Flux RSS

Les animaux sont des êtres vivants sensibles. Vote ce soir à l’Assemblée nationale

Faut-il créer un statut particulier pour les animaux ? OUI 71.9 %  NON 28.1 %  3129 votants

 Publié le 29.10.2014, 20h09
Les associations de défense des animaux réclamaient depuis longtemps ce changement juridique et l'ont rappelé en manifestant comme ici à Paris en septembre dernier.

Les associations de défense des animaux réclamaient depuis longtemps ce changement juridique et l’ont rappelé en manifestant comme ici à Paris en septembre dernier. | LP/ Eric Le Mitouard.

6 réactionsRéagir

L’doit voter jeudi soirune disposition reconnaissant aux animaux la qualité symbolique d’êtres vivants «doués de sensibilité», alignant ainsi le code civil sur les codes pénal et rural qui «reconnaissent, explicitement ou implicitement, les animaux comme des «êtres vivants et sensibles»

Jusqu’ici, les animaux restaient dans le code civil considérés comme des biens meubles, c’est-à-dire comme des objets.

Il s’agit d’une mesure déjà votée dans le cadre d’un projet de loi de modernisation et de simplification du droit, mais recalée en commission mixte. Pour les députés qui ont défendus le changement, il s’agit de «concilier la qualification juridique et la valeur affective» de l’animal.

 Pour en savoir plus

 

La proposition de loi http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1903.asp

N° 1903

_____

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 29 avril 2014.

  • PROPOSITION DE LOI

visant à établir la cohérence des textes en accordant un
statut juridique particulier
à l’animal,

(Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale
de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale
dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par Mesdames et Messieurs

Geneviève GAILLARD, Laurence ABEILLE, Sylviane ALAUX, Patrick BALKANY, Gérard BAPT, Dino CINIERI, Gérald DARMANIN, Jean-Pierre DECOOL, Yves FOULON, Laurent GRANDGUILLAUME, Arlette GROSSKOST, Armand JUNG, Frédéric LEFEBVRE, Lionnel LUCA, Alain MARSAUD, Philippe NOGUÈS et François ROCHEBLOINE,

  • Campagne de 30 millions d’amis http://www.30millionsdamis.fr/jagis/signer-la-petition/je-signe/22-pour-un-nouveau-statut-juridique-de-lanimal/

Le Code civil, pilier du droit français, ne prévoit que 2 régimes juridiques : celui des « Personnes » et celui des « Biens » incluant les animaux. Au regard de ce texte, il n’y a donc aucune différence entre une table et un animal ! Comment, alors, protéger efficacement les animaux ?

À travers cette pétition, la Fondation 30 Millions d’Amis demande à la Garde des Sceaux de :

  • Modifier d’urgence le Code civil
  • En créant une 3ème catégorie pour les animaux, distincte des « Personnes » et des « Biens »
  • Reconnaissant les animaux comme des êtres vivants et sensibles

Aujourd’hui, avec vous, nous pouvons gagner ce combat. Le mouvement est en marche et prend de l’ampleur… Mais nous avons besoin d’1 million de signatures pour faire entendre la voix des animaux aux pouvoirs publics et au législateur !

Téléchargez (pdf), imprimez et diffusez la pétition autour de vous

  • Fondation Brigitte Bardot http://www.fondationbrigittebardot.fr/s-informer/statut-juridique-des-animaux

Le 15 avril 2014, les médias faisaient largement écho de l’amendement « Glavany », adopté en 1ère lecture par l’Assemblée Nationale lors du vote sur le Projet de loi relatif à la « modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures ».

Cet amendement modifie le code civil en sortant les animaux des biens meubles pour les soumettre au régime des biens corporels tout en les définissant comme « êtres vivants doués de sensibilité ».

Il n’en fallait pas plus pour que certaines organisations crient victoire !

De son côté, la Fondation Brigitte Bardot s’est montrée très critique quant à la portée réelle de cet amendement, visiblement téléguidé par le gouvernement, qui avait pour seul objectif d’établir une cohérence entre les différents codes.

Le statut d’Etre sensible est en effet déjà reconnu à l’animal (domestique ou apprivoisé, ou tenu en captivité) dans le code rural et pénal, ainsi que dans le droit européen.

Quel changement cet amendement « Glavany » apportera-t-il à la condition animale en France ? Pour la Fondation Brigitte Bardot la réponse est simple… Aucun !

Le groupe d’études sur la protection des animaux présente une Proposition de loi plus ambitieuse

Le 3 juin 2014, la députée Geneviève Gaillard (présidente du groupe d’études), Laurence Abeille (vice-présidente), Armand Jung et Alain Marsaud* présentent, à l’Assemblée Nationale, une Proposition de loi visant à établir la cohérence des textes en accordant un statut juridique particulier à l’animal.

Si l’intitulé de la Proposition semble peu innovant, à la lecture du texte on perçoit un objectif bien plus ambitieux, qui ne se limite pas à un dépoussiérage du code civil. Ainsi, il est rappelé que les animaux « sont des êtres vivants doués de sensibilité » et qu’ils doivent « bénéficier de conditions conformes aux impératifs biologiques de leur espèce et assurant leur bien-être/bien-traitance ». Là il s’agit de l’harmonisation des textes, la suite est plus novatrice.

Des peines plus lourdes

Lors de la présentation du texte à l’Assemblée Nationale, Geneviève Gaillard a déploré que les peines encourues pour le vol d’un animal étaient inférieures à celles prévues pour le vol d’un objet (véhicule…). La Proposition de loi prévoit donc de modifier le code pénal en conséquence en élargissant la compétence des articles 311-1 et 321-1 aux animaux et en ajoutant : « le fait pour ces délits de concerner un animal est constitutif d’une situation aggravante ».

Autre point très important, particulièrement pour les organisations de défense des animaux, l’article 521-1 du code pénal, qui punit les sévices graves et actes de cruauté sur animaux (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende), serait désormais applicable aux animaux sauvages… Un point très important, probablement le plus important de toute la Proposition de loi, car actuellement les animaux sauvages ne bénéficient d’aucun statut de protection (hormis les espèces menacées).

Un autre volet de la Proposition vise à faciliter le retrait, par les forces de l’ordre, d’animaux en souffrance afin de les confier à une Fondation ou association reconnue d’utilité publique.

  • SPA http://www.spa.asso.fr/actualites/statut-juridique-de-lanimal-maintenons-la-mobilisation

vant de devenir définitif, cet amendement doit encore passer en commission mixte paritaire (députés et sénateurs) afin d’être voté avec les modifications apportées par l’Assemblée Nationale. Autrement dit, avant d’entrer dans notre code napoléonien, la reconnaissance du statut d’êtres vivants et sensibles des animaux doit encore passer plusieurs obstacles parlementaires et juridiques. Et déjà, les opposants à ce statut s’expriment contre son vote définitif.

C’est pourquoi la Société Protectrice des Animaux en appelle aux parlementaires afin qu’ils confirment cette avancée capitale pour notre société. Il est en effet temps que nos institutions et notre droit reconnaissent ce qui est devenu une évidence pour une très large majorité de Français et donnent aux animaux le statut qu’ils méritent. Si cette modification n’emporte pas de conséquences juridiques considérables, elle constitue un tournant majeur pour notre société et les animaux.

« Cette évolution, soutenue depuis plusieurs années par la Société Protectrice des Animaux est une vraie avancée pour la cause animale. Elle souligne la prise de conscience et l’évolution de notre société en faveur d’un plus grand respect de l’animal et salue le combat et le travail des associations de protection animale. Je souhaite qu’elle se traduise ensuite sur le terrain par une protection plus efficace et un soutien renforcé des autorités, tribunaux et du public. »

Natacha Harry, Présidente de la Société Protectrice des Animaux.

 

L’Etat islamique torture ses otages civils pour humilier leur patrie, avant de les décapiter

Image
Source image http://prophetie-biblique.com/forum-religion/islam/citations-sur-islam-mahomet-t1058-36.html
« La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés », déclare le porte-parole du groupe, Abou Mohamed al Adnani, dans un message audio diffusé lundi et repéré par le groupe de surveillance SITE.« Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munition, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle, ou n’importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le », poursuit-il.http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/22/97001-20140922FILWWW00057-l-etat-islamique-menace-la-france-et-ses-ressortissants.php

Le New York Times publiait dans son édition du 25 octobre un reportage sur les tortures infligées aux otages par les djihadistes de l’Etat islamique. [L'horreur avant la décapitation]
Source image http://www.sajidine.com/premiers-pas/islam_sabre/victimes_epee.htm
La journaliste, RUKMINI CALLIMACHI,   a recueilli les témoignages d’otages libérés, de  témoins locaux et de djihadistes repentis pour nous livrer dans le détail les abominables tortures physiques et psychologiques infligés à leurs otages détenus par ailleurs dans des conditions matérielles ignobles.
Les otages sont quotidiennement battus, enchaînes par les chevilles suspendus à une barre tête en bas et subissent des simulacres d’exécution et de noyade. Ils sont privés de nourriture et menacés d’exécution imminente par un groupe de geôliers tandis qu’un autre groupe leur apporte des friandises et leur dit envisager leur libération. Beaucoup, comme James Foley , ont pensé sauver leur vie en se convertissant à l’Islam, ceci en pure perte comme nous le savons malheureusement. Malgré sa conversion, peu de temps après son enlèvement,  il aurait été particulièrement malmené par ses gardiens. En général d’ailleurs les ressortissants britanniques et américains sont particulièrement malmenés parce que leurs geôliers ne s’attendent pas à ce que leur pays verse une rançon.
Les otages sont enfermés dans des locaux sans lumière, sans couvertures ni matelas. Les conditions sont tellement dures que poussés à bout ils deviennent parfois violents les uns envers les autres et en viennent aux mains.
Au fur et à mesure de l’organisation de l’Etat islamique, les conditions de détention des otages et les tortures se sont accrues en même temps que les terroristes rationalisaient le traitement des otages en les attachant les uns aux autres, en fouillant dans leurs ordinateurs et toute autre source d’information sur l’internet pour connaître leur vie, leur éventuel passage dans l’armée et leur famille à laquelle ils envoient des emails. Dans la foulée ils ont remis aux otages des costumes oranges comme à Guantánamo. Les gardiens francophones ont alors été remplacés par des anglophones, beaucoup plus sadiques.
A ce jour, les lecteurs du NYT avaient posté 943 commentaires dont un grand nombre disait que l’Amérique n’avait pas de leçons à donner en matière de torture, que Bush ne s’en était pas privé en Irak.
Toujours cette pensée binaire qui aime reléguer une horreur dans l’ombre au prétexte qu’elle a déjà été commise par le peuple qui en est l’actuelle victime.
Il y a tout de même une différence de taille entre la cruauté de l’armée américaine en Irak et celle de l’Etat islamique : en principe les victimes irakiennes étaient des combattants ou des alliés des combattant qui étaient susceptibles de détenir des secrets militaires dangereux  pour les troupes américaines.
Les otages de l’Etat islamique ne sont pas des combattants, ce sont  des journalistes, des humanitaires ou des travailleurs expatriés, des gens qui ne détiennent pas de secrets militaires dangereux pour les djihadistes. Ils sont torturés par haine du koufar et pour humilier et terroriser le monde non musulman. Les otages sont torturés par pure cruauté sadique, ce qui est terrifiant (comme le souhaite l’EI) et répugnant. Nos compatriotes qui les soutiennent et vont les rejoindre devraient être bannis de notre société.
Je ne défends pas la torture qui est d’ailleurs interdite par la Convention de Genève mais un soldat est averti des risques qu’il encourt en faisant la guerre alors qu’un journaliste ou autre civil ne fait pas la guerre.
L’Etat islamique qui prétend appliquer à la lettre les préceptes du Coran nous démontre, s’il en était besoin, que  » l’Islam est une saloperie » comme l’a dit fort justement Christine Tasin qui est jugée en appel ce mardi 28 octobre 2014 pour avoir énoncé cette vérité vérifiable chaque jour.http://ripostelaique.com/islam-saloperie-proces-en-appel-de-christine-tasin-a-besancon.html
La Connectrice

 

Le fond vert est la couleur de l’islam. Le drapeau porte, en blanc un sabre (la justice ou évoquant la conquête guerrière d’Ibn Séoud pour unifier le pays) et l’inscription en arabe saoudien : « Il n’y a d’autres divinités si ce n’est Allah, et Mahomet est son prophète ».
Le drapeau de l’Arabie saoudite avec son sabre http://fr.wikimini.org/wiki/Arabie_saoudite
Islam_Will_dominate_World
L’Islam dominera le monde . source image http://ripostelaique.com/oui-madame-bouzar-lislam-est-guerrier.html
Quelques slogans de la » religion de paix et d’amour » : Décapitez ceux qui insultent l’islam, exterminez ceux qui calomnient l’islam, massacrez ceux qui insultent l’islam, Liberté va en enfer, assassinez ceux qui insultent l’islam, Europe tu paieras ta destruction est en chemin, Faites une boucherie de ceux qui se moquent de l’islam, Soyez prêts pour le véritable holocauste
Source images https://francaisdefrance.wordpress.com/2011/10/27/ (il s’agit d’un montage de photos de slogans pris dans diverses manifestations musulmanes et que l’on peut voir ailleurs)
L’Etat islamique a appelé aujourd’hui ses partisans à riposter aux frappes lancées par la France et les Etats-Unis dans le nord de l’Irak en s’en prenant à leurs ressortissants.
 Video sur les incitations de l’EI à tuer les Français http://article.wn.com/view/2014/09/04/LEtat_islamique_menace_aussi_Poutine/

Arnaud condamné pour avoir boxé un violeur pris sur le fait

Je suis très en colère contre cette (in)Justice qui encourage le viol en punissant les défenseurs des femmes et en excusant les violeurs.

Au cours d’une soirée organisée par une école d’art dans une boite de nuit des Halles le 30 mars 2013, Arnaud surprend   un violeur occupé  sur une collègue qui était allée se reposer dans un coin tranquille. Pris sur le fait, le violeur cogne Arnaud qui lui renvoie deux coups de poing, une réponse disproportionnée selon l’ inJustice.

Le violeur était en train de caresser la victime endormie, avait déchiré son collant et plongé la main dans son entrejambe. Arnaud aurait-il du l’encourager ?

Oh, mais ce n’était pas un viol, ce n’était qu’une agression sexuelle pour laquelle le violeur ne risque pas grand chose. Après tout la fille l’a cherché en s’allongeant pour se reposer, une véritable provocation pour un mâle viril. Le violeur a sans doute éprouvé une pulsion irrépressible comme c’est toujours le cas, selon les violeurs et la société qui les dédouane. Faut bien que testostérone se passe.

Je sais bien, le viol qualifié implique une pénétration mais, en tant que femme, je ressens toute atteinte à mon corps , sans mon consentement explicite, comme un viol. De toutes façons, à partir du moment où l’ordure avait déchiré le collant de la jeune femme il avait pénétré son intimité et c’est ignoble.

Bravo Arnaud, vous êtes un héro et on aimerait que tous les hommes soient aussi courageux et respectueux des femmes que vous.

Non lieu pour Arnaud !

La Connectrice

Les faits

http://www.leparisien.fr/paris-75/video-agression-sexuelle-il-defend-sa-collegue-et-se-retrouve-au-tribunal-25-10-2014-4240831.php

VIDEO. Agression sexuelle : il défend sa collègue et se retrouve… au tribunal

Thibault Raisse | Publié le 25.10.2014, 06h58

Palais de Justice de Paris, vendredi 24 octobre 2014. Deux mois de prison avec sursis ont été requis contre Arnaud, qui avait voulu défendre une collègue agressée en frappant son assaillant.

Palais de Justice de Paris, vendredi 24 octobre 2014. Deux mois de prison avec sursis ont été requis contre Arnaud, qui avait voulu défendre une collègue agressée en frappant son assaillant. | LP / Arnaud Journois

Zoom

Il a mis fin à une agression sexuelle présumée. Au passage, il a pris un coup sur le visage. Son tort ? Il a rendu deux fois les coups. Pour son geste, Arnaud ne s’attendait pas à recevoir la Légion d’honneur. Mais il ne s’attendait pas non plus à se retrouver dans un tribunal côté prévenu. Ce grand brun élancé de 37 ans comparaissait hier devant la 10e chambre correctionnelle de pour violences volontaires à l’encontre d’Emeric, 29 ans, ce dernier poursuivi durant la même audience pour l’agression sexuelle.

Arnaud s’était interposé en apercevant Emeric en train de caresser l’une de ses collègues, alors endormie, lors d’une fête en boîte de nuit.

Arnaud et Barbara, tous deux employés dans la même école d’art francilienne, participaient à une étudiante le 30 mars 2013 dans une discothèque du quartier des Halles (Ier arrondissement). « Vers 5 heures du matin, je me suis sentie fatiguée. Je suis allée me reposer sur une banquette dans une zone de la boîte privatisée pour l’occasion », raconte la jeune femme de 25 ans à la barre. Deux heures plus tard, Arnaud aperçoit un homme en train d’enlacer sa collègue assoupie, une main sur son entrejambe. « J’ai demandé à cet inconnu s’il la connaissait, il m’a répondu oui. Pour m’en assurer, je lui ai demandé quel était le prénom de cette femme. Il s’est alors levé, et m’a frappé avec sa paume », se souvient Arnaud. L’imposant gaillard réplique alors en assénant deux coups de poing au visage de l’assaillant, avant que des vigiles ne séparent les deux hommes.

L’agresseur présumé, un barman au crâne rasé de corpulence équivalente à celle d’Arnaud, est expulsé de l’établissement. Là, selon certains témoins, il se bagarre de nouveau avec des passants. Arrivés sur les lieux, les pompiers le transportent à l’hôpital, grièvement blessé. « Son pronostic vital était engagé, et les témoignages qui parlent de cette supposée deuxième bagarre sont flous », souligne Me Martine Bouccara, l’avocate d’Emeric. Auditionné par la police, Arnaud reconnaît avoir frappé deux fois, mais sans excès. Emeric, lui, nie toute agression sexuelle ou physique, tout en assurant n’avoir aucun souvenir précis de la soirée.

Les deux protagonistes n’ont jamais été condamnés pour violences, et ont une vie plutôt bien rangée. Pour le procureur, « les attouchements, corroborés par plusieurs témoins, et le collant déchiré de la victime ne font aucun doute ». Pas de quoi dédouaner le bon Samaritain. « Ce n’est pas Zorro : sa réponse était disproportionnée, il y a d’autres façons de faire », poursuit la représentante du parquet. Et elle réclame deux mois de prison avec sursis contre Arnaud et six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve contre Emeric.

« L’agression sexuelle est une invention pour justifier a posteriori les coups », balaye Me Bouccara, en demandant la relaxe de son client.

Quant à l’ d’Arnaud, il évoque « un cas parfait de légitime défense » et loue son acte de bravoure. « A l’heure où l’on reproche aux passants, dans le métro ou ailleurs, de ne pas intervenir lorsqu’ils sont témoins d’une agression, son attitude est celle d’un citoyen exemplaire », justifie Me Vincent de La Morandière, en plaidant lui aussi la relaxe. Jugement le 21 novembre.

Non à la suppression de la rétention de sûreté. Pétition

Tout le monde n’a pas les moyens de sortir protégé par une petite dizaine de gardes du corps comme Madame Taubira, notre ministre de la Justice qui, par son mépris des victimes et sa tendre indulgence pour les délinquants et criminels nous jette en pâture à ceux-ci.
C’est pourquoi j’ai signé sans hésitation la pétition lancée par l’Institut pour la justice contre la suppression de la rétention de sûreté, ce cadeau infâme fait aux criminels.
Signez aussi cette pétition qui a déjà recueilli près de 80 000 signatures.
La Connectrice

Pétition à l’attention du Président de la République et du Premier ministre

Monsieur le Président de la République et monsieur le Premier ministre,

En tant que citoyen de notre pays, je vous demande de bien vouloir me protéger ainsi que mes proches et ma famille. La sécurité est au fondement de notre société, c’est même un droit naturel de l’Homme.

Votre garde des Sceaux s’est engagé à supprimer la rétention de sûreté, alors même que c’est un dispositif très encadré qui permet de protéger la société des criminels les plus dangereux présentant un risque élevé de récidive.

Je vous demande de ne pas supprimer la rétention de sûreté car il est de votre devoir de nous protéger et de lutter efficacement contre la récidive.

J’attends de vous que vous agissiez avec responsabilité, courage et fermeté.

Respectueusement.

Paris foutoir. Le vélo chasse le piéton

3-IMG_1162

Depuis que la mairie de Paris a sanctifié le vélo, les piétons vivent un enfer de chaque seconde lorsqu’ils osent marcher sur les trottoirs qui, normalement leur devraient être réservés.

Avec une inconscience coupable nos édiles ont lâché dans Paris des hordes de cyclistes inciviques, agressifs, égoïstes et dangereux pour les humains qui circulent-encore- à pied.

Le cycliste parisien se croit tout permis. Il roule sur les trottoirs, sur les places, sur les passages piétons et roulerait même sur ces derniers s’ils ne s’écartaient pas de son pédalage altier. Lorsqu’un piéton ose se plaindre d’avoir été frôlé par le noble vélo, il reçoit une volée d’insultes car rien ne doit arrêter la course fière du cycliste béni par Delanoë et ses amis au nom d’une idéologie écolo frelatée.

Le vélo est tellement admirable que les édiles parisiens n’ont pas hésité à voler l’espace des piétons pour l’offrir aux cyclistes. Les riverains de certains quartiers qui avaient la chance de pouvoir déambuler en toute liberté sur de larges trottoirs ont vu ceux-ci réduits à la portion congrue par le dessin de pistes cyclables tracées en leur centre. Mais ces pistes ne suffisent pas aux cyclistes qui les prennent à contre-sens peu soucieux du danger qu’ils font courir en particulier aux enfants et aux personnes âgées. La nuit tombée, ces courageux cyclistes circulent sans lumière ce qui est dangereux pour eux-mêmes et pour les piétons qui ne les entendent pas arriver. Il est tout de même étonnant que la loi n’oblige pas les vélos à s’équiper de lanternes.

La loi, parlons-en. Je n’ai jamais vu un cycliste se faire interpeller et a fortiori sanctionner par un policier. Les vélos grillent les feux rouges et empruntent les trottoirs et les espaces piétons sous le nez de la police qui ne dit mot, certainement parce que le maire de Paris lui a demandé de faire preuve de tolérance.

Mais ce n’est pas tout, des arrêts de bus ont été avancés pour faire de la place à une piste cyclable que le passager doit traverser au risque de sa vie pour rejoindre le trottoir où il risque d’ailleurs de rencontrer un autre engin à roues comme une moto, un scooter, un vélo, une trottinette, un skate ou ces engins motorisés, de plus en plus nombreux, où l’on se tient debout en équilibre (Freego, scooter électrique, etc.).

Basse énergie, rentable vert, vehicel debout scooter électrique

Ailleurs où des pistes cyclables à double sens ont été construites (par exemple le long du canal de l’Ourcq) les cyclistes se grisent de leur liberté en roulant à toute vitesse tandis que le piéton doit y regarder à plusieurs fois pour rejoindre le trottoir.

Non seulement le vélo fait perdre tout sens civique à ceux qui le pratiquent mais il rend égoïste, incivique et agressif. Et pourtant on le dit écolo, plus écolo que la bagnole, encore plus écolo que le camion et la moto réunis. Ces cyclistes qui souffrent eux-mêmes de plus rapide et plus gros qu’eux oublient qu’ils sont plus rapides et plus gros que les piétons. Les cyclistes qui se protègent avec des casques et des gilets fluorescents, ceux-là même qui équipent leurs enfants de protections, n’ont pas le moindre respect pour le piéton qu’ils mettent en danger.

Pour le piéton, le danger n’est pas seulement de risquer d’être renversé, c’est aussi le stress que génère le cycliste en roulant là où on ne l’attend pas, en frôlant le pauvre piéton qui sursaute et en l’insultant s’il ose rappeler l’individu aux règles élémentaires de la civilité. Le cycliste n’est jamais en tort, il se croit investi de tous les droits et ne s’excuse jamais de le mettre en danger le piéton et de l’importuner. Le cycliste parisien est arrogant et méprisant pour le piéton bipède.

A la lueur des ces tristes constats, on peut se demander si le maire de Paris considère comme quantité négligeable les piétons, s’il a oublié qu’ils votaient et s’il a comme grand projet un Paris sur deux roues débarrassé de tous ses piétons,  pour rivaliser avec Amsterdam et Berlin.

En attendant, les piétons souffrent et cyclistes et piétons se détestent mutuellement, un autre échec du « vivre ensemble » que le touriste de passage ne manque pas de percevoir car le touriste qui trouve l’ambiance parisienne exécrable est piéton la plupart du temps.

1-IMG_1160

Rue Manin, la municipalité a volé le trottoir aux piétons pour l’offrir aux cyclistes

2-IMG_1161

Les cyclistes n’en ont jamais assez comme les petits enfants qui repoussent avec obstination les limites fixées par leurs parents. Sauf qu’à Paris personne ne fixe des limites aux cyclistes. Non content de rouler sur « sa » piste, celui-ci la prend à contresens et les piétons ne savent plus où donner de la tête.
4-IMG_1163

Ce cycliste préfère rouler sur le trottoir que sur la piste cyclable qui se trouve à  côté

5-IMG_0687

Rouler à vélib sur la place de la mairie, c’est ça la liberté

6-IMG_0693 7-IMG_0699 8-IMG_0703

De la douceur dans ce monde de brutes. Lumières d’automne aux Buttes-Chaumont

01-IMG_1145

 

02-IMG_1146

L’étranger

« Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
– Je n’ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
– Tes amis ?
– Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
– Ta patrie ?
– J’ignore sous quelle latitude elle est située.
– La beauté ?
– Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
– L’or ?
– Je le hais comme vous haïssez Dieu.
– Eh! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages ! »

Charles Baudelaire – Le Spleen de Paris

03-IMG_1149

04-IMG_1150

Sophora Japonica

05-IMG_1151

06-IMG_1152

07-IMG_1153

08-IMG_1154

09-IMG_1155

Gel d’ovocytes. Le lobby médical au secours du sexisme

Le sexisme, la discrimination des femmes, est l’injustice la plus universelle, la plus répandue et la mieux acceptée à travers les âges et les mondes.

L’intervention de la médecine pour résoudre les questions sociétales est sans doute une révolution technologique mais c’est surtout le terrible aveu du refus profond des hommes à considérer les femmes comme leurs égales et à les respecter.

Il ne se trouve que de folles féministes (dont je suis) pour s’en indigner et tenter contre vents et marées houleuses à raisonner les hommes et les femmes aussi.

Nous avons au moins gagné le droit de travailler mais il ne faut pas exagérer. Nous sommes moins rémunérées que les hommes et écartées des instances de décision au prétexte que nous nous investissons moins dans notre travail, que nous nous absentons en congés maternité ou pour soigner un enfant malade. Les femmes ont eu beau faire leur preuve dans les activités professionnelles et politiques, elles restent sur un strapontin car il est bien connu qu’une femme doit s’occuper d’abord de ses enfants, de son mari et de sa maison.

Aux femmes la double journée de travail, les soins aux malades, aux handicapés et aux démunis. Ce serait la loi de la nature comme s’il fallait autre chose qu’un cœur, des mains, un cerveau, des connaissances, de l’expérience et des jambes pour accomplir ces tâches. Comme les femmes, les hommes sont aussi dotés de ces outils mais ils les réservent à des tâches qui leur garantiront indépendance, égoïsme, liberté, pouvoir et argent.

Le sexisme ne régressant pas, la médecine vient au secours du système. Mesdames, nous apprécions vos compétences et nous souhaitons vous exploiter honorablement, alors nous vous payons la congélation de vos ovocytes afin que vous ne deviez pas vous absenter pour reproduire l’espèce. Grâce à la médecine, point n’est besoin de changer la société et d’ennuyer les hommes en leur demandant de partager à la maison, dans l’entreprise et au sommet de l’Etat la charge de la reproduction des enfants et de la reproduction de la force de travail. Laissez les vivre tranquilles, arrêtez de menacer leur virilité en menaçant leur domination « naturelle ». Mais comme nous ne sommes ni ingrats ni sexistes, nous confions votre corps à la médecine qui peut désormais vous permettre de faire des enfants quand vous êtes stériles, de faire des enfants avec une femme, de faire des enfants à tout âge, de faire des enfants sans utérus, de faire porter vos enfants par une autre femme et de faire vivre vos enfants gravement malformés et handicapés quand le corps a provoqué un  accouchement très prématuré comme signal de sélection naturelle. On le sait certains magiciens médecins se font une gloire de réanimer les « crevettes ».

La médecine a toujours été l’auxiliaire du machisme parce qu’elle véhicule le fantasme de son pouvoir sur le corps des femmes parce qu’elle peut le soigner comme le contrôler. Des hystériques du bon docteur Charcot au gel des ovocytes, en passant par l’excision thérapeutique, le continent noir de Freud, l’hystérectomie abusive, le mouvement anti avortement du professeur Lejeune, la PMA, la GPA, l’inaboutissement de la contraception masculine le lobby médical n’a jamais cessé de proposer à chaque époque des alternatives au contrôle du corps des femmes pour les maintenir sous la domination des hommes.

Pour en savoir plus

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation/3960-congelation-d-ovocytes-avantage-en-nature-dans-la-silicon-valley

Facebook et Apple financeraient la congélation des ovocytes de leurs employées pour, selon ces sociétés, leur permettre de mieux gérer leur carrière et favoriser l’égalité femmes hommes au travail…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 223 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :