Flux RSS

Archives de Catégorie: pollution

Parc des Buttes-Chaumont sous les nuages

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce mardi 5 septembre, le temps est incertain. Des nuages gris s’amoncellent au dessus du parc et je me demande s’il va pleuvoir. Je fais le tour du lac avec ma chienne et mon petit appareil photo.

Le lac est toujours aussi sale malgré les milliers d’euros qui ont été dépensés pour restaurer le circuit hydraulique. Difficile de laisser son imagination gambader en contemplant ce miroir glauque et puant.

A travers le tapis de nuages apparaît un bout de ciel bleu. Pointe une lumière blanche et vive qui fait ressortir la noirceur des branchages encore dans l’ombre. Une corneille est perchée sur une branche, aujourd’hui elles sont peut nombreuses.

Quelques oies se dandinent et au loin une grosse carpe bondit hors de l’eau pour gober des insectes en faisant un gros clapotis.

Sur la berge herbue du lac un homme donne du pain aux canards, des colverts avec une majorité de mâle reconnaissables à leur cou vert mordoré. Un couple de canards indiens s’est joint à eux pour profiter de la nourriture. Des panneaux indiquent qu’il ne faut pas nourrir les oiseaux mais d’après la dame de l’association poils et plumes des Buttes, personne ne vient les nourrir depuis dix ans.

Je suis sur le point de sortir du parc quand une belle lumière dorée jaillit de derrière les nuages et met en feu les feuilles des marronniers qui sont déjà bien rousses. Le rayon bas m’éblouit mais j’observe qu’un Vélib blessé s’appuie contre la grille. J’aimerais que la beauté de la nature ne soit pas meurtrie par la malveillance des hommes.

Le temps, les couleurs des arbres et des baies, les odeurs d’humus, tout cela sent l’automne, ma saison préférée.

La Connectrice

 

Buttes-Chaumont. Verdure aoûtienne

Publié le

Ce vendredi 4 août 2017, je profite du départ des Parisiens pour jouir du calme et de la tranquillité du parc.

E faisant le tour du lac, de la gauche vers la droite, j’ai pris quelques notes photographiques. Le lac est toujours aussi glauque et rempli de détritus. Et pourtant quelques personnes s’allongent sur ses berges tout près de l’eau. Les malheureux ne doivent pas avoir beaucoup d’alternatives écologiques pour se résigner aux odeurs nauséabondes et à la vision dégoutante d’une eau épaisse jonchée de détritus de toutes sortes.

Les oiseaux aquatiques l’ont déserté pour des eaux plus pures et du silence. Des édicules et des containers parsèment les allées afin de permettre aux visiteurs nocturnes de vomir, déféquer, uriner et jeter bouteilles et déchets dans des réceptacles appropriés, ce qui ne les empêche pas de polluer l’ensemble du parc. Ces containers et ces édicules puants détruisent l’harmonie des plantations, des allées sinueuses ainsi que le fantasme urbain de pouvoir retrouver un peu de campagne en ville.

Arrosage du matin comme un léger rideau de perles

Début de nôtre promenade. Le belvédère, copie du temple de la Sibylle, se cache derrière les arbres et ma chienne se demande pourquoi je traîne pour prendre des photos

Ce buddleia sauvage domine les détritus qui flottent sur l’eau. Le parc possède aussi des buddleias cultivés aux grappes blanches ou pourpres plus fournies.

Quelques canards résistent à la pollution et au bruit, peu nombreux, ils ont quelque chance de pouvoir arracher quelque nutriment aux énormes carpes.

Plus loin, le lac est toujours déserté par les oiseaux aquatiques

Le débroussaillage sévère de l’île l’hiver dernier a privé les oiseaux de nourriture et de refuge mais il a fait apparaître cette ouverture dans la falaise sous le belvédère

En été comme en hiver, le faune demeure agrippé à son rocher

 

 

 

La petite cascade et son magnifique ginkgo. On peut faire de la tisane avec ses feuilles fraîches.

Les feuilles contiennent des terpènes et des proanthocyanidines qui agissent sur les maladies suivantes. De nombreuses études scientifiques ont démontré les effets bénéfiques des feuilles de ginkgo biloba

-pertes de mémoire et démence séniles (Alzheimer) liées à l’âge (améliore la fluidité de la circulation sanguine dans le cerveau)

-dégénérescence maculaire et rétinopatie diabétique (améliore la fluidité sanguine dans le nerf optique et évite les caillots)

-améliore la circulation périphérique comme la maladie de Raynaud

-vertige des hauteurs

-dysfonctions érectiles

Risques

-hémorragies internes si mauvaise prescription du fait de ses vertus fluidifiantes du sang

-ne pas utiliser avec des anticoagulents (aspirine, ibuprofène, etc.)

Les feuilles se consomment en petites quantités
  • Salade

On cueuille les feuilles fraîches de préférence fin de printemps/début été. Respecter l’arbre en prenant les feuilles.

  • Boisson

Les feuilles fraîches peuvent être consommées en salade ou mixés dans des boissons.

  • Tisane

La tisane de feuilles de ginkgo est plus efficace si on y ajoute du gotu kola et du tulsi  (basilic sacré).

Avant la réfection du circuit hydraulique, je venais me rafraîchir les pieds dans l’eau courante et claire en période de canicule. Désormais, c’est impossible tant l’eau est glauque et puante. De temps en temps des cantonniers tentent de nettoyer les pierres au jet d’eau (ils n’ont pas de karcher) mais ça ne suffit pas. Ce havre de fraîcheur est désormais inhospitalier. Merci aux génies qui ont passé un marché public avec une entreprise aussi compétente qui a empoché une énorme somme. Il faut bien nourrir les copains.

Arbres tagués, piédestal du belvédère souillé à la peinture rouge, branches cassées,  fleurs cueillies et abandonnées toutes flétries, détritus jetés dans le lac, bouteilles brisées, excréments dans les buissons, nourriture pourrie dans les bosquets, capsules de bouteilles de bière et filtres de cigarettes à joint jonchent les pelouses et résistent au passage des cantonniers et jardiniers. Le repère de ce banc a même été brûlé…

Je me souviens de Roland Castro, architecte du président Mitterrand, beau-frère de Laurent Fabius, fondateur du groupuscule maoïste Vive la révolution. Il disait que lorsqu’on offre aux gens de la beauté dans l’urbanisme, ils respectent leur environnement et ne le saccagent pas on ne casse pas ce qui est beau. Ces belles paroles forgées à l’idéologie communiste ne reflètent pas du tout la réalité car, malheureusement la beauté c’est bourgeois et elle n’empêche pas le vandalisme. Par contre le XIXème étant catalogué populaire, toutes les incivilités et l’expression de la malveillance humaine y sont permises.

La Connectrice

 

 

Camping aux Buttes-Chaumont

Publié le

Le parc des Buttes-Chaumont est sûrement le plus beau terrain de camping de Paris intra-muros, surtout depuis l’ouverture nocturne du parc  permet aux nomades d’y passer la nuit sans craindre d’être jeté dehors par les gardiens et, avec une bonne bouteille de pinard ils peuvent dormir profondément sans être dérangé par les beuglements et musiques des autres campeurs.

Je précise que je n’ai rien contre les gens qui ont envie de dormir dans le parc à la belle étoile à condition qu’ils ne fassent pas de bruit, ramassent leurs déchets et ne profitent pas de la nuit pour vandaliser les constructions et les plantes…Quand même faire sécher son linge en public, ce n’est pas gentil pour les jardiniers qui se donnent beaucoup de mal pour entretenir l’esthétique et la beauté des perspectives du parc !

Une voisine me fait parvenir cette photo avec ce commentaire :

Mes chers amis,
un bonhomme a fait sécher son linge  sur la barrière du lac, il avait apporté son appareil de cuisine pour faire sa popote, tout cela tranquillement, évidemment il n’y a aucun contrôle ni surveillance du parc pendant la nuit, Hidalgo n’avait pas réalisé dans ses rêves que l’époque avait  changé, que l’alcool, la drogue , prostitution etc etc sont les fléaux de notre société et que les jeunes gens qui ne travaillent pas et qui ne doivent pas le lever le matin pour gagner leur pain, peuvent aller dans le parc la nuit et faire beugler leur musique à fond la caisse,
les habitants autour du parc des buttes-Chaumont doivent forcément gagner leur pain car les taxes d’habitation et foncières sont tellement élevées, nous sommes pompés pour financer les fainéants

 

1-WP_20170705_001 (1) (1)

Laumière-en-colère. Pétition préfet de police de Paris

Publié le

Pétition du quartier des Buttes-Chaumont , Laumière en colère

 

Habitants et commerçants du quartier de
la mairie du XIXème arrondissement de Paris
laumiere.encolère@gmail.com

Monsieur le Procureur de la République
près le TGI de Paris
4 boulevard du Palais
75001 Paris

            Paris, le 17 juin 2017

Monsieur le Procureur de la République,

Les personnes soussignées se trouvent, à présent, dans la nécessité de porter à votre connaissance les nuisances subies de façon croissante, depuis plus de trois ans, par les habitants, les commerçants et les gens fréquentant les abords de la mairie du XIXème arrondissement de Paris, délimités par l’avenue Laumière, la rue du Rhin et la rue André Dubois.

Les auteurs en sont principalement des individus mineurs et des jeunes majeurs agissant en réunion, tout au long de l’année, pour commettre les faits suivants :

  • des bruits et tapages injurieux, diurnes et nocturnes, troublant la tranquillité d’autrui, en l’espèce cris, musique, rondes bruyantes en scooters et motos, souvent jusqu’à plus de deux heures du matin, explosions de pétards et artifices même interdits à la vente, essentiellement vers le 14 juillet et alors toute la journée et toute la nuit.
  • la violation manifeste d’une obligation de prudence et de sécurité imposée par la loi et le règlement, en l’espèce en roulant sur la voie publique, même en sens interdit ainsi que sur les trottoirs, en véhicule à deux roues, à vive allure, assez souvent sur la roue arrière, exposant autrui, en l’espèce les passants dont des personnes âgées et des enfants, à un risque immédiat de blessures de nature à entrainer une mutilation permanente, voire de mort.
  • sans autorisation préalable, le tracement d’inscription, signes ou dessins sur des biens destinés à l’utilité ou à la décoration publique, en l’espèce les jardinières de la place située à l’arrière de la mairie et le sol du monument au morts.

En outre, des mouvements suspects donnent à penser qu’ils pourraient concerner un trafic de produits stupéfiants à l’abri des bosquets de la cour de la mairie.

Mais ces nuisances et cette insécurité portent également atteinte à l’activité des commerces du quartier.

Enfin, cette situation produit une exacerbation croissante dont on ne peut que redouter en l’état, la dégénérescence en des réactions que tout le monde risque de regretter.

Pour toutes ces raisons et après avoir alerté, à plusieurs reprises au cours de ces années, les services de la police et de la mairie, les personnes soussignées portent plaintes entre vos mains, pour l’ensemble de ces faits.

Et vous prient de croire, Monsieur le Procureur de la République, en l’expression de leur parfaite considération.

 

Vous pouvez signer la pétition en ligne ou l’imprimer , la signer et la faire signer et l’envoyer directement au bureau du préfet de police

 

  • signer la pétition en ligne

https://www.change.org/p/le-procureur-de-la-r%C3%A9publique-pour-la-fin-des-nuisances-aux-abords-de-la-mairie-du-xix-arrondissement-de-paris

http://urlz.fr/5pYL

  • Imprimer et envoyer la pétition au Cabinet du préfet

Monsieur Serge Boulanger, directeur du Cabinet du préfet de Police de Paris

Bureau des expulsions locatives et de la voie
publique
Section circulation

  1. boulevard du Palais – 75195 PARIS CEDEX 04 – Tél. : 01 53 71 53 71 ou Oi 53 73 53 73
    Serveur vocal ; 08 91 01 22 22 ( 0.225 € la minute)
    http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr mél : courriei.prefecturepoliceparis@interieur.gouv.fr
    Mél. : pp-cabinet-sdc-bcivp-circ.@interieur.gouv.fr

Buttes-Chaumont. Sentier tranquille…pour l’instant

Publié le

Trop beau pour être respecté, ce sentier restauré il y a peu est déjà privatisé par des tagueurs d’arbres et des vandales qui ont saccagé le grillage pour descendre sur la voie ferrée…

La promenade se poursuit à l’ombre jusqu’à de petits rochers posés là pour le repos de la promeneuse

16-IMG_2284

Malheureusement, les vandales qui profitent de la tranquillité et de la beauté du site, se débarrassent de leurs mégots et détritus sans vergogne. Les esclaves cantonniers et jardiniers ramasseront, ils sont payés pour ça, pensent-ils. Ni respect pour la nature ni pour celles et ceux qui l’entretiennent. Abandonner ce beau parc à la merci de sauvages en le mettant à leur disposition 24/24h est une hérésie que Madame Hidalgo devra regretter en 2020, prochaines élections municipales.

Je n’avais pas emprunté ce sentier depuis au moins deux années parce qu’il était trop sale et impraticable par endroits. Cantonniers et jardiniers y ont fait de formidables travaux d’aménagement et d’entretien. Ils continuent à ramasser les ordures des ordures sans se décourager mais jusqu’à quand ?

 

Nous poursuivons notre promenade et nous admirons le savoir faire des jardiniers et paysagistes qui ont mélangé des espèces d’arbres variées aux feuillages rouge, brun, toutes les nuances de verts, toutes les formes de tronc et de feuilles. Les prunus aux feuilles rouges ont été à moitié déracinés par la tempête et pour lui avoir résisté prennent un repos bien mérité couchés au sol.

Une touffe de coquelicots pousse isolée au milieu des herbes, profitant d’une petite clairière sous les ifs et les sapins.

A l’autre bout du sentier, là aussi le grillage qui bloque faiblement l »accès à la voie ferrée a été rompu. Qui paye pour les dégâts ? Certainement pas les édiles qui ont ordonné l’ouverture du parc 24h/24 du 1er juillet au 3 septembre.

Je reviendrai dans quelques temps constater les conséquences de ces nocturnes où les Parisiens viennent se « rafraîchir » -selon Hidalgo- avec des caisses de bière, des litres d’alcools forts, du vin, du mauvais champagne et des drogues…au détriment des lois qui prohibent la consommation d’alcool dans l’espace public et du règlement du parc affiché à ses différentes entrées qui font de même.

La Connectrice

Finies les couches pour bébé avec la HNI-hygiène naturelle infantile

Publié le

logo

https://www.oummi-materne.com/lhygiene-naturelle-infantile/

Les docteurs Jeffrey Bender et Rosemary She vivent en Californie et, pour leur troisième bébé ils ont choisi la méthode EC (Élimination Communication ou hygiène naturelle infantile  ou encore diaper free-libre de couche ou encore no diaper) qu’ils auraient expérimentée dès le retour de la maternité. La publication de leur expérience dans le journal de l’American Academy of Pediatrics vient de remettre l’EC à la une.

L’hygiène naturelle infantile- HNI n’est pas nouvelle car elle est pratiquée traditionnellement en Afrique, Asie et certains pays de l’Est mais, avec la vogue écologiste elle s’impose depuis quelques années dans les civilisations occidentales. On trouvera sur l’Internet de nombreux sites qui en font la propagande car, c’est entre autres, un moyen de préserver la planète en la sauvant de milliards de tonnes de couches sales.

Cette méthode très écologique nécessite toutefois du temps et de la patience, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Il faut d’abord observer le bébé pour identifier les signes précurseurs de défécation ou miction, renvoyer un signal pour renforcer le sien puis l’aider en l’installant sur un pot et éventuellement en massant son ventre. Et, bien sûr, quand il a fait ses besoins, le récompenser par un geste, un compliment ou autre. C’est la méthode classique du conditionnement ou behaviourisme ou comportementalisme qui peut être appliqué à tous les apprentissages avec mesure et subtilité selon les cas. On notera que la doctrine comportementaliste, importée des Etats-Unis, a été fortement décriée par les médecins et psychologues français qui lui préféraient la psychanalyse et ses avatars. Depuis quelques années, le comportementalisme est devenu à la mode, nombre de médecins s’y sont formés parce que c’est relativement facile, compréhensible et les résultats sont rapides si l’indication est juste et le thérapeute sérieux. http://www.aftcc.org/content/aftcc

Il est d’ailleurs évident que, chez le bébé, on ne peut tenter que l’apprentissage par observation+conditionnement puisque son cerveau n’est fini que vers trois ans et qu’il ne peut absolument pas contrôler son corps et coordonner ses mouvements. En réalité, c’est l’adulte qui fait le travail…

sans-couches-c-est-la-liberte-ingrid-bauer_med

http://petitspiedssurterre.fr/lhygiene-naturelle-infantile-h-n-i-cest-quoi/

Cette méthode serait utilisée traditionnellement dans certains pays d’Asie et d’Europe de l’Est. Il est tout de même étonnant qu’elle ne soit pas connue du monde entier et que les bébés macèrent encore dans leurs urine et excréments (sources de germes) , qu’on leur impose des couches qui contiennent des éléments toxiques (ex les perturbateurs endocriniens) et que personne ne s’embarrasse de produire des milliards de tonnes de déchets encombrants, polluants et dont l’élimination est consommatrice d’énergie. La suppression des  couches favoriserait le contact du corps du bébé avec ses parents et l’apprentissage de la marche plus libre sans ce volume et ses élastiques entre et autour des cuisses.

Citée par Reuter’s, la pédiatre Valérie Kimball souligne que tous les parents n’ont pas les moyens de consacrer du temps et de l’énergie à la méthode EC et qu’il ne faudrait pas les culpabiliser ; de même ne pas insister en cas d’échec de l’EC.

On a bien compris que l’EC était une solution très intéressante mais que tout le monde ne pouvait pas l’adopter ou la réussir. Sur YouTube, on peut voir des expériences de no diaper dès la naissance ou plus tard.

Pour ma part, si c’était à refaire, je la tenterais sans intégrisme, enfin j’essaierai au moins un peu …enfin, je crois car plus je vois de photos de la pratique et plus je m’en éloigne conceptuellement car il faut être obsédé pour guetter le moindre signe annonciateur d’expulsion et attendre avec le bébé en position que la chose se passe …

6525049354854749_pcapucine-9mois-photo-marie-rattin-3-225x300

http://matteovoyage.canalblog.com/archives/2010/07/02/18493566.html

http://www.lenidodanges.com/hygiene-naturelle-infantile/

Pour en savoir plus

 

 

 

 

Pendant le ramadan, cracher ses glaviots est fréquent

Publié le

Pendant le ramadan, des musulmans crachent partout dedans et dehors au mépris de la loi, de la politesse et de l’hygiène.

Pendant le ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam, il est interdit d’avaler quoi que ce soit de liquide et de solide du lever du soleil au coucher du soleil. En conséquence, les musulmans encombrés par des mucosités, des glaires ou de la salive crachent pour ne pas rompre le jeûne.

J’en ai été alertée cette année par une gardienne d’immeuble exaspérée d’avoir dû nettoyer jusqu’au plafond de l’ascenseur le gros crachat d’un livreur.

  • Pourquoi le crachat est-il interdit en France ? parce qu’il peut être porteur de toutes sortes de microbes, y compris le bacille de Koch (tuberculose), la coqueluche ou le virus du sida s’il contient du sang. L’interdiction du crachat est une mesure de protection de la santé publique.

Ces projections de salive peuvent être vecteur de maladies. On marche dessus et on le ramène à la maison. Les poussettes roulent dessus, quand les parents les prennent à pleine main pour les plier, les germes se propagent. Il y a une recrudescence de certaines maladies disparues en France comme la coqueluche ou la tuberculose. Il faut vraiment faire attention à ces bouillons de culture en puissance que sont les crachats. »,  Arielle François (Alliance centriste), adjointe au maire de Compiègne déléguée à l’écologie,http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/cracher-dans-les-lieux-publics-est-128788

  • Pourquoi les musulmans crachent-ils encore davantage pendant le ramadan?

Dans les médias, de nombreux musulmans posent la question de savoir s’ils ont le droit d’avaler leur production buccale pendant le ramadan, preuve que les consignes ne sont pas très claires. Toutefois, ceux qui lisent les réponses apprennent qu’ils peuvent avaler leur production de glaires sans craindre de rompre le jeûne. On le constate souvent, des musulmans ne connaissent pas les règles de leur religion d’autant plus qu’elle comprends différentes sectes avec des rituels distincts comme les Chiites et les Sunnites. Ils apprennent le coran par cœur sans le comprendre et s’adressent éventuellement à des imams auto déclarés qui n’en savent guère plus qu’eux.

Toutefois, influencés par des croyances contraires, du fait de l’importance du crachat dans l’islam, nombre de musulmans se croient obligés de cracher au point que cette habitude a contaminé les non musulmans originaires des mêmes pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient.

Pour tout bon musulman, le mois de Ramadan rime forcement avec de nouveaux comportements. Parmi ceux-ci, il y en qui sont déplorables voire dégueulasses comme, le fait de cracher à gauche et à droite en prenant le Ramadan. «Sereeti» par ci, «pacc» et «teuf»* par là, le quotidien de nombre de Sénégalais est pollué et infesté par les crachats que distribuent des jeûneurs à longueur de journée dans la rue, dans la maison, bref partout où ils sentent le besoin. Car, dans la mémoire collective de Sénégalais, pour accomplir un jeûne irréprochable, le musulman a toujours besoin de «cracher» pour ne pas avaler sa salive et «rompre» du coup volontairement son jeûne. Or, avaler par moment sa propre salive n’entame en rien le jeûne…. C’est pourquoi, le docteur Diénaba Sané appelle les populations à une auto-éducation afin de rendre notre environnement sain et vivable en limitant les risques de propagations de certaines maladies comme la tuberculose qui est considérée comme une «maladie de pauvreté». Elle se répand surtout dans les milieux où sévissent souvent la malnutrition, des mauvaises conditions sanitaires, un surpeuplement et un manque de suivi médical.

  • Le crachat de Mahomet aurait eu des vertus médicinales dont la liste est longue.
  • Le crachat a une portée symbolique d’affirmation de soi et a été adopté par une certaine jeunesse qui crache abondamment dans l’espace public. L’exemple leur en aurait été donné par des footballeurs. Lire ici

J’ai essayé de comprendre les tenants et aboutissants du bon crachat et du crachat maléfiques en Islamie mais les informations, les citations, les interprétations et les références sont tellement nombreuses, variées et contradictoires que j’ai renoncé à aller plus loin. Une seule réalité s’impose, des musulmans expectorent beaucoup de crachats pendant le ramadan, c’est dégoûtant et interdit par la loi. Pourtant, malheur au pauvre pandore qui s’aventurerait à la faire respecter, l’oumma islamiya fondrait sur lui comme un seul homme, il serait découpé en pièces ou, s’il se défendait, il serait accusé de violences policières devant un tribunal impuissant « par souci d’apaisement ».

La Connectrice

Pour en savoir plus

Cet article de 2008 donne des explications à la multiplication des crachats qui seraient irrecevables aujourd’hui pour cause d’incorrection politique :

. ..Sous la double férule de la bienséance et de l’hygiène publique, le mollard est alors en sérieux déclin, menacé d’extinction.

Il va renaître de ses cendres dans le courant des années 70, profitant de deux phénomènes de société majeurs. En premier lieu, l’essor des retransmissions télévisées d’événements sportifs. « Les sportifs sont des cracheurs automatiques, écrit Martin Monestier. Cette famille regroupe les très nombreux cracheurs qui glaviotent inconsciemment, de façon mécanique. (…) Les adolescents, à vouloir trop s’identifier à eux, en adoptent les belles manies. » A l’occasion d’un seul match de football de Ligue 1 , des comptages ont permis de recenser pas moins de 150 crachats, assure-t-il. Le deuxième facteur expliquant le retour du crachat sur le devant de la scène résiderait dans le brassage de populations qui s’opère depuis quelques décennies. Les migrants, explique-t-il, ont importé dans leur pays d’adoption cette habitude, parfaitement acceptée dans d’autres régions du monde…le crachat reste un grand tabou des sociétés modernes, indissociable de sa mauvaise réputation : sa résurrection coïncide en effet avec le retour dans les pays développés de la tuberculose, dont plusieurs milliers de nouveaux cas apparaissent chaque année en France.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/11/le-crachat-au-banc-des-accuses_1129582_3224.html#zOcsSs4QoDeVJSs7.99

…cette loi, modifiée en 1992, existe depuis un décret pris par le gouvernement Vichy le 22 mars 1942. Dans l’alinéa 8 de l’article 74 de ce décret, on peut lire qu’il est « interdit à toute personne de cracher ailleurs que dans des crachoirs disposés à cet effet ».

Article synthétique sur le crachat à travers les âges et les civilisations. Les commentaires apportent aussi un complément d’information.

%d blogueurs aiment cette page :