Flux RSS

Archives d’Auteur: laconnectrice

Suicide aux Buttes-Chaumont ce matin 19 novembre 2018

Un homme d’une trentaine d’année s’est jeté du haut du Belvédère ce matin vers 11h.  Informés, le SAMU, les pompiers, la police et la sécurité de la Ville de Paris se sont rendus sur les lieux présumés. Le corps étant difficile d’accès, il n’avait pas pu être rapatrié encore ver 14h30. L’homme ne possédait pas de papiers sur lui.

Je n’ai pas pu en savoir plus, ma présence étant jugée indésirable par un policier hargneux bien que je lui ai expliqué que j’habitais en face et que je me sentais concernée. Je promenais ma chienne et je prenais des photos d’automne lorsque j’ai été dérangée par ce drame.

Le marchand de gaufres m’a raconté qu’un client avait vu quelque chose tomber du haut de la falaise mais qu’il n’avait pas pensé que c’était un corps.

Les Buttes-Chaumont sont souvent le lieu choisi par les personnes en souffrance désirant en finir définitivement; D’ailleurs le pont qui relie le Belvédère à la partie haute du parc côté Botzaris est surnommé « pont des suicidés » et côtés ont été équipés de hauts grillages de sécurité pour éviter les sauts désespérés.

On le sait, novembre et décembre sont des mois particulièrement choisis pour se suicider. Les personnes âgées se laissent mourir de pneumonie et certaies profitent fin de leur isolement pendant les fêtes des autres à Noël pour abréger souffrances physiques et psychologiques.

LC

#Jemarhele24 contre les violences sexistes et sexuelles

https://www.change.org/p/nous-marcherons-le-24-novembre-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles/u/23636611?cs_tk=AWuSn292xCFMAz5M9lsA763AgrJvR4CmKDf_-H-HEw%3D%3D&utm_campaign=6b3d9d290c444a609d1c205e75f3fb93&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

19 NOV. 2018 — 

Ce matin, sur France Inter et dans Médiapart, 250 personnalités appellent à marcher samedi 24 novembre !

Angèle, Clarika, Marie Darrieussecq, Cyril Dion, David Foenkinos, Imany, Guillaume Meurice, Nilusi Nissanka, Helena Noguerra, Catherine Ringer, Muriel Robin, Anne Roumanoff, Olivia Ruiz, Karin Viard ou encore Martin Winckler disent #JeMarcheLe24.

Et vous ? Vous marchez le 24 ? Dites-le !

Partagez le visuel ci-dessus avec #JeMarcheLe24.

Dites-le sur Facebook : https://bit.ly/2DwFliE
Dites-le sur Twitter : https://bit.ly/2BfG2LF
Dites-le sur Linkedin : https://bit.ly/2Bho1fV
Dites le sur Instagram : https://www.instagram.com/p/BqWe_b9gNel

RDV Samedi 24 novembre, à 14h, à Paris, Place de la Madeleine.

Rejoignez l’événement Facebook :https://www.facebook.com/events/248356775880794/

Retrouvez la carte de France des marches :http://bit.ly/cartenoustoutes

Vous êtes à Paris jeudi soir ? On organise une soirée Pancartes, slogans et confection de foulards pour la marche ! Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/bWwqa2

A bientôt,

L’équipe de #NousToutes

Nous marcherons le 24 novembre contre les violences sexistes et sexuelles

Nous nous appelons Laura, Leïla, Geneviève, Pauline, Myé, Madeline, Fatima, Marion, Lorna, Gisèle.

Le 24 novembre, nous marcherons pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles.

Nous sommes des millions de femmes et d’enfants à avoir subi et à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous pourrissent la vie.

Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Dans l’espace public, au travail, à la maison, nous exigeons de vivre en liberté, sans injures, ni menaces, sans sifflements ni harcèlement, sans persécution ni agressions, sans viols, sans blessures, sans exploitation de nos corps, sans mutilations, sans meurtres.

Aucune d’entre nous ne doit cumuler les violences car elle cumule les discriminations. Nous exigeons que les enfants soient protégés de ces violences.

Nous voulons montrer notre force, notre nombre et notre détermination.

Nous voulons affirmer haut et fort notre solidarité avec les victimes.

Nous voulons en finir avec l’impunité des agresseurs.

Nous exigeons des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l’action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités : éducation dès le plus jeune âge, formation obligatoire des professionnel.le.s, application de l’ordonnance de protection, augmentation des moyens pour accueillir les femmes victimes…

Nous allons marcher pour montrer notre nombre, notre force et notre détermination. Victimes de violences, nous ne sommes pas seules. Nous ne serons plus jamais seules.

Après #MeToo, devenons #NousToutes.

RDV le 24 novembre.

– Rejoignez l’événement Facebook de la marche :https://www.facebook.com/events/248356775880794/

– Pour nous aider à financer cette marche historique, participez à la campagne de crowdfunding (tous les dons sont les bienvenus) : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-24-novembre-marchons-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles

* * * *

Je m’appelle Pauline et le 24 novembre, je marcherai. Parce que j’ai été victime d’une agression sexuelle avec tentative de viol, et aujourd’hui avec #NousToutes je deviens une battante.

Je m’appelle Marion et le 24 novembre, je marcherai. Parce que je refuse de voir ma fille grandir dans une société inégalitaire.

Je m’appelle Laura et le 24 novembre, je marcherai. Parce que descendre dans la rue et occuper l’espace public a encore aujourd’hui le pouvoir de provoquer un changement radical dans notre société.

Je m’appelle Malvina et le 24 novembre, je marcherai. Parce que lutter contre les violences m’a toujours tenu à cœur et aujourd’hui je veux que #NousToutes disions STOP.

> Vous voulez ajouter votre témoignages ? Cliquez ici : https://formdivers.typeform.com/to/Hybn8T

Gilet jaune partout parce que le pouvoir d’achat en baisse, c’est tout le monde

https://www.contrepoints.org/2011/07/01/33174-ou-est-passe-notre-pouvoir-d%E2%80%99achat-1

Si je trouve un point de ralliement pour les piétons, je manifesterai avec les gilets jaunes car je suis concernée et consternée par la baisse du pouvoir d’achat qui se traduit par le rétrécissement spectaculaire de mon panier de ménagère.

Gilet jaune

La mobilisation des gilets jaunes a été déclenchée par la hausse des carburants mais elle a pris une ampleur sans égal  parce qu’elle révèle une baisse conséquente du pouvoir d’achat sur tous les biens de première nécessité.

La baisse du pouvoir d’achat impacte tout le monde

Actuellement, les salaires auraient augmenté « en moyenne de 1.3 quand l’inflation est de 2.2.  Autour de moi, les « privilégies » urbains actifs ou retraités sont fauchés dès le 10 du mois. La plupart ne partent pas en vacances s’ils n’ont pas de famille pouvant les héberger en province.

Jusqu’à présent, les français, classes moyennes en particulier, ces 42% de la population française qui paient des impôts sur le revenu, pourvoyaient  au bien être de 58% de français exonérés d’impôts mais bénéficiant de toutes sortes d’aides sociales grâce à ceux qui sont imposables, ces 42% de cochons de payeurs ne rouspétaient pas trop et se résignaient. La hausse des carburants qui touche en priorité la France périphérique non urbaine qui doit acheter de l’essence pour aller travailler et du fuel pour se chauffer, est l’étincelle qui a mis le feu à une gêne depuis longtemps à l’état larvaire. Les gilets jaunes semblent être majoritairement ces 42% d’imposables issus des classes moyennes qui sont pillées au profit de plus de la moitié de la population imposable. Est-ce juste ? Comment plus de la moitié d’une nation ose-t-elle vivre aux dépends des cochons de payeurs ? Le principe de solidarité est inscrit dans les gènes de la République à condition qu’il soit réparti de manière juste et respectueuse.

Je voudrais manifester demain avec mon gilet jaune parce que je suis concernée par la baisse drastique de mon pouvoir d’achat. Baisse parce que mes revenus sont pillés par les impôts directs, baisse parce que la TVA a augmenté ou n’a pas baissé pour des produits de première nécessité comme ceux indispensables à l’hygiène, le gaz a augmenté de 26% depuis janvier 2018, les produits alimentaires et autres ont augmenté de manière sournoise en diminuant les quantités pour un même prix (liquides 750 ml au lieu du litre, solides 750 gr au lieu du kilo, mouchoirs 75 unités au lieu de 100, etc.)

 Le pillage des retraités

Je suis retraitée, non seulement ma pension stagne depuis environ 10 ans mais la demi-part des femmes qui ont élevé seules des enfants (la « part des veuves ») a été définitivement supprimée en 2013 avec une répercussion sur les impôts locaux (président Hollande et ministre de l’économie Macron) et la CSG vient d’être augmentée, soit environ 150 euros en moins/mois dans mon cas. Le pillage des retraités au prétexte qu’ils seraient « riches » à partir de € 1 200/mois, ne tient pas compte des coûts liés au vieillissement : augmentation des mutuelles, remboursement ridicules des dentiers et autres prothèses dentaires indispensables à la mastication/digestion dont dépend la santé, remboursement ridicule des prothèses auditives, remboursements ridicules pour les lunettes et dépenses indispensables de confort et d’aménagement pour les mobilités réduites conséquences des rhumatismes, arthrose, arthrites, polyarthrites, incontinence, affaiblissement de la vision, diabète, cholestérol, hypertension, incontinence urinaire (protections 20% TVA) etc. Ces dernières pathologies exigeant des régimes stricts nécessitant une alimentation de qualité, ce qui a un certain coût. Il résulte de ces dépenses indispensables que nombre de « riches » retraités, sont ‘durs de la feuille », « sans dents », « bigleux » , « pisseux » ou obèses car ils ne peuvent pas  payer.

Et il faut ajouter l’aide aux enfants et petits enfants, cette aide intergénérationnelle mise en avant avec fracas sous Hollande.

La diminution du montant des retraites par les prélèvements fiscaux est d’autant plus immorale qu’elle ne respecte pas la contribution des retraités durant leur vie active, des cotisations prélevées directement sur leurs salaires et les cotisations payées par les patrons, des charges qui leur avaient permis de peser sur l’évolution des salaires. Cette trahison des engagements de l’Etat et de la règle de l’assurance retraite constitue une injustice de taille pour celles et ceux qui ont travaillé toute leur vie. Rompre ce contrat social au profit du cheptel de nécessiteux cultivé, augmenté et entretenu par une gestion désastreuse de l’instruction, de la formation et de l’immigration pléthorique qui coûte des milliards d’euros en santé (AME 772 millions d’euros en 2017 +108 millions en 2018) et au total, selon Jean-Paul Gourevitch 5,5 milliards/an. Toutefois, selon d’autres études, ce coût est estimé entre 35 et 80 milliards.

Le mouvement des gilets jaunes est d’autant plus intéressant qu’il n’est pas politisé et se concentre sur ce pouvoir d’achat qui concerne tous les français qui doivent assurer le quotidien avec de plus en plus de restrictions. Ce ne sont pas les promesses gouvernementales qui nous rassureront avec des échéances futures que rien ne garantit autre nôtre détermination à manifester nôtre colère.

La Connectrice

 

Pour en savoir plus

Le « Printemps républicain » s’insurge contre le nouvel antisémitisme. Et après ?

Je viens de recevoir ce manifeste contre le nouvel antisémitisme, un antisémitisme différent de celui des nazis mais qui sème le désordre et la terreur dans la communauté juive, encore et toujours bouc émissaire des maux du monde.

Il est salutaire de s’insurger contre l’antisémitisme actuel mais appeler à la formation à l’esprit critique des enfants est un pari sur l’avenir, non sur le présent car le mal est profond qui n’a jamais cessé de flatter le potentiel de malveillance de l’humanité dans toutes ses expressions politiques et religieuses.

chronologie des religions image

source image http://www.ikonet.com/fr/ledictionnairevisuel/societe/religion/chronologie-des-religions.php

Le poison antisémite n’a jamais cessé d’influencer les religions monothéistes telles le christianisme et l’islam, ces réformes du judaïsme qui, pour l’avoir quitté n’ont de cesse de justifier combien il est mauvais et pernicieux. Après deux mille ans d’existence, le christianisme le pardonne pas au judaïsme de l’avoir précédé de trois mille ans quand l’islam après 1500 ans d’existence lui en veut férocement de l’avoir précédé de trois mille cinq cents ans. Elles sont d’autant plus rancunières qu’elles ont emprunté nombre de paroles et de rites au judaïsme.

Si le christianisme a pu atténuer sa haine et sa jalousie de la religion juive, l’islam n’a cessé d’entretenir ces dernières au profit de l’homogénéité conquérante de l’Oumma islamiya.

Face au regain de l’antisémitisme parallèlement au renouveau salafiste de l’islam, l’éducation des enfants ne suffit pas. En France, nous disposons de tout un arsenal juridique pour sanctionner propagande, propos et actes antisémites et seule une ferme volonté politique permettrait de le mettre strictement en oeuvre.

La Connectrice

Pour en savoir plus

https://www.printempsrepublicain.fr/notre-manifeste/#menu

https://www.facebook.com/PrintempsRepublicain/

 

Chers signataires du manifeste du Printemps Républicain,

L’augmentation des actes antisémites n’est pas une fake news !
La tribune publiée le 9 novembre sur Facebook par le Premier ministre Edouard Philippe établit un parallèle avec la Nuit de cristal du 9 novembre 1938 afin de dénoncer la hausse de 69% des actes antisémites depuis le début de l’année 2018. Cette insistance mémorielle est salutaire, mais malheureusement insuffisante.
En effet, si le passé est un guide pour la mémoire, il l’est rarement pour l’action. Or nous ne sommes pas dans les années 30. Ce n’est pas l’antisémitisme nazi de 1938 qui se dresse devant nous, mais bien celui de 2018 touchant particulièrement la France et plus communément appelé « nouvel antisémitisme ». Ce rapport au réel nous oblige à adopter une nouvelle grille de lecture si l’on veut s’attaquer aux racines du problème.
Que nous dit le réel ?
Que l’antisémitisme tue : en France d’abord. Il est utile de rappeler les noms de Sébastien Selam, sans doute la première victime, d’Ilan Halimi tué par le gang des barbares ; de Jonathan, Arieh et Gabriel Sandler, de Myriam Monsonégo, tous exécutés par Mohamed Merah ; de Yohan Cohen, Philippe Braham, François-Michel Saada et Yoav Hattab, tous abattus à l’hyper casher de Vincennes par Amedy Coulibaly. De Sarah Halimi battue et défenestrée par Kobili Traoré. De Mireille Knoll, rescapée de la Shoah mais poignardée à son domicile. A l’étranger, souvenons-nous de Emanuel et Miriam Riva, Dominique Sabrier et Alexandre Strens assassinés lors de l’attaque du musée juif de Bruxelles, de Dan Uzan tué devant la Grande synagogue de Copenhague ; de Sylvan et Bernice Simon, Cecil et David Rosenthal, Joyce Fienberg, Richard Gottfried, Rose Mallinger, Jerry Rabinowitz, Daniel Stein, Melvin Wax, et Irving Younger assassinés dans une synagogue de Pittsburgh. Tous tués au cri de « Les Juifs doivent mourir ». Morts, parce que juifs ! Comme on le voit, cette hausse de l’antisémitisme n’est pas spécifiquement française, elle se répand dans toutes les sociétés aux Etats-Unis, en Angleterre et en Allemagne.
Certes l’antisémitisme ne mène pas forcément à la mort. C’est un poison quotidien qui, à force de violences verbales et physiques, de propos dégradants, de menaces, de harcèlement, transforme en cauchemar la vie de nos concitoyens de confession juive. Les forçant, dans certains endroits, à vivre dans la peur et à se sentir partout en insécurité, y compris à l’école où ils scolarisent leurs enfants.
Que nous dit encore le réel ?
Que l’antisémitisme est un trait caractéristique de tous les extrêmes politiques et culturels, des « suprématistes blancs » aux islamistes, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche. Une partie de la gauche, en effet, fait preuve de complaisance avec ce nouvel antisémitisme. N’ayons pas peur de le dire, la solidarité inconditionnelle avec le peuple palestinien conduit certains responsables de gauche à supporter des paroles inacceptables et à partager des combats avec des activistes infréquentables. Le Labour de Jeremy Corbyn, qui se révèle gangréné par des courants antisémites, en est l’exemple le plus frappant. Pourtant, la cause palestinienne mérite un meilleur soutien que celui d’antisémites à peine grimés en antisionistes. En France, la complaisance avec les thèses indigénistes conduit aux mêmes dérives.
Que nous dit toujours le réel ?
Qu’après l’école, l’antisémitisme gagne du terrain à l’Université. Jadis lieu de culture et d’élévation intellectuelle, l’Université est devenue à certains endroits un lieu où les propos et les tags antisémites fleurissent. Si ce fait est surprenant, il nous invite à méditer sur les rapports complexes de l’instruction et du fanatisme. L’école forme autant des citoyens que des individus et son développement n’est pas la garantie, comme le croyaient les premiers Républicains à la suite de la Révolution française, de l’essor des Lumières et de l’esprit critique. Au contraire, elle fabrique avant tout désormais des consciences individuelles qui vont chercher dans tous les récits disponibles de quoi se bricoler des identités personnelles. Sans esprit critique, le niveau d’instruction condamne à l’adhésion à toutes sortes de croyances, menant parfois ces esprits à se complaire dans l’abject.
Que nous dit enfin le réel de manière insistante ?
Que l’antisémitisme se répand surtout chez les jeunes et particulièrement sur internet, sur fond de multiplication des théories du complot associant les juifs au pouvoir, à l’argent et les rendant responsables de la plupart des maux de notre temps. Situation ô combien paradoxale : internet permet à la fois d’accéder à l’ensemble des connaissances de l’humanité, depuis le creux de sa main, tout en s’exposant aux pires rumeurs, idées reçues et aux messages de haine les plus funestes. De fait, l’antisémitisme se répand sur fond de complotisme pour qui les attentats du 11 septembre 2001 tiennent lieu de véritable date de naissance. Attaque terroriste la plus documentée de l’histoire de l’humanité, elle n’en reste pas moins la plus grande source de fake news. Encore à ce jour, 17 ans plus tard, certains croient dur comme fer qu’il s’agissait d’un « inside job » de la CIA, sous l’influence du Mossad et plus globalement d’Israël conduisant à la libération de la parole antisémite et raciste.
Telle est la réalité.
Il faut donc reprendre la lutte contre l’antisémitisme à la base !
D’abord, en déclarant la lutte contre l’antisémitisme grande cause nationale et en mettant à disposition des pouvoirs publics et des acteurs de terrain les moyens nécessaires pour agir.
En sanctionnant plus sévèrement les propos antisémites, notamment ceux tenus sur les réseaux sociaux, et ce dès le premier dérapage pour prévenir la récidive. Pour cela il est temps de mettre en place une législation qui oblige les hébergeurs à prendre leurs responsabilités.
En ne montrant plus aucune complaisance pour les thèses indigénistes parce qu’elles permettent le développement de l’antisémitisme sous couvert d’antisionisme.
En luttant contre le complotisme. L’éducation nationale doit continuer de développer certaines initiatives pédagogiques déjà lancées : dès le collège, des activités d’éveil à l’esprit critique. Une véritable éducation à l’usage des moteurs de recherche, couplée à une sensibilisation aux risques que rencontrent particulièrement les jeunes adolescents sur internet, en s’exposant à des dévoiements pervers de la réalité, véhiculant de plus en plus souvent des messages antisémites à peine latents voire totalement assumés comme tels !
Le combat contre l’antisémitisme est un combat universel et républicain. C’est l’un des combats premier du Printemps Républicain. Nous ne pouvons pas tout attendre de la puissance publique. Nous devons nous mobiliser collectivement et ce qu’importe nos religions, nos convictions politiques et nos philosophies. Ce n’est pas un problème qui ne concerne que les juifs mais bien tout le monde ; au même titre que la haine antimusulmans ne concerne pas que les musulmans et que l’homophobie n’est pas le seul problème des homosexuels.
C’est tout le corps social qui doit s’élever contre cette infamie.

Salutations républicaines,
Le bureau du Printemps Républicain

Programme du président musulman 2047 par Magid Ouchaka

Un programme riche imaginé avec ironie par Magid Ouchaka apostat de l’islam et citoyen français fier de l’être : polygamie transformée en PACS, pédophilie au nom de la liberté, psychiatrisation des dissidents sexuels, laïcité à 100% qui supprime les églises et qualifie les mosquées de salles de sport, fusion France/Algérie, suppression du nucléaire pour la paix, etc.

Magid Ouchaka a quitté sa religion d’origine, l’islam et donne une information documentée de l’intérieur par la pratique et les textes . Auteur d’ouvrages et de vidéos, Ouchaka analyse les faits commis au nom de l’Islam avec le soutien des collaborateurs français. Il nous informe des dangers qui nous guettent du fait de l’islamisation de la société, preuves à l’appui que tout le monde peut constater au quotidien. Toutefois, et c’est ce que certains lui reprochent, Ouchaka pense que l’Islam en France peut changer de l’intérieur par l’information conduisant à la prise de conscience.

Le discours de Magid Ouchaka est limpide, facile à comprendre et intelligent car il repose sur des réalités que tout le monde peut constater et sur son expérience de musulman qui connait parfaitement cette religion.

La Connectrice

Pour suivre Magid Ouchaka 

 

Ségolène Royal sincèrement féministe et éclairée

« Ce que je peux enfin vous dire » aux éditions Fayard.

A l’occasion de la sortie de son livre témoignage de son expérience politique, Ségolène Royal est invitée dans les médias où elle apparaît lumineuse, digne, avec un sens de la répartie tel que j’avais pu le constater en meeting, pleine de sagesse et de réalisme. Elle ne semble pas épuisée par 40 années de vie politique comprenant des cruautés personnelles auxquelles elle a vaillamment fait face. Dans ce livre témoignage elle rappelle certaines perles sexistes venues de son propre camp qui a préféré la victoire de Sarkozy à celle de la femme qui avait été choisie démocratiquement par les militants de son parti. Elle revient aussi sur ses initiatives dénigrées à l’époque mais passées aujourd’hui dans l’ordinaire des réflexions : le métissage culturel, les initiatives citoyennes, le drapeau français, le service national citoyen, l’interdiction du bizutage, etc.

Ségolène Royal a longuement insisté sur la nécessité de prévenir les migrations de masse causées par la famine conséquence de la sécheresse, en confiant aux femmes africaines les moyens de développer l’irrigation et l’agriculture locales. Sauf erreur de ma part, je n’ai pas entendu qu’on l’ait interrogée sur l’invasion migratoire actuelle et les solutions pouvant être apportées en temps réel aux désordres qu’elle cause, en particulier l’islamisation. C’est bien regrettable !

Invitée sur le plateau de ONPC elle a brillamment tenu tête à un Charles Consigny borné et bourré de préjugés empressé d’exprimer ses opinions plutôt qu’écouter celles de l’invitée Ségolène et la conduire à approfondir sa pensée comme devrait le faire tout bon journaliste. (Consigny est-il seulement journaliste ou chroniqueur ?)

Je vous laisse faire vôtre opinion vous-même en écoutant/regardant cette vidéo.

 

De la douceur dans ce monde de brute. feux de bois et mélodies de Noël

 

 

 

 

 

Avec mélodies de Noël :

%d blogueurs aiment cette page :