Flux RSS

Archives de Catégorie: France

Opération camembert au lait cru à l’Assemblée nationale

Publié le

https://www.change.org/p/c-est-le-camembert-de-normandie-au-lait-cru-d-appellation-d-origine-que-l-on-assassine/u/24287942

Histoire du camembert de Normandie

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Camembert_de_Normandie

Légende ou pas, la contribution de Marie Fontaine, épouse Harel reste fondamentale du fait de l’engagement de sa descendance dans la fabrication et l’essor du camembert. Comme on le sait, les femmes créatrice sont la plupart évacuées del’histoire et leur contribution ignorée. Pourtant il est indiscutable que Marie Fontaine-Harel a joué un rôle significatif dans les technique de fabrication et la notoriété du camembert. LC

« Camembert […] est le nom donné (1867) à un fromage fabriqué pour la première fois à la fin du xviiie siècle par Marie Fontaine, fermière de la commune de Camembert (Orne). »

— Alain Rey (dir.), Le Robert Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris, nouvelle édition janvier 1994, tome I, p. 333.

Selon la légende, historiquement peu crédible[6], le camembert de Normandie a été mis au point en 1791 par une fermière de Camembert, Marie Harel (née Fontaine), avec les conseils avisés d’un prêtre réfractaire (Charles Jean Bonvoust, religieux bénédictin, prieur de Roiville), originaire de la Brie, réfugié chez elle dans sa ferme de Beaumoncel[7].

Cette légende se retrouve dans de nombreux ouvrages, avec de surprenants enrichissements[8]. Le nom de Marie Harel, inventrice du camembert, apparaît en 1850, grâce à son petit-fils[9]. La légende est due à la remarquable réussite de sa famille et à l’intérêt commercial retiré[10]. Au début du xxe siècle, le syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie prend la relève des héritiers de Marie Harel pour perpétuer la légende du camembert normand[11] ; au xxie siècle, l’association de défense et de gestion de l’AOC camembert de Normandie[* 3] le remplace.

Je préfère les fromages au lait cru

Personnellement, je préfère les fromages au lait cru parce qu’ils ont plus de goût avec une texture à la fois moelleuse et feuilletée selon leur degré de maturité. Rien à voir avec les camemberts pasteurisés et industriels au coût uniforme dont le goût et la texture n’évoluent pas et qui se dessèchent rapidement. laissant ressortir la saveur salée au détriment de l’arôme.

Je consomme des  fromages au lait cru depuis 70 ans et je n’en ai jamais été malade.

Les américains consomment aussi des fromages au lait cru

Ayant vécu aux USA, j’ai souvent été invitée par des américains qui, pour me faire plaisir, m’offraient du camembert ou du brie au lait cru, souvent servis avec des tranches de pomme fraîche. J’ignorent comment ils se le procuraient. Contrairement aux préjugés des Français contre les américains, ces derniers apprécient la bonne chère en fonction de leurs moyens et de leurs goûts. Des organismes se sont spécialisés dans la bonne  bouffe bio comme « whole food » ou les farmer markets 

qui connaissent beaucoup de succès.

Vouloir normaliser nos productions alimentaires traditionnelles est contraire à nos traditions gastronomiques, aux intérêts des paysans et des consommateurs ainsi qu’à la réputation internationale de nôtre gastronomie. La résistance s’impose pour défendre nôtre patrimoine gastronomique et les paysans producteurs sans lesquels la France ne serait plus la France.

La Connectrice

Pour en savoir plus

http://www.fromages-de-terroirs.com/index.php?lang=fr

 

Actualité : Le camembert de Normandie AOP va autoriser la pasteurisation. C’est un renoncement aux valeurs de l’appellation et une victoire des multinationales !
Usages ancestraux, loyaux et constants : trois mots gravés dans le marbre lorsque la France a créé les appellations d’origine au tout début du XXè siècle, et pourtant, le camembert de Normandie, symbole s’il en est de notre pays, va être pasteurisé en 2021 ! Autant dire un nivellement par le bas, qui s’accompagnera de l’arrêt du moulage à la louche.
Décidément, l’histoire se répète. L’AOP normande n’a pas tiré la leçon du passé, elle s’enfonce inexorablement dans la médiocrité. En voulant faire retirer le terme Normandie des camemberts industriels, en somme faire appliquer la loi après 20 ans de laxisme, le camembert de Normandie hérite du pire scénario pour sortir de ce bras de fer entre fabricants du camembert « de Normandie » sous AOP et ceux du « fabriqué en Normandie », la version industrielle, dont Lactalis est le premier opérateur avec 95 % de la production. La fin du « Fabriqué en » se solde avec une AOP pour tous, déclinée en deux versions : l’une de base sous le nom actuel « Camembert de Normandie » et l’autre, plus qualitative, sous le nom de « Véritable camembert de Normandie ». La loi du marché voudra que 9 camemberts AOP sur 10 soient pasteurisés et industriels, fabriqués à la chaîne comme de vulgaires produits. Donc moins chers.
L’association Fromages de Terroirs dénonce un détournement grave de l’AOP qui donne en vérité aux industriels ce dont ils avaient rêvé en 2007 lorsqu’ils avaient réclamé la pasteurisation. On sait ce qu’il en advient de cette assouplissement dans les cahiers des charges – course au volume, standardisation, disparition des fermiers – et empilement des sous labels qui ne crée que de la confusion pour le consommateur. L’entrée des camemberts industriels dans le périmètre de l’AOP, est la mort programmée du véritable camembert !
PÉTITION À SIGNER SUR CHANGE.ORG :C’est le camembert de Normandie qu’on assassine !
Mercredi 21 février, la réunion « de la dernière chance » a abouti à cette imposture ! Les protagonistes de la longue bataille qui oppose les fabricants de « camembert fabriqué en Normandie, aux opérateurs de l’AOP Camembert de Normandie au lait cru, ont tranché. La filière s’oriente vers une AOP élargie, avec deux niveaux :
-  Une version plancher autorisera la dénomination commerciale « Camembert de Normandie », venant remplacer le « fabriqué en ». Cette version autorisera le lait pasteurisé, en contre partie, elle imposera une normandisation des troupeaux à hauteur de 30%. C’est peu ! D’autant que rien n’est précisé pour les 70% restants. Plus de moulage à la louche par des mains expertes, mais un robot mouleur. La fabrication restera donc très industrielle, à la chaîne comme c’est le cas actuellement pour les marques Président, Lanquetot, Lepetit, Cœur de Lion, le Rustique… On nous dit que le pâturage serait rendu obligatoire 6 mois de l’année, avec une part d’herbe minimale dans la ration estivale (25 ares d’herbe par vache). Et puis, la filière se réjouit semble t-il qu’on garantisse le caractère mi-lactique mi-présure qui caractérise le camembert traditionnel. En aucun cas, ce futur cahier des charges n’offrira la qualité d’un camembert digne d’une AOP.
-  Une version plus haut de gamme, strictement au lait cru, baptisée « Véritable Camembert de Normandie », voulant se substituer à l’actuelle AOP, avec des critères d’exigence relevés. On nous promet que la part de Normandes serait portée à 70% contre 50% actuellement, (imposée depuis mai 2017). Le bocage serait revalorisé : 100 mètres de haies pour un hectare de pâture, cela pour encourager la biodiversité. La ration hivernale devrait, quant à elle, comporter obligatoirement une proportion d’herbe. Soit, mais ce sont de bien minces avancées, et pour la plupart déjà acquises !
Pour les deux catégories de l’AOP, des règles générales vont également s’appliquer comme la suppression des OGM dans l’alimentation pour l’ensemble des producteurs. La zone pourrait intégrer les actuels producteurs hors zone dans l’Eure, la Seine-Maritime, la Manche, l’Orne et le Calvados, peut-être plus largement..
Les Normands exhument donc Le « Véritable camembert de Normandie », dénomination qui avait disparue en 1983 lors de la naissance de l’AOP. Elle est censée porter le « très haut de gamme » sauf qu’en autorisant la pasteurisation, c‘est la mort de l’AOP en tant que telle, dès lors qu’on introduit des niveaux de qualité si différents dans le label. On crée une concurrence au sein même d’une AOP.
La cohabitation lait cru-lait pasteurisé, pratiquée dans plus de 50 % des AOP nationales, pont-l’évêque, neufchâtel, livarot, ossau-iraty, saint-nectaire, cantal, fourmes d’Ambert et de Montbrison, bleu d’Auvergne, époisses, maroilles, munster… n’ont entraîné que médiocrité et tensions dans la filière laitière, accélérant la disparition des fermiers. Beaucoup d’entre elles ont en réalité perdu des parts de marché.
D’autres AOP admettent différentes déclinaisons : le beaufort (versions « été » et « chalet d’alpage »), le laguiole (« Grand Aubrac »), le salers (« Tradition ») … mais il y a une grande différence, elles sont toutes au lait cru, ce qui maintient une qualité optimale et une reconnaissance unique.
La nouvelle règle ne devrait pas être effective avant 2021. Une commission d’enquête nommée par l’Inao aura pour mission de lancer les travaux sur la définition de la nouvelle zone et les conditions de production.
Faits et chiffres :
Le camembert de Normandie AOP au lait cru a obtenu l’AOC en 1983 et l’AOP en 2007. L’AOP actuelle produit 5 400 tonnes en 2017 soit 6 % de la fabrication totale du camembert. Les 94% restant sont industriels : Lactalis représente hors AOP et en AOP, 95% de la production.
Liste des opérateurs et des marques dans l’AOP Camembert de Normandie au lait cru
Les fermiers 
-   Ferme du Champ Secret, dirigée par Patrick Mercier, à la Novère dans l’Orne. Marque : Champ Secret. 
-   Ferme de la Héronnière, à Camembert dans l’Orne, récemment reprise par Nicolas Durand. Marque : François Durand.
Les laiteries 
-   Laiterie de Saint-Hilaire-de-Briouze – Fromagerie Gillot détenue par la famille Fléchard. Marques : Gillot, Marie Harel et Saint-Hilaire. 45 % des parts de marché de l’AOP. 
-   Domaine de Saint-Loup – Ex-Graindorge, détenue par Lactalis. Marques : Domaine du Plessis, Fleuron du Plessis, Domaine de Saint-Loup, La Petite Normande et E.Graindorge. 
-   Fromagerie de Jort, détenue par Lactalis. Marque : Jort. 
-   Fromagerie du Moulin de Carel, détenue par Lactalis. Marque : Moulin de Carel. 
-   Fromagerie d’Orbec, à Orbec-en-Auge, détenue par Lactalis. Marque : Bourdon. Lactalis détient 50% des parts de marché de l’AOP.
-   Fromagerie du Val-de-Sienne, détenue par Pascal Beillevaire et Pierre Marty. Marques : Pré Saint-Jean, Le Bon Choix et Beillevaire. 
-   Coopérative Isigny-Sainte-Mère. Marque : Isigny-Sainte-Mère. 
-   Fromagerie Réaux, détenue par Maîtres Laitiers du Cotentin-Groupe Disfrais. Marques : Réo et Le Gaslonde. 
-   Fromages de Stéphanie, à Saint-Léger-sur-Sarthe dans l’Orne, détenue par Stéphanie Conrad. Marque : Les Fromages de Stéphanie.

https://www.courrierinternational.com/article/vu-des-etats-unis-alerte-camembert-en-danger

Vu des États-Unis.Alerte, camembert en danger  !

Un camembert normand – au lait cru.  Photo12 / Gilles Targat

Le site d’information américain Bloomberg tire la sonnette d’alarme : “L’un des meilleurs fromages au monde pourrait être en voie de disparition.”

Bloomberg rappelle que, pour qu’un camembert reçoive cette appellation, il doit être fabriqué avec du lait cru non filtré possédant une teneur en matière grasse d’au moins 38 % et venant de vaches normandes qui bénéficient de conditions d’élevage précises. “Si c’est ce fromage que vous cherchez, en particulier en dehors de France, alors bonne chance”, assène le site d’information américain, avant de préciser que seuls 1 % des camemberts français sont produits de cette façon. “Et avec les grands propriétaires qui s’emparent des petites fermes, ce nombre est en train de s’effondrer rapidement”, s’alarme Bloomberg.

Une conséquence de la “guerre des fromages”

La publication attribue ce net recul des petites exploitations à la “guerre des fromages” de 2007, lors de laquelle les grands producteurs ont vu leur demande d’utiliser du lait pasteurisé pour fabriquer le camembert de Normandie rejetée par l’État français. Les grandes industries ont alors “quitté la course au vrai camembert” et étiquettent à présent leurs produits“fabriqués en Normandie”. “Ce qui n’est pas la même chose”,précise Bloomberg.

Le site d’information américain donne les clés pour distinguer le “vrai” camembert :

Quand vous l’apercevrez sur le plateau à fromages, vous reconnaîtrez son cœur crémeux épais. Si vos hôtes l’ont laissé dehors suffisamment longtemps, il sera possible de le presser. (Le Brie, à l’inverse, sera coulant.) La croûte, que vous devez manger, devrait avoir une fine marbrure marron. S’il est trop blanc et brillant, cela signifie que vous êtes en train de consommer une version industrielle. (Évidemment, s’il y a trop de marron, c’est qu’il a dépassé sa date.)”

Un test auquel les lecteurs de Bloomberg ne pourront procéder que s’ils voyagent en dehors des États-Unis, le camembert y étant interdit, comme tous les fromages à base de lait cru, depuis 1949. La publication les encourage donc à “prendre la direction de la France et [à] y trouver un authentique camembert à dévorer”.

 

Humour. Les adieux de la vieille sociétaire. Robert Hirsh, 1974

Robert HIRSCH La cigale et la fourmi 1974 – version montée mais complète!!!

La vieille sociétaire donne sont chant du cygne en interprétant à sa manière la fable « la cigale et la fourmi » de Jean de la Fontaine. A la fin elle chasse la jeune Isabelle Adjani venue l’honorer d’une gerbe de plantes sortie de son rôle d’Agnès et répondant « le petit chat est mort ». (« l’école des femmes « de Molière)

Liberté, égalité, fraternité. Chanson d’enfants pour les Gilets jaunes

 

Chanson de M. Nô : Liberté, égalité, fraternité avec sous-titres pour un apprentissage facilité…

Auteur : Les enfantastiques
Compositeurs : Les enfantastiques et Monsieur No
Refrain X2
Liberté, égalité, fraternité
En guise de devise
Pour que rien ne nous divise
Liberté, égalité, fraternité
3 mots qui donnent du bon sens à la France
Pour tous la liberté
De vivre comme on a envie
Aussi l’égalité
Non ce n’est pas une utopie
De la fraternité
Belle idée qui nous réunit
Suffit de se parler de s’écouter
Refrain
Toujours la liberté
A protéger comme un trésor
Encore l’égalité
Il reste à faire quelques efforts
C’est la fraternité
Qui nous rassemble et rend plus fort
Pour inventer l’avenir et chanter
Refrain
Pour en savoir plus, sur cette chanson et son auteur
Les enfantastiques, ce sont des enfants, qui écrivent et chantent des chansons, pour d’autres
enfants. Monsieur Nô vient dans les classes d’école et aide les enfants à composer ces chansons.
Plusieurs albums ont ainsi été réalisés. La chanson « Liberté, égalité, fraternité » fait partie de
l’album « Elle me plait bien comme ça la France ». Dans cette chanson, les enfants ont choisi
d’expliquer ce que signifie la devise de la France (liberté, égalité, fraternité) pour eux.

 

Mounir Mouhjabi 1er maire musulman de Paris en 2020 ?

Publié le

Nouveau au 16/09/2018

Mounir Mahjoubi confirme son désir « d’incarnation » https://www.20minutes.fr/politique/2337535-20180916-mairie-paris-faudra-bientot-poser-question-incarnation-present-confirme-mahjoubi

Publié le 15 août 2018 – par  – 137 commentaires – 5 084 vues sur Riposte laïque

 

Exclusif - Rendez-vous avec Mounir Mahjoubi (secrétaire d'Etat chargé du Numérique) et son mari Mickaël Jozefowicz dans leur appartement à Paris le 30 juin 2018. © Dominique Jacovides/Bestimage

Photo parue dans Paris-Match

Il est mignon, décontracté et souriant, Mounir. Et puis lauréat du concours d’éloquence de Sciences Po il a une tchatche du feu de Dieu ou une logorrhée verbale, c’est selon. Il a tout pour plaire. Jeune, marocain, musulman et berbère, pacsé à un homme, parisien, souriant, hâbleur, enfant du PS ayant rallié Macron après avoir fait ses classes avec Royal puis Hollande, ami des chiens, défenseur des LGBT, entrepreneur et geek reconnu. Nanti d’un CAP de cuisine il est fin connaisseur en tambouille électorale ce qui l’a porté au secrétariat à l’industrie numérique et à la députation du XIXème arrondissement. En outre il est soutenu par le Maroc qui avait envoyé sa télévision pour filmer son élection à la députation. Opportuniste, il avait rallié à sa cause les propriétaires de chiens de sa circonscription en leur faisant des promesses (parcs canins) qui après un an n’ont pas vu l’ombre d’une réalisation. Un candidat à la mairie de Paris qui a tout pour plaire à l’électorat parisien parce qu’il ressemble à ses forces vives.

Sur la photo de Paris-Match ci-dessus, on observe qu’il s’est dégoté un de ces petits logements bobos (preuve qu’il est comme eux) particulièrement apprécié dans les arrondissements dits « populaires ». Une cour pavée, le rez de chaussée d’un immeuble ancien joliment rénové avec une grande baie vitrée ouvrant sur le jardinet. Dommage, on ne voit pas le toutou de Mounir sur la photo mais dans la vidéo ci-dessous il dit qu’il apprécie que minous et toutous se promènent librement dans sa cour. Il aurait mis en avant son amour des chiens pour faire des promesses aux détenteurs de ces animaux qui revendiquent des espaces canins depuis des décades. Sur la vidéo ci-dessous on le voit flatter des chiens comme Diana prenait des bébés noirs sur ses genoux. On note également que la suppléante de Mahjoubi, Delphine O ne dit pas un mot ce qui ne dérange pas le bavard. C’est pourtant elle qui a pris le relais puisque Mahjoubi cumule les fonctions de chef d’entreprise, ministre et député. Ah, les femmes de paille ! Qui ose encore dire que les homosexuels sont les amis des femmes ? Regardez Hidalgo cornaquée par Delanoë et surveillée de près par ses mignons qui décident. Un contre exemple pour mes amies féministes, ne croyez pas que parce que Mounir est gay il défendra les droits des femmes.

Dans le cadre de la stratégie de LREM de s’attaquer à toutes les niches électorales, en juillet dernier, le candidat malheureux (mais pas rancunier) LREM pour la députation, Frédéric Nahon, organisait une réunion avec les propriétaires de chiens sur le thème du » chien citoyen » très ouvertement destinée à les engager en vue des élections municipales de 2020. Cette initiative prolonge celle de Mahjoubi pendant sa campagne pour la députation et maintenant pour  la conquête de la mairie de Paris, explicitement contre Hidalgo qui n’a jamais répondu aux constantes revendications pour la réalisation de parcs canins à Paris à l’image de toutes les grandes capitales européennes.

On remarquera que, sur ces affiches, rien n’indique qu’il s’agit d’une initiative LREM, ce qui m’avait choquée. Une quarantaine de personnes avaient répondu à l’appel de Frédéric Nahon et de l’association OKA-Mon chien ma ville, en faveur du « chien citoyen » .

Mounir est  passé par ici, il repassera par là

Mounir fait parler de lui autant qu’il le peut : avec les propriétaires de chiens contre la politique canine d’Hidalgo en prévision des prochaines municipales ; contre l’homophobie en déclarant publiquement son homosexualité posant avec son mari dans Paris-Match ; en déclarant fermer son twitter à la veille de partir en vacances ; en donnant son avis sur Aïcha, sa soeur aînée annonçant que de chef de projet du numérique elle se professionnalisait dans la voyance sous le nom de Madame Aessa ;  co-fondateur de « la ruche qui dit oui » organe de distribution de produits bio de proximité ; longue interview sur Thinkerview un média contestataire ; nombreuses présences dans les médias ( Paris-Match, Gala, Voici, Huffington post…) sur des sujets qui ont peu à voir avec le numérique, sa mission ministérielle ; toujours présent pour lier social et numérique comme dans sa visite du 11 août à Anduze (Gard) « proposer des lieux physiques avec des êtres humains qui accueillent la population. On va continuer à numériser mais aussi à réhumaniser. ; prises de position sur tout ne craignant pas d’empiéter sur les missions de ses collègues et de celles de la CNIL ; etc. Maintenant, on attend les déclaration de Mounir Mahjoubi sur le véganisme et le végétarisme, sur le spécisme (discrimination des espèces animales), sur la PMA et la GPA , sur la démission en nombre des maires de France, sur les radars et les limitations de vitesse, sur les pollutions, sur l’immigration, le pouvoir d’achat, le chômage et tout ce qui fait les titres des médias. Sur son compte twitter, contrairement à son rival Benjamin Griveaux qui se contente,avec une stricte langue de bois, de relayer les actions du gouvernement  dont il est le porte parole, Mounir a un mot pour tout et sait artistiquement orner la langue de bois en y glissant quelques ingrédient humanistes.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais

Le 9 août, Moujahbi recommandait de se déconnecter de twitter Mon conseil bonheur pour l’été : supprimer l’appli et sortir la tête de l’écran. Conséquence immédiate : les haters et autres nuisibles grincheux vous semblent très lointains. Je viendrai consulter et poster à des moment choisis, surprenant tout le monde et faisant parler de lui. Pourtant, depuis le 9 août, il a envoyé dix twitts : contre @desinfoUE, sur son voyage dans le Gard à Anduze et Alès : Vie et œuvre d’un génie des sciences, héros de guerre, abandonné par la Nation,  retweet du message de solidarité de Macron au peuple italien après la catastrophe de Gênes,Le code pour tous. Tous pour le code. « On va coder » c’est parti ! Tout le mois d’Août des activités numériques pour les enfants du qui ne partent en vacances. Rdv avec

On n’en voudra pas à Mounir Mahjoubi d’être addict à l’écran comme une grande majorité de jeunes et de moins jeunes et puis on peut comprendre qu’un politique, de surcroît ministre, n’aie pas envie de passer à côté d’informations importantes à ses yeux et encore moins de se faire oublier. Le problème est qu’il est un mauvais exemple pour ces jeunes auxquels il a recommandé de lâcher l’écran puisqu’il prouve qu’il est le premier à ne pas pouvoir suivre son « conseil bonheur ». L’exemplarité fait cruellement défaut dans ce gouvernement, la cohérence aussi.

Candidat à la mairie de Paris en 2020

En juin 2018, le journal 20 minutes faisait le point sur les candidats et non candidats au siège d’Anne Hidalgo. La liste comprenait deux femmes, Rachida Dati et Ségolène Royal et six hommes dont Benjamin Griveaux, Marcel Campion, Xavier Niel (qui nie et ironise : pour devenir millionnaire, il suffit qu’un milliardaire se lance en politique), Gaspard Gantzer, Pierre-Yves Bournazel et la candidature de Serge Federbush déclarée officiellement en juin 2018. Le candidat est fondateur de Aimer Paris, animateur de Delanopolis. Haut fonctionnaire, il dénonce les dérives des maires depuis des années et pourrait barrer la voie à Mahjoubi. A suivre
https://www.aimerparis.fr/ https://www.delanopolis.fr/. Mounir était à cette date suspecté d’être candidat mais ne s’était pas encore officiellement déclaré. Il s’est décidé très rapidement et maintenant c’est fait.

Le politique de 34 ans partage la vie de Mickaël Jozefowicz, 31 ans, expert en financement des projets liés aux énergies renouvelables. Pacsés il y a trois ans, les deux hommes se sont rencontrés il y a treize ans, à Paris, alors qu’ils étaient étudiants, indique encore Paris-Match.Le nom Jozefowitz se retrouve dans la population juive de Pologne ; si Mickaël est effectivement juif, l’union de Mounir le musulman (berbère donc « light ») avec un juif est un atout supplémentaire pour élargir son électorat auprès du lobby gay que l’homme soutient ouvertement notamment en prenant position contre l’homophobie. La situation de l’Hôtel de Ville de Paris au coeur du Gay Paris serait-il un atout pour le conquérir ? Rien n’est moins sûr car l’élection du maire de Paris se fait au suffrage indirect, les maires d’arrondissement votant pour lui. Il faudrait donc que l’électorat parisien élise des maires gay friendly. Actuellement, la majorité des maires de Paris est socialiste , combien d’entre eux se rallieront à LREM ? Si les maires socialistes étaient réélus et votaient pour Ségolène Royal toujours socialiste, la situation serait assez cocasse, Mounir ayant été l’une des chevilles ouvrières de la campagne électorale de Ségolène pour la présidence de la République (« Ségosphère », c’est lui). Heureusement ou malheureusement, étant donnée la déconfiture courante d’Anne Hidalgo et de celle du PS, Ségolène  a peu de chance de remplacer Hidalgo.

Mounir Mahjoubi est particulièrement bien placé et parti pour remporter l’Hotel de ville de Paris. Son sourire permanent découvrant des dents blanches bien tranchantes est un signal incontournable de sa détermination à devenir le premier maire musulman de Paris à l’image du travailliste Sadiq Khahn premier maire musulman de Londres depuis 2016. Qui serait susceptible d’offrir une alternative sérieuse aux parisiens ?

Alice Braitberg

Pour en savoir plus

  • Compte twitter Mahjoubi

Fan des réseaux sociaux, Mahjoubi est abonné à tweeter depuis 2009 où il compte 145 000 abonnés. Moins que son rival LREM pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux avec 202 000 abonnés, ce dernier étant officiellement encouragé par LREM…pour l’instant.

Mounir MahjoubiCompte certifié

@mounir Secrétaire d’État au Numérique. Élu député La République En Marche dans le 19ème à Paris. Technologie + Humanité. Paris, France Inscrit en octobre 2009

Mon conseil bonheur pour l’été : supprimer l’appli et sortir la tête de l’écran. Conséquence immédiate : les haters et autres nuisibles grincheux vous semblent très lointains. Je viendrai consulter et poster à des moment choisis.

  • Mounir Mahjoubi avait annoncé son homosexualité au mois de mai : « Si, ce jour-là, je pouvais passer le message en le renforçant par mon expérience personnelle, je pense qu’il fallait le faire », disait-il dans un Tweet, lors de la journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. »

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Mounir-Mahjoubi-sur-une-candidature-a-la-mairie-de-Paris-pourquoi-pas-1566244

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Mounir-Mahjoubi-le-ministre-sans-complexe-1564091

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Mounir-Mahjoubi-J-ai-commence-a-travailler-a-16-ans-1327967  J ’ai commencé à travailler à 16 ans. J’ai été technicien réseau et en centre d’appels avant de devenir délégué syndical CFDT puis chef d’entreprise à plusieurs reprises. J’ai même failli être cuisinier : j’ai obtenu un CAP de cuisine il y a deux ans! 

  • Mounir en scène, une tchatche de dingue : Le jeune homme avait gagné plusieurs prix d’éloquence dont Sciences Po et la Sorbonne. Sa logorrhée est à la politique ce que Proust est à la littérature.

Mounir Mahjoubi a remporté le concours de plaidoirie de la Sorbonne en 2004 et le concours d’éloquence de Sciences-Po en 2007.

Jugez plutôt :

Lysias 2006 : Battle d’éloquence par Anatole_K

Battle d’éloquence entre d’anciens candidat lors de la finale du concours de plaidoirie Lysias Sorbonne, mars 2006 https://www.nouvelobs.com/rue89/sur-le-radar/20160202.RUE2090/qui-est-mounir-mahjoubi-le-nouveau-secretaire-d-etat-au-numerique.html
  • Sur la 5, à l’occasion du projet de moralisation de la vie politique

 

  • sur Thinkerview, longue interview. Bonne chance si vous allez jusqu’au bout, je n’ai pas pu et, d’après les commentaires, je ne suis pas la seule à me lasser de la langue de bois.

Faut-il abolir la fête des Rosières ?

Publié le

Une polémique fait actuellement rage chez les zidioridiculi  au sujet de la fête des Rosières, une tradition qui remonte au Vème siècle faisant l’orgueil de nombreuses communes françaises pour les réjouissances et l’affluence dont elle est l’occasion. Une pétition circule pour demander son abrogation.

Le couronnement de la rosière d’Enghien le 25 juin18761.

Une rosière est une jeune fille qu’on récompense pour sa réputation vertueuse.

Instituée, selon la légende, par saint Médard à la fin du ve siècle, la fête de la Rosière est née à Salency (Oise).

Elle consiste, à l’origine, en la remise d’une couronne de roses (d’où le nom) à la jeune fille dont la conduite irréprochable, la vertu, la piété et la modestie ont marqué le village.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosi%C3%A8re

La jeune fille sacrée Rosière devrait être la plus recommandable du village, c’est à dire chaste, pure et vierge. La plupart des opposants n’étant pas sur place, tout comme moi, ils ont élaboré leur indignation sur des principes et des théories que seuls les participants et participantes locaux peuvent infirmer ou confirmer.

Je ne m’étendrai donc pas sur les motivations  de cette célébration et ce qui est retenue d’une tradition aussi ancienne. On remarque toutefois que la pétition en cours ne s’adresse qu’au maire de Salency alors que la fête de la Rosière est célébrée dans des dizaines de communes françaises, ce qui en fait un cas national digne d’une intervention de l’Etat, si on est logique.

Mon opinion porte sur le contenu des traditions en général. En effet, les traditions anciennes reposent pour la plupart sur des convictions et des croyances qui ne sont plus d’actualité ou qui ont été détournées de leur signification originelle. Croyant ou athée nous sommes heureux de célébrer la Saint-Jean et ses feux, Noël ou la Saint-Nicolas, Pâques et la Chandeleur. Les mariées portent des robes blanches symbole de la virginité et de la monarchie, ce n’est pas pour autant qu’elles sont vierges ou princesses. Pour le 14 juillet les pétards et les feux d’artifice sont un simulacre de guerre et une marque d’appétit pour l’odeur de poudre.

Je suis féministe et je ne censure pas tout ce que notre culture peut avoir de misogyne et gynéphobe car il n’en resterait pas grand chose. Les traditions et les légendes ne nécessitent pas d’être prises à la lettre lorsqu’on comprend le contexte de leur naissance et de leur raison d’être. Elles appartiennent à l’Histoire de France.

Alors en CP j’ai effectué l’année scolaire à Pessac près de Bordeaux. La maîtresse nous apprenait de jolies chansons dont « le petit chemin de fer » qui m’avait marqué avec la Rosière et les vaches mélancoliques …

LC

 

Le petit chemin de fer

– 1 –
Au beau pays de Cocagne
On vient d’construire un ch’min d’fer
Qui traverse la campagne
Entre deux rangs d’arbres verts
Sur les fils télégraphiques
Se sont perchés les oiseaux
Et les vaches mélancoliques
Bouchent les passages à niveau
Pour guetter dans le lointain
Le panache du premier train.
Refrain 1
Tchou tchou tchou…
Voilà qu’il arrive
Avec sa locomotive
Tchou tchou tchou…
On l’entend fort bien
Le voilà qui vient.
– Non! c’est pas lui!– 2 –
La gare est toute flambante
De drapeaux et de lampions
Une foule impatiente
Attend l’inauguration
C’est pourquoi monsieur le Maire
La fanfare et les pompiers
Accompagnés d’la Rosière
Depuis c’matin sont sur pied
Comme il est midi moins l’quart
Ça n’fait jamais qu’trois heures de r’tard.Refrain 2
Tchou tchou tchou…
Voilà qu’il arrive
Avec sa locomotive
Tchou tchou tchou…
On l’entend fort bien
Le voilà qui vient.
– Mais Non! c’est une mouche !
– 3 –
Le chef de gare comme soeur Anne
En ne voyant rien venir
Dans le téléphone en panne
Appelle à n’en plus finir
Tandis qu’un bel homme d’équipe
En uniforme coquet
Murmure en fumant la pipe
Tranquillement au bout du quai:
Si le train n’est pas ici
C’est peut-être ben qu’il n’est pas parti.
Refrain 3
Tchou tchou tchou…
Voilà qu’il arrive
Avec sa locomotive
Tchou tchou tchou…
On l’entend fort bien
Le voilà qui vient.
– Mais Non! c’est pas l’train, c’est l’café qui bout!– 4 –
Les jours et les nuits passèrent
Mais c’qui n’passa pas, c’est l’train
Car on n’a, chose singulière,
Pas trouvé d’mécanicien
Les gens du pays d’Cocagne
Sont tellement bien chez eux
Qu’ils se font une montagne
D’un voyage aventureux
Pourquoi donc prendre le train
Quand on a l’bonheur sous la main!Refrain 4
Tchou tchou tchou…
Tant pis s’il arrive
Avec sa locomotive
Tchou tchou tchou…
Nous prendrons plaisir
À le voir partir.
– Salut!

Paroles et musique: P-R Groffe et Zimmermannhttp://gauterdo.com/ref/pp/petit.chemin.de.fer.html

La pétition des zidioridiculi

 

En France, en 2019, certains prétendent encore évaluer la pureté et la virginité des filles – avec l’argent public !

Le 02 juin 2019 devrait se tenir à Salency une « Fête de la Rosière », à l’initiative de Bertrand Tribout, fervent catholique, président de la Confrérie de Saint-Médard. Cette initiative doit recevoir le soutien logistique et financier du maire, Hervé Deplanque (SE).
Qu’est-ce donc qu’une fête de la Rosière ? Une fête, instituée selon la légende, par Saint Médard au Ve siècle, qui consiste à la remise d’une couronne de roses (et souvent d’une dot, pour les jeunes filles pauvres) à une jeune fille vertueuse. Mais, et c’est là que cette fête doit nous indigner, comment ces gens prétendent-ils défendre la vertu ? Un des critères retenus est la virginité.Comment compte-t-on évaluer la virginité d’une fille, en France, en 2019, alors qu’on sait bien que les pseudo-examens scientifiques n’ont aucune valeur ? Bertrand Tribout répond simplement qu’il faut s’en remettre, comme à l’époque « à la rumeur publique » (http://www.leparisien.fr/salency-60400/a-salency-la-purete-des-filles-sera-bien-celebree-en-2019-08-08-2018-7847031.php L’organisateur de cette « fête » sous prétexte de célébrer des jeunes filles, entend donc mener une enquête et interroger habitants et habitantes sur les pratiques sexuelles des jeunes filles, et se permettre de les juger.

Cette « fête » est révoltante. La virginité peut être un choix, qui relève du domaine intime et privé, et ne doit en aucun cas être ni évaluée ni jugée par une institution qu’elle soit politique ou religieuse. Sous prétexte de célébrer la virginité, l’organisateur de cette fête et le maire qui la soutient livrent le corps, les actions, la réputation des jeunes filles à la rumeur publique. Cette définition de la « vertu » est rétrograde et insultante. Les organisateurs ont-ils pensé, par exemple, aux victimes de violences sexuelles ? Doivent-elles conclure, si elles ont été violentées, qu’elles ne sont plus « vertueuses » ? On remarquera l’aspect sexiste de cette démarche : il s’agit toujours d’évaluer la virginité des filles, pas celles des garçons.
Ce critère de la virginité a fait scandale : nombreuses sont les personnes qui ont réagi, notamment sur twitter (https://twitter.com/Laelia_Ve/status/1027856581944336384 et ont envoyé des mails au maire pour témoigner de leur désaccord. Bertrand Tribout semble faire machine arrière et dévoile ses autres critères : « Le dévouement à sa famille, la disposition à faire le bien et à éviter le mal, être toujours de bonne humeur et souriante… être quelqu’un de sympathique au final ! Et ces choses-là se savent, on est un petit village. » (https://www.nouvelobs.com/societe/20180813.OBS0819/fete-de-la-vertu-a-salency-on-me-taxe-de-sexiste-alors-que-je-mets-en-valeur-la-jeunesse.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1534223798 Encore un portrait de la « femme idéale » parfaitement sexiste : les femmes n’ont pas conquis leurs droits en étant « toujours de bonne humeur et souriante[s] » et nous avons vocation à être autre chose que les potiches de Bertrand Tribout.

Nous conseillons à Bertrand Tribout de s’occuper d’autre chose que d’évaluer la pureté et la virginité des jeunes filles.
Nous faisons remarquer au maire Hervé Deplanque que l’engagement d’une institution publique dans une telle fête contrevient à la fois au principe de laïcité et aux valeurs d’égalité entre femmes et hommes rappelées dans notre Constitution.
Nous déplorons l’absence totale de réactions des politiques. Aurions-nous eu le droit à un telle silence s’il s’agissait d’une association musulmane en banlieue qui prétendait évaluer la pureté et la virginité des jeunes filles ?

Nous encourageons la célébration de la jeunesse. Pourquoi ne pas célébrer les jeunes filles, mais aussi les jeunes garçons, en mettant en valeur par exemple leurs projets, leurs actions de solidarités, par exemple ?

Nous pouvons proposer à M. Deplanque des idées alternatives de fête (et encourageons les personnes qui signeraient cette pétition à indiquer, en commentaire, des idées alternatives!) Par exemple la lecture publique du « Rosier de Mme Husson » de Maupassant (qui se moquait déjà de cette fête au XIXe siècle!) ou encore de « Madame Baptiste » du même auteur (qui dénonçait déjà l’évaluation publique de la sexualité des femmes). Puisque certains sont restés au XIXe (ou au Ve?) siècle…

https://www.change.org/p/f%C3%AAte-de-la-rosi%C3%A8re-laissez-les-filles-tranquilles-f%C3%AAtedelarosi%C3%A8re

 

Quand Mennel joue un tour de cochon à ses amis islamistes

Le voile ne représente pas la liberté de s’habiller comme on le souhaite

Le voile est discriminant car il ne coiffe que les femmes

Le voile est une incitation au viol des femmes qui ne le portent pas

Le voile rappelle que la femme musulmane est un sous-homme selon la charia, la loi islamique

Le voile signifie que les hommes sont des êtres faibles incapables de maîtriser leur pulsion sexuelle

Le voile est une insulte pour les femmes françaises qui se sont battues pour obtenir les mêmes droits que les hommes, entre autres le droits de s’habiller selon leurs besoins et leur goût

Le voile et les vêtements enveloppants sont un produit de grande consommation  qui grèvent le budget des femmes au profit des marchands capitalistes

Le voile est l’étendard de l’islam, une théocratie qui dans le monde entier impose sa dictature et son impérialisme

Ce n’est pas un accessoire comme un autre, ni une coiffe comme une autre

Mennel Ibtissen nous démontre que le port du voile est associé à l’insurrection musulmane en nous livrant le fond de sa pensée

 

Résultat de recherche d'images pour "voile islamique humour"

Mennel, c’est Mennel Ibtissen, cette jeune femme qui participait avec succés au concours de l’émission de téléréalité (lire fiction) The Voice. La jolie donzelle aux grands yeux bleus comme les mers du nord, porte un hijab assorti à son regard. Le jury de l’émission a trouvé qu’elle chantait bien en arabe Halleluyah une composition de Leonard Cohen (!) et l’a notée favorablement. Or des fouineurs bien inspirés qui voulaient en savoir plus sur cette future star ont découvert qu’elle avait envoyé des tweets islamistes à propos des attentats de Nice, de Saint-Etienne-du-Rouvray et de Tarik Ramadan qu’elle semblerait admirer.

Europe 1 rappelle les tweets que Mennel avait écrits après l’attentat de Nice, qui avait fait 86 morts et 458 blessés le 14 juillet 2016. Dans un d’entre eux, elle écrit : « c’est devenu une routine, un attentat par semaine. Et toujours pour rester fidèle, le ‘terroriste’ prend avec lui ses papiers d’identité. C’est vrai que quand on prépare un sale coup, on oublie surtout pas de prendre ses papiers », le tout accompagné du hashtag #PrenezNousPourDesCons. Quelques jours après, Mennel Ibtissem en avait remis une couche en publiant le message suivant, après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : « les vrais terroristes, c’est notre gouvernement »

Mennel, petite cervelle ingrate, tu aurais quitté ta Syrie natale pour vivre sous un gouvernement terroriste ?

Soutien à Dieudonné. Les internautes sont allés ensuite plus loin en exhumant ses soutiens à Dieudonné, à l’islamologue Tariq Ramadan et à l’ONG Barakacity, soupçonnée de soutenir les djihadistes de l’organisation Etat islamique mais jamais condamnée jusqu’à aujourd’hui.

Des personnages publics plaignent la pauvre petite fille, 20 ans en 2016 , qui aurait commis des erreurs en s’exprimant dans l’espace public et plaident pour la liberté d’opinion. C’est oublier que nous sommes toujours en état d’urgence, que la France est menacée nommément par l’Etat islamique qui recrute sur notre territoire et y a tué, que nous déplorons des morts et des blessés suite à de graves attentats commis aux cris d’Allah Akhbar et qu’une partie de nos territoires sont en état d’insurrection agressant quotidiennement tout représentant des forces de l’ordre, du service public comme les pompiers, les secouristes, les médecins et toute représentation de notre civilisation comme les bibliothèques, les maisons de jeunes, les maisons de la culture, les écoles , etc.

Si, comme certains le disent, nous sommes en guerre avec les islamistes, alors Mennel Ibtissen est une traîtresse à la Nation. Ses beaux yeux et sa voix suave ne devraient pas laisser ignorer une telle indignité.

La Connectrice

Pour en savoir plus

Ce que Mennel aurait réellement chanté dans la version arabe de Hallelujah http://www.tribunejuive.info/medias/the-voice-ce-que-mennel-a-reellement-chante-en-arabe

 

Comme Jésus le pain, Macron multiplie le Bien commun

Dans son dernier discours « inhabituellement long » selon Christophe Aguitton d’Attac, Macron a invité les citoyens à cultiver les bien communs, suivant en cela une nouvelle terminologie développée par certains économistes et autres spécialistes altermondialistes et assimilés.

Cette multiplication/division du Bien commun en biens communs est grave car elle réconforte et encourage tous les communautarisme. Prenons l’exemple de la finance islamique, cette mode qui a envahi toutes les banques en introduisant des conseils de sages musulmans dans toutes les banques, le charia board. L’islam prohibant l’usure, la FA a inventé toutes sortes de combines pour faire croire que l’ emprunt repose sur des biens tangibles donc certifié halal, conforme à la charia. Il s’agit là du bien commun de la communauté musulmane, l’oumma islamiya, l’isolant encore davantage du Bien commun France.

Evidemment, Macron, Attac et leurs semblables n’évoqueront pas la FA mais les biens communs des paysans parce qu’au vu de la situation critique des agriculteurs, de leur misère et de leurs suicides, ça parle aux Français.

Les biens communs sont la destruction du Bien commun France, un objectif que tous les Français et les résidents en France devraient partager et protéger comme la prunelle de leurs yeux. Nous en sommes loin et l’avenir devient de plus en plus sombre.

La Connectrice

Pour en savoir plus

  •  Le mot martelé, c’est un mot très juste et parlant qui plaît à gauche, celui des «biens communs» (la planète, la santé, l’éducation). Son utilisation par Macron, c’est nouveau. 

https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-eco/l-edito-eco-25-janvier-2018

  • Le détournement, la réappropriation, voire le dévoiement des concepts – plastiques par nature – me pose beaucoup de question. On ne cesse de voir fleurir des faux-monnayeurs de concepts qui les emploient dans d’autres sens que ceux dans lesquels ils ont été forgés. C’est à la fois normal : les concepts évoluent. Mais également toujours inquiétant, car ils sont aussi toujours récupérés pour leur faire dire autre chose que ce qu’ils disent. Plateformes, multitude, biens communs, collaboratif… sont de bons exemples de concepts qui peuvent être facilement glissants. Récemment, le premier ministre aux Assises de la mobilité utilisait le mot soutenable pour signifier « équilibrée en recettes et en dépenses », ce qui est une drôle acceptation de ce terme. On trouve ces glissements sémantiques ou des récupérations un peu partout. Ca rend effectivement les choses compliquées et cela montre bien qu’il faut être attentif comme tu le fais.

https://scinfolex.com/2017/10/02/les-biens-communs-demmanuel-macron-ne-sont-pas-les-notres/

  • Le bien commun est une notion (théologique, philosophique, juridique et socio-politique) qui désigne l’idée d’un bien patrimonial partagé par les membres d’une communauté, au sens spirituel et moral du mot « bien » aussi bien qu’au sens matériel et pratique (les biens).

En Occident, la philosophie s’interroge au moins depuis Platon sur ce qui nous constitue en tant que communauté.
Le concept de bien commun figure dans la théologie chrétienne à partir de Thomas d’Aquin, au xiiie siècle, où il désigne l’inclination naturelle de la Création dans son ensemble (dont la communauté humaine) vers le Bien qui est Dieu1. Dans une perspective chrétienne, la recherche du bien commun est alors le fondement de toute organisation sociale et politique2. Cette notion est souvent utilisée pour les questions relatives à la propriété de certaines ressources et désigne la relation entre l’accès à des ressources équitablement partagées et des intérêts qui soudent les membres d’une communauté et contribuent à son existence.

Pour le politologue et économiste italien Riccardo Petrella, le bien commun est ce qui fait vivre les sociétés 3. Selon l’économiste français Jean-Marie Harribey (2011)4, cette notion (qui met aussi en jeu celle de propriété) serait notamment liée à la prise de conscience progressive de l’existence d’un patrimoine commun de l’humanité.

Dans le langage courant, le bien commun a souvent un sens moins spirituel, mais correspond toujours à l’idée d’un patrimoine matériel ou immatériel de la communauté humaine (parfois élargi aux autres espèces vivantes) nécessaire à la vie, au bonheur ou à un perfectionnement collectif.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bien_commun

  • « Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielle – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. Il s’agit aussi des formes de gouvernanceassociées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un imaginaire politique renouvelé. »

http://www.lelabo-ess.org/+-biens-communs-164-+.html

  • Lorsqu’un bien est partagé entre plusieurs exploitants, plus les exploitant augmentent leurs propres exploitations, plus la capacité de production du bien de base diminue. Par exemple, des pêcheurs utilisent un étang pour pêcher. Au fur et à mesure, ils décident tous de mettre plus de lignes. Chacun va alors plus pêcher de poissons, ce qui semble normal. Mais la pêche étant trop intensive, les poissons n’auront pas le temps de se reproduire et il n’y aura bientôt plus de poissons.

    On en arrive à la conclusion qu’une action qui semble rationnelle pour un individu peuvent devenir irrationnelle pour un groupe d’individu. C’est Garrett Hardin qui a démontré en 1968 ce phénomène avec un exemple d’exploitants agricoles. Il l’a nommé « tragédie des biens communs ». On peut calquer cette théorie à tous les autres scénarios où le partage d’un bien commun est possible (par exemple pour expliquer le problème de pollution). L’épuisement des ressources communes est un effet pervers de l’exploitation commune, qui est parfois irrationnelle pour le groupe mais rationnelle du point de vue unipersonnel.

https://www.andlil.com/la-tragedie-des-biens-communs-155602.html

  • L’entrée d’un nouveau mot dans le langage courant ou sa substitution par un autre révèle parfois de grandes évolutions de société. Ainsi, que conclure du glissement sémantique de « général » vers « commun », notamment dans « intérêt général » versus « bien commun » ? Et par ricochet, ce changement de vocabulaire attesterait-il d’une nouvelle conception de la solidarité impliquant plus fortement les citoyens ?

    « L’intérêt général serait le bien du princedans le sens où il est de sa responsabilité, et vise les biens publics et les règles générales de la cité. C’est l’exemple classique du service public à la française dont la mission d’intérêt général est définie par la loi. Le bien commun, lui, implique plus que le respect de la loi, comme exprimant l’intérêt général. Il nécessite un engagement de chacun comme condition de fonctionnement de la règle. Le bien commun n’est pas une norme ; il n’est pas défini par convention ; mais il existe cependant comme objet d’une discussion entre personnes responsables », explique Alain Giffard, directeur du Groupement d’intérêt scientifique culture-médias et numérique.

https://usbeketrica.com/article/de-l-interet-general-au-bien-commun

%d blogueurs aiment cette page :