Flux RSS

Journée internationale des femmes 2015. Nadia Savchenko pilote ukrainienne prisonnière du Kremlin

Mobilisation mondiale pour la libération de Nadia Savchenko et de tous les prisonniers politiques incarcérés par le Kremlin

Manifestation et appel à la libération immédiate de Nadia Savchenko, en grève de la faim depuis le 13 décembre 2014, et de tous les prisonniers politiques détenus en Russie : dimanche, le 01 mars de 14h00 à 16h00, Fontaine des Innocents, Place Joachim-du-Bellay, 75001 Paris

Nadia Savchenko, prisonnière politique ukrainienne détenue en Russie, entame aujourd’hui le 77ème jour de grève de la faim pour protester contre le régime de Vladimir Poutine et pour exiger la libération de l’ensemble des prisonniers politiques incarcérés par le Kremlin.

Enlevée sur le territoire ukrainien par des combattants des « républiques » autoproclamées de Donetsk et de Louhansk et emmenée en Russie contre sa volonté, elle est aujourd’hui détenue et accusée d’avoir prémédité l’assassinat de deux journalistes russes, ainsi que d’avoir illégalement traversé la frontière entre l’Ukraine et la Russie. Cette accusation sans aucune preuve tangible est montée de toute pièce comme celle des centaines d’autres russes et ukrainiens opposants du régime du Kremlin incarcérés aujourd’hui en Russie. Leur nombre est passé de 1500 à 2500 entre 2013 et 2014 et continue à croître en 2015 alors que le régime de Vladimir Poutine mène une guerre hybride contre l’Ukraine, malmène le droit international, ainsi que les accords de Minsk (1 et 2) qu’il a signé. Les pressions contre les opposants et les journalistes ne cessent d’augmenter. 148 journalises ont été assassinés en Russie depuis 1999 et aujourd’hui même nous apprenons le meurtre de Boris Nemtsov, un des principaux opposants de Vladimir Poutine.

Nadia Savchenko, aujourd’hui devenue un symbole de résistance, est l’unique femme-pilote dans les forces armées ukrainiennes. Elle s’est battue pour l’égalité femme-homme et a été la figure de proue de la campagne des Nations Unies visant à promouvoir l’égalité dans l’armée ukrainienne. Elle s’est engagée en tant que volontaire pour défendre l’intégrité territoriale de l’Ukraine et a été enlevée lorsqu’elle évacuait les blessés. En octobre 2014, Nadia a été élue au Parlement ukrainien et a été nommée membre de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, qui dans sa récente résolution appelle à sa libération immédiate.

Aujourd’hui, Nadia Savchenko se trouve sous assistance médicale car sa vie est en danger due à sa grève de la faim prolongée.

Le 01 mars 2015 plus de 25 manifestations en soutien de Nadia Savchenko et de tous les prisonniers politiques en Russie sont prévues dans des villes du monde entier.

Mobilisons-nous ! C’est urgent !

Contacts média:
ukraine.action@gmail.com
Igor Reshetnyak, tel : +33 6 68 17 89 84
AnnaGarmash, tel : +33 6 25 09 41 49

Notre page Facebook / Our Facebook page: Ukraine Action 

Faites suivre! Please forward to all interested parties!

Bientôt le 8 mars. Célébrons les mères, filles, soeurs, cousines, tantes, voisines et amies sans lesquelles il n’y aurait pas de lien social

Costume Set Servante

Costume de servante pour femme. Source image http://www.atelier-mascarade.com/costume-servante-f2,fichev29188.html

L’Association française des aidants révèle que 74% des aidants sont des femmes dont un tiers décède avant la personne aidée.

Qui ne connait pas au moins une femme qui s’occupe de son enfant handicapé, de son frère malade, de son voisin âgé, d’une amie en fin de vie, ou de toute autre forme d’aide à autrui ? Que ce soit individuellement ou dans des associations, des millions de femmes entretiennent le lien social et distribuent de l’humanité en s’occupant de proches et de moins proches.

Près de 9 millions de personnes en France accompagnent au quotidien un proche en situation de maladie ou de handicap sans reconnaissance, assurance ou rétribution. Ce travail indispensable mais invisible est spécifique de la contribution des femmes à la société au prétexte implicite et sexiste qu’une « femme est faite pour ça ». Il suffit de naître avec des seins, un vagin, des ovaires et un uterus pour être douée pour se sacrifier pour autrui, faire le ménage, repasser les chemises de monsieur et renoncer à son activité professionnelle pour élever les enfants ou occuper des positions subalternes mal payées dans les entreprises.

Aider n’est pourtant pas si naturel que cela puisque le taux de mortalité des aidants est supérieur de 63% à la moyenne et 30% meurent avant l’aidé.

Les aidants négligent leur santé faute de temps pour s’occuper d’eux-mêmes. Ils ont des problèmes de sommeil, sont inquiets en permanence, se sentent débordés et stressent. Ils se culpabilisent de n’en pas faire assez ni assez bien car l’aidant est seul face à la charge qu’il assume.

Durant sa campagne électorale pour les présidentielles, Ségolène Royal avait rendu hommage à toutes ces femmes qui aident leur proche mais comme elle n’a pas été élue, on ignore ce qu’elle aurait fait.Pour les associations d’aidants, leur accompagnement devrait devenir un enjeu prioritaire dans la politique publique de la santé, de la famille et du travail.

Pour en savoir plus

  • Association française des aidants

http://www.aidants.fr/

des formations

  • « Concevoir et mettre en oeuvre une action d’accompagnement des aidants »
    Le 18 mars 2015 à Paris
    Animée par Elodie Jung, directrice de l’Association Française des Aidants En savoir plus
  • « Animer une action collective d’accompagnement des aidants »
    Les 9 et 10 avril 2015 à Paris
    Animée par Brigitte Hasler, consultante-formatrice En savoir plus
  • « Prendre en compte les aidants dans l’évaluation de la situation des personnes en difficulté de vie »
    Les 16 et 17 avril 2015 à Paris
    Animée par Brigitte Hasler, consultante-formatrice En savoir plus

 

Lieux d’échange, les Cafés des aidants

Comment fonctionne un Café des aidants ?

Un Café des Aidants, c’est un moment d’échanges et de rencontre dans un cadre convivial pour les aidants proches (uniquement).

cda-scene

Se tenant généralement le samedi matin, un Café des Aidants dure en moyenne 1h30. Débutant par une conférence courte autour d’un thème pré-déterminé (que signifie être aidant ?, par exemple), la rencontre s’ensuit d’un débat, et d’échanges entre les participants.

Les Cafés des aidants sont co-animés :

  • par un psychologue ayant une expertise sur la question de l’accompagnement
  • par un travailleur social, ayant une connaissance des dispositifs existants (locaux et nationaux) pour l’information et l’orientation des aidants

Pour lire le reportage d’APRILES (Agence des Pratiques et Initiatives Locales) sur le dispositif Café des aidantscliquez ici

 

Vous êtes aidant et vous souhaitez participer à un Café des aidants ?

carte_france_villes

Trouvez le Café des aidants le plus proche de chez vous

Les aidants parlent du Café des aidants (témoignages)

Un Café des Aidants, késako (reportage)
Interview radio d’une aidante et initiatrice du Café des Aidants de Péronne

 

Professionnels, vous souhaitez créer un Café des aidants ?

L’Association Française des aidants vous accompagne pour mettre en place un Café des Aidants et former les animateurs.

Pour en savoir plus…

  • La Compagnie des aidants

https://lacompagniedesaidants.org/index/guide

Conseils et témoignages

Notre expérience auprès de nos proches nous a permis d’acquérir des savoirs que nous souhaitons partager à travers ces vidéos.

Toutes les vidéos

Bon à savoir

Qui sont les aidants ?Ouvrir/Fermer

Savoir être et savoir faire avec une personne en situation de handicapOuvrir/Fermer

Savoir être et savoir faire avec les personnes âgéesOuvrir/Fermer

Prenez soin de vous !Ouvrir/Fermer

Décès-Obsèques, savoir en parlerOuvrir/Fermer

Les démarches et formalités après un décèsOuvrir/Fermer

Pouvoir se déplacer sereinement, c’est mieux vivre en villeOuvrir/Fermer

La tutelleOuvrir/Fermer

Les technologies pour l’autonomie vous intéressent ?Ouvrir/Fermer

Pourquoi et comment recourir à l’emploi direct ?Ouvrir/Fermer

Vous recherchez une solution de logement pour seniors ?Ouvrir/Fermer

Les médicaments sont utiles, ne les rendons pas nuisiblesOuvrir/Fermer

Témoignage d’un Français engagé dans le Donbass contre le gouvernement de Kiev

Novorossia. Entretien avec Guillaume Lenormand, un Français volontaire dans le Donbass [exclusif]

dombass

Les volontaires européens dans le Dombass

27/02/2015 – 07h00 Donetsk (Breizh-info.com) ‑ Le cessez-le-feu entre Ukrainiens et partisans d’une Novorossia libre est fréquemment mis à mal par les différents belligérants ; sur la scène internationale, les USA et leurs alliés mènent une nouvelle guerre d’influence à l’Europe de l’Est et à la Russie ; la récente affaire du Mistral, qui a vu l’Etat français s’opposer frontalement à la Russie ou encore le refus pressenti de la Commission européenne concernant un contrat nucléaire passé entre la Hongrie et la Russie laissent apparaître une profonde fracture (une de plus) entre les élites occidentales et leurs peuples, qui se retrouvent lésés – comme certains secteurs économiques de Bretagne - par les décisions des Atlantistes.

Loin des décisions prises en haut lieu, il se trouve des jeunes Européens, qui par idéalisme, par conviction politique, par idéal, ont décidé d’aller se battre en Ukraine et en Novorossia dans un camp ou dans un autre. Ce fût le cas de ces volontaires partis soutenir la révolution de Maïdan, par conviction nationalistes-révolutionnaires. C’est également le cas de cette poignée de Français, partis aux côtés d’autres Européens dans le Dombass défendre les partisans de Novorussia contre les forces armées ukrainiennes et les milices .

Nous avons interrogé Guillaume Lenormand, qui s’est engagé il y a plusieurs mois déjà dans le Dombass, au nom d’un idéal Européen et anti-impérialiste. Pour connaitre les raisons de son engagement, mais pour avoir également son avis sur la situation, son ressenti, loin des interprétations de salon que peuvent en faire les médias occidentaux trop souvent cantonnés à reprendre des dépêches AFP.

guillaume_lenormand2

Breizh-info.com : pouvez-vous expliquer les raisons de votre engagement en Ukraine et en Novorossia ? 

Guillaume Lenormand : Pour faire vite, je suis un militant nationaliste français, licencié en histoire, ayant fait un peu de tout (dont du dessin de presse sous le pseudonyme de Krampon).
La politique en France me semblant une impasse, j’avais envie d’aller défendre mes idées sur le terrain, de la manière la plus simple et la plus radicale.
La Novorossia représentant pour moi l’exemple-type d’une « révolte contre le monde moderne », il m’a semblé assez naturel de m’engager pour elle. Ou alors peut-être que, comme mes camarades, j’avais trop lu Corto Maltese, Dimitri et Jean Mabire.

Breizh-info.com :  Quelle est la situation, à l’heure actuelle, en Novorossia ? Les accords de paix ont ils changé quelque chose ? Comment ont ils été perçu par la population ?

Guillaume Lenormand : Notre armée est en voie de régularisation, le commandement fait chaque jours de nouveaux progrès dans la coordination et l’organisation.
Le moral est très haut (victoire de Debaltsevo) et nous pouvons compter sur l’expérience croissante de nos soldats. Malheureusement, toujours des carences en matériel et un manque de formation, avec parfois des conceptions militaires dépassées qui nous provoquent des pertes inutiles.

Les accords de paix n’empêchent pas l’artillerie de faire trembler nos vitres chaque nuit et les blessés d’arriver chaque jours plus nombreux à l’hôpital…
Ces accords sont du vent, comme d’habitude.

La seule paix possible s’achètera par notre victoire finale ou notre écrasement total.

Breizh-info.com :  Pouvez-vous nous décrire votre quotidien, depuis votre arrivée, et les différentes étapes de votre parcours ?

Guillaume Lenormand : Il faut prendre conscience que nous menons une guerre dans des conditions très différentes de celles de l’OTAN.

Il n’y a pas le confort et la logistique que l’on peut trouver dans les armées de l’Occident. La nourriture est frugale, les soldats sont exposés au manque d’hygiène, au froid, aux privations diverses, dans des conditions qui nous rappellent parfois d’autres temps.

Tenir une position, une tranchée, un bunker boueux ou un block-post n’a rien d’exaltant, quand aux missions d’infiltration ou de combat, elles se font avec très peu de moyens, les munitions sont insuffisantes.

Si vous êtes blessé, vous ne disposez que rarement d’une évacuation rapide. Il faut composer avec tout cela, s’endurcir et devenir rustique. L’entraînement et le travail « sur le terrain » ont été pour moi simultanés, et j’ai eu l’occasion de faire une grande variété de choses différentes.

guillaume_lenormand

Breizh-info.com : Comment votre famille , vos amis perçoivent-ils cet engagement « la peau au bout du fusil » ?

Guillaume Lenormand : Ils sont inquiets, c’est normal. Ils voudraient me revoir entier. Mais ils sont également fiers et soutiennent ma cause. C’est l’essentiel. Certains sont plutôt pro-ukrainiens, mais leur amitié transcende ces barrières idéologiques et ils me soutiennent moralement.

Breizh-info.com : Vous êtes plusieurs volontaires français actuellement, regroupés derrière l’unité continentale . Qu’est ce que c’est ? Comment cela évolue sur le terrain ?

Guillaume Lenormand : Unité Continentale disposait d’un groupe français de taille variable (environ 8 soldats, en plus d’un groupe serbe et d’un groupe espagnol) et d’une unité médicale française.
Il y a eu récemment des développements. Des désaccords avec le commandement d’Unité Continentale ont mené la plupart des derniers volontaires français à la quitter.

Ils sont actuellement une petite dizaine à se redéployer dans différents secteurs, selon leurs préférence.

Breizh-info.com : Avez vous vous même été sur le Front ? Vous avez été blessé il me semble ?

Guillaume Lenormand : Lorsque l’on parle de front, la plupart des gens s’imaginent un spectacle hollywoodien, des combats intenses et constants, du spectacle…
Ils ne réalisent pas que dans 99% des secteurs, le front n’est constitué que par une chaîne de block-posts et de positions enterrées.
Le contact avec l’ennemi a souvent été rompu et celui-ci, dans bien des cas, se situe à des kilomètres. Il faut donc aller le « chercher ».

Le front, c’est une longue attente, un quotidien triste, gris, bien peu glorieux, entrecoupé de très brefs moments de chaos et d’adrénaline. J’ai connu plusieurs fronts, de Donetsk à Debaltsevo et Marioupol.

J’ai participé (en désobéissant à mes commandants) à quelques actions « agressives ».
Enfin, j’ai été blessé, mais seulement légèrement. Ce jour là, plusieurs de mes camarades ont été tués et d’autres blessés gravement, je m’estime donc très chanceux.

Breizh-info.com : En France, les médias mainstream ont une vision particulière de l’Ukraine et ne comprennent pas le séparatismeLa Russie a t-elle l’influence que les médias occidentaux décrivent ? 

Guillaume Lenormand : A vous de l’expliquer. Au Donbass, nous sommes géographiquement, culturellement et linguistiquement en Russie. Dissocier le Donbass et son peuple de la Russie, serait aussi bête que s’offusquer que la France soutienne une rébellion séparatiste au Québec ou en Wallonie, par exemple.

Pour autant que je puisse en juger, c’est le peuple russe qui aide directement le Donbass, par l’envois de volontaires et de matériel acheté dans des surplus ou des magasins de sport.

L’Etat russe, lui, agit sur un plan diplomatique, il ne faut donc pas tout confondre. On ne passe pas la frontière impunément, la légalité est respectée.

Breizh-info.com : Pour vous, comment sortir de cette crise, qui ressemble fort à une nouvelle guerre civile entre Européens ? Comment expliquez-vous ce déchirement qui parcourt une partie de la droite et de la gauche radicale en France ?

Guillaume Lenormand : Ce déchirement illustre la frontière qu’il y a entre ceux qui, d’une part, se perdent dans la défense d’une « forteresse occidentale » (aux valeurs progressistes, démocratiques et cosmopolites) et d’autre part, ceux qui ont entrepris la reconquête de notre continent.

Cette reconquête, contre les banquiers et la mafia mondialiste, ne pourra débuter qu’à l’Est.

Toute révolution nationaliste ne pourra être réalisée que par des hommes qui ont hérité d’une expérience militaire, qui ont laissé tomber les sempiternels débats inutils ou les molleries intellectuelles et renoué avec le feu de l’action et de la guerre.
Quels que soient nos efforts, le futur de l’Europe passera par la violence, nécessairement. Après 6 mois de guerre ici, j’en suis d’autant plus convaincu.

Breizh-info.com :  Quelles sont les besoins de la population civile dans le Dombass ? Des associations françaises travaillent-t-elles avec vous ?

Guillaume Lenormand : Les populations civiles manquent avant tout de médicaments. Même les produits pharmaceutiques les plus basiques font défauts. L’hôpital de Donetsk manque d’Oxygène. Un peu partout, les opiacés comme la morphine, le Tramadol, sont les premiers à faire défaut. Pour ce qui est des civils, ils continuent à tenir tête au quotidien, avec une dignité, un calme et une discipline remarquable.

L’ordre règne, alors que dans la même situation, en France, ce serait déjà l’anarchie, avec pillages et violences…

L’association française Novopole et les différents comités de soutien animés par exemple, par André Chanclu ou Alain Benajam, sont les principaux centre de solidarité française envers le Donbass.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Commentaires

  • Du beau travail de journaliste, félicitations… On sent à peine le parti pris… Surtout, ne pas trop interroger ce type sur les justifications idéologiques / personnelles, se contenter de parler d’un « nationaliste français », c’est bien, ça reste politiquement correct.

    Tout d’abord, ce n’est pas le Dombass mais le Donbass.

    Ensuite, je suis surpris de toutes les positions paradoxales assumées par cet ex-futur enseignant aux velléités guerrières. Il aurait dû fréquenter plus assidument la faculté d’histoire et les bibliothèques universitaires.
    Il aurait su que le Donbass est une terre ukrainienne, que les habitants de souches parlent l’ukrainien.
    Il aurait su que le Donbass n’est pas russe, et ce n’est pas la Crimée. La forte présence de russophone dans les villes s’explique par le fait que les bolchéviks ont massivement fait venir des travailleurs de
    toute l’URSS dans le bassin minier du Donbass. Mais être russophone ne signifie pas être russe (au sens grand russe). Ces mineurs et fils de mineurs sont issus de toutes les minorités de l’URSS et même d’ailleurs. Les villes du Donbass, c’est un joyeux melting pot de plusieurs identités, bref, pas de quoi justifier un combat nationaliste.
    Maintenant, remplacez ukrainiens par bretons, et bolchéviks par république française. Ou va votre sympathie ?

    Alors je comprends que le conservatisme de la société russe sur lequel surfe Poutine puisse attirer les nationalistes européens, tout comme le rejet de l’impérialisme américain et l’anti-atlantisme. Mais l’ennemi de mon ennemi n’est pas forcément mon ami.

  • Source http://www.breizh-info.com/23423/actualite-internationale/novorussia-entretien-avec-guillaume-lenormand-volontaire-francais-dans-le-donbass-exclusif/

     

    L’opposant à Poutine, Boris Nemtsov, abattu par balles à Moscou

     

    Boris Nemtsov interpellé par la police en 2010 pendant une manifestation en faveur de la liberté de réunion. Source image http://www.themoscowtimes.com/news/article/nemtsov-detained-as-police-disperse-rallies/411437.html

    Boris Nemtsov in RFE/RL's Moscow studio (file photo)

    Boris Nemtsov était père de quatre enfants Source photo http://www.rferl.org/content/nemtsov-death/26873635.html

    RIP Boris2-IMG_0773

    Boris Nemtsov a été assassiné par balles à la veille d’une grande manifestation contre l’engagement de la Russie En Ukraine sur lequel il préparait un rapport. Il était un ami proche du président Porochenko. Pour ses amis, il est une victime politique du régime au même titre que Paul Khlebnikov de Forbes 2004; Anna Politkovskaya, connue pour ses vives polémiques contre la guerre en Tchétchénie tuée en 2006, Natalia Estemirova, militante des droits de l’Homme qui fut kidnappée et tuée en 2009 dans le Caucase du Nord. Tous ces opposants ont été tués par balles avec un professionnalisme qui ne laisse pas beaucoup de doutes sur le commanditaire.

    Boris Nemtsov avait récemment affirmé qu’il craignait pour sa vie, ayant organisé de nombreuses manifestations anti Poutine et ayant critiqué sa politique vis-à-vis de l’Ukraine et organisé des manifestations pacifiques contre son occupation. Le 10 février dernier, il déclarait « je crains que Poutine ne me tue ». Après l’assassinat, l’avocat de Nemtsov a déclaré « Peut-importe qui a tiré la gâchette, il est victime du régime politique de la Russie  » (Nemtsov’s lawyer told RFE/RL’s Russian Service that he was a victim of Russia’s political regime, no matter who pulled the trigger.)

    Il avait également pris parti dans le conflit qui ravage depuis plus de dix mois l’Est de l’Ukraine. Organisateur de plusieurs marches pacifiques en soutien à Kiev, il avait récemment réaffirmé sur son compte Facebook, qu’à ses yeux, l’annexion de la Crimée était illégale. Il devait participer dimanche 1er mars à l’une des plus importantes démonstrations de protestation depuis des mois dans la capitale russe.

    Selon une autre figure de proue de l’opposition, Ksenia Sobchak, Boris Nemtsov était en train de travailler sur un rapport attestant de la présence de forces armées russes en Ukraine.http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/02/28/boris-nemtsov-l-un-des-plus-fervents-opposants-a-vladimir-poutine_4584995_3214.html#

    Boris Nemtsov and Viktor Yushchenko

    Boris Nemtsov avait soutenu en 2005 la révolution Orange en Ukraine. On le voit ici avec Viktor Iouchtchenko après son empoisonnement que l’on soupçonne avoir été commandité par Poutine. Source photo http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/4287957.stm

     Il se promenait avec une jeune femme sur le Grand Pont de pierre, juste à côté du Kremlin, quand une homme tirant d’une voiture l’ont abattu de quatre balles dans le dos. L’opposant russe, Boris Nemtsov, a été tué par balles à 55 ans en plein centre de Moscou dans la nuit de vendredi à samedi…

    Ancien vice-Premier ministre de Boris Eltsine, libéral, Nemtsov était une figure de l’opposition russe. Très critique à l’égard du pouvoir en place, il appelait le parti de Vladimir Poutine, «le parti des voleurs», dénonçant notamment la corruption des élites. Il avait récemment confié à la presse que sa mère était très inquiète, estimant que le président russe pourrait le faire tuer.

    Cofondateur, avec Boris Nemtsov, du mouvement libéral Solidarnost, l’ex-champion d’échec Garry Kasparov s’est dit «anéanti», multipliant sur Twitter les messages cinglants à l’égard du pouvoir en place. Se remémorant l’assassinat de la journaliste Anna Politkovskaya en 2006, il accuse directement Vladimir Poutine, estimant que le président russe a «des océans de sang sur les mains». Dans la foulée, la Maison Blanche a fermement condamné ce «meurtre brutal».http://www.leparisien.fr/international/l-opposant-russe-boris-nemtsov-tue-par-balle-en-plein-moscou-27-02-2015-4563641.php

    Dans la décade qui  a suivi l’ascension de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie plusieurs opposants et militants des droits humains ont été assassinés : Paul Khlebnikov de Forbes 2004; Anna Politkovskaya, connue pour ses vives polémiques contre la guerre en Tchétchénie tuée en 2006, Natalia Estemirova, militante des droits de l’Homme qui fut kidnappée et tuée en 2009 dans le Caucase du Nord.

    L’assassinat de Boris Nemtsov a vraisemblablement été commandité. Mais Vladimir Poutine n’y est pour rien. Il a déploré le crime et présenté ses sincères condoléances à la famille. Qui peut le croire ?

    Qu’en pensent les amis de Poutine, ses admirateurs qui justifient son occupation meurtrière de l’Ukraine ? Qu’en pensent ces Français qui tiennent en haute estime l’homme fort de Russie et qui répètent sa propagande sur le caractère néo-nazi des Ukrainiens et le méchant parti de droite de Nemtsov ?

    Ce matin 28 février, au lendemain de l’assassinat de Boris Netsov, je remarque que les sites critiques auxquels je suis abonnée comme Riposte laïque et boulevard Voltaire ne disent pas un mot de cet assassinat alors qu’habituellement ils sont prompts à réagir contre les horreurs de ce monde. J’imagine leur embarras …

    La Connectrice

    Pour en savoir plus

    • Radio Free europe Radio liberty

    http://www.rferl.org/content/nemtsov-death/26873635.html

    • Qui était Boris Nemtsov, l’opposant russe assassiné cette nuit?

    Boris Nemtsov le 15 septembre 2012 durant une manifestation anti-Poutine dans le centre de Moscou.

    Trois heures avant sa mort, il était encore à l’antenne d’une radio moscovite, appelant les auditeurs à manifester dans un discours enflammé sur l’Ukraine et Poutine. «Cette marche demande l’arrêt immédiat de la guerre avec l’Ukraine, elle exige que Poutine cesse son agression.» Il signait là son testament politique.

    http://www.liberation.fr/monde/2015/02/28/qui-etait-boris-nemtsov-l-opposant-russe-assassine-cette-nuit_1211434

    • Le document qui a inspiré la stratégie du Kremlin sur l’Ukraine

      LE MONDE | 25.02.2015 à 17h26 • Mis à jour le 26.02.2015 à 13h22 |

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/02/25/le-document-qui-a-inspire-la-strategie-du-kremlin-sur-l-ukraine_4583292_3214.html

    Deux semaines avant la fuite de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, une note, remise au Kremlin « entre le 4 et le 12 février 2014 », incitait Moscou à lancer une vaste opération de déstabilisation en Ukraine avec, comme principal objectif, la « fédéralisation » du pays et le rattachement de plusieurs régions à la Russie – dont la Crimée –, sous le couvert d’organisations de référendums. L’authenticité de ce document, publié mercredi 25 février par le journal russe indépendant Novaïa Gazeta, ne peut être prouvée, mais son contenu résonne étrangement avec la politique défendue par Vladimir Poutine.

    Cette note évaluait la situation, il y a un an, sous un jour cynique en prônant notamment une intervention rapide de la Russie pour ne pas perdre « le contrôle du marché de l’énergie en Ukraine »…

    • Histoire de l’Ukraine par des Ukrainiens de France

    http://www.jaime-lukraine.fr/a-propos-de/ukraine

    Vous vous êtes déjà posé la question : « Qu’est-ce que je sais sur l’Ukraine ? »

    Le fait que c’est un  pays de l’ex  URSS, connu surtout par ses Tchernobyl, Chevtchenko, Klitchko et de jolies femmes vous suffisait largement. Notre mission consistera à vous raconter un peu plus sur l’Ukraine et ses origines, vous montrer toute sa beauté et sa richesse.

    Alors, tout d’abord, d’où vient le nom « Ukraine »  (Oukraïna, Україна) ? Ce mot dérive d’une racine slave « limite » et renvoie à un territoire frontalier – à l’origine, frontalier du monde nomade des steppes. Ce nom apparaît pour la première fois en 1187 pour désigner la région de Péréiaslav, au sud de Kyïv…

     

     

     

    Les Ukrainiens attaquent les Bretons. Les Russes nous avaient prévenus, tous des fachos ces Ukrainiens !

    Bizarre, bizarre. L’attaque violente des supporters ukrainiens contre les supporters bretons tombe à pic pour alimenter la propagande de Poutine et donner raison à son occupation de l’Ukraine pour « protéger » les russophones.

    Je compatis à la douleur des Bretons mais je m’interroge sur l’identité des sauvages qui les ont attaqués.

    Je reste avec mes interrogations jusqu’à plus ample information.

    La Connectrice

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-ukraine-la-grande-frayeur-des-supporteurs-de-guingamp-27-02-2015-4562677.php

    La vingtaine de supporteurs de l’En-Avant Guingamp qui avait fait le déplacement jeudi soir à Kiev (Ukraine), pour le 16e de finale d’Europa Ligue entre le Dynamo Kiev et leur club (3-1), est encore sous le choc.

     Kiev : 11 fans des Verts blessés dans un guet-apens des ultras ukrainiens

     A la 78e minute, la rencontre a été interrompue pendant à cause de supporteurs ukrainiens très violents qui voulaient s’attaquer à la poignée de fans bretons. Le match n’a repris que neuf minutes plus tard. Pour le président de l’En-Avant Guingamp, «un drame a été évité de peu», car «ils voulaient tuer nos supporteurs».

    Tutelles. Modification de la loi. Vous en prendrez pour dix ans avec plus de facilité

    JORF n°0040 du 17 février 2015 page 2961
    texte n° 1LOI
    LOI n° 2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures (1)

    NOR: JUSX1326670L

    L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
    Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2015-710 DC du 12 février 2015 ;
    Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

    • Titre Ier : DISPOSITIONS RELATIVES AU DROIT CIVIL

      I. – Dans les conditions prévues à l’article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à prendre par voie d’ordonnance les mesures relevant du domaine de la loi nécessaires pour :
      1° Simplifier les règles relatives à l’administration légale :
      a) En réservant l’autorisation systématique du juge des tutelles aux seuls actes qui pourraient affecter de manière grave, substantielle et définitive le patrimoine du mineur ;
      b) En clarifiant les règles applicables au contrôle des comptes de gestion ;
      2° Aménager le droit de la protection juridique des majeurs, en prévoyant un dispositif d’habilitation par justice au bénéfice des ascendants, descendants, frères et sœurs, partenaire d’un pacte civil de solidarité ou concubin, au sens de l’article 515-8 du code civil, d’un majeur hors d’état de manifester sa volonté, permettant de le représenter ou de passer certains actes en son nom sans qu’il soit besoin de prononcer une mesure de protection judiciaire ;
      3° Aménager et modifier toutes dispositions de nature législative permettant d’assurer la mise en œuvre et de tirer les conséquences des modifications apportées en application des 1° et 2°.
      II. – Le code civil est ainsi modifié :
      1° La deuxième phrase du dernier alinéa de l’article 426 est ainsi rédigée :
      « Si l’acte a pour finalité l’accueil de l’intéressé dans un établissement, l’avis préalable d’un médecin, n’exerçant pas une fonction ou n’occupant pas un emploi dans cet établissement, est requis. » ;
      2° Le premier alinéa de l’article 431 est complété par une phrase ainsi rédigée :
      « Ce médecin peut solliciter l’avis du médecin traitant de la personne qu’il y a lieu de protéger. » ;
      3° L’article 431-1 est abrogé ;
      4° Au second alinéa de l’article 432 et au deuxième alinéa de l’article 442, les mots : « du médecin mentionné » sont remplacés par les mots : « d’un médecin inscrit sur la liste mentionnée » ;
      5° L’article 441 est complété par un alinéa ainsi rédigé :
      « Le juge qui prononce une mesure de tutelle peut, par décision spécialement motivée et sur avis conforme d’un médecin inscrit sur la liste mentionnée à l’article 431 constatant que l’altération des facultés personnelles de l’intéressé décrites à l’article 425 n’apparaît manifestement pas susceptible de connaître une amélioration selon les données acquises de la science, fixer une durée plus longue, n’excédant pas dix ans. » ;
      6° Le deuxième alinéa de l’article 442 est complété par les mots : « , n’excédant pas vingt ans » ;
      7° Le premier alinéa de l’article 500 est ainsi modifié :
      a) Au début, les mots : « Sur proposition du tuteur, le conseil de famille ou, à défaut, le juge » sont remplacés par les mots : « Le tuteur » ;
      b) Sont ajoutées deux phrases ainsi rédigées :
      « Le tuteur en informe le conseil de famille ou, à défaut, le juge. En cas de difficultés, le budget est arrêté par le conseil de famille ou, à défaut, par le juge. »

    De la douceur dans ce monde de brutes. Concerto n°3 de saint-Saens, opus 61. 2ème mouvement

    Version intégrale. Le 2ème mouvement commence à 10:45/28:35

    Renaud Capuçon – Saint-Saëns – Violin Concerto No. 3  l’Orchestre Philharmonique de Radio France, cond.: Lionel Bringuier; kindly presented by FranceMusique and Arte Live Web; Live in 2013, Paris. Watch this concert here:
    http://liveweb.arte.tv/fr/video/Renau…

    2ème mouvement uniquement

    (HD)Julia Fischer -Saint saens Concerto N° 3 in B Minor Op 61 -2nd movement

    2ème mouvement uniquement

    Kyung Wha Chung – Saint Saens Violin Concerto No.3 Mov.2 – Andantino Quasi Allegretto

    Soloist: Kyung Wha Chung
    Conductor: Lawrence Foster
    Orchestra: London Symphony Orchestra

    Par ce jour pluvieux et brumeux, cette musique m’a enchantée. Je l’ai écoutée ce matin sur radio classique interprétée par R.Capuçon / Orch Philh Radio France / L.Bringuier

    Décidément, en ce moment, je suis vraiment touchée par la musique de l’orientaliste Camille Saint-Saens, ami de l’archéologue Jane Dieulafoy,  qui suscite une délicieuse émotion bien que le compositeur soit décrit comme un rationaliste froid. S’opposant au désordre, à la grandiloquence, à la boursouflure et à la gaucherie des toiles violemment coloriées de Berlioz, les poèmes symphoniques de Saint-Saëns offrent un dosage parfait de la science architecturale, de la précision descriptive, de la puissance évocatrice, de la limpidité du style, de la virtuosité orchestrale et du tact dans le choix des volumes et des couleurs. Au moment où ces lignes sont écrites ces vertus ne sont plus à la mode mais il faudrait n’avoir rien retenu des leçons que nous donne le passé pour ne pas être persuadé que l’art intelligent et rationnel de ce parfait écrivain français retrouvera bientôt parmi ses compatriotes la vaste audience que mérite un classique de sa valeur.

    Source image http://www.musicologie.org/Biographies/saint_saens_c.html

    Extraits de la biographie de Saint-Saens par ÉMILE VUILLERMOZ, Histoire de la musique. «Les grandes études historiques», Librairie Fayard, Paris 1949 (8e édition), p. 281-285

    C’est en pratiquant une politique musicale très différente que Charles-Camille Saint-Saëns a défendu également les intérêts artistiques de son pays. Patriote jusqu’au chauvinisme, Français jusqu’au « gallicanisme », ce Normand à demi Champenois avait fait de la xénophobie le dogme essentiel de son évangile. Les exagérations ridicules et les mesquineries auxquelles l’entraîna ce parti pris auraient fort bien pu discréditer la noble cause dont il se faisait l’agressif champion, mais la qualité de ses oeuvres vint heureusement conjurer ce péril. Saint-Saëns résume en lui quelques-unes des particularités caractéristiques du génie de notre race : le goût de la netteté, de la clarté et de la logique, l’amour de la pureté néo-classique, l’intellectualisme raisonneur et l’intransigeance nationaliste. Cette solide armature l’a évidemment préservé des abandons enivrés et des délires hallucinés du romantisme, mais elle a comprimé si fortement son coeur que nous regrettons d’avoir sou-vent tant de peine à en percevoir les battements.

    La vie de cet artiste, né dans l’aisance et encouragé dans sa vocation, fut celle d’un dilettante laborieux. Affranchi des soucis matériels qui écrasent trop souvent les compositeurs, il accepta temporairement quelques obligations professionnelles comme l’enseignement du piano à l’École Niedermeyer, et les fonctions d’organiste à Saint-Merry, puis à la Madeleine, mais conserva toujours assez de liberté pour concilier son amour du travail et son goût des voyages. Merveilleusement doué pour le piano, qu’il aborda à deux ans et demi, il put, à cinq ans, accomplir de surprenantes performances comme exécutant et comme improvisateur et, à dix ans, donner un grand récital composé d’oeuvres maîtresses de Haendel, Bach et Beethoven. Il avait travaillé avec Stamaty; il étudia l’orgue avec Benoist et déserta sou-vent la classe de composition d’Halévy pour recueillir l’enseignement de Gounod.

    Chose étrange et déconcertante, ce virtuose de la composition, ce type du « fort en thème » et de l’élève docile et conformiste échoua par deux fois au Concours de Borne dont le règlement semblait pourtant fait pour mettre en valeur toutes ses vertus scolaires. Il n’insista pas et se remit tranquillement à la composition pour nous donner, à dix-huit ans, sa première Symphonie en mi bémol …Dans tous ces domaines Saint-Saëns fit preuve d’une lucidité, d’une maîtrise aisée, d’une sûreté de main et d’un imperturbable sang-froid qui lui ont été reprochés comme des tares…

    biographie cité par http://www.musicologie.org/Biographies/saint_saens_c.html

    Suivre

    Recevez les nouvelles publications par mail.

    Rejoignez 273 autres abonnés

    %d blogueurs aiment cette page :