Flux RSS

Archives de Tag: my stealthy freedom

La question du voile est le leurre du djihad. Ne nous laissons pas décérébrer par le djihad.

Assez de se laisser mener par le coin du voile !

S’interroger sur le voile est un piège dans lequel toute la population est tombée. Depuis la provocation de la belphégor du Conseil général de Bourgogne, on ne parle plus que de cette paille dans la poudre de l’islamisation qui a déjà mis une bonne partie de la population musulmane en état d’insurrection.

 

La courbe de la croissance des voilées est proportionnelle à la croissance de la population musulmane en France. Dans mon quartier du 19ème arrondissement de Paris, une femme sur 5 est voilée : simple foulard sur tête maquillée avec jeans moulants, tissus enveloppant les épaules et tombant jusqu’aux genoux sur robe longue grise, noire, beige. Dans ce même quartier, il y a 20 ans, les femmes n’étaient pas déguisées comme aujourd’hui La population musulmane était moindre, les attentats, les agressions, les décapitations, les revendications et le nombre de mosquées étaient moins nombreuses. On ne remettait pas en question la laïcité ni les lois de la République. On n’entendait pas proclamer que les lois d’Allah étaient supérieures à celles de la République.

iran-women-white-hijab-reuters_650x400_41498628473

wnODm68-xqVK1lrcMF0s_mystealthyfreedom6

Alors qu’en France des musulmanes  sunnites imposent leur étendard islamique, en Iran des  musulmanes chiites sont séquestrées, battues, violées,  torturées , supprimées parce qu’elles refusent de vêtir le tchador. Des hommes de plus en plus nombreux sont solidaires de leur combat. Photo extraite de https://fr.wikipedia.org/wiki/My_Stealthy_Freedom

La population française n’était pas segmentée comme aujourd’hui en musulmans versus français sachant que de nos jours un français de religion musulmane dénomme ‘français » le non musulman, le kouffar, le colonisateur, le blanc, la pute blanche, l’Hitler.

Souvenez-vous de Mohamed Laidouni, ce jeune marocain battu à mort sur l’A13 en 2010 pour avoir voulu faire un constat d’accident « comme les français ».

Pour la plupart des femmes et hommes français, le voile est symbole de soumission, de discrimination sexiste et d’obsession sexuelle pathologique. Les femmes n’ont pas à cacher leur corps parce que des hommes sont incapables de maîtriser leur pulsion de domination et que leur éducation les encourage à s’approprier toutes les femmes.

Je ne ferai plus attention au voile lorsque j’aurais été égorgée dans un pays où femmes et hommes porteront voiles et autres accoutrements musulmans, le califat en France.

La Connectrice

 

Pour en savoir plus

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/17/flora-tristan-na-jamais-prone-le-voile-integral/

En 2010, des dizaines d’articles ont fleuri sur le net, reprenant en général les mêmes sources et les mêmes arguments pour démontrer que, comme autrefois les « tapadas » à Lima (femmes cachées), le voile était un accessoire de la liberté des femmes. L’argument a notamment fait fureur sur les sites islamistes comme celui-ci :

http://muslimahmediawatch.org/2010/12/learning-from-las-tapadas-of-yesterday/

……..Quelles que soient les origines du voile et l’obligation pour les femmes de dissimuler leurs cheveux et leur visage, ces coutumes avaient été abandonnées dans certains pays musulmans et elles sont réapparues en France dans le contexte de l’impérialisme musulman, de l’intégrisme musulman et de l’importation du conflit isarélo-palestinien. Le port du voile est aujourd’hui une mode qui repose sur un substrat politique qui utilise les femmes pour mener le djihad. Le voile est avant tout l’étendard d’une armée de conquête…

En réalité, les partisans du voile musulman oublient que ce fut d’abord un accessoire juif, puis, dans l’ordre chronologique d’apparition des religions, un élément du vêtement chrétien, puis musulman. Il est possible d’ailleurs que le voile ait même été antérieur à la civilisation hébraïque, un tissu commun à tous les peuples de la région du Moyen-Orient quand, du fait des conditions climatiques, hommes et femmes se couvraient la tête, à l’image, par exemple, des touaregs qui s’enveloppent complètement pour se protéger du soleil, du froid la nuit, du vent, du sable et, éventuellement des mouches…

Dans toutes les civilisations à travers les âges, il était courant, parfois obligatoire de se couvrir la tête. Pour les hommes, la coiffe, le couvre-chef était le signe de son appartenance sociale et surtout de son rang. On se souvient de François 1er appelant ses troupes à se « rallier à son panache blanc ». Pour les femmes, la coiffe est, depuis des millénaires, une obligation :

La tradition a longtemps voulu que les femmes dissimulent leur chevelure. Déjà vers 1115 avant J.C., le roi d’Assyrie, Téglath-Phalasar Ier ordonne que  » les femmes mariées qui sortent dans la rue n’auront pas la tête découverte « . Par la suite les religions ont imposé aux femmes de couvrir leurs cheveux. Ainsi saint Paul, dans la 1ère Lettre aux Corinthiens au chapitre 11 affirme que  » la femme … doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend « , la coiffure étant signe de soumission. Dans De virginibus velandis en 213, Tertullien, un des Pères de l’Eglise, va plus loin, puisqu’il impose une coiffure également aux jeunes filles :  » il faut voiler nos vierges dès qu’elles sortent de l’enfance « …

La voilette française a peu avoir avec la voilette algérienne qui a encore ses nostalgiques

http://www.dziriya.net/forums/sujet-culturdz.php?p=35734&l=1&topic=les-voilettes-algeriennes

Après la révolution algérienne, les femmes laissaient tomber le voile et la voilette en signe d’émancipation. Elles avaient été nombreuses à participer à la libération de l’Algérie et comptaient bien trouver leur place dans la nouvelle gouvernance. Malheureusement, il n’en faut rien et elles furent progressivement renvoyés à leurs fourneaux.

Femmes algériennes avant la révolution

La lutte contre le voile avait commencé sous l’administration coloniale française et pour comprendre l’épidémie de voiles comme réappropriation de son identité d’origine en sus de la pression religieuse intégriste, il est intéressant de relire Franz Fanon qui est toujours une référence pour les idéologues anti-capitaliste, anti occident.

Campagne de l’administration coloniale en Algérie contre le voile

Dans « L’An V de la révolution algérienne » de Franz Fanon ou sous un autre titre « Sociologie d’une révolution » l’auteur évoque l’enjeu du voile chez le colonisateur français dans « L’Algérie se dévoile ». Extrait :
« Avec le voile, les choses se précipitent et s’ordonnent. La femme algérienne est bien aux yeux de l’observateur : « Celle qui se dissimule derrière le voile ».
Nous allons voir que ce voile, élément parmi d’autres de l’ensemble vestimentaire traditionnel algérien, va devenir l’enjeu d’une bataille grandiose, à l’occasion de laquelle les forces d’occupation mobiliseront leurs ressources les plus puissantes et les plus diverses, et où le colonisé déploiera une force étonnante d’inertie. La société coloniale, prise dans son ensemble, avec ses valeurs, ses lignes de force et sa philosophie, réagit de façon assez homogène en face du voile. Avant 1954, plus précisément, depuis les années 1930-1935, le combat décisif est engagé. Les responsables de l’administration française en Algérie, préposés à la destruction de l’originalité d’un peuple, chargés par les pouvoirs de procéder coûte que coûte à la désagrégation des formes d’existence susceptibles d’évoquer de près ou de loin une réalité nationale, vont porter le maximum de leurs efforts sur le port du voile, conçu en l’occurrence, comme symbole du statut de la femme algérienne. Une telle position n’est pas la conséquence d’une intuition fortuite. C’est à partir des analyses des sociologues et ethnologues que les spécialistes des affaires dites indigènes et les responsables des Bureaux arabes coordonnent leur travail. A un premier niveau, il y a une reprise pure et simple de la fameuse formule : « Ayons les femmes, le reste suivra ». Cette explicitation se contente simplement de revêtir une allure scientifique avec les « découvertes » des sociologues ».

On comprend mieux alors comment la revendication du port du voile et tout ce qui la sous-tend peut inciter une manifestante à se voiler avec le drapeau français, étendard de la République laïque.

Message du voile musulman pour les Françaises

Pour les Françaises, depuis des siècles, le voile a été associé à la soumission des femmes, leur oppression, leur analphabétisme, un grand nombre d’enfants, leur exclusion de la politique et de l’économie noble, leur infériorisation, la polygamie, le harem, l’excision, la lapidation, l’absence de droits, leur minorisation, leur discrimination et les violences conjugales et crimes d’honneur.

Pour les féministes, le voile (quelle que soit sa longueur, sa forme, sa couleur-haïk, burqa, niqab, hidjab, tchador, etc.- a toujours été le symbole de l’oppression des femmes. Les féministes historiques se souviennent de la révolution algérienne quand, au début, la victoire des femmes s’est manifestée par l’abandon du voile. Elles éprouvaient de la sympathie pour Ataturk qui avait instauré la laïcité en Turquie et proscrit le voile.

Les Françaises se souviennent de l’époque, pas si lointaine, où les femmes devaient porter un chapeau, un foulard ou un fichu pour être respectées et l’obligation de se couvrir la tête d’une mantille pour entrer dans une église.

Les Françaises ont été consternées d’assister à une épidémie du voile depuis une quinzaine d’années car, auparavant, les musulmanes pratiquantes ne le portaient plus en France. Les seules femmes voilées étaient les vieilles algériennes qui venaient rendre visite à leur famille ou les riches femmes du Golfe qui venaient faire du shopping sur les champs Elysées.

Les Françaises, qu’elles soient féministes actives ou citoyennes ordinaires, ont bénéficié de la lutte pour l’émancipation et l’égalité des droits depuis la Révolution de 1789 qui a servi de modèle d’émancipation pour le monde entier, à l’exception des femmes. La plupart des pays qui se réfèrent à notre révolution et à la Déclaration des droits de l’homme en ont réservé les principes à la seule gens masculine. Seuls les pays occidentaux, chrétiens dans leur immense majorité, ont concédé des droits aux femmes. Même si la partie n’est pas gagnée, les femmes occidentales de culture judéo chrétiennes sont les plus émancipées du globe.

En portant le voile, les immigrées musulmanes ainsi que les françaises converties, envoient un message négatif aux Françaises, un message de déni de leur émancipation, de leur histoire, de leurs luttes et de leurs revendications pour parfaire l’égalité et la parité qui laissent encore à désirer. Elles tirent la condition des femmes par le bas. A Paris, les femmes voilées sont nombreuses dans les logements sociaux, les centres d’aide sociale de la Ville de Paris (CASVP), les salles d’attente des services d’urgence dans les hôpitaux, celles de la sécurité sociale, de la CAF, des mairies et de tous les lieux publics et associatifs qui distribuent de l’assistance. Elles sont nombreuses aussi dans les manifestations de mal logés et de sans papiers.

En se signalant par le voile, les femmes musulmanes renvoient aux Françaises une images de femmes soumises, pauvres, assistées, incapables de planifier les naissances, économiquement dépendantes, parasites, incultes et illettrées.

Contrairement aux discours dominants, les musulmanes ne sont pas stigmatisées, elles se stigmatisent elles-mêmes par leur code vestimentaire. Elles sont entièrement responsables de leur image et de l’hostilité qu’elles génèrent dans la population françaises. Et ce n’est pas la minorité éduquée qui revendique le port du voile et l’application de la charia en France qui les sortira du dégoût et de la pitié qu’elles inspirent aux Françaises qui, dans leur immense majorité sont éduquées et indépendantes économiquement.

L’année se termine. Quoi de positif en 2017 ?

Une année civile, c’est assez long pour qu’on ritualise sa fin et qu’on s’interroge sur ce qu’elle nous a apporté de positif.

A priori, je ne vois que des choses négatives au plan général, surtout ces derniers mois qui nous ont apporté des drames humains comme la disparition de Maëlys ou des catastrophes comme l’accident de Millas et, cette nuit, la mort d’une enfant de 4 ans et de deux adultes dans une collision automobile, pour n’en citer que quelques unes. Ces drames sont d’autant plus poignants qu’ils surviennent à l’époque où les familles se préparent à fêter la Noël et la Saint-Sylvestre. On pensait ripailles et réjouissances et il faut préparer des cercueils et des services funèbres. Dans ce contexte, la douleur est encore plus vive et je compatis au chagrin des familles concernées.

Chères lectrices et lecteurs, dites-moi ce qui vous a réjouis globalement et personnellement en 2017 .

Pour ma part, globalement, je n’ai trouvé que deux motifs de satisfaction sinon de réjouissance avec deux mouvements que je trouve révolutionnaires pour les femmes du monde entier :

Le mouvement #balance ton porc qui a révélé l’ampleur du harcèlement sexuel, qui a libéré la parole de la souffrance des femmes et qui donnent à toutes les femmes le courage et parfois les moyens de se défendre en commençant par l’estime de soi. En effet quand on se sent coupable d’être victime de harcèlement sexuel, on se trouve minable et impuissante. Mais quand on apprend massivement que toutes les femmes sont concernées et que le harcèlement sexuel est accepté sinon cultivé par les sociétés du monde, on ne se sent plus coupable et on se sent soutenues par les femmes et les hommes qui disent que c’est un crime.

Le mouvement féministe n’avait pas connu une telle révolution depuis les années 70. J’espère que les femmes tiendront sur la lancée de leur révolte et qu’une synergie favorisera la lutte pour l’égalité salariale, la parité et l’égalité professionnelle ; contre les discriminations sexistes dans le travail et la vie sociale, contre les violences sexuelles en privé et en public, contre la marchandisation du corps des femmes dans la prostitution, la vente d’ovocytes, la location de ventres-GPA, la publicité, le marketing et la mise en valeur des hommes par le corps des femmes. ‘un motif

Le mouvement des Iraniennes contre le port obligatoire du hijab

Pour le plaisir de sentir le vent dans ses cheveux et de les laisser flotter librement

https://www.facebook.com/StealthyFreedom/

les mercredis blancs : Chaque mercredi depuis des mois, avec une constance remarquable, Iraniennes et Iraniens revêtent du blanc, arborent des voilent blancs pour affirmer leur refus du port obligatoire du hijab. Les femmes témoignent dans des vidéos du harcèlement policier, des insultes des barbus et du désaveu agressif de certaines femmes. Pour affirmer leur action, elles enregistrent leurs déplacements avec les harcèlement qu’elles rencontrent.

Comme souvent, les femmes sont à la pointe de la révolte contre l’injustice et les abus du pouvoir. On apprend ce jour, que des manifestations contre le chômage et l’inflation ont lieu en Iran. Quand les femmes sont opprimées, exploitées et inférioriser, c’est tout un peuple qui souffre .https://www.lorientlejour.com/article/1091634/pas-gaza-pas-le-liban-ma-vie-en-iran-manifestations-dans-plusieurs-villes-iraniennes-contre-le-chomage-et-linflation.html

Sur le plan personnel,

  • j’ai découvert le plaisir d’être grand-mère laissant les contraintes aux parents et exploitant le merveilleux potentiel de ma petite fille qui m’aime sans arrières pensées, à la différence des adultes.
  • J’ai retrouvé ma vielle camarade de guerre, Raymonde Arcier, artiste féministe de grand talent dont une oeuvre s’installe à Beaubourg. Nous nous sommes remémoré les moments les plus comiques de notre engagement féministe dans les années 70. Nous nous sommes beaucoup amusées.

Au nom du père

En février 2017, « Au nom du père » resurgit lors de l’exposition L’esprit français, Contre-culture 1969-1989, à la Maison Rouge à Paris et rencontre un tel succès que, grâce à Floriane de Saint Pierre, le Centre Pompidou de Paris décide de l’adopter. 

  • J’ai confirmé et développé l’utilisation des huiles essentielles pour soigner moi-même toutes sortes de petits et grands mots avec un succès étonnant. Ainsi je me dispense de consultations médicales pour mon plus grand confort.
  • Des mésanges charbonnières viennent régulièrement me rendre visite et je les attire avec des graines, de l’eau et un nichoir
  • Comme les mésanges de mon balcon, lectrices et lecteurs restent fidèles à ce blog et viennent régulièrement lui rendre visite. Merci car, sans vous, je n’aurais pas de raison d’écrire.

En résumé, l’année 2017 m’aura apporté peu d’occasions de me réjouir sur le plan social, économique et politique mais je ne parlerai point ici des choses négatives car la liste serait trop longue.

Bonne année 2018

La Connectrice

Soleil levant le 10/10/2017 au-dessus des Buttes-Chaumont depuis mon balcon. Comme l’année nouvelle qui se lèvera malgré les nuages.

 

Barbie voilée. Mattel veut concurrencer Sarah, Fatima, Jamila, Saghira, Razanne et les Hijabies

A l’approche de Noël, Mattel fabricant de Barbie se plie à la charia tout en concurrençant les entreprises du Moyen Orient et du Maghreb qui créent des poupées voilées depuis 1996. La Barbie voilée ne devrait être mise en vente qu’en 2018 mais ses concurrentes voilées comme Sarah et Fatima devraient profiter de l’annonce.

Il semblerait que l’intérêt pour les poupées voilées se soit envolé en 2012 quand les mollahs iraniens ont interdit la vente de Barbie pour outrage aux bonnes mœurs islamiques.

http://www.muslimahmediawatch.org/2012/09/05/when-barbie-became-muslim/

Demotivational Poster Islam Women

Couverture détournée du magazine Emel  http://www.creationliberty.com/articles/religionislam.php. 
Sur nombre de forums, des internautes ironisent sur la barbie voilée demandant si elle est vendue avec un clitoris amovible ou en pièces détachées ; si la poupée est accompagnée de son kit de torture : pierres pour la lapidation, fouet pour les punitions, etc.

My Stealthy Freedom: The Women of Iran are Standing up to their Oppressors

La révolte des femmes iraniennes contre le voile a permis qu’elles apportent une aide très active aux victimes du tremblement de terre du 12 novembre 2017 qui vient de secouer le pays en faisant au moins 500 morts et mettant des milliers de personnes à la rue. Il n’est pas certain que celles qui se soumettent aux lois de la police religieuse aient pu en faire autant.

Interdiction de commercialiser Barbie en Iran

Tout a commencé en 2012 en Iran lorsque les Mollahs ont décrété que Barbie était une menace pour la morale islamique. Alors que la poupée Barbie se vendait comme des petits pains dans le pays, la police politique est descendue chez les marchands de jouets pour leur interdire de vendre la célèbre icône des petites filles et des petits garçons. Il n’empêche que la poupée Barbie continue à se vendre sous le manteau.

Les fabricants de jouets  comme Fulla, sentant le vent venir, avaient déjà lancé sur le marché en 2003 des imitations de Barbie à la mode islamique et grâce à l’Internet, tout le monde pouvait se les procurer.

En 2008, déjà, une enseignante de Grenoble s’inquiétait de l’apparition de cartables décorés d’une Barbie Voilée. Interrogée, l’Académie répondait qu’il fallait faire preuve de tolérance et de modération face à une nouvelle communauté. En réalité, il ne s’agissait pas d’une Barbie mais d’une imitation réalisée par la maison Fulla en réponse au mécontentement grandissant de la police religieuse qui trouvaient la poupée américaine indécente et contraire aux bonnes moeurs islamiques.  Finalement les mollahs obtinrent en 2012 une loi interdisant aux iraniens de commercialiser les barbies authentiques.

le super cartable Barbie Fulla, quiiii en veut un ?!

http://alineaucaire.canalblog.com/albums/just_for_fun/photos/50683582-dsc03849.html

fulla cartable

Articles proposés à la vente en 2010 sur le Bon Coin. http://www.al-kanz.org/2010/01/21/fulla/. La-aussi il s’agit toujours de la poupée Fulla, imitation de la Barbie.

שרה ודרה. התחליף האיסלאמי (צילום: מנסור מותמדי)

La maison Fulla est sortie gagnante de la chasse à la Barbie

https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4177167,00.html

La réponse des fabricants musulmans

A gauche, Sarah et Dara, frère et soeur, sont l’alternative iranienne à Barbie et son copain Ken http://crazyreports.blogspot.fr/2012/05/

Sara et Dara ne réussissant pas à conquérir le marché de la poupée iranienne, Fatima fit son apparition

Fatima-Islamic-doll-Iran91

http://www.postedeveille.ca/2010/11/iran-lancement-de-la-premiere-poupee-islamique.html

 Iranian firm comes up with first Islamic doll – Fatima

Fatima, fabriquée par FAM, 2010

http://www.topnews.in/law/iranian-firm-comes-first-islamic-doll-fatima-238235

Razanne 1996

Traditional Gulf Arab Muslim Doll Jamila | eBay

Jamila 2006

 

File:Saghira.png

Saghira  2007

https://en.wikipedia.org/wiki/Saghira

 

 

La réponse de Mattel. En vente en 2018

 

Glamour Women Of The Year 2016 LIVE Summit

Olympic fencer Ibtihaj Muhammad and Comedian Erin Gibson attend Glamour Women Of The Year 2016 LIVE Summit at NeueHouse Hollywood on November 14, 2016 in Los Angeles, California.

L’annonce de la sortie de la Barbie Hijab a été faite au cours de Glamour’s Women of the Year summit 2017 subventionnée entre autres par Loréal et qui voit défiler de magnifiques femmes toutes plus dénudées et maquillées les unes que les autres. On peut donc se demander ce que fait cette musulmane exemplaire à cette manifestation et ce qu’elle y faisait déjà en 2016.

 Son chiffre d’affaire ayant baissé de 6 %, Mattel eut l’idée d’adapter son offre à la demande (spontanée ou forcée) et eut l’idée géniale en 2016 de s’appuyer sur la première escrimeuse olympique américaine ayant gagné une médaille d’or avec le voile. Ibtihaj Muhammad a déclaré dans un tweet qu’elle était fière que les petites filles de tous les coins du monde puissent jouer avec une Barbie qui a choisi de mettre le hijab. Un rêve d’enfant de vient réalité.
Immense succès pour Mattel comme en attestent les chiffres qui suivent le tweet de l’escrimeuse
 Thank you @Mattel for announcing me as the newest member of the @Barbie  family! I’m proud to know that little girls everywhere can now play with a Barbie who chooses to wear hijab! This is a childhood dream come true 😭💘 

Ibtihaj Muhammad ment sur sa frustration de petite fille

Dans cette vidéo -en anglais- Ibtihaj Muhammad exprime sa grande joie d’avoir aidé Mattel a créer cette Barbie voilée et raconte sa grande frustration, enfant, de ne pas avoir eu une Barbie qui lui ressemble. Elle a porté le voile très tôt la petite Ibtihaj ! et comment, elle noire jouait-elle avec une poupée blanche alors que la Barbie noire et ses amies existent depuis les années 70 ? Et si elle était tellement frustrée de ne pouvoir jouer avec une hijabie pourquoi n’en a-t-elle pas cherché dans les boutiques musulmanes qui en vendent depuis 1999 ?Black Barbie

Histoire de la poupée Barbie http://www.fashion-doll-guide.com/Barbie-Doll-History.html

Depuis les années 70, Mattel  a créé toute une série de poupées noires et de types ethniques différents. Voir la galerie ici http://www.fashion-doll-guide.com/Steffie-Doll.html

 

En 2015 à Séoul Ibtihaj Muhammad a remporté une médaille d’or

Barbie s’inspire de femmes célèbres

Shero line, lancée en  2015, comprend des poupées inspirées de femmes célèbres comme  Olympic gymnast Gabby Douglas, model Ashley Graham, ballerina Misty Copeland, director Ava DuVernay and actress Zendaya. La poupée voilée fait donc partie de cette ligne.

View image on Twitter

 

 

Poupées voilées dans les boutiques du Caire

Les poupées voilées enseignent les bonnes valeurs islamiques aux filles

Learning Good Islamic Values Through Fun And Play!

https://muslimdolls.com/

Résultat de recherche d'images pour "Hijarbie doll"

Quid de la passion Barbie

Mère féministe, je fus consternée par la popularité du modèle Barbe et je  bannis cette poupée de la maison lorsque ma fille était petite. Elle était attirée par toutes sortes de jouets mais pas particulièrement par les poupées ni les baigneurs. Vers l’âge de 4 ans, elle rencontra une petite fille qui jouait avec Barbie et tout son attirail de tenues, de copains, de mobilier et d’accessoires variés. Comme elle s’intéressait à la poupée défendue, j’observais et je compris que son intérêt était peut être un modèle de femme mais surtout la variété d’accessoires qui permettaient toutes sortes de jeux de simulation. Convaincue de la nécessité des jeux de simulation, j’autorisais Barbie à s’installer dans nôtre demeure et aujourd’hui encore notre cave renferme une dizaine de modèles de Barbie.

Devenue adulte, ma fille ne semble pas avoir subi de barbienite et est raisonnablement branchée sur son apparence vestimentaire, le maquillage et les accessoires. Elle ne se consacre pas exclusivement aux bébés ni à la cuisine, au ménage, à la religion, la morale. Elle exerce une profession pour laquelle elle se passionne.

Le problème avec la Barbie voilée et les Hijabies est qu’elles ont pour fonction d’éduquer les petites filles à devenir de « bonnes musulmanes » soumises à la charia qui, on le sait, impose aux femmes  la soumission.

A l’heure où des femmes iraniennes se battent pour leur liberté, l’introduction de la Barbie voilée va-t-elle sonner le glas du mouvement my stealthy freedom et mercredi blancs ?

 

Elles font la révolution iranienne à Paris avec leur tchador

Publié le

Depuis des années, on peut voir au quartier latin des iraniens bien installés affichant des photos sanglantes de prisonniers politiques torturés par le régime des ayatollah, quel que soit son représentant.

1-IMG_1795

Ce jour, vers midi je vois un stand à la jonction de la rue Saint-Martin et de la rue de Rivoli. Tente signalée par plusieurs grands drapeaux iraniens flottant au vent, table avec des ouvrages pro hezbollah encadrés par les habituelles photos de corps mutilés et ensanglantés. Trois femmes coiffées d’un tchador interpellent les passants sous la protection d’un homme.

Je suis scandalisée. Ces femmes qui prétendent renverser le régime de Rohani se permettent de porter le tchador à Paris où elles ne risquent rien tandis que dans leur pays des femmes sont harcelées par la hisbah (police religieuse) qui les matraquent lorsqu’une mèche de cheveux dépasse de leur foulard.

Une milice de 7000 personnes, hommes et femmes, parcourt les rues de Téhéran depuis le 18 avril à la recherche d’un foulard mal porté ou d’automobilistes qui écoutent fort de la musique. Le président iranien s’élève contre cette police des mœurs et promet de protéger les libertés. En jeu : 69 sièges en ballottage pour les législatives du 29 avril.http://geopolis.francetvinfo.fr/le-president-iranien-rohani-prefere-la-dignite-a-la-police-des-moeurs-104415

Ne nous trompons pas sur le qualificatif « réformateur » attribué à Rohani car il est lui-même un religieux,  les Italiens ont du voiler les statues antiques pour ne pas offenser sa pudeur et interdire le vin pendant le séjour de l’Iranien.

L’Iran a décidé de censurer le mot «vin» et le nom de certains dignitaires étrangers de tous les livres publiés dans la République islamique.

Il s’agit d’une demande expresse de l’ayatollah Ali Khamenei, selon Mohammad Selgi, le chef des questions d’édition au Ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. «Lorsque de nouveaux livres nous sont soumis, les fonctionnaires du ministère vérifient page par page qu’ils ne nécessitent pas de modifications rédactionnelles au regard des principes de la révolution islamique afin de faire face efficacement à l’assaut culturel occidental et de censurer toute insulte faite aux prophètes » a-t-il expliqué.

Ainsi, désormais, les «mots comme le vin ou des noms d’animaux de pays étrangers, ainsi que les noms de certains présidents sont interdits en vertu de ces nouvelles dispositions » a-t-il détaillé. Ironie de l’histoire, l’Iran fut avant la révolution islamique de 1979 un important producteur de vin. Et sa consommation serait encore fort répandue.

Une Iranienne vote au second tour des élections législatives, vendredi 29 avril 2016.

Le nouveau parlement du pays, élu ce samedi 30 avril, compte pour la première fois plus de femmes que de religieux. Ces derniers ne sont plus que 16, contre 27 dans l’assemblée sortante, sur un total de 290 députés, et aucun ne sont des personnalités de premier plan. Les femmes, au contraire, passent de neuf à 17 sièges.

De courageuses femmes iraniennes risquent leur liberté et leur vie pour refuser de couvrir leur tête.

C’est ce que j’ai dit à l’une de ces hijabées qui n’a su que me répondre qu’elle était musulmane et que je devais signer contre Rohani. Quelle misère !

La Connectrice

Des Iraniennes enlèvent leur voile sur Facebook

Plus d’un an après son lancement, le groupe My Stealthy Freedom (« Ma liberté furtive ») continue de drainer de nombreuses photos d’Iraniennes dévoilant leurs cheveux. Selon sa créatrice, il a même permis d’ouvrir un débat sur le voile imposé en Iran. 

En mai 2014, la journaliste iranienne Masih Alinejad crée une page Facebook sur laquelle elle invitait les Iraniennes à partager des photos les montrant sans hijab dans l’espace public. Alors exilée à Londres, elle avait posté sur le réseau social deux photos d’elle, l’une avec le voile islamique couvrant les cheveux et le cou, l’autre sans. C’est après avoir reçu les photos d’autres internautes imitant son geste qu’elle décide de lancer ce groupe en ligne, baptisé « My Stealthy Freedom » (« Ma liberté furtive »). Cette initiative, censée refléter « les préoccupations des femmes d’Iran qui font face à des restrictions légales et sociales », est un acte militant visant à défendre le « droit des femmes iraniennes de choisir si elles veulent ou non porter le hijab ». La loi islamique, en vigueur dans le pays depuis la révolution de 1979, en a fait une obligation. Et pour s’assurer que les femmes respectent les règles vestimentaires dans la rue, la police a créé une unité spéciale dite de « moralité », qui a pour rôle de distribuer des amendes, voire d’arrêter celles qui seraient « mal voilées ».

« Une campagne pour la liberté de choisir »

Au bord de la mer, dans un champ, devant un panneau « Mes sœurs, respectez le port du hijab », sur une route ou sur un site touristique, des milliers d’Iraniennes ont retiré leur voile, se sont fait prendre en photo et ont ensuite envoyé le cliché à la journaliste. « Toutes les photos et les légendes postées ont été envoyées par des femmes venues de tout le pays. Ce site est dédié à celles qui veulent partager leur moment de liberté furtive sans le voile », est-il précisé sur la page, qui compte aujourd’hui 820.000 « likes ». Au côté des jeunes femmes dévoilant leur chevelure, d’autres internautes qui ont elles choisi de porter le voile ont apporté leur soutien à l’initiative pour dénoncer l’obligation de porter le hijab. « C’est une campagne pour le droit de choisir, pour la liberté de choisir ce que l’on veut porter. Nous ne sommes pas contre le hijab mais contre le hijab imposé », nous confirme Masih Alinejad par e-mail…

http://madame.lefigaro.fr/societe/les-iraniennes-continuent-de-militer-contre-le-voile-obligatoire-sur-facebook-160615-97010#diaporama-498472_4

La page facebook https://www.facebook.com/StealthyFreedom a reçu près d’un million de « likes »

Toutes les photos

https://www.facebook.com/StealthyFreedom/photos

‎My Stealthy Freedom آزادی یواشکی زنان در ایران‎'s Profile Photo

Contacts

Stealthy Freedoms of Iranian women
Admin: Masih Alinejad
https://twitter.com/masihpooyan
masih.author@gmail.com

http://mystealthyfreedom.net/en/

 

 

Oxymores : mannequin en hijab et féministes musulmanes voilées

Alors que des femmes de pays musulmans risquent leur vie pour évoluer cheveux au vent, alors que des femmes musulmanes se mettent en danger pour revendiquer des droits humains, d’autres qui bénéficient sans vergogne des droits et libertés durement conquis par les féministes des pays occidentaux, osent se dirent féministes en portant ce signe de soumission et d’inégalité intemporel qu’est le voile (le tissus qui cache les cheveux quel que soit son nom).

Ajoutée le 12 janv. 2015 History of protest by Iranian Women from 1979 to 2015 

16.30 GMT-12:30 PM/EST
These are Iranian models ditching basic black for more colorful clothes in a rarely held, government-sponsored fashion show. Their traditional Iranian fashion is fused with Western style in 60 outfits, some sell for as little as $40… another way for Iran’s fashion police, as some may call them, to convince women they can still put the chic into their Islamic costumes.
This comes after, quote: « Thousands were arrested for non-compliance with the obligatory dress code, » according to Amnesty International’s 2008 report on Iran.
Enforcing these codes generally comes in the form of swift annual sweeps by police especially early in the summer, when heat drives more people dressed in lighter clothes out on the streets. (GFX: Iran imposed its dress codes in the wake of the 1979 Islamic revolution, making women wear long loose robes or coats and cover their hair in public.)
This year, however, their crackdown is reportedly heavier. For the first time, police shut 32 clothes shops and hairdressers. They questioned women and men about where they bought their clothes or had their hair done. They stopped passengers in cars for breaking dress codes… all in an attempt to ban the sale of shorter coats and lighter headscarves, along with Western hairstyles. (GFX: Dress code enforcement began to ease in the late 1990s under President Khatami.)
Police spokesman Nader Sarkari defends the crackdown, saying, quote: « Why should some individuals take it upon themselves to commit an act society has deemed a violation? »
For years in Iran, some women have tried to break the Islamic dress code. In 1991, hundreds reportedly clashed with security forces in Isfahan leaving 300 women arrested. Two years later some 800 women were arrested, reportedly for dress code violations, including wearing sunglasses. According to Iran’s Penal Code, such violation received a reprimand of 74 lashes until 1997 when women refused to submit to it. The penalty is now reduced: ten days to two months prison or a cash fine of 50,000 to 500,000 rials.
Nonetheless, 21-year-old Sana still finds a way to exercise her freedom: few weekend hours high up in the mountains. In this report on « Iran’s Hedonistic Youth, » the graphic artist says, here it is ok to let her guard down and forget her worries.
Sana: « The clothes we wear here are much more comfortable, as you can see. Up here, I feel like I’m in another country. I’ve got so much more freedom. »
Sana’s friend: « I don’t have any intention to cover my head; certainly not when the guards aren’t outside. It is enough bother to wear this in town. »
Back in the city, many women keep pushing the envelope with Iran’s dress code, some wear short, colorful coats that show their body shape… while others let their headscarves slip, revealing much of their hair.
Perhaps the recent state fashion show, some believe, will convince some women to creatively express themselves while sticking to the rules.

http://www.iranvnc.com/

English link:
http://iranvnc.com/en/home/

© IranVNC 2008. All rights reserved.

Pourquoi des iraniennes posent sans voile

Ajoutée le 11 juin 2015

Masih Alinejad is an Iranian journalist and advocate for religious freedom and women’s rights. She is the moderator of My Stealthy Freedom, a Facebook group that has over 800,000 followers. There, she and other Iranian women post photos of themselves removing their headscarves in public — a quiet but brave protest against the Iranian laws that govern not just their clothing, but the way they practice their religion.

Certaines musulmanes se prétendant instruites, soutenues par leurs imams, s’abritent même derrière une falsification de l’histoire en s’appropriant Flora Tristan,l’ une de nos glorieuses héroïnes féministes du XIXème siècle.

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/17/flora-tristan-na-jamais-prone-le-voile-integral/

Le comble est atteint par cette dite mannequin fière d’arborer son hijab pour faire vendre la mode bon marché de H&M.

Il est vrai que le voile est une mode reflétant le renouveau de la guerre sainte, le jihad, que mènent les musulmans depuis une quinzaine d’années pour conquérir le monde non musulman. Le voile est devenu l’étendard de cet impérialisme qui s’appuie sur le terrorisme et le capitalisme des riches monarchies du golfe qui injectent l’argent du pétrole dans nos terres, nos industries, nos médias, le sport et tout ce qui est susceptible de rassembler l’oumma islamiya contre les mécréants à abattre et de garantir la prospérité des califats à venir pour les temps où l’énergie fossile du pétrole viendra se tarir.

Ces musulmanes qui jouent les mannequins, ce rôle de femme aliénée qui s’exhibe, ne semblent pas se rendre compte de la contradiction qu’elles revêtent en portant le voile pour protéger leur pudeur de la concupiscence des mâles. A vrai dire, leur petit cerveau bouché par les sourates misogynes du Coran nous démontre que ce qui compte pour elles est d’afficher partout, jusque dans les lieux les plus incongrus, l’étendard de l’islam, c’est-à-dire le voile.

J’espère que les femmes occidentales libérées par les combats féministes, seront assez lucides pour boycotter H&M et toutes le entreprises qui l’imiteraient.

La Connectrice

La Connectrice

Lire aussi

http://ripostelaique.com/hm-mongo-tommy-hilfiger-dkny-uniqlo-le-pret-a-porter-au-service-de-lislamisation.html

N’achetons pas les produits des marques qui contribuent à la dissolution de toute cohésion nationale et favorisent les replis communautaristes. Dans le cas présent, n’achetons pas les vêtements de H&M, Tommy Hilfiger, Mango, Uniqlo et DKNY.

Les cadres de ces boîtes et leurs publicitaires ont misé sur le fait que, par cette exhibition (pas très islamiquement correcte d’ailleurs) d’une enfoulardée, ils gagneraient un nombre important de nouveaux consommateurs, montrons-leur qu’ils ont eu tort et qu’ils perdront un nombre encore plus élevé d’acheteurs, ces citoyens qui refusent d’être réduits à un unique rôle de consommateur et qui résistent au rabaissement de leurs valeurs culturelles.

Faites circulez ce message à tout votre entourage. NON A L’ACHAT DES PRODUITS DES MARQUES H&M, MONGO, TOMMY HILFIGER, DKNY, UNIQLO.

%d blogueurs aiment cette page :