Flux RSS

Pas un seul grand projet enthousiasmant pour la France

Publié le

source image

Pas un des onze candidats au poste de président de la République ne propose un grand projet fédérateur et exaltant qui donnerait aux Françaises et aux Français l’envie d’œuvrer ensemble pour le Bien commun.

Les sondages nous disent qu’environ un français sur trois n’a pas encore fait son choix pour les prochaines élections présidentielles. Je confirme qu’à mon échelle, aucune de mes connaissances n’a pris de décision. Ce constat n’est guère étonnant devant onze candidatures de personnalités qui cherchent plus à vendre leur image qu’un grand projet fédérateur.

Ces onze candidats me font penser à ces films qui sont plébiscités pour la grandeur de leurs effets spéciaux et non pas pour leur contenu. Les prétendants à la magistrature suprême sont jugés sur leur prestation médiatique par les observateurs professionnels mais aussi par les électeurs qui n’ont ni le temps ni l’envie de lire méticuleusement onze programmes modifiés par les candidats eux-mêmes en fonction des sondages, auxquels ils ne croient pas au regard du sort des précédents. Promesses, promesses, promesses. Paroles, paroles, paroles.

Ces candidats ne sont pas systématiquement de mauvaise foi; ils sont tributaires d’une réalité difficile et fluctuante nationalement ,internationalement ,mondialement et temporellement. Ils seraient honnêtes de l’admettre et de proposer un grand projet fédérateur, une tendance forte au lieu de rentrer dans les détails de modifications législatives, budgétaires et économiques qui ne feront jamais le consensus dans notre société, la preuve étant ce nombre de candidats dont les propositions se chevauchent, comme ceux de Le Pen et Mélanchon. Ah, si tous les politiques de France voulaient additionner leurs connaissances, leurs expériences et leurs compétences ! C’est précisément l’intérêt d’une diversité positive par opposition à ce multiculturalisme qu’on nous vend depuis des années pour justifier le communautarisme, fabrique d’exclusion et de violence.

Malheureusement, les Français de 2017 sont tellement égocentrés, idéologisés, communautarisés, conditionnés par le consumérisme et les miroirs aux alouettes qu’ils n’ont pas le moindre souci du Bien Commun. Je me trompe peut-être mais je n’ai pas entendu prononcer cette locution depuis le début de la campagne électorale. Chacune et chacun veut avoir la vedette, faire le buzz, imposer ses volontés personnelles à autrui et tirer gloriole de son habileté à éliminer à différents niveaux celles et ceux qui ne partagent pas ses désirs. On n’a jamais autant parlé de liberté, de respect, de tolérance, de démocratie, de justice, de laïcité, de Droits de l’Homme et de dialogue social depuis que ces valeurs sont bafouées et que leur concept est vidé de sens.

 Photo L'Alsace/Dominique Gutekunst

Source photo http://www.lalsace.fr/actualite/2015/10/03/l-industrie-textile-en-force-au-hohneck  Le samedi 3 octobre 2015 environ un millier de salariés du textile du Nord et de l’Est ont marché sur les cîmes des Vosges pour démontrer la vitalité de cette industrie traditionnelle dans la région.

Alors, quel projet fédérateur pour les Françaises et les Français ? Pourquoi ne pas reconstruire ce que la France avait de meilleur et qu’elle a perdu, comme après la guerre de 39-45 ? Un seul candidat évoque cette perspective pour le monde rural, le truculent Jean Lassalle qui  ferait peut-être un charismatique ministre de l’agriculture.

Nous pourrions ouvrir des chantiers sur le modèle de ces grands projets locaux d’initiative privée ou publique qui ont rassemblé toutes sortes de compétences et ont été couronnés de succès. Les exemples ne manquent pas du Puy du Fou aux SEL en passant par le château de Guédelon, les AMAP, France Terre Textile, ou les écoles différentes. Mais ces projets ne fédèrent pas tous les Français même s’ils rassemblent localement des gens motivés et passionnés dont nombre de bénévoles. Ils sont toutefois une indication de ce que des français sont capables de faire par amour de leur terroir, de leur culture et de ceux qu’ils rencontrent à leur porte.

Qu’est-ce qui pourrait donner à tout le monde l’envie de « faire tourner les rouets » à l’image du projet de Gandhi pour libérer l’Inde ?

Il y a tout de même matière à s’inquiéter de ce qu’aucun candidat ne propose un grand projet concret dans l’intérêt du Bien commun aux Français. Il reste une solution, ouvrir un grand orage de cerveaux -brain storming-public pour définir toutes et tous ensemble et en dehors des politiques, un grand projet qui donnerait  au plus grand nombre l’envie de se retrousser les manches pour œuvrer dans un but commun. Puisque les candidats ne nous font pas rêver, créons nous-mêmes les conditions de nos rêves, quel que soit l’élu(e).

 

Vel d’hiv. Comment Mazerolles a piégé Marine le Pen

Publié le

Certains journalistes sont tellement prétentieux et sans scrupules qu’ils sont prêts à tout pour faire passer leurs convictions pour des réalités. Ce fut le cas le 9 avril de Mazerolles désireux de donner des preuves de l’antisémitisme de Marine le Pen.

MLP a été piégée par Mazerolles, réécoutez son intervention http://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-est-l-invitee-du-grand-jury-dimanche-9-avril-7788033905 Vers la fin, à 42.30 min.

« –Mazerolle:  On va parler un peu de la société, proposition 97: « Renforcer l’unité de la nation par la promotion du roman national et le refus des repentances d’État qui divisent. » Est-ce que Jacques Chirac a eu tort de prononcer son discours sur le Vel d’hiv ?
-MLP: Je pense que la France n’est pas responsable du Vel d’hiv, voilà…s’il y a des responsables c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, c’est pas la France.
-Mazerolle: C’est pas l’État français donc.
-MLP: La France a été malmenée dans les esprits. Depuis des années en réalité, on a appris à nos enfants qu’ils avaient toutes les raisons de la critiquer de n’en voir peut-être que les aspects historiques les plus sombres. Je veux qu’ils soient à nouveau fiers d’être français parce que je pense que ce lien d’amour qui existe entre les Français et la France c’est un lien fondamental, un lien de confiance aussi entre les français et la France. 

Encore faut-il aussi que la France leur rende et ne donne pas non plus le sentiment, comme l’ont fait nos dirigeants politiques pendant des années, de toujours mettre en place une politique qui vise à avantager les autres plutôt que les nôtres. »

Le Veld’hiv de Mazerolle fait encore le buzz dans la presse nationale et internationale,  le journaliste doit se frotter les mains. Il fait parler de lui, certes, sabre le champagne avec ses copains, heureux d’avoir fait remonter l’audience de RTL, actuellement sacrément menacée (avec RMC) par Sud Radio, l’ancienne petite radio de Toulouse qui est montée à la capitale avec un ton (un accent, même !) et une ouverture rafraîchissants dans le monde des médias. Quelle aubaine pour les ennemis du FN qui n’ont pas lu son programme mais son gavés de préjugés haineux jusqu’au trognon! Avec Marine Le Pen, le débat est interdit, vade retro satanas.

En introduisant le Vel d’Hiv dans l’interview de MLP du dimanche 9 avril, Mazerolle savait qu’il piégeait la candidate, qu’il justifiait sa réputation sulfureuse et qu’il ramenait le FN à ses vieux démons, tout en surfant allègrement sur la diabolisation de ce parti, alimentée par absolument toutes les personnes qui sont invitées à prendre un micro. Le buzz tombait rudement bien au moment où les sondages indiquaient une avance pour la candidate, et ça a tellement bien marché que son score estimé a baissé depuis.

Marine Le Pen et les militants sont-ils vraiment antisémites ? Ne les fréquentant pas, je n’en sais rien et je ne me fie pas aux témoignages partisans des reportages de médias politiquement corrects. Par contre, il est clair pour moi que le bon français chrétien est culturellement antisémite, passif, certes, mais antisémite tout de même parce que j’entends chaque jour et n’importe où, n’importe quand des réflexions « innocentes » du genre: « Tu as vu ce nez juif ? »; « Les juifs sont derrière » ; « Les juifs aiment l’argent » ; « Voleur comme un juif » ; « Riche comme un juif » ; « Les juifs complotent » ; « Ils prennent toute la place » ; « Ils contrôlent les médias », etc. Le FN ne serait donc pas plus antisémite que le bon français moyen.

Avec l’islamisation de la société, le français chrétien se sent soutenu et encouragé dans sa haine honteuse du juif et sa joie secrète (Schadenfreude) de le voir ostracisé. Si un réel danger menace aujourd’hui les Israélites, c’est l’islamisme avec ses prières qui incitent à la haine du juif (et du chrétien aussi), une hostilité tellement ancrée dans la culture musulmane que le terme « juif » est une insulte, y compris au sein des familles.

Quoi que l’on pense de Marine Le Pen, elle a été l’une des première à dénoncer les « invasions barbares » et n’a jamais fléchi sur ses positions depuis. Et pourtant, nombre de français dont des juifs, sont prêts à voter pour des candidats amis et soutiens des musulmans comme Mélanchon, Macron, Poutou. Macron est apprécié par Al-Qaïda  https://ripostelaique.com/officiel-al-qaida-soutient-macron-video.html pour ses propos tenus en Algérie, accusant la France de « crime contre l’humanité ». A l’opposé, MLP s’indigne contre la mode de la repentance tous azimuts et elle a bien raison. Mais qui se soucie des paroles d’une présumée sorcière ?

Dommage que la campagne présidentielle n’ait pas été l’occasion de véritables débats sur la société que désirent les Français et les meilleurs moyens pour réaliser cet objectif. Il faut admettre que se bouffer le nez, provoquer et faire des manières, c’est bien plus rigolo qu’échanger sérieusement et mettre de l’intelligence au service du Bien commun.

Alice Braitberg

François Fillon n’a rien fait d’illégal, c’est tout le scandale

Publié le

Si l’affaire Fillon révèle un scandale, c’est celui de l’ utilisation de l’argent du contribuable à des fins injustifiables qui privilégient les parlementaires aux dépens du Bien commun. Tout le reste est un écran de fumée pour dissimuler l’ abus de l’argent public par les parlementaires de tous bords.

Au total et en dehors de son indemnité/ rémunération personnelle, un  député brasse mensuellement 25 458  euros bruts au minimum (3), sachant que lecrédit collaborateurs peut tomber dans sa poche et s’ajouter à sa  rétribution personnelle  de 7 185.60 € bruts 

Source :       http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/le-depute/la-situation-materielle-du-depute

François Fillon n’a rien fait d’illégal, il a blanchi l’argent public en argent privé comme l’y autorise la disposition d’ Edgar Faure de 1975 et dont profitent TOUS les parlementaires, députés et sénateurs. C’est le député Julien Aubert qui l’explique https://www.valeursactuelles.com/politique/affaire-fillon-la-contre-offensive-juridique-de-julien-aubert-64470  François Fillon n’est pas plus escroc que l’ ensemble des parlementaires qui se sont voté des dotations et des avantages pléthoriques et excessifs pour des résultats très insatisfaisants au regard de la situation critique de la France .

Curieusement, dans sa dénonciation, le Canard n’a pas tout dit, son schéma est incomplet en ce qui concerne les sommes qui tombent dans le giron des parlementaires, notamment la réserve parlementaire qui sert théoriquement àfinancer des associations. Fillon en a fait légalement bon usage en distribuant des sommes allant de 5 000 à 1000 euros à des associations parisiennes de son choix : associations catholiques dont l’ Ordre de Malte , boulistes, comité des fêtes de lamairie du Vème, etc.(2)

Combien  touche un député ?

Les montants donnés dans le schéma ci-dessus publié dans le Canard sont incomplets. Ils omettent la réserve parlementaire, les indemnités spéciales non fiscalisées selon la fonction qu’occupe le député à l’Assemblée, les frais detransport (RATP, SCNF 1ere classe , Avion classe affaires, voitures de fonction, taxis, etc.), les investissements en informatique et communication , les servicescommuns de l’Assemblée, un bureau ainsi que la restauration et l’hébergement . Pour avoir une idée plus précise de ce que touchent les députés, je me suis rapportée à la source, le  site de l’Assemblée nationale . Et encore, je n’ai analysé que la fiche de synthèse…Mon estimation de 25 000 euros mensuels ne représente donc pas la totalité de ce que reçoit un député et de ce qu’il coûte à la collectivité . Pour avoir une idée plus précise, il faudrait y ajouter les avantages en nature dont les services de l’Assemblée et la gratuité des transports et des frais de communication. Le détail de ces avantages en nature est donné sur le  site de l’Assemblée nationale.

L’omission du Canard révèle que son but n’était pas d’ informer les citoyens mais d’accabler François Fillon sur ordre pour changer le cours des élections présidentielles. Dans quel but ? Favoriser Emmanuel Macron ? Favoriser Marine Le Pen selon le souhait de l’Etat islamique qui veut mettre la France à feu et à sang pour en ramasser les morceaux ? Donner toutes les chances à Benoit Hamon ?Permettre à un candidat providentiel de sortir de l’ombre ? Empêcher le lauréat de présider avec sa majorité pour favoriser son opposition ???

1 – Indemnité, salaire ou traitement

Depuis le 1 er  février 2017, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :

– indemnité de base : 5 581,05 € ;

– indemnité de résidence (3 %) : 167,43 € ;

– indemnité de fonction (25 % du total) : 1 437,12 €.

Soit  brut mensuel , 7 185,60 €.

2 – Indemnité spéciale non imposable (1)

Elle varie selon la position et l’occupation du parlementaire (1) De la plus haute duPrésident  : 7 243,08 €, à la plus basse des   Secrétaires du Bureau : 689,82 €

3 – Frais de mandat et de  secrétariat

Les députés disposent en outre d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs. Calculé en principe pour trois collaborateurs, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant de un à cinq. Le député a la qualité d’ employeur  : il recrute , licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel.

Le crédit ouvert pour chaque député est revalorisé comme les traitements de lafonction publique. Au 1 er février 2017,  le montant mensuel du crédit est de 9 618 €.

En cas de non- emploi de la totalité du crédit, la part disponible demeure acquise au budget de l’ Assemblée nationale ou peut être cédée par le député à son groupepolitique pour la rémunération d’employés de ce groupe.

4 – Indemnité représentative de frais de mandat

Au 1er février 2017, le montant mensuel de cette indemnité est de 5 840 € brut et n’est pas assujettie à des justificatifs.

5 – Réserve parlementaire (2)  

Réserve parlementaire : +ou- 10 000

Ce que révèle en outre l’affaire Fillon

Domicilié dans la Sarthe, François Fillon est député de Paris depuis 2012 ce qui explique l’attribution exclusive de sa réserve parlementaire à des associations parisiennes. Cet exemple de parachutage injustifiable au regard de l’ intérêt public lui a valu la vindicte de Rachida Dati qui, à ce titre est soupçonnée d’avoir vendu lamèche.

Les journalistes ne font pas leur travail d’investigation et d’information , ils rongent l’os qu’on leur tend au lieu d’enquêter  sur le fond de l’affaire. Craignent-ils de perdre leur  déduction fiscale forfaitaire de 7650 euros ? A cela s’ajoutent les millions de  subventions allouées à la Presse . Politiques et journalistes se tiennent par la barbichette afin de ne pas perdre leurs avantages pécuniaires

Les abus révélés par l’affaire Fillon-bouc-émissaire profitent aux politiques qui s’engraissent avec l’argent public pour se faire élire, réélire en finançant leur parti, leur clientélisme et finançant illégalement leurs campagnes électorales tout en ménageant les exploiteurs et fossoyeurs de la France. Les citoyens ont désormais une bonne raison d’ examiner ce que font les parlementaires de leur argent.

Les députés et sénateurs coûtent beaucoup trop cher aux contribuables au regard des services qu’ils leur rendent  en particulier santé, économie , sécurité , préservation du bien commun. S’ils étaient efficaces, la France ne serait pas dans un tel état de déréliction.

Pourquoi deux chambres (Assemblée nationale et Sénat) qui font sensiblement le même travail mais qui engendrent des dépenses faramineuses et inutiles ?

Eut-il été humble, Fillon aurait pu se dédouaner en dénonçant ce système. Non seulement il aurait épargné des humiliations et souffrances à sa famille mais il aurait  gagné des voix. Trahir sa caste pour la cause du Bien commun semble plus coûteux que défendre ce dernier. Muet comme une carpe, il conserve le soutien de ses amis politiques et l’espoir d’accéder à la mandature suprême , ce à quoi il rêve depuis qu’il a une barbe à raser tous les matins en se regardant dans son miroir.

Alice Braitberg

(1) Les indemnités spéciales,  destinées à compenser des sujétions attachées à l’exercice de certaines fonctions, sont attribuées aux titulaires de différents postes. Elles sont plafonnées à 1,5 fois le montant cumulé de l’indemnité parlementaire et de l’indemnité de fonction.

Leur montant brut mensuel est le suivant :

– Président : 7 243,08 €

– Questeurs : 4 986,81 €

– Vice-présidents : 1 034,73 €

– Président de commission et rapporteur général de la commission des finances : 876,64 €

– Président de la commission spéciale chargée d’apurer les comptes : 876,64 €

– Président de l’Office d’ évaluation des choix scientifiques et technologiques : 876,64 €

– Secrétaires du Bureau : 689,82 €

Sur le plan fiscal , l’indemnité parlementaire de base majorée de l’indemnité de résidence et de l’indemnité de fonction, à l’exclusion des indemnités spéciales, est imposée suivant les règles applicables aux traitements et salaires.

(2) La réserve parlementaire est de 90 M€ pour les députés et de 55 M€ pour les sénateurs.  Depuis 2013 et la nouvelle majorité à l’Assemblée nationale, la répartition de la réserve parlementaire entre les députés est faite de manière beaucoup plus équitable :  chaque député se voit allouer 130 000 €, via son groupe politique . Il n’y a plus autant de différences qu’auparavant entre députés de la majorité ou de l’opposition, ou entre députés « influents » ou députés « de la base ».

Toutefois, les parlementaires de l’Assemblée nationale ayant des fonctions particulières, telles que président d’une commission ou d’une délégation, peuvent avoir une enveloppe complémentaire . Il faut noter que, l’attribution se faisant par l’intermédiaire des groupes politiques, certains peuvent décider de mutualiser une partie de la réserve parlementaire de leurs membres, soit pour financer des projetscommuns, soit pour attribuer une somme plus importante à quelques députés. https://www.barbararomagnan.eu/reserve/

(3)  Calcul de la somme d’espèces brassée par un député  sous réserve d’omission

Rémunération des collaborateurs : 9 618

Frais de mandat : 5 840

Réserve parlementaire : +ou- 10 000

Indemnité spéciale non imposable : + ou – 1 000 euros

(2) Répartition de l’ensemble de la réserve parlementaire selon l’Assemblée Nationale

On trouvera sur le site de l’Assemblée Nationale le détail de la répartition de la réserve parlementaire http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2015?idDemandeur=&typeTri=mont  Le classement est donné dans l’ordre décroissant du montant des attributions.

(2) Répartition de la réserve parlementaire de François Fillon en 2015 source

FILLON François Les Républicains A chacun ses vacances 66, avenue de Breteuil 75007 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Amicale bouliste des arènes de Lutèce 98, rue Mouffetard 75005 PARIS Fonctionnement 5000.00
FILLON François Les Républicains ASSERAP Maison des associations 4, rue Amélie 75007 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Association Art Saint-Germain des Prés 27 rue Guénégaud 75006 PARIS Fonctionnement 3000.00
FILLON François Les Républicains Association CEP entraide étudiants 5, rue de l’Abbaye 75006 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Association des jeunes Bernardins 13 bis, rue des Bernardins 75005 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Association du patronage Sainte-Mélanie 19 ter, rue Tournefort 75005 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Association Vivre Lire 1, rue Frédéric Sauton 75005 PARIS Fonctionnement 20000.00
FILLON François Les Républicains Cœur du Cinq PARIS 24, rue Daubenton 75005 PARIS Fonctionnement 4000.00
FILLON François Les Républicains Comité d’action culturelle et sociale 78, rue Bonaparte 75006 PARIS Fonctionnement 5000.00
FILLON François Les Républicains Comité d’aménagement du 7e arrondissement 105, rue Saint-Dominique 75007 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Comité des fêtes et des œuvres de solidarité du Ve PARIS21, place du Panthéon 75005 PARIS Fonctionnement 32000.00
FILLON François Les Républicains Comité municipal d’animation et d’action sociale du 7e Maison des associations Boîte 30 4, rue Amélie 75007 PARIS Fonctionnement 3000.00
FILLON François Les Républicains Conférence Saint-Vincent de Paul de Saint-Etienne du Mont PARIS Paroisse Saint-Etienne du Mont 30, rue Descartes 75005 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Conservatoire de musique et d’expressions artistiques 80, boulevard Saint-Germain 75005 PARIS Fonctionnement 1500.00
FILLON François Les Républicains Croix Rouge délégation du 5e arrondissement PARIS 9, rue Laplace 75005 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Ecritures buissonnières 79, rue Claude Bernard 75005 PARIS Fonctionnement 1500.00
FILLON François Les Républicains Entraide amitié partage 39 boulevard Saint-Germain 75005 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Inter 7 105, rue Saint-Dominique 75007 PARIS Fonctionnement 5000.00
FILLON François Les Républicains Jazz’N’Klezmer/Centre d’art et de culture Centre d’art et de culture 39 Rue Broca 75005 PARIS Organisation d’un festival de musique 2000.00
FILLON François Les Républicains Le parloir du Colombier 9, rue du Vieux-Colombier 75006 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Les amis du Champ-de-Mars Maison des associations 4, rue Amélie 75007 PARIS Fonctionnement 3000.00
FILLON François Les Républicains Les bébés du Gros Caillou 92, rue Saint Dominique 75007 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Office municipal des sports (OMS) PARIS 21, place du Panthéon 75005 PARIS Fonctionnement 3000.00
FILLON François Les Républicains Old up Maison des Associations 4 rue Amélie 75007 PARIS Fonctionnement 2000.00
FILLON François Les Républicains Ordre de Malte, délégation du 5e arrondissement PARIS 42, rue des Volontaires 75015 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Partage 5/6/7 3 place Saint-Thomas d’Aquin 75006 PARIS Fonctionnement 3000.00
FILLON François Les Républicains Péniche du Cœur PARIS Quai Saint-Bernard Jardin Tino Rossi 75005 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Philomuses 55, quai des Grands Augustins 75006 PARIS Fonctionnement 1500.00
FILLON François Les Républicains Protection civile de Paris, antenne du 5e PARIS 6, rue Larrey 75005 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Société des poètes français 16, rue Monsieur le Prince 75006 PARIS Fonctionnement 1000.00
FILLON François Les Républicains Sports 7 17, rue Augereau 75007 PARIS Fonctionnement 2500.00
FILLON François Les Républicains Association des commerces et riverains de la rue Bertholet

 

17 avril fête de l’indépendance syrienne

Publié le

Le 17 avril 1946, le dernier soldat de la mandature française quittait la Syrie après 25 ans de présence depuis la chute de l’Empire ottoman en 1920, un mandat attribué par la Société des Nations qui venait de naître. C’est en 1941 que les Forces françaises libres avaient accordé son indépendance à la Syrie après de laborieuses négociations (1). La date du 17 avril a été retenue comme journée nationale de l’Indépendance de la Syrie.

Le mandat français dura un quart de siècle au cours duquel la France dû faire face en 1924 à la création de la Confrérie des Frères musulmans par Hassan-al-Banna grand père de Tarik Ramadan, à la fermentation du futur parti Bass avec grèves et émeutes et à la coalition de la Syrie avec le gouvernement de Vichy, les Allemands et les Turcs. On le comprend, le contentieux entre la Syrie et la France est de taille.

Que nous réserve cette année le 71ème anniversaire de la proclamation d’indépendance de la Syrie ? L’année dernière, le 17 avril  a été marqué par le bombardement d’Alep par Al Assad et la prise de nouvelles positions stratégiques par l’Etat islamique et Al Nosra.  L’Etat français va-t-il faire officiellement amende honorable et battre sa coulpe en notre nom ? Nos candidats à l’élection présidentielle vont-ils se fendre d’actes de repentance ? L’Etat Islamique va-t-il faire péter ses munitions de fabrication française, que mijote-t-il de concert avec  Al Nosra pour la Syrie mais aussi en France ? Assad nous réserve-t-il une éclatante surprise avec l’appui de Poutine , de la Chine (3), de l’Inde et/ou des Iraniens avec le Hezbollah chiite qui se partagent déjà le gâteau de la reconstruction de la Syrie et de sa position stratégique (6) ? La Turquie lancera-t-elle une grande offensive contre les Kurdes des deux côtés de sa frontière (2)? L’Etat français va-t-il faire une importante livraison d’armes aux rebelles et à Daech par l’intermédiaire du Qatar,de l’Arabie saoudite et de la Turquie ?  L’Union européenne lèvera-t-elle l’embargo sur la nourriture et l’aide médicale médicale malgré l’opposition de la France  (4) ? Nombreux sont les Syriens qui nourrissent une forte rancune contre la France en sus de l’Etat islamique et autres djihadistes, sans oublier non plus que le 17 avril tombe le lundi de Pâques, une journée de nombre d’opportunités pour les terroristes.

Mardi  dernier, un colloque (4) organisé par les députés qui suivent le drame syrien depuis 6 ans, s’est tenu au centre culturel russe , Jean-Marc Ayrault (5), ministre des Affaires étrangères, ayant banni l’accueil du ministre des affaires étrangères de Bachar Al Assad à l’Assemblé nationale. Il avait affirmé peu de temps auparavant qu’il fallait maintenir le dialogue avec la Syrie. Sans doute pensait-il plus aux insurgés et aux djihadistes qu’au gouvernement en place. Rappelons qu’Ayrault et ses comparses s’appuient sur le présumé usage par Assad d’armes chimiques (5) alors qu’aucune commission internationale ne l’a prouvé. Sur place les humanitaires attestent de morts et de blessés mais pas de l’identité des responsables. Etat islamique, Al Nosra, militaires dissidents, autres rebelles, Turquie ou autres puissances étrangères ?

Les députés organisateurs de ce colloque, des journalistes et les représentants d’associations caritatives présents  ne partagent pas du tout l’opinion de notre gouvernement, même quand, comme Gérard Pabst, ils sont dans le même parti. Ils compatissent avant tout au sort du peuple syrien et redoutent que la chute d’Assad ne conduise au même chaos que celui qui a muté en cloaque l’Irak et la Libye après la neutralisation de Saddam Hussein et Kadhafi.

Syria Cartoon

Le Chaos syrien, dec. 2015 : Coalition contre l’Etat islamique en Syrie. Tous le monde tire sur tout le monde à l’exception de l’armée syrienne qui se tire une balle dans la tête.

Le géopoliticologue Alexandre del Valle a dit, comme de nombreuses personnalités avant lui à travers les âges, que la crise syrienne était des plus complexes. On se rappellera ce vieux dicton syrien : Lors de la création du monde, l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ». L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ». et ce constat de Joseph Kessel  en 1927, après les soulèvements nationalistes de 1925-26  Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie.

Les relations franco-syriennes reposent sur un malentendu évoqué en 1939, par  Pierre Viénot, député, ancien ministre, L’origine du mandat français en Syrie a été la révolte des populations arabes contre la Turquie pendant la guerre. L’origine du mandat français au Liban remonte beaucoup plus loin. C’est la protection par la France des minorités chrétiennes du Levant, qui s’était exercée avec plus d’efficacité que partout ailleurs vis-à-vis des Maronites de la montagne libanaise. Au Liban, le mandat français était sollicité. Notre langue y est une langue populaire. De plus, en ce qui concerne notre action en Méditerranée, le Liban est pour nous une base importante et solide. Plus loin, Viénot explique que pour assurer la sécurité du Liban, il fallait contrôler la Syrie et que la France ne se souciait pas plus de cette dernière que d’une possession parmi d’autres.

Pourquoi la France soutient-elle et finance-t-elle les terroristes ?

Si la France a pu avoir de bonnes relations avec les communautés chrétiennes de Syrie, du fait de leur francophonie,  celles-ci l’ont complètement désavouée lorsqu’elle s’est engagée contre Bachar-Al-Assad alors que ce président alaouite les protégeait. Aujourd’hui, certains chrétiens demandent protection au Hezbollah chiite et surtout pas à la France. Les Syriens dans leur ensemble n’ont jamais pardonné à la France d’avoir bombardé Damas en 1925, 1926 et le 29 mai 1945 (ordre du général de Gaulle) pour mâter le parti Baas qui réclamait l’indépendance, les Frères musulmans et les représentants du régime de Vichy protégés par les Turcs et les Syriens alliés des nazis.

Le témoignage de cette religieuse francophone illustre la complexité de la société syrienne que le dictateur Al Assad parvenait à contenir. Le Hezbollah a réaffirmé son soutien à Bachar-al-Assad après les récentes frappes américaines.(8)

Il est dommageable pour tous que l’histoire de la Syrie depuis 527 et les relations compliquées que nous avons entretenues avec ce pays n’aient rien enseigné aux responsables occidentaux, ce qui fait le lit des pays asiatiques et de la Russie qui sont en train de tirer les marrons économiques du feu. Si nos dirigeants avaient compris que le plus grand danger qui guette notre civilisation est le djihad, ils auraient fait alliance avec Bachar-al-Assad contre l’Etat islamique et ses mercenaires mais, à en croire la plupart des candidats à l’élection présidentielle, nos meilleurs amis seraient les musulmans, ce qui vaut bien quelques accommodements raisonnables avec leurs menaces et leurs exigences exponentielles. Et tant pis pour le peuple syrien qui ne demande qu’à vivre tranquille.

La France de Hollande a prétexté le sauvetage des réfugiés syriens  chrétiens qui ont la sympathie du pays (7) pour ouvrir ses portes aux migrants musulmans d’Asie et d’Afrique qui constituent la majeure partie des arrivants. La plupart des Syriens sont restés pour défendre leur pays ou fuir pas trop loin, au Liban, en Turquie ou en Jordanie en espérant y revenir bientôt. Si l’Etat français avait réellement voulu aider le peuple syrien, il aurait soutenu Bachar-al-Assad et apporté une aide humanitaire aux réfugiés aux frontières de leur pays et ne serait pas allé sur place les encourager à émigrer au-delà de la Méditerranée.

Le 17 avril, nous verrons ce qui se passera en Syrie et en France sur le terrain de la guerre et si nos 11 candidats à l’élection présidentielle auront une pensée positive pour le peuple syrien malgré leur indigestion d’œufs de Pâques et de l’agneau de libération pour les juifs et de résurrection du Christ pour les chrétiens.

Alice Braitberg 

http://ripostelaique.com/17-avril-1946-le-dernier-soldat-francais-quittait-la-syrie.html

Pour en savoir plus 

(1) Histoire de la Syrie de 527 à 2013 https://laconnectrice.wordpress.com/2013/09/03/france-syrie-et-liban-chronologie-dun-desastre-527-3-septembre-2013/

(2) Erdogan qui a soutenu Daech s’est allié à la France, aux US  et à la Grande-Bretagne contre Bachar Al Assad avant de rejoindre l’Arabie saoudite et le Qatar

La Turquie a donc insisté pour qu’Assad fasse des réformes. Face au refus de Damas, Ankara a pris le parti des opposants, en accord à l’époque avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Quand le parlement britannique, puis les États-Unis ont refusé l’intervention en Syrie en 2013, la Turquie et la France se sont retrouvées seules sur la ligne dure anti-Assad. Puis la France a lâché aussi, et Erdogan s’est retrouvé dans l’axe sunnite, aux côtés de l’Arabie saoudite et du Qatar, enfermé dans un positionnement confessionnel. http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/29/01003-20150729ARTFIG00305-entre-assad-daech-et-les-kurdes-l-impossible-equation-d-erdogan.php

(3) L’armée chinoise en Syrie. 16 milliards d’investissement dans l’exploitation du pétrole et accords de reconstruction des infrastructures de communication.  http://www.strategic-culture.org/news/2016/09/22/china-joins-russia-in-syria-shaping-new-anti-terrorist-alliance.html

(4) Vidéo des intervenants au colloque Syrie du 11/04/2017. Précis et court.  http://www.bvoltaire.fr/colloque-syrie-rendre-a-conflit-terrible-toute-complexite/

(5) http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/un-vice-ministre-syrien-en-colloque-a-paris-et-thierry-mariani-repondent-a-l-indignation-de-jean-marc-ayrault_2142164.html

(6) Importance stratégique de la Syrie pour les oléoducs et gazoducs https://laconnectrice.wordpress.com/2016/03/12/syrie-nos-dirigeants-nont-rien-appris-de-son-histoire/

(7) Les Français favorables à l’accueil des chrétiens de Syrie en 2014

la vice- présidente de l’ Association d’aide aux minorités d’Orient ( AEMO ) préfère voir le problème d’un point de vue économique . « La France n’a accueilli que 1850 chrétiens d’Orient depuis le début des conflits. Rien à voir avec les dizaines de milliers de migrants qui transitent. La France n’a pas la possibilité de tous les intégrer », souligne Elisabeth Gobry. Selon la militante, les migrants « ne sont pas tous éduqués et viennent souvent pour des raisons économiques  » là où les chrétiens d’Orient « ont des diplômes et ont vu leurs biens spoliés par les terroristes ».  » Calais , c’est quand même autre chose que Notre-Dame de Chaldée », s’emporte-t-elle, évoquant ainsi les risques d’une montée de la délinquance. Les seuls chiffres sur ce sujet proviennent des syndicats de police et n’ont jamais été confirmés par les autorités.  http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-sort-des-migrants-emeut-il-moins-que-celui-des-chretiens-d-orient_1712284.html

(8) Les sacrifices auxquels se soumet le Hezbollah en Syrie pourraient finalement lui rapporter gros. L’espèce d’équilibre de la terreur en train de s’installer avec Israël est une assurance contre toute intervention militaire future de l’Etat hébreux et pérennise la présence du « parti de Dieu » au Liban. Il convient de mettre tout cela en relation avec la brusque décision de l’Arabie saoudite de couper son aide financière militaire à Beyrouth et des pétromonarchies fondamentalistes du Golfe d’appeler sans rire leurs ressortissants à quitter le pays, arguant de la « mainmise du Hezbollah sur l’Etat libanais ». http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/02/quand-le-hezbollah-profite-de-l-intervention-russe.html

 

Présidentielles. Qui a lu les programmes des candidats ?

Publié le



Je suis consternée de constater en discutant avec toutes sortes de Français qu’ils jugent les candidats sur leur bonne mine, leur réputation médiatique et leurs prestations publiques mais que pratiquement aucun d’entre eux n’a pris la peine de lire leurs programmes.

Préjugés, idées toutes faites, positions idéologiques, politiquement correct, position de classe, corporatisme, recherche du prêt-à-penser, suivisme et passion pour les effets spéciaux les privent de toute curiosité. Quel que soit leur choix, ils y tiennent mordicus et malheur à qui n’est pas d’accord.

Pourtant, certaines vérités éternelles sont rappelées http://www.huffingtonpost.fr/idriss-j-aberkane/economie-de-la-connaissance_b_5443212.html qui méritent qu’on s’y attache : Quand on partage un bien matériel il se divise… Quand on partage un bien immatériel, il se multiplie. Qu’y a-t-il de plus immatériel que notre intelligence et notre bienveillance ? Quelques années plus tôt on parlait beaucoup de « bonnes pratiques » qui incitaient à aller voir ailleurs comment certains problèmes avaient pu être résolus. Qu’en est-il aujourd’hui de l’identification et de l’application des « bonnes pratiques » chez nos candidats ? Chacun ne se prend-t-il pas pour un démiurge, un dieu créateur qui a tout inventé tout seul ?

Marine Le Pen est la chèvre émissaire des ignorants qui gobent toutes les salades en kit offertes par les médias et par les candidats de gauche et de droite. Ce jour, je discutais des candidatures avec un jeune couple charmant auquel je demandais s’il avait lu le programme du FN. « Ah non, il n’en est pas question, je ne lirai jamais cette saloperie ! -L’avez-vous écoutée ? -Non, ça me dégoûte. » Je me suis tue car il n’y avait aucune ouverture. Je ne suis pas une fan de MLP mais j’ai fait l’effort de lire son programme et de l’écouter pour me faire une opinion par moi-même et je trouverais juste que chaque électeur en fît autant pour tous les candidats.

Devant tant de paresse intellectuelle, il sera difficile de penser et dire que les Français ont choisi leur président en toute connaissance de cause, d’autant plus qu’il est probable que le taux d’abstention, les votes blancs ou nuls seront notables et encore plus pour les législatives qui suivront. Il sera ensuite dit qu’une minorité gouverne une majorité de citoyens et que les riches décident pour les pauvres ou que les dirigeants du pays n’agissent que dans leur propre intérêt.

Rendre le vote obligatoire contraindrait-il les citoyens à s’informer sur les programmes des candidats, qui seraient alors plus enclins à les mettre en œuvre ? Pourquoi, en effet, les élus s’efforceraient-ils de respecter leurs promesses si personne ne s’y intéresse réellement ?

Alice Braitberg

http://ripostelaique.com/combien-de-francais-ont-lu-les-programmes-des-candidats.html

PS la documentation électorale vient seulement d’arriver dans ma boïte aux lettres. Trois jours avant le vote, il était temps ? Pourquoi si tard ? Pour ne pas inciter les Français à se faire une opinion par eux-mêmes mais ne pas déranger leur « temps de cerveau disponible » saturé par la propagande médiatique ?

La France subventionne largement les ennemis d’Israël

Publié le

Depuis longtemps, la France a choisi les musulmans contre les juifs du fait d’une longue histoire d’antisémitisme fondé sur la propagande du Vatican qualifiant le peuple juif de « déicide », du refus de l’antériorité du judaïsme sur le christianisme et de son inscription dans les textes bibliques comme « peuple élu de Dieu ». Sur ces bases hostiles se sont greffées des pressions politiques et sociales qui ont conduit de nombreux dirigeants européens à confiner les israélites dans des rôles traditionnellement haïs par les peuples dominés : l’usure et l’administration des domaines fonciers en particulier.

Bien que le Vatican se soit amendé sur le terme de « déicide » en 1992, la haine du juif enseignée aux chrétiens depuis des siècles et véhiculée par des traditions, des préjugés et la sémantique, a perduré. Les Français sont culturellement antisémites, antisémites passifs, certes mais profondément antisémites quand même. Etant moi-même née d’un père juif et d’une mère chrétienne, ayant des oreilles dans les deux camps, je sais ce que j’entends.  Malheureusement la présence massive et croissante de musulmans antisémites actifs a libéré le tabou qui s’exprime désormais à travers les associations caritatives telles que celles listées dans l’article ci-dessous. L’émergence des mouvements et opinions « antisémitisionistes » (on est antisioniste pour justifier politiquement son antisémitisme), encouragés par la politique française, a stimulé l’antisémitisme avec des passages à l’acte terrifiants (Ilan Halimi, Sarah Attal-Halimi ), forçant à l’exil chaque année des milliers de juifs. La France ne compterait plus que quelques 800 000 juifs de nationalité française alors que la population musulmane française et étrangère, légale et illégale, se monterait à dix millions.

Bien que François Fillon se rende en Israël le 20 avril pour y rencontrer la communauté française, ses prises de position fluctuantes vis-à-vis de l’Etat hébreu laissent sceptique la population juive sur la confiance qu’elle peut lui accorder tant en France qu’en Israël. Une victoire de Marine Le Pen inquiète certains qui craignent que l’élection ne déclenche une guerre civile oubliant que la France est déjà le terrain d’une guerre civile du fait de l’insurrection musulmane avec pour preuve la prolongation de l’état d’urgence.

Le ver de l’antisémitisme a déjà rongé la pomme France et risque de n’en laisser que le trognon. Quel candidat à la présidence de la République aurait la volonté ferme de le détruire ? Je n’ai pas de réponse.

La Connectrice

 

 Source https://fr.gatestoneinstitute.org/10206/france-delegimation-israel
  • Outre l’étiquetage des produits alimentaires en provenance des implantations israéliennes, la France apporte un puissant soutien financier aux organisations qui prônent le boycott des produits israéliens.

Officiellement, la France interdit toute forme de boycott contre Israël. En 2015, la Cour de cassation a confirmé une décision de 2013 de la cour d’appel de Colmar qui avait condamné 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et à une amende de 1 000 euros avec sursis pour chacun d’entre eux. Il leur était reproché d’avoir, en 2009 et en 2010, appelé au boycott des produits israéliens au magasin Carrefour d’Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin).

Mais les apparences peuvent être trompeuses. Une étude minutieuse publiée en janvier 2017 par NGO Monitor, une association qui organise une veille sur le comportement des ONG, révèle que le gouvernement français a un double discours. D’un côté, la justice (certes indépendante) sanctionne les boycotteurs, mais de l’autre, l’Etat finance discrètement des ONG ouvertement hostiles à Israël et d’autres associations qui soutiennent et promeuvent des campagnes de boycott contre Israël.

Le soutien financier du gouvernement français concerne :

  • La campagne « Made in Illegality, » dont La Plateforme des ONG françaises pour Palestine, La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), et le syndicat CGT sont partenaires. Au-delà de la décision de novembre 2016 de promouvoir l’étiquetage stigmatisant des marchandises israéliennes produites dans les territoires disputés ‘les « colonies ») et commercialisées en France, le gouvernement finance les partisans du boycott pur et simple.Les objectifs de « Made in illegality » sont « d’interdire l’importation des produits des colonies, » « d’exclure les colonies des accords bilatéraux et de coopération avec Israël, » « d’exclure les entreprises actives ou installées dans les colonies des marchés publiques et des appels publiques d’offres… ». Ce qui revient à exclure bon nombre d’entreprises israéliennes dont le siège est en Israël mais qui ont des filiales ou des comptoirs dans les implantations.
  • A travers l’Agence Française de Développement (AFD) le gouvernement français a subventionné la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine à hauteur de €46,560 en 2009, €199,000 de 2011 à 2014, et €225,000 de 2014 à 2017. Le Conseil régional d’Ile de France a donné lui auss à cette même Plateforme, une subvention de €62,000 en 2013, €22,000 en 2014, et €20,000 en 2015. Claude Léostic, président de la Platrforme s’est vu refuser l’entrée en Israël, et a comparé Israël à l’Allemagne nazie «…Le peuple de France a résisté face aux barbares nazis…Mais vous avez souffert depuis plus de 40 ans, aussi incroyable que cela puisse être dans ce monde moderne, et cela après la Nakba …».Toujours selon NGO Monitor, l’Agence française pour le développement (AFD) a subventionné des alliés de BDS comme l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) à hauteur de €139,550 entre 2012 et 2014. De son côté, le ministère des affaires étrangères a donné €36,500 en 2013, €53,000 en 2014, et €25,500 en 2015. L’AFPS justifie son boycott en ayant recours à la rhétorique de l’Holocauste : elle parle de la bande de Gaza en utilisant des termes comme « solution finale » et « camp d’extermination » en raison de la politique « criminelle » du gouvernement israélien. L’AFPS est activement engagée dans les campagnes de boycott de BDS contre Israël et utilise un vocabulaire enflammé – « nettoyage ethnique », « apartheid », et « Stop à la chasse aux enfants Palestiniens ! »- pour évoquer les relations israélo-palestiniennes.Selon NGO Monitor, l’AFD finance également des actions d’influence qui visent à fournir aux élus, aux médias et au public une « information adaptée » sur le conflit israélo-palestinien. C’est-à-dire une information généralement partiale, alignée sur les positions palestiniennes les plus dures et donc hostile à Israël. « 40% (€225,000) du projet de la Plateforme « Mieux agir pour le respect du droit en Palestine » a été financé par le gouvernement français (AFD) » affirme NGO Monitor. Ces projets d’ « information » ont été menés en partenariat avec Ittijah, une ONG israélienne dont le leader, Amir Makhoul, a été condamné à 9 années de prisons pour espionnage au profit du Hezbollah durant la guerre du Liban de 2006. La Plateforme et Ittijah étaient déjà partenaires en 2009 sur un projet financé en partie par le gouvernement français (€43,560 au travers de l’AFD) alors que Makhoul était encore à la tête de l’organisation.
  • Nombre d’associations catholiques sont également très actives au sein de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et travaillent en étroite collaboration avec BDS (Boycott Désinvestissement, Sanction). Il s’agit de : Secours Catholique-Caritas France (SCCF); la Cimade; Pax Christi France; Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement–Terre Solidaire (CCFD).Ces organisations catholiques sont elles-mêmes subventionnées par le gouvernement en raison de leur vocation caritative et redistribuent elles-mêmes diverses aides à des ONG anti-israéliennes. La Cimade, une association catholique qui soutient ouvertement BDS et la campagne Made in Illegality a été dotée à hauteur de €4.3 millions en 2015.
  • L’ONG israélienne Alternative Information Center (AIC), a ainsi touché €14,950 en 2013 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme et €19,970 en 2013, €4,975 en 2015, €12,960 en 2016 via CCFD-Terre Solidaire.
  • La Fédération international des droits de l’homme (FIDH), financée à hauteur de €6.6 millions en 2015 par diverses dotations gouvernementales européennes – et donc aussi françaises – apporterait ainsi un soutien actif aux campagnes BDS et met tout son poids d’organisation humanitaire dans des actions de délégitimation de l’Etat d’Israël. La FIDH accuse Israël de « punitions collectives », de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité ». Son secrétaire général, Shawan Jabarin, élu en août 2016, est aussi le directeur général de Al Haq, une organisation palestinienne très active dans le jihad judiciaire contre Israël et le soutien à BDS.Shawan Jabarin, « a des liens présumés avec l’organisation terroriste FPLP et s’est vu refuser l’obtention de visa de sortie par Israël et la Jordanie » indique NGO Monitor. En 2007, la cour suprême israélienne a rejeté l’appel de Jabarin de se rendre à l’étranger déclarant que Jabarin est un « activiste du FPLP de haut rang…» « agissant apparemment à la manière du docteur Jekyll et de Mister Hyde …», « PDG d’une organisation humanitaire une partie du temps…» et « activiste dans une organisation terroriste n’ayant pas renoncé au meurtre…» le reste du temps.Le 20 Juillet, 2016, le Conseil international de la FIDH a publié un communiqué de presse de soutien à BDS. Quelques mois plus tôt, en novembre 2015, la FIDH a salué la décision de la Commission européenne d’étiqueter les produits de colonies israéliennes, mais a appelé l’UE à « mettre fin à tous les échanges économiques et commerciaux avec les colonies israéliennes et de dissuader les entreprises d’investir, de maintenir et de profiter des relations économiques existant avec les colonies d’Israël » .

Le gouvernement français soutient également les ONG (françaises et étrangères) engagées dans des campagnes pour que les banques françaises cessent toutes relations avec les banques israéliennes qui ont des succursales dans les colonies de peuplement. Ce qui dans la pratique reviendrait à un boycott de toutes les grandes banques israéliennes. Les principaux protagonistes de cette campagne sont Al-Haq , la FIDH , le CCFD-Terre Solidaire et Association France Palestine Solidarité (AFPS).

On pourrait multiplier les exemples. Mais ceux qui précèdent suffisent pour illustrer l’incroyable violence des mouvements ainsi financés par la France et le double discours de l’Etat en France. Officiellement, la France milite pour la paix et la nécessité pour Israël de vivre en sécurité à l’abri de frontières sures et reconnues au plan international, Mais en sous-main, le gouvernement de François Hollande exerce des pressions qui n’ont rien de diplomatiques à travers un réseau complexe d’ONG qui n’ont pas la paix et la sécurité d’Israël comme préoccupations premières.

Le gouvernement français supporterait-il que la Grande Bretagne finance des associations militant pour la libération de la Bretagne ou que le gouvernement espagnol contribue à l’action d’associations prônant l’indépendance du pays Basque français ? Non, il s’en inquièterait et le ferait savoir.

Ces financements français que la patiente enquête de NGO Monitor a permis de mettre au jour, ne sont rien d’autres que des actions de déstabilisation. Autant il est juste qu’un pays critique la politique d’un autre s’il estime que des principes du droit international sont violés, autant ces financements d’ONG qui militent ouvertement – pour certaines – pour l’isolement économique et souvent pour la destruction de l’Etat d’Israël relèvent d’une hostilité de fond. Pour ne pas dire d’actions de guerre. Il est vrai que le soutien apporté par la France aux résolutions hostiles à Israël à l’Unesco et à l’ONU avait déjà fait tomber les masques.

La France, par la voix du ministre des affaires étrangères, affirme officiellement qu’elle milite pour une paix juste et des frontières sures et reconnues au plan international pour Israël. Mais en sous-main, la France finance des ONG ouvertement hostiles à l’Etat hébreu. (Photo): Le président François Hollande (droite) accueille le Premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, à Paris le 11 janvier 2015. (Image source: Thierry Chesnot/Getty Images)

Yves Mamou journaliste et auteur est basé en France. Il a travaillé pendant deux décennies au journal Le Monde
.

Vendredi saint chez les chrétiens en Syrie

Publié le

 

Monastère de Deir Mar Moussa en 2004 et plus tard

Œcuménisme « Recevoir l’autre c’est recevoir Dieu »

La spiritualité rapproche les chrétiens et les musulmans qui sont acceuillis dans l’église

le vendredi saint, de nombreux musulmans montent au monastère fondé au 6ème siècle avec des fresques qui datent du 11ème. 

Les musulmans ont autant de désir que nous et même plus de montrer autre chose que le terrorisme

Dépasser les difficultés d’aujourd’hui par la rencontre

Le père jésuite Paolo dall Oglio s’était consacré à la restauration du monastère Deir mar moussa et lui avait redonné vie. Chrétiens et musulmans s’y rendaient en pèlerinage et s’y restaurer avec des produits confectionnés sur place, dont du fromage de chèvre, par la communauté monastique. Le père Paolo a été enlevé le 29 juillet 2013  par l’Etat islamique et trois ans après, on n’avait toujours pas de ses nouvelles. Aucune preuve de sa mort n’avait été reçue.

http://information.tv5monde.com/info/trois-ans-apres-la-disparition-du-pere-paolo-dall-oglio-en-syrie-reste-un-mystere-120816

 

%d blogueurs aiment cette page :