young Israel Beth-El of Borough Park, New York.

Je vous invite à lire cet excellent article paru sur Causeur orienté sur l’apport de la philosophie de Spinoza à la laïcité telle qu’elle fut imaginée et non comme elle est actuellement dévoyée.

La Connectrice

Spinoza lut la Bible et la laïcité fut

La laïcité n’est pas qu’un principe de neutralité

Environ trois cent cinquante ans après la publication du Traité théologico-politique, un instituteur exerçant dans l’école publique du petit village de Malicornay, en Indre, fut suspendu et muté d’office pour avoir entrepris l’étude littéraire de quelques passages de la Bible avec sa classe : sa hiérarchie, saisie par une lettre anonyme, lui avait reproché « une grave entorse à la laïcité ». Elle eut été bien inspirée de lire et méditer l’ouvrage de Spinoza, qui lui aurait appris que non seulement l’étude littéraire de la Bible n’est pas contraire à la laïcité, mais qu’elle fut même le moyen d’établir ce principe si nécessaire à tout régime se voulant républicain.

La lecture de la Bible la plus rationnelle

Certes, ni le mot « laïcité », d’invention récente, ni les termes « laïc » et « laïque » ne se trouvent dans le Traité théologico-politique ; mais la chose, si. Et, puisque les mots désignent ordinairement les choses telles qu’elles paraissent à l’imagination et non telles qu’elles sont pour l’entendement on s’instruira mieux de la chose, plutôt que se payer de mots, en lisant un texte qu’il n’est pas exagéré de tenir – comme le dit Steven Nadler dans son commentaire du « livre forgé en enfer » – pour un texte fondateur de « l’ère laïque ».La laïcité, pour le « lecteur philosophe » auquel s’adresse le Traité, apparaîtra alors pour ce qu’elle est : l’application au domaine des rapports entre autorités religieuses et politiques d’un principe supérieur et inhérent à la nature même de l’homme, celui de la liberté de penser, qui entraîne celui de pouvoir enseigner et faire part de ses pensées tout aussi librement, dès lors que ceci ne trouble l’ordre public ni ne vise à la sédition.

Sans doute faut-il à certaines périodes, et le fallait-il du temps de Spinoza, lever en priorité les obstacles que les ennemis de la liberté mettaient à son exercice au nom de la religion ; ce qui explique l’attention que Spinoza accorde aux Écritures dont l’autorité lui paraissait être invoquée à tort et à travers. De sa lecture de la Bible, préparée par une longue tradition mais qui n’avait jamais atteint un tel degré de rationalité, Spinoza déduit bien plus que ce que ses contemporains lui ont attribué à tort pour lui reprocher son impiété ou son athéisme ; il déduit non seulement l’utilité morale et politique d’enseignements et de prescriptions qui ne contredisent en rien la raison, mais par là-même leur limite, voire leur obsolescence, lesdites prescriptions n’ayant plus d’utilité dans une conjoncture différente de celle où elles avaient vu le jour, et lesdits enseignements n’étant pas indispensables sous une telle forme aux individus pouvant en comprendre la valeur par eux-mêmes, ce que Spinoza entreprenait parallèlement de montrer de façon plus explicite dans un autre ouvrage qu’il s’abstint de publier, L’Ethique, dont il n’est pas absurde de tenir le Traité théologico-politique pour une introduction.

Délivrez-nous de la superstition, pas de la religion !

Reste qu’en dépit de l’intérêt intrinsèque de cette lecture des Écritures – laquelle a pour effet, sinon pour objet, de sauver la « vraie religion », c’est-à-dire la pratique de la justice et de la charité, contre ce qu’il appelle la « vaine », qui propage sous le nom de piété ce qui lui est absolument contraire, en entretenant au besoin les pires superstitions – , elle peut paraître moins actuelle ou opportune tant ceux qui se disent aujourd’hui débarrassés de toute religion sont nombreux. Il s’en faut cependant de beaucoup que la plupart soient par-là délivrés de superstition, que Spinoza enseigne à distinguer de religion proprement dite, et dont on ne saurait être exempt sans se libérer des causes qui l’engendrent et l’alimentent, la crainte étant la principale. Beaucoup se jettent en outre sur la science en y cherchant quelque chose en quoi ils puissent croire et, n’en connaissant ordinairement que des résultats au lieu des méthodes, en viennent à jurer par elle comme d’autres faisaient jadis par les Écritures.

Il n’est dès lors pas certain que Spinoza, à qui l’on attribue un rôle de premier plan dans cette histoire qui vit progressivement diminuer le poids de la religion dans les sociétés et les modes de vie, s’en fut réjoui : nul ne fut au contraire plus averti du fait que se passer de toute religion n’était pas à la portée du premier venu, et nul ne fut en réalité plus soucieux de ne pas en fragiliser chez autrui les fondements, que ce soit par son enseignement ou sa conduite quotidienne. On raconte ainsi qu’il s’employât de la plus naturelle façon à affermir la foi de l’hôtesse chez qui il logeait et qu’il encourageait les gens du logis à assister au service divin, s’enquérant auprès d’eux du profit qu’ils en avaient tiré : ces anecdotes ainsi que sa constante proclamation de ne point faire profession d’athéisme disent l’essentiel du subtil rapport de Spinoza à la religion, qu’il tenait au fond pour la voie du salut la plus appropriée à la plupart des hommes quoique, pour cette même raison, elle devait aussi fréquemment servir à les maintenir dans la servitude, détournement où excellent depuis toujours ceux qui s’emparent de la religion, comme d’ailleurs de la philosophie, pour mettre l’une aussi bien que l’autre au service de leur appétit de domination.

La liberté de penser aussi utile à l’Etat qu’à la religion

Reste également que, rien n’étant plus utile à chacun que d’être conduit par sa propre raison, l’attention que Spinoza accorde à la Bible au point de lui consacrer la première partie du Traité a pour principal objet d’établir que ses enseignements sont de nature exclusivement morale, accessoirement politique, mais nullement philosophique, et que, en d’autres termes, les Écritures n’interdisent à personne de faire usage de son entendement ni ne prescrivent de l’abdiquer. Nul ne le peut à vrai dire : la faculté de penser est un droit naturel inaliénable que l’autorité, qu’elle soit religieuse ou politique, doit préserver si elle veut elle-même se conserver. La raison d’être du Traité n’est donc pas tant d’établir une quelconque vérité en matière de religion, quoiqu’il s’y emploie à l’occasion, que d’établir, dans l’intérêt de la religion aussi bien que dans celui de l’Etat, l’utilité de la liberté de penser dont ce livre est la défense en même temps que la parfaite illustration.

Il permet au lecteur de ce siècle de comprendre que le principe de laïcité, si souvent mal invoqué, ne se résume ni ne se borne à l’observance d’une neutralité de bon aloi de la part des autorités politiques vis-à-vis des religions, organisées ou non en églises, mais constitue le fondement même de toute autorité politique légitime, l’organisation politique de la société, autrement dit l’Etat, ayant pour fin de permettre que chacun, autant qu’il peut, développe toutes les conséquences de sa nature individuelle, dont l’usage et le perfectionnement de l’attribut le plus élevé de celle-ci, la raison, est évidemment le plus utile.

Rien ne serait dès lors plus préjudiciable à l’Etat que restreindre la liberté de penser ou « liberté de philosopher » (c’est-à-dire de faire usage privé aussi bien que public de sa raison) pour la bonne et simple raison que rien n’est plus utile aux hommes que d’autres hommes s’efforçant de faire ce qui leur est authentiquement utile, à savoir vivre sous la conduite de la raison et perfectionner l’usage de celle-ci.

Tous spinozistes !

Les seules limites à la liberté de penser sont des limites aux passions qui, sous couvert d’en faire usage, s’y donnent libre cours et mettent en péril la paix civile dont tout Etat tire du maintien sa raison d’être. Une libre république, dite laïque par redondance ou en vertu de tel accident historique, est au fond une république spinoziste. Allons plus loin : lire aujourd’hui Spinoza et réfléchir sur ces questions contribue hautement à se rendre utile aux autres autant qu’à soi-même. Un Etat dont les dirigeants veilleraient à l’intérêt véritable, ayant de surcroît eu le privilège de lire Spinoza au cours de leur vie, n’aurait par conséquent de cesse, au lieu d’installer quelque improbable « observatoire de la laïcité », de garantir et d’encourager l’étude de la philosophie : au sort qu’on lui réserve en effet, chacun peut juger de la nature authentiquement républicaine de l’Etat aux lois desquelles il est assujetti, et le cas échéant prendre à son tour la plume, à l’instar de Spinoza, afin de défendre une liberté qui n’est moins menacée qu’à son époque qu’en apparence.

Revue de presse au 23 septembre 2018

 

Sélection subjective d’articles récents sur des sujets brûlants. LC

Islamisation et conséquences

Dictature du politiquement correct islamophile

https://www.gatestoneinstitute.org/12975/killing-free-speech

https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2340763-20180921-paris-premiere-mise-demeure-csa-apres-propos-tenus-eric-zemmour

http://www.bvoltaire.fr/urgent-petition-pour-la-liberte-dexpression-deric-zemmour/?mc_cid=61a9673103&mc_eid=cc0cd27bf4

Médine ne profanera pas les mémoire des victimes du Bataclan mais appellera à la haine au Zénith

https://ripostelaique.com/medine-au-bataclan-la-france-a-gagne-une-bataille-mais-elle-na-pas-gagne-la-guerre.html

Dictature du sexe anal (pratique musulmane pour ne pas déflorer avant le mariage)

https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/18/les-joies-du-sex-toy-et-autres-pratiques-sexuelles-la-bd-qui-repond-a-vos-questions-sur-le-sexe-anal_a_23530753/

L’allaitement prolongé des petits garçons exploite leur violence potentielle

pratique musulmane courante chez les mères de garçons qui se « rattrapent » de leur infériorisation culturelle et cultuelle en cultivant une relation incestuelle pour s’aliéner le porteur du phallus. Sucer le pénis du BB pour le « calmer », l’allaiter indéfiniment, l’élever comme un roi, lui donner des armes en plastiques dès le berceau, exacerber son narcissisme au point qu’il se croit roi et ne supporte pas la frustration. D’où sa violence pour rompre le cordon infernal, lorsqu’il se rend compte qu’il n’est roi que de maman, et son aliénation : toutes des putes sauf maman.

https://www.huffingtonpost.fr/lucie-cox/non-allaiter-un-enfant-de-quatre-ans-n-est-ni-bizarre-ni-anormal_a_23523544/

Violences dans les transports

https://www.20minutes.fr/societe/2341187-20180922-ratp-violences-contre-agents-voyageurs-augmente-24-2017

Laïcité. Fête de Noël remise en question

https://www.20minutes.fr/societe/2340831-20180921-bouches-rhone-ecole-annule-animations-autour-noel-puis-modifie-decision

Politique islamophile de Macron

https://fr.gatestoneinstitute.org/12932/macron-partition-france

https://fr.gatestoneinstitute.org/12923/macron-ascension-chute

Dans quelques années les judéo-chrétiens blancs seront minoritaires en France

https://ripostelaique.com/la-bombe-demographique-qui-va-tuer-la-france-les-vrais-chiffres.html

https://fr.gatestoneinstitute.org/9991/islam-demographie-france

Après la provocation d’une employée voilée la crêche laïque Baby loup de nouveau sur la sellette

https://www.ufal.org/laicite/baby-loup-erreurs-et-non-dits-juridiquescomment-les-ennemis-des-associations-laiques-exultent/

Défense des femmes harcelées, battues, violées, discriminées, etc.

https://www.20minutes.fr/high-tech/2341219-20180922-whyididntreport-victimes-agressions-sexuelles-repondent-tweet-donald-trump

 

http://www.lepoint.fr/societe/les-violences-sexuelles-faites-aux-femmes-explosent-06-09-2018-2249151_23.php

PMA et GPA au mépris des femmes

https://collectif-corp.com/2018/08/29/pour-le-respect-des-femmes-et-des-enfants-abolir-la-maternite-de-substitution-2/

La manif pour tous se mobilise le mardi 25 septembre

http://www.lamanifpourtous.fr/actualites/venez-reagir-mardi-25-septembre-droit-de-lenfant-pma-pere/

Le 6 octobre manifestation contre les violences conjugales https://www.facebook.com/events/927106840822923/

Féminismes

Collectif variable de femmes DJ : les Vagins enchantés

https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2339499-20180922-rennes-vagins-enchantes-collectif-met-filles-derriere-platines

 

Prière occupant la rue protégée par la police le 22/09/2017 dans le 92

Publié le
Majid Ouchaka, le diffuseur de cette vidéo, est un apostat. Il a quitté la religion musulmane et se dit agnostique. Il publie des vidéos sur Youtube pour dénoncer, parfois avec humour, les méfaits de l’Islam sur les mécréants, kouffars que nous sommes, nous non musulmans, mais aussi sur les musulmans eux-mêmes. Par exemple il commente les vidéos pédagogiques du petit musulman ou les questions que des musulmans posent sur les forums. La vidéo ci-dessous montre une centaine de musulmans rangés en bon ordre sur la moitié de la chaussée devant la mairie, derrière eux une grande banderole affiche non aux prières illégales.
Dans les commentaires qui suivent la vidéo, un internaute précise que ces prières de rue auraient été organisées depuis plusieurs jours pour protester contre la fermeture administrative d’une mosquée salafiste.
Le plus choquant dans cette manifestation est la récitation en arabe du verset 39.6 qui appelle à combattre en tuant les associateurs (Les associateurs c’est à dire les gens qui associent Jésus à Dieu comme étant son fils, …donc les chrétiens) sous la protection renforcée de notre police ! et ceci en plein état d’urgence. « Waqatilou Al Moshrikine Kaafa kama yoqatilonakom kaafa waâlamou anna llah Maâ al moutaqine » traduction en francais : « Combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah est avec les pieux »
On remarque aussi parmi ces 1584 commentaires du dégoût pour la complaisance de la France pour l’islamisation, des mises en garde ça a commencé comme ça en Algérie de la part d’Algériens ou de Marocains et un e crainte de guerre civile.
De plus en plus de personnes expriment leur pessimisme vis-à-vis de la progression de l’Islam en France et de son antagonisme avec nos lois et nos valeurs dont le respect pour les femmes. Et pourtant nos dirigeants et certains de nos intellectuels s’enfoncent toujours plus dans le déni.
La Connectrice

Ajoutée le 22 sept. 2017

S’ABONNER 16 K SUBSCRIBED UNSUBSCRIBE
Un de mes lecteurs a eu la surprise de découvrir en début d’après-midi, sur son parcours domicile-travail, une prière de rue dans le 92 qui gène la circulation et voit retentir dans notre espace public laïc le nom hurlé et glorifié d’un Dieu qui laisse les passants éberlués !

Sélection de quelques commentaires (1584) de cette vidéo

Galatesil y a 1 semaine (modifié)

La France le nouvel état islamique! C’est pas croyable vu d’outre mer ! J’en reviens pas mais que se passe t-il avec la France? Les politiciens corrompus ont servi la France sur un plateau d’argent à cet Islam et vous n’y croyez toujours pas. Lorsque les gens vous disent que dans quelques années de 5 à 10 ans la France va connaitre des jours terribles à cause des musulmans, vous n’y croyez pas. Lorsque les gars comme Majid Oukacha vous dit que cette secte dangereuse, ne peut cohabiter avec l’Occident et bien vous n’y croyez pas. Mais quel héritage donnerez vous à vos enfants lorsqu’ils seront obligés de se soumettre à la charia, la loi d’Allah? Cela s’en vient et ça va virer en guerre civile, en bain de sang et ça va être terrible ! Je le dis, les musulmans modérés se tournerons vers l’Islam et non vers la France, lorsque ce sera le début de la grande boucherie Halal. Vous perdez vos lois une à une et les gouvernements accommodent des envahisseurs. Je ne suis pas Français mais je suis très choqué pour vous et je compatisse avec vous ! Ce qui doit arriver arrivera !

Elle est où la SPIRITUALITÉ là dedans ?! Le prétendu chemin spirituel qu’est l’islam n’est qu’une vaste orgie où les orgasmes sont des éclats de stupidité. Cela se voit fortement durant le ramadan, mais cette prière en est aussi un parfait exemple. Ils n’ont AUCUNE raison d’être en groupe et peuvent parfaitement faire ça chez eux. C’est une monstrueuse provocation protégée par des policiers. L’occident est condamnée à s’en prendre plein le cul.
Même dans les pays musulmans, ils ne laissent pas cela se produire, des prières de rue. Encore moins en Arabie saoudite, les gens ne prient pas dans la rue. Par contre en France cela se fait normalement chercher l’erreur ?
si ca continue comme ca la france va devenir le 2eme maroc , meme ici le maroc (la ou j habite ) les gens blocs pas autant les rues durant les prieres XXD
« Le Dieu (ALLAH) qui accepterait les prières de ces malades devrait-être interné lui aussi. » Parole d’un musulman de naissance (je n’y suis pour rien !) et athée par conviction.
En Algérie ça a commencé de cette manière, je vous le dis, et ça s’est terminé avec une guerre civile sanglante…
Si les chrétiens faisaient des prières de rue en Arabie Saoudite , au Maroc , ou dans n’importe quel pays de culture arabe , ils seraient immédiatement soit lynchés , soit emprisonnés , soit expulsés , soit tués … La France n’est plus dirigée depuis bien longtemps et est en proie à toutes les corruptions et toutes les lâchetés.
En plus le verset utilisé c’est un appel direct au jihad contre les « mécréants » lol je connais parfaitement l’arabe je vous le dis. Franchement les français, ça craint pour votre pays, si vous continuez à ce rythme il va devenir aussi chiant que le notre.
Genre y’a pas assez de mosquée dans le 92 ?  » trouvetamosquee.fr/mosquees-hauts-de-seine-92/ » Ce foutage de gueule …
La sourate n’a pas été choisie au hasard.. (sourate at-tawba) c’est l’avant dernière sourate du coran et sans doute l’une des plus violentes du livre. Pour ceux qui ne comprennent pas l’arabe voici le verset que l’imam récite : « Waqatilou Al Moshrikine Kaafa kama yoqatilonakom kaafa waâlamou anna llah Maâ al moutaqine » traduction en francais : « Combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah est avec les pieux » Les associateurs c’est à dire les gens qui associent Jésus à Dieu comme étant son fils, …donc les chrétiens. la nature du mot « Waqatilou » veux littéralement dire en arabe « combattre en TUANT » En islam c’est oeil pour oeil, dent pour dent.. le Coran mentionne plusieurs fois la loi du Talion comme étant sa justice. Et cette loi est appliqué par les terroristes de Daesh et Al Qaida (l’Occident les bombardent donc ils se vengent en commettant des attentats en Europe/USA)
le verset utilisé est le 9 : 36 إِنَّ عِدَّةَ الشُّهُورِ عِنْدَ اللَّهِ اثْنَا عَشَرَ شَهْرًا فِي كِتَابِ اللَّهِ يَوْمَ خَلَقَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضَ مِنْهَا أَرْبَعَةٌ حُرُمٌ ۚ ذَٰلِكَ الدِّينُ الْقَيِّمُ ۚ فَلَا تَظْلِمُوا فِيهِنَّ أَنْفُسَكُمْ ۚ وَقَاتِلُوا الْمُشْرِكِينَ كَافَّةً كَمَا يُقَاتِلُونَكُمْ كَافَّةً ۚ وَاعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ مَعَ الْمُتَّقِينَ Le nombre de mois, auprès d’Allah, est de douze [mois], dans la prescription d’Allah, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre(10) d’entre eux sont sacrés: telle est la religion droite. [Durant ces mois], ne faites pas de tort à vous-mêmes. Combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah est avec les pieux Associateurs veut dire ceux qui associent une autre divinité à Dieu (selon les écrits sacrés la trinité est comprise comme étant une association de Jésus et du saint esprit à Dieu) il y a un petit problème de traduction venant des différence des langues car « combattez » se dit en arabe « حاربوا » alors que le terme utilisé est « قاتلوا » qui vient de la racine « قتل » qui veut dire « tuer », je veux dire par ça que le terme de combat ici est doté d’une signification de violence physique. Certains vous parleront d’autres nouvelles interprétations ‘généralement acrobatiques) mais je vous parle maintenant du choix du texte pas du texte en lui même… Laisser de la place partout et bloquer la route pour faire une prière dans la quelle on choisit l’un des versets les plus sanguins du coran. Personnellement je ne suis pas français et je n’ai aucune relation ni jamais mit le pied en France donc je me fiche pas mal de votre sort, mais sachez qu’aucune religion n’a le droit à un traitement de faveur au dessus de la loi, et ce comportement est interdit dans plusieurs pays musulmans même, donc c’est dommage de voir les petits fils des combattants de la révolution française accueillir une nouvelle église d’une religion pas encore reformulée et qui se base toujours sur des interprétation d’entre 700 et 1200 année avant. ne soyez pas cons
Ma voisine algérienne à qui je viens de montrer la vidéo m’a dit « ils sont en train de promettre de vous tuer… »….et continuer « vous êtes fous ou quoi pour accepter ça… »
Bordel de merde vs savez ce que dit le mec au micro ?? Il cite la sourate 9 disant : « tuez les associateurs collectivement » et les policiers les protegent ??? C pas censé être l’Etat d’urgence !! Je suis profondement choquée !!!
Ne faites pas les étonnés. Vous saviez parfaitement ce qui vous pendait au nez en laissant Macron se faire élire. Hé bien dansez maintenant.

Les contraintes de la charia sont incompatibles avec nos libertés par Majid Ouchaka

 

Burkini. Catherine Kintzler : ce n’est pas une question de laïcité, c’est politique

Publié le

Cet entretien avec la philosophe Catherine Kintzler est d’autant plus intéressant qu’elle met des mots précis sur une situation déplorable. Elle nous donne les mots pour le dire comme : héroïsme social, signalétique ségrégationniste, totalitarisme féroce, communautarisme politique, banalisation du totalitarisme islamique, islamo-totalitaire et même « fausse question laïque ».

Dans une langue simple, accessible à toutes et à tous, Catherine Kintzler nous donne des idées claires pour répondre aux arguments répétés des collabos de l’islamisation de la France dont les femmes sont les premières victimes; Le burkini, c’est un test politique sur le dos des femmes dont on connait le niveau de respect auquel elles ont le droit dans les dictatures musulmanes.

Il serait temps pour toutes les féministes du monde de s’allier contre notre ennemi commun : l’islam politique qui ne cesse de gagner du terrain en manipulant les femmes.

La Connectrice

Si ne pas porter de voile, si porter une jupe courte, si porter un maillot deux-pièces, si s’attabler seule à la terrasse d’un café, si tout cela devient pour certaines femmes un acte d’héroïsme social, c’est qu’on a déjà accepté que cela le devienne pour toutes, c’est qu’on a déjà accepté de ne pas faire attention aux signaux envoyés par un totalitarisme féroce: c’est l’inverse qui devrait être «normal». Catherine Kintzler

Le Conseil d’Etat a suspendu ce vendredi un arrêté «anti-burkini». Pour Catherine Kintzler, il ne s’agit pas d’une question juridique liée à la laïcité, mais d’une question davantage politique liée à l’acceptation (ou non) du communautarisme islamiste.


Philosophe, spécialiste de la laïcité, Catherine Kintzler est professeur émérite de l’Université Lille-III et vice-présidente de la Société française de philosophie. Elle est notamment l’auteur de Penser la laïcité (éd. Minerve, 2015) et anime le site internet Mezetulle.


 SUSPENDU CE VENDREDI PAR LE CONSEIL D’ETAT, L’UN DES ARRÊTÉS «ANTIBURKINI» PORTAIT SUR L’INTERDICTION DE L’ACCÈS À LA BAIGNADE «À TOUTE PERSONNE NE DISPOSANT PAS D’UNE TENUE CORRECTE, RESPECTUEUSE DES BONNES MŒURS ET DU PRINCIPE DE LAÏCITÉ». SI LE BURKINI POSE VRAIMENT UN PROBLÈME DE LAÏCITÉ, FAUT-IL INTERDIRE ÉGALEMENT LES SOUTANES OU LES KIPPAS?

CATHERINE KINTZLER. – Je ne suis pas juriste, mais tout le monde sait que le principe de laïcité au sens strict vaut pour ce qu’il est convenu d’appeler «la sphère publique». Par exemple, un fonctionnaire ne peut pas porter un signe religieux lorsqu’il est en fonction, un local administratif ne peut afficher aucun signe religieux, un magistrat ne peut pas invoquer un motif religieux dans ses interventions publiques. En 2004, devant les nombreux problèmes posés par des affichages très visibles et générateurs de conflits, la loi a étendu l’exigence de neutralité aux élèves de l’école publique en leur interdisant le port de signes religieux ostentatoires dans les établissements – on pourrait d’ailleurs penser à le faire à l’université dans les situations d’enseignement, comme l’avait suggéré le naguère le HCI.

Qu’on ait affaire à une « fausse question laïque » ne veut pas dire que ce «burkini» ne soulève aucun problème.

Mais dans les espaces ordinaires accessibles au public (rue, transports, etc.), l’expression des opinions est libre, dans le cadre du droit commun. Donc, je pense que le port du «burkini» sur une plage publique, pas plus que celui d’une soutane ou d’une kippa dans la rue, ne relève d’une question de laïcité: c’est une fausse question laïque. D’ailleurs en 2010, l’interdiction du port de la cagoule dans ces espaces n’est pas fondée sur la laïcité, mais sur un motif de sécurité publique. En revanche, qu’on ait affaire ici à une «fausse question laïque» ne veut pas dire que ce «burkini» ne soulève aucun problème, ni qu’il soit anecdotique.

LE BURKINI N’EST-IL PAS LE SIGNE EN REVANCHE D’UN COMMUNAUTARISME GRANDISSANT AU SEIN DE LA NATION FRANÇAISE?

Quand on parle de communautarisme, il faut préciser les choses. Toutes sortes de communautés peuvent s’assembler en république et bénéficier de la législation sur les associations. Le communautarisme social commence lorsqu’un groupe considère qu’il y a obligation d’appartenance, fait pression sur ceux qu’il considère comme «les siens», leur rend la vie impossible s’ils n’adoptent pas une manière de vivre, de se présenter, de parler, de manger, etc. Sur ce terrain, s’installe le communautarisme politique, qui consiste à réclamer des droits et des devoirs spécifiques à tel ou tel groupe.

Plus les manifestations communautaristes se font provocatrices, plus cela témoigne de l’impopularité du communautarisme.

Le port du «burkini», à l’évidence, relève du communautarisme: c’est une tentative de stigmatisation envers toutes celles qui, de confession musulmane, le refusent et refusent le port du voile, refusent l’uniformisation de leur vie.

Faut-il en conclure que le communautarisme a le vent en poupe en France? Je pense l’inverse. Plus les manifestations communautaristes se font provocatrices, plus cela témoigne de l’impopularité du communautarisme. Les réactions très vives au sujet de cette signalétique ségrégationniste montrent pour le moins un malaise à son égard. Nos concitoyens sont extrêmement sensibles à l’attitude communautariste, on l’a vu notamment lors du grand rassemblement du 11 janvier 2015. Ce seuil de sensibilité, loin d’être une forme d’intolérance, est au contraire le signe que nous sommes très attachés à l’unité de la nation, à l’égalité des droits et des devoirs. En France la fraternité vaut entre des individus libres et égaux et non entre des communautés dont certaines pratiquent la ségrégation et l’inégalité.

On a affaire à une tentative de banalisation du totalitarisme islamiste.

D’autre part, il ne suffit pas de ramener le port du «burkini» à un simple geste communautariste au sens social. Cela va bien plus loin et touche le domaine politique: un jalon s’ajoute à tous ceux posés par une version ultra-réactionnaire et totalitaire de l’islam politique depuis une quarantaine d’années. La forte coïncidence chronologique avec les attentats tragiques de ces derniers mois – et tout particulièrement le massacre du 14 juillet à Nice – le situe comme une provocation politique. Laurence Rossignol a raison de parler d’un «étendard»: on est bien au-delà du moment d’expression religieuse! Ce qui compte ici n’est pas un événement isolé, mais la série, sa continuité et sa cohérence. Une fois de plus, dans un contexte aggravé, on a affaire à une tentative de banalisation du totalitarisme islamiste. Ce «burkini» est très récent, personne ne s’y trompe – on se demande même ce que les islamo-totalitaires vont encore inventer pour pourrir la vie des gens.

LE BURKINI N’EST-IL PAS ÉGALEMENT UNE GAGEURE VIS-À-VIS DES FEMMES? NE PORTE-T-IL PAS ATTEINTE À L’ÉGALITÉ DE L’HOMME ET DE LA FEMME? EN MÊME TEMPS, QUE RÉPONDRE À L’ARGUMENT «LIBÉRAL» DES FEMMES QUI RAPPELLENT QU’ELLE LE PORTE LIBREMENT?

La banalisation du totalitarisme islamiste s’affirme le plus souvent par un contrôle du corps des femmes, par l’accoutumance insidieuse à une forme de «moralité» qui se présente comme quelque chose d’ordinaire, de «normal» et qui de ce fait tend à particulariser et à montrer du doigt celles qui ne s’y plient pas… Cette férocité est véritablement obscène: elle est une forme d’assignation, de harcèlement. Il ne faut pas inverser les choses: ce sont les femmes de culture musulmane refusant cette uniformisation étouffante qui subissent la stigmatisation. Et au-delà d’elles, par elles, toutes les femmes sont visées.

QUE FAIRE SI LES INTERDICTIONS DE BURKINI NE SONT PAS UNE SOLUTION? EST-CE UN COMBAT DE NATURE QUASI-IDÉOLOGIQUE QU’IL FAUT MENER?

Il s’agit bien d’un combat idéologique et politique au sens où la conception de la cité est engagée. Ce combat implique un devoir de réprobation publique.

Le motif de trouble avéré à l’ordre public peut parfois être avancé, mais cela ne peut être que ponctuel et temporaire. Il s’agit bien d’un combat idéologique et politique au sens où la conception de la cité est engagée.

Je pense que ce combat implique un devoir de réprobation publique, dans le cadre et les limites du droit commun bien sûr. Minimiser ces accoutrements revient à les soutenir, contribue à les imposer, à les rendre ordinaires, et donc à accoutumer un totalitarisme. Non, il faut que cela reste extra-ordinaire. Faire en sorte que la manifestation publique de ces marquages soit soulignée, questionnée, critiquée, expliquée dans sa signification politique. Faire en sorte que cela ne soit pas inclus dans le paysage, que ces affichages restent «remarquables» et remarqués. On peut les tolérer et exprimer sa réprobation en disant toute l’horreur qu’ils inspirent. La loi ne les interdit pas: mais ce n’est pas pour cela qu’ils doivent devenir une norme.

Si ne pas porter de voile, si porter une jupe courte, si porter un maillot deux-pièces, si s’attabler seule à la terrasse d’un café, si tout cela devient pour certaines femmes un acte d’héroïsme social, c’est qu’on a déjà accepté que cela le devienne pour toutes, c’est qu’on a déjà accepté de ne pas faire attention aux signaux envoyés par un totalitarisme féroce: c’est l’inverse qui devrait être «normal».

Source :©  Le Figaro Premium – Burkini au Conseil d’Etat : le problème n’est pas la laïcité, mais l’islamisme

Burkini. Grossière manipulation au profit de l’Etat islamique. La preuve en photos.

Publié le

Les photos publiées dans le Daily mail résultent d’une grossière mise en scène pour une énorme provocation. Les Français jouent à 5 bandes au moins et les Britanniques se vengent des exigences de Hollande suite au Brexit. Pendant ce temps, les misogynes, les musulmans, les islamistes et l’Etat islamique crient victoire. Les femmes sont les grandes perdantes de cette manipulation éhontée.

The woman appeared to be sleeping when the officers approached her on the beach 

Avez-vous vu beaucoup de femmes s’allonger sur les galets sans serviette de bain ni accessoires de plage comme un parasol, et surtout pas de boisson pendant la canicule, mais en burkini ?

La femme semblait dormir quand les policiers se sont approchés http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

 

Nice, mardi 23/08/2016, application de l’arrêté anti burkini

http://www.bestimage.fr/

http://www.nytimes.com/2016/08/28/world/europe/france-burkini-bikini-ban.html?ref=europe

Regardez-bien elle est sur les cailloux sans drap de bain, que fait-elle sur la plage sinon provoquer pour la photo ?

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

Cette photo prise sur une plage de Nice montre trois policiers municipaux attendant qu’une femme enlève sa tunique, conformément à l’arrêté municipal interdisant le port du birkini sur la plage.

L’image a été prise au téléobjectif et vendue à la presse française et internationale par l’agence de presse française bestimage spécialisée dans la traque des personnalités et des coups médiatiques.

Les légendes données à cette image insistent sur le fait que les policiers sont armés. (NYT, The guardian, Daily mail) et certains ont l’honnêteté de préciser qu’il s’agit de bombes lacrymogènes.

Selon David Thomson, auteur du livre Les Français jihadistes (2014, Les Arènes) et spécialistes des questions jihadistes, .Les sympathisants jihadistes semblent eux-mêmes surpris que la police municipale de Nice fasse leur travail de propagande à leur place. Pour eux, c’est du pain bénit. Le récit jihadiste martèle depuis des années qu’il serait impossible pour un musulman de vivre sa religion dignement en France. Alors évidemment, dès leur diffusion, ces photos sont passées en quelques minutes à peine en tête des sujets les plus discutés dans la « jihadosphère », où la tonalité générale était : « La France humilie une pauvre musulmane. »

Mes observations

1-Les policiers en fonction sont naturellement en uniforme avec leur équipement habituel pour faire face à tout trouble à l’ordre public : matraque, pistolet, bombe lacrymogène et gilet pare-balle. Ils ne se sont pas équipés de la sorte uniquement pour interpeller les femmes en vêtement islamique, ce que voudraient laisser croire les commentaires de la presse anglosaxonne

2-La femme a eu le choix d’enlever son uniforme musulman ou de quitter la plage. Elle a choisi d’enlever le vêtement, sans doute informée de la présence d’un photographe parce que suivant les ordres de l’Etat islamique, elle voulait « faire un coup ».

3-La femme reste assise, pourquoi ? Elle aurait du se lever par respect pour les représentants de la loi

4-la photo a été saisie au moyen d’un téléobjectif, ce qui signifie qu’un photographe était posté à un emplacement lui offrant, sans être vu, une vue panoramique sur la plage. Bizarre qu’il se soit trouvé là opportunément pour photographier l’intervention prévisible de la police auprès d’une personne informée de l’arrêté municipal d’interdiction du burkini et ayant choisi de le braver.

5-Ne pouvant ignorer l’arrêté municipal, que faisait cette femme allongée en burquini directement sur les galets de la plage et sans aucun accessoire de plage, même pas de boisson malgré la chaleur, encore plus dure pour une femme tout habillée?  Si ce n’est pas de la provocation, je mange un burkini ! Beurk !

Au regard des points que je viens d’énumérer, il m’apparaît que l’opération était scénarisée et organisée pour créer un scandale et appuyer la future décision du Conseil d’Etat ainsi que le French bashing encore plus actif depuis le brexit et les propos de Hollande sur la contribution du Royaume-Uni (François Hollande a réaffirmé avec force la nécessité de maintenir « les quatre libertés » qui fondent le marché unique (circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes). « Aucune n’est séparable de l’autre », a-t-il dit. Theresa May, de son côté, a répété son intention d’instaurer « un certain contrôle » sur l’entrée des citoyens européens en Grande-Bretagne tout en souhaitant « le bon accord » de libre-échange avec l’UE. Cette divergence de vues « sera le point le plus crucial » de la négociation, a souligné François Hollande.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/0211148215976-brexit-hollande-reste-ferme-face-a-theresa-may-2016072.php?Yu4JbkTY1rcKwttH.99. )

L’opinion de David Thomson, spécialiste des questions jihadistes va dans le sens d’une provocation au profit du califat-cf la citation ci dessus.

The woman appeared to be sleeping when the officers approached her on the beach 

Avez-vous vu beaucoup de femmes qui s’allongent sur la plage sans serviette de bain ni accessoires mais en burkini ?

La femme semblait dormir quand les policiers se sont approchés http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

Photo published for French mayors vow to CONTINUE burkini beach ban despite court ruling

Nice, 28/08/2016 https://twitter.com/MailOnline?ref_src=twsrc%5Etfw

https://twitter.com/MailOnline?ref_src=twsrc%5Etfw

Photo published for This image from Brighton beach split UK opinion

Sur la plage de Brighton, les Britanniques seraient partagés sur la question  https://twitter.com/DailyMailUK/status/770179453582446593

A qui profite le crime ?

Afficher l'image d'origine

1-aux musulmans qui sortent vainqueurs de l’épreuve et voient leurs provocations  pour le djihad (guerre sainte) approuvées et admirées et à l’Etat islamique qui compte sur le chaos qu’il crée pour étendre son califat

2-aux mâles qui trouvent dans la stigmatisation du corps des femmes un motif pour agresser celles qui ne se soumettent pas au diktat de la charia et de la mode musulmane

3-aux divers courants politiques français qui exploitent la zizanie pour imposer leur vision afin de tirer leur épingle du jeu en période électorale

4-au gouvernement qui amuse le peuple pour le distraire de ses problèmes quotidiens

5-à l’Europe qui entend briser l’entente franco-allemande pour affaiblir chacune des nations qui la composent

6-aux pays étrangers qui règlent leur compte à la politique étrangère de la France pour servir leurs intérêts stratégiques

Etc.

Toujours selon David Thomson il n’est pas impossible que cette polémique génère une fracture, un dégoût de la France chez certains musulmans, au-delà même des cercles salafistes ou jihadistes. A l’heure où l’on parle de la nécessité de développer un discours pour contrer le narratif jihadiste, on s’aperçoit que non seulement ce contre-discours n’existe pas, mais qu’en plus, certaines autorités françaises offrent de quoi renforcer ce contre quoi elles pensent lutter.

La Connectrice outrée de voir tout le monde tomber dans le panneau du burkini

Burkini à Marseille et ailleurs. Fallait-il interdire ?

Publié le

http://www.phil-ouest.com/Timbre.php?Nom_timbre=Coq_Gaulois_2016

Deux communes des Alpes-Maritimes ont pris des arrêtés interdisant le «burkini» sur les plages.

http://www.20minutes.fr/societe/1908443-20160813-burkini-interdit-cannes-arrete-valide-justice

Depuis que les musulmans sont massivement présents en France, ils ne cessent de nous remettre en question et de nous poser des problèmes dont nous nous passerions bien étant donné nos 5 millions de chômeurs.

Les statistiques ethniques nous étant interdites, les officiels musulmans et politiques qui exigent des accommodements raisonnables s’appuient sur un chiffre de 4,5 millions tandis que les lanceurs d’alerte pensent qu’ils sont environ dix millions en se basant sur la masse des clandestins (qui sont désormais légaux depuis le 1/08/2016), la vaillante fertilité des femmes musulmanes et les trafics d’identité. A cette estimation on doit ajouter l’afflux quotidien de migrants, en majorité musulmans, généreusement invités  a rester sur le territoire par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Le dernier trouble a l’ordre public a été causé par la promotion du Burkini, le dernier étendard de l’islam inventé par les musulmans pour passer l’été. Bien entendu, ce vêtement inconfortable, lourd et  malsain parce qu’il se gorge d’eau trouble, est réservé aux femmes. Les hommes peuvent batifoler les poils a l’air, c’est normal et même souhaité afin qu’ils puissent exhiber leur virilité légendaire.

Les socialistes sont mal a l’aise devant la provocation du burkini car ils se demandent quelle est la meilleure position a  prendre pour passer le cap des prochaines élections présidentielles sans perdre des voix et si possible en gagner. Ils ont donc lancé dans la course le vieux cheval fidèle Chevènement qui a déclaré que s’il était favorable  a la liberté de s’accoutrer selon son goût, il ne fallait pas froisser Madame Laïcité. Voila donc une position tirée par les cheveux des femmes qui n’ont pas le droit de les montrer.

Afficher l'image d'origine

http://www.delcampe.net/page/item/id,0068762159,language,F.html

L’exhibition du burkini et ses conséquences

  • Annulation de la promotion du burkini  a Marseille

Dans mon indignation globale vis-à-vis du voile et des accoutrements exclusivement réservés aux femmes musulmanes pour les protéger de la convoitise des hommes et les envoyer harceler et violer les femmes non musulmanes, ces mécréantes impudiques et provocatrices, je m’étais réjouie dans un premier temps de l’annulation de cette manifestation réservée aux femmes enchiffonnées couvertes de burkini (une manne pour les marchands) ou de jilbeb de bain.

Et puis j’ai un peu réfléchi et lu l’article ci-dessous (1) qui analyse le problème au regard de nos lois.

Interdire à une association de privatiser un lieu ouvert au public pour y organiser une réunion de son choix n’a rien de scandaleux ni d’illégal. C’est aussi une pratique devenue de plus en plus courante comme dans les musées qui cherchent ainsi à récupérer des fonds depuis qu’ils sont moins aidés par l’Etat. D’autre part, la privatisation des hammams et piscines privées est pratiquée depuis longtemps pour les nudistes et les femmes juives pour leur bain rituel, le mikvé. Que je sache, personne n’y a jamais émis d’objection pour la bonne raison que les horaires privatisés sont affichés uniquement à l’entrée des lieux concernés et qu’on ne voit pas, à ma connaissance, des affiches colorées invitant la population à se baigner à poil ou à se purifier rituellement dans de l’eau courante.

Dans le cas de l’événement organisé par l’association Smile13 (Sœurs Marseillaises Initiatrices de Loisirs et d’Entraide) l’intention de prosélytisme est claire mais non avouée puisque Smile13 se présente comme un groupe culturel et non cultuel, ce que démentent toutes ses actions et que Charles Arambourou met méthodiquement en évidence dans son article. Il suffit de lire attentivement le prospectus ci-dessous pour constater le caractère religieux et prosélyte de l’invitation publique.

L'affiche de la journée "burkini" qui était prévue le 10 septembre.

  •  Echauffourées  autour du burkini en Corse

 

Samedi 13 août, une violente bagarre éclatait entre jeunes Corses du village de Sisco, Cap Corse, et des pères de famille marocains dont les épouses se trempaient en burkini.Les marocains se sont munis de machettes pour défendre leurs femmes qui avaient été prises en photo par des touristes. Ah mais c’est qu’on a le droit de sex-hiber comme des monstres de foire mais faut pas regarder ! Le résultat de la défense de la pudeur se compte en quelques blessés sérieux et quelques voitures brûlées sans compter les manifestations de protestation, les agents mis sur l’enquête et moult énergies mobilisées pour dresser des procès-verbaux, analyser, communiquer, etc.Le maire PS, contraint et forcé a du prendre a son corps défendant un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de sa commune, comme les maires de Cannes et de Villeneuve-Loubet dont l’arrêté d’interdiction avait été validée par la Justice.

http://www.20minutes.fr/societe/1909111-20160816-burkini-chevenement-liberte-sauf-cas-necessite-ordre-public

Le vieux cheval de retour a tourné 7 fois sa langue dans sa bouche pour ne pas trop se mouiller : oui  la liberté de se vêtir comme on le souhaite, non aux atteintes a la laïcité.

Si le burkini exprimait réellement un désir de liberté, les musulmanes pourraient puiser dans l’histoire de France des costumes couvrants comme celui de Simone- la -faisane dans l’opéra Chantecler d’Edmond Rostand, sauf que l’auteur a paré la faisane de ce même éclat que refusent les musulmanes   Hôtesse de la forêt, elle vante à Chantecler les joies de la liberté, le charme des forêts où l’on respire l’air pur, qui ne ressemble en rien aux miasmes corrompus de la basse cour. Sous la plume de Rostand, la faisane devient l’incarnation d’une femme moderne, émancipée et dominatrice. Avec le plumage, elle a pris tous les privilèges du mâle et elle est prête à livrer bataille en matière de féminisme.

Que voila une jolie idée pour faire la nique aux musulmanes, organisons un rassemblement de faisanes ! …

Afficher l'image d'origine

On n’a jamais autant utilisé le mot  « laïcité » depuis que les musulmans font lourdement pression sur les valeurs de la République, au point que tout le monde s’embrouille et y va de ses interprétations personnelles et discutables. Qui sait aujourd’hui ce que signifie réellement « laïcité » ? Qui sait ce que permet et interdit la loi de 1905 ?

Ces jours-ci, après l’assassinat du Père Hamel et autour de la célébration de l’Ascension, la parole était donnée aux catholiques qui sont la principale confession de France même lorsqu’ils ne pratiquent pas et très loin devant la « deuxième-religion-de-France ». Même en comptant tous les clandestins et les nourrissons, l’islam ne représente au mieux qu’un sixième de la population française soit 10 millions pour 45 millions de catholiques et 65 millions de français.

Lundi 15 août, sur C dans l’air, il était donc rappelé que les catholiques ont énormément souffert de la loi de 1905 et que tous les Français ont été confrontés aux déchirements, débats, acharnements, et abus découlant de l’application de la loi. Nous étions tous parvenus a un apaisement sur la question de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, malgré quelques soubresauts, lorsque les musulmans débarquent forts de leur nombre et de la terreur que certains inspirent, et prétendent nous donner des leçons de laïcité et de démocratie (cf Tarik Ramadan). Ils ne manquent pas de culot, les bougres et le respect, ils connaissent pas. En tant que minorité conquérante, les musulmans cherchent  a gonfler leur grenouille au regard du superbe coq gaulois et c’est dans ce but qu’ils se donnent cette visibilité cruelle et insolente : attentats, menaces d’attentat, tenue de combat masculine (qamis), barbes, voiles, hijabs et jilbeb de bain, khimar, burqas, etc.

Or voila que les musulmans nous imposent leur djihad, leur guerre sainte,  en nous obligeant a revivre ce que nous croyions apaisé, les guerres de religion. Oui, je sais le consensus est d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’une guerre de religions mais quelle personne informée, intelligence, lucide et honnête croira que quand on assassine aux cris de Allahu Akbar ou qu’on bouleverse us et coutumes au nom de la charia, il ne s’agit pas de guerre de religions ?

Afficher l'image d'origine

http://www.bedetheque.com/BD-Asterix-Au-pays-d-Tome-3-Le-coq-gaulois-201195.html

 

 Il est trop tard pour interdire le burkini

Les quelques interdictions du port du burkini sur quelques plages de France ne changeront rien au mal qui la ronge car ses défenseurs sont déterminés a l’imposer et que les femmes sont le meilleur cheval de Troie que les hommes aient inventé depuis des siècles. Et puis le burkini n’est qu’une forme commerciale de la burqa que seules les fashion addicts de l’islam revendiquent. Les musulmanes qui souhaitent se baigner en public le font tout habillée et,  ma connaissance, il n’est pas interdit de se baigner avec ses vêtements où que ce soit en plein air. On mesure ainsi le ridicule de ces interdictions relatives exclusivement au port du burkini, comme par hasard émise par des maires socialistes soucieux de faire de la publicité a leur parti en faisant semblant d’accorder satisfaction aux électeurs choqués par l’islamisation de la France.

La question n’est pas de savoir s’il faut interdire le burkini, le voile, la burqa, le hijab, le jilbeb ou d’autres étendards de l’islam, interdictions qui font beaucoup de bruit pour rien. La question est plutôt d’appliquer nos lois et de faire respecter nos us et coutumes, en particulier pour ce qui concerne la place et le droit des femmes dans notre société. Les musulmans sont nos invités en tant que communauté religieuse et nous devons exiger qu’ils se comportent comme des invités polis. Il y a trop longtemps qu’ils se comportent comme des gougeats, il serait temps de leur enseigner cette politesse que, de leur côté, ils nous imposent lorsque nous nous rendons dans des dictatures musulmanes.

La Connectrice

 

(1) Liberté à la piscine (privée) pour les bigotes musulmanes, laïcité dans la sphère publique !
PAR LE 10 AOÛT 2016LAÏCITÉ   
Source :    http://www.ufal.org/laicite/liberte-a-la-piscine-privee-pour-les-bigotes-musulmanes-laicite-dans-la-sphere-publique/?utm_source=mailup&utm_medium=courriel&utm_campaign=flash
[« AWRA » : parties du corps à cacher par les musulmans – notion aussi variable qu’extensible(1) !]
Une bigoterie aussi effarante ramène la France plus de 3 siècles en arrière (Molière, Le Tartuffe, 1669 : « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir »). En revanche, l’annulation de cette joyeuseté par le club aquatique avec l’aval du maire pourrait bien se retourner contre la laïcité !

La République garantit la liberté des réunions religieuses qui ne troublent pas l’ordre public !
Il s’agit d’une manifestation privée, dans un lieu commercial privé : la neutralité religieuse ne peut donc aucunement être invoquée (contrairement aux activités organisées par des personnes publiques). En accordant la liberté de culte, et en reconnaissant la liberté de religion(2), la République a renoncé à se prononcer sur le contenu des croyances ou la qualité des pratiques, à condition que l’ordre public soit respecté. De même que les cathos intégristes peuvent célébrer des messes en latin avec prêtres en soutane et laïcs(3) en chasubles frappées de la croix, les bigotes musulmanes ont bien le droit de se réunir affublées comme elles le souhaitent. C’est une liberté fondamentale, c’est la République.
En l’espèce, les atteintes à l’ordre public (menaces et insultes) viennent des adversaires de la manifestation, non de ses organisateurs : elles ne peuvent donc être invoquées contre l’exercice d’une liberté publique. Le sénateur-maire des Pennes-Mirabeau a renoncé à interdire l’évènement – ce qui eût sans doute été jugé illégal. Mais l’annulation de la journée par le club aquatique, annoncée le 9 août en accord avec le maire, a tout d’une « discrimination pour refus de fourniture d’un service à raison de la religion », prévue et sanctionnée par le code pénal(4).
En revanche, Smile 13 doit jouer franc-jeu ! Car quand sa trésorière déclare au Monde : « Nous sommes une association culturelle et sportive, pas cultuelle. », elle joue sur les mots. Mais l’exemple vient de haut, puisque c’est ce que fait régulièrement… le Conseil d’Etat, pour autoriser le financement public de lieux de culte, ou de manifestations religieuses(5) ! L’objet de Smile est « d’encourager les femmes à s’engager dans des actions communes et à contribuer à leur épanouissement notamment sur la vie sociale et culturelle, les loisirs et les sports. Mais également pour favoriser l’entraide et la solidarité entre femmes. » Sauf qu’il ne s’agit pas de n’importe quelles femmes…
Car Smile est l’acronyme de « Sœurs Marseillaises Initiatrices de Loisirs et d’Entraide ». Or « sœurs » exclut les non-musulmanes – pour ne rien dire de l’obligation de respecter la « awra ». Quant au site de Smile, il commence ainsi ses annonces : « As salam ‘alaykum wa Rahmatulahi wa Barakatu ». Pour les dons,« mobilisation de la oumma » (communauté des croyants). Les références religieuses sont omniprésentes, jusque dans les activités proposées : atelier cuisine Ramadan, cours d’arabe du Coran à la mosquée, piscine avec « tenue adéquate » (décrite plus haut !)  – « mais soyez à l’aise quand même (sic) on est là pour se détendre » (défense de rire !)… Bref, il s’agit d’une association religieuse fermée.
Oui, c’est du communautarisme prosélyte. Oui, c’est d’une bigoterie rétrograde et militante. Et pourtant, rien de tout cela n’est interdit par la loi ! Smile 13 a donc saisi le « Collectif contre l’islamophobie en France » (émanation des Frères Musulmans(6) ), qui n’aura aucun mal à démontrer devant le juge l’illégalité dont elle est victime. Résultat probable : une victoire de plus offerte au militantisme islamiste ?
Amis laïques, manifestons, dénonçons, expliquons, donnons de la voix, mais ne permettons pas qu’on touche aux libertés publiques. Ne comptons pas sur la loi pour faire la chasse au communautarisme : il est à combattre, mais on ne peut l’interdire.
L’égalité hommes-femmes dans l’espace public n’est pas (encore) protégée par le droit !
Oui mais, que penser de l’image de la femme ainsi mise en avant ? Les activités proposées, loin de lui permettre de « se détendre », visent à l’enfermer dans des assignations sexuées à prétexte religieux (ignorées de la majorité des musulmanes en France), à l’interdire aux regards des hommes (sauf son mari), à la réduire à raser les murs et à s’exclure de la vie sociale voire professionnelle : tout esprit progressiste ne peut que se révolter au nom de l’émancipation et de l’égalité femmes-hommes !
Certes : mais il ne peut l’exprimer qu’à titre privé. Car aucune loi ne permet en la matière la mise en œuvre du principe –pourtant constitutionnel- de l’égalité entre hommes et femmes. Pire : le Conseil d’Etat a estimé que « le principe d’égalité des hommes et des femmes n’a pas vocation à être opposé à la personne elle-même, c’est-à-dire à l’exercice de sa liberté personnelle.(7)»
Position saluée par la CEDH, dans son arrêt du 1er juillet 2014 Sas c. France, relatif à la loi du 11 octobre 2010 dite « loi burqa » : « un État partie ne saurait invoquer l’égalité des sexes pour interdire une pratique que des femmes – telle la requérante – revendiquent dans le cadre de l’exercice des droits que consacrent ces dispositions, sauf à admettre que l’on puisse à ce titre prétendre protéger des individus contre l’exercice de leurs propres droits et libertés fondamentaux. »
On peut donc interdire à quiconque d’obliger une femme à se voiler, mais non empêcher celle-ci de le faire si elle dit le désirer. La question de savoir si ce désir est réellement sincère, libre et éclairé, ne sera évidemment pas posée : la « servitude volontaire » est ainsi protégée par le droit(8).
L’autre question taboue est celle de la pression ainsi entretenue sur les autres femmes, habitant les mêmes quartiers, ou supposés appartenir à la même communauté ethnique ou culturelle – autrement dit du prosélytisme militant que constitue cet affichage religieux extrême. Qu’il soit muet, de l’ordre du « passage à l’acte » ne change rien à l’affaire : l’objet est bien de concrétiser la oumma, par l’affichage collectif de signes auto-discriminants distinguant les « croyants » (supposés) des « mécréants ». La « liberté de religion » sert de paravent à une entreprise de monopolisation religieuse de l’espace social.
Or la CEDH, dans l’arrêt cité, n’a admis la « loi burqa » que de justesse, rejetant explicitement l’argument de l’égalité hommes-femmes (comme celui de l’ordre public), et ne retenant que « la préservation des conditions du “vivre ensemble” en tant qu’élément de la “protection des droits et libertés d’autrui” ». Ce « vivre ensemble » est une réponse bien faible(9) aux questions posées !
Citoyens des Etats signataires de la Convention, encore un effort pour être réellement féministes ! En 2016, au nom usurpé d’une « liberté de la femme de s’afficher inférieure » (et de chercher à l’imposer aux autres), on ne peut réaliser par la loi une véritable égalité hommes-femmes dans la vie sociale et l’accès à l’espace public(10). Voilà un combat international à mener !
Protégeons d’abord la sphère publique, où même le comportement des usagers est réglementé !
Face à l’impasse du droit (car l’évolution des juridictions internationales, CEDH et CJUE(11) tend à privilégier la « liberté de religion »), que faire ? Certainement pas réclamer, comme le font la droite et l’extrême-droite, par pure posture politicienne, la multiplication des interdits et restrictions aux libertés – qui ne tiendraient pas cinq minutes devant un juge, même français.
Si le principe de laïcité ne s’applique qu’à la sphère publique, c’est là qu’il faut le défendre ! Car tout le monde a affaire, un jour ou l’autre, aux autorités et aux services publics. Or, comme l’a admis la CEDH à propos de notre hôpital public, c’est « un lieu où il est demandé également aux usagers, qui ont pourtant la liberté d’exprimer leurs convictions religieuses, de contribuer à la mise en œuvre du principe de laïcité (…) ; la réglementation française « y fait primer les droits d’autrui, l’égalité de traitement des patients et le fonctionnement du service sur les manifestations des croyances religieuses »(12).
Ah, que Mme Vallaud-Belkacem n’a-t-elle réfléchi de la sorte, à propos des adultes accompagnateurs de sorties scolaires, au lieu de proclamer que « l’autorisation des signes religieux est la règle, l’interdiction l’exception » – formule juridiquement inexacte(13), mais qu’affectionne l’Observatoire de la Laïcité… Les « mamans voilées » vont-elles pouvoir accompagner les sorties scolaires à la piscine en « Jilbab de bain » même si leurs filles y restent interdites de voile ? On nage… dans l’absurdité.
Pourtant, quelle meilleure occasion « d’intégration » (pour qui croit que c’est la question posée(14) ), que d’apprendre à ôter ses signes religieux le temps d’un accompagnement scolaire ? La laïcité, ce n’est pas « il est interdit de porter un voile », mais « vous pouvez remettre le voile à la sortie ! » ; c’est l’apprentissage d’une « gymnastique civique » entre l’espace réglementé du service public, et l’espace civil, libre. La loi du 15 mars 2004 réglementant le port des signes religieux par les élèves de l’école publique a contribué à cette pédagogie pour des milliers de jeunes filles : qui peut aujourd’hui le nier ?
Mais aussi, quel meilleur obstacle au développement de l’intégrisme à base communautariste (le califat dans certains quartiers ?) que la préservation rigoureuse de la laïcité des services publics, qui s’applique y compris aux usagers comme l’a rappelé le Conseil d’Etat lui-même(15) : « Pour les usagers, qui ne sont pas soumis à l’exigence de neutralité religieuse, des restrictions à la liberté de manifester des opinions religieuses peuvent résulter, soit de textes particuliers, soit de considérations liées à l’ordre public ou au bon fonctionnement du service ». Restrictions que la Haute Assemblée applique explicitement aux« parents d’élèves qui participent à des déplacements ou activités scolaires » – passage caviardé par l’Observatoire de la laïcité, et ignoré par Mme Vallaud-Belkacem !
En résumé, au lieu de multiplier les interdictions dans l’espace civil (la loi « burqa » a marqué la limite), sachons utiliser pleinement les restrictions qui s’appliquent dans la sphère publique, y compris aux usagers – et, bien sûr, exiger des agents et des services la neutralité la plus absolue. Vigilance d’autant plus nécessaire que même cette neutralité des agents publics français pourrait un jour être contestée au nom de la directive européenne contre les discriminations(16)
Quant à l’émancipation de la femme, elle n’a surtout rien à attendre des activités communautaristes qui visent juste à aménager sa prison. Au lieu de la formation des imams, c’est de la relance de l’éducation populaire tournée vers l’ensemble de la population, à commencer par les « quartiers », que devraient se préoccuper les pouvoirs publics – or les vivres ont été coupés aux associations de terrain pour motifs budgétaires. Et les partisans de l’égalité femmes-hommes ne devraient-ils/elles pas s’investir davantage(17) dans l’éducation populaire, et auprès des femmes qui en ont le plus besoin – voilées ou pas ? C’est dans les consciences individuelles que se perd ou se gagne le combat laïque.

Note(s)

1. Ainsi, pour les salafistes, devant des hommes et des mécréant.e.s, seuls visage et mains peuvent être vus : Jilbab obligatoire !
2. Par la signature, en 1974, de la Convention européenne des droits de l’homme, qui inclut (art. 9-1) la liberté d’exprimer sa religion en public, sauf restrictions légales, légitimes dans une société démocratique, et proportionnées à leur but (art. 9-2).
3. Avec un « C », comme il convient, quand il s’agit des chrétiens non clercs. Les laïQUEs sont des partisans de la laïcité…
4. Discrimination, art. 225-1 et 225-2, dont la sanction peut aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.
5. CE, 17 février 2016, subvention de la région Rhône-Alpes à la cathédrale d’Annaba (Algérie ; 4 mai 2012 : subventions de la ville de Lyon, du département du Rhône, et de la même région à une manifestation de l’association vaticane « Sant’ Egidio ».
6. Organisation internationale dont l’objectif, depuis 1928, est le rétablissement du califat, rappelons-le…
7. « Etude relative aux possibilités juridiques d’interdiction du port du voile intégral », adoptée le 25 mars 2010.
8. De même que le droit de se livrer à des pratiques sadomasochistes – en privé, du moins. Mais si un individu était promené en laisse dans la rue par son/sa partenaire, même de son plein gré, bénéficierait-il de la même tolérance que les bigotes ensevelies ?
9. Comme l’ont fait observer les deux juges d’opinion dissidente (partisans, eux, d’une condamnation de la France).
10. Au sens de la loi du 11 octobre 2010 : les voies publiques ainsi que les lieux ouverts au public ou affectés à un service public.
11. Cour de justice de l’Union Européenne, encore plus favorable à la liberté de religion que la CEDH.
12. Cour européenne des droits de l’homme, 26 novembre 2015, Ebrahimian c. France
13. Parce que les activités scolaires publiques, constitutionnellement laïques, font justement « exception » à la liberté religieuse.
14. A tort : par exemple, la trésorière de Smile 13 est une Française convertie…
15. Etude du 19 décembre 2013 demandée par le Défenseur des droits
16. Directive 78/2000 du 27 novembre 2000, transposée (incomplètement) en droit français par la loi du 27 mai 2008. Voir allusion de l’avocate générale Sharpston devant la CJUE le 13 juillet 2016 dans l’affaire (pendante) Asma Bougnaoui (salariée voilée licenciée par une entreprise informatique française).
17. « Davantage », car bien des associations le font déjà, mais en nombre et avec des soutiens insuffisants.

Eté 2016. A Rio et A l’eau, sur le sable Jilbeb, Burkini et voiles au vent

Publié le

Personne ne doit échapper à la sublime religion musulmane, elle doit s’afficher partout et sur le corps des femmes, ces machines à produire des djihadistes.

Aux J.O. de Rio, une scène a  frappé plus fort que le ballon : Une Égyptienne tout en chiffons face à des Allemandes en bikini pour un match de Beach-Volley. Admirez, non pas le choc des civilisations mais Islam est beautiful. Heureusement pour le monde civilisé, les Égyptiennes ont perdu !

Doaa Elghobashy, membre de l'équipe de beach-volley égyptienne.

Soure image http://www.20minutes.fr/sport/1906143-20160808-rio-2016-egyptiennes-contre-allemagne-beach-volley-photo-fait-tour-monde

D’un côté, l’Égyptienne Doaa El-Ghobashi, habillée d’un hijab « sportif » façon survêtement la couvrant des pieds à la tête. De l’autre, Kira Walkenhorst qui arbore une tenue bien plus fréquemment apercue dans ce sport : un maillot de bain.

Doaa El-Ghobashi a déclaré qu’elle avait « doublement vérifié que la liberté de tenue était d’application dans ce sport » avant de s’y consacrer et estime participer « à un événement sportif et non à un gala de mode ». La paire égyptienne s’est inclinée en deux sets (21-12, 21-15). 

Pour cette édition à Rio, le Comité International des Jeux a accordé plus de liberté, puisque les quatre athlètes féminines concourant pour l’Arabie-Saoudite arborent également un dress code particulier alors que le règlement stipule qu’aucune « sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ». 
Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/jo-rio-photo-egyptienne-voilee-lors-epreuve-beach-volley-fait-tour-web-2787258.html#Fj2V1KLAFI4WbPZz.99

Je pensais que la philosophie des Jeux olympiques était a-religieuse. Mais non, c’est Islam Uberall ! Sinon, Boum ! Couic !

Marseille : une "journée burkini" dans un parc aquatique suscite la polémique

 

Sur les plages, les belles enchiffonnées se pressent en brochettes comme au début de l’histoire des bains de mer, quand les bourgeoises regardaient patauger enfants et maris.

Afficher l'image d'origine

http://cathyrose.canalblog.com/archives/2010/06/12/18258557.html

Afficher l'image d'origine

Source https://nuitsdesatin.com/tag/maillot-de-bain-1900/

Vers 1900, on se baignait habillée. On sortait de sa cabine roulante qu’un cheval menait au bord des vagues afin que la pudeur de Madame ne soit pas offensée.

Pourquoi les musulmanes ne réhabilitent-elles pas la cabine roulante tirée par un chameau ? Au moins ça amuserait les petits enfants…

Afficher l'image d'origine

Source image http://www.jannah-news.com/actu-islam/les-femmes-voilees-a-nouveau-interdites-sur-les-plages.html

Ces touristes venus de Mantes-la-Ville dans les Yvelines étaient venus pour une sortie plage organisée par les centres de vie sociale de la municipalité de Blonville-sur-Mer dans le Calvados. Parmi les participants, des femmes voilées et des familles originaires d’Afrique affirment avoir été victimes de racisme, après que le personnel de la plage leur ait demandé d’ « aller plus loin ».

Journée Burkini à Marseille

De l’inspiration pour les dessinateurs de presse

  • L’Express

Burkini

Source dessin http://blogs.lexpress.fr/les-dessins-dace/2016/08/08/polemique-burkini/

  • La Ligue du Droit international des femmes
Après la journée du hijab à Sciences Po, voilà la journée «burkini» dans un centre aquatique de la commune des Pennes-Mirabeau, à Marseille.
Sous prétexte que l’événement est prévu dans un lieu « privatisé » les organisatrices, des femmes des quartiers nord de Marseille, s’arrogent le droit de « conseiller » aux participantes « de ne pas venir en 2 pièces (parties doivent être cachées de la poitrine aux genoux) » et d’en rajouter une couche en écrivant explicitement sur l’affiche annonçant l’événement « Le parc autorise exceptionnellement Burkini/Jilbeb de bain.»A l’évidence il s’agit d’une provocation. Une de plus. Mais cela ne doit pas nous conduire à simplement hausser les épaules et laisser faire.C’est encore une fois le corps des femmes qui est stigmatisé au nom de diktats religieux d’un autre âge et la mixité femmes-hommes qui est remise en cause.
Le privé ne doit pas être un lieu où l’on ne respecte pas les lois de la République. La ségrégation sexuelle est une violence symbolique à l’encontre de toutes les femmes. En outre, du fait de la publicité faite à cet événement, cette violence est devenue publique.
Nous approuvons totalement la fermeté dont fait preuve le sénateur-maire de la commune Michel Amiel qui a pris un arrêté d’interdiction.
Contact 06 38 39 42 92
LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71

https://www.ldif.asso.fr/index.php?theme=laicite&n=809

  • Aufeminin.com

L’association de loisirs et d’entraide Smile 13 voulait organiser une « journée burkini » dans un parc aquatique. Cette initiative n’a pas manqué de faire bondir les politiques et devant de telles réactions, l’événement a été le cible d’un arrêté municipal pour l’interdire.

Source http://www.aufeminin.com/news-societe/a-marseille-une-polemique-enfle-a-propos-d-une-journee-burkini-s1936855.html image 

D’un extrême à l’autre : du bikini au jilbeb

Je ne connaissais pas le Beach-volley et je viens de découvrir les tenues très minimalistes des championnes. Un festival pour les voyeurs …

Afficher l'image d'origine

Source http://humourdedogue.blogspot.fr/2012/08/filmer-le-sport-masculin-comme-le-sport.html

Lire aussi

A Kawasaki, au temple de Kanamera-sama a lieu, chaque année, une cérémonie qui pourra surprendre nombre d’occidentaux. Dans une atmosphère religieuse on y honore un phallus de dimension imposante qui est promené de par la ville. C’est évidemment un rite destiné à la procréation, ce qui ne gêne en rien les japonais, moins pudibonds que les occidentaux.
Japon insolitehttp://www.routard.com/photos/japon/16154-fete_a_kawasaki.htm

Phallus géant en terre cuite trouvé dans une tombe égyptienne http://kemit.perso.neuf.fr/sexe/phallus.htm

images (2)

Fresques de Pompéï, le dieu Priape

https://laconnectrice.net/2012/02/22/le-voile-et-la-burqa-obeissent-a-la-loi-du-phallus/

Extrait

Les Françaises qui ont connu une époque où elle n’avaient ni droits ni liberté vestimentaire peinent à comprendre ces musulmanes qui, au mépris de leurs luttes et traditions dissimulent leur corps sous des voiles et autres chiffons. Des musulmans leur expliquent alors que dissimuler son corps est un acte de pudeur en réaction contre le port de la mini-jupe qui révèle l’anatomie de la femme ou celui du string qui la suggère.

Accepter ce parallèle, c’est rentrer dans la logique du male tout puissant qui considère que son comportement obéit à la loi gravitationnelle de son pénis qui lui donnerait naturellement tout pouvoir sur les femmes, toutes les femmes sans exception.

L’homme aime tellement son pénis merveilleux qu’il l’a représenté de tous temps sous forme de phallus, symbole de son pouvoir divin. On retrouve des représentations phalliques dans toutes les civilisations dont la plus commune de nos jours est la cravate. Certaines sociétés font dans l’analogie et dressent des obélisques tandis que d’autres vénèrent des répliques fidèles du pénis.

La mode récente du port du voile dans les sociétés non musulmanes est une reconnaissance de la loi du phallus. La société qui s’incline devant le port du voile se soumet implicitement à cette loi qui exclue les femmes de la citoyenneté et ne conçoit leur existence qu’en fonction des caprices de leur extraordinaire pénis.

NB Pour simplifier, je fais des généralités sur les hommes, les Musulmans, les femmes et d’autres catégories mais il est évident que tout le monde ne se comporte pas de manière aussi caricaturale et inhumaine. Les hommes bons et les femmes bonnes sauront se reconnaître;-)

%d blogueurs aiment cette page :