Flux RSS

Archives de Catégorie: Histoire de France

Humour et ironie. Les Mac(a)ron(s) Trogneux

Publié le

Brigitte Trogneux, madame Macron, épouse du président de la République Emmanuel Macron, est la descendante de 5 générations de confiseurs patissiers amiénois, la maison Trogneux. J’ai demandé à un proche de passage à Amiens de me rapporter des macarons Trogneux et je n’ai pas été déçue. Ils sont délicieux : forts en éclats  d’amande, moelleux et parfumés au miel.

https://www.trogneux.fr/boutique/liste_produits.cfm?type=6

Brigitte Trogneux était-elle destinée à s’unir à un mac(a)ron et réciproquement ? L’inconscient de l’une et de l’un les a-t-il poussé inéluctablement l’une vers l’autre ?

Brigitte Macron, pâtissière, connaîtra-t-elle le triste sort de la boulangère Marie-Antoinette ?

On se souvient de cette légende opportuniste qui fit répondre à la reine , devant une foule affamée « s’il n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche » et justifier l’appellation de la famille royale « le boulanger, la boulangère et le petit mitron »., préparation à l’élimination de Louis XVI, de Marie-Antoinette et de leurs enfants.

La maison Macron fait flores à Amiens et dans la environs où elle a ouvert des succursales et, ironie du sort, alors que l’on célèbre les 70 ans de mai 68, elle propose des confiseries « pavés de mai » avec le logo baba cool « peace ». Brigitte, première dame de France,  a-t-elle des actions dans la maison Trogneux et a-t-elle été consulté pour ce curieux choix pas vraiment politiquement correct ? S’agit-il d’un signe subliminal ?

Sous les pavés... le praliné!

https://www.trogneux.fr/boutique/fiche_produit.cfm?ref=PAVESPRALINES68&type=29&code_lg=lg_fr&num=101

L’entourage d’Emmanuel Macron avait évoqué fin 2017 l’éventualité d’un commémoration de mai 68 mais il semble que le projet d’une manifestation officielle ait été abandonné au profit de manifestations officieuses : diffusion de tonnes de documentaires sur mai 68, présence dans les médias de Cohn-Bendit ami de Macron, présentation à Cannes de son documentaire réalisé par Romain Goupil où apparaît le président Macron et clin d’oeil de la famille Trogneux avec ses pavés pralinés.

 

Tradition de Noël et rigolade : Les trois messes basses

La tradition de Noël c’est aussi rigoler de l’hypocrisie de certains prêtres et de la rouerie des enfants de chœur. Alphonse Daudet s’était fait une spécialité de cet anticléricalisme bon enfant et bien de chez nous. Marcel Pagnol et Fernandel lui donnent un beau coup de main dans cet extrait du film « Les lettres de mon moulin ». J’avais vu ce film dans mon enfance lointaine et je n’ai jamais oublié sa truculence bien que je ne sois ni catholique ni croyante. C’est ça la culture, faire siennes toutes les belles choses de son pays.

 

Ajoutée le 21 déc. 2016
S’ABONNER 1,4 K SUBSCRIBED UNSUBSCRIBE
Les Trois Messes basses est un conte de Noël d’Alphonse Daudet d’abord publié en 1875 dans les Contes du lundi, puis intégré à la version définitive du recueil Lettres de mon moulin en 1879. C’est un récit irrévérencieux mettant en scène l’un des sept péchés capitaux, la tentation de gourmandise : le prêtre, dom Balaguère, va être tenté par son petit clerc, Garrigou, possédé par le diable, et muni de sa diabolique clochette. L’histoire se situe au milieu du xviie siècle dans le château de Trinquelage, château imaginaire situé au sommet du mont Ventoux. Le diable a pris les traits du jeune Garrigou, clerc de Dom Balaguère, ancien prieur des Barnabites et à présent chapelain gagé des marquis de Trinquelage, afin d’induire le prêtre en tentation et de lui faire commettre « un épouvantable pêché de gourmandise » : usant du faible de Dom Balaguère pour la bonne chère, il commence, tout en l’aidant à se préparer pour la messe, par lui décrire les différents plats qui seront servis (dindes, gélinottes, vins, faisans, truites…). Les Lettres de mon moulin est un film français, réalisé par Marcel Pagnol, sorti en 1954. Le film est l’adaptation de trois des vingt-neuf Lettres de mon moulin, d’Alphonse Daudet

Repentance : Colombus Day remplacé par Indigenous People Day

Publié le

Révision de l’histoire à l’aune du politiquement correct d’aujourd’hui. La mode est au remplacement des figures historiques qui déplaisent mais pas forcément à l’image de figures historiques positives sans peur, sans tâche et sans reproche. En effet, nobody’s perfect ! Etapes et personnages historiques sont marqués d’ombres et de lumières, c’est pourquoi il est inapproprié de supprimer les noms et représentations de personnages importants de l’Histoire à la faible lumière de jugements contemporains.

Faire tomber la statue de Staline ou celle du général Lee, débaptiser la rue Colbert, qualifier la colonisation française de l’Algérie de « crime contre l’humanité » n’effaceront pas de l’histoire une révision obséquieuse unilatérale dégagée du contexte de l’époque.

 

Islamisation. Messe en arabe mais pas de prêches en latin

Afficher l'image d'origine

 

Le Dupont de Hergé est plus fort que le Roquefort…

La vision lucide de Hergé sur les musulmans…dénoncée comme vicieuse et agressive envers le Prophète…

A la suite de l’égorgement du père Hamel par des terroristes musulmans les chefs de l’église catholique et les chefs musulmans ont décidé de s’inviter mutuellement à célébrer ensemble des messes partiellement en arabe dans toutes les églises de France dont à Paris la cathédrale Notre-Dame et l’église Saint-Paul.

Pourquoi appartiendrait-il plus aux églises de France de parler le langage de la terreur qu’aux pratiquants du langage de la terreur de parler non seulement français mais en hommage au père Hamel de faire leur prêche en latin ?

Le Vatican mène depuis très longtemps une politique pro-musulmane, notamment par l’intermédiaire de son bras armé, l’ordre de Malte qui, au Moyen-Orient ne connait que « La terre sainte » et ignore Israël. Il s’agit de jouer les musulmans contre les juifs afin de garder le contrôle de sa raison de vivre, la Terre sainte et, en particulier, Jérusalem. L’amitié catholique-musulmane n’est donc pas une surprise et les cultes annoncés pour dimanche ne sont qu’une mystification de plus.

Une fois de plus, des institutions françaises se mettent à la portée de nos gentils musulmans.

Certaines écoles offraient déjà des enseignements en arabe à des enfants ne maîtrisant pas le français quand la ministre de l’Education propose de les généraliser.

L’église invite les musulmans alors que, contrairement aux mosquées, elles sont ouvertes à toutes et tous. Autrefois, les églises et les chapelles étaient ouvertes en permanence mais ayant été victimes de profanations, de vols et de saccages (auxquels certains musulmans ne sont pas étrangers) les responsables des lieux ont du restreindre ces ouvertures à l’horaire des messes, ce dont Kermiche a su profiter. Il était du coin, il avait fait des repérages et retenu l’heureux hasard qui faisait coïncider ses heures de sortie autorisées avec l’horaire des messes.

Depuis des années, nous décidons d’accommodements raisonnables au nom de nos valeurs sans prendre en considération les résultats. Au contraire, les relations avec les musulmans vivant en France empirent tant au niveau du quotidien que par les attentats et projets d’attentas décidés au nom d’Allah. Pourtant, les attentats musulmans ne font qu’augmenter en nombre et croître en horreur.

Dazns mon adolescence j’ai connu l’oecuménisme entre catholiques et protestants. J’étais trop jeune pour en faire une évaluation politique mais en pratique, cela fonctionnait très bien malgré la haine ancestrale des Huguenots contre les catholiques avec les souvenirs sanglants des guerres de religion. Dans ma famille laïque et anticléricale, si nous usions de mots fermes et violents contre le Vatican, il ne serait jamais venu à l’idée des enfants de différentes confessions de se battre, a fortiori de tuer, pour leurs convictions religieuses.

Cette opération entre catholiques et musulmans me semble plus relever de politique que d’amour et de paix. Elle ne changera rien à la haine que les musulmans vouent aux non musulmans et ne bridera en rien leur volonté de djihad, un devoir auquel ils croient bien plus qu’à l’œcuménisme.

La Connectrice qui déplore l’hypocrisie du Vatican et celle des musulmans

Refus de Black M à Verdun. Français de gauche, de droite, du centre et d’ailleurs crient victoire

Publié le

Rebondissement au 17/05/2016

François Hollande revient sur l’annulation de la prestation de Black  sous la pression des associations anti racistes et anti esclavagistes comme »,  Mémoires et Partages.. Honteux !

L’Etat est prêt à mettre «les moyens pour sécuriser» un éventuel concert du chanteur Black M à Verdun, a annoncé François Hollande mardi sur Europe 1. «Cette initiative était après la cérémonie, pour que des jeunes puissent avoir un moment festif, a souligné le président.

 Je comprends que des jeunes puissent aussi être associés aux commémorations. Le maire a subi des pressions inouïes, de violence, de haine. Ne voulant pas créer d’incident, il y a renoncé. C’est sa seule décision, puisque l’Etat n’avait pas à en connaître. Si le maire voulait, l’Etat mettrait les moyens pour sécuriser le concert. Et les subventions seraient maintenues.», a-t-il ajouté.

http://www.leparisien.fr/politique/black-m-a-verdun-l-etat-pret-a-mettre-les-moyens-pour-securiser-le-concert-17-05-2016-5802657.php

Nouveau au 16/05/2016

http://www.leparisien.fr/politique/black-m-une-association-appelle-a-reprogrammer-le-concert-de-verdun-16-05-2016-5800125.php

Mémoires et Partages appelle ce lundi le gouvernement à revenir surl’annulation du concert de Black M prévu à Verdun (Meuse) le 29 mai.

 L’association franco-sénégalaise estime que cette représentation, initialement organisée en marge des commémorations du centenaire de la bataille qui porte le nom de la ville, pendant la Première Guerre mondiale, doit se tenir. 

«Il est encore possible de revenir sur cette annulation, parce que même le crayon du bon dieu a une gomme.» C’est par cette citation de l’homme politique et poète martiniquais Aimé Césaire que l’association demande au gouvernement d’«user de tous ses pouvoirs pour défendre l’unité de la jeunesse française dans sa diversité (…) et le droit à la participation et à la citoyenneté de tous ses enfants, fussent-ils égarés», ajoute Mémoires et Partages.

«Cette exclusion, véritable capitulation de l’Etat face à la haine extrémiste et frontiste, est un massacre institutionnalisé de la solidarité nationale», déclare Karfa Sira Diallo, son directeur.Cette association, basée à Bordeaux (Gironde) et à Dakar (Sénégal), a obtenu le label de la Mission 14-18 pour son exposition Frères d’âmes, présentée à La Rochelle (Charente-Maritime).

————————————————————————-

Les médias, fidèles à la doxa socialiste ont attribué l’annulation du concert de Black M à Verdun au FN, ce qui est inexact. Une majorité de Français, quelle que soit leur sympathie politique se sont largement exprimés contre le choix indécent, pour célébrer le centenaire du carnage de Verdun, d’un individu qui avait conspué la France et promettait aux jeunes de « bien s’amuser » à son concert.

Pour preuve de l’indignation des Français de toutes opinions, je vous invite à parcourir les 212 commentaires qui suivent l’article du journal Le Parisien annonçant l’annulation de la venue du rappeur douteux http://www.leparisien.fr/societe/le-rappeur-black-m-ne-chantera-pas-pour-le-centenaire-de-la-bataille-de-verdun-13-05-2016-5792417.php

QUESTION DU JOUR

12222 votants

Comprenez-vous l’annulation du concert de Black M à Verdun ?

Oui 79,4%     Non 20,6%

Quelques exemples de commentaires :

Z111222a publié le 14 Mai 2016 à 10:05

Gérard92 : Ce n’est pas seulement l’extrême droite qui a obtenu l’annulation de ce spectacle, mais ce sont tous les français qui respectent la mémoire de tout ceux qui ont perdu la vie pour défendre notre patrie bien attaquée actuellement.

Santiago25a publié le 14 Mai 2016 à 10:05

Je n’aurais jamais l’idée d’aller voir un concert de Johnny le jour de la toussaint !?. Et vous ? Alors contentons nous d’une cérémonie de recueillement pour nos poilus, point final !!! Je propose à Monsieur le Maire d’inviter Black M pour la fête de la musique. Là au moins les jeunes se retrouveront pour s’amuser  à Verdun comme à Espelette …

Santiago25a publié le 14 Mai 2016 à 10:05

Je ne comprends pas que l\’on puisse mettre en avant son grand père qui aurait soit disant combattu aux côtés des poilus? Vu l\’âge du gamin, c\’est mathématiquement impossible !!! Un mensonge de plus qui entraîne la polémique inutilement. Stop stop stop ……..

Golfechoindiaa publié le 14 Mai 2016 à 09:05

@Jereagispointcom. Ce n’est pas une histoire de perte de mémoire de la part du maire, car il est prof d’histoire. C’est pire, c’est par idéologie : Privilégier les « jeunes » (Hollande en avait fait sa priorité tout au long de son quinquennat, c’était l’une des promesses mais aussi, et surtout par clientélisme) au mépris des anciens combattants. Sauf que les anciens combattants ont des descendants aussi et ne peuvent concevoir « faire la fête sur des tombes ». Il ne me semble pas que lors de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, il y a quelques jours dans les jardins du Luxembourg, il y ait eu un concert de Booba. Toujours ce 2 poids, 2 mesures chez ces donneurs de leçons.

Zelia80a publié le 14 Mai 2016 à 09:05

Apparemment ,plus des 3/4 des français approuvent la déprogrammation mais l’extrême gauche et les bobos parisiens crient au scandale ! Je ne pense pas que ce soi disant chanteur ( les rappeurs récitent mais ne chantent pas ) était le placé pour rendre hommage aux soldats de 14-18 ; Mes aïeux sont morts pour la France ,ils auraient été révolté par les paroles !!

La  Connectrice

PS, une confusion règne sur la participation du grand-père de Black M à la défense de la France en 14-18. Le rappeur invoque sa mémoire comme tirailleur sénégalais en 39-45…http://www.jeuneafrique.com/325897/societe/verdun-black-m-evoque-memoire-de-grand-pere-guineen-ex-combattant/

Lisez ci-dessous l’article très juste d’Elisabeth Lévy dont je partage l’analyse.

(J’ai souligné en gras ce que je trouve particulièrement juste)

Black M: la victoire de Verdun

L’antiracisme obsédé par les races

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Publié le 16 mai 2016 / Politique

Mots-clés : , ,

Si le concert de Black M prévu pendant la commémoration de la bataille de Verdun a finalement été annulé, c’est uniquement parce que ce rappeur s’est permis d’insulter la France. Seuls ses défenseurs, antiracistes autoproclamés, convoquent sa couleur de peau dans le débat.

verdun black m antiracisme

La première fois une tragédie, la deuxième fois une farce. Et la troisième – ou en l’occurrence la centième –, comment la qualifier ? Une énorme galéjade ? Le canular du siècle ? Je l’avoue, la nouvelle poussée de fièvre antifasciste, à propos de l’annulation du concert de Black M à Verdun, me tire des larmes de rire. À chaque nouvelle déclaration indignée pour défendre un chanteur de variété rap pour ados qui, dans sa jeunesse, chantait sa détestation de son pays de kouffars, je n’en crois pas mes oreilles : là, ils le font exprès, ça ne peut pas être sérieux. Ces gens bien habillés, de gauche (ou de la bonne droite qui n’a pas tardé à rallier cette croisade hautement comique), ne peuvent pas croire aux fadaises qu’ils débitent au kilomètre. Pour l’instant, ma préférée, c’est la ministre de la Culture qui a parlé d’ « ordre moral nauséabond », on notera une certaine recherche dans l’assemblage des mots-clés. Juste après, arrive le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, dont on aimerait savoir ce qu’il avait fumé quand il a déclaré : « C’est  le début du totalitarisme et je dis que c’est vraiment le fascisme qui nous attend »… Mais entre Jack Lang, Christiane Taubira, Benoist Apparu et quelques autres, la compétition pour la plus grosse énormité sur le sujet est serrée.

Faire la fête à Verdun, il fallait l’inventer

On dirait bien que tout ce monde ne touche plus terre, en tout cas, pas celle de France, pour ne pas comprendre à quel point l’invitation du rappeur heurtait la décence commune et la mémoire des poilus, et ceci, bien au-delà du FN, et même de la droite – sauf à considérer que Natacha Polony ou Régis de Castelnau soient de droite. Beaucoup de Français de toutes origines et de tous horizons ont le cœur serré quand on évoque les soldats sacrifiés de Verdun. « Faire la fête » à Verdun, il fallait l’inventer. Et après ce sera quoi, le festival d’Auschwitz ? Rave à Austerlitz ? (Ah non, c’est vrai, on ne commémore pas les victoires…) Mais qu’en plus, on choisisse un artiste qui exprime pour son pays des sentiments aussi délicats que Black M montre en quelle estime on tient la nation que l’on prétend honorer et rassembler. Il est proprement scandaleux que la Mission du centenaire, bras armé et financier de l’Etat pour les célébrations, ait accordé 67 000 euros de subventions à un événement qui n’a strictement rien à voir avec l’histoire.

Significativement, notre Voltaire du 9-3 n’a trouvé, pour mobiliser ses partisans, qu’un argument : « Venez, on va bien s’amuser ! ». Sans doute a-t-on eu peur d’ennuyer les jeunes gens (Français et Allemands) conviés pour leur édification, et pour incarner en quelque sorte un devoir de transmission, avec trop de discours et trop de gravité. Tout ce passé, sans la moindre touche festive, cela devait sembler atrocement ringard aux organisateurs.

Antifas de tréteaux

C’est une classique, plus nos antifas de tréteaux se sentent minoritaires, plus ils enragent, trépignent et insultent. Tout en rivalisant de dinguerie dans la dénonciation de la « haine raciste » qui les aurait obligés à annuler le concert, ses initiateurs se rejettent la responsabilité de l’idée les uns sur les autres. Le maire de Verdun, Samuel Hazard jure qu’elle vient de Paris, la Mission du centenaire qu’elle émane de l’agglomération du Grand Verdun et la rumeur parisienne que l’Elysée n’y est pas étranger. C’est pas moi, c’est l’autre. Face à une bronca qui ne vient évidemment pas de la seule extrême droite, ils ont prudemment – et sagement – capitulé en rase campagne mais bien sûr, ils n’assument ni l’invitation, ni son annulation. Et pour noyer le poisson de leur défaite, ils traitent tous leurs contradicteurs de fascistes. N’empêche, peut-être se sont-ils dits qu’une manif d’anciens combattants au milieu des célébrations, ce ne serait pas génial pour la photo.

Le plus désopilant, comme me le souffle l’ami Gérald Andrieu, c’est que ces antiracistes de choc sont en réalité des racialistes primaires. Parmi les détracteurs de Black M, pas un seul n’a évoqué la couleur de sa peau. Tous se sont référés à ses chansons et déclarations. En revanche, ses défenseurs ne voient pas en lui un chanteur passible de critique, mais un Noir, et seulement un Noir – donc une victime.  Et comme ils ne voient que cela, ils croient que tout le monde est comme eux et que ceux qui attaquent Black M sont forcément des racistes. Au fait, qui est obsédé par la race ?

La lâcheté a gagné

En réalité, ces éructations qui visent à masquer leur défaite en rase campagne n’ont plus la moindre importance et du reste, nos résistants ne semblent pas avoir pris de mesures particulières pour combattre le fascisme qu’ils voient à nos portes (si ça devait vraiment se produire, mieux vaut ne pas trop compter sur eux). La bonne nouvelle, en plus de leur capitulation elle-même, c’est qu’ils ont réussi à démonétiser complètement les invectives qu’ils aiment le plus. Etre traité de facho, ça fait maintenant rigoler tout le monde. Et tant pis si, à Verdun, ce n’est pas le bon sens, mais la lâcheté qui a gagné. En attendant, en fait de reconquête, nos honorables gouvernants ont surtout réussi à montrer qu’ils n’avaient pas la moindre idée de qui sont ceux qu’ils gouvernent.

Verdun 1916. Rappeurs guinéens néonazis morts pour la France ?

Publié le

Actualité au 14/05/2016

Black M  réagit à sa déprogrammation du concert Verdun 2016

La réaction du rappeur appelle plusieurs remarques : Il ne présente aucune excuse pour les insultes au peuple français (pays de kouffars) et ne dit pas qu’il regrette ;  il se présente comme une pauvre victime lui « enfant de la République et fier de l’être », il n’a qu’à le faire entendre dans ses textes ; Il en appelle à son grand-père tirailleur sénégalais en…39-45 ! alors qu’il s’agit d’une commémoration de Verdun 1916. Cet « enfant de la république » ignore son histoire et le prouve ; il accuse de « propos haineux » ses détracteurs et ne comprend pas la polémique incompréhensible et inquiétante que sa participation a engendrée, il n’a pas appris à lire, à réfléchir ni la causalité à l’école de la République ?

Bonjour à tous, Je m’appelle Alpha Diallo, je suis français, né en France, à Paris, et j’ai 31 ans. Eduqué par la France, terre d’accueil de mes parents, terre qui m’a vu grandir et permis de vivre de ma passion. Une terre pour laquelle mon grand-père Alpha Mamoudou Diallo ( photo ci dessus ) d’origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais – ces mêmes Tirailleurs Sénégalais qui étaient également présents lors de la Bataille de Verdun. J’ai ressenti une immense fierté lorsque l’on a fait appel à moi pour participer à un concert en marge de la commémoration de la Bataille de Verdun pour l’ensemble des jeunes français et allemands réunis ce jour-là. Une polémique incompréhensible et inquiétante a malheureusement entraîné l’annulation de ma participation à cette manifestation. Je ne peux rester sans réponse face aux propos d’une extrême violence, tenus à mon égard, ces derniers jours. Je suis d’autant plus attristé par cette situation qui peut aujourd’hui toucher des milliers d’autres français. Moi, Alpha Diallo, enfant de la République et fier de l’être, souhaite, par ce communiqué, faire barrière à ces propos haineux. Merci à tous ceux qui me soutiennent depuis le début, je ne ferai pas d’autres commentaires. Peace. #ALPHADIALLO #BLACKM

De leur côté la ministre de la Culture et son prédécesseur  nous servent le politiquement correct :

«Des voix déchaînées ont obtenu l’annulation d’un concert au nom d’un ordre moral nauséabond et décomplexé. N’acceptons jamais cela. Ce n’est pas la première fois que l’autocensure succède à ces coups de forces inacceptables», martèle-t-elle, devant des professionnels du festival du cinéma.

Un peu plus tôt, l’ancien locataire de la rue de Valois, Jack Lang, avait estimé sur France Inter, qu’il ne fallait pas «capituler devant l’idéologie frontiste». «La mairie de Verdun aurait dû maintenir le concert, et d’ailleurs c’est illégal d’interdire une manifestation artistique comme celle-là, aucune raison ne le justifiait, il n’y avait aucune menace à l’ordre public, aucun risque de violence», a poursuivi l’ancien ministre de la Culture. «Je souhaiterais que nous soyons nombreux à dire que nous condamnons cette interdiction. Il ne faut pas capituler devant cette idéologie frontiste» , a-t-il ajouté.

Vendredi,  Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants avait déjà exprimé sa «colère».http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/annule-a-verdun-black-m-evoque-son-grand-pere-tirailleur-senegalais-13-05-2016-5793471.php

_____________________________________Rachid Taha : Douce France de Charles Trenet

Comme l’ont dit les internautes, il y a des patriotes dans la « diversité »…

 

Actualité au 13/05/2016

Le concert de Black M est annulé sans mea culpa des organisateurs qui se renvoient la balle et, officiellement, par crainte de trouble à l’ordre public

La subvention de 67 000 euros est annulée mais combien coûtera au contribuable cette annulation ?

«Ce n’est ni l’État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur», se défendait le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini. Quant à la Mission du Centenaire, opérateur de l’État pour ces commémorations de la Première Guerre mondiale, assurant que «la décision a été prise par l’agglomération du Grand Verdun», elle avait jeudi décidé de ne pas lui accorder la subvention de 67.000 euros demandée pour le concert dont le budget total était de 150.000 euros.

Mercredi encore, le maire de Verdun défendait néanmoins le choix d’inviter le chanteur Black M, qui «est tout simplement un enfant de la République», soulignant qu’il était «plébiscité actuellement par les jeunes comme aucun autre artiste français» et s’est vu «décerner le Kid’s Choice Awards de l’artiste international de l’année 2016». Des arguments qui n’ont toutefois pas suffi à éteindre la polémique face à laquelle Samuel Hazard se dit «contraint» de rendre les armes.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi matin, il invoque des «risques forts de troubles à l’ordre public», en raison d’une «polémique d’ampleur sans précédent» et d’un «déferlement de haine et de racisme». Une décision, précise Samuel Hazard, prise par «la majorité municipale et le maire de Verdun, en concertation avec la région et le Département».

http://www.leparisien.fr/societe/le-rappeur-black-m-ne-chantera-pas-pour-le-centenaire-de-la-bataille-de-verdun-13-05-2016-5792417.php

Je vous invite à lire les commentaires qui suivent cet article, mazjoratirairement satisfaits de l’annulation avec des réflexions pertinentes comme celles-ci :

Verdun n’est pas une « fête » pour les jeunes c’est une commémoration de tous les morts de la guerre 14, si les jeunes veulent faire la fête ils vont ailleurs, je n’ai jamais vu de ma vie un hommage à des morts qui devient une foire, un peu de respect SVP, même si les jeunes qui sont morts avaient le même âge que nos jeunes de maintenant, un monde les sépare, ils ne seront jamais à la hauteur de ces héros !!! C’est très bien que ce concert soit annulé.

VICTOIRE! VICTOIRE! VICTOIRE!!!!! ce gueux pourra toujours aller brailler à la fête de sa musique dans ces quartiers choyés ou en Guinée sa « patrie d’origine » comme il le dit si bien …!!

Pas besoin d être au FN pour être scandalisé ! Comment un maire et un préfet peuvent-ils envisager cette offense aux poilus et à la France une seule seconde ?

pays de koufar veut dire pays de mécréants donc oui black m na pas a venir commémoré nos ancêtres c’est un raciste de la France je rappel que se genre de mots est dit surtout par les terroristes islamistes!!! pour ma part ils aurait dit prendre Kerry James qui pour moi est un vrai poète ! ! !

« un déferlement de haine et de racisme »,ben voyons,en faite ils ont du se rendre compte de leur erreur à posteriori mais pas foutu de faire leur auto critique ils nous sortent l’excuse de l’extrême droite,cette histoire ça dépasse le clivage politique c’est une question de valeurs morale et pour une fois la morale l’a emporté.maintenant que cette histoire est terminée on peut remarquer comment les responsables se défilent,en plus de ne pas être courageux moi je m’interroge aussi sur leurs capacités intellectuelle.

Enfin. Si nos dirieants tellement en desir de diversite avait voulu choisir quelqu’un pour lacommemoration de la Bataille de Verdun )600 000 morts des 2 cotes) pourquoi n’avoir pas choisi Rachid Taha et sa reprise de Trenet Douce France au lieu de ce minable antisemite, sexistre et homophobe.

___________________________________________________________

Monument aux morts de Cholet. Beaucoup de Français morts pour la patrie France en 14-18 pour la seule petite ville de Cholet. Pour lire les noms aller sur le site

On obtient une idée de l’ampleur de l’hécatombe de la grande guerre par la juxtaposition de sa stèle avec celle des morts de 39-45 au dessous

LA VICTOIRE OUVRE LE LIVRE D’OR DE LA FRANCE
À LA GLORIEUSE PAGE DE CHOLET
LA VILLE DE CHOLET
À SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE

 

Dans la perspective de la célébration du centenaire de l’hécatombe de Verdun, le 29 mai, le gouvernement français a invité le rappeur guinéen néonazi Black M qui promet qu’on va s’amuser et que « si le public et chaud, il donnera tout ».

Alors là, je tombe des nues. Je me pince pour savoir qui je suis, où je vis, quelles est ma culture, ma langue, mes concitoyens, mes semblables et ce que je peux bien partager avec toutes ces cultures imposées qui dévorent sans merci tout ce que j’ai pu apprendre et connaître dans un pays qui s’appelle encore France mais qui n’en a plus ni l’aspect, ni le goût ni la chanson.

Pour paraphraser le tableau de Paul Gauguin, petit-fils de la grande féministe Flora Tristan , je me dis : D’où viens-je ? Qui suis-je ? Où vais-je ?

 

D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?

Paul Gauguin.Tahiti 1897–1898, musée des beaux-arts de Boston,  Massachusetts, aux États-Unis. Source http://www.weblettres.net/blogs/article.php?w=MonplaisirLett&e_id=52125

La guerre de 14-18 a été la plus grande hécatombe militaire et civile des temps modernes. Des millions de soldats et de civils y ont perdu la vie des deux côtés de la Frontière, entre la France et l’Allemagne.

Il suffit  de lire les noms inscrits sur les monuments aux morts de tous les villages de France pour avoir une idée de l’importance du massacre des forces vives de la nation qui, au début du XXème siècle étaient dans leur grande majorité issus de nos campagnes qui rassemblaient encore la majorité de la population française. Certaines familles ont perdu en même temps père, frères, maris, enfants et cousins. La litanie des prénoms d’un même nom de famille est impressionnante. Nier cette évidence relève de la maladie mentale.

Personne n’osera nier qu’il y eut des étrangers dans les bataillons français et les travailleurs qui les assistaient. Il y eut des Algériens, des Marocains, des Africains de l’Ouest, tous ceux qui furent appelés « indigènes de la République » ou « Force noire » qui depuis quelques années ont imposé leur vision de l’Histoire dont un trouvera un exemple typique ici

Toutefois, il n’y eut pas que des colonisés enrôlés de force ou appâtés par le gain, il y eut aussi par solidarité obligée, alliée ou choisie des Espagnols, des Polonais, des Chinois, des Anglais, des Américains, des Canadiens et même quelques Allemands.

Nous savons aussi que la France n’a pas traité tous ses soldats de la même manière, que les nationaux bénéficiaient d’un peu plus d’égards que les étrangers mais que quand l’Etat-major le décidait ils servaient autant de chair à canon que leurs compagnons d’infortune, ce qui a été relaté dans de nombreux ouvrages.

Sans vouloir nier les pertes et les souffrances des soldats colonisés et étrangers, la guerre de 14-18 et Verdun en particulier ont surtout été une tragédie française (250 000 français) qui a supprimé de la surface de la terre de France des millions de jeunes gens qui en avaient la culture, la langue et les dialectes, les traditions et étaient dans leur majorité de religion catholique.

Nous vivons dans une France tellement décérébrée que nous allons bientôt apprendre que le soldat inconnu devant la tombe duquel s’incline chaque année le président de la République française est en réalité un rappeur guinéen néonazi. L’impossible est désormais possible.

La Connectrice consternée

Le monument aux morts de La Rochelle, beaucoup de monde

Pour en savoir plus

http://ripostelaique.com/commemorer-verdun-avec-des-rappeurs-ils-iront-cracher-sur-nos-tombes.html

Les Augustin, Albert, Lucien et autres Ferdinand doivent se retourner dans leurs tombes, eux qui étaient la lignée de la France d’hier, de la France éternelle, une lignée longue comme la nuit des temps.

Alpha, Lefa et Abou, rappeurs de leur état, incarnent la France d’aujourd’hui, ce sont donc eux qui ont été désignés pour venir festoyer sur leur souvenir et leurs ossements le 29 mai prochain, afin de commémorer une guerre particulièrement sanglante.

Hollande s’est montré désireux d’inviter le rappeur Black M, un « artiste populaire », en espérant acheter ainsi l’apaisement et surtout les voix des cités. On s’en doute, la symbolique de la commémoration de la bataille de Verdun ne signifie absolument rien pour un homme qui méprise les sans-dents. Alors tous ces tués, la belle affaire ! L’important, n’est-ce pas, c’est qu’on s’amuse.

Avec ce spectacle au goût douteux, ce sont des centaines de milliers de tombes et de dépouilles que l’on profane, ce sont les morts et tous leurs descendants que l’on insulte …Alpha Diallo, connu sous le nom de Black M, M pour Mesrimes en hommage au tueur Jacques Mesrine, a fait partie du groupe Sexion d’Assaut, un nom qui trouve son origine dans la fameuse Section d’Assaut des nazis. Dans le genre artiste de bon goût, on a fait mieux…

Drapeau français interdit à Cagnes/mer ?

Pour trop de Français, le drapeau bleu-blanc-rouge est une tâche. Deux mamies viennent d’en faire l’expérience qui se sont vu reprocher de « dénaturer » la façade de leur immeuble en accrochant le drapeau national à leurs balcons.

Le drapeau tricolore est le symbole de la France et l’arborer est une manifestation de fierté et de patriotisme. Malheureusement, pour nombre de Français, c’est le pavillon du Front National, cette droite que la gauche s’obstine à diaboliser pour tirer les marrons du feu au détriment d’un patriotisme de bon aloi.

J’en ai fait la triste expérience le lendemain des attentats du 13 novembre 2015 quand j’ai réagi en distribuant de petits drapeaux français en disant « L’union fait la force’ ou « tous ensemble derrière le drapeau français ».  La plupart des français me regardaient avec méfiance et dégoût tandis que les étrangers étaient heureux d’accrocher ce petit drapeau à leur bonnet ou leur manteau, certains m’en redemandant pour leurs enfants ou leurs proches. Lire le compte-rendu de mon expérience ici

Permalien de l'image intégrée

https://www.francebleu.fr/infos/societe/deux-cagnoises-refusent-de-retirer-le-drapeau-francais-de-leur-balcon-1454883751

résidence Merryland II, au Cros de Cagnes, à deux pas de la plage

Dans son salon, Arlette montre alors une lettre du syndic J&E Noailly datée du mercredi 3 février. Anne-Marie a reçu la même. Il leur est demandé de retirer le drapeau français de leur balcon, rappelant qu’il est interdit de « modifier l’aspect » de la façade. C’est le choc. 

Arlette s’étonne d’ailleurs de la précision, « ce qui veut bien dire qu’il y a une antipathie profonde pour le drapeau français sinon ils auraient marqué drapeau tout court ! »…De son côté, Eric Noailly, l’auteur de la lettre se défend: « Compte tenu des derniers événements nous avons été tolérants et leur avons laissé la possibilité de laisser pendre leur drapeau en façade. Il était temps de revenir à la réalité et de se conformer au règlement de copropriété. » Et d’ajouter : « Vous pouvez regarder autour de vous et ne devriez pas voir beaucoup de drapeaux en façade ». 

A la suite des attentats du 13 novembre, deux mamies cagnoises avaient arboré le drapeau bleu blanc rouge à leurs balcons respectifs. Le syndic a jugé que pavoiser déparait la façade de l’immeuble, réglement de copropriété oblige.

Pourtant quand on voit la façade de l’immeuble (photo ci-dessus) on peut trouver qu’elle dépare la ville de Cagnes-sur-mer tant elle est moche …

Nous sommes bien loin du 30 juin 1878 quand Claude Monet peignait une rue Montorgueil riche des couleurs du drapeau national !

Claude Monet Rue Montorgueil Paris   Festival Of June 30 1878 canvas with Majestic Gold frame

source

Cette peinture a pour sujet la première fête nationale autorisée depuis la défaite de Napoléon III en 1870 et la reprise du pouvoir par les conservateurs. Célébrant l’Exposition Universelle de 1878, elle annonce aussi l’avènement de la IIIe République instaurée en France quelques mois plus tard. Les chroniqueurs ont relevé l’enthousiasme de cette journée du dimanche 30 juin où le drapeau tricolore triomphe dans les rues de Paris. Selon les Goncourt, même les corbillards emportant leurs morts au cimetière étaient pavoisés.
La rue est montrée, prise d’assaut par le peuple de Paris en liesse, en une vue plongeante, avec une forte perspective, le triangle sombre de la foule montant vers le triangle inversé du ciel. Posés d’une touche rapide, en flammèches de couleurs pures, les drapeaux flottent, claquent, se tordent et deviennent maîtres de l’espace. Dans ce milieu léger et instable, une banderole cache un « VIVE LA FRANCE » et un drapeau, « VIVE LA REP[ublique] ». On peut rappeler ici le mot du critique sur les impressionnistes (1876) :  « Ils prennent des toiles, de la couleur et des brosses, jettent au hasard quelques tons et risquent le tout ». Le succès de l’œuvre suivit celui de la fête : « musicale », elle fut achetée le 1er août par le compositeur Emmanuel Chabrier puis, après sa mort (1896), acquise par François Depeaux, donateur de la collection impressionniste du musée de Rouen.http://mbarouen.fr/fr/oeuvres/rue-saint-denis-fete-du-30-juin-1878

%d blogueurs aiment cette page :